Nucléaire: des réacteurs abaissent leur production avec la chaleur, dérogations étendues

Plusieurs réacteurs nucléaires d’EDF ont été contraints d’abaisser leur production en raison des températures élevées des cours d’eau utilisées pour leur refroidissement, a indiqué l’entreprise vendredi, tandis que les dérogations environnementales dont bénéficient certains sites étaient étendues.

« Les conditions climatiques exceptionnelles actuelles se traduisent par une montée de la température de la Garonne qui a atteint 28 degrés », indique EDF.

« A la demande du gestionnaire de réseau d’électricité national (RTE), l’unité de production n°2 de la centrale de Golfech reste en production (puissance minimale) », poursuit le producteur d’électricité.

Cette puissance minimale correspond à environ 300 MW, contre 1.300 MW normalement. Le second réacteur de la centrale située dans le Tarn-et-Garonne est pour sa part en arrêt programmé.

Chaque centrale a ses propres limites réglementaires de température de rejet de l’eau à ne pas dépasser, afin de ne pas échauffer les cours d’eau environnants et d’en protéger la faune et la flore. Les centrales pompent en effet l’eau pour le refroidissement des réacteurs, avant de la rejeter.

Les arrêtés fixant les limites de rejet prévoient également des seuils plus élevés « en conditions climatiques exceptionnelles », comme c’est le cas actuellement à Golfech.

En outre, des dérogations temporaires peuvent encore relever les seuils, ce qui a été accordé à quatre centrales nucléaires, dont celle du Bugey (Ain), alors que la France traverse un nouvel épisode caniculaire.

« Les conditions climatiques exceptionnelles que nous connaissons depuis quelques jours se traduisent par une montée de la température du Rhône, qui a atteint plus de 25 degrés », constate EDF dans un point distinct sur la centrale du Bugey.

« Les unités de production n°2 et 5 ont été maintenues sur le réseau dans le respect des dispositions relatives aux situations climatiques exceptionnelles », indique le groupe.

Ces deux réacteurs ont « dû effectuer des baisses de charge », autrement dit réduire leur puissance, a précisé une porte-parole d’EDF à l’AFP.

Les deux autres réacteurs de la centrale sont pour leur part en arrêt pour une maintenance programmée.

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a par ailleurs prolongé jusqu’au 11 septembre la dérogation environnementale, qui courait initialement jusqu’au 7 août, dont bénéficiaient quatre centrales pour qu’elles puissent continuer à fonctionner, a indiqué à l’AFP le ministère de la Transition énergétique.

« L’ASN a également autorisé, hier (jeudi), une cinquième autorisation de dérogation, concernant celle de Tricastin », a-t-on ajouté au ministère, qui doit encore avaliser formellement cette décision.

« Lorsque cette décision sera homologuée par l’Etat, les centrales de Bugey, Blayais, Golfech, Saint Alban et Tricastin bénéficieront d’une dérogation jusqu’au 11 septembre », a résumé la même source.

Les rejets feront l’objet d’un suivi « renforcé et quotidien » des effets sur la faune et la flore, tandis qu’EDF tirera un bilan à l’issue de la période, a souligné le ministère.

EDF avait prévenu qu’il pourrait être contraint d’abaisser sa production nucléaire ces prochains jours et même arrêter un réacteur de la centrale du Tricastin (Drôme) en raison des températures élevées des fleuves.

Des baisses de production pour ces raisons interviennent régulièrement en période estivale, même si cette année elles sont intervenues beaucoup plus tôt que d’habitude – dès le mois de mai.

EDF relativise la portée de ces événements, soulignant que depuis 2000, les pertes de production ont représenté en moyenne 0,3% de la production annuelle du parc.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Autant supprimer cette loi limitative puisque c’est dans les situations où elles auraient un sens qu’on s’assoit dessus avec dérogation !

    Répondre
  • Toujours la même sottise journalistique, l’eau ne sert pas à refroidir les réacteurs! EDF ferait bien d’envisager d’équiper d’aéroréfrigérants les centrales qui n’en ont pas en prévision des futures canicules! L’eau prélevée par les centrales à circuit ouvert n’est échauffée que de 10°C environ à la sortie mais comme elle ne se mélange pas instantanément avec le gros du débit du fleuve des limites sont prescrites pour protéger la faune et la flore aquatique sur une certaine distance. A noter que dans ces centrales la performance du condenseur, donc le rendement de la turbine sont affectés par la température de l’eau du fleuve prélevée.

    Répondre
  • ce serait des centrales thermiques avec du fossile ds ce cas le pb serait le même mais c’est du nuc alors il faut taper dedans en toute « bonne foi » !

    Répondre
    • Oui et vous avez a moitié raison, ce serait bien pareil avec des centrales à fossile mais tort pour l’autre moitié car je le dénoncerais de la même façon.
      Mais si nous produisons uniquement avec des renouvelables, sans avoir besoin de faire chauffer de l’eau ou un fluide quelconque ce problème n’existerait pas.

      Répondre
    • Les idioties habituelles sur l’absence de Soleil durant lesquelles le Soleil est subtiliser par des creatures mystérieuses et où la Terre entière est totalement privée de son atmosphère. Ce qui explique qu’il n’y a de vent nulle part.
      On constate tout de même que ce qui se produit le plus fréquemment est une panne généralisée des réacteurs nucléaires.

      Répondre
    • Michel DUBUS rappel de la réalité du terrain face à vos inepties pour gogos : l’éolien et le solaire sont bien une partie des ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. et qui oblige les pays limitrophes qui ont accéléré le développement des ENR et qui voient leur pollution , leurs GES et leur Co² baisser à nous dépanner .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz ….

      Répondre
  • La production éolienne est à l’évidence moins performante que le nucléaire. Ces jours-ci, l’Allemagne en fait les frais car la production est tombée à un niveau bien bas et la production centrales à charbon est bien repartie à la hausse. Et la France y est pour peu car ses importations sont en baisse.

    Répondre
      • Marc, ne vous fatiguez plus avec ce mec qui n’a que de la haine contre l’Allemagne car ils ont osé abandonner le nucléaire et il s’arroge le droit de décider ce que les autres pays doivent faire. C’est-à-dire du nucléaire, comme la France sinon ce sont des crétins ! Et c’est tout de même une autorité qui le dit, c’est pas n’importe qui ce Cochelin.

        Répondre
        • C’est vrai que j’ai déjà fait la même réponse, à la même remarque, plusieurs fois, pour rien !

          Répondre
      • @ marc
        STEP (+ batteries désormais + interconnexions). les béquilles pour sauver le soldat intermittent qui ne marchent pas non plus, mais qu’on espère comme le Messi multi bras du renouvelable en manche courte !

        Répondre
        • Celui qui a besoin des plus fortes béquilles s’appelle nucléaire car il est en déconfiture majuscule… Il n’y a que les idiots pour ne pas en convenir car un dogme…. c’est idiot, pas une insulte.!

          Répondre
    • Cochelin toujours la réalite du terrain face à toutes vos inepties pour gogos 😂🤣 c’est bien à cause de notre merde de nucléaire polluante à tous les stades et le retard pris par la France dans le développement des ENR qu’on est oblige .. comme on l’a fait l’hiver dernier … d’importer depuis des mois de l’électricité des pays limitrophes qui accélèrent la mise en place des ENr sur le terrain et de redémarrer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de nos vielles chaudieres polluantes nucléaires … alors que les ENR nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz …ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … heureusement que l’on a les ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz ….

      Répondre
  • Pas sûr que construire 2 EPR près du Rhône, donc en dehors du bord de mer, soit la meilleure option !

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective