Le Japon veut accélérer la relance du nucléaire

Le gouvernement japonais compte donner un sérieux coup d’accélérateur à la relance du nucléaire, un secteur fragilisé et controversé dans le pays depuis la catastrophe de Fukushima en 2011 mais qui revient en grâce face aux fortes tensions énergétiques mondiales.

Le Premier ministre Fumio Kishida a annoncé mercredi qu’une réflexion allait être lancée sur la construction éventuelle de « réacteurs nucléaires de nouvelle génération », ce qui serait un tournant majeur pour le Japon.

« L’invasion russe de l’Ukraine a largement transformé le paysage énergétique mondial », a justifié M. Kishida devant la presse, et par conséquent « le Japon doit tenir compte de potentiels scénarios de crise dans le futur ».

Il a aussi appelé à « maximiser » l’utilisation des réacteurs nucléaires existants ayant obtenu des autorisations réglementaires pour redémarrer depuis la catastrophe de Fukushima.

« En plus de sécuriser les opérations des dix réacteurs déjà remis en service, le gouvernement va s’efforcer de faire tout ce qui est nécessaire » pour faire redémarrer dès que possible d’autres réacteurs anciens ayant obtenu des feux verts réglementaires, a déclaré le Premier ministre.

Comme de nombreux autres pays, le Japon souffre d’approvisionnements énergétiques considérablement plus chers et plus difficiles depuis le début de la guerre en Ukraine il y a six mois.

Visant par ailleurs la neutralité carbone à horizon 2050, le Japon a aussi été menacé de pénuries d’électricité cet été à cause de températures caniculaires faisant tourner la climatisation à plein régime.

Tout le parc nucléaire nippon avait été arrêté après la catastrophe à la centrale de Fukushima, consécutive à un puissant séisme et à un gigantesque tsunami dans le nord-est. Sur 33 réacteurs théoriquement opérables, seuls 10 ont redémarré depuis après s’être mis en conformité avec des normes de sécurité considérablement relevées.

Mais ces 10 réacteurs ne fonctionnent pas en permanence et plusieurs d’entre eux sont actuellement en maintenance.

En 2020, moins de 5% de l’électricité générée au Japon provenait du nucléaire, contre 30% avant la catastrophe de Fukushima.

L’archipel est très dépendant de ses importations d’énergies fossiles et cherche en parallèle à doper ses énergies renouvelables.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Réanimer les réacteurs existant peut avoir un sens pour réagir contre la pénurie d’autre moyens de production mais construire de nouveaux réacteurs et croire que cela sera économique face au prix croissant actuel de l’énergie est une erreur qui leur coutera bien plus cher que ce qu’ils croient pouvoir économiser dans …… 10 ans !
    Pour résoudre un problème de gravité 1 ils se lancent dans une aventure qui leur coutera entre 2 et 5. Ces politiciens sont irresponsables, mais ce n’est pas leur argent; pour ne parler que de cet aspect, puisque c’est le prétexte à la construction de nouveau réacteurs.

    Répondre
    • @Rochain
      Bof, du point de vue du prix, si on considère les systèmes complets, nucléaire d’un côté, centrales à gaz plus éolien de l’autre, le nucléaire est toujours moins cher.
      Mais vous ne tenez jamais compte des conséquences, en coût comme en émission de CO2, de l’intermittence.
      Vous niez toujours ce problème majeur qui met à bas toutes vos théories hors sol.

      Répondre
      • Débiter vos convictions religieuse basées sur votre ignorence, n’apporte rien et pollue le débat, allez apprendre à quoi est du un anticyclone vous avez déjà un sacré boulot à faire.

        Répondre
  • N’en déplaise à certains, ce n’est pas une surprise !!!
    Les Japonais sont ultra-dépendants du GNL et du charbon et en ce moment cela doit leur couter bien cher sur le GNL et sur le charbon ils ont eu quelques surprises de rupture momentanée d’approvisionnement avec divers fournisseurs ces dernières années (dont l’Indonésie, un de leur plus gros fournisseur !)… Vu que les Européens se remettent au charbon non-Russe, le marché charbonnier doit se tendre (sans faire de bruit)) et cela doit faire peur (ou au moins les alerter pour des solutions énergétiques alternatives) aux Japonais…

    Les ENRi c’est bien à une certaine échelle et en certains lieux, le pilotable d’un point de vue réseau et fonctionnement d’un pays industrialisé c’est mieux (hors externalités négatives bien entendu !

    Répondre
    • Toujours du blabla inconsistant. … On apprécierait des démonstrations chiffrée s et étayées par des références de sites officiels.
      Pour le baratin on a déjà Macron, ça suffit.

      Répondre
      • Et sur ce site et d’autres, nous avons droit à Sergio et ses « pizzas » fruitées…

        Vos démonstrations sont aussi limpides qu »une bouillabaisse » très cher Monsieur Rochain !!!

        P.S.: Pour une démonstration des problèmes sur le GNL, Cf Cours mondiaux du Gaz… (Pour le Charbon, quelques articles sur les relations Indonésie-Japon sont passés mais comme la France n’est plus trop tributaire du Charbon « directement », ce sujet n’intéresse pas les foules !!!

        Répondre
        • APO , quand on n’est pas capable effectivement de faire une démonstration chiffrée et etayée par le contenu des sites institutionnels, on prétend que celle ci sont incompréhensibles. Mais cela n’a rien d’étonnant de la part de primates incultes, car il faut une certaine culture et une somme de connaissances qui permettent de comprendre ces démonstrations pour ne pas les trouver comparables à la limpidité d’une bouillabaisse.
          Retournez en CM1 et ensuite suivez le cursus, bien encadré vous finirez peut-être par retenir quelques clefs donnant acces à la compréhension des concepts abstrait en vigueur dans le monde d’aujourd’hui.

          Répondre
  • Le bon sens revient au Japon car, faut il le rappeler, Fukushima n’est pas un accident nucléaire mais la conséquence d’un tsunami.
    Hélas, chez nous, c’est loin d’être le cas. Qu’attend Macron pour revenir sur la décision stupide de fermeture de Fessenheim ? Loïc le Floch Prigent, qui est tout de même compétent en la matière, a déjà longuement expliqué que ce serait parfaitement possible.

    Répondre
    • Le Floch Prigent, roi du pétrole déchu, est aussi compétent que vous pour dire qu’un redémarage de Fessenheim n’est pas un problème.
      Quand les ignorants prennent les commandes il faut s’attendre au pire !

      Répondre
    • @Brun
      Exact, Fukushima, 21.000 morts noyés dans le tsunami, zéro mort, zéro cancer dus à l’accident nucléaire gravissime qui s’en est suivi. (rapport final de l’ONU)

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective