Italie: nouvelles mesures pour atténuer l’envolée des prix de l’énergie

Le gouvernement italien a adopté jeudi un nouveau paquet de mesures de 17 milliards d’euros destinées en grande partie à amortir le choc de la flambée des prix de l’énergie pour les ménages et entreprises.

« Le soutien que nous apportons vise à aider les familles, surtout les plus vulnérables, dans une phase d’incertitude et à défendre la reprise » de l’économie qu’a connue l’Italie, a déclaré devant la presse le Premier ministre Mario Draghi.

A la lumière des dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI), « notre croissance semble être supérieure en 2022 à celle de l’Allemagne, de la France, de la moyenne de la zone euro et des États-Unis », a assuré M. Draghi.

Ce paquet de mesures a pu être financé grâce à l’augmentation des recettes fiscales au premier semestre, sans avoir recours à une rallonge budgétaire, a expliqué le ministre de l’Économie Daniele Franco.

Ces aides s’ajoutent aux 35 milliards d’euros déjà déboursés par le gouvernement pour atténuer les effets de l’envolée des prix.

Depuis la démission le 21 juillet de Mario Draghi, le gouvernement continue à expédier les affaires courantes, en attendant les élections législatives anticipées prévues le 25 septembre.

Face à l’envolée des prix à la pompe, le gouvernement a prolongé la réduction de 30 centimes des taxes par litre de carburant en vigueur depuis début avril.

Parmi les nouvelles mesures figurent des aides pour le paiement des factures d’électricité, la baisse à 5% de la TVA sur le gaz et des crédits d’impôts pour les entreprises dont les coûts énergétiques ne cessent d’augmenter.

Afin de lutter contre l’érosion du pouvoir d’achat, le gouvernement a également décidé d’avancer à octobre une revalorisation de 2% des retraites ne dépassant pas 35.000 euros par an. Une baisse supplémentaire de 1,2% de la charge fiscale a été décidée pour la tranche des revenus salariaux les plus bas.

Une partie des aides prévues vise aussi à atténuer les effets de la sécheresse en Italie, la pire depuis 70 ans, et à financer des mesures sanitaires dans le cadre de la pandémie de coronavirus.

Abordant la taxe sur les « surprofits » des sociétés énergétiques instaurée par l’Italie, dont les rentrées sont restées nettement en dessous des attentes, M. Draghi a déclaré qu' »il n’est pas tolérable qu’il y ait un secteur qui contourne une disposition gouvernementale ».

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective