Chantal Jouanno : « hormis certains pro-nucléaires, rares sont ceux qui nient le rôle de l’éolien offshore »

Le site partenaire Énergies de la mer a interviewé Chantal Jouanno. La présidente de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) revient notamment sur l’expérience des débats publics menés autour de l’éolien en mer. Entretien réalisé par Dominique Pialot.

Quelles mutualisations peut-on opérer entre les différents débats publics sur l’éolien en mer ?

CJ. Les procédures, telles que les ateliers cartographiques, sont mutualisées. Mais la CNDP ne disposant pas d’équipe en interne, une nouvelle équipe doit être reconstituée pour chaque débat.

Quoi qu’il en soit, le débat mené sur la Normandie, par exemple, n’est pas du tout transposable à la Méditerranée. Si dans les deux cas il s’agit de définir un zonage, la demande est très différente d’un cas à l’autre.

Pour la Normandie, les contraintes sont fortes, avec déjà six parcs, un trafic maritime dense et une activité de pêche importante, surtout dans le contexte du Brexit.

Les engagements pris par l’État – dont celui d’exploiter le retour d’expérience des fermes pilotes en Méditerranée – ou encore le contexte socio-économique et touristique ne sont pas non plus les mêmes.

Pour les impacts sur la faune et la flore, ne pourrait-on pas exploiter les retours d’expérience de projets menés à l’étranger ?

CJ. Les opérateurs partagent systématiquement leurs connaissances environnementales. Les impacts des travaux sur les espèces ou les récifs sont assez bien documentés, mais pas ceux sur les oiseaux, notamment migrateurs, dont les comportements restent encore méconnus. De toute façon, ce qu’attendent les citoyens, c’est de connaître l’impact local, sur la zone qui les intéresse.

En quoi la teneur des débats a-t-elle évolué au fil du temps ?

CJ. La réalité du changement climatique et la nécessité de la transition écologique – et pas seulement énergétique – sont acquises. Ce qui n’était pas le cas il y trois ans. Mais les modalités continuent de faire débat. Notamment sur la sobriété, l’efficacité énergétique et les différents modes de production d’énergie. Cette pluralité des solutions se reflète d’ailleurs dans les scénarios Ademe ou RTE.

Hormis certains pro-nucléaires historiques, rares sont ceux qui nient le rôle de l’éolien offshore. Les dernières annonces sur le sujet (telles que l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie européenne) vont raviver ce débat entre pro-renouvelables et pro-nucléaire.

Une partie de l’opposition aux projets d’éoliens en mer provient d’une méconnaissance du sujet climat. Ne faudrait-il pas faire précéder les débats d’une acculturation au sujet ?

CJ. On fait toujours de l’éducation au changement climatique. Mais la politique énergétique du gouvernement reste très techno. Pourtant, nous poursuivons tous le même objectif : le ministère souhaite que le public y adhère ; les journalistes, qu’il le comprenne ; et nous, CNDP, qu’il participe.

Quelles sont les principales critiques que vous rencontrez ?

CJ. Une critique récurrente, c’est que « ça ne sert à rien et c’est long ».

Or il est essentiel de recueillir la parole du grand public. C’est pour cette raison que nous avons ajouté un principe d’inclusion aux principes généraux, et que nous nous efforçons d’aller chercher le public le plus éloigné. Par exemple, en travaillant avec ATD Quart-Monde.

La participation des élus locaux aux débats est-elle satisfaisante ?

CJ. Les présidents des débats publics rendent systématiquement visite aux élus, en commençant par les régions. Mais le débat Méditerranée, par exemple, portait sur près de 400 km de côtes et plusieurs centaines de communes.

Or, le nombre de participants est limité. À l’exception d’élus très volontaristes comme en Bretagne, les Régions restent toujours en retrait et les élus sont frileux et attentistes avant de connaître les positions locales. Pour améliorer la participation des élus locaux, nous allons nommer des délégués régionaux de la CNDP. Le principe en a été créé par la loi de 2017 et le décret est paru en 2021.

Les candidatures sont en cours de sélection. Certaines régions qui n’ont pas proposé de candidats seront regroupées avec d’autres. Mais, déjà seront bientôt annoncées celle d’Etienne Ballan en Méditerranée et celle de Jacques Archambault en Bourgogne.

Quelles relations entretenez-vous avec des instituts internationaux ?

CJ. Nous avons noué des liens avec l’Italie ou le Canada par exemple. Mais le temps et les ressources nous manquent pour développer des liens plus formalisés. A l’échelle européenne, c’est la mise en place de la Convention d’Aarhus* qui doit primer.

Déjà, en remplaçant l’intégralité de l’équipe, en nous dotant d’outils numériques performants, nous sommes passés d’une institution artisanale à une institution industrielle.

La suite et fin de l’interview de Chantal Jouanno, à lire ici : https://www.energiesdelamer.eu/2022/01/25/les-elus-sont-frileux-et-attentistes-avant-de-connaitre-les-positions-locales-declare-chantal-jouanno-a-energiesdelamer-eu/

 

commentaires

COMMENTAIRES

  • Chantal Jouanno….on a tout dit , elle devrait plutot donner son avis sur les arts martiaux , mais pas sur le off shore

    Répondre
  • À l’exception d’élus très volontaristes comme en Bretagne , elle veut dire comme l’autre bouffeur de homard et caviar ….
    le fameux « de rugy » ministre bouffon de notre chére République , pauvre douano

    Répondre
  • Chantal Jouanno s’explique sur son salaire de 176 000 euros : »Que les gens disent en quoi ça les choque » , pareil que pour le off shore en quoi ça te choque de pourrir les océans !!!!

    Répondre
  • On comprend que l’acceptabilité sociale n’est pas en soi statistiquement mesurable, mais peut-on éternellement s’asseoir dessus ? Le simple fait que Sea Sheperd et les pécheurs se retrouvent unis dans cette lutte ne vous a t’il pas pour le moins pas intrigué ? Pourquoi les frais de raccordement sont ils à la charge du contribuable ? Comment expliquer un prix de rachat aussi élevé ? Comment expliquer les différences abyssales avec nos voisins ? Quels sont les opérateurs chargés de ces installations ? Doit-on s’étonner d’y retrouver une bonne proportion de groupes pétrolo-gaziers ? Quels bénéfices industriels la France est-elle est en droit d’attendre de ces implantations ? Une fois qu’on a jusqu’à la lie répété qu’il ne fallait pas opposer les énergies les unes aux autres, qu’on aurait besoin de tout ce qui se rattache de près ou de loin au vert pour limiter la casse, est-il encore permis de s’interroger sur la pertinence d’ensemble de ces projets qui vont coûter 32 Mds€ (avec le raccordement) pour produire 12 TWh 35% du temps pendant 20 ans là où le fameux et si décrié EPR va produire 13 TWh pendant 60 ans, 24h24?

    Répondre
    • Doc T il faut vraiment que vous approfondissiez sérieusement le sujet ..déjà les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire ..certains pécheurs ont bien compris que c’est bien leur intérêt puisque ça sert de site de reproduction pour la faune .. la réalité du terrain : le nucléaire on l’a depuis plus de 60 ans et c’est bien grâce à lui que l’on en est la en France car justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes et c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain ….

      Répondre
      • Bon on a compris toute votre haine du nucléaire mais vous ne dites rien sur seasheperd et vous ne répondez jamais à aucun des points soulevés par le commentaire: comme dab vous saturez le forum avec votre « merde » (un mot que vous aimez) de propos..

        Répondre
      • Mais oui, monsieur, informez vous mieux: le vent en mer n’est pas beaucoup plus fiable qu’a terre. je vous assure, je connais la mer par la voile. Informez vous sur la « réussite » El Hierro. Dans un régime de vent bien plus propice, surtout plus stable(les fameuses Alizées) que les côtes Françaises, la combine idéales, éoliennes et STEP naturel, n’a pas permis de remplacer plus qu’un tiers de la cantrale fossile. Les professeurs Flocard et Pervez ont fait une intéressante sur un développement x3 de l’éolien en mer. Ils ne sont pas optimistes: il faudra vous passer de lumière deux tiers du temps.la grande erreur: plus on mets d’éoliennes mieux ça marchera. L’expérience grandeur nature de l’Allemagne prouve le contraire. Laissons les rêves dans nos songes mais ne prenons pas de décisions politiques sans ingénieurs indépendants.

        Répondre
      • Bonjour.
        Vous qui savez tout, pourriez vous me citer des pays émettant moins de CO2 par kW.h produit que la France et dans lesquels l’électricité est moins chère pour l’utilisateur.
        Cherchez bien car il n’y en a pas beaucoup (Suêde, Norvège…) et ils produisent comment? avec de l’hydraulique et du nucléaire… CQFD.

        Répondre
  • Kersanté qui se met à baver sur de Rugy le ministre pronucleaires qui a réussi à faire passer les émissions de CO2 émises en France du nucléaire de 6g par KWh pour les émissions du cycle de vie…qui sont en moyenne de 66g comme le montre une compilation de 19 études sur le sujet.

    Répondre
    • M’enfin, Rochain, pas besoin de compiler.
      A l’instant, France : 87 g/kWh, Allemagne : 323,
      La pays que vous admirez tant, qui a pour objectif final des centrales à gaz assistées, lorsque la situation est favorable, par éolien et solaire, génère 3,7 fois plus de CO2 que nous.
      Et ce CO2 résiduel en France provient de nos centrales à gaz.

      Répondre
      • Cochelin toujours à ânonner les vieux chiffres obsolètes de la désinformation pro nucléaire , tronqués au départ qui ont toujours été sujet à caution et qui ne prennent pas en compte la vrai pollution globale et les ravages que fait le nucléaire sur la faune , la flore et l’être humain mais qui classe quand même l’éolien devant le nucléaire …

        Répondre
        • Où avez-vous vu ces ravages de l’utilisation pacifique du nucléaire sur la faune, la flore et l’être humain dans les conditions normales de fonctionnement ? Et le charbon ? Et l’industrie, en général ?

          Répondre
          • Cochelin .. sur le terrain il suffit juste d’ouvrir enfin les yeux : voir les condamnations de plus en plus fréquentes d’EDF que vous n’avez toujours pas lu et parlez nous d’Arlit .. par exemple car il y en a bien d’autres de partout ..

          • Le plus rigolo, c’est que flore et faune se portent à merveille autours de Tchernobyl, la zone interdite étant devenue une sorte de parc naturel LOL

          • Hervé Guéret oui en oubliant toutes les mutations génétiques … vous y allez quand ? ou sinon vous avez Fukushima . il y a des villas gratuites à disposition …

          • Cochelin bravo vous prouvez bien l’urgence de se sortir aussi du fossile / charbon / pétrole … et donc de développer de toute urgence les ENR qui nous sortent enfin de la …

          • Vous n’avez pas lu : Le charbon, en Asie, sert aussi à fabriquer les éléments des ENR. Et combien de morts pour cela !

          • Cochelin vous n’avez pas lu : les ENR nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et c’est bien ça qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES…

          • victor blabla stérile qui n’apporte rien en polluant le sujet alors qu’ils suffit juste de vérifier les faits énoncés

  • Le débile malade imaginaire qui entend des infrasons partout est encore venu polluer plus qu’une marée noire en Bretagne.

    Répondre
  • Ah, Chantal :
    « Hormis certains pro-nucléaires historiques, rares sont ceux qui nient le rôle de l’éolien offshore »
    En fait, même pour moi qui suis « pro nucléaire historique », personne ne nie le rôle positif de l’éolien d’une façon générale, ni offshore en particulier.
    – Pour les pays comme la Chine ou l’Allemagne, c’est génial, lorsque le vent souffle assez (bon, il faut déjà un bon vent pour que la puissance fournie soit intéressante !) ça permet de ralentir quelques centrales à charbon.
    – Pour des utilisations particulières telles que la fabrication d’hydrogène lorsque le vent souffle, génial, bien mieux que de le fabriquer à partir d’hydrocarbure.
    – Pour remonter de l’eau dans des barrages de STEPs ou économiser l’eau de nos barrages pour une meilleure utilisation ultérieure, génial.
    Bref, pour un tas de trucs et de cas particuliers, extrêmement utile, et on doit donc les développer.

    Mais lorsqu’on veut les utiliser en France pour alimenter notre réseau électrique, ça fait rigoler, ou plutôt pleurer.
    Le réseau a besoin d’une alimentation pilotable. Le train part à l’heure, pas lorsqu’il y a du vent.
    Et pour rendre pilotable des éoliennes, il est nécessaire de mettre en parallèle une source pilotable qui prenne le relais lorsque le vent faiblit. Et c’est là que ça coince.

    Aujourd’hui, c’est surtout notre nucléaire qui joue ce rôle de back-up. Lorsque le vent faiblit, on augmente la puissance nucléaire.
    Comme on aurait pu laisser tranquillement continuer les réacteurs, nos éoliennes ne sont d’aucune utilité.

    Et lorsque nous auront laissé tomber notre nucléaire à une puissance insuffisante, il faudra trouver autre chose pour les jours sans vent, et la puissance à trouver est énorme.
    Et il n’y a guère de solutions disponibles, la moins nuisible étant celle des centrales à gaz, comme à Landivisiau pour la centrale en construction.
    Et compte tenu du facteur de charge des éoliennes largement inférieure à 50%, au bout de l’année, ces centrales à gaz (et à CO2 LOL), auront fourni plus de la moitié de l’énergie.
    Remises dans leur contexte français, nos parcs d’éoliennes sont donc nuisibles pour l’évolution du climat. Alors que les centrales nucléaires ne produisent aucun CO2.
    C’est d’ailleurs l’objectif des Allemands, centrales à gaz et éoliennes, et c’est pourquoi ils se battent à la Commission Européenne pour faire reconnaître comme favorables au climat les centrales à gaz !!! LOL

    Pas beau, ça ???
    À lire : https://1drv.ms/b/s!Aoz2RZetULwc5UqA7R84bXWwEn87?e=vWvm3h

    Répondre
    • Hervé Guéret encore et toujours les mêmes inepties pour gogos.. la réalité du terrain : le nucléaire on l’a depuis plus de 60 ans et c’est bien grâce à lui que l’on en est la en France car justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/269771377_10228113923858244_2825736715232965_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=ycYRQ0P6XzQAX94tFDv&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT_Z_YPCRFvWaHc5KklklaxwkY-X3_TrxKf7-KKZYQniLg&oe=61F5B216

      Répondre
        • victor Arrêtez le , il n’y a personne qui pilote ce forum, c’est fatiguant ces trolls sans intérêts qui pollue les sujets sans rien apporter d’utile

          Répondre
      • Cochelin c’est un viel article qu’est ce qui a été fait depuis ? et les USA se sortent du gaz de schiste …

        Répondre
        • Non. Les Etats-Unis ne sortent pas du gaz de schiste. La crise du gaz en Europe est une opportunité pour le gaz américain et le gaz de schiste. https://www.tagesschau.de/wirtschaft/weltwirtschaft/usa-erdgas-exporte-rekord-101.html « Aux États-Unis, en revanche, l’offre dépasse la consommation intérieure d’environ dix pour cent en raison de la production de pétrole et de gaz de schiste. De nombreux exportateurs de gaz américains voient la flambée des prix comme une bonne opportunité commerciale et veulent profiter de l’essor des marchés mondiaux. Selon l’Energy Information Administration (EIA) des États-Unis, les exportations américaines de gaz avaient déjà augmenté de 42% au premier semestre de l’année dernière.Selon les experts, la quantité de près de cinq millions de mètres cubes de GNL peut suffire à couvrir un tiers de la demande de l’Allemagne, le plus grand consommateur de gaz en Europe, en un mois d’hiver. En été, cela correspond à une consommation mensuelle. Avec le message, les prix se sont également un peu calmés. Sur le marché de gros, ils ont chuté brusquement de dix pour cent. »

          Répondre
          • Cochelin une fois de plus vous prouvez bien qu’il faut développer de toute Urgence toutes les ENR pour que la France soit enfin « autonome » énergétiquement …

          • Mais aucun pays qui a fortement développé les ENR n’est autonome. Ces pays, justement, utilisent encore énormément d’énergies fossiles pour l’électricité, contrairement à la France.

          • Cochelin quand allez vous enfin comprendre qu’il faut parler énergie : postez nous les chiffres de la France pour que vosu compreniez enfin la situation car la France est juste championne de la pollution et de la production de déchets ultimes

          • Cochelin: « Mais aucun pays qui a fortement développé les ENR n’est autonome. »
            Attention, Cochelin, le Portugal progresse à grands pas (64% du mix électrique) élimination totale du charbon, et l’Espagne est également sur la bonne voie !
            Ces pays ont fait beaucoup mieux que nous durant ces 20 dernières années.
            Les différences avec la France: un ensoleillement à l’année, le développement des STEP, un éolien mieux réparti, et des prix du solaire et de l’éolien terrestre très bon marché.

    • Michel Gay l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
  • Bonjour,
    Éoliennes: du rêve aux réalités [le film]
    https://www.youtube.com/watch?v=Vf9EbpzDvoY
    Je souhaiterais que Chantal Jouanbo donne ses arguments point par point face à ce qui est exposé dans le YouTube ci-dessus.
    L’entretien réalisé par Dominique Pialot montre qu’il n’a pas beaucoup de connaissance du sujet. Il pourrait suivre un cours de physique… Il aurait d’autres questions beaucoup plus précises à poser.

    Merci de votre attention

    Répondre
    • Stoclin toujours bon pour ânonner comme les autres trolls tous les vieux canulars périmes pour gogos … le réel du terrain : l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
    • arnaud Pernet Kersanté toujours bon pour ânonner lui aussi comme les autres trolls tous les vieux canulars périmes pour gogos … le réel du terrain : l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
  • La seule question qui vaille au niveau de l’éolien est celle de sa bonne répartition géographique.
    Et là, les politiques et autres présidents de débat de ceci ou de cela sont tellement nuls qu’ils vont poser toutes les questions sauf celle-là.

    Répondre
    • @Marc
      « La seule question qui vaille au niveau de l’éolien est celle de sa bonne répartition géographique. »

      Bien sûr que non.
      Si on veut tirer des éoliennes l’énergie comparable à celle produite par les réacteurs nucléaires que nos écolos veulent remplacer, on va vite devoir installer des éoliennes dans des coins de plus en plus défavorables.
      Quant à celles dont vous rêvez sur la Méditerranée, cette côte est tellement entourée de montagnes, Pyrénées, Alpes, que les vents sont souvent violents et dans des couloirs de largeur réduite. Peu favorable.

      Mais la vrai question à poser est celle de son intermittence.
      Quelle source non carbonée voulez-vous mettre en backup pour compenser la grande variabilité ?
      Du nucléaire ? Alors les éoliennes ne servent à rien.

      Répondre
        • Hervé Guéret toujours bon pour ânonner stupidement lui aussi comme les autres trolls tous les vieux canulars périmes pour gogos … le réel du terrain : l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          Répondre
  • Enfin, ce n’est pas la seule question, mais il est impossible de ne pas l’aborder dans toute réflexion autour de l’éolien, sauf à être totalement incompétent sur le sujet.

    Répondre
  • Je parle d’éolien offshore.
    En ce qui concerne les compensations, je vous ai déjà répondu plusieurs fois, alors restons en là.
    Flexibilisation des usages (recharge véhicule électrique en fonction de la production des ENR, fabrication d’hydrogène pour l’industrie et l’agriculture), foisonnement à l’intérieur du territoire notamment entre le Nord et la Méditerranée, interconnexions, complémentarité avec le solaire, STEP, écrêtements, gaz fossile devant évoluer en biogaz et gaz de synthèse.

    Répondre
    • @Marc
      « En ce qui concerne les compensations, je vous ai déjà répondu plusieurs fois, alors restons en là.
      Flexibilisation des usages (recharge véhicule électrique en fonction de la production des ENR, fabrication d’hydrogène pour l’industrie et l’agriculture), foisonnement à l’intérieur du territoire notamment entre le Nord et la Méditerranée, interconnexions, complémentarité avec le solaire, STEP, écrêtements, gaz fossile devant évoluer en biogaz et gaz de synthèse »

      Compensations, vous ne répondez pas justement sur la question que je posais.
      « recharge véhicule électrique en fonction de la production des ENR » Si vous avez comme ce décembre une période d’une quinzaine de jours de vents très faibles, vous marchez à pied ?
      Car, en plus, en hiver, le solaire se traîne normalement à une quinzaine de % du nominal.
      Et si vous roulez sur un bon trajet et cherchez une borne rapide, elle ne marchera que s’il y a du vent .
      A rejeter, donc.
      « fabrication d’hydrogène » Tout à fait d’accord, c’est juste un problème de moindre prix.
      Avec l’éolien, si vous avez un taux de charge de 30%, vous devez tripler la taille des électrolyseurs par rapport à l’alimentation par le nucléaire.
       » foisonnement à l’intérieur du territoire notamment entre le Nord et la Méditerranée, interconnexions » Là, vous n’êtes pas sur les usages mais la production. Et vous savez bien que le foisonnement est un phénomène marginal permettant de ne pas tomber à 5% de production trop souvent.
      L’image que je présente dans mon essai a été prise en décembre, réputé pour ses vents :
      https://1drv.ms/u/s!Aoz2RZetULwc5URq9b26IN0UNFur?e=w6LuIw
      « interconnexions » A nouveau sur la production. En gros, sauf cas particulier, chaque pays doit avoir suffisamment de sources pilotables pour couvrir ses besoins en cas de renouvelables non pilotables proches de zéro, et en plus, s’ils le désirent, des renouvelables intermittents pour soulager les sources pilotables, souvent crachant du CO2.
      En cas de pétole sur l’Europe, ce sera du chacun pour soi, et ne pourrez rien tirer des voisine.
      Les interconnections sont très utiles pour fluidifier les réseaux, venir à la rescousse d’un pays en difficulté ponctuelle, mais ne peuvent justifier qu’on soit sur l’année en négatif.
      « complémentarité avec le solaire » Pas de compensation la nuit, que je saches.
      Quant à la compensation été pour le solaire, hiver pour les éoliennes (hors pétoles, évidemment) c’est une bonne blague.
      Tous les hivers, le solaire est au mieux à 15% du nominal.
      Dans les merveilleuses prévisions de RTE, le solaire doit produire 40% de l’électricité. Sachant qu’il ne marche vraiment bien qu’en été, il le faudrait alors au dessus de 60%
      Imaginez l’allure de la production, 5 fois le nécessaire au milieu de la journée, et faible ou nul ailleurs LOL
      STEP, oui. A nouveau, pas un usage. Et très limité pour des questions d’acceptation de la population. Bien pour lisser d’un jour à l’autre. Rien de plus.
      « écrêtements » A nouveau, production, mais ce n’est pas une source. Juste un moyen d’augmenter un peu le taux de charge, en poussant la vitesse du vent à mi puissance vers la gauche de la courbe puissance fonction de la vitesse vent.
      En général, ceci consiste à surdimensionner un peu les pales par rapport au générateur électrique.
       » gaz fossile devant évoluer en biogaz et gaz de synthèse »
      ça, pour le gaz, on est très très très d’accord. Hélas. Vous approchez de la réalité. Vive les marchands de gaz.
      Quant à évoluer vers le bio gaz, c’est un gaz. La boucle électricité -> gaz -> électricité doit tourner vers les 20% de rendement.
      Vous voulez en plus multiplier par 5 le nombre d’éoliennes LOL

      Bref, en résumé, vous êtes moins caricatural que Ronchain ou Isambert, qui ne reculent devant aucune affirmation sotte et péremptoire, mais vous pourriez encore faire des progrès.

      Mais la question était :
      Mais la vrai question à poser est celle de son intermittence.
      Quelle source non carbonée voulez-vous mettre en backup pour compenser la grande variabilité ?
      Du nucléaire ? Alors les éoliennes ne servent à rien.

      Et, à la question posée, vous vous êtes gentiment défaussé. Pas terrible.

      Répondre
      • Notre troll stérile d’ Hervé Guéret est toujours et de plus en plus aussi ridicule .. quand va t’il apprendre au moins les bases du sujet à savoir ce que sont les ENR au lieu de délirer constamment sur des centrales au gaz qui n’existe que dans son imagination d’irradie alors que c’est bien les ENR qui évitent de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire de plus en plus intermittent
        . il n’a même pas un peu de personnalité pour vérifier les faits réels et ce qui se passe sur le terrain au lieu de se ridiculiser constamment en public RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/269771377_10228113923858244_2825736715232965_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=ycYRQ0P6XzQAX94tFDv&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT_Z_YPCRFvWaHc5KklklaxwkY-X3_TrxKf7-KKZYQniLg&oe=61F5B216

        Répondre
  • Le fameux EPR devait entrer en service en juin 2012, coûter 3,3 milliards d’euros et produire de l’électricité à 46 €/MWh (dixit EDF en 2006 et 2008).

    Pour ne considérer que les années entières 2013 à 2021, cet EPR n’a pas produit le moindre kWh, comme son ainé d’Olkiluoto dont la construction a commencé 28 mois plus tôt.

    De 2013 à 2021, l’éolien a produit 236 TWh et le photovoltaïque 84 TWh.

    A Taishan, le facteur de charge du premier EPR n’a été que de 82 % en 2019, au meilleur de sa forme.

    Répondre
    • @Marguerite 02.02.2022
      ça, ma chère Marguerite, on est bien d’accord.
      Nos politiques ont tant tergiversé qu’on a pris énormément de retard, et perdu de compétences, que la remise en route de la machine est bien difficile.
      Hélas, la relance annoncée par Macron est de la même veine.
      Au lieu d’annoncer et de lancer la cinquantaine de réacteurs dont nous avons besoin pour produire de l’électricité sans CO2, à nouveau ça lambine.
      Hélas.

      Répondre
      • La garde des cochons, vous connaissez ! Faut-il faire un petit rappel ?

        Et puis, comme on a pu le voir au sujet de Véolia, en troisième zone, on ne sait pas faire la différence entre un rendement et un facteur de charge.

        Dans un cas, pour un panneau PV, c’est le rapport entre l’énergie lumineuse reçue et l’énergie électrique fournie, dans des conditions normalisées.

        Dans l’autre, c’est le rapport entre l’énergie produite pendant une période et celle qui serait produite si l’équipement produisait à sa capacité maximale à chaque instant de cette période.

        Par exemple, le rendement d’un réacteur nucléaire est généralement de 33 % (58 à 60 % pour une TGCC), mais le facteur de charge actuel des quatre derniers et plus gros réacteurs est de 0 %.

        Répondre
  • Chantal Jouanno : « hormis certains pro-nucléaires, rares sont ceux qui nient le rôle de l’éolien offshore »

    Madame Jouanno parle malheureusement pour ne rien dire et tourne autour du pot. L’enjeu n’est pas le « rôle », mais le bénéfice pour le système énergétique du pays et pour le citoyen (accessoirement aussi contribuable et épargnant).

    Or dans ce domaine, son argumentaire frise le néant…

    Répondre
    • Yves Le Goff pourtant vous confirmez bien la phrase : »… hormis certains pro-nucléaires, rares sont ceux qui nient le rôle de l’éolien offshore » le réel du terrain : l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
  • A ce qu’il semble d’après des données provisoires, le nucléaire aurait à peine égalé en 2021 son niveau de 2019 pour ce qui est de la production mondiale.

    Les énergies renouvelables auraient progressé de
    400 à 500 TWh, de 6 % environ. Pour la plus grande partie avec de l’éolien et du photovoltaïque.

    Au niveau mondial toujours, il semble maintenant à peu près certain qu’éolien et solaire produiront plus que le nucléaire en 2022.

    Répondre
    • Pourquoi y voir de la concurrence alors que, dans l’urgence, toutes les énergies décarbonées sont les bienvenues ?

      Répondre
    • Vous enfoncez des portes ouvertes, Marguerite, personne ne nie que plus on installe d’éoliennes et de PPV, plus il y aura de production d’énergie éolienne et solaire. Le problème n’est pas là, le problème est de fournir des sources d’énergie décarbonées. Lorsque les É et PPV se substituent aux centrales à charbon ou à gaz, les ENRi sont intéressantes, mais lorsque c’est l’inverse (ce qui arrive 70% du temps), les ENRi participent au problème, pas à la solution.

      Chiffres de l’ADEME (g de CO2eq/kWh) :
      Éolien terrestre : 14,1 g
      Éolien mer : 15,6 g
      Solaire : 55 g
      Nucléaire : 6 g
      Gaz : 418 g
      Charbon : 1060 g

      Si on rajoute le couplage ÉPPV/gaz ou ÉPPV/charbon, on obtient l’excellent score allemand qui produit 5 fois plus de GES que le système français.
      L’atome, malgré les aléas techniques (et inacceptables) des EPR, résout le problème de la décarbonation de la production électrique et vos envolées niant cette réalité sont toujours surprenantes.

      Répondre
      • Denis Margot sortez vous des canulars pour gogos avec les chiffres tronques sur le Co² obsolètes qui ne prennent pas en compte la pollution et les ravages générés par le nucléaire … RE : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

        Répondre
        • À Régis Isambert, ou quel que soit le système d’Idiotie Artificielle qui se cache derrière : je ne répondrai pas à votre salade insipide truffée de fautes, d’insultes, de vulgarités, de contre-vérités et de répétitions ravageuses. Mais continuez d’intervenir, vous ridiculisez votre cause en la défendant avec votre charabia abscons.

          Répondre
          • Denis Margot le troll stérile qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres . 😂😂😂😂😂 si vous ne voulez pas connaitre la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier il ne faut pas poster les inepties pour gogos de la propagande mensongère … sinon il faut assumer ensuite de se ridiculiser en public …

          • Ouf, merci pour votre post, il en faudrait un peu plus , mais comme vous le dites il y a bien longtemps qu’il se ridiculise .
            Le problème reste la saturation des commentaires par ses idioties sans intérêts.

          • Le plus simple est de ne pas répondre et de laisser les lecteurs jouer de leur libre arbitre.
            Si certains trouvent leur compte dans des contenus affligeants……….grand bien leur fasse !!

          • victor le troll stérile qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres et qui pollue maintenant tous les posts sans rien apporter au sujet alors qu’il suffit juste de vérifier les faits réels.. la vérité vous dérange tant que ça ?

  • « Hormis certains pro-nucléaires historiques, rares sont ceux qui nient le rôle de l’éolien offshore… » Quelle déclaration péremptoire et non étayée ! Avait-elle sa place ici ? Mme Jouanno vous vouliez parler éoliennes off-shore ou vous vouliez rameuter le nucléaire qui n’a rien à faire dans ce débat pour noyer le poisson, vous avez gagné… Et rien n’avance.

    Répondre
  • « hormis certains pro-nucléaires, rares sont ceux qui nient le rôle de l’éolien offshore » A ma connaissance, les pêcheurs bretons ne sont pas des pro-nucléaires fanatiques, pas plus que SEA SHEPHERD. Rien que cette affirmation discrédite le propos de Madame Chantal Jouanno. Ils sont opposés aux projets actuels d’éoliens en mer et à juste titre. Il ne faut pas se polariser seulement sur la question des émissions de CO2 mais envisager la question dans son ensemble avec ses impacts environnementaux économiques et humains.

    Répondre
    • DUMAS Bravo c’est pareil pour le nucléaire .. et il faut lire les retours scientifiques des pays qui sont déjà très très en avance sur nous sur l’éolien off shore et quì se sortent de la pollution , du Co² , des GES .. avec les ENR

      Répondre
  • Le nucléaire n’est pas très rapide pour résoudre « le problème de la décarbonation de la production électrique ». On peut même dire qu’il marche à reculons.

    En 1996, le nucléaire représentait 17,5 % de la production mondiale d’électricité avec 2.410 TWh. En 2006, lors de son maximum historique de production, avec 2.804 TWh, ce n’était plus que 14,6 %.

    En 2019, la production nucléaire était encore inférieure à celle de 2006, avec seulement 10,4 % de la production totale. Pour 2021, le niveau de production a été à peu près celui de 2019 et le pourcentage inférieur.

    En pourcentage de la production d’électricité mondiale, les fossiles ont eu leur maximum en 2007 avec 68,0 % (41,2 % pour le charbon). En 2019, ce n’était plus que 62,9 % et 36,4%.

    Le nucléaire n’est pour rien dans cette affaire, puisque son pourcentage a baissé. L’ensemble des renouvelables est passé de 17,7 % à 26,0 % de la production mondiale entre 2007 et 2019.

    Répondre
  • Par contre les énergies renouvelables font beaucoup mieux que le nucléaire pour résoudre le problème.

    En l’an 2000, la production renouvelable mondiale dépassait celle du nucléaire de 11% (sans éolien ni solaire) – en 2010 de 52 % – en
    2020 de 176 % (2,76 fois plus).

    En 2010, éolien + solaire représentaient 14 % de la production nucléaire mondiale – en 2020, c’était 91 %. En 2022, ce sera plus que le nucléaire de façon à peu près certaine.

    Pour ce qui est des valeurs données par l’Ademe pour le photovoltaïque, ils datent de dix ans. La réalité actuelle, selon le lieu de fabrication et celui d’installation est de 15 à 35 g CO2/kWh en France.

    Répondre
    • Il n’y a rien d’étonnant à ce que les ENRi dépassent le N dans la production mondiale d’électricité, puisque le monde installe de plus en plus d’ENRi. C’est positif pour la décarbonation si ces ENRi remplacent du fossile, mais pas si elles remplacent du N, c’est bien là le problème. Et si on intègre le nécessaire backup (au gaz) des ENRi, elles deviennent franchement mauvaises et ne résolvent pas la crise climatique qui passe obligatoirement par une réduction drastique des émission de CO2. Aujourd’hui, les ENRi font plus partie du problème que de la solution, ce n’est pas l’évangile nucléaire qui l’affirme, c’est la réalité du terrain (voir les fabuleux scores carbone des pays pro ENRi sur ElectricityMap).
      L’expansion des ENRi va, certes, conduire à produire plus d’électricité (et dépasser le N), mais ne résout pas le problème fondamental de l’excès d’émission de GES.
      Quant aux coefficients des PPV, je ne sais pas quelles sont vos sources, mais l’ADEME, même si elle a 10 ans de retard, est une référence. Connaissant son positionnement pro ENRi et son rejet du N, on doit pouvoir supposer qu’elle s’empresserait de modifier le coef PPV si une réduction devait avoir lieu (et concernant le lieu de fabrication des PPV, je doute qu’il ait évolué dans le bon sens depuis 10 ans). Mais quel que soit le (relativement) bon coefficient des ENRi, il est noyé dans le couplage au gaz, et on voit mal comment ceci pourrait changer.

      Répondre
      • Denis Margot parlez d’ENR et la les gogos n’ont plus rien à dire .. RAPPEL: le nucléaire qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement nous enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes .. car c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et les ENR battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution , les GES , le Co² .. en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
  • Tout dépend de ENR. Mais pour les variables, solaire et éolien, ils ont souvent besoin de back-up (hydraulique, biomasse si disponibles ou thermique à flamme, charbon ou gaz)car leur facteur de charge moyen à l’année est relativement faible. 15 % pour le solaire, et 20 à 40 % pour l’éolien terrestre ou en mer. Mais le facteur de capacité (instantané) peut descendre à 0 % pour le solaire et 1 à 2 % pour l’éolien . Et, là, le back-up devient nécessairement important pour le soutenir le réseau.

    Répondre
    • Cochelin ben non ça ne dépends pas … car c’est bien toutes les ENR qui nous sortent de la et si les trolls arrêtez avec leurs canulars on avancerait beaucoup plus vite sur le sujet .. et oubliez aussi les veilles théories foireuses sur le facteur de charge puisque c’est bien la production injectée dans le réseau qui est à prendre en compte …

      Répondre
      • Hervé Guéret une nouvelle fois apprenez enfin les bases du sujet: c’est bien toutes les ENR qui nous sortent de la et si les trolls arrêtez avec leurs canulars pour gogos on avancerait beaucoup plus vite sur le sujet ..et oubliez aussi les veilles théories foireuses sur le facteur de charge puisque c’est bien la production injectée dans le réseau qui est à prendre en compte …

        Répondre
    • Cochelin: et tout dépend des pays.
      Mais si je prends le parallèle à 40°N, qui passe pratiquement au niveau de Madrid, NY, Ankara et Pékin, on voit que la grande majorité de la population mondiale habite en-dessous, dans une zone qui possède un ensoleillement à l’année, ce qui rend la solution PV+batterie et STEP attractive, et s’il faut un back-up au gaz de synthèse, avec un PV à 30 euros le MWh en Espagne, et jusqu’à 10 euros pour les prix les plus bas au niveau mondial, le prix du gaz de synthèse sera très probablement abordable.
      Par contre, les densités de population sont telles, en Asie que les ENR ne suffiront sans doute pas, ce pourquoi la Chine fait des recherches importantes dans le nucléaire.
      En ce qui concerne l’Allemagne et d’autres pays de la même zone géographique, elle devra importer de l’hydrogène produit par PV en zone tropicale pour son back-up.
      Concernant certains pays, je doute qu’ils installent du nucléaire pour lutter contre le réchauffement climatique… d’autant plus que le solaire y est beaucoup moins cher.

      Répondre
  • L’indigence des adversaires des énergies renouvelables se mesure à leur sempiternel discours sur le « backup ».

    Leur compréhension du domaine de l’énergie étant limitée, il ne leur viendrait pas à l’esprit que l’éolien et le solaire se substituent à des énergies fossiles qui seraient utilisées en leur absence.

    Si éolien, solaire et autres n’existaient pas, comment seraient produits les 448.000 MWh que le nucléaire était incapable de fournir le 2 février 2022 ?

    Et pour la puissance de 72.670 MW ce mercredi à midi alors que le nucléaire s’est limité à 48.360 MW ?

    En dehors de l’hydraulique qui a des limites, ce ne serait pas avec des fossiles par hasard ?

    Répondre
  • Pour ce qui est du contenu en CO2 équivalent de l’électricité photovoltaïque, plusieurs sources récentes existent, dont celle-ci :

    https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/pip.3441

    Comme l’article est payant, on peut en retenir ceci :
    « It is shown that the GWP caused by crystalline-based PV systems ranges from 17 to 18 gCO2eq/kWh when installed at high irradiations, 23 to 25 CO2eq/kWh at moderate irradiations, and 40 to 43 gCO2eq/kWh at low irradiations. »

    Lorsqu’une source comme l’Ademe se base sur une base de données dont les références sont des études datant de dix ans ou plus, il faut toujours chercher à mieux s’informer. Surtout dans un domaine qui évolue aussi vite que le photovoltaïque.

    Par exemple, l’épaisseur des tranches de silicium a considérablement diminué en dix ans.

    Répondre
    • Je conçois que ce sempiternel argument soit lassant, mais avouez qu’il a tout de même une certaine importance et qu’il ne devrait pas être glissé sous le tapis sous un quelconque prétexte de lassitude, ce serait mesquin.

      La limite de ma compréhension des enjeux énergétiques est sans doute bien inférieure à la vôtre, mais vous remarquerez que j’abonde dans votre sens lorsque je reconnais que « c’est positif pour la décarbonation si ces ENRi remplacent du fossile », ce qui rejoins, je pense, ce que vous affirmez. Dans le cas inverse, lorsque le fossile remplace les ENRi, ce qui arrive souvent, n’en déplaise à votre haute limite, l’intérêt des ENRi est plus que discutable, et il vous appartient de résoudre cette martingale avant d’accuser les adversaires des ENRi d’incompétence (d’ailleurs, je ne suis pas opposé à l’éolien, c’est même l’unique secteur énergétique où j’ai investi une partie de mes économies; sans grand résultat pour l’instant…).

      En ce 3 février 2022, je vous retournerai votre question : s’il n’y avait pas les 48,1 GW fournis par le N, combien faudrait-il d’É et de PPV pour arriver au même résultat ? Et le 4 février, et le 18 lorsque l’AC des Açores est venu se prélasser au-dessus de l’Europe ? Je vous accorde que le N présente des performances assez misérables en ne dépassant pas 70% de disponibilité, mais il faut reconnaître que les dernières années ont montré un certain laisser-aller dans la maintenance et le suivi du parc nucléaire par le pouvoir politique français. Que n’envions nous pas l’excellente disponibilité des parcs N allemands ou belges qui frisent ou dépassent les 100% ! Dommage qu’ils aient décidé de mettre tout ce beau matériel à la poubelle, ça ne va pas arranger l’empreinte carbone.

      Pour les coefficients PPV, laissons l’ADEME entériner vos chiffres, ils sont payés pour ça tout de même, vous devriez peut-être les relancer ?

      Répondre
      • Denis Margot vous abordez le probleme à l’envers: vérifiez que sur le terrain en réel c’est bien le développement des ENR qui font démarrer moins souvent voire font fermer les centrales thermiques et que pour produire il faudrait déjà les installer … et sortez vous des vielles théories foireuses: sur les chiffres du Co² qui ont été tronqués au départ et qui sont obsolètes et surtout qui ne prennent pas du toute en compte toute la pollution en général et les GES ..dans tous les cas c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES .. et c’est bien les ENR qui vont améliorer le retour Co² de tous les matériaux / matériels et ce dans tous les domaines …

        Répondre
        • Ce mec est vraiment dingo ou c’est moi qui comprend pas son verbiage ?
          Une telle obsession est déconcertante …jamais il ne répond aux énoncés ..il déversent sans retenu des propos abscons ..

          Répondre
          • Victor le mec vraiment dingo Une telle obsession est déconcertante …jamais il ne répond aux énoncés ..il déversent sans retenu des propos abscons et stérile .. le troll stérile qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres et qui pollue maintenant tous les posts sans rien apporter au sujet alors qu’il suffit juste de vérifier les faits réels.. la vérité vous dérange tant que ça ?

  • En Allemagne en 2019, le contenu en CO2 de l’électricité était de 30 % inférieur à ce qu’il était en 2010.

    Est-ce grâce au nucléaire ? Non, puisque sa production a baissé de 55 %.

    Est-ce en remplaçant du charbon par du gaz ? Non, puisque la production à base de gaz était la même, à 1 % près.

    C’est en réduisant de 35 % et 91 TWh la production à base de charbon et lignite.

    Surtout, c’est en augmentant de 138 TWh celle à base de renouvelables.

    Répondre
    • @Marguerite 2022 02 04.
      Oui, mais en 2010 le bilan carbone allemand était exécrable. Maintenant, il est simplement mauvais, ce qui démontre que les ENRi sont efficaces pour passer d’exécrable à mauvais en y mettant le prix (500 G€). Le très mauvais système français est à l’heure actuelle à 81 g/kWh, pendant que le bon élève allemand, au premier rang, fait des efforts colossaux pour rendre une copie à 406 g/kWh, 500% moins bon que le mauvais élève français (qui pourrait effectivement mieux faire et limiter son addiction au gaz, si on n’avait pas eu la géniale idée de fermer Fessenheim).

      Répondre
  • Le nucléaire dans le même temps passait de 12 à 8 GW. Mais pour aller plus loin, l’investissement dans les ENR se doit d’être considérable. Si les consommateurs sont prêts à payer l’énorme facture qui en résultera, et l’impact grandissant sur l’environnement naturel. La transition actuelle a déjà nécessité au moins 500 milliards d’euros, pour réduire de 35 % le charbon. Mais la consommation (et la production totale d’électricité) a, dans le même temps, sérieusement baissé.

    Répondre
    • Cochelin il serait enfin temps d’évoluer et d’ouvrir enfin les yeux sur le réel / terrain ..les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire polluante à tous les stades … et on parle ENERGIE …

      Répondre
      • Cessez de rabâcher les mêmes inepties. Vous ne cessez d’appeler à parler ENERGIE et vous en restez toujours aux ENR et à l’électricité. Soyez logique !

        Répondre
        • Cochelin Cessez de rabâcher les mêmes inepties. il faudrait au moins lire et comprendre car oui une fois de plus je parle bien des ENR et de l’énergie car c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … Soyez logique ! et intéressez vous enfin aux vrais questions de fonds …

          Répondre
    • Cochelin: « Mais la consommation (et la production totale d’électricité) a, dans le même temps, sérieusement baissé. »
      C’est peut-être parce qu’ils ont fait un certain effort de sobriété, indispensable quelles que soient les part d’ENR et de nucléaire, et favorisée par un tarif de l’électricité élevé pour les particuliers. Les industriels n’ont sans doute pas besoin de cet outil de pression pour trouver des solutions moins énergivores.
      La France est un cancre dans ce domaine, se retrouvant désormais à demander régulièrement l’aide de tous ses voisins pour couvrir sa demande et à espérer qu’il ne fasse pas de grand coup de froid pour que son chauffage électrique envoie indirectement une grande partie du pays dans le noir !
      Mais elle continue à subventionner les radiateurs électriques classiques.

      Répondre
      • La France ne subventionne pas les radiateurs électriques. La RT 2012 appelait à réduire le chauffage à l’électricité et de favoriser le gaz. Mais la France reste le plus gros exportateur net d’électricité d’Europe depuis très longtemps. Pour la période hivernale, effectivement, elle fait un peu appel aux pays voisins plutôt que de conserver un parc fossile important qui lui coûterait plus cher.
        En Allemagne, le chauffage électrique est plus rare à cause du prix très élevé de leur électricité. Par contre, le chauffage au gaz, mazout et charbon y est plus répandu. Et ce pays a choisi, par sécurité, de conserver un important parc fossile thermique à flamme (78 TW) pour pallier les défaillances des ENR variables (122 TW).

        Répondre
        • Cochelin En France on est toujours en retard sur l’avenir .. En Allemagne ça fait longtemps qu’ils en sont aux maison positives après avoir été au minimum en passif .. RE : à propos des canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/266031960_10228030126483362_3637850176084788288_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=p2ZBOdHpUoMAX83QjYE&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=6348bbacf53fd290cfdbc1bced6af90e&oe=61B7D4D6

          Répondre
          • Pour les maisons « positives », celles-ci sont largement subventionnées. Le coût des KWh photovoltaïques revendus et produit par ces maisons est assez élevé et est financé par des taxes sur les factures l’électricité (compris dans l’EEG, 1,2 milliards d’euros par mois)de tous les consommateurs.

          • Cochelin vous voulez au moins apprendre la définition de subvention donc ce sont bien les consommateurs qui ont payés la différence sur leurs factures et pas l’etat / nos impôts .. donc ce ne sont pas des subventions… vérifiez que les ENR sont moins chères que notre nucléaire et que c’est bien le nucléaire qui est subventionnée depuis plus de 60 ans et que l’on va payer toujours plus cher des milliers d’année… pas les ENR et l’ancienne CSPE qui a été intégré à la TICFE ne concerne pas que les ENR et vient de baisser …

          • Cochelin quand allez vous enfin arrêter de vous ridiculiser en public sans rien vérifier du réel du terrain : l’ancienne CSPE qui a été intégré à la TICFE ne concerne pas que les ENR et surtout vérifiez que les ENR sont moins chères que notre nucléaire et que c’est bien le nucléaire qui est subventionnée depuis plus de 60 ans et que l’on va payer toujours plus cher des milliers d’année… pas les ENR ..

          • Cochelin à propos du lien que vous avez posté .. juste pour votre info .. on est en 2022… 🤣 va falloir enfin évoluer 🤣 🤣 🤣 🤣

          • La preuve que vous ne lisez pas bien, ou ne savez pas lire. Il est question, dans l’article, des mesures prises en 2022.

          • Cochelin La preuve que vous ne lisez pas bien, ou ne savez pas lire et surtout comprendre c’est que ça ne comblera pas le retard que la France continue d’accumuler par rapport aux restes du monde ..malgré qu’elle vienne de se faire condamner

  • Si, les programmes de l’ANAH subventionnent les radiateurs électriques classiques: des radians, si ceux-ci remplacent des convecteurs, ce qui est un gain d’efficacité énergétique bien maigre.
    Il n’y a pas de « défaillance » des ENR, sauf si celles-ci sont détruites par des intempéries, ce qui est extrêmement rare.
    L’Allemagne a choisi de soutenir son industrie de l’éolien et les installations solaires (elle a sacrifié son industrie de fabrication solaire), prolonger le lignite (pour éviter une explosion sociale dans l’Est). Ces choix ont nécessité le sacrifice du nucléaire. Enfin, Merkel a surfé sur les émotions de la population après Fukushima pour entériner la sortie du nucléaire, qu’elle avait prévue d’abroger. Elle a coupé l’herbe sous les pieds des Verts et s’est faite réélire triomphalement.
    Dommage d’avoir fermé des centrales qui auraient pu encore fonctionner durant 20 ans.

    Répondre
  • Que la production d’électricité soit faible, comme le 25 janvier 2022 ou très forte, comme le 31 janvier, la production d’électricité nucléaire n’a guère varié : 1.175 et 1.142 GWh.

    Ainsi, avec un supplément de 230 GWh pour l’éolien, celui-ci réussit à faire baisser le nucléaire de 32 GWh. On voit bien que « le gouvernement oblige le nucléaire a baisser sa production pour faire de la place à l’éolien ».

    Mais alors, pourquoi, ce 25 janvier, « le gouvernement » oblige-t-il le nucléaire à faire de la place à 22 GWh de fioul, 41 GWh de charbon et 196 GWh de gaz naturel ?

    La question ne semble pas avoir été étudiée en « troisième zone ».

    Répondre
    • Lire :
      « Que la production d’électricité ÉOLIENNE soit faible, comme le 25 janvier 2022 ou très forte, comme le 31 janvier, la production d’électricité nucléaire n’a guère varié : 1.175 et 1.142 GWh. »

      Répondre
      • Le 31 janvier, la production nucléaire tournait autour de 47 – 48 GW. Le nucléaire s’est un peu effacé devant l’éolien qui produisait beaucoup ce jour-là. Ce qui n’était pas le cas le 25 Janvier. la production journalière n’a pas beaucoup de sens car la production du parc nucléaire se module au cours de la journée.

        Répondre
        • Cochelin il était déjà effacé même avant l’éolien avec tous nos réacteurs arrêtés en attendant les prochains .. et les trolls qui ânonnent stupidement que les ENR seraient intermittentes alors que c’est bien le nucléaire .. 😅😅 qu’est ce que ce sera quand on aura enfin développé les ENR en France pour rattraper enfin notre retard sur le monde entier et produire enfin proprement sans dangers et sans déchets pour moins cher que le nucléaire polluant à tous les stades …

          Répondre
  • Quelle question ! Tout simplement parce que le nucléaire était à son maximum possible ce jour-là (entre 48,7 et 49,4 GW et que la production éolienne était au plus bas (autour de 1 % du total). La demande a attteint un pic de 85 GW le matin vers 9 h 00. Le gouvernement n’oblige rien. C’est RTE qui décide.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective