Neoen: bénéfice net en hausse de 32% malgré le Covid-19

Le producteur d’énergies renouvelables Neoen a vu son bénéfice net grimper de 32% au premier semestre, marqué notamment par la mise en service de nouveaux sites éoliens et solaires et l’épidémie de Covid-19, selon un communiqué.

Le chiffre d’affaires de l’entreprise, qui a rejoint au printemps l’indice boursier SBF 120 moins de deux après sa première cotation, a atteint 157 millions d’euros (+33%) grâce à de nouveaux parcs et à une forte progression de l’activité de stockage.

“Cette performance témoigne du profil de croissance de notre groupe alimenté par le développement continu de notre portefeuille de projets. Au premier semestre, le nombre d’actifs en opération ou en construction a encore progressé de 600 mégawatts (MW) pour atteindre 3,6 gigawatts (GW). Nous avons aussi sécurisé au cours de cette période de nouveaux projets éoliens, solaires et de stockage en France, en Australie ainsi qu’en Finlande”, a commenté le PDG de Neoen Xavier Barbaro, cité dans le communiqué.

Depuis le 30 juin le groupe indique par ailleurs avoir remporté des appels d’offres gouvernementaux pour trois projets solaires en Irlande d’une puissance totale de 55 mégawatts et un projet éolien de 100 mégawatts en Australie.

L’entreprise affine pour 2020 son objectif d’Ebitda (excédent brut d’exploitation) qui sera compris entre 270 et 285 millions d’euros, avec une marge supérieure à 85%. Elle tablait jusqu’ici sur une fourchette comprise entre 270 et 300 millions d’euros pour une marge supérieure à 80%.
mra/tq/LyS

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Neoen, bonne affaire, tout palindrome mis à part, qui a su où mettre ses billes là où il fallait et a bien compris que les ENR étaient l’énergie du XXIe siècle et pour certainement bien plus longtemps, après le feu de paille nucléaire illusoire du XXe siècle
    Les renouvelables, les seules sources d’énergie qui n’appauvrissent pas la planète et qui donne à chaque nation son indépendance énergétique.

    Répondre
    • Avatar

      Les enr ne seront jamais notre avenir, et la forme de leur exploitation est le scandale dusciécle contraire à toutes les règles capitalistiques, car sans subventions pas de rentabilité.Selon RTE, le Mw/h eolien a couté 91 e en 2019 contre 42 pour les autres sources hormis enr. Pourquoi, les enr ne seront jamais un solution et ceux qui y croient n’analysent pas les faits. Environ 1350 milliard de dollars ont été dépensé depuis 20 ans dans les enr pour ne représentait que 4/5% de nos consommations énergétiques.Et toute cette propagande pour nous faire croire (dans quel but?)que 100% d’enr en 2050 est possible c’est ce moquer du monde, loin de toute réalité physique. Comment en 30 ans nous allons virer les 80% de fossiles plus les 15% de nucléaire (alors que chinois et russes foncent dans la filière, et nous grand couillons avons cassé notre avantage technologique et notre savoir faire par pur jeu politique et aussi par cette privatisation de électricité qui nous couté plus de 46% de hausse en 20 ans et causé 40 000 morts de précarité énergétique….!) Les enr sont diffus et quant 1 Mw d’enr est posé c’est aussi un de gaz qui est installé, gaz fossile qui lui émet encore 400g/kw/h, comme le montre l’excellent documentaire de Mickaël Moore sur les enr américaine. Je vous assure que j’aimerai que cela marche ses idées, mais après des années de recherche et des milliers d’articles compulsés et composés par des personnes bien plus compétentes que moi, la démonstration n’est plus a faire et particulièrement en France! Nous allons au casse pipe avec les enr:
      -le cout des ressources est délirant, 1800 tonnes alimentent 840 foyers par an pour une éolienne de 2Mw.
      -leurs démantèlement pose d’énormes problème non résolu.
      -le cout est vertigineux (et nous n’en n’auront plus les moyens très bientôt) pour à peine 6 % DE NOTRE PRODUCTION NOUS PAYERONS 121 MILLIARD JUSQU’EN 2043! Sans compter les dépenses d’ici là!
      -l’éolien est facteur de division, de corruption et massacre de nos territoires et rapporte que dalle a nos communes, 2000e chez moi dans le Loiret alors que nous sommes les premier impactés par bruits, lumières 24×24, infrasons, pollution visuelle, massacre de la biodiversité.
      -enfin et surtout pour un effet nul sur les émissions de GES, c’est m^me le contraire. Les allemands ont 31000 éoliennes et ont baissé leurs émissions depuis 25 ans mais ce n’est pas du à leurs politiques enr, c’est du a la fermeture de toutes les anciennes centrales au charbon est allemandes. Il sont d’ailleurs les meilleurs élèves des émissions de co2 dans l’Europe qui tuent 40 000 personnes en Europe!
      Si vous niez tous ce faits vérifies et que vous pensez toujours que les enr sont notre avenir c’est que vous êtes endoctriné par la propagande et incapable de penser par vous même!

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective