Incident fictif à la centrale de Chooz pour le scénario d’entraînement de la FARN

L’accident de Fukushima, en 2011 au Japon, a poussé les gouvernements et les électriciens du monde entier à réexaminer les procédures de sûreté mises en place au sein des installations nucléaires.

Le groupe EDF a ainsi réalisé un diagnostic précis pour évaluer l’efficacité de ses dispositifs de gestion de crise. Les résultats ont été jugés optimaux.

La sûreté de ses installations étant une priorité, l’électricien français propose cependant à l’Autorité de Sûreté Nucléaire de compléter ses dispositifs classiques par une nouvelle unité d’élite spécialisée dans la radioprotection et la maintenance logistique nucléaire. La Force d’Action Rapide du Nucléaire (FARN) était née.

Fin janvier, les membres de cette unité spéciale sont allés dans les Ardennes pour une opération de simulation d’incident nucléaire à la centrale de Chooz.

Retour sur les compétences de ceux que l’on surnomme les “équipiers” et sur le scénario catastrophe mis en place à Chooz.

Un appui externe pour gérer les situations de crise

Créée au lendemain de l’accident de Fukushima, la FARN est une unité d’intervention spécialisée dans la gestion des situations de crise touchant le parc nucléaire français.

Ce groupe a été constitué afin de disposer sur le territoire d’un groupe d’experts capables d’apporter une expertise externe à un site nucléaire en difficulté.

“EDF renforce et améliore continuellement les dispositifs de sûreté des centrales nucléaires depuis le début de l’exploitation des sites. L’intégration du retour d’expérience de l’accident de Fukushima a amené le groupe à engager dès 2011 un programme de modifications supplémentaires, parmi lesquelles la création de la FARN”, explique en effet le groupe français.

L’objectif des membres de la FARN est d’apporter en moins de 24 heures une assistance technique et humaine à toute installation nucléaire française accidentée, quelle que soit sa localisation.

La rapidité d’intervention de la FARN ainsi que l’expertise de ses membres (chaque membre affiche des compétences spécifiques) doivent permettre, d’une part d’éviter tout risque de rejet radioactif et, d’autre part, de maintenir (ou de rétablir) les moyens en eau, en air et en électricité du site concerné.

Une unité hautement spécialisée et rapidement opérationnelle

La FARN est composée de plus de 300 collaborateurs recrutés sur la base du volontariat au sein des salariés d’EDF, puis formés à la gestion des accidents graves sur un site nucléaire.

Les équipiers sont répartis dans quatre bases régionales, chacune disposant de moyens conséquents (hélicoptère, 4×4, groupes électrogènes, véhicules de transport haute motricité, compresseurs, pompes mobiles, engins de levage…) mobilisables en moins de 12 heures et opérationnels en moins de 24h.

“Il existe quatre bases régionales FARN réparties en France, situées à proximité des sites nucléaires de Civaux[dans la Vienne] ,Dampierre[Loiret] ,Bugey[Ain] et Paluel[Seine-Maritime] .Chaque base est composée de 80 salariés répartis en équipes appelées colonnes. Les équipiers de la FARN sont formés à l’intervention d’urgence en plus de leur métier de base (automaticien, électricien, opérateur de conduite, etc…)“, explique EDF.

Les membres de la FARN s’entraînent régulièrement lors d’exercices dits “grandeur nature” organisés par EDF sur ses 19 sites.

Ces exercices placent les équipiers dans des scénarios catastrophes, qui visent à mettre en scène les hypothèses d’intervention de la FARN. Ces dernières couvrent d’ailleurs des situations qui n’ont parfois même pas été envisagées lors de la conception des centrales nucléaires françaises.

Un scénario fictif résolu avec brio

C’est à la centrale nucléaire de Chooz, à l’extrémité nord des Ardennes, que s’est déroulé le premier exercice de grande ampleur de l’année 2019 pour les collaborateurs d’EDF.

Ce site a en effet servi de décor à un exercice de simulation d’accident nucléaire qui a rassemblé, entre le lundi 28 et le jeudi 31 janvier, les membres de la FARN et les équipes de Chooz.

Au cœur de ce scénario fictif, une inondation qui isole la centrale et la prive de toute alimentation en électricité.

Pour éviter la catastrophe (surchauffe des réacteurs…) et protéger collaborateurs et civils, la priorité est de réalimenter le plus rapidement possible les deux unités de production en air, en eau et en électricité. L’alerte est donnée, les équipes de la FARN devraient être sur place dans les 12 prochaines heures.

Un hélicoptère Super-Puma transportant du matériel (groupe électrogène, pompe à eau…) arrive en moins de 8 heures. Il sera suivi par une première équipe de la FARN quatre heures plus tard.

En moins de 24 heures, l’ensemble du dispositif est opérationnel et les équipiers sont en intervention sur le site pour l’évacuation de l’eau, le refroidissement des tranches de réacteurs, le rétablissement de l’électricité ou encore le plan de protection des civils.

En moins de 24 heures le bilan est plus que satisfaisant pour les collaborateurs d’EDF. La centrale a été réalimentée en eau, en air et en électricité.

Mais le travail de la FARN ne s’arrête pas là. “Maintenant, notre mission va consister à garantir ce fonctionnement dans la durée”, assure à nos confrères de France Bleu Pierre Eymond, le directeur de la FARN.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective