Malgré le refus de Kiev, l’AIEA prépare une visite de la centrale de Zaporijjia

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) « travaille activement » pour organiser une visite à la centrale nucléaire de Zaporijjia (sud), à laquelle l’Ukraine s’est de nouveau opposée jeudi tant que le site est occupé par les Russes.

« Il ne s’agit pas de vouloir ou souhaiter cette mission, c’est une obligation du côté de l’Ukraine comme du côté de l’AIEA », a déclaré le directeur général de l’instance onusienne, Rafael Grossi, devant le Conseil des gouverneurs réuni cette semaine au siège de Vienne.

Selon lui, « la situation actuelle est intenable », alors que des travaux de maintenance essentiels sont sans cesse repoussés, que l’équipement vital n’est pas délivré et que le risque d’un accident augmente.

Le chef de l’Agence a également exprimé « sa vive inquiétude quant aux conditions de travail extrêmement stressantes » endurées par le personnel ukrainien.

« C’est pour cela que des experts de l’AIEA doivent se rendre » sur place, a insisté M. Grossi, précisant qu’il « travaille activement pour arranger une mission », selon un communiqué.

Kiev a réitéré jeudi son opposition à cette visite qui « légitimerait aux yeux de la communauté internationale l’occupation » du site par les forces russes, a écrit sur Telegram l’opérateur ukrainien, Energoatom.

Les forces de Moscou ont pris le contrôle début mars de cette centrale située dans la ville d’Energodar, dans le sud de l’Ukraine, séparée par le fleuve du Dnipro (Dniepr en russe) de la capitale régionale Zaporijjia, qui est elle toujours sous contrôle ukrainien.

« Comment la mission de l’AIEA peut-elle accéder à la centrale? Personne en Ukraine ne les a invités », lance Energoatom, en dépit des affirmations de M. Grossi. Il faudrait donc « passer par la Russie, puis la Crimée ou d’autres territoires temporairement occupés sans l’autorisation de l’Ukraine », ce qui reviendrait à « ignorer la loi internationale ».

La visite ne sera possible qu’une fois que l’Ukraine aura repris le contrôle du site, insiste l’opérateur, citant l’exemple de Tchernobyl où le responsable de l’AIEA s’était rendu fin avril après le retrait des soldats russes.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective