Nucléaire: l’AIE, inquiète du déclin, propose des mesures de soutien

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a plaidé mardi pour des mesures de soutien à l’énergie nucléaire, s’inquiétant des conséquences de son déclin sur les émissions de gaz à effet de serre.

Le nucléaire “pourrait être bientôt sur le déclin à travers le monde”, avec notamment la fermeture de centrales vieillissantes, s’inquiète Fatih Birol, le directeur exécutif de l’Agence basée à Paris, dans un rapport consacré au sujet.

“Si les gouvernements ne modifient pas leurs politiques actuelles, les économies avancées seront en chemin pour perdre les deux tiers de leur flotte nucléaire, risquant une énorme augmentation des émissions de CO2”, met-il en garde.

Le nucléaire représente aujourd’hui 10% de la fourniture d’électricité à travers le monde mais sa part est en baisse avec le vieillissement du parc et le faible nombre de projets de construction de nouveaux réacteurs.

Or pour lutter contre le changement climatique il faudra de plus en plus utiliser d’électricité n’émettant pas ou peu de CO2, comme les renouvelables et le nucléaire, souligne l’AIE, qui conseille des pays développés sur leur politique énergétique.

Selon elle, il serait toutefois possible de réaliser la transition énergétique avec moins de nucléaire mais cela nécessiterait un “effort extraordinaire” et coûterait beaucoup plus cher.

“Sans investissements dans le nucléaire, il serait beaucoup plus difficile d’atteindre un système énergétique durable”, résume l’AIE dans son rapport.

Elle formule ainsi une série de recommandations pour les pays qui continuent d’utiliser le nucléaire, tout en disant “respecter” le choix de ceux qui sortent de l’atome, comme l’Allemagne.

L’AIE prône ainsi une extension de la vie des centrales aussi longue que le permet la sûreté, qu’elles soient rémunérées pour leurs avantages en termes de sécurité énergétique et d’environnement, la création d’un cadre financier attractif ou encore le soutien à la construction de nouveaux réacteurs avec un processus réglementaire qui limite les retards et surcoûts.

Elle encourage aussi l’innovation, notamment sur les petits réacteurs modulaires, connus sous leur acronyme anglais SMR, qui seraient plus faciles et moins chers à fabriquer.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective