Nucléaire : les différences entre réacteurs japonais et français

Les réacteurs nucléaires français et japonais font partie de la même famille dite des “réacteurs à eau” disposant d’enceintes de confinement en béton. A “eau bouillante” ou à “eau pressurisée”, ils ne sont toutefois pas tout à fait identiques.

Les réacteurs japonais endommagés de la centrale japonaise de Fukushima sont des “réacteurs à eau bouillante”. Schématiquement, ce type de réacteur dispose d’un circuit unique qui transmet directement l’eau qui a été chauffée et transformée en vapeur dans le cœur du réacteur, vers la turbine pour produire de l’électricité.

En France, les réacteurs actuellement exploités par EDF sont dits à “eau pressurisée” car ils disposent de deux circuits distincts et indépendants : un circuit primaire, totalement fermé, où circule l’eau chauffée par le combustible. Ce dernier produit de la chaleur qui chauffe à son tour l’eau d’un second circuit dont la vapeur sert ensuite à produire de l’électricité.

Les réacteurs à eau bouillante (ou REB) sont légèrement moins coûteux que les réacteurs à “eau pressurisée” (REP), mais les coûts de formation y sont supérieurs. Ils sont généralement privilégiés lorsque plusieurs réacteurs sont installés sur un même site.

Il existe en outre un facteur différenciant entre REB et REP, qui pourrait avoir eu des conséquences sur les accidents de la centrale de Fukushima : la vapeur produite par les REB est radioactive contrairement à celle des REP où le circuit primaire est totalement fermé.

Les explosions d’hydrogène s’étant produites au Japon sur les trois réacteurs endommagés auraient-elles pu être évitées si les centrales nippones avaient été équipées d’un double circuit ?

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Les REP que nous utilisons en france sont de conception Westinghouse et disposent de générateurs de vapeur placés en dessus du coeur. Cette configuration en cas d’accident type Fukushima présente deux gros avantages: La quantité de coloporteur en jeu est bien plus importante et il peut circuler par thermosiphon. Du coup , la décision d’injecter de l’eau de mer dans le secondaire du GV aurait été plus facile à prendre et les opérateurs auraient disposé de plus de temps pour le faire.

    D’autre part, l’enceinte de confinement englobe la pluspart des parties a risques de la centrale. La fusion du coeur de three mile island (de conception trés comparable) n’avait pas eu les mêmes consequences qu’au Japon. Toutefois il est difficile de comparer les deux accidents.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective