Nucléaire: Macron critique les propos « inacceptables » du patron d’EDF

Le président Emmanuel Macron a dénoncé lundi, sans le nommer, les propos « inacceptables » de l’actuel PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, qui s’était montré très critique sur la stratégie de l’Etat pour le parc nucléaire français à quelques semaines de son départ.

« C’est absolument inacceptable que les gens qui ont eu la responsabilité des travaux de maintenance du parc (expliquent) aujourd’hui que nous n’avons pas pris nos responsabilités, parce que dès les premiers mois de mon premier mandat nous avons redonné de la visibilité à la filière », a dénoncé Emmanuel Macron devant la presse, alors que plus de la moitié des réacteurs nucléaires français sont à l’arrêt pour maintenance, notamment pour un problème de corrosion important.

« Je vais vous dire simplement que les travaux de maintenance, s’ils avaient simplement été faits correctement sur le reste du parc, nous n’aurions même pas cette discussion aujourd’hui », a-t-il poursuivi en assurant que la décision de la fermeture du site de Fessenheim, « la plus vieille centrale » du parc nucléaire, n’était pas « un sujet ».

« Chacun doit prendre ses responsabilités; pour ma part, je les ai prises (…). Les travaux de maintenance du parc existant ne sont en rien conditionnés à la création, la décision de nouveaux réacteurs nucléaires que j’ai prise en fin de (premier) mandat (…) Ce que j’ai entendu dans le débat public ces dernières semaines est inacceptable parce que c’est faux et irresponsable », a-t-il encore ajouté.

Sans le nommer, le président a en tout état de cause visé Jean-Bernard Lévy, dont les noms des successeurs à la présidence et à la direction générale d’EDF ne sont pas encore connus mais sont attendus prochainement.

Ce dernier avait critiqué, lors des Rencontres des entrepreneurs de France du Medef, fin août, le manque de vision stratégique de long terme de l’Etat sur le nucléaire.

« On n’a pas de problèmes d’expertise, les compétences, les experts on les a (…) On a beaucoup de chantiers en parallèle et d’une certaine manière, on manque de bras, parce qu’on n’a pas assez d’équipes formées (…) Un soudeur, un tuyauteur, il faut deux-trois ans pour le former », avait-il développé.

« Et pourquoi on n’a pas assez d’équipes formées? Parce que l’on nous a dit que le parc nucléaire va décliner, +préparez-vous à fermer des centrales+ », avait-il assuré.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Décidément, M. Macron ne manque pas d’air !
    Les reproches qu’il fait à EdF seraient plus crédibles s’il n’avait rien à se reprocher, ce qui est loin d’être le cas :
    – qui a fermé Fessenheim ? la décision avait été prise avant lui mais pouvait parfaitement être remise en cause. Opération purement électoraliste pour se faire de la clientèle chez les écolos
    – qui a vendu les turbines d’Alstom à General Electric ? Pour d’ailleurs trois ans plus tard les faire racheter par EdF !
    – quelles décisions concrètes ont suivi les belles déclarations de fin 2021 sur la reprise des investissements dans le nucléaire. De la com, toujours de la com et rien que de la com ! Même le texte voté sous Hollande prévoyant la fermeture de 24 centrales nucléaires est toujours en vigueur et rien n’est évoqué pour le remettre en cause.
    M. Macron nous prend vraiment trop pour des imbéciles et sa conviction profonde qui transparaît dans la plupart de ses actions et surtout déclarations (la com toujours…) qu’il est le seul Français intelligent commence à être vraiment fatigante.

    Répondre
  • Comme quoi, les politiques ne devraient pas être mêlé à tout sans à minima des experts qui donnent leur avis en conseil ou sous d’autre forme…

    Est ce que renationaliser complètement EDF est une bonne idée !? Pas sur !!! Un actionnariat privé minoritaire, mais avec une vue réelle et critique (en positif et négatif) sur l’entreprise serait (Avis personnel) une bien meilleure chose…
    Par le passé, l’état (dans les faits surtout les Hommes Politiques au pouvoir) a fait parfois n’importe quoi avec la gestion d’EDF… Qui pourra maintenant dire et/ou relever quelquechose !? (des médias puta-clics et des antinucléaires pour dire n’importe quoi, n’importe quand c’est sur et cela ne changera pas…).
    Si une part de la retraite des employés EDF était fonction de l’Action et des résultats d’EDF, on pourrait avoir des surprises (et dans le Bon Sens…).

    Répondre
  • Macron pouvait tout aussi bien prendre sa décision de nouveau nucléaire en début de mandat au lieu d’attendre la fin puisqu’en très temps il ne s’est rien passé au sujet de ce nouveau nucléaire si ce n’est 5 ans de retard de plus autant pour la commande des 6 nouveaux que pour celui de Flamanville qui devait servir de caution à cette commande qu’il a finalement fait sans elle. Mais bien sûr cela n’a impacté en rien l’ancien nucléaire et son état de décrépitude.
    Et Levy porte aussi une lourde responsabilité aussi bien sur l’ancien que sur le nouveau nucléaire. Il a menti sur les deux domaines.
    La sortie qu’il annonçait imminente tous les matins de l’ EPR de Flamanville, juste avant d’annoncer un nouveau problème justifiant de repousser la mise en réseau. Et sur les soi disant cause des mise à l’arrêt des réacteurs dont la liste s’allonge au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la crise covid de 2020 et que toutes les autres, centrales du monde ne s’en sont pas trouvées affectées, comme toutes les sociétés de maintenance dans tous les domaines. Les véritables raisons seraient elles inavouables ?

    Répondre
  • JB LEVY aurait dû faire comme le directeur financier d’EDF qui a démissionné de son poste lorsqu’il n’a plus été d’accord avec la gestion du groupe, félicitation pour cette décision courageuse. Il aurait été plus responsable pour JB LEVY de contester les décisions de l’état qui lui imposait des choix contraires à la bonne marche de l’entreprise, mais comme beaucoup de « hauts fonctionnaires de l’état », ils sont inféodés aux décideurs politiques. JB LEVY , ami de Hollande, a accepté des couleuvres avec Hulot puis Pompili (encore pire selon moi) et a appliqué la politique du gouvernement , alors qu’il se taise avant son départ, c’est trop facile.
    J’ai souvenir du même comportement d’un ancien PDG d’EDF un certain GILLE MENAGE ancien chef de cabinet de Mitterand qui la veille de son départ se lâchait et laissait libre court à ses réflexions.
    Quant à Macron il est vrai qu’en gouvernant avec des anti nucléaires (Pompili…) et des pro nucléaires (Le Maire,….) il navigue entre deux eaux et s’oblige à se contredire sans vergogne. Je fais voter la PPE ( baisse de la production de l’électricité nucléaire à 50%) et je vends des centrales nucléaires aux Anglais avec l’aide des Chinois. Je cède les turbines Alsom (joyau de la France) puis je les fais racheté par EDF, j’oblige EDF a racheté FRAMATOME (autre joyau ) après le désastre d’ORANO piloté par une autre haut fonctionnaire (Anne Lauvergeon, ancienne Sherpa de tonton Mitterand). Je ferme Fessenheim en disant qu’elle était vieille (gros mensonge cat elle avait été entièrement rénovée et l’ASN avait donné son autorisation d’exploitation pour encore 10 ans !!!!!!!) , j’arrête le projet Astrid sous la pression des verts et je fais un beau discours à Belford en prévoyant la construction de plusieurs EPR (6 dans un premier temps, à ce jour aucune commande n’est signée mais EDF travaille sur les futures EPR !).
    Mais que voulez-vous la politique fait des promesses elle ne fait jamais d’erreurs et encore poins de fautes, alors attendons de voir jusqu’où Macron emmènera EDF.

    Répondre
    • @ Victor,
      Quelques rares vérités probables et une suite de mensonges dont deux gros a la fin !
      Le premier pour Fessenheim qui n’avait pas été mis à niveau pour passer la 4ème visite décennale et ne l’avait donc pas passée avant 2018 comme cela aurait dû puisqu’elle devait être fermée comme décidée depuis longtemps car c’était effectivement la plus ancienne encore en activité. Victor il faut suivre l’actualité du nucléaire comme pour tout ce qui concerne l’énergie pour en discuter utilement. Ce que vous ne faites pas évidemment.
      Le deuxième c’est l’affaire Astrid. La vérité c’est que le CEA qui a peaufiné ce nouveau projet depuis 2010/2011 (date des premiers articles publics décrivant le projet) demandait un chèque de 5 milliards d’euros pour lancer la construction de projet… Ce qui a fait reculer le gouvernement en donnant publiquement de mauvaises raisons. Je me souviens très bien de Born, en direct à la télévision expliquer qu’en ce moment l’uranium n’était pas cher, alors….. Sous entendu, la recherche de la surgeneration n’était pas présentement une nécessité !
      D’une part il était faux que l’uranium se soit trouvé dans une phase de prix bas, j’ai aussitôt vérifié cette info à la suite de cet interview. D’autre part quant on sait que l’on est à la recherche de ce graal depuis les années 50, dire que la recherche ne se justifierait qu’au moment où on a absolument besoin de cette solution fait sourire par sa naïveté ou son hypocrisie…. Ou les deux !

      Répondre
      • Restons en aux faits pour ne pas polémiquer à l’infini avec notre Sieur Rochain, expert en la matière ! Dans toutes les matières d’ailleurs.
        – Premier mensonge selon vos dires :
        « Le premier pour Fessenheim qui n’avait pas été mis à niveau pour passer la 4ème visite décennale et ne l’avait donc pas passée avant 2018 comme cela aurait dû puisqu’elle devait être fermée comme décidée depuis longtemps car c’était effectivement la plus ancienne encore en activité. Victor il faut suivre l’actualité du nucléaire comme pour tout ce qui concerne l’énergie pour en discuter utilement. Ce que vous ne faites pas évidemment. »
        Où avez-vous lu que je parlais de quatrième visite décennale ? Que néni j’indiquais simplement que les 2 tranches avaient été rénovées (changement des générateurs de vapeur, ajoût de complément de sûreté post Fukushima..) et les centrales étaient selon l’ASN bon pour le service jusqu’en 2021-2022 en attente de la quatrième visite décennale dont on ne saura jamais si elles eurent été positives puisqu’en juin 2021 le gouvernement de Macron a décider l’arrêt définitif. Fin de l’histoire.
        Quelle mensonge si ce n’est le votre….
        – Deuxième mensonges selon vos désirs:
         » Le deuxième c’est l’affaire Astrid. La vérité c’est que le CEA qui a peaufiné ce nouveau projet depuis 2010/2011 (date des premiers articles publics décrivant le projet) demandait un chèque de 5 milliards d’euros pour lancer la construction de projet… Ce qui a fait reculer le gouvernement en donnant publiquement de mauvaises raisons. Je me souviens très bien de Born, en direct à la télévision expliquer qu’en ce moment l’uranium n’était pas cher, alors….. Sous entendu, la recherche de la surgeneration n’était pas présentement une nécessité !
        D’une part il était faux que l’uranium se soit trouvé dans une phase de prix bas, j’ai aussitôt vérifié cette info à la suite de cet interview. D’autre part quant on sait que l’on est à la recherche de ce graal depuis les années 50, dire que la recherche ne se justifierait qu’au moment où on a absolument besoin de cette solution fait sourire par sa naïveté ou son hypocrisie…. Ou les deux ! »
        Et bal bla bla pour étaler sa science , mais je n’ai rien dit de ce que vous prétendez en délirant, j’ai simplement affirmer que Macron avait arrêter le projet Astid (fait incontestable) sous la pression des verts ( point de vue politique discutable mais ce ne peut être un mensonge).
        Donc pour conclure Sieur Rochain je ne vois que deux gros mensonges pour exister votre EGO démesuré et avoir le dernier mot : VOS MENSONGES sur mes propos !
        A bientôt le Sieur.

        PS: j’ai lu votre leçon de supériorité et de dédain adressée à @ stoclin pour étaler encore une fois votre science ! Vous ressuez de mépris et d’arrogance !

        Répondre
        • Vous vous enfoncez Victor, les deux réacteurs de Fessenheim ont été mis en service commercial en 1978. Ils avaient donc atteint les 40 années d’activité en 2018, date à laquelle ils devaient passer la visite décennale avec les mises à niveau exigées pour ce passage au contrôle de l’ASN, ou être réformés. Bien entendu, Levy a choisi de ne pas faire ces mises à niveau et ne pas présenter ces réacteurs à l’examen leur permettant de prolonger leur durée d’exploitation pour 10 ans. En revanche il a milité pour qu’ils puissent fonctionner jusqu’à ce que l’EPR de Flamanville soit opérationnel en mentant effrontément sur la disponibilité toujours prochaine de ce réacteur. Macron a mordu à l’hameçon pendant deux ans avant de jeter l’éponge sous la pression de l’ASN qui commençait à demander à quoi ils servent, et après deux années de fonctionnement illégal, Macron a ordonné la fermeture. Ne venez pas raconter que la mise à niveau et l’examen de passage de 2018 (Après 40 ans de fonctionnement) avaient été faits, CONDITIONS LEGALES INDISPENSABLES pour fonctionner au-delà de 40 ans et jusqu’à 50 ans ! La date de mise en service est connue facilement par tout le monde et y ajouter 40 est aussi à la portée de tout le monde alors cessez de mentir selon votre habitude, on ne tripote pas les dates !
          Quant à Astrid lç encore vous inventez une pression des écolos qui n’est que dans votre tête, et même si l’explication publique de Born sur le « prix pas cher en ce moment » de l’uranium est une réponse clownesque, la vôtre ne l’est pas moins et le plus crédible c’est effectivement le cout de l’opération à 5 milliards d’euros qui avait fait reculer le gouvernement.
          Ce cout n’est pas une invention de ma part, et je ne fais pas étalage de science mais toute la presse en a parlé car ce cout avait déjà été donné en 2015 comme le rapporte le Figaro, dont comme d’habitude je peux apporter les preuves de ce que j’avance contrairement à vous :
          https://www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/16/astrid-le-nouveau-reacteur-francais-a-5-milliards-d-euros_4557985_3234.html
          Il s’agit donc bien de deux gros mensonges de votre part et ce n’est pas vos galipettes d’amateur qui peuvent contredire une vérité vérifiable, mon petit amateur d’entourloupes.

          Répondre
    • Non, ce sera comme d’habitude !
      Il n’y aura pas d’hommes providentiel… Comme d’habitude et on continuera à voter pour des ambitieux.
      La solution n’est certainement pas dans la méthode electorale
      ALTERNATIVE DÉMOCRATIQUE….. là sortation!

      Répondre
  • Bonjour,
    Nous avons les dirigeants politiques que nous méritons. Nous sommes en démocratie.
    « Le suffrage universel c’est le suffrage des ignorants que nous sommes tous plus ou moins »
    Les français préfèrent le foot et la téléréalité plutôt que de s’informer et se former sur la réalité.
    Par ailleurs, les journalistes ne sont pas là pour nous aider. Ils sont presque tous ignorants des questions techniques. Ils sont prêts à laisser dire qu’une rangée d’éoliennes de 10 ou 20 MW installés peuvent remplacer une centrale de 1 GW (= 1 000 MW). Tout en oubliant que 75% du temps il n’y a pas assez de vent. …

    Répondre
    • C’es effectivement faire preuve d’ignorence que de d’if que 75% du temps il n’y a pas de vent.
      Alors au lieu de regarder les émissions de télé-réalité et les match de foot je ne saurais trop vous conseiller de regarder les cartes de météo France vent tous les jours en. Les collectionant pour pouvoir les comparer d’un jour sur l’autre et constater qu’il y a du vent de 75% du temps à 98% du temps partout en France et jusqu’à 50 Km au large des côtes.
      Vous pouvez aussi vous renseigner dans les ouvrages spécialisés qui vous expliqueront la différence entre ce que l’on appelle le facteur de charge et la proportion du temps durant lequel elle tourne produisant une puissance variable.. Vous pourrez aussi consulter mon dernier ouvrage Histoire des mathématiques  » chez ISTE don’t un chapitre traitant de l’analyse mathématique vous expliquera que l’intégration dans le temps des productions variables tout au long de l’année fournit le facteur de charge au terme de la période en la rapportant à ce qu’elle aurait produit en fournissant durant toute la période le maximum de ce qu’elle peut produire.
      Bonne lecture, la version électronique sur le site de l’éditeur ISTE est très bon marché.

      Répondre
  • La culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale ! C’est vérifié avec notre fanfaron de 81 ans
    Quelques chiffres connus et reconnus qui ne sortent pas des livres de maths et/ou de stats douteuses:
    Les EnR aux productions aléatoires, intermittentes et faibles (24 à 25 % de productivité annuelle pour l’éolien terrestre), voire très faibles (9 à 15 % de productivité annuelle pour le photovoltaïque), et non pilotables, sont inadaptées aux besoins instantanés des nations.
    L’Allemagne a installé plus de 120 GW de solaire et d’éolien, pour plus de 565 milliards d’euros d’investissements, (alors que sa consommation maximale est de l’ordre de 80 GW) qui n’ont produit que 28 % de son électricité en 2021, et encore, pas forcément quand elle en avait besoin.

    Répondre
    • Quelques chiffres connus qui ne permettent pas de savoir ce qu’apporterait l’éolien en France : 8000 éoliennes dont 61% rassemblées sur seulement une petite zone représentant 16% de la surface du territoire.
      Des sources plus fiables pour estimer ce que peut apporter l’éolien en France, les cartes de météofrance vent qui étalent leurs connaissances comme d’autres la confiture de leur ignorance :
      https://www.meteorama.fr/vent/

      Répondre
    • Les ENRi à très haute dose, c’est très bien pour le Gaz et le Charbon (si il n’y a pas de capacités hydrauliques conséquentes!) ! Les 2 Lobbys fossiles sont très présents en Allemagne…

      Et puis cela cache leur vente généralisée de chars polluants depuis la construction jusqu’à l’utilisation… Jamais, je n’ai entendu des Verts allemands « charger » le modèle des voitures allemandes, soit ils sont cons et ne comprennent rien, soit ils sont dans la combine…

      Répondre
  • Il n’y a pas que l’Allemagne qui a recours aux ENRv !
    Heureusement, qu’en ce moment, on a également l’Espagne et le RU comme voisins, avec leur parc nucléaire, ENRv (+STEP en ce qui concerne l’Espagne) et gaz.
    C’est vrai que les Verts allemands feraient mieux de se battre contre les grosses voitures que contre le nucléaire.

    Répondre
  • Pendant ce temps, la Russie fait la publicité de son fleuron, dont on verra bientôt s’il réussi ou pas, à fonctionner de manière stable, en sous-génération, à 100% de MOX.
    https://www.youtube.com/watch?v=pK9J-YsdpFQ
    C’est le seul pays qui a tout misé sur le nucléaire, quasiment 0% ENRv. Cela dit, le nucléaire ne représente que 19% de sa production d’électricité et que les investissements en cours sont relativement limités.

    Répondre
  • On ne peut donc pas dire qu’ils ont tout misé sur le nucléaire avec un modeste 19% , je dirais plutôt sur le fossile.
    Le seule pays qui a vraiement tout misé sur le nucléaire c’est la France et ça se passe plutôt mal !

    Répondre
  • Oui, on peut dire que la Russie a plutôt misé sur le fossile. Je voulais dire tout misé parmi les nouveaux moyens de production décarbonés.
    Il y a quand même deux autres pays qui ont tout misé sur le nucléaire, pour boucler leur mix en plus de l’hydraulique: la Suède et la Suisse.
    Depuis la période de construction, une grande partie des réacteurs a été arrêtée en Suède et remplacés par de l’éolien, parce que les capacités de régulation par l’hydraulique le permettent, que la Suède a un bon foisonnement national, et qu’elle utilise également le foisonnement en Europe du N.
    Concernant la Suisse, elle a investi dans le PV et les STEP, mais va se retrouver coincée pour l’automne / l’hiver lorsque ses réacteurs arriveront en fin d’exploitation. Elle ne pourra qu’en construire d’autres ou s’en remettre à l’Allemagne, étant donné qu’elle ne veut pas d’éolien, et que son gisement est d’ailleurs de mauvaise qualité.
    Le débat sur le remplacement des réacteurs est ouvert dans ces pays, et relancer une telle filière sera difficile. Il n’y a pas 50 constructeurs disponibles non plus.

    Répondre
  • Je cite marc
    « Il n’y a pas que l’Allemagne qui a recours aux ENRv !
    Heureusement, qu’en ce moment, on a également l’Espagne »
    On se dit tiens ! Ces super pays exemplaires pour marc sont autonomes au niveau énergétique ?
    Mais alors pourquoi ces états aussi forts au niveau des ENR intermittentes militent pour Midcat, au nom d’un intérêt supérieur quitte à défigurer la France !
    Je rappelle ce qui est écrit par ailleurs
    « La construction d’un nouveau gazoduc entre la France et l’Espagne, baptisé MidCat, est un projet « d’intérêt européen » que Madrid va continuer à défendre, en dépit de l’opposition d’Emmanuel Macron, a souligné mardi la ministre de la Transition écologique espagnole. »
    « Défendu par Madrid mais aussi par Berlin, qui y voit un moyen de réduire la dépendance de l’UE vis-à-vis du gaz russe »,
    Donc l’UE et notamment les Teutons et les Ibériques sont dépendants du gaz quelque soit sa provenance ! CQFD
    De la part du « psychopathe » !

    Répondre
    • Pour l’instant la France est tributaire de tout ce qui peut la sauver du naufrage, et notamment du gaz .
      5GW à jet continu directement dans nos centrales à gaz, plus ce qui est leur part dans les 6 GW également à jet continu à travers l’importation, sans compter sur le charbon et le fioul pour 1 GW , ça fait quand même beaucoup de fossile pour un pays qui a viser la nucléarisation totale jusqu’à ce qu’il s’aperçoive que ce n’était pas possible et qu’il lui fallait un dispositif pilotable réactif.

      Répondre
      • Tes allégations c’est à l’instant t, on verra par la suite où le ballon va tomber !
        La messe du fiasco nucléaire tant souhaité (par la clique à SR) n’est pas dite, on en reparlera et je me ferai un plaisir de mettre le « plat froid » en travers de leur figure !
        Comme disait Sacha Guitry à propos des lâches, il ne faut pas frapper sur un homme (ici le nucléaire français) à terre mais alors sur qui ?
        Par contre avec leur projet MidCat, on constate les teutons et les Ibérique sont peu sûrs d’eux en leur avenir et en leur mix énergétique misant sur le 100 % renouvelable !
        nota) les Chinois avec les réacteurs nucléaires (dérivés des EPR) veulent ds les 10 à 15 ans sortir, non pas 7 réacteurs par ans mais 10 !
        Impossible n’est pas Chinois ! A contrario des Français bouffés par la « gôche » et sa décrépitude verte qui va avec !

        Répondre
        • Ne feignez pas de sortir vos fantasmes de la têtes des allemands et espagnols eux même. Vôtre hargne n’a d’égale que votre ignorance nce de nos situations respectives. Vous ne faites que des hypothèses sur ce qui attentes ces autres, mais pour nous c’est malheureusement une certitude dont aucun de nous se réjouis, mais déplore.

          Répondre
          • « c’est malheureusement une certitude dont aucun de nous se réjouis, mais déplore »
            SR est un faux cul de première, cela c’est une certitude !

  • Je veux bien répondre sur le fond, mais je ne vois pas où vous voulez en venir.
    Toujours la même opposition entre nucléaire et ENRv, qui me fatigue, et qui ne se pose pas dans de nombreux pays tels que le RU ou la Chine. Ne sachant pas quel sera le coût des ENRv ni du nucléaire dans 5 ans, 10 ans, 20 ans etc, ces pays choisissent de pondérer les risques économiques.
    Les risques économiques du nucléaire: l’accident (mais ça vaut aussi pour les barrages), les avaries techniques (on le voit avec ces problèmes de corrosion), le prix de l’U235 qui finira pas s’envoler aussi un jour.

    Répondre
  • Enfin, boucler le mix des ENRv (ou la part de mix relative aux ENRv, par rapport à celle du nucléaire) est possible en Espagne si le prix de base de ces énergies reste modéré.
    Il y a des STEP, la possibilité d’en faire plein d’autres, et la part de gaz de synthèse sera très minoritaire compte tenu de la régularité des apports d’ENRv, ce qui est moins le cas en Allemagne.

    Répondre
    • En effet, l’Alleamgne est certainement le pays d’Europe le moins gâter par la nature pour se lancer dans la course au 100% renouvelable et j’admire leur courage. S’il réussissent tous les pays d’Europe peuvent réussire et je suis de plus en plus convaincu qu’ils y arriveront. En tout cas, nous sommes certainement le pays le plus favorisé d’Europe et nous n’avons pas ce courage préférant des solutions qui devront pour divers raisons, toutes inéluctables finir par être abandonnées. On ne résoudra pas la quadrature du cercle et nous ne découvrirons pas la pierre philosophale.

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective