Nucléaire: EDF doit aussi “réfléchir” à un scénario “100% énergies renouvelables” (Borne)

La ministre de la Transition écologique a appelé dimanche EDF à “réfléchir” à son rôle au cas où un scénario “100% énergies renouvelables” serait retenu à terme pour la fourniture d’énergie en France, au dépens de nouvelles centrales nucléaires.

“L’objectif est de réduire la part du nucléaire à 50% d’ici 2035. Au-delà, on doit avoir tous les scénarios sur la table avec un objectif d’assurer pour tous les Français et les entreprises une électricité abordable”, a déclaré Elisabeth Borne dans l’Emission politique de France Inter, France Télévisions et Le Monde.

Dans un document interne révélé samedi par Le Monde, EDF évalue à au moins 7,5 milliards d’euros le coût unitaire d’éventuels nouveaux EPR, soit plus du double du prix initial du réacteur nucléaire de troisième génération de Flamanville qui a accumulé les déboires et dont la facture actuelle atteint 12,4 milliards.

En octobre, le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, avait déclaré à ce même quotidien qu'”il est clair que la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires”.

Dimanche, Elisabeth Borne a estimé que “c’est très bien” que Jean-Bernard Lévy “ait son point de vue, que je partage pas. Il se trouve que la politique énergétique, c’est plutôt le gouvernement et en particulier la ministre en charge de l’Energie que je suis qui doit la définir”.

“Je l’invite à intégrer ce scénario sur lequel travaille le gouvernement, 100% renouvelables. Il est indispensable qu’EDF réfléchisse aussi à la façon dont il peut être un grand acteur dans un tel scénario”, a ajouté la ministre.

“Je vous confirme qu’on étudie à la fois un scénario dans lequel on continue à faire de nouvelles centrales nucléaires, et aussi un scénario 100% renouvelables”, a indiqué Elisabeth Borne.

“On doit avoir tous les éléments sur la table mi-2021” et “on a dit qu’on ne prendrait pas de décision sur de nouvelles centrales nucléaires avant la mise en service de Flamanville”, a-t-elle rappelé.

Mme Borne a admis que “ce qui n’a pas été suffisamment étudié, c’est des scénarios 100% renouvelables. On n’est pas les seuls (pays) à étudier ce genre de scénario. C’est un scénario que nous étudions avec l’Agence internationale de l’énergie, et on souhaite avoir les éléments mi-2021 car ce n’est pas des sujets totalement triviaux”.

L’énergie nucléaire “n’émet pas dLa ministre de la Transition écologique a appelé dimanche EDF à “réfléchir” à son rôle au cas où un scénario “100% énergies renouvelables” serait retenu e gaz à effet de serre, c’est un plus” mais “ça produit des déchets, on en a pour des centaines de milliers d’années, c’est un moins”, a-t-elle résumé.
kd/tq/nm

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Le problème c’est que lorsque, pour avoir un projet de développement à évaluer, vous vous adressez à un dogmatique du nucléaire, comme Lévy l’a prouvé en annonçant sa fake new prétendant que la France allait lancer la construction de 6 nouveaux EPR, vous pouvez vous attendre à ce qu’il vous dresse un panorama complétement bidon qui tiendra plus d’un réquisitoire contre les ENR qu’une proposition de leur développement.
    Serge Rochain

    Répondre
    • Avatar

      Il n’y a pas d’exemple de scénario de ce genre qui ait fonctionné dans le monde. L’Allemagne avec son énorme (et très coûteux) parc photovoltaïque et éolien est à la peine et compte encore beaucoup sur son parc thermique lignite-charbon-nucléaire pour alimenter son réseau ! https://www.energy-charts.de/power.htm

      Répondre
  • Avatar

    Tien le zozo qui ne connait rien qui la ramène et porte des jugements blabla comme d’habitude :
    –Il n’y a pas de scénario qui fonctionne….
    –L’Allemagne avec son ENORME et TRES COUTEUX peine encore
    Il oublie de dire que ces ENR sont passés devant le charbon dans leur mix électrique depuis 2018

    Mais quand on lui pose une question de connaissances pour appuyer ses dires qui ne sont donc que du verbiage de perroquet, il disparait du panorama :

    Monsieur Dan nous dit : « Concernant la modulation de la puissance des réacteurs nucléaires, vous avez tout faux. Edf en est tout à fait capable ».
    Alors, vous qui me parlez de la base de la thermodynamique à propos du rendement quantique d’une cellule de PPV pour faire le savant (j’en ri encore), je vous pose une question :
    « Comment un réacteur nucléaire peut réguler sa puissance de sortie en fonction du besoin….j’attends votre explications…. Rien que pour continuer à rire. »
    Mais voilà, pas de réponse, silence radio, vous avez un problème comme tous ceux qui supportent le nucléaire le verbe haut et dont la science se résume à faire le perroquet …. Vous affirmez ce qu’on vous a dit mais vous êtes incapable de le comprendre et finalement, vous n’en savez rien, mais vous vous permettez de toiser ceux qui savent.
    Si la nuit alors que l’activité économique, première consommatrice d’électricité, est pratiquement arrêtée les réacteurs nucléaires débitent toujours autant alors que le réel besoin n’est plus que du tiers ou du quart du besoin diurne, c’est parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement. Plus de la moitié des 58 réacteurs EDF ne sont pas dispatchables, et les autres sont 4 à 5 fois moins réactifs à la variation que les centrales à charbon ou surtout à gaz, de faible puissance. Mais pour devenir moins bêtes vous êtes-vous informé de la façon dont on régule la puissance de sortie d’un alternateur qu’il soit mis en rotation par une chute d’eau, de la vapeur ou un moteur ? NON bien sûr, là il faut vraiment se pencher sur ce qu’est la thermodynamique, et aussi l’électromagnétisme, et apprendre beaucoup de choses pour le comprendre, et c’est autrement contraignant que de répéter n’importe quoi, vrai ou faux, comme un perroquet, et prétendre faire la leçon aux autres en exhibant des liens de site que vous ne comprenez même pas.
    Tenez, en voilà un qui sait de quoi il parle :
    https://energieetenvironnement.com/2018/03/09/le-nucleaire-inefficace-comme-reserve-denergie-pilotable/
    Vous me faites pitié Monsieur Dan

    Répondre
  • Avatar

    Monsieur Rochain, cessez d’être méprisant.
    La modulation de charge du nucléaire est en partie possible, mais le mix français ne comporte pas que du nucléaire. L’adaptation de ma production à la consommation se fait aussi par les quelques autres moyens pilotables que possède le pays (vois sur le site de RTE eco2mix), par le stockage en STEP et par une certaine exportation (60 TWh en 2018) .
    http://www.energie.sia-partners.com/20180308/la-modularite-du-parc-nucleaire-francais-dans-la-transition-energetique-focus-sur-le-suivi
    Et, encore une fois, réfléchissez avant d’insulter vos contradicteurs et de répandre tant de fake news que je m’appliquerai à démentir. Ce sera tout à votre honneur !

    Répondre
    • Avatar

      Tiens, c’est nouveau, vous reconnaissez que les centrales nucléaire ce n’est pas l’outil idéal pour le suivi de charge même pour les réacteurs qui le peuvent…. en fait c’est parce que vous ne savez pas comment ça marche. La réponse à ma question BLACK OUT !!! Et ce n’est pas du mépris ce n’est qu’une façon de souligner que l’ignorant veut faire la leçon au sachant.

      Mais je vous invite a démontrer mes fake news comme vous dite

      Répondre
  • Avatar

    Et vous voyez bien Monsieur Rochain que si l’Allemagne possède un parc de renouvelables de plus de 110 GW, elle a besoin aussi de près de 90 GW de pilotables (thermique fossile et nucléaire) et a un contenu carbone de son électricité plus de 10 fois celui de la France. Et ce sont les consommateurs et contribuables allemands qui en font les frais.
    https://www.energy-charts.de/energy.htm

    Répondre
    • Avatar

      A propos de l’Allemagne que vous vous complaisez, toujours par ignorance, à dénigrer regardez donc sa progression par un Monsieur qui n’a pas hésité à reprendre depuis près de 30 ans l’évolution des constituants de leur mixe électrique au lieu de passer votre temps à comparer deux états France/Allemagne un qui n’évolue pratiquement pas et l’autre qui file vers la perfection….. qu’il finira par atteindre :
      https://www.revolution-energetique.com/apres-la-sortie-du-nucleaire-lallemagne-programme-la-sortie-du-charbon/

      Je profite de l’actualité pour vous faire remarquer que nous ne sommes pas à l’abri d’un Tchernobyl ou d’un Fukushima avec ce qui vient de se passer. Quand je vois les nucléocrate se congratulé que la centrale s’en tire (à priori) sans dommage je suis consterné car j’y vois autre chose.
      La région a subi un séisme de 5,4 alors que pour la construction de la centrale de Cruas il avait été estimé suffisant des normes de construction au maximum de 5,2. Alors si 5,2 était impossible et que 5,4 a été atteint, pourquoi pas 6 ou 7 un jour ? Voila ce que vous appelez une solution sûre ?
      Une autre remarque pas plus rassurante, sur les 5 dispositifs d’alerte un seul s’est déclenché d’après le préfet alors que le niveau du séisme avait crevé le plafond ! Quelle valeur ont ces dispositif d’alerte qui auraient du tous sonner à l’unisson ? Quelle confiance leur accorder, comme à tous les blablas sécurisants. La veille de la catastrophe ils n’avaient jamais eu de problèmes à Three miles Island, à Tchernobyl, à Fukushima, et aussi au trois précédents que votre inculture sur le risque nucléaire vous empêche de connaitre

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective