Le nucléaire français souffre-t-il d’idées reçues erronées ?

L’énergie nucléaire civile permet de générer de l’électricité grâce à la chaleur libérée lors d’une réaction de fission de noyaux atomiques dans un réacteur électronucléaire.

Le nucléaire est une ressource énergétique présente dans le mix électrique français depuis les années 50, mais son développement s’est largement accéléré au lendemain du 1er choc pétrolier de 1974.

La société d’études et de conseil BVA et l’énergéticien Orano ont publié le 26 juin dernier les surprenants résultats d’une enquête d’opinion consacrée à la manière dont les Français perçoivent l’énergie nucléaire.

Réalisé auprès de 3.008 citoyens de plus de 18 ans, ce sondage permet de constater que la moitié des Français (47%) estiment que l’énergie nucléaire est un atout pour notre pays. Pourtant il existe encore des idées reçues erronées ou en décalage avec la réalité.

Le nucléaire, une ressource énergétique décarbonée…

Le résultat le plus étonnant est lié à la contribution de l’énergie nucléaire au réchauffement climatique. Une majorité de français (69%) considèrent en effet que le nucléaire est une ressource énergétique responsable d’émissions de gaz à effet de serre et qui participe donc au dérèglement climatique.

Pire, ce taux monte à 86% chez les 18-34 ans, une population souvent considérée comme étant particulièrement engagée en faveur du climat et de la protection de l’environnement.

Les auteurs de l’étude reconnaissent que c’est un résultat particulièrement surprenant de l’enquête car il est éloigné de la réalité. Le nucléaire est en effet une des ressources les moins polluantes de notre mix énergétique.

Pour la production d’un kilowattheure d’électricité, le nucléaire va émettre 12 grammes de dioxyde de carbone sur l’ensemble du cycle. Soit un gramme de plus que l’énergie éolienne (11 grammes) mais largement moins que l’énergie solaire (45 grammes) et les énergies fossiles (400 grammes pour le gaz et 1.000 grammes pour le charbon).

… appelée à jouer un rôle important dans la transition énergétique mondiale

“Depuis les années 1980 et la crise des missiles entre les Russes et les Américains, les jeunes écoutent ces organisations et cette perception négative du nucléaire est restée. Il y a un effet de halo et on est pris dans ce mouvement. On l’a vu en 2012, quand l’accord PS-Verts a abouti à une baisse du nucléaire, alors que cette politique ne répond pas à l’enjeu du réchauffement climatique”, déplore Philippe Knoche, le directeur général d’Orano.

Cette idée reçue est particulièrement dommageable dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. En effet, le nucléaire est une ressource énergétique décarbonée qui est appelée à jouer un rôle important dans le cadre de la transition énergétique mondiale.

Le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat estime d’ailleurs que l’énergie nucléaire est une ressource importante pour limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici la fin du siècle.

Les Français sont en revanche correctement informés sur la question de la gestion des combustibles usés. Près de deux sondés sur trois (61%) ont en effet connaissance des possibilités de recyclage des combustibles utilisés dans les centrales électronucléaires.

Une compréhension probablement renforcée en raison du débat public lancé en avril dernier à propos du cinquième Plan National de Gestion des Matières et des Déchets Radioactifs.

Le nucléaire, un secteur économique important et d’avenir

De manière plus globale, les sondés sont conscient de l’importance du nucléaire dans la stratégie énergétique française, même s’ils ont tendance à sous-estimer le rôle de l’atome dans la production d’électricité. En effet, les Français estiment en moyenne à 59% la part de l’énergie nucléaire dans notre mix électrique. Le nucléaire est donc bien perçu comme ayant un rôle de premier plan… même si sa part dans la production de l’électricité française s’élève en réalité à 72%.

De plus, à la question des arguments en faveur de l’énergie nucléaire, 46% des sondés répondent “l’indépendance énergétique de la France”. Les Français sont donc également conscients que le nucléaire est une ressource qui permet à notre pays de réduire sa dépendance aux énergies fossiles tout en permettant d’équilibrer notre balance commerciale énergétique.

Les résultats du sondage de BVA témoignent d’ailleurs de l’importance économique du nucléaire dans notre pays. La création d’emplois est en effet le second argument en faveur de l’atome (39%).

De plus, considérations environnementales mises à part, 63% des Français placent le coût de production de l’électricité nucléaire (qui est considérée comme ne coûtant “pas trop cher”) en première position des éléments qui sont les plus importants à leurs yeux.

Les Français pensent ainsi que le nucléaire sera toujours utilisé à l’avenir, aux côtés notamment des énergies renouvelables. S’ils ont encore du mal à se prononcer sur son futur, les sondés considèrent le nucléaire comme une énergie d’avenir : “un peu plus de la moitié pense que sa part va rester stable ou même progresser en France (54%) et dans le monde (61%)”.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Le nucléaire soufre tout simplement de ses impasses technologiques et économiques.

    Il va d’autant plus souffrir que c’est une énergie plutôt centralisée alors qu’il y a de plus en plus de technologies de décentralisation et d’autonomie énergétique. Par exemple le bâtiment en étant producteur d’énergie a un rôle global mondial essentiel à jouer et les énergies renouvelables ne se limitent pas au solaire et à l’éolien loin s’en faut ou le stockage aux batteries et une transition technologique en cache toujours d’autres.

    Par ailleurs Rosatom (Russie) détenu à bout de bras par l’Etats russe, qui accorde des prêts sur plus de 35 ans y compris à des Etats financièrement à risques, correspond à 60% du marché mondial.

    Des responsables d’EDF pensent que la Chine qui soutient aussi à bout de bras ce secteur sera leader du marché d’ici 20 ans.

    Plutôt que de ressasser tout le temps le passé en donnant des tribunes à des retraités du secteur nucléaire ou des énergies fossiles qui n’ont pas particulièrement brillé dans leur vision de l’avenir et qui laissent un secteur nucléaire endetté et en grosse difficulté, incapable de respecter les coûts, les délais et qui sera un handicap assuré face aux missiles hypersoniques qui rendent les centrales indéfendables et dont les 58 réacteurs sont autant de Tchernobyl en puissance, mieux vaudrait approfondir les sujets de l’énergie avec plus d’ouverture d’esprit (et de compétences) et mieux anticiper l’avenir.

    Car répéter à longueur de temps au travers d’articles de marketing/publicité que le nucléaire a de l’avenir alors l’Iea s’inquiète de sa régression au plan mondial et qu’en France, faute de s’en sortir il tire une fois de plus à boulets rouges sur les renouvelables et demande des aides d’Etat alors qu’il est amorti depuis longtemps, ce n’est pas faire de l’information mais de la désinformation et ne pas affronter les réalités technologiques et économiques en face, mais tenter de gagner inutilement du temps (en en faisant perdre aux autres) et ne pas prendre les bonnes décision.

    Répondre
    • Avatar

      Ce commentaire résume ce que je pense. Ceci dit, tant que c’est des retraités du nucléaire et des énergies fossiles qui ne veulent pas culpabiliser de nous laisser ce monde, leurs propos m’énervaient mais c’est tout … mais quand la rédaction s’y met c’est vraiment attristant autant de parti pris.
      Le top c’est quand même l’argument de l’indépendance énergétique qui est repris, c’est bien connu, l’uranium on en a plein en France et c’est une ressource inépuisable !?!

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective