Macron annonce un vaste plan nucléaire, en rupture avec 2017

Emmanuel Macron a annoncé jeudi un vaste plan de relance nucléaire, avec l’objectif pour 2050 de construire six nouveaux EPR de seconde génération et d’étudier la construction de huit réacteurs supplémentaires.

Autre annonce, il veut « prolonger tous les réacteurs qui peuvent l’être », au-delà de 50 ans si possible, et éviter d’en fermer, une volte-face par rapport aux objectifs de 2018 d’en fermer une douzaine.

« J’ai pris deux décisions fortes: prolonger tous les réacteurs nucléaires qui peuvent l’être, sans rien céder sur la sûreté » et « qu’aucun réacteur nucléaire en état de produire ne soit fermé à l’avenir (…) sauf raison de sûreté », a-t-il dit à Belfort, précisant avoir demandé à l’électricien français EDF « d’étudier les conditions de prolongation au-delà de 50 ans ».

Pour les nouveaux réacteurs, « nous procéderons par palier », a-t-il expliqué, avec une mise en service du premier EPR2 vers 2035.

La filière devra développer de petits réacteurs modulables (SMR) et des réacteurs « innovants » produisant moins de déchets.

Au total, ces décisions à très long terme devraient aboutir à la mise en service de « 25 gigawatts de nouvelles capacités nucléaires d’ici à 2050 », une « révolution » justifiée par la hausse des besoins d’électricité.

Ce sera une nette hausse par rapport aux quelques 61 GW du parc nucléaire français actuel, alors que la loi de programmation pluriannuelle de l’énergie de 2020 prévoyait la fermeture d’une douzaine des réacteurs les plus anciens.

« Il nous faut reprendre le fil de la grande aventure du nucléaire civil en France », a-t-il lancé, en ironisant sur ses adversaires qui « affirment que nous n’aurions pas besoin de nucléaire ».

« La décennie passée a été marquée par un doute international sur le nucléaire, une période de glaciation suite évidemment au terrible événement à Fukushima », a-t-il reconnu. « Certaines nations ont fait des choix radicaux dans cette période de tourner le dos au nucléaire. La France n’a pas fait ce choix, elle a résisté mais elle n’a pas réinvesti parce que ce doute était là ».

Mais désormais, « il y a rupture du temps passé », les conditions sont maintenant réunies pour la renaissance du nucléaire ».

« EDF, une entreprise de souveraineté, construira et exploitera les nouveaux EPR. Elle pourra compter sur le soutien de l’Etat pour mener à bien ce projet d’une ampleur inégalée depuis 40 ans dans de bonnes conditions financières et opérationnelles, a-t-il conclu, en promettant de débloquer « plusieurs dizaines de milliards d’euros ».
pab-leb/ib/dch

commentaires

COMMENTAIRES

  • Bonjour,
    Comme je l’ai écrit par ailleurs :
    « Bonjour,
    C’est mieux d’indiquer les objectifs avant les élections. On va pouvoir en parler. Peut-être pas en toute connaissance de cause? Je rencontre trop de monde qui ne souhaite pas s’intéresser à la technique?
    Sachant que les « politiques » changent d’avis en fonction de la majorité, il faut donc informer les Français.
    – Une première étape est franchie : nous allons relancer le nucléaire très bas carbone et pilotable…
    – Une autre étape sera plus difficile : convaincre les Français de la presque inutilité des énergies intermittentes (vent et solaire)
    Pourquoi ?
    – L’énergie électrique est un bien commun qui ne souffre pas de coupure
    – Les états maintiennent une puissance électrique pilotable pour les 3/4 du temps quand il n’y a pas de vent et de soleil.
    – Donc: l’investissement en production d’énergie intermittente (ENRi) est un investissement en double
    – Lorsque les ENRi produisent, les productions pilotables doivent ralentir.
    – …
    Merci de votre attention »

    Répondre
    • @Stoclin 11.02.2022
      Tout à fait d’accord, mais je préfère une autre façon de présenter les choses.
      Les énergies intermittentes, éolien et solaire, qui nécessitent des centrales pilotables en parallèle, sont mauvaises pour le climat, car l’ensemble génère beaucoup de CO2.

      Vouloir remplacer des centrales nucléaires pilotables par des intermittents est donc impossible, sauf à abandonner les objectifs climat.

      Répondre
      • 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
    • @ Stoclin pour « Donc: l’investissement en production d’énergie intermittente (ENRi) est un investissement en double »
      Après analyse du rapport RTE (625 pages) concernant le scénario M0 100% RENOUVELABLE
      ci après montants des investissements en milliards d’€ à l’horizon 2050 repris en page 496
      ENR intermittentes……… ……………..: 444 Md€
      Réseaux à modifier pour ces ENRi……: 352 Md€
      Flexibilité (Cgaz, batteries incluses). : 132 Md€
      Donc la formule : 1 € investi ds les ENR intermittentes nécessite plus d’1 € investi pour les secourir d’une manière ou d’une autre est démontrés.

      Répondre
        • Hervé Guéret un service public ne devrait pas défendre l’intérêt général au lieu d’enfoncer la France toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec une énergie polluante à tous les stades qui fait des ravages sur la faune la flore et l’etre humain alors que l’on peut faire beaucoup mieux , moins cher , plus vite sans dangers et sans déchets avec les ENR …

          Répondre
    • Stoclin toujours aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile .. ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
  • Mais pourquoi a-t-il attendu d’être à deux mois des élections pour revenir sur les mesures stupides décidés du temps de son prédécesseur de sinistre mémoire et qu’il a prolongées pour pouvoir s’afficher avec Nicolas Hulot, grand spécialiste en matière d’énergie comme chacun sait.

    Répondre
    • @Brun 11.02.2022
      « Mais pourquoi a-t-il attendu d’être à deux mois des élections »
      C’est vrai, ce serait mieux s’il n’avait pas arrêté deux réacteurs en parfait état et stoppé le projet Astrid, fondamental, mais mieux vaut tard que jamais.
      Il se conduit enfin en chef d’État responsable.

      Répondre
  • @ Brun
    Le sens du vent comme toutes les girouettes ! Mais seules les bonnes girouettes ne tournent pas à contre vent

    Répondre
  • Il peut tjs causer ! J’attends de connaître les moyens financiers car vue la situation financière d’EDF et l’état actuel du parc si l’ASN est libre d’imposer ses exigences de sûreté, la facture pour la prolongation va flamber!
    Quant à L’EPR, avant d’en construire d’autres que l’on réussisse d’abord à terminer celui de Flamanville et de voir si et comment il fonctionne.
    Cette fuite en avant réjouit sans doute les pronucléaires et va faire hurler les anti, moi elle m’inquiète comme ce choix du Tout électrique avec ou sans ENR

    Répondre
    • @Dumas 12.02.2022
      Pour les finances d’EDF, l’État s’est échiné à le ruiner dans le but de faire plaisir à court terme aux électeurs en baissant artificiellement le prix de leurs facture.
      Les investissements seront donc, d’une façon ou d’une autre, payés par l’État.
      C’est d’ailleurs bien ce qu’on fait avec les subventions aux ReNi (Renouvelables intermittents), et par l’obligation faite à EDF de prendre ces ReNi en priorité.

      Pour Flamanville, oui, c’est une catastrophe industrielle, et j’espère simplement que les défauts, à la fois dans la centrale elle même que dans le management, seront vite oubliés.

      Quant au (presque) tout électrique, pour une grosse partie, nous devrons remplacer les hydrocarbures par de l’électricité, sauf à revenir à la bougie.
      Je dis presque, car si nous continuons à développer des éoliennes et solaire, qui nécessitent en parallèle des centrales à gaz, l’électricité ne sera pas verte, et les voitures électriques non plus.
      Il serait donc souhaitable de laisser une porte ouverte pour des voitures à très faible consommation, 1,5 litre aux 100 par exemple.
      Une 2ch Citroën modernisée, quoi.

      Répondre
      • Hervé Guéret et ses éternels canulars pour gogos qui refuse de voir la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier au profit des inepties récurrentes qu’il a gobé sans jamais rien vérifier … EDF depuis le début a toujours fonctionné avec nos impôts et on l’a deja paye très très cher et on va le payer toujours plus cher des milliers d’année alors que les ENR ne sont pas financés par l’Etat / nos impôts .. et c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre al pollution , el Co² , les GES ..c’est el Nucléaire qui a toujours été une catastrophe sur tous les points et non on ne laisse pas des véhicules polluants qui aggravent notre pollution , santé et notre balance commerciale …

        Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective