Nouveaux réacteurs nucléaires: les syndicats restent prudents

L’annonce par Emmanuel Macron de la construction de nouveaux réacteurs nucléaires a été accueillie avec prudence mercredi par les syndicats du secteur, qui saluent ce choix mais s’interrogent sur la méthode et les incertitudes entourant le projet.

Mardi, Emmanuel Macron a annoncé que la France allait relancer un programme nucléaire et construire de nouveaux réacteurs sur son sol, en reportant toutefois à plus tard les précisions sur ces futurs EPR.

Le renouvellement du parc nucléaire « est un défi industriel et social sans précédent », a estimé auprès de l’AFP Virginie Neumayer, représentante syndicale CGT chez EDF.

« Le président ne cherche pas à entraîner les salariés avec lui », a-t-elle déploré car dans le même temps, « on a des annonces de régression sociale sans précédent ».
Chez EDF, « les exigences de rentabilité sur le court terme sont incompatibles avec un engagement d’investissement sur le nucléaire », détaille Mme Neumayer.

Le son de cloche est différent chez Nicolas Vincent, secrétaire général CGT de la centrale de Penly (Seine-Maritime), désignée mercredi pour accueillir un futur réacteur EPR. « La nouvelle est très bien perçue », a-t-il relayé.

La centrale, âgée de 30 ans, « pouvait envisager une exploitation vers les 60 ans mais là, c’est vraiment prolongé », a-t-il salué, indiquant que le défi résidait désormais dans le besoin de main d’oeuvre pour réaliser les travaux – entre 8 et 10.000 personnes selon M. Vincent.

« Construire de nouveaux outils nucléaires est incontournable si on veut continuer la transition énergétique », a indiqué Dominique Bousquenaud, secrétaire général de la fédération chimie-énergie à la CFDT. Il a également appelé à « continuer le développement de l’ensemble des énergies décarbonnées » pour limiter la part du nucléaire dans la production d’électricité à « 50% ».

Chez SUD Energie, on se refuse à toute prise de position sur le bien-fondé du nucléaire ou non. Mais « il faudrait que ce soit un choix démocratique », par le biais d’un référendum, plaide Anne Debrégeas, porte-parole du syndicat.

« Le choix du nucléaire ou non ne peut pas être basé sur un choix économique, c’est un choix politique », estime-t-elle. « Est-ce que les gens préfèrent le risque d’accident et des déchets nucléaires ou bien avoir plein d’éoliennes ou de panneaux solaires ? », interroge-t-elle.

D’après Mme Debrégeas, « on a les moyens de mener ce débat grâce aux travaux de RTE » et d’autres, mais « le président s’assoit dessus alors qu’il y a un vrai enjeu à impliquer les gens dans ces choix ».
agu-mas/bfa/vk

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective