L’avenir énergétique chinois sous le signe du nucléaire

Un nouveau rapport de l’organisation non gouvernementale China Energy Fund Committee (CEFC), paru vendredi 15 juillet dernier, est venu confirmer les grandes ambitions du gouvernement chinois en matière nucléaire. Selon cette ONG, le nucléaire devra jouer en effet un rôle déterminant dans le futur mix énergétique de la Chine et contribuer à la réduction des émissions de CO2 ainsi qu’à la croissance économique nationale.

Selon le CEFC, organisme indépendant basé à Hong-Kong, la Chine s’apprêterait à enclencher une révolution du nucléaire, avec pour objectif l’approbation de six à huit nouveaux réacteurs par an au cours de son 13ème Plan Quinquennal prévu de 2016 à 2020.

A lire également : Nucléaire : la Chine conçoit sa première pompe de refroidissement

En 2015, la Chine possédait 24 réacteurs nucléaires en construction, soit plus d’un tiers de leur nombre total dans le monde entier“, explique Xiaoyong Huang, l’un des auteurs du rapport et président de l’École supérieure de l’Académie chinoise des sciences sociales (ACSS). Et ce fort développement devrait s’intensifier pour trois raisons particulières, poursuit-il, à savoir : la nécessité de protéger son environnement et de réaliser son objectif de réduction des émissions de GES, la volonté de garantir la sécurité énergétique du pays et son développement économique, et enfin, l’ambition de tirer profit du fort potentiel des technologies chinoises aussi bien sur le marché intérieur qu’à l’international.

Même s’il existe une différence de points de vue et de voix sur les constructions nucléaires en Chine, nous pensons malgré tout qu’il est essentiel pour le pays de faire le choix du nucléaire. Pour l’instant, la Chine importe de grandes quantités de pétrole et de gaz naturel mais, comparée à d’autres énergies propres comme l’éolien et le solaire, l’énergie nucléaire est bien plus économique et stable“, souligne Xiaoyong Huang.

A ce jour, seuls 3 % de la production d’électricité en Chine provient du nucléaire. Un niveau relativement bas compte tenu de la moyenne mondiale évaluée à près de 16 %, mais qui devrait effectivement augmenter de manière considérable ces prochaines années.

A lire également : Des centrales nucléaires mobiles bientôt en mer de Chine ?

Crédits photo : Shubert Ciencia

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective