Un nouveau service d’accompagnement pour la rénovation énergétique

Le bâtiment fait partie des secteurs économiques français les plus énergivores : on estime qu’il est responsable de l’émission de plus de 110 millions de tonnes de gaz à effet de serre chaque année (soit près de 30% des émissions totales de CO2).

L’enjeu carbone associé au secteur du bâtiment est donc un axe de travail prioritaire du gouvernement dans le cadre de la transition énergétique.

La rénovation massive du parc immobilier français apparait en effet comme un chantier pharaonique mais inévitable pour stabiliser les émissions polluantes des habitations vieillissantes.

Depuis quelques années, le gouvernement a lancé de nombreux dispositifs de soutien aux ménages, afin de favoriser la décarbonation de secteur du bâtiment via la rénovation énergétique du parc immobilier (privé et public).

Mais ce chantier affiche cependant du retard par rapport aux objectifs fixés.

Le gouvernement a donc décidé de donner un coup d’accélérateur à la rénovation thermique des logements français en lançant un nouveau service d’accompagnement.

Pour en finir avec les passoires énergétiques

Soucieuse d’en finir avec les passoires énergétiques, ces habitations énergivores et mal isolées, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé le lancement d’un nouveau Service d’Accompagnement pour la Rénovation Énergétique (SARE) des bâtiments.

L’arrêté officialisant la création de ce nouveau dispositif entrera en vigueur dès le 1er janvier 2020. Le SARE viendra à cette date compléter la panoplie d’aides existantes (subventions de l’Agence nationale de l’habitat, prêt à taux zéro, le crédit d’impôt pour la transition énergétique…) et se verra doter d’un budget de 200 millions d’euros pour la période 2020-2024.

“La rénovation énergétique des logements et la lutte contre les passoires thermiques est une priorité du gouvernement. Elle répond à un triple enjeu : climatique, de pouvoir d’achat et de qualité de vie (…). Le SARE vise à aider les Français à se repérer et à se faire conseiller, et ainsi savoir quels travaux effectuer pour améliorer leur confort tout en réduisant leurs factures de chauffage”, explique le gouvernement.

Un guichet d’accompagnement des ménages

Le SARE a principalement été pensé comme un service d’accompagnement. Ce nouveau programme ambitionne en effet de mieux informer et de mieux accompagner les ménages français dans leur projet de rénovation thermique de leur logement.

Le gouvernement souhaite notamment systématiser les audits énergétiques afin que des diagnostics plus pertinents soient posés préalablement à l’engagement des travaux d’isolation.

Même chose pour le “petit tertiaire privé”. Comme l’avait déjà envisagé le gouvernement lors de l’écriture du plan de rénovation énergétique des bâtiments d’avril 2018, le SARE offrira un guichet d’information et de conseil de proximité aux propriétaires de locaux tertiaires privés (bureaux, commerces, restaurants…).

Enfin, l’Etat s’appuiera sur son nouveau dispositif pour créer une véritable dynamique territoriale autour de la rénovation thermique des bâtiments. Des fonds pourront en effet être mobilisés afin d’accompagner la montée en compétence des professionnels et des acteurs concernés.

“Ce nouveau programme a pour objectif de consolider et compléter un service public qui existe déjà : les espaces FAIRE, pour Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique. Les conseillers FAIRE constituent un réseau de conseil et d’accompagnement des particuliers dans leurs projets de rénovation énergétique de leurs logements. Mais leur action nécessite d’être soutenue et enrichie pour mieux convaincre nos concitoyens d’engager des travaux et accélérer le rythme des rénovations énergétiques”, précise le gouvernement.

Un financement multiple des chantiers

Le budget du SARE permettra de financer des projets de rénovation énergétique. Ces derniers se verront financés à hauteur de 50% par des subventions versées dans le cadre des Certificats d’Économie d’Énergie (CEE) ; les autres 50% seront pris en charge par les collectivités territoriales.

“Dès aujourd’hui, il est proposé aux collectivités volontaires d’adhérer à ce programme en tant que porteurs associés par la signature d’une convention dans le cadre de chaque région. Des concertations seront organisées sous l’égide des préfets de chaque région”.

Ce cofinancement de 200 millions d’euros, qui suivra une logique de rémunération à la performance, devrait permettre de réaliser 40 térawatts/heure cumulés d’économie d’énergie sur la durée de vie des bâtiments.

Un objectif ambitieux mais nécessaire quand on sait que les problèmes de logements mal isolés concernent aujourd’hui près de 4 millions de ménages modestes.

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective