independance energetique peut on compter sur production gaz vert - Le Monde de l'Energie

Indépendance énergétique : peut-on compter sur la production de gaz vert ?

Une tribune signée Véronique Bel, directrice GRDF Centre-Ouest

L’indépendance énergétique de la France est devenue une priorité face aux tensions géopolitiques qui perdurent depuis plusieurs mois. Elle constitue un pilier de la feuille de route nationale en matière d’énergie. J’ai la conviction que les gaz renouvelables, combinés à une meilleure maitrise de notre consommation, sont un levier incontournable pour tendre vers notre souveraineté énergétique. Avec une filière solide, en plein essor, et particulièrement dans certains territoires comme le grand ouest, et de récentes annonces gouvernementales qui vont dans le bon sens, la dynamique est lancée. Les gaz renouvelables pourraient d’ici à 2030 complètement remplacer le gaz russe, qui représente moins de 20 % de notre consommation,.

Libérer le potentiel des gaz renouvelables

Au cours de la dernière décennie, nous avons connu une très forte croissance du biométhane, gaz produit à partir de résidus agricoles, d’effluents d’élevage et de déchets des territoires. J’ai encore en tête les premiers sites que nous avons accompagnés pour injecter du biométhane dans les réseaux, comme AgriBioMéthane en Vendée dans les Pays de la Loire. Depuis, la filière a confirmé son essor et d’ici la fin de l’année 2022 plus 500 sites de méthanisation injecteront dans les réseaux gaziers en France. C’est une véritable prouesse pour une filière si jeune ! Je rappelle que l’injection du biométhane dans les réseaux de gaz est permise en France seulement depuis novembre 2011 (1).

Mais il faut aller plus loin ! Malgré des signaux favorables, de nouveaux textes réglementaires sont indispensables pour accompagner cette dynamique et l’aider à avoir foi en l’avenir en cette période si perturbée. La loi climat et résilience de 2021 avait permis d’inscrire les Certificats de Production de Biogaz comme un levier efficace pour permettre le développement de la filière sans avoir recours aux financements publics. Si un premier décret d’application est paru en avril 2022, un autre décret est nécessaire à court terme pour engager rapidement la mise en œuvre de ce mécanisme par les fournisseurs d’énergie. Par exemple, dans le grand ouest, avec un gisement méthanisable de l’ordre de 20 TWh en 2030, la filière méthanisation a un rôle essentiel à jouer dans l’atteinte des objectifs de développement des énergies renouvelables en Bretagne, Pays de la Loire et Centre Val de Loire.

Une filière au service de l’indépendance énergétique mais aussi de la réindustrialisation

En 2050, la France a le potentiel pour couvrir 100 % de sa demande de gaz grâce aux gaz renouvelables. Les gaz verts, produits par différents procédés dont la méthanisation fait partie, sont une opportunité pour la réindustrialisation de la France et sa souveraineté énergétique. Les gaz verts sont un catalyseur d’innovation au cœur d’écosystèmes rassemblant industriels, collectivités, start-up, acteurs du monde agricole et de l’énergie. Je peux vous donner de nombreux exemples de projets où nous travaillons main dans la main avec les collectivités, entreprises et startups pour développer le gaz vert comme les projets de pyrogazéification Hymoov en Loire Atlantique ou Qairos dans la Sarthe. D’ici 2030, selon une étude prospective sur l’emploi et les compétences de la filière réalisée par LHH et Adecco Analytics sous l’égide du Ministère de du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, 70 000 nouvelles embauches sont attendues dans les métiers du gaz (dont l’hydrogène, le biométhane…) et des services énergétiques.

Une énergie pour décarboner le mix énergétique

Par ses capacités de stockage, de flexibilité et son contenu carbone, le gaz vert est une énergie incontournable à la France pour décarboner son mix énergétique. Il permet d’augmenter la part d’énergie renouvelable dans les consommations d’énergie, d’améliorer l’indépendance énergétique du pays tout en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre.

Le potentiel de cette énergie renouvelable et locale est bien réel. Les gaz verts peuvent et doivent faire partie d’une réponse globale tendant vers la décarbonation de nos économies.

 

(1). Décret n° 2011-15971 du 21 novembre 2011 relatif aux conditions de contractualisation entre producteurs de biométhane et fournisseurs de gaz naturel, décret n° 2011-15942 du 21 novembre 2011 relatif aux conditions de vente du biométhane aux fournisseurs de gaz naturel pris en application de l’article L. 446-2 du code de l’énergie, arrêté du 23 novembre 2011 modifié fixant les conditions d’achat du biométhane injecté dans les réseaux de gaz naturel.
commentaires

COMMENTAIRES

  • Le gaz vert, toutes technologies confondues, est indispensable dans une démarche devant consuire au 100% renouvelable. Les renouvelables pilotables sont des procédés trop rares pour que l’on puisse se permettre d’en négliger cerrtains. Par ailleurs les centrales à gaz sont les plus souples pour réagir aux variations des renouvelables soumis aux variations des conditions climatiques.

    Répondre
    • Préambule
      @serge rochain, quand Rochain est dans un bon jour et sur un sujet intéressant ou neutre vis à vis de ses propres activités, il est très bon, voire parfois très très bon ! Voilà, j’ai dit, comme quoi un être humain ne peut pas être réduit à une seule de ses caractéristiques.
      Message
      Mon message va être long et à l’avance je vous prie d’excuser mes débordements de mauvaise humeur s’il y en a. Il y a maintenant plus de 5 années que nous avons mis en service chez un serriste de tomates breton un gazéïfieur de 2 MWth. Ce serriste a la particularité d’être membre d’une coopérative performante, j’ai nommé SAVEOL, d’appartenir à la filière bois donc aussi donc en mesure de livrer des plaquettes de bois susceptible d’alimenter notre remarquable gazéïfieur . Voilà, il est assez simple en cherchant un peu d’identifier nos « chers » et même « très chers » (au sens financier bien sûr) clients. Sur le papier, formidable opportunité pour nous d’installer notre « show-room », de plus à proximité de nos bases bretonnes du sud, cette vitrine supposée nous permettre de conquérir le Monde entier, s’est rapidement convertie (après 6 mois d’exploitation plutôt brillants de l’aveu de ses 3 dirigeants (« Je m’emmerde, il n’y a rien à faire sur votre appareil  » mot à mot la déclaration d’un des trois frères concernés). Cette vitrine au premier incident parfaitement prévisible comme la pluie en Bretagne, et ce n’est pas faute d’avoir prévenu, s’est transformée en pierre tombale, le TGI d’une ville bretonne du sud nous ayant interdit toute approche de notre machine. Ce fut alors le début d’une descente aux enfers pour Edda-Energie, avec des conséquences rapides sur notre capacité financière à rembourser nos emprunts bancaires ce qui très logiquement aboutit à une mise en règlement judiciaire par le tribunal Commerce de Paris, qui fait son métier, plutôt bien et vite, en nous plaçant sous la protection de la Justice pour 6 mois et vient de renouveler cette protection pour 6 mois supplémentaires sur présentation d’un rapport témoignant des efforts très concrets que nous avons fait pour trouver non pas une, mais des solutions pour continuer nos travaux, solutions pas toutes françaises, très très belle surprise, il y a des Français brillants qui bossent dans le monde entier. Ce Monde entier était déja notre terrain de jeu entre 1973 et1985 pour la presque totalité des acteurs actuels de Edda-Energie, mais ça, en France, ça ne pèse pas lourd surtout pour une tpe.
      Venons en aux gaz verts. Au début de la tribune écrite par Véronique Bel, directrice GRDF Centre-Ouest, j’ai cru que nous allions tomber dans le même panneau que les Energies renouvelables lesquelles ne sont constituées selon la presse moutonnière et sous la pression des lobbies concernés, que d’éoliennes et de panneaux solaires, et rien d’autre. Pas très rassurant pour la balance des paiements française, tout ça ! Mais j’étais tellement habitué, que j’ai eu une bonne surprise à la fin de l’article de voir citer, et c’était logique, les gaz verts, bien que comme tout le monde, elle sacrifie au Dieu Communication, car les gaz n’ont à ma connaissance pas de couleur. Péché véniel, on peut comprendre, mais les Français ne sont pas si couillons que les communicateurs le pensent.
      Soyons clairs. Chez Edda-Energie, nous sommes des gens qui en moyenne ont un demi-siècle d’expérience de terrain et il est difficile de leur raconter la messe. C’est sans doute cette raison qui explique que nous allons sortir tu trou, car capables de renverser toutes les oppositions grâce à cette expérience, irremplaçable par quoi que ce soit dans l’exercice d’un des métiers les plus complexes et capables d’une mutitude de débouchés. Madame BEL cite 2 confrères engagés tous les 2 dans la voie de l’hydrogene et en passant par la pyrogazéïfication. Je les ai contactés en son temps pour leur expliquer ce que nous pouvions apporter à savoir un syngas préparé spécialement pour la fabrication d’hydrogene, et de plus sans la moindre trace de goudron qui reste donc dans le syngas sous forme gazeuse définitive, mais trop honnête pour cacher quoi que ce soit, je leur ai tenu exactement le même langage à savoir : « ce qui nous sépare d’un syngas bien adapté pour finir en hydrogene ou en bio-méthane est uniquement une question de moyens financiers. les nôtres sont réduits à néant de par notre situation ». Pas tres encourageant, mais comment faire autrement ?
      Chers lecteurs, j’ai résolu bien des problèmes compliqués dans ma vie, mais celui que nous avons à résoudre aujourd’hui est impossible à résoudre sans les finances, car nous sommes tellement convaincus et compétents, j’ai déja dit pourquoi et je peux le prouver à qui sait lire (manifestement il y a beaucoup d’analphabètes intellectuels en France ou de gens bornés ou trop pressés, etc, etc…) . Pour la très grande majorité d’entre eux, il est impossible, physiquement impossible et encore plus intellectuellement impossible qu’une bande de pré-vieillards puissent se sortir d’une telle situation. Je mets toute mon énergie, et elle est encore énorme pour prouver le contraire de cette affirmation trop convenue (Stephane Hessel, ça vous dit quelque chose ?) . Et la solution, non, LES solutions, sont identifiées et seront concrétisées avant les nouveaux 6 mois de délai pour négociation accordés par le tribunal de Commerce. Pour ceux qui s’inquiéteraient de mon avenir post remise à zéro des compteurs, j’écrirais un bouquin dont j’ai déja le titre  » La France est un des plus beaux et épuisants pays du Monde » à paraitre avant mes 90 ans soit encore 13 années (dont 5 au travail). Pas le feu !

      Répondre
    • « Les renouvelables pilotables sont des procédés trop rares »
      Rochain descendrait-il de son petit nuage LOL
      Quant à utiliser du biogaz pour en faire de l’électricité, sauf exception, c’est une ânerie.
      Beaucoup plus rentable pour alimenter les réseaux de gaz

      Répondre
  • Je cite la Véronique Bel
    « Au cours de la dernière décennie, nous avons connu une très forte croissance du biométhane, gaz produit à partir de résidus agricoles, d’effluents d’élevage et de déchets des territoires. »
    Elle oublie de parler de ce qu’on appelle pudiquement les CIVE (cultures intermédiaires à vocation énergétique) :
    Pour approvisionner ces méthaniseurs en exploitation, le maïs (par exemple) est une ressource incontournable. C’est la culture la plus productive en biogaz, car elle combine un excellent rendement méthanogène et une forte production de matière sèche à l’hectare.
    Donc il faut cultiver beaucoup d’hectares pour ceci ds un monde où la faim va croître surcout quand on ne pourra plus se servir du glyphosate !
    De plus les méthaniseurs ça pue ds un rayon de plusieurs km, bonjour si on en met partout.
    Enfin ce gaz devra être purifié pour ne pas encrasser les canalisations et les bruleurs de chaudières.
    Tout ceci pour un résultat qui sera très limité par rapport au gaz nat !

    Répondre
  • La France peut faire un peu de biomasse, mais cette ressource va être en nette baisse avec le RC et ce double jet stream qui n’est guère rassurant.
    La production d’électricité par biogaz doit être faite en suivi de charge et non pas en continu, avec éventuellement juste un socle minimum en continu. Sinon, ce biogaz doit être injecté dans le réseau.

    Avec l’étalement urbain, la surface des terres agricoles va continuer à diminuer.
    Mais la crise de l’énergie pourrait enrailler un peu cet étalement urbain.

    Par ailleurs, la moitié des gens sont en surpoids et un quart sont obèses, donc, il y a de la marge pour moins produire, si je puis dire.

    Répondre
  • « Au cours de la dernière décennie, nous avons connu une très forte croissance du biométhane, gaz produit à partir de résidus agricoles, d’effluents d’élevage et de déchets des territoires. »
    Si la production de biogaz se limite à ça, le volume de gaz va être bien limité.
    Et si c’est aussi produit par des plantes cultivées genre maïs, c’est une sombre ânerie.

    Répondre
    • « L’association des agriculteurs méthaniseurs de France fédère 500 adhérents à ce jour. »
      Il y a 515000 exploitations agricoles ! dans les débuts, on apprend son métier. C’est donc encore loin d’être parfait dans les rouages, et dans les résultats. Toutes les nouvelles filières ont besoin d’être aidées, mais d’abord et surtout comprises. Choppin en sait quelque chose !

      Oui Cochelin j’ai aussi mis des sous dans deux de ces affaires ! Donc évidement je milite pour ma paroisse, c’est ça ? Je pouvais donner un petit coup de main pour démarer, alors je l’ai fait.

      Répondre
    • Eh oui Cochelin, voilà une bonne occase de faire le buzz : le scandale on nourit les élevages de poulets au mais au lieu de nourir des vache avec l’herbe qui aurait pousser la où on plante le maïs ! C’est scandaleux à bas les poulets !
      Mais cela se double d’un autre scandale, le cochon de paysan qui plante de quoi nourir les poulets fabrique du méthane avec les cannes dont il a cueulli les épis au lieu de les jeter sur le tas d’ordures comme il devrait le faire.

      Voilà comment on fait passer l’idée que l’on plante du maïs uniquement pour faire du gaz ! Sans doute nourri-t-on les poulets avec de l’herbe à vache dans votre monde.

      Répondre
      • @Pépère Serge,

        Notre grand spécialiste de biologie a parlé, les résidus de plantes sur les sols « ne font que du méthane »… Whaouaaa !!! Mais que fait donc l’ONF a laissé toutes ses feuilles sur les sols forestiers, vite asprions tout pour nos méthaniseurs magiques !!!

        Une des bonnes choses faite sous Hollande, par Le Foll, fut le Plan 4/1000 pour les sols agricoles et y remettre de la matière organique ce qui est très bon pour de multiples raisons : pour la vie des sols, leur structuration et la productivité sur de larges plages climatiques de ces sols… Si la méthanisation vient annihiler tout cela, on aura encore tout gagner…

        Répondre
      • On voit que Rochain ne connait pas bien les pratiques agricoles. Le maïs (grain) est de plus en plus utilisé pour fabriquer de l’éthanol afin de remplacer le carburant fossile dans de nombreux pays. https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/07/15/en-allemagne-le-dilemme-des-biocarburants-entre-alimentation-climat-et-independance-energetique_6134930_3234.html
        Concernant les « cannes » de céréales, celles-ci ne sont pas jetées sur le tas d’ordures mais utilisées pour bien d’autres usages.

        Répondre
        • Oui Cochelin, dans vos pratiques agricoles les poulets sont nourris à l’éthanol
          Quant aux cannes, oui, elles servent à bien d’autres usages….lesquels semblent bien floues dans votre esprit, alors je me permets de vous rappeler que faire du biogaz dans des méthaniseurs fait partie de ces bien autres usages.
          Non, Cochelin vous connaissez plus mal le monde agricaole que ce que vous croyez.

          Répondre
          • Vous écrivez n’importe quoi. Je sais de quoi je parle; Je connais bien le monde agricole et j’ai été agriculteur quelques années.

          • Et moi vous me prenez pour un citadin pur et dur ? J’ai aussi fréquente le monde agricole de près, très près même avec une famille d’agriculteurs et quand j’étais chargé de nourrir les poules, je ne leur servais pas de l’ethanol ! Il ne suffit pas que vous écriviez que je dis n’importe quoi pour que ce soit une vérité, vous vous enfoncez dans la bêtise Cochelin.

          • @Pépère Serge,

            Si tu manges du foie-gras à Noel, penses à la sirose imposé au canard u à l’oie dont est issus ce gros foie…
            Oui les canards et les oies à foie-gras sont nourris avec du Mais « éthanolé » dans certains élevages…

            Sinon, question Agriculture, on va laisser parler le Maitre ès Sciences avec son beau manteau pour nous raconter le miracle de la vie – description en lien https://twitter.com/brindille_/status/885393492444315648

            P.S.: Peut-on vous envoyer des mouchoirs par la Poste pour Noel !?

          • Je n’ai jamais écrit que les poules consommaient de l’éthanol. 1 % des surfaces cultivables en France sont dédiées à l’éthanol à travers les cultures de blé et maïs entre autres :https://www.bioethanolcarburant.com/tout-sur-le-bioethanol/ Nous sommes un pays fortement exportateur en éthanol, et l’Allemagne vient en second. Je tiens aussi à rappeler que les « cannes » comme vous appelez ou pailles ne sont jamais jetées sur le tas d’ordures car la demande est importante. Tout cela est vérifiable. Je n’invente rien.

          • et 99% nourissent les élevages…. on est bien d’accord.
            Quant à jeter les cannes aux ordiures c’était une question puisque vous trouvez qu’en faire du gaz n’était pas une solution judicieuse ….. vous aviez sans doute une troisieme solution plus valorisante pour ces cannes ?

          • « PèreVert » Serge dans toute sa splendeur d’analyse !!!

            «  » 99% des surfaces françaises pour l’élevage » » !!! Whaouuu toujours plus haut le Serge, vous gravissez l’Himalay Mongole là !!! Et le pinard il pousse dans les bouteilles !? Et les fruits et légumes poussent dans les cagettes (Nota c’est bon pour la santé d’en manger) !? Et la farine pousse dans les sachets !? et le pain pousse et sort du four !? Et les Haricots poussent dans des sachets !? etc …

            Encore Un Miracle de la Vie de « Père Vert » Pépère Serge – https://twitter.com/brindille_/status/885393492444315648?lang=es – Ne voir que l’image de sous le manteau et le Nez qui coule …

          • Le morveux sévit encore.
            Vous savez ce c’est un morveux ?
            C’est l’idiot qui se précipité pour essayer de contrer ce que je dis systématiquement, sans réfléchir. Et à contre propos.
            Par exemple quand je dis que la Chine ne pourra pas si facilement bénéficier du gaz qui  » arrive plus en Allemagne parce qu’il faudra construire le gazoduc qui part de la région de St Petersbourg en l’amenant à Shanghai qui est 7 fois plus loin, et bien le morveux se précipité pour contester et laisser entendre que ce ‘n’ est pas un problème avec des argutie comme déplacer le lieu de production du gaz en ignorant d’où part celui à destination de l’Allemagne et sans avoir à traverser les montagnes d’Asie Centrale, notamment le massif hymalayen.
            Mais il ne vient pas à l’idée du morveux que si depuis une autre zone de Russie on peut alimenter la Chine on ne voit pas pourquoi ça n’a pas déjà été fait indépendamment de l’Allemagne et de son gaz russe.
            Vous voyez ce que c’est un morveux maintenant ?

          • @ »Père vert » Serge,

            Et maintenant « l’arroseur arrosé » se lance dans l’irrigation sous pression !? Trop fort le pépère !!!
            (Surtout en géographie :  » les montagnes d’Asie Centrale, notamment le massif hymalayen. » – LOL !!! )

            P.S.: petit Conseil : Mieux vaut rester la tête à regarder le ciel (votre pseudo-spécialité) que de s’improviser Maitre sur tous les sujets…

          • @ »Père Vert » Serge,

            Le « pauvre » français moyen a effectivement une sérieuse envie d’enlever les chaines posées par les ENRistes sur lui et la pauvre Marianne (qui est en train de se faire ruiner). Cela l’entrave, ces « belles » chaines vertes, de tout mouvement profitable pour le Futur afin de respecter la « Doxa » Verte et de son Clergé de « Pères Verts ».
            Le Clergé des « Pères Verts » a très bien réussi avec sa religion à pénétrer toutes les strates de l’état tout en violant des principes élémentaires (des personnes sans connaissances électriques à la tête d’entités ô combien cruciales pour le Futur et qui nous imposent des procédés non concluants, la Finance individualiste mise en exergue pour tout et sur tout !!! Quelle Beauté ce Clergé de « pères Verts », un Mix de trostkistes recyclés et repeints en vert avec des Financiers voyous et leur beaux manteaux verts !!!). La Belle petite Marianne est en train de se faire violer par tous les trous et de se faire déféquer dessus par des crasseux comme vous Rochain !!!

  • Et si on parle des incidents de pollution de la méthanisation, la liste commence à s’allonger de mois en mois…
    Les lixiviats des méthaniseurs sont « riches » en éléments mais instables dans les sols, pire d’après certains que le lisier de porcs… Bonjour les marées vertes à venir !!!

    Répondre
  • @ la rédactrice de l’Article (Mme Bel),

    Est ce que les macro-Algues marines ont un potentiel en Méthanisation !? (je pense aux Algues Brunes et rouges (qui ne sont que « cueillies » en France, pas les vertes trop petites et pas trop « transportables » sans risque de H2S).

    Avec les éoliennes posées en mer, la culture champs d’algues serait possible (6 à 8 mois par an) dans ces parcs avec des points d’ancrages aisés notamment à Saint-Nazaire (avec la Loire pas loin et ses résidus de phosphate/nitrate charriés) et aussi bien évidemment à Saint-Brieuc où les marées d’Algues vertes sont chroniques du fait des excès de nutriments dans l’eau…

    Répondre
  • S’agit-il ici d’un publi-reportage ? A lire les avantages de cette industrie par ailleurs controversée, on pourrait le croire. On constate que les lobbies gaziers ont les moyens de s’imposer de plus en plus dans les médias et ailleurs : ils sont plus de 600 à s’être invités à la table des négociations de la COP 27 autour du climat….
    Il s’agirait d’un gaz vert (?), dommage que cette couleur ne soit pas visible dans l’atmosphère car elle permettrait de repérer les 4,8 % de fuites de méthane, Co2 et autres H2S, GES très nocifs pour le climat.
    Notre indépendance énergétique serait garantie avec un gisement méthanisable de l’ordre de 20 TWh en 2030 : Il n’est pas précisé qu’en 2021 en France, la consommation de gaz toutes origines a été de 474 TWH et que la France a produit 4,3 TWh de méthane soit …0,9% des besoins ; on est loin du compte, pour remplir les objectifs de cette industrie dont le TRE (taux de rendement énergétique) est l’un des plus faible.
    Plus de 7000 installations seraient nécessaires accompagnées d’un bilan carbone catastrophique avec une circulation poids lourds qui explose, des paysages définitivement détruits, des fonctionnements de production gourmands, producteur de digestat dont l’innocuité à ce jour n’est pas prouvée qui appauvrit les sols en les sur-fertilisant.
    On parle ici de réindustrialisation de la France en omettant de dire que ce sera au détriment des terres agricoles largement artificialisées et de la production alimentaire détournée au profit de l’approvisionnement des méthaniseurs (CIVES, maïs, betteraves…)
    La place manque pour parler des millions de subventions versés ainsi que des risques liés à cette industrie ICPE : explosions, risques sanitaires (particules fines, molécules odorantes donc pas anodines) et surtout risques de pollutions de la ressource eau qui on l’a vu cet été, va finir par manquer.
    Jacqueline 56

    Répondre
  • S’agit-il ici d’un publi-reportage ? A lire les avantages de cette industrie par ailleurs controversée, on pourrait le croire. On constate que les lobbies gaziers ont les moyens de s’imposer de plus en plus dans les médias et ailleurs : ils sont plus de 600 à s’être invités à la table des négociations de la COP 27 autour du climat….
    Il s’agirait d’un gaz vert (?), dommage que cette couleur ne soit pas visible dans l’atmosphère car elle permettrait de repérer les 4,8 % de fuites de méthane, Co2 et autres H2S, GES très nocifs pour le climat et la santé.
    Notre indépendance énergétique serait garantie avec un gisement méthanisable de l’ordre de 20 TWh en 2030 : Il n’est pas précisé qu’en 2021 en France, la consommation de gaz toutes origines a été de 474 TWH et que la France a produit 4,3 TWh de méthane soit …0,9% des besoins ; on est loin du compte, pour remplir les objectifs de cette industrie dont le TRE (taux de rendement énergétique) est l’un des plus faible.
    Plus de 7000 installations seraient nécessaires accompagnées d’un bilan carbone catastrophique avec une circulation poids lourds qui explose, des paysages définitivement détruits, des fonctionnements de production gourmands en énergie et en biomasse, producteur de digestat dont l’innocuité à ce jour n’est pas prouvée qui appauvrit les sols en les sur-fertilisant.
    On parle ici de réindustrialisation de la France en omettant de dire que ce sera au détriment des terres agricoles largement artificialisées et de la production alimentaire détournée au profit de l’approvisionnement des méthaniseurs (CIVES, maïs, betteraves…)
    La place manque pour parler des milliards d’euros de subventions versés ainsi que des risques liés à cette industrie ICPE : explosions, risques sanitaires (particules fines, molécules odorantes donc pas anodines) et surtout risques de pollutions de la ressource eau qui on l’a vu cet été, va finir par manquer.
    Jacqueline 56

    Répondre
    • Même si le vert était visible vous ne verriez pas toutes ses fuites dont vous parlez car il ne s’agit pas de gaz vert précisément

      Répondre
      • Et Notre Sacré « Père Vert » Rochain de faire le malin avec la couleur verte et surtout avec une nouvelle commentatrice !!!
        Toujours prêt à lâcher une jolie morve d’un coup de pif !!! Quel Besoin de faire autant le « Père Vert » !? (ou le pervers suivant le point de vue…)

        Répondre
        • Tien l’idiot se reveille, pour ne rien dire…. ou plutôt pour baver sur moi comme d’habitude, d’ailleurs il ne sait pas faire autre chose.

          Répondre
          • @ »Père Vert » Serge,

            Vos petits « sermonages » sont amusants, toujours autant de mucus « doré » !!! (Lol !)
            Et à part étaler votre morve partout et ouvrir grand votre manteau par moment, que savez-vous faire ? (Langage binaire, Astronomie ou astrologie mise à part et évidemment la géographie mise de coté tant votre expertise est grandiose !!!)

          • Te renvoyer ta morve et tes « us et coutumes » familiers depuis des lustres dans ta face, Sacré « Père Vert » !!! LOL… 😉

          • @ »l’excellence ès sciences » et « Père Vert » de son état,

            Essayer de te « dé-Faker » est une tache pas si ardu tant tous tes chiffres sont quasi continuellement faux, et juste un peu d’intermittence de vrai… Ton 16% du territoire pour 60% de la capacité, que tu as cité d’innombrables fois est une des constantes de propagation de Fake News assez vicieuse !!!

            Pourquoi tant de Vices « Père Vert » Pépère Rochain !??? D’où cela coule t’il !?

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective