loi transition energetique 2015 impasse securite alimentation electrique france - Le Monde de l'Energie

La loi de transition énergétique a fait l’impasse sur la sécurité de l’alimentation électrique de la France

Une tribune signée par l’association Sauvons le Climat, qui défend un scénario de sortie des combustibles fossiles dans une optique « positive, scientifique, cartésienne », sous la plume de Claude Jeandron, ex-ingénieur d’EDF et président d’honneur de l’association.

En matière de transition énergétique, le texte de loi français le plus critiquable est sans conteste la loi de transition écologique pour une croissance verte (LTECV) du 17 août 2015 puisque ce texte, fortement orienté sur les questions énergétiques, pour ne pas dire électriques, a lancé le remplacement d’une partie du parc nucléaire existant (le tiers de ce parc !), par des énergies renouvelables, essentiellement éolienne et solaire.

Faut-il rappeler pourtant que les centrales nucléaires produisent une électricité totalement décarbonée ? Les arrêter était donc totalement contraire à la logique et répondait à une idéologie antinucléaire. Première erreur fondamentale sur laquelle il est urgent de revenir.

Il faut ajouter que les centrales nucléaires sont pilotables c’est-à-dire que leur production peut être modulée en fonction de la demande. Les parcs éoliens et solaires, même avec des puissances très élevées, ne peuvent remplacer le nucléaire car ils ne sont pas réglables : leur puissance ne dépend que de la force du vent et du rayonnement solaire et donc échappe à tout réglage.

Affichant de plus une baisse importante des capacités de production à base de combustibles fossiles (centrales au charbon et au fioul), la LTECV a fait l’impasse sur la sécurité de l’alimentation électrique de la France : en période de faible vent et de faible ensoleillement, et avec une capacité nucléaire réduite d’un tiers, la France est contrainte d’importer de l’électricité en grande quantité… si nos voisins savent répondre à cette demande.

Or c’est toute l’Europe qui a succombé au mirage des renouvelables et il est probable que les périodes de déficit de production seront les mêmes dans toute l’Europe occidentale (en particulier les périodes anticycloniques d’hiver). La baisse de capacité passagère du parc nucléaire en 2022 est un facteur aggravant conjoncturel mais le manque de production pilotable va se faire sentir pendant de nombreux hivers. Deuxième erreur grave pour la France, les Français et leur économie.

Les gouvernements concernés ont sans doute misé sur une baisse drastique des consommations d’énergie (et donc aussi d’électricité). La LTECV, comme d’autres lois et décrets, ont trop souvent confondu économies d’énergies et baisse des émissions de CO2. Même si elle visait une baisse des consommations d’énergies fossiles, dans les faits et les objectifs chiffrés la LTECV sous-estimait gravement le besoin de transférer beaucoup d’usages énergétiques vers l’électricité.

C’est l’exemple de la RT20121 qui pendant une dizaine d’année a favorisé le chauffage au gaz aux dépends de solutions électriques très performantes (pompes à chaleur). Notre industrie a également besoin de convertir de nombreux process de production vers l’électricité (et l’hydrogène décarboné). Troisième erreur : même si celle-ci est en partie corrigée (programme d’investissements de production d’électricité, RT 2020, mobilité électrique,..), elle nous a mis en retard dans la réduction de nos émissions.

Pour respecter ses engagements internationaux, la France est maintenant contrainte d’accélérer fortement la baisse des émissions dans tous les domaines. Le pourra-t-elle avec la confiance des Français ?

1Réglementation thermique sur la construction neuve

commentaires

COMMENTAIRES

  • Effectivement, elle fait l’impasse sur la securité énergétique en favorisant le nucléaire qui est en train de nous faire la preuve de ses carences. En revanche des engagments en faveur des renouvelable pris lors de la cop21, aucun n’a été tenu. Où sont donc les 6GW d’éolien en mer qui devaient être opérationels en 2020 ? Resultat zero et le reste à l’avenant, pourtant ma collection de cartes de météovent depuis deux ans font état de vents permanents sur le litoral français. D »aulleurs depuis au moins 8 mois il n’y a que les jours où il y a du vent dans les hauts de France et le grand Est qui totalisent 60% des éoliennes du pays, que nous ne sommes pas contraints d’importer de l’électricité depuis chez nos voisins. Regardrez les cartes vents de météoFrance, aujourd’hui il y a du vent dans ces 16 petits pourcents du territoire, et regardez la production d’électricité par source sur eco2mix, c’est frappant, pas d’importation et un apport constant de 6GW d’éolien.
    Ce sont les renouvelbles qui nous sauveraient du blackout et pas les allemands si nous nous en etions tenu à nos engagements en matiere de renouvealble, ce qui nous aurait également évité l’amande de 500 millions d’euros pour inaction climatique, car faut il le rappeler ? Nous sommes le seul pays d’Europe à ne pas avoir respecté nos engagements.

    Répondre
    • Eternel Rochain !!!
      « pourtant ma collection de cartes de météovent depuis deux ans font état de vents permanents sur le litoral français »
      Grotesque, surtout si on considère que, par suite de la forme en cubique de la courbe Puissance fonction de la vitesse du vent, il de suffit pas d’avoir « du vent », mais un très bon vent pour avoir une puissance non négligeable.

      « Nous sommes le seul pays d’Europe à ne pas avoir respecté nos engagements »
      Nous sommes surtout l’idiot du village, à avoir accepté des objectifs n’ayant pour nous ni queue ni tète.
      Grace à notre nucléaire, nous sommes meilleurs que tous nos voisins en matière d’émission de CO2.
      Mais l’EU, au lieu de donner des objectifs en termes de résultats, tonnes de CO2, a donné des objectifs en termes de moyens, renouvelables, sous la pression des Allemands à qui ça convient.

      Et tout ça, Rochain, vous le savez très bien. Simplement, discuter avec vous ne présente aucun intérêt, car vous ne savez faire que de la propagande anti-nucléaire de totale mauvaise foi.

      Au fond, c’est fatiguant de devoir toujours détricoter les âneries que vous sortez en permanence.

      https://1drv.ms/u/s!Aoz2RZetULwc9gqLNyI5cdpmz0Dn?e=uGcau8
      Juste un exemple classique d’une météo d’hiver avec des vents parfaitement insuffisants pour faire tourner les éoliennes.
      Et comme c’est en janvier, 11 janvier 22, pas beaucoup plus de solaire.
      CQFD, dire que « ma collection de cartes de météovent depuis deux ans font état de vents permanents sur le litoral français » est, comme souvent chez vous, une ânerie.
      Comme lorsque vous parlez d’astronomie.
      Triste sire.

      Répondre
    • Vous êtes un individu dangereux. Sans le nucléaire la France ne peut assurer son alimentation vitale en électricité . C’est criminel de prêcher des théories conduisant à des hôpitaux sans électricité ;;; avec les morts en résultant.
      Dommage que vous soyez nul en mathématiques et physique malgré vos prétendus diplômes universitaires … Ingénieur, malgré vos dénégations calomnieuses, voila ce que j’ai calculé :
      – Remplacement du parc routier à moteurs thermiques par des véhicules à batterie ou pile à combustible hydrogène.
      Le CPDP donne les consommations en supercarurant et gazole des VP, VUL, VI avec le PCI de ces carburants on calcule les TWh effectifs à la roue. Avec les rendements 24 % essence, 30 % Diesel, 70 % batterie, 21 % hydrogène on restitue les KWh électriques à fournir : 300 TWh.
      Une éolienne terrestre puissance 2,1 MW fournit 0,004733 TWh . Voir INSEE.
      Pour 300 TWh , il faut 63385 éoliennes terrestres . Avec 9000 aujourd’hui, les Français n’en veulent plus .
      Une éolienne marine , puissance 8 MW, fournit 0,03226 TWh / an.
      Pour 300 TWh , il faut 9300 éoliennes marines .
      Le gouvernement a prévu 40 GW en éolien marin soit 80 parcs de 496 MW , 62 èoliennes,
      Total : 4960 éoliennes marines et non pas 9300 !
      La France consomme 1600 TWh / an … Combien d’éoliennes selon votre prêchi-prêcha.
      Un EPR2 1, 65 GW fournit 11, 22 TWh / an soient 2370 éoliennes terrestres ou 348 éoliennes marines.
      Calcul idem pour le ferroviaire, le marin, l’aérien. Avec le remplacement du parc nucléaire actuel, le 0 carbone transport, Industrie, résidentiel, il faut 100 EPR2 d’ici à 2050 soient 1122 TWh pour 1600 TWh annuels consommés.
      Un parc éolien marin 496 MW , 2 TWh / an coûte 2 Milliards. 80 parcs : 160 Milliards € et pour 20 ans.
      Un EPR2 : 7 Millliards . 160 TWh / 11,22 x 7 = 100Milliards € et pour 60 ans.
      160 / 100 x 3 = 4,8 fois plus cher en investissement !!!
      Puisque vous êtes si fort, reprenez mes calculs et apportez les corrections éventuelles.
      Mais ce serait vous sortir de vos fantasmes dangereux…Je n’attends donc rien de vous, vous avez
      trop regardé le soleil sans lunette…

      Répondre
      • C’est vous l’individu dangereux qui recommandez le nucléaire dont in a la preuve de l’inefficacité aujourd’hui et depuis 8 mois.! Au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la crise covid donnée comme prétexte à l’état lamentable du parc nucléaire, la situation s’aggrave. De 15 réacteurs en carafe en 2021 e’ moyenne, elle oscille maintenant entre 25 et 30 ! Aujourd’hui c’est 26 !
        Le pire c’est que vous ne vous rendez même pas compte de votre dangerosité !

        Répondre
      • @Coudre
        « Dommage que vous soyez nul en mathématiques et physique malgré vos prétendus diplômes universitaires »
        Ça, c’est bien vrai.
        Le plus étonnant est qu’il est même nul en astronomie, sujet sur lequel il se vante d’être un grand spécialiste.
        Ceci dit, cette nullité n’a rien d’étonnant, il a eu son diplôme par « validation des connaissances » et qui plus est dans un domaine ne nécessitant aucune compétence en mathématique et en physique : l’informatique.
        Et il n’est donc pas étonnant que, n’ayant pas les bases pour argumenter, il prenne systématiquement des positions d’autorité : moi, j’ai raison car je sais, et vous vous n’y comprendrez jamais rien.
        Raisonnement de faible.
        Globalement, il est dangereux, car il peur faire passer chez des incompétents des idées fausses.
        Et c’est bien ce qu’il tente en permanence.

        Répondre
    • C’est individu est dangereux. Il veut mettre la France en panne électrique : couper les hôpitaux d’électricité est criminel. Je lui ai envoyé mes calculs … mais il est nul en maths , alors je n’attends rien de ses corrections…

      Répondre
      • J’ai rarement rencontrer des gens aussi prétentieux que ce coudre qui n’a que bave à la bouche et se montre méprisant vis à vis de ceux qui ont l’outrecuidance de ne pas me trouver nul en tout.
        Un fou…qui parle de ses calculs invisibles ? Rien d’autre.

        Répondre
        • @Rochain
          Après avoir fait un exposé détaillé parfaitement clair, Coudre vous demandait :
          « Puisque vous êtes si fort, reprenez mes calculs et apportez les corrections éventuelles. »
          On attend encore.
          Au lieu de répondre argument contre argument, ce dont vous êtes bien incapable, vous vous mettez comme d’habitude dans une position d’autorité, la position favorite des faibles et des incompétents, qui plus est en attaquant la personne, pas ses raisonnements.

          « J’ai rarement rencontrer des gens aussi prétentieux que ce coudre qui n’a que bave à la bouche »
          Typique et lamentable.

          Argumentez donc sur la thèse de Coudre, si vous en êtes capable, ce dont je doute.

          P.S. « rencontré » serait plus correcte.

          Répondre
        • Mr Rochain : le bon sens vous effraie … Prétention ? Oui, je suis meilleur en arithmétique que vous. Où sont vos propositions pour fournir 1630 TWh / an ?
          Avec des bornés comme vous, la France est en panne électrique !
          Des hôpitaux sans électricité, c’est criminel . Êtes-vous conscient de votre dangerosité ?

          Répondre
          • Et vous, avez vous conscience de votre nullité ? Comment osé affirmé des coûts d’EPR à 7 G€ quand le seul que nous ayons s’est élevé (et ce n’est pas fini) à 19 G€. Comment osé limité la durée de vie des éoliennes à 20 ans quand certains dépassent allégremenrt les trente ans ? Comment osé en contrepartie annoncer des durées de vie de 60 ans pour des EPR qui n’arrivent même pas à démarer ?
            Et vous demandez où sont vos erreurs de calcul ? Mais mon pauvre Coudre avant même vos calculs ce sont vous chiffres qui sont faux… je ne me suis même pas donné la peine de vérifier vos multiplications ni même si elles étaient justifiées tellement vous puez de vanité en prétendant apprendre à compter à ceux qui le savent depuis bien plus longtemps que vous.
            Pauvre France, hélas, il y en a tellement des comme ça !!!!

      • Pour les math, Coudre, je vous recommande « une histoire des mathématiques » chez ISTE Éditions. Vous y trouverez comment faire une addition et la soustraction, le début en quelque sorte, c’est dans le premier chapitre… Je crainds que vous ne perdiez pied au début du second. 😊

        Répondre
    • Si seulement ce Serge Rochain avait quelques notions d’arithmétique …
      La France consomme 1630 TWh par an.
      E.Macron propose 40 GW d’éolien marin soient 80 parcs de 62 éoliennes de 8 MW . Production 2TWh /an par parc –> 160 TWh / an. Coût d’un parc 2 Milliards , 80 –> 160 Milliards . Durée 20 ans.
      Il propose 100 GW en solaire –> 110 TWh / an . Donc 270 TWh / an à venir.
      Renouvelable en 2020 : Hydraulique : 65 TWh / an, Eolien : 40 Twh / an , Solaire : 13 TWh / an, Bioenergies : 10 TWh / an . Total = 128 TWh / an . Chiffres INSEE.
      Total renouvelables : 270 + 128 = 398 TWh / an.
      Reste à produire : 1630 – 398 = 1232 TWh / an .
      Alors vent ou pas vent , lumière ou pas … c’est secondaire !
      1 EPR 2 fournit 11, 22 TWh / an : 1232 / 11,22 = 110 EPR2 , 7 Milliards un EPR 2 –> 770 Milliards; Durée 60 ans voire 100 ans.
      1232 / 2 = 616 parcs éoliens marins ( où les mettre) –> 1232 Milliards . Durée 20 ans . pour 60 ans –> 3696 Milliards à comparer à 770 Milliards pour 0 GES en 2050 .
      Les mêmes calculs en éolien terrestre ou photovoltaïque , c’est pire.
      S. Rochain : de l’arithmétique de base , les 4 opérations , c’est à votre portée …
      Alors , demontrez-moi que mes calculs sont faux !!! Sans le nucléaire, point de salut .
      Arrêtez de jouer avec votre moulinet enfantin .

      Répondre
      •  Mon cher petit coudre, je vous suggère la lecture de « Une histoire des mathématiques, des origines jusqu’aux algorithmes » paru cette année chez ISTE Editions dans lequel vous découvrirez comment ne pas faire de faux calculs basés sur des chiffres faux dès l’origine d’une démonstration. Je vous propose d’ailleurs une de ces démonstrations objectives sans sortir de chiffres d’un quelconque chapeau :
        Les données du problème :
        Nucléaire :
        Cout EPR : 19,1 G€ voir référence de la cour des comptes (plus d’un URL censure le message)
        Délai de réalisation 2007 à 2022 : 15 ans
        Puissance de production théorique 1,65 GW Facteur de charge 75% (mais même à 100% sans maintenance ni rechargement d’uranium ni incidents…. Ça ne fera pas le poids. Noter que le facteur de charge du parc existant n’a été en 2020 que de 60,7%)
        Puissance réelle : 1,23 GW
        Production annuelle : 10,8 TWh
        Parc éolien :
        Coût d’une éolienne de 2 MW : 2,6 M€
        (https://www.pole-medee.com/2014/08/combien-coute-une-eolienne/)
        On peut donc construire 7346 éoliennes avec ce que coûte (a déjà couté sans produire) l’EPR de Flamanville.
        Facteur de charge moyen France de l’éolien : 26, 35 % (voir Wikipedia pour la France)
        Puissance théorique 14,7 GW, puissance réelle 3,9 GW
        Production annuelle : 34 TWh soit 3 fois plus que le nucléaire de l’EPR
        Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.
        Ce calcul est confirmé par une autre méthode basée sur la production effective du parc actuel aboutissant aux mêmes conclusions.
        En 2020 la production électrique de la France a été de 500,1 TWh dont 7,9% d’éolien, soit une production de 39,5 TWh avec 8000 éoliennes. Une simple règle de trois nous montre qu’avec 7346 éoliennes dont le coût total correspond à celui de l’EPR, la production aurait été de 36 TWh soit 2 TWh de différence
        Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.
        Le coût du MWh solaire ayant rejoint celui de l’éolien depuis 2018 le résultat est le même pour le solaire
        Je n’ai laissé qu’un seul URL de référence pour que le message ne soit pas frappé de censure

        Répondre
    • Non Cochelin, vous ne comprenez jamais bien ce que je vous dis en raison de votre esprit mal tourné.
      Je ne me rejouis pas des 6 GW d’aujourd’hui, je me réjouis de constater qu’il y a une production électrique significative quand il y a des éoliennes là où le vent souffle car il souffle toujours quelques part. Pour s’en convaincre il suffit de regarder les cartes de météoFrance chaque jour pour le constater.
      Vous dite qu’hier matin il n’y avait que 2 GW mais hier matin il y avait de forts vents sur tout le littoral français, là où il n’y avait aucune éoliennes et si ce littoral était équipé comme les hauts de France ce serait 50 GW de production toute la journée que nous aurions constaté.
      Et le 12 octobre le vent était généreux de la frantiere Belge à la pointe de bretagne ainsi que dans le golf du Lion et cela aurait été à équipement équivalent de l’ordre 25 GW.
      Vous semblez ignorer Cochelin qu’il ne suffit pas qu’il y ait du vent, il faut aussi qu’il y ait des éoliennes et le nucléarisme de Macron s’y est opposé depuis son arrivé au pouvoir. Aucun des parcs éoliens qui ne dépendent que de l’ETAT, l’eolien en mer qui n’est situé sur aucune commune, n’a été entrepris durant ces 5 années, malgrès les engagements de la France.. Vos arguments ne pèsent rien face à ces réalités vérifiables…. tout le monde peut collectionner les cartes de météoFrance vent !

      Répondre
      • @Serge,

        Pour faire vos estimations vous sortez votre saucisson d’âne et vous prenez une rondelle pour lire dedans ce qu’il y a aura en production !!! Vous devriez Vraiment proposé vos services en « routeur météo » pour des bateaux à voile…

        Un conseil, tournez votre langue dans votre bouche 7 fois avant d’annoncer n’importe quoi !!! Pour vous y aider un petit bout de chocolat noir vous ferait du bien. Essayez donc – https://graindesail.com/fr/content/22-nos-voyages-transatlantiques
        En plus cela détend

        Répondre
    • Quand je vous démontre que vous dites des betises sur les avantages du foisonnement, vous vous rabattez sur l’Allemagne qui, effectivement n’a pas notre chance de ce coté. Une seule façade maritime ce n’est pas très riche.
      Mais avec le cas du du 12 octobre cela démontre qu’il y a foisonement entre la façade Atlantique où il n’y avait pratiquement pas de vent de la Bretagne à l’Espagne alors que de la Bretagne à la mer du Nord c’était bien venté, ce qui dément ce qu’à dit Marc dans un de nos échanges, Manche et Atlantique sont bien discociés.
      Nous avons une chan ce que nous partageons avec personne, et pourtant ce sont les autres qui montrent le bon chemein. S’ils réussissent nous ne pourrions pas échouer.

      Répondre
  • SR: en regardant les cartes de vents depuis longtemps, il est vrai qu’au niveau du foisonnement, Manche et Atlantique sont davantage dissociées que ce que je percevais au départ par manque d’historique.

    Répondre
    • Vous avez raison Marc
      L’expérimentation est incontournable et démoli systématiquement les évaluations pifométriques qui ne traduisent que nos aspirations dogmatiques. je me méfie tellement de moi que je reours a un travail astreignant tous les jours en relevant bien plus que la carte des vents de météoFrance. En fait, tout ce que le site ne fait pas en archivage toujours disponible comme eco2mix par exemple. Mais je le releve également car cela permet d’avoir une évolution sur une page en réduit et quand j’aen aurai le temps et l’envie, de les passer à travers une application (que je dois écrire) pour obtenir des statistiques sur de longues periodes car les faire defiler sous nos yeux n’est pas une solution fiable, on oublie rapidement en quelques minutes ce que l’on a vu au début de la sequence.

      Répondre
    • Oui il y a souvent des dépressions ur les iles britanniques qui ne touchent que la Manche !!!

      Mais rarement l’inverse… Donc plus de vent surtout en Manche Ouest que dans le Sud de la Bretagne…
      Le parc de Saint-Brieuc devrait être plus productif que celui de Saint-Nazaire à certaines saisons…

      Répondre
  • L’absurdité d’une politique de démolition de notre parc nucléaire ne semble toujours pas émouvoir la macronie. puisque, suite aux belles déclarations de février 2021, rien n’a été fait pour remettre en cause la décision de fermeture de 12 de centrales nucléaires en vue de les remplacer par du renouvelable. Lequel va coûter une fortune, est constitué à quasiment 100 % d’équipements importés, n’est en rien écologique dans sa fabrication et son démantèlement, et n’apportera strictement aucun bénéfice en matière de rejet de CO2 ! Est il besoin d’ajouter qu’au demeurant la France est responsable d’une proportion ridicule des dits rejets, moins de 1 % ! Incohérence totale qui laisse pantois.
    Pendant combien de temps encore va-t-on marcher sur la tête ?

    Répondre
    • Eh oui on s’exonére facilement de notre responsabilité car avec 1% de la production des GES nous ne sommes que 0,8% de la population mondiale… Nous polluons donc plus que la moyenne !
      Sans copter qu’une grande part de notre pollution est produite à l’étranger comme celle de l’extraction des minerais uranifere qui sont broyés et traités sur le site d’extraction pour produire l’uranium qui est ensuite envoyé en France…. Toujours bien propre sur vous Brun ?
      Combien de temps va durer cette mascarade Brun ?

      Répondre
      • @ Brun
        D’une part
        En équivalent CO² (Co²+CH4) par personne :
        Allemagne : 8.49 t
        France : 5.34 t
        D’autre part
        Comme ci, pour la planète, les minerais uranifères représentaient le gros du peloton de la pollution des minerais de tout poil (extraction et raffinage. Quand on parle de nucléaire il met la loupe avec ses verres de lunettes grossissants !

        Répondre
        • L’extraction miniere, puis le concassage du minerai et sa réduction en poudre, opérations qui se font avec des engins scrappers et broyeurs fonctionnant au gasoil, suivi de la séparation aux acides et du lavage du yellow cake qui poulluent les sol et sous-sol des lieux de production sont l’essentiel de la pollution de la chaine de traitement du combustible nucléaire….mais se fait chez les autres. Ce qui se fait en France à partir du yellow cake déjà enrichi à 75% d’uranium (235+238) n’est qu’anecdotique 6 g de CO2 dans ce qu’a retenu l’ADEME. et le reste à l’étranger c’est de 5 à 10 fois plus selon la teneur du filon exploité, c’est une des raisons qui fait qu’en ayant des fournisseurs différents en Afrique et Asie notamment, un chiffre unique de CO2 par KWh n’est qu’une fumisterie sur l’ACV car le traitement varie considérablement selon la difficulté à isoler l’uranium des autres minéraux. Il n’y a pas lieu de prendre une loupe pour considérer ce qui précisément est énorme, le plus important, dans une chaine de traitement.

          Répondre
          • @ Brun à nouveau je répète
            En équivalent CO² (Co²+CH4) par personne :
            Allemagne : 8.49 t
            France : 5.34 t
            Ce à quoi SR ne répond pas en tentant de noyer le poisson en faisant l’anguille avec son faux savoir.

          • Mais si la réponse est claire : La France triche au nom du nucléaire sacré ! Et Dubus feint de ne pas comprendre.

          • @Rochain
            « Mais si la réponse est claire : La France triche au nom du nucléaire sacré ! »
            Et d’où sortez-vous une telle ânerie !!!

            Dommage qu’on n’ait pas continué notre excellente politique nucléaire civile, on serait moins inquiets pour l’avenir de nos enfants.

    • Cochelin j’ai la preuve du contraire même réduit au niveau de la France
      Et vous pourriez avoir la même preuve en collection ant comme moi les cartes de météo France et maintenant depuis 8 mois de s vents en Europe.
      Votre blabla ne pourra pas me convaincre à moins que vous ne me pouviez que météo France raconte n’importe quoi… J’ai plutôt tendance à les croire plutôt que vos références et vous même.

      Répondre
    • De plus quand je vois ce que ce cereme écrit dans le texte je ne suis plus étonné !
      Des contre-vérités invraisemblables sur la façon de produire des éoliennes… À peine croyable !

      Répondre
  • Erreur d’appellation, c’est bien de « Sauvons le nucléaire » dont il s’agit, une association qui se moque bien du climat mais ne fait que dénigrer les énergies renouvelables pour essayer de sauver son fétiche.

    Alors que les émissions provenant de la production mondiale d’électricité se limitent à 20,4 % des émissions de gaz à effet de serre, le nucléaire n’a pratiquement plus que cet argument du CO2 sous la main.

    Pour la prétendue modulation en fonction de la demande, il suffit de constater les évolutions comparées de la demande et de la production nucléaire entre 6h00 et 9h00 pour constater que le nucléaire est incapable de répondre à la demande.

    Y compris lorsque les réacteurs ne sont pas à l’arrêt pour diverses raisons, c’est l’hydraulique qui fait l’essentiel de l’adaptation de la production à la demande, puis le gaz naturel …

    Lorsqu’un réacteur subit un arrêt d’urgence, ce qui est relativement fréquent, en quoi est-il « pilotable » ?

    Répondre
    • Ça fait des années que je le dis Marguerite, le nucléaire est pilotable que si on ‘e lui demande pas de le faire.

      Ça ne marche que devant un parterre de journalistes réunis pour la démonstration. Mais je voudrais qu’ il prennent rendez vous tous les matins et tous les soirs ne serait ce que pendant 15 jours… Et le réacteur de démonstration tombera en carafe avant la fin de la demo
      Et c’est ce que l’inyro des ENR variable a démontré…. L’EDF a voulu suivre prétentieuse ment et le résultat c’est qu’o’ explique le fiasco avec des retards de maintenance, de covid, de guerre en Ukraine
      Les vrais pro D’EDF le savait bien d’où les limitations qu’ils voulaient imposer à la penettation des variables sous tous les prétextes ridicules comme la stabilité du réseau en fait une limitation correspondant à ce que l’hydraulique pouvait compenser…. Le bluff qu’ils cherchent à cacher en nous emmenant au trou du blackout c’est la soi disant pilotabilite du nucléaire… Ce que ne prétendent pas les autres pays notamment les USA
      .

      Répondre
    • @Marguerite,

      La pilotabilité du Nucléaire en intra-saisonnier est indéniable et voulue/rpogrammée …
      La pilotabilité du Nucléaire à la semaine est plus limitée mais réelle…
      La pilotabilité du Nucléaire à la journée c’est en effet discutable et discutée… C’est aussi pour cela que des STEP ont été faite dans les années 80 (pas assez certes !!! mais il fallait nourrir les Gaziers…)

      La pilotabilité des ENRi est nulle Même en ARGUant une EnR-ITE aigue… C’est le bonheur des Gaziers et même des charbonniers…

      Répondre
  • Un « anticyclone hivernal » ne couvre jamais l’Europe entière, ni la partie occidentale de celle-ci, et n’est jamais stationnaire à cette échelle.

    Lorsque le vent est faible sur la France, il est généralement puissant dans d’autres régions, que ce soit la péninsule ibérique, les îles britanniques et irlandaise, l’Europe du Nord, du Sud ou Centrale.

    Pour la France seule, le meilleur exemple en est la vague de froid exceptionnelle de février 2012.

    Du 1er au 12 février, la température nationale a été négative, le facteur de charge de l’éolien a été en moyenne de 31,1 %. Les jours où il a fait le plus froid, ce f.c. a été de 34 à 36 %.
    Sur la période, le facteur de charge du nucléaire a été 93,2 %, loin du 100 %.

    Si l’on fait un monotone des températures, on voit qu’il n’y a aucune corrélation avec le facteur de charge de l’éolien : celui-ci est souvent très fort un jour très froid et plus faible un autre jour moins froid de la même période.

    Répondre
    • @Marguerite,

      Certes, mais alors pourquoi ne fait-on pas plus d’interconnexion et que les Allemands sont omnibulés par MidCAT (un gazoduc France-Espagne) et pas par des interconnexions électriques ??? Ce dont personne ne parle en ce moment…

      En ajoutant le Maghreb a votre inventaire, vous avez du foisonnement mais pas de capacités de transport actuellement !!! Et faire ces lignes pour des volumes en lien avec du 100% ENR c’est monstrueux !!!

      Vous avez raison sur le fait qu’il aurait fallu étaler davantage les ENRi pour optimiser le système et pas les concentrer ce qui impose du Fossile à large échelle…
      Faire un reéseau THT à l’échelle européenne pour supporter du 100ENRi, combien d’années !? 20, 30 ou 40 ans !!! Et pas un plan réel à ce jour ni même de volontés politiques claires et précises dessus !!!

      Répondre
  • Dans la course à la baisse drastique des coûts de l’éolien suite aux appels d’offre concurrentiels, certains contructeurs commencent même à être en difficulté. Après SIEMENS, voilà General Electric :https://www.lefigaro.fr/societes/general-electric-restructuration-dans-l-eolien-terrestre-jusqu-a-570-postes-supprimes-en-europe-20221018 Le facteur de charge de l’éolien à la baisse constaté depuis 2 ans (et probablement cette année encore) ne va pas arranger les choses.

    Répondre
    • Il n’y a aucune corrélation entre. Une baisse du vent et les difficultés des producteurs d’eoliennes en revanche il y en a une évidente entre leurs projets et le constat que Macron s’est rabattu sur le nucléaire contre toutes attentes en raison de l’échec de L’EPR de Flamanville sur lequel il devait s’appuyer pour justifier son choix !
      « ils. Le pensaient réfléchi et comptait sur une commande massive d’eoliennes et à la place on a une commande de 6 EPR.! IL LEUR RESTE À LICENTIER.

      Répondre
  • Par grand froid, l’efficacité d’une pompe à chaleur se réduit fortement, alors que le besoin de chaleur augmente. En conséquence, non seulement la PAC consomme davantage d’électricité pour produire une moindre quantité de chaleur (sans oublier le dégivrage), mais il faut aussi ajouter une autre source de chaleur qui sera celle d’un simple radiateur électrique le plus souvent.

    Ainsi, le problème constant du chauffage électrique demeure : celui de la « pointe électrique » hivernale en fonction de laquelle doivent être adaptés les moyens de production et les réseaux.

    La seule solution réaliste, en plus d’une bonne isolation thermique des bâtiment, se trouve dans les réseaux de chaleur et dans un stockage de la chaleur à différentes échelles de temps, de la journée à la saison.

    Ce stockage peut non seulement s’effectuer au niveau de la centrale de production de chaleur, mais aussi au niveau d’un quartier et même d’un immeuble ou d’une maison pour les nouvelles constructions.

    https://jenni.ch/files/jenni/inhalte/bilder/4_Publikationen/Fotogalerie/BauprojekteJLAG/9.JPG

    Documentation en français et et exemples sur le site.

    Répondre
      • @Serge,

        Vous ne deviez pas avoir une PAC allemande !!! Les Allemands font de superbes PAC, mais c’est cher. Elles marchent très bien à toutes les époques de l’année en règle générale !!!

        Que prescrivez-vous pour la région parisienne : Gaz ou charbon (à défaut de PAC) !?

        Répondre
    • @Marguerite,

      Vous auriez pu ajouter en rénovation de maison. Un stockage d’eau chaude est faisable notamment en lieu et place d’une cuve à fioul enlevée… Par contre les offres de marché sont rares et c’est plus option bricoleurs du dimanche pour installer un grand ballon d’eau chaude et surtout les équipements de connexion et d’asservissement…

      Répondre
  • Les cueilleurs de cerises vont toujours trouver une exception pour se conforter dans leurs croyances.

    Si, exceptionnellement, le facteur de charge de l’éolien en France a été de 13,6 % le 06 février 2012, il a été de 36,4 % le lendemain et de 31,1 % sur la période de températures négatives de douze jours (moyenne pondérée métropole).

    Le jour de la plus forte consommation de la période et de l’année, le f.c. a été de 35,6 %.

    Bien curieusement, ce cueilleur de cerise n’a pas vu que le facteur de charge de l’éolien était de 57,5 % le 02 février, pour une consommation de 2,1 TWh, proche du maximum journalier de 2,26 TWh.

    Répondre
    • Ce qui démontre que donner les résultats d’un jour ou d’un autre ne signifie absolument rien

      La seule question étant est ce que le facteur de charge se dégradé, reste constant, ou s’améliore d’années en années ?

      Répondre
      • @Serge,

        Toujours aussi lumineux sur le sentier donné !!! Sans équilibre production/demande et au-delà de quelque minutes, cela déleste pour certains et vous parlez de variations annuelles comme contrainte unique !!! Chapeau Bas !!!

        Répondre
    • @Marguerite, la Reine des prés et des à peu près,

      Vos jongleries de % sont éloquents pour certains, mais cela fait un peu ridicule pour d’autres… L’éolien que vous mentionnez en Fc varie souvent de plusieurs dizaines de % sur une même journée, donc parlez en journée entière ne correspond à rien !!!
      Si vous trouvez journée ou l’éolien en France est constant avec un fc supérieur à 50% et des variations de +/-5%, je ne vous adresse plus la parole si vous le désirez… L’éolien est en variation permanente et c’est aussi une de ses tares…

      Et vous critiquiez plus haut le Nucléaire incapable de suivre les hausses de consommation brutale (vous avez raison sur ce point dans les Faits). Mais comment faire avec de l’éolien en pareil cas ???
      Le Nucléaire, c’est pas marrant c’est toujours quasi plat !!! Mais au moins, on peut anticiper correctement le pilotable (hydraulique) à mettre en oeuvre. Avec l’éolien, c’est « dantesque » !!!

      Répondre
  • Vous savez bien qu’il se dégrade. Le parc éolien progresse continuellement mais la production a baissé en 2020, en 2021 et est en passe de baisser encore en 2022. Le F.C. est passé de 26 à 22 % l’année dernière et sera probablement encore plus bas cette année. Voir les commentaires de RTE à ce sujet sur le bilan annuel.

    Répondre
    • Il se dégrade ? Non Cochelin, il fluctue d’une année sur l’autre surtout qu’il ne concerne qu’une petite zone de 16% de la surface du territoire pour plus de la moitié de sa production totale. Plus les éoliennes seront étalées et réparties en France et plus l’effet de foisonnement sera sensible, et on verra au bourt du compte que ça ne change pas beaucoup d’une année sur l’autre et non pas comme le prétend un crétin majuscule de plusieurs fois 100%

      Répondre
    • Production éolienne en France (RTE) :
      – 2019 : 34.135 GWh
      – 2020 : 39.694 GWh
      – 2021 : 36.765 GWh

      « La production à baissé en 2020 » ? Avec 16 % de plus qu’en 2019 et maximum historique jusqu’en 2021, aussi bien en production (GWh) qu’en facteur de charge.

      Répondre
      • Vous savez Marguerite, Cochelin a l’habitude de créer des séries basées sur une seule exception, et le reste sur ce qui arrange ses convictions.
        Mais les autres ânes ne valent pas mieux comme ce zozo qui ne se rend pas compte qu’en disant que dans la journée le vent peut varier de plusieurs fois 100% il accrédite le foisonnement qu’il conteste par ailleurs. L’important c’est de savoir que durant x% du temps l’ensemble fourni y% de la puissance installée. Ensuite x étant choisi par la nature il suffit de déterminer y en fonction de la part que l’on veut affecter à l’éolien de façon quasi certaine.

        Répondre
  • Une dégradation du FC sur trois ans (et peut-être plus) ne serait ainsipour vous qu’une simple fluctuation. Etonnant !
    L’éolien n’est pas présent que sur une petite zone de 16 % du territoire. Rien ne dit qu’un plus grande répartition entrainera un foisonnement important. https://www.ecologie.gouv.fr/eolien-terrestre
    Et de la part d’un défenseur des productions éoliennes locales, vous vous contredisez en mettant en avant un (hypothétique) foisonnement qui nécessiterait d’énormes transferts entre zones très éloignées les unes des autres (et sans lignes THT). Pour le résultat que vous espérez (pas d’évolution du F.C.), vous n’avancez qu’une affirmation gratuite.

    Répondre
    • @Cochelin,

      Même si les facteurs de charge remontent fort (ce qui est possible), le point sur les transferts de production est fondamental pour que le foisonnement soit un peu efficace (et la variabilité sera toujours là, si on arrive à un facteur de charge européen compris entre 20% et 70% ce serait très bien !). Les allemands avec leur manque de liaison Nord-Sud n’en sont toujours pas sortis !!! A l’échelle Européenne cela devient des interconnexions mais aussi des réseaux transnationaux colossaux (à payer par qui et pourquoi !?)…
      Rochain ne veut toujours pas comprendre pourquoi le 1/4 Nord-Est, partiellement désindustrialisé et à l’agriculture pas très porteuse, a été facilement équipé d’éoliennes (les réseaux étaient là et les communes en perte de vitesse aussi, donc un peu de revenus supplémentaires était bienvenu… et pour RTE/ENEDIS pas de soucis majeur). Je ne sais pas si il arrive à gaver la Mairie et la communauté de communes de son coin de ses dires pour faire progresser l’éolien par chez lui, en tout cas sa région et son département n’ont pas l’air enthousiaste à l’accueil des éoliennes en moyenne (si c’est rempli en bonne partie de retraités pas fauchés, rien d’étonnant du à l’effet NIMBY…).

      Répondre
    • Non, Cochelin, c’est 60% du tout sur 16% de la surface. Vous semblez incapable de comprendre des extrapolations pourtant simple.
      Imaginez une seule éolienne au milieu de la France et maintenant donnez lui des productions même en allant jusqu’à 10% en moins entre 2020 et 2021 sur deux ans et non pas trois comme vous l’inventez déjà. Pour l’instent il n’y a que 2021 plus faible que 2020….. ce qui pouvait tout aussi bien dire une année 2020 particulierement fast ! Mais admettons que ce soit 2021 qui soit faible sur cette éolienne. …… votre conclusion c’est quavec 10 000 éoliennes sur 100% de la surface du territoire auraient été forcément plus faible en 2021 qu’en 2020 ?

      Répondre
  • Je cite la marguerite et sa ritournelle déclinée ci-après
    « Les cueilleurs de cerises vont toujours trouver une exception pour se conforter dans leurs croyances ».
    je ne suis pas croyant mais je sais qu’en filigrane du discours moralisateur (de la marguerite qui ne veut que ns discréditer) veut occulter les 20 années au cours desquelles notre filière d’excellence nucléaire a été progressivement décimée sous la houlette d’écologistes irresponsables (comme marguerite) nous faisant croire à un 100 % renouvelable pour nous emmener de façon insidieuse vers la décroissance économique. Vingt années d’errements auxquels l’exécutif actuel a béatement suivi le dogme vert et a largement contribué en abandonnant le projet ASTRID, en décrétant en 2019 l’arrêt définitif de 12 réacteurs nucléaires et en ordonnant en 2020 la fermeture de la centrale de Fessenheim. Vingt années d’errements en n’ayant pas voulu entrevoir qu’une crise gazière pourtant évidente se profilait sous nos yeux. Ce manque de vision si ns laissons faire ns envoie ds le mur en klaxonnant.

    Répondre
    • @Michel,

      Vous vous trompez, ce sera juste le commun des mortels qui ira dans le Mur !!!
      Certains promoteurs des ENRi et leurs acolytes de la Finance auront bien profité pour mettre de jolis sous de cotés… Eux passeront par-dessus le mur et iront si besoin sous de meilleurs horizons mener grande vie… Marguerite semble bien être de ce coté, pas innocente aux profits des ENRi, ni innocente des conséquences du développement massif des ENRi sur l’individu Lambda, mais cela elle s’en fout… Les Arguments des ENRi à outrance s’amenuisent avec le temps et il faut bien en trouver de nouveaux…

      Répondre
    • @Michel
      « sous la houlette d’écologistes irresponsables (comme marguerite) »
      Pas du tout, Michel.
      Marguerite, je pense au contraire, est une professionnelle de la com d’une grosse boite, probablement un gazier.
      Elle a fait énormément de progrès, s’est cultivée sur le sujet, et est dans un milieu possédant toute la documentation désirable, rassemblée par des personnes compétentes.
      Simplement, elle tire des conclusions fausses de ses données bien présentées mais partielles.

      Du genre, récemment :
      « Dans une île pas déserte (115 km2 / 4.000 habitants) et touristique du Danemark, toute l’électricité est d’origine renouvelable : éolien, solaire, biomasse. Des batteries sont utilisées pour l’adaptation à la consommation et pour les services réseau. »

      En réalité, en creusant la question, il existe une ligne HT vers la terre, le solde de courant est exportateur vers le continent, et en cas de météo défavorable, le continent leur sert de back-up, ils importent de la puissance.
      Et c’est du pur Marguerite, intéressant, cultivé, et biaisé.
      Il faut juste réfléchir un peu pour trouver le biais qui rend fausses ses conclusions.

      A part ça, j’adore me moquer d’elle et de ses petits cochons qu’elle prétend ne jamais avoir gardé !!!
      Mais peut-on la croire LOL

      Répondre
  • Quand l’ignorance s’allie à la cueillette des cerises, on obtient le discours habituel des nucléophiles obtus.

    Sur une période de douze ans (2010-2021) le facteur de charge annuel moyen de l’éolien a été de 23,3 %, avec un maximum de 26,5 % en 2020 et un minimum de 21,7 % en 2010.

    L’année 2020 a été exceptionnelle. En 2021, le f.c. a été de 23,1 %, dans la moyenne.

    Si en janvier 2022 le facteur de charge de l’éolien a été inférieur à la moyenne décennale (22,2 % contre 30,5 %), ce facteur de charge a été plus important que la moyenne en février (41,1 % contre 34,8 %).

    Les variations météorologiques et climatiques sont connues, mais beaucoup d’ignorants s’expriment avec légèreté ici ou là.

    Qui sait qu’en mars 1930 à Montauban et Moissac, en France, les inondations du Tarn ont fait 200 morts et 10.000 sinistrés, détruit 3.000 maisons et onze grands ponts ?

    Malgré le réchauffement climatique, on n’a pas vu pire depuis.

    Répondre
    • @Marguerite,

      Merci de nous rappeler les variations de la météo d’une semaine à l’autre (et/ou au mois c’est selon le référentiel pris !), nous l’ignorions tous bien entendu !
      Que le facteur de charge soit au dessus ou au dessous de la moyenne, il faudra faire avec… L’Hydraulique varie pas mal aussi d’une année à l’autre…

      Sur votre point :  » Les variations météorologiques et climatiques sont connues, mais beaucoup d’ignorants s’expriment avec légèreté ici ou là.  » –> Il y a quelques autres petites choses à signaler (vous aimez compter les Morts d’évènements passés, c’est une activité comme une autre. Moi je préfère apprécier la qualité du vent de temps à autre). Donc suivant les régimes de vent et/ou le type de dépression, la régularité du vent peut être très variable (effet de grain et autres..). A l’échelle d’une région cela se voit peu en terme de variation, mais cela affecte la régularité de production des éoliennes… Ce n’est pas un problème majeur mais cela a pour conséquence que même en cas de passage de dépression les parc éoliens ne sont jamais à 100% (et très rarement à 95%) et parfois assez loin malgré des vents forts (ce qui est étonnant tout de même !).
      Encore une fois peu importe le Fc, c’est un détail annuel, par contre comment gérez-vous les montées d’injection de puissance sur le réseau des éoliennes, c’est de plus en plus massif lord de passages de dépression !!! Il va falloir bientôt écrêté tant cela monte vite ET descend vite (Hélas !). L’éolien c’est très souvent des pics de production assez brefs (quelques heures) et puis nettement moins. LA courbe de production de l’éolienne c’est le « profil d’une chaine de montagnes » et là où c’est dommage, c’est que certes parfois c’est en phase avec la consommation mais des fois très éloignés des pics de consommation…

      Vous vous moquiez du Nucléaire pour le suivi de charge du matin, vous avez « raison » de signaler ce point tellement le Nucléaire produit platement, mais c’est connu depuis l’origine et compensé par de l’hydraulique depuis l’origine (ie : nouvelles STEP des années 80 !).
      Par contre pour les montées et descente de charge du Solaire, quand ce sera nettement plus qu’aujourd’hui, comment fera t’on !? L’hydraulique s’est vu attribuer une nouvelle tache et dans les proportions actuelles c’est même une bonne chose: économie d’eau et même pompage à midi certains jours. Mais dans le Futur qu’est ce pourra suivre à part le Gaz ??? (quelques batteries amuseront la galerie et seront « l’arbrisseau » qui cache la forêt !!!).

      @Marguerite, Pourquoi tant d’énergie à planter des « Arbres à Sot » pour cacher les cotés miséreux des ENRi??? Les fruits sont par intermittence immangeables et même parfois empoisonnés ! Voulez-vous propager votre ENRite aigue (mais surement bien intéressée) ??? traitement au Gaz payant assuré !!!

      Répondre
    • @Marguerite,

      Sur «  » les inondations du Tarn ont fait 200 morts et 10.000 sinistrés, détruit 3.000 maisons et onze grands ponts ? «  » Ma grand-mère auvergnate (et née après la 1ère guerre mondiale) m’en avait parlé lorsque j’étais jeune (je ne suis pas un « pur » breton mais un peu un « batard » !). Cet évènement était du pour certaines personnes à beaucoup de pluies sur un manteau neigeux conséquent sur le bassin versant qui du coup fondit rapidement et l’ensemble chargea rapidement et très fortement les rivières… https://www.persee.fr/doc/rga_0035-1121_1930_num_18_2_4534 ; A noter que les régions mentionnées comme riche en manteau neigeux sont rarement enneigés de nos jours (Lol, que fait donc le RC ???)
      Ma grand-mère me parlait aussi et surtout avec ses amis d’enfance dans les années 80 de la différence entre les hivers d’antan (rudes et enneigés, avec même des calèches-luges sur ski pour circuler en hiver sur la neige durant plusieurs mois) et de ceux d’alors déjà avec peu de neige (et qui fond parfois bien vite) et de froid comparativement (est-ce le chauffage central qui a changé la perception des chose !? peut-être ! mais pas sur…).

      Parmi les raisons des inondations de villes anciennes (je ne connais pas plus en détail le cas mentionné), une raison souvent oubliée est l’impact de l’agriculture et de « mauvaises » pratiques !!! Gamin, j’ai traversé ma ville de naissance les pieds dans de l’eau bien boueuse, les rivières débordaient et la marée haute n’aidait pas à évacuer l’eau… Mon père et quelques autres personnes alertaient sur l’impact massif d’arrachage des haies du bocage et du saccage des bords de rivières (ou se trouve souvent des terres riches en limon que les agriculteurs sont tentés de prélever pour des champs érodés !!!). Mais l’agriculture productiviste s’en foutait donc les politiques du cru aussi!!! (la « même » agriculture qui fonce pour partie aujourd’hui tambour-battant dans le BioGaz). On fut souvent inondé et après quelques années et suite à des protestations de plus en plus importantes des politiques de protection des berges de rivières et de ruisseaux en Amont ont calmé le phénomène (qui est à nouveau reparti depuis 10-15 ans du fait encore une fois de pratiques agricoles « débiles » et du fait que les pouvoirs publics ont baissé la garde dans certaines zones que l’agriculture hyper productiviste a encore dégradé…). C’est mentionné dans l’article de Persée indirectement, avec une différence entre espace boisé et espace agricole…
      Est ce que la « surpopulation » de certaines parties des campagnes proches du Tarn et des pratiques agricoles en cours à l’époque a pu avoir un lien (une petite part parmi d’autres causes !?) avec les inondations que vous mentionnez !?
      Sinon, pour les maisons démolis, c’était beaucoup de maisons en brique de terre (et pas forcément de bonnes qualités)…

      @Marguerite,
      J’aime regarder les origines de vos « sensationnels » Faits historiques !!! On voit souvent des différences avec aujourd’hui qui sont intéressantes à comprendre (souvent liées au RC par ailleurs !!!).

      Répondre
    • @Marguerite,

      Sur votre Coup : «  » Qui sait qu’en mars 1930 à Montauban et Moissac, en France, les inondations du Tarn ont fait 200 morts et 10.000 sinistrés, détruit 3.000 maisons et onze grands ponts ? «  » —> Oui, et il y aviat eu des niveaux de précipitations peu connues lors des 6 mois précédents ce drame !!! Aujourd’hui la zone (un peu du fait du RC d’après les Experts !!!) est plutot en demi-sécheresse chronique depuis quelques années (hors épisodes dits « cévenols » mais on retrouve quasi les mêmes phénomènes « cévenols » en Algérie aussi)…

      «  » Malgré le réchauffement climatique, on n’a pas vu pire depuis. «  » —> Non, mais les origines de cet évènement ne sont plus très souvent réunis non plus !!!

      Conclusion : C’est Bô de sortir des choses de leur contexte pour les utiliser en « preuve » (d’ignorance !? ou à vocation de manipulation des esprits !?). Cela doit marcher sur certains par intermittence.

      P.S.: Ce serait bien pour une fois d’avoir l’Avis éclairé de Serge Roro sur ce sujet des inondations du Tarn en 1930, il ne vit pas si loin et doit avoir aussi un avis sur l’évolution de la pluviométrie locale (en Hausse ou en Baisse !???).

      Répondre
    • @Marguerite
      J’ai fait une erreur plus haut pour l’année 2020. Le F.C. était de 26,35 %, et de 22,6 en 2021(et moins probablement cette année).
      Votre référence à Février 2012 qui revient souvent n’est pas significative dans le lien entre période froide (forte consommation) et F.C. éolien élevé. Un contre exemple : samedi 02 Octobre 2021 à 20 h. Record de F.C.éolien à 87 %. La consommation était relativement faible (48 000 MW) car le temps était doux. Le pays était exportateur net à ce moment de 8495 MW.
      Quant aux événements météorologiques, vous aimez prendre des cas exceptionnels mais ce n’est pas, non plus, significatif de l’évolution du climat. Vous êtes une faussaire de la climatologie, comme la plupart de la population qui confond météorologie et climat. Quant à la cueillette des cerises, on aimerait mieux vous y voir partir plus souvent au lieu nous asséner des pseudo-vérités. Cela nous ferait des vacances. Mais cela ne dure pas toute l’année.

      Répondre
      • @Cochelin,

        C’est amusant que le record de Fc de l’éolien en France soit à 87% (et il y a plus d’ 1 an !!!), notre commentatrice Marguerite se moque du Nucléaire et de son Fc de 93% (plus haut en commentaire !) lors d’épisodes froids…
        Les observations sur 1 semaine des jours autour du 2 Octobre 2021 sur Eco2Watt montrent de sacrés montagnes russes !!! Et le Gaz fit aussi de sacrés montagnes russes en terme de production sur la même période mais avec une harmonique différente !!!
        Le lendemain du 2 Octobre, gros coup de mou sur l’éolien et même le Solaire (!???), ca devait être bien couvert avec seulement 2.5GW en pointe le 03/10 pour 7.5 GW le 30/09 – 3 jours avant !!! Sacrés Variabilités et cumulée parfois !!!

        Plus il y aura d’éolien réparti en France et plus l’intervalle de Facteurs de Charge observé va diminuer, la limite basse sera plus haute mais plus il s’éloignera des 100% également…
        Est ce que le 87% de 2021 sera le pic en % du facteur de charge de l’éolien !??? pas impossible…

        Répondre
      • @ cochelin, Apo, Hervé, Victor
        J’ai repris les propos de Cochelin à marguerite
        « Quant aux événements météorologiques, vous aimez prendre des cas exceptionnels mais ce n’est pas, non plus, significatif de l’évolution du climat. Vous êtes une faussaire de la climatologie, comme la plupart de la population qui confond météorologie et climat. Quant à la cueillette des cerises, on aimerait mieux vous y voir partir plus souvent au lieu nous asséner des pseudo-vérités »
        Je pense que vs faites trop de cas de ces pervers (es) qui ne veulent que vs enfumer.
        Ce que je vois surtout c’est l’inversion totale des arguments et des faits comme ds le livre de George Orwell, cette stratégie qu’Orwell décrit très bien, est faite au nom de leur « dogme » et du pouvoir qu’ils ou elles veulent s’octroyer et garder par tous les moyens (mensonge enrobés à l’aide de stats biaisées par exemple).
        Leur intelligence malfaisante envoie le commun des mortels (la France en somme) dans le mur en klaxonnant . Les politiques, déjà inféodés comme le macron, la borne (via ségo) et les médias aux ordres (sorte de Pravda) comme TF1, LCI, BFM, les Frances TV inter et j’en passe et des meilleures, font tout pour orienter ce peuple (qu’ils méprisent au fond comme ds Orwell) en s’efforçant de garder le pouvoir par la « com professionnelle » comme disait Hervé et cela a marché jusqu’aujourd’hui (un peu sauvé par la guerre en Ukraine)!

        Répondre
        • @Michel,

          Je comprends un peu votre point de vue mais n’adhère pas à tout. Nous sommes devenus bercés de et drogués de sensationnalisme et cela enlève beaucoup d’esprit critique…
          Pour Marguerite et son ENRite aigue (et qu’elle tente de transmettre abondamment) ainsi que son climato-réalisme de foire
          Je répondrais avec les propos de Hervé sur certaines énoncés de la susmentionnée : «  » c’est du pur Marguerite, intéressant, cultivé, et biaisé. Il faut juste réfléchir un peu pour trouver le biais qui rend fausses ses conclusions. «  » Mais peut-on la croire LOL «  »

          Répondre
  • @ APO, moi je répète et je pense que
    D’une part:
    Que vs faites trop de cas de ces pervers (es) qui ne veulent que vs enfumer.
    Leur intelligence malfaisante veulent envoyer (si on la minimise) le commun des mortels (la France en somme) dans le mur en klaxonnant .
    De plus et c’est ce qui le plus important ds mon propos c’est que les politiques, déjà inféodés comme le macron, la borne (via ségo) et les médias aux ordres (sorte de Pravda) comme TF1, LCI, BFM, les Frances TV inter et j’en passe et des meilleures, font tout pour orienter ce peuple (qu’ils méprisent au fond comme ds Orwell) en s’efforçant de garder le pouvoir par la « com professionnelle » comme disait Hervé

    Répondre
    • @Michel,

      Sur le point : «  » Que vs faites trop de cas de ces pervers (es) qui ne veulent que vs enfumer. «  » –> Ils peuvent m’enfumer ou pas, ils enfument bien du monde avec leurs commentaires. Et pour Serge, il n’est même pas capable de tenir un raisonnement qui tient la route, juste du dogmatique foireux mais envahissant et surtout clivant. Vous savez que les dogmes ont aidé les religions dans leurs développement quitte à masquer les textes originaux et/ou leur sens… L’ENRisme est devenus une religion dogmatique chez pas mal de monde, mais plus en lien avec ce bas monde et ses réalités et ses limites !!!
      Par contre Marguerite est malicieuse dans ses présentations et cela est (avis perso) dangereux pour le commun des mortels. Un brin d’arrogance, un zest de suffisance, une certaine éloquence et c’est parti pour une session des danse des chiffres, qui peut paraitre assez fascinante à beaucoup…

      Sur : «  » Leur intelligence malfaisante veulent envoyer (si on la minimise) le commun des mortels (la France en somme) dans le mur en klaxonnant . «  » –> Une jolie expression crue mais explicite !!! (un peu à nuancer tout de même !)

      Sur : «  » De plus et c’est ce qui le plus important ds mon propos c’est que les politiques, déjà inféodés comme le macron, la borne (via ségo) et les médias aux ordres (sorte de Pravda) comme TF1, LCI, BFM, les Frances TV inter et j’en passe et des meilleures, font tout pour orienter ce peuple (qu’ils méprisent au fond comme ds Orwell) en s’efforçant de garder le pouvoir par la « com professionnelle » comme disait Hervé «  » -> Et Oui, l’Argent du capitalisme envahit Tout et veut toujours plus de places de marché, c’est assez logique sans régulation !!! Si vous suivez l’actualité, les « marchés » ont fait tomber le gouvernement anglais en 15 jours !!! Qui dirige le monde aujourd’hui – l’Argent !!!
      Fini le temps ou ‘l’intérêt supérieur de la Nation était une part importante de nos politiques !!! Que Faire ???
      Sans Argent, on coule vite (Cf Royaume-Uni en ce moment) et Sans « intérêt supérieur de la Nation » on va dans le Mur !!!
      De Gaulle disait :  » L’intendance suivra !!!  » et il a gouverné avec l’intendance qui a suivi en général… Aujourd’hui, faché les « Marchés » et c’est la faillite de l’état en un temps record !!!

      Répondre
  • Mais qui est-ce ?

    Une doctorante, qui prépare sa thèse sur l’énergie ? Une enseignante en économie ? Une mère de famille en pause professionnelle pour s’occuper de ses enfants ? Une retraitée d’un producteur d’électricité bien connu ? Une bibliothécaire ou une documentaliste d’une grande institution ?

    Allez savoir. Mais notre plaisancier manque d’imagination, toujours obnubilé par le gaz naturel.

    Et, étant toujours aussi mal informé, il ne comprend pas qu’une île danoise puisse être autonome en électricité, n’avoir que des surplus et aucun besoin d’en recevoir de l’extérieur.

    Avec trois sources de production d’électricité (éolien, PV, biomasse) et une bonne capacité de stockage, le câble ne sert qu’à exporter son électricité excédentaire.

    Répondre
    • @Marguerite.
      Faites donc come moi. J’ai banni ce petit con et quelques autre de mon horizon et ne lui répond plus, ils deviennent tous de plus en plus bêtes.

      Répondre
      • @Serge,

        Mais vous étalez toujours vos bannières publicontaires & autres déclarations de « bon sens astrologique » sous nos yeux !!!
        Question bête, vous n’arrêtez toujours pas avec « les déclarations aux 4 vents de noms d’oiseaux » envers d’autres commentateurs !!! C’est Bô !!! Mais si nos horizons pouvait se dégager aussi cela ferait du bien par moment …

        Répondre
    • « Avec trois sources de production d’électricité (éolien, PV, biomasse) et une bonne capacité de stockage, le câble ne sert qu’à exporter son électricité excédentaire. »
      Désolé, Marguerite, mais c’est clairement faux.

      Répondre
    • @Marguerite,

      Je dirais un Mix de tout ce que vous mentionnez en considérant un périmètre familial un peu large (Papa, Maman, frère(s) et soeur(s), enfant(s ?) !?)
      Ne voulant pas donner ma Langue au Chat et pour jouer au Chat et à la souris, je dirais que : Vous êtes « thésarde en économie » avec un sujet de thèse en rapport à l’énergie avec un Papa retraité d’EDF et/ou Areva et une maman brillante aussi ! Vous dev(i)ez être un peu rebelle et ne pas tout « écouter » …
      Une question : Est-ce que les GENIEs d’ENGIE financent des thèses d’économie sur l’énergie option ENRi !?

      Nota : A part en Fac d’économie (voir de Droit ou de Sociologie), une thèse sur l’énergie cela n’existe pas vraiment en sciences dures…

      Répondre
  • Samsø a atteint le 100 % d’électricité renouvelable il y a quinze ans, en 2007, essentiellement à base d’éolien. A l’époque, sans stockage, c’était simplement un équilibre entre les exports de renouvelables et les imports du continent.

    Depuis, le développement du photovoltaïque, de la cogénération biomasse et du stockage batterie a permis à l’île d’être réellement autonome en électricité.

    S’il n’y avait pas le câble, l’île se débrouillerait très bien toute seule, mais les excédents seraient simplement perdus (bridage) au lieu d’être exportés.

    Répondre
    • Cela arrivera de plus en plus souvent et à des territoires de plus en plus importants.
      Ce n’est qu’une question de temps pour que chaque lieu de la planete trouve la bonne equation de répartition entre les différentes sources renouvelables dont il bénéficie localement.

      Répondre
      • @Serge,

        Et si vous ajoutez le Nucléaire aux bouquets d’ENR alors ça passe…
        Le Nucléaire surtout pour les pays du Nord (Nord du 45 ème parallèle, voir 30ème pour les pays fortement industrialisés et/ou à forte densité démographique !!!).
        On peut faire de l’électricité très fortement décarbonée en bien des places avec les ENRi + ENR pilotables (Biomasse et/ou hydraulique), toutefois il faudra de GROSSES Adaptations de Consommation dans ces dits pays…

        Répondre
    • @Marguerite,

      Est-ce Honnête intellectuellement de dire comme vous le faites : «  » Samsø a atteint le 100 % d’électricité renouvelable il y a quinze ans, en 2007, essentiellement à base d’éolien. A l’époque, sans stockage, c’était simplement un équilibre entre les exports de renouvelables et les imports du continent. «  » –> Le Danemark produisant beaucoup d’électricité à Base de Charbon, surtout par petits vents et depuis longtemps !!!
      Questions :
      – Comment les importations sur «  » Samsø a atteint le 100 % d’électricité renouvelable il y a quinze ans, » » un équilibre «  » et les imports du continent. «  » étaient garanties 100% renouvelable ??? C’est un peu « mensonger » votre propos !!!
      – Comment faire un réseau équilibré avec des producteurs qui ne se soucient pas du réseau et du Système global ??? «  » c’était simplement un équilibre entre les exports de renouvelables et les imports du continent. «  » –> C’est très « élitiste » votre Vue des choses !!!

      Répondre
    • La seule chose qui ne soit pas transposable d’un pays à ‘un autre c’ est la part de charge allouée à chaque type de renouvelable, chaque pays ayant des facilités naturelles différente de par son relief et sa situation géographique.
      En fait la transposition s’applique sur le principe rénouvelable.

      Répondre
      • Rochain
        Réponse on ne peut plus vague. Cet exemple d’une ile Danoise de 3685 habitants, sans industrie, et avec un investissement de 55 millions d’euros pour sa transition, est difficilement transposable à un pays comme le notre de 66 millions d’habitants, qui ne possède pas le même niveau de gisement naturel et de richesses par habitant.

        Répondre
        • Arrétez de déraisonner Cochelin, c’est exactement ce que je dis : Chaque pays a des spécificités et sa conversion au renouvealble ne dépend que de cette spécificité, tout le monde ayant peu ou prou du vent, du Soleil, de l’agriculture, des rivieres, éventuellement des cotes avec des criques des baies…. la part de chaque source à tirer de ces ressources dépend de la richesse de chacune d’elle. Ce qui est commun c’est le principe de récupération de l’énergie du Soleil de façon directe ou indirecte au lieu de piller son sol.
          Et ce n’est pas parce que telle île qui s’en sort à 100% de renouvelable avec 80% d’éolien dans son mixe électrique qu’il faut que chaque autre pays s’équipe pour produire 80% de son électricité av ec de l’éolien. Exemple valable pour chaque source prise individuellement. Ce qui doit déterminer la part de chaque source dans le mix est une équation d’optimisation du coût global de la solution. On peut forcément assigner différentes parts du 100% à chaque source en l’augmentant ou en l’abaissant en contrepartie respectivement d’un abaissement d’une ou plusieurs des autres sources ou en les augmentant, mais certainement pas avec un coût global de production identique.La question n’est plus « est-ce que le 100% renouvelable est possible, et cela pour presque tous les pays du monde », mais a quel coût cela est possible, aux conditions de quelle organisation, et au prix de quels sacrifices éventuels ?
          On transpose les principes Cochelin, pas les coefficients, pas les valeurs absolues, et pas les organisations.

          Répondre
          • Toujours aussi évasif dans votre réponse et rien de concret.
            Rectificatif : coût du projet : 62 000 000 € pour une ile et une population minuscule, dont une grande partie financée par l’UE.
            Et tout de même 3,7 t CO2/habitant (contre 5,5 en France). https://energiakademiet.dk/en/

          • Rien d’evasif.Les conditions sont claire. Il faut mettre en face un vrai pays comme la France et vous avez la réponse dans de multiples propositions déjà publiées. Vous en voudriez une spéciale pour vous sur un coin de table ? Alors c’est que vous ne considerez pas que c’est un problème complexe….. je vous invite à y repondre dans votre prochain message.

          • Sacré Rochain !!!
            « La question n’est plus « est-ce que le 100% renouvelable est possible »
            Certes, la question est classée, et dans le cas de la France, c’est très clairement impossible.

            Avez-vous enfin compris que les renouvelables intermittents, éolien et solaire, … sont intermittents ?

          • @Serge,

            C’est Vraiment BEAU de vous voir faire preuve de nuances quant aux ENRi et à leur application en divers lieux suivant les « Terroirs » !!! J’en ai presque une Larme à l’œil de vous voir écrire cela, vous avez enfin compris un des problèmes majeurs des ENRi !

          • @Serge,

            De vous voir parler de couts est aussi (j’avais oublié de le souligner) très BEAU et de bon Augure, surtout si on élargit le cout de production par unité à tout ce qui est nécessaire à la consommation finale, ie : Réseaux et transport, maintien de de la fréquence avec les outils nécessaires (pour le Nucléaire et les grosses centrales thermiques c’est automatique et par construction sur les alternateurs donc en mode « Acteur », ce n’est pas le cas pour le Solaire – Hélas ! et cela demande des équipements additionnels, pour le moment le Solaire est en mode « suiveur »), Stockage des surplus de production, etc…(Sans parler de l’acceptation sociale et locale par endroit pour l’éolien terrestre et marin)
            Un système 100%ENRi a des besoins en réseaux bien plus importants que le système actuel donc :
            – Combien de nouvelles Lignes THT à travers la France et l’Europe !? Il en faudrait pas mal pour équilibrer les productions diverses. (en Allemagne, les « nouvelles » Lignes THT ont créé bien des oppositions locales et bloqué des projets pour l’équilibrage Nord-Sud)
            – Comment être sur que l’on aura les batteries stationnaires nécessaires (matières 1ères notamment) dans un marché mondiale en pleine effervescence sur le Sujet et avec un Euro qui se « casse la gueule » en tendance !?
            – Comment être sur que les Flux annuels de panneaux PV pour assurer un tel système seront maintenus sur le long terme (tout en notant que le « Made in China » ie : Made by CharBon n’est pas garanti à Long Terme ni en quantités ni à prix abordable en Euros !!! et pour faire du PV en Europe il faudrait de l’énergie « bon marché » que le Sabotage de Nord Stream nous a « enlevé ») !?
            – L’industrie européenne des éoliennes a l’air de battre de l’aile, avec plusieurs vagues de licenciements significatives dans diverses entreprises du secteur et ce malgré une accélération attendue du déploiement d’équipements dans un marché en croissance depuis des années !? (dans le fond, un transfert vers la Chine de nos usines est en cours, la Chine délaisse le Textile pour faire des machines à nettement plus forte Valeur Ajoutée et connaissant un peu les Chinois ils sont capables de vendre à perte quelques années pour annihiler la concurrence, mais après ils remonteront les prix…)
            – Et tant d’autres interrogations réelles, concrètes et fondées sur des Faits et des ordres de grandeur !!!
            Le 100% ENRi ce sera beaucoup d’équipements aériens : des éoliennes supplémentaires par dizaines de milliers, des lignes HT et THT sur des milliers de km en plus de ce que l’on a actuellement… Bref de Sacrés « nouveaux » horizons parfois (pour ne pas dire souvent) bien barrés d’équipements humains !!! C’est un choix, mais quand en plus on sait que vu nos terroirs, l’éolien comme le Solaire ne nous donneront pas une électricité hyper compétitive en termes de cout (le Solaire restera cher en France comparativement à d’autres pays du fait de l’ensoleillement et des Frais d’installation et pour l’éolien on n’a pas non plus une situation privilégié avec des couloirs de vent régulier sur l’ensemble du pays, il y a quelques exceptions dans des zones du Sud mais où la population est en général opposée au déploiement d’éoliens !!! ) :
            – Comment cela se passera pour nos industries électro-intensives et toutes les PME-PMI qui en sont dépendantes si notre électricité est nettement plus cher que chez les concurrents !???
            – Faire sans Gaz du 100% ENRi est impossible à niveau de vie quasi constant, et les promesses du Biogaz sont largement exagérées et en contradiction notable de certaines postures dites « écologiques » ! L’envers du décor du Biogaz est souvent peu reluisant dans les Faits même si il y a des exceptions (élevage industriel massif de porcs et autres animaux, culture du Mais dans des zones non propices avec de l’irrigation à outrance, …)
            Le bouclage du 100%ENRi est très loin d’être fait (à part dans certains livres d’économistes et celui de NegaWatt, où les trous Noirs sont tout de même abondant et/ou certaines réalites sont masqués notamment le Gaz/BioGaz, c’est vraiment un scénario d’urbains pour le monde rurale – Les Khmers en leur temps avaient aussi fait des scénarios agricoles depuis la ville et la mise en pratique fut désastreuse et criminelle !!! ) et n’est pas garanti sur du moyen/Long terme, sans parler de la transition de l’Abondance de Pétrole vers une période de restriction subie de pétrole (idem pour le Gaz)…

        • @Cochelin
          « Cet exemple d’une île Danoise »
          D’autant plus que, contrairement à ce que dit Marguerite, l’île n’est pas indépendante.
          Elle utilise le vieux câble électrique comme back-up vers le continent.
          Le seul truc indépendant avec batterie, … est un port pour la recharge des batteries des yachts lorsqu’ils viennent l’été.
          Et je pense qu’elle le sait parfaitement.

          Répondre
          • @Hervé,

            Vous auriez pu ajouter que pour le synchronisme du réseau (ce qui est et reste un des points noirs d’un système 100% ENRi, mais bien moins avec de l’hydraulique), ce cable doit aussi être fort utile si biensur il n’est pas en courant continu…

    • Quant à votre petit effet en dents de scies avec votre lien, soit vous ne comprendrez jampais rien à la statistique soit vous etes perniceux. Vos dents de scies ont une différence de hauteur pour plus de la moitié des variations du vent d’heure en heure sur un tout petit territoire (16%) du pays dont mes observations me portent à croire qu’il y aurait la même chose à 6 endroits de 16% differents mais les creux et bosses des dents de scie ne seraient pas au même moment…… et certaines de ces 7 zones de 16% de surface seraient même totalement plates, c’est ce que l’on appelle le foisonnement.
      Vous raisonnez comme si, voulant savoir l’état d’esprit de la France en politique vous entriez dans une cellule du parti communiste et interogiez la demie douzaine de personnes qui s’y trouve pour vous faire une opinion, convaincu qu’avec un échantillon de 6 personnes vous avez une bonne image du courant d’opinion en france.

      Répondre
      • @Serge,

        Que de condescendance encore une fois pour essayer de prendre l’ascendant dans ce débat que vous biaisez invariablement !!! C’est pas très Fair-Play ni respectueux de Cochelin qui pose des arguments valides et issus de sources réelles avec une patience respectueuse qui devrait imposer un réel respect mutuel à ceux qui commentent…

        Nota: Perso, je peux être assez boeuf donc « la mouche du coche » ou la « grenouille qui chante » peuvent dire ce qu’ils veulent sur leur rêves, cela me laisse le plus souvent dubitatif et/ou me donne envie de répondre sur le même ton et/ou avec la même tonalité de ridicule !!!

        Répondre
    • @Cochelin
      D’autant plus que sur Samso, en réalité, ils sont protégés des effets de l’intermittence par leur câble vers le continent.
      Même si ce qu’ils ont fait est remarquable.
      Impossible à généraliser pour la France.

      Répondre
      • Hervé,

        Vous êtes très gentil sur l’emploi du mot « remarquable » !!! (Nos phares plantées sur des iles et ilots sont aussi « 100%ENRi + batteries » dont « L’ile Noire » que vous connaissez bien !)
        1 – Certes c’est bien de mettre en avant une ile 100%ENRi, on pourrait y arriver un jour donc ! Mais il reste BEAUCOUP de « Mais »… et de « Toutefois »…
        2 – Toutefois, sans les Exports d’électricité par « LE cable » à combien serait le cout du MW.h sur l’ile ??? (avec des écrêtements massifs par grand vent et une stabilité réseau qui serait toute relative sur l’ile elle-même…
        Ce genre d’exemple est à double tranchant, car cela montre que c’est possible en façade (Oui, c’est possible, MAIS x n !!!), mais cela ne l’est pas dans les faits à périmètre large (industrie des composants, équilibrage local de la conso/production, cout abordable, etc…), mais sans subvention Quid !?, mais en unité de matières premières au MW.h c’est combien de fois le Niveau du continent et des pays les plus vertueux !?
        3 – La « Samsø Academy » ou la « Samsø Star ENRi Academy », c’est bien pour rêver mais ce ne sera pas pour le commun des mortels à niveau de vie européen !!! Toutes ces « Star Academy », cela fait rêver bien des jeunes, mais pour combien d’heureux élus !? Faut-il faire grandir nos sociétés et nos enfants avec ces « Star Academy » en modèle !??? Moi, je dis Attention (ça fera des malheureux aussi quand leurs rêves seront engloutis par les vagues de la réalité) !!! Mieux vaut toutde même se baser sur des Systèmes solides et éprouvés (théoriquement et pratiquement) ???

        Nota : Le 100% ENRi en Europe du Nord reste une Sonate en « SI Majeurs » et divers, ou les « mais », aussi fondés soient-ils, sont rejetés et mis sous le tapis avant de jouer le morceau aussi beau soit-il… Il suffit d’un « SI » qui ne soit pas là et tout s’écroule (et certains diront alors « Mais on vous l’avait bien dit !!! »). Le 100%ENRi c’est vraiment « l’histoire de la Chèvre de Monsieur Seguin !!!
        En d’autres lieux (pourtour méditerranéen notamment, Australie et en zone intertropical), cela peut marcher mais cela couterait bien cher…

        Répondre
    • Un cueilleur de cerises qui veut faire le malin, mais assez stupide pour ne pas avoir compris qu’il y avait une erreur sur ce site, souvent pris à témoin malgré ses approximations fréquentes.

      Pourquoi aller chercher ailleurs des données sur la production française d’électricité alors que celles-ci existent de façon plus exacte sur le site FRANÇAIS de RTE.

      Le 13 janvier 2022 à 01h00, la production éolienne ne marquait pas une pointe de paratonnerre à 9.513 MW comme l’indique par erreur le site favori de certains, mais 3.079 MW en continuité des heures voisines.

      Répondre
      • @Marguerite,

        2 Choix possibles :
        a) Ne vaut-il pas mieux des Approximations fréquentes faites de bonne foi mais en lien avec de la logique physique pure et la réalité factuelle démontrée !
        b) Que des énoncés grotesques et récurrentes mais bien habillées et sortis complètement de leur contexte pour faire apparaitre des « pseudo-vérités » au final faussées et biaisées !???

        Moi, je dis réponse a) !!! – Une approximation cela se corrige !!!
        Une tendance à énoncer des fausses vérités masquées et trompeuses, c’est douteux et toujours sujet à la méfiance !!!

        Répondre
      • Marguerite
        Le site français de RTE ne permet pas de visualiser simultanément une production spécifique et la consommation.
        Pour ce qui est de la pointe à 9513 MW, il arrive qu’un bug dans les télétransmission à ENTSOE survienne sans raison apparente.

        Répondre
        • Cochelin : « Le site français de RTE ne permet pas de visualiser simultanément une production spécifique et la consommation. »

          Bien sur que si ! Sur un graphe on a la production par source au pas du 1/4 d’heure (production par filiere), et sur un autre (consommation d’électricité) également au pas du 1/4 d’heure.
          Et il est bien évident que ce qui est produit et consommé quelle que soit la source même quand par exception (en ce moment) c’est exporté. Vous en profiterez pour remarquer que nous n’importons pas, ou très peu, des que le vent se lève dans les hauts de France et le grand Est.

          Répondre
          • @Serge,

            C’est quoi votre définition de la « simultanéité » !???

          • Rochain
            Vous rappelez là des choses connues et évidentes. S’il y a du vent, cela vient en déduction de nos éventuelles importations. Mais tout le territoire français ne possède pas le même potentiel éolien que les Hauts de France. Vous ne pouvez pas extrapoler à la légère à partir d’une zone privilégiée. Et lorsque le vent souffle peu sur tout le territoire, nous importons plus, comme lundi 17 Octobre vers 19 h. Concernant le scenario 100 % renouvelable (dans le secteur électrique) de RTE, je vous renvoie aux conditions à réunir : https://www.rte-france.com/analyses-tendances-et-prospectives/bilan-previsionnel-2050-futurs-energetiques C’est un peu plus complexe et plus coûteux que vous ne le pensez.

          • Je ‘n’ extrapole rie’ du tout je ne fait que montrer que ce que vous disiez est faux ! Et que vous déclarez brusquement être e
            Une évidence. Le site RTE montre bien simultanément la consommation et la production, elle par filière !
            Inutile de chercher à embrouiller la question. Vôtre déclaration était erronée pour qui sait lire.
            Mais comme l’autre idiot qui cherche une autre embrouille en demandant la définition de simultanéité ce qui est tout à fait stupide comme question à notre échelle.

          • Mais jamais je ne vous ai vu afficher simultanément la production éolienne et la consommation pour y déceler une corrélation. Ceci n’est pas connu ni évident.

          • Mais que racontez vous la ? Quelle corrélation ?
            La consommation n’est pas influancee par la production Étienne comme cette dernière n’influence en rien la consommation, et personne ici n’a dit le contraire.
            Cela ‘n’ à rien avoir avec le fait que RTE montre bien simultanément la consommation et la production éolienne ce que vous contestiez.
            Vous avez l’art d’inventer des problèmes qui  » existent pas.

          • Marguerite, le 19 Octobre, semble penser qu’il y a corrélation entre grand froid (forte consommation) et production éolienne sur la base de données de quelques journées en février 2012. « Si, exceptionnellement, le facteur de charge de l’éolien en France a été de 13,6 % le 06 février 2012, il a été de 36,4 % le lendemain et de 31,1 % sur la période de températures négatives de douze jours (moyenne pondérée métropole). »https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere#

          • Cochelin, ce qui est attesté par les résultats statistiques officielle c’est que c’est effectivement en hiver que la production éolienne est plus élevé qu’en été et aussi que c’est en hiver qu’il fait le plus froid dans l’année sans que pour autant l’un ne soit la cause directe de l’autre. Y-a’til plus de vent parce qu’il fait plus froid ? C’est possible mais il y a d’autre raisons qui peuvent produire ce phénomène que la seule température, même si ces autres raisons ont les mêmes causes que la baisse de température, elle est un effet de cette cause et pas la cause elle-même. Par exemple la nuit est jusqu’à deux fois plus longue et le jour jusqu’à deux fois plus court qu’en été, et indépendamment de la basse température rémanente de la période hivernale la division par deux de la durée de la période de rayonnement est une conséquence plus directe sur la température de l’atmosphère, ce qui est indépendant même si la cause d’origine est la même. Mais il se peut que dans l’avenir le besoin ne soit plus si fluctuant durant l’année comme c’est déjà le cas dans certains pays. La générlisation des pompes à chaleur utilisées en pompe à frigories (des calories négatives) finissent pas lisser la consommation hiver-été au même nuveau et les écarts dans le besoin ne se montreront que dans les inters-saisons de printemps et d’automne. States actuelle montrant ma corrélation hiver-vent !
            https://www.connaissancedesenergies.org/electricite-etat-des-lieux-sur-le-developpement-des-principales-filieres-renouvelables-180919?utm_source=newsletter&utm_medium=fil-info-energies&utm_campaign=newsletter/le-fil-info-energies-19-sept-2018

          • Je crains que ce ne soit vous qui ne compreniez pas ce que veut dire « simultané » Cochelin !
            Cà ne veut pas dire sur le même graphe (ce qui est toujours artificiel lorsque l’on montre des choses différentes puisqu’on reconstitue le graphe unique à partir de deux autres), mais SIMULTANEveut dire EN MÊME TEMPS Cochelin.
            Je ne pensais pas que vous en étiez encore à ce niveau de compréhension ???? ou plutôt d’incompréhension !

          • Rochain ne comprend pas ce que veut dire simultanément, c.à.d.. sur le même graphe (comme le montre l’institut Fraunhofer-energycharts) et non sur deux graphes différents dont tout le monde connaît l’usage. Dans le premier cas, la comparaison est plus aisée que dans l’autre cas.

          • @Serge et @Cochelin,

            Les corrélations observables en règle générale (il y a toujours des exceptions) sur la façade Nord-Ouest de la France :
            – En cas de dépression, les températures sont très souvent plus douces ! Par contre il y a du vent, mais moins de soleil et cela se voit sur les graphes Eco2Mix de RTE… Lors du passage d’une dépression, le front est souvent venteux et le « changement d’état » est souvent brusque, on passe de peu de vents à beaucoup de vent changeant. Dans le cas théorique pour une dépression, vent du Sud-Est assez fort en premier – Vieux signe des anciens pour annoncer de la « baston » sur l’eau ! – puis Sud, puis Sud-Ouest puis suivant le centre de la dépression Nord-Ouest … A noter qu’après le passage de la zone de vent, une « traine » nuageuse est souvent présente et donc du PV qui produit nettement moins en même temps que nettement moins de vent (cela se voit régulièrement sur le site RTE…). Donc les ENRi en faible production après une phase d’hyper production …
            – Comment compenser ces variabilités !??? Sans pilotable impossible… Et que faire des excédents de production brefs mais importants !? Aujourd’hui on exporte et la Suisse et l’Italie sont de bons clients (sachant qu’ils sont bien dotés en Hydraulique mais avec des limites tout de même! Notre éolien sur la façade Atlantique aura un léger déphasage et servira en « primeur » de l’électricité sur la France et un peu(!?) sur l’Europe, celui de l’Est de la France est quasi en phase avec les quantités invraisemblables installées en Allemagne ! donc très peu de foisonnement de production/consommation, ce sera quasi toujours « en même Temps » !!! d’où les prix négatifs observés durant des années sur les « Marchés » de l’électricité Européen lors du passage de dépressions ! EDF a payé un lourd tribu à ce délire de prix négatifs dû à l’éolien !!!
            – Quand on aura doublé le parc éolien, Quid !??? Et si on triple la quantité d’éolien, on change complètement de modèle, de taille de réseaux de transport de l’électricité et de capacités de Back-up rapide et suffisamment puissant !!!

            Il est plus que temps de parler sérieusement du Sujet du Système électrique Global : de la production jusqu’à la consommation mais en gardant en tête le besoin PERMANENT d’équilibrage (maximum de quelques minutes de décallage en jouant sur la fréquence) donc de simultanéité quasi parfaite entre Production et Consommation en temps réel (et pas en inter-saisonnier, en mensuel, en hebdomadaire et en journalier !)…
            L’électricité ce n’est pas de la « bouffe » qu’on peut stocker facilement plus ou moins longtemps en attendant de la déguster/consommer… C’est de l’équilibrage permanent, comme notre besoin en oxygène…

            @Serge, Avec vos raisonnements comment fait-on pour gérer le taux d’oxygène de la Station orbitale internationale qui n’est pas en orbite stationnaire d’ailleurs !? Avec une régulation mensuelle, hebdomadaire, journalière !? ou une régulation permanente !? On peut vivre avec moins d’oxygène dans l’air (cf en altitude) par contre sans oxygène on meurt vite. Mais si tous les jours on a droit à une bonne ration avec la lumière du soleil et lors d’épisodes venteux de même, par contre on est coupé sévèrement en dehors de ces « passages » Quid !? …

            LE Temps des cerises c’est la fin du printemps et le début de l’été, et c’est le temps de la renaissance des chants de cigales !!! C’est là, en même temps que l’on cueille des cerises, que la production d’ENRi et d’ENR (avec la fin de la fonte des neiges) est la plus « Belle » et la plus propice car assez régulière et pas chaotique…
            Les ENRi c’est beau à la Saison des Cerises, comme les marguerites dans les prés, et les petits agneaux qui gambadent dans les prairies verdoyantes en sautant sans raison !!! Pour l’hiver, mieux vaut avoir fait de bonnes récoltes de foin pour les moutons et leur prévoir un abri… Et les cerises continuent de se déguster un peu dans de l’eau de vie, en conserves (si on a eu assez d’énergie pour les faire) et en confiture (cher à notre commentateur Serge ! mais nécessitant pas mal d’énergie aussi) pour les amateurs, mais sans les volumes de la belle saison !!!

  • sauf lui et elle bien sûr !
    En tout cas elle hait hervé surtout avec :
    « A part ça, j’adore me moquer d’elle et de ses petits cochons qu’elle prétend ne jamais avoir gardé !!!
    Mais peut-on la croire LOL »

    Répondre
    • @Michel,

      Vous, elle vous déteste c’est à peu près sur, et moi pareil !
      Avec Hervé, c’est plus de l’Amour Vache (et ça en dit un peu long sur sa potentielle ascendance… dont elle doit être un peu prisonnière – « La Vache et la prisonnier » Quel beau film et Quelle belle Actrice au joli Nom !!! – Nota: je ne prends aucunement Hervé pour Bourvil)

      Répondre
  • APO
    Votre humour me plait bien surtout qd vous faites référence à ce beau film d’Henri Verneuil et à la vache marguerite ! Par contre c’est Fernandel qui tient le rôle principal ! Nobody is perfect !

    Répondre
    • @Michel,
      Non personne n’est parfait, et moi le premier je ne le suis point…
      Bien longtemps que je n’ai pas vu ce film, qui me fit bien rire plus jeune…

      Tout autre sujet, la collégialité apporte beaucoup aux prises de décisions difficiles me disent mes 2 frères (qui sont médecins) et qui ont à faire face à des situations compliquées, souvent en donnant des regards et opinions différentes.
      C’est dommage qu’on ne fasse pas un collège et/ou « académie des Energies » en France cela pourrait calmer certains débats et aussi bouger un peu nos politiques de leurs pensées souvent idéalistes, tout en retoquant des Lois parfois absurdes …
      Lancer un débat national, c’est bien pour le principe, dans les faits c’est discutable tant le niveau de connaissances globales des personnes qui répondent n’est pas garanti à minima…

      Répondre
      • Hé oui c’est une idée le collège ou la confrérie, de plus ça peut faire sérieux sans se prendre au sérieux ! Par exemple la confrérie d’Edison ! qui peut être traduit en collège de la lumière…
        L’académie des énergies, me plait moins car ça me fait penser à la star ac !
        Je paraphraserai le grand Charles à propos de l’UE, on peut sauter sur sa chaise comme un cabris mais comment on fait cette confrérie ou ce collège ?

        Répondre
        • Pour rester dans le 1/2 sérieux de comptoir (petite pensée à la Reine des Prés) et après un petit café (à la maison), un « Collège de la stratégie énergétique Française » serait de bon Augure (Avis Perso) avec un cahier des charges clair :  » Moins de CO2 et des Prix incluant le Système complet abordables » (Bref la mission d’EDF depuis 70 ans ou presque pour la 2ème partie de l’énoncé).
          Qui y faire siéger !?
          – Les personnes connaissant les productions décarbonés à l’échelle (et pour la France, le PV, système inclus, c’est Bof au Nord du 45ème parallèle pour le moment et à priori pour très longtemps !!! mais sous les Tropiques pas de soucis …)
          – Les personnes connaissant la distribution (THT, HT et distribution locale)
          – Des experts en physique (Académie des Sciences et des Techniques) voir en Chimie… (mais pas des matheux statisticiens pour enfumer la galerie avec des modèles à la con, ni des économistes, sauf si ils peuvent démontrer des prévisions économiques exactes sur à minima un 1/4 de siècle – je ne sais pas si cela existe !???)
          – Quelques personnes nommées par les 2 Assemblées pour avoir des personnes issus du peuple (mais pas majoritaire)
          – !???

          Que des économistes soient consultés pour développer des modèles économiques issus de prospectives faites, je dirais Oui !
          Et surtout éviter des idéologues aux idées multiples genre NegaWatt (tout n’est pas à jeter dans leur modèle, mais il y a un sacré écrémage à faire et aussi quelques points noirs pas bien évaluer dans leurs modèles…), leur baume gras qu’ils mettent partout pour arrêter le Nucléaire avec en Back-up du Biogaz sur des volumes colossaux, pour moi cela teint de l’idéologie de « Khmers un peu mesurés mais marrons » et une mise en pratique rapide mettrait dans la merde beaucoup de Français …

          Répondre
          • @ APO, voici un essai embryonnaire de réponse :
            Dans l’absolu, ce à quoi il faut tendre, je resterai simple dans le principe.
            C’est à dire sur le thème ouvert « des besoins énergétiques de la France et comment les satisfaire », j’ouvrirai un concours ouvert à tous pour former une sorte d’académie de réflexion.
            Ce concours se ferait à l’ancienne en milieu clos (type salle d’examen) sans téléphone portable, avec un stylo et une feuille de papier numérotée pour garder l’anonymat des participants et aussi se garantir de tout favoritisme lors de la correction !
            Les meilleures copies permettraient aux auteurs de passer un oral afin de valider une sélection définitive qui sera limitée en nombre pour être opérationnelle.
            Voici pour le principe du comment.
            Reste à définir
            • La commission d’organisation, de contrôle et de correction (membres la constituant)
            • la ou les questions posées pour l’épreuve écrite et orale
            • les modes de correction
            • les modes d’évaluation en oral
            • le nombre (sorte de numerus clausus)
            • les thèmes et champ d’actions des sélectionnés qui seront tous bénévoles.

          • @Michel Dubus,

            Assez Vrai de faire passer un « concours » pour certains.
            Moi, je voyais que des entreprises type EDF, ENEDIS et RTE pourraient automatiquement nommés des personnes dans ce « Conseil énergétique national ». Pour ENGIE, ces « marchands de Tapis » volant propulsé au Gaz, c’est à voir (Quand on voit le « torche-cul » qu’ils diffusent sur l’éolien en mer pour le débat national, j’ai des doutes sur leur « bonne-foi » (si ce n’est une Grande Foi dans le Gaz Fossile !!! qu’ils essaieront de maquiller par tous les moyens possibles et imaginables dans les années à venir : Perspectives du BioGaz surestimées, Hydrogène à haute dans le réseau – à priori 6% serait un grand maximum, Promotion des ENRi quitte à user de Faux en écriture, etc…).
            A la limite, Totalénergies est plus « honnête » que ENGIE sur les perspectives énergétique !!! et donc pourrait y faire siéger du monde également… Le moins de pétrole va être une épreuve « terrible » pour nos sociétés occidentales et on n’est pas prêt ni organisé en conséquence !!!

            L’énergie est un Sujet Tellement important dans nos sociétés que sa place devrait être « renforcé » dans les instances dirigeantes (mais pas par des Utopistes à la con qui ont noyauté le Système… grâce notamment à un anti-nucléarisme malsain ! Des ENRI, je dis Oui, mais dans des proportions RAISONables !). L’Abondance énergétique des 50 dernières années (même si relative aux moments des chocs pétroliers) est une parenthèse de l’Histoire Humaine et de l’Histoire Française !!! (Combien de politiques publiques ont été mises en place pour les forêts françaises durant les 500 dernières années, Beaucoup dans les Faits !!! Idem pour les moulins à eau !)

            Le « conseil constitutionnel » veille à ce que la constitution française, plusieurs fois bafouée par le Passé soit respecté ! Y siège des experts en Droits ET des anciens politiques !!! Ce conseil peut retoquer des Lois discutables ! On doit faire de même pour l’énergie !!! La Loi sous Hollande de 50% d’ENRi en 2025 était condamné à ne pas être respectée (sauf effondrement économique majeur) et des « Politiques » l’ont voté !!! Sans changement profond on part vers l’Absurdistan et une instabilité majeure dans un pays qui ira à la Ruine si on ne corrige pas le « Tir »…
            Les Vrais Acteurs de l’énergie (ceux qui savent garantir le réseau électrique et le comprennent ainsi que ceux qui font réellement approvisionnements divers) doivent donc y siéger, pas les distributeurs (pour des problèmes de sécurité alimentaire, l’Europe mis en place la « PAC » avec des réussites (les productions en volume sont là !) mais aussi des échecs (divers Lobbys ont mis ce modèle sur de mauvais rails! et les politiques de trop d’ouverture au commerce mondial ont ruiné certains acteurs du monde agricole, grace au pétrole Abondant donc il va falloir se préparer à la « renverse » comme on dit en mer, la marée va descendre et il ne va pas falloir s’échouer n’importe où n’importe comment !!!

  • Si l’association « Sauvons le nucléaire qui sauvera encore moins le climat que les renouvelables » et retraités entêtés de l’ex-monopole qui a été très nuisible aux autres énergies peu carbonées (et ne veulent jamais reconnaître des erreurs liées à ce choix, les limites du nucléaire et rester dans une vision étriquée alors que des scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs innovants et souvent très qualifiés les ont maintes fois alertés et informés), au lieu de répéter les mêmes arguties depuis des années sur différents supports non dotés de comités de lecture scientifiques pour cacher les déboires du nucléaire en accusant tantôt des écologistes, tantôt l’Allemagne, tantôt la politique ou autres, se penchaient d’un peu plus près sur les multiples études scientifiques (+ de 200 et environ 3 fois plus en comptant celles des opérateurs de réseaux, fournisseurs d’énergie, organismes spécialisés etc), climatiques, économiques et modélisations réalisées, les quelques 300 types de stockage répertoriés dont près d’une centaine en cours de déploiement, et sur l’ensemble des technologies renouvelables et leurs évolutions, peut-être que le Monde de l’énergie pourrait avancer au lieu de ces éternelles « tribunes » de niveau télé-achat en faveur d’un nucléaire déjà dépassé qui tentent de prétendre « au doigt mouillé » que des mix 100% renouvelables sont impossibles.

    Si c’était le cas, au lieu d’écrire à peu près n’importe quoi à longueur de temps, ce qui ne contribue pas à élever le niveau de connaissances en énergie des français en général qui n’est déjà pas très élevé, reprenez ces études et modélisations et développez des arguments sérieux et étayés pour tenter de les démentir

    Pendant que vous écrivez les mêmes âneries à longueur de temps sur les renouvelables, des cabinets d’études autrement plus sérieux et réputés font des constats qui ne vont pas dans le sens de vos propos et devraient vous inquiéter quant à la compétitivité et l’évolution de la situation de la France au plan énergétique, c’est sans doute prétendrez-vous la faute à Voltaire et sinon à Rousseau mais jamais aux retraités « visionnaires » du nucléaire que vous êtes ?!

    L’Espagne et le Portugal futures gagnantes grâce aux énergies renouvelables ont le potentiel de devenir une puissance énergétique européenne avec des prix de l’électricité inférieurs à ceux du reste de l’Europe (étude Rystad Energy)

    Elles sont bien positionnées pour concurrencer – et même remplacer – l’actuel centre industriel de l’énergie d’Europe du Nord.

    L’Espagne était le troisième plus grand exportateur d’énergie en Europe au cours des trois trimestres de 2022, derrière la Suède et l’Allemagne.

    Les principales raisons de cette évolution sont un important déficit de production d’électricité nucléaire en France et un retard dans les renouvelables – en plus du plafonnement des prix ibériques sur la production d’électricité à partir de gaz. Cela a fait baisser les prix de l’électricité de l’Espagne et du Portugal par rapport à ceux de la France pendant une grande partie de l’année, ce qui a rendu les exportations d’électricité encore plus compétitives.

    Grâce à une combinaison d’investissements, de géographie et de politique, l’Espagne et le Portugal ont réussi à éviter ou à réduire l’impact de la crise énergétique européenne

    La région devrait connaître une forte croissance de la production d’électricité cette année ainsi que dans les années à venir, tirée principalement par l’expansion massive des énergies renouvelables.

    La part des énergies renouvelables dans le mix énergétique ibérique passera de 48 % en 2021 à 64 % en 2025 et 79 % en 2030.

    Cela place la région à la tête de la transition énergétique européenne et en fera le leader des énergies renouvelables en Europe

    Jusqu’en 2021, les prix de l’électricité ibérique étaient étroitement liés à ceux des autres pays européens. Mais depuis l’introduction du plafonnement des prix en juin 2022, l’impact est clair. En août, les prix de l’électricité en Espagne s’élevaient en moyenne à 155 €/MWh, tandis que les prix étaient deux ou trois fois plus élevés dans le reste des pays sélectionnés.

    Avec des contrats d’achat d’électricité (PPA) à long terme, tels que des contrats annuels pour 2024 et 2025, l’énergie espagnole devrait être beaucoup moins chère qu’en France et en Allemagne.

    Le contrat annuel espagnol 2024 se négocie actuellement à 113 €/MWh, soit plus de la moitié du prix de l’équivalent français de 270 €/MWh.

    Les prix à terme relativement bon marché de l’électricité sont soutenus par des fondamentaux solides. La France est confrontée à d’énormes défis avec son important parc nucléaire et peu d’autres alternatives pour la production d’électricité du fait de son retard dans les renouvelables, tandis que l’Allemagne se battra pendant des années pour réduire sa dépendance au gaz russe.

    Cela indique un avantage structurel dans la péninsule ibérique, tel qu’il est actuellement perçu par le marché, et un avenir radieux pour la production d’électricité dans la région.

    En tant que pionnier de l’industrie éolienne européenne, l’Espagne est actuellement le deuxième plus grand producteur d’énergie renouvelable en Europe.

    La péninsule ibérique compte actuellement plus de 50 GW de capacité installée d’énergies renouvelables, l’éolien terrestre représentant plus de 60 % du total.

    Les installations d’énergie solaire ont augmenté ces dernières années. Elles devraient dépasser l’énergie éolienne terrestre et représenter plus de la moitié de l’énergie renouvelable de la région d’ici 2030.

    Au Portugal, l’éolien en mer est promis à un bel avenir, puisque le gouvernement a annoncé qu’il allait faire passer l’objectif du pays en matière d’éolien en mer de 6 GW à 10 GW d’ici à 2030, et que ces projets seront très probablement attribués par le biais de ventes aux enchères. Le Portugal est également en passe d’accueillir le premier projet commercial d’éolien offshore flottant sans subvention au monde, grâce à la demande de permis de BayWa pour un projet d’éolien offshore flottant de 600 MW au large des côtes portugaises.

    Le nouveau projet BarMar de pipeline sous-marin reliant Barcelone, en Espagne, à Marseille, en France, remplacera progressivement le combustible fossile dans le système par des gaz renouvelables tels que l’hydrogène vert.

    Ce n’est pas la première fois que l’hydrogène est mis à l’ordre du jour pour exporter le potentiel renouvelable d’Ibérie afin d’aider l’Europe à se sevrer du gaz naturel. Un autre corridor pour le commerce de l’hydrogène vert est prévu par Cepsa entre Algesiras en Espagne et Rotterdam aux Pays-Bas, tandis que Shell prévoit une chaîne d’approvisionnement en hydrogène entre Sines au Portugal et Rotterdam, pour ne citer que deux projets potentiels.

    La zone ibérique est ainsi bien placée pour concurrencer – voire remplacer – le centre industriel énergétique actuel de l’Europe du Nord, car les secteurs de l’Espagne et du Portugal peuvent compter sur un ensoleillement abondant, des vents forts et une infrastructure mature, ainsi que sur une riche expertise industrielle et managériale.

    De plus elle est proche de pays d’Afrique du Nord, en particulier Maroc et Algérie, pouvant fournir de l’hydrogène supplémentaire à bas prix.

    Evolution graphique des énergies renouvelables dans la zone ibérique d’ici à 2030

    https://www.datocms-assets.com/75979/1666862355-iberian-power-generation-mix-left-and-share-of-renewables-right-graphic.png?fm=webp

    .

    Répondre
      • @Serge,

        Oui parfaitement condescendant par moment, démagogique à d’autres, clairvoyant sur le coté géographique des ENRi (la péninsule ibérique est faite pour les ENRi, le Nord du 45ème parallèle nettement mois !!!).
        C’est donc un document ENRiste quasi parfait (tant que c’est démagogique et condescendant) sauf sur le coté géographique où il y a vraiment de l’objectivité !!!

        Répondre
    • @Energie+ 08.11.2022 :

      Commentaire intéressant sur quelques points mais aussi tout bien rempli de démagogie et de condescendance (très habituel chez les ENRistes et aussi chez certains Nucléaristes)

      Point intéressant :
      –> Vous pointez la péninsule ibérique comme Lieu propice aux ENRi et c’est bien Vrai (Les ENRi ce sera très attaché au « terroir » et aux régions et ce qui marche en 1 lieu n’est pas généralisable en d’autres lieux avec la même efficacité – la Terre n’est pas plate et homogène à grande échelle !!!)
      Par extension et vu la diversité des « climats »(ie : exposition à la météo) en France, les ENRi ne peuvent pas être généralisé bêtement avec des arguments fallacieux de ce qui marche d’un coté doit marcher partout ! (L’agriculture et les terroirs français devraient le rappeler aux Français, à quelques dizaines de km près tout change sur bien des cultures…)

      Point joliment condescendant (avec une belle touche d’autoritarisme) : Le propos suivant «  » Pendant que vous écrivez les mêmes âneries à longueur de temps sur les renouvelables, des cabinets d’études autrement plus sérieux et réputés font des constats qui ne vont pas dans le sens de vos propos et devraient vous inquiéter quant à la compétitivité et l’évolution de la situation de la France au plan énergétique, «  » –> EDF a eu des plans ENR depuis 50 ans, et le développement du PV en France démarra dans les années 80 avec une usine à Caen, qui ne se développé pas plus car les couts restèrent élevés…

      @Energie+ : Quels sont les «  »des cabinets d’études autrement plus sérieux et réputés » » ??? Une liste serait bienvenue !!!

      En quoi les BE d’EDF ont-ils été mauvais depuis 70 ans !? Le réseau Français fut un exemple internationalement reconnu !!!

      Sur la partie Démagogie, Oui la péninsule ibérique est sur la bonne voie grace aux ENRi (et aussi à l’hydraulique et notamment au Portugal où les progrès ont été phénoménaux en 20 ans avec de nombreux barrages construits !). Mais QUID de nos voisins Allemands !??? Sont-ils dans une impasse !?
      Pourquoi donc parler d’hydrogène (qui ne sera pas à l’échelle des besoins avant 30 ans et encore !) et pas des interconnexions !??? Pourquoi les Allemands ont insister sur MidCat et pas sur plus d’interconnexions électriques !???

      Nota : Prendre SHELL en exemple alors qu’ils ont bien « couillonné » la France et les Français avec leurs raffineries et l’histoire Petroplus qui a couvert une faillite pour ne pas payer la dépollution des sites de SHELL. Le tout est finalement en bonne partie à la charge du Contribuable !!! (Cf – https://www.lesechos.fr/2007/08/shell-tire-un-trait-sur-toutes-ses-raffineries-francaises-536712#:~:text=Pour%20Shell%2C%20le%20raffinage%20en,des%20principaux%20raffineurs%20du%20pays.) De citer les pétroliers, c’est toujours « sulfureux » tellement ce sont des « rapaces » sans moral !!! (mais pas étonnant venant de la part d’ENRistes !!! qui pour certains sont du même acabit !)
      Si les Pétro-gaziers font des pseudo-promesses sur les ENRi, c’est surtout pour que les états développent juste les ERNi (avec de beaux panoramas qui ne se réaliseront pas dans les Faits) et pas d’hydraulique et autre outils pour faire un système complet sans Gaz Fossile (le futur des pétroliers…).
      (Pour manger avec le Diable il faut avoir une longue fourchette…)

      Répondre
    • @Energie +,

      Que pensez-vous de la situation des ENRi en France en ce 8 décembre à 8h00 : Solaire 198 MW !,éolien 1527 MW !!! soit ENRi = 1725 MW pour pas loin de 75 GW de consommation (trop certes) et donc une couverture de 2% des Besoins !!!
      Et un facteur de charge des ENRi (sur 33 à 35 GW installés en France – DATA actuelle sur le Site RTE pas à jour) de 5% !!! C’est Vertigineux en terme de décallage de Production/consommation !!!

      Qu’en pensent vos « Grands » Experts !?
      Que faut-il faire !? (moins consommer Oui, mais cela ne suffira pas !!!)

      Dans l’attente, Bonne contemplation de l’utilisation généralisée de Fossiles pour maintenir les réseaux électriques européens avec cette base pilotable !!! (Un peu de méditation serait souhaitable pour faire un Mix décarboné efficace mais pas virtuel ni démagogique !!!)

      Répondre
    • @Energie +,

      Vous avez été brefs sur le stockage et les « 300 » voies en cours de recherche (sachant que le stockage par batteries fait l’objet de recherches continues depuis des lustres, nota : en guerre sous-marine les batteries étaient la clé du succès, et les 1ers sous-marins français opérèrent dès la guerre de 1914 avec des batteries en plus du moteur thermique pour naviguer en surface – ie 99% du temps dans les faits)

      L’Australie qui avait permis à Elon Musk de faire un Très Gros Buzz sur le stockage par batteries se met aux choses sérieuses (en capacité et en ordre de grandeur !!! mais peu de bruit sur cela, c’est pas trop 2.0 et vraiment « old school ») : https://www.revolution-energetique.com/ces-projets-pharaoniques-de-stockage-delectricite-lances-par-laustralie/

      @Energie+, vraiment curieux de voir vos sources sur du stockage à l’échelle pour un réseau national !!!

      Répondre
    • sur la référence : «  » (suite) Etude Rystad Energy
      https://www.rystadenergy.com/news/iberia-a-new-european-energy-powerhouse-emerges «  »
      petit extrait : «  » With reliable gas supply from North Africa, lower power prices compared to the rest of Europe, «  »
      —> @Energie +, une Question : Travaillez-vous en lien étroit avec l’industrie Gazière ??? (pour la sécurité de l’alimentation électrique, le GAZ est très Bon, sur le CO2 c’est très BOF !!! d’où par ailleurs les mécanismes de subvention de l’état espagnol pour baisser le prix du Gaz pour l’électricité l’été dernier et les chiffres pseudo-comparatifs de prix de l’électricité en Europe !!!)

      Nota : En refusant de faire les mêmes mécanismes pour l’Europe entière, l’Allemagne a bien protégé (consciemment ou pas !?) son industrie du Lignite qui a bien produit ces derniers mois (tout le monde n’a pas été perdant !!!) …

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective