Quel est l’impact environnemental du prototype Floatgen ?

Eclairage de Claude Delahaye sur le site partenaire Energies de la mer.

Le site d’essai Sem-Rev a publié le premier rapport de suivi (87 pages) sur le démonstrateur d’éolienne flottante Floatgen.

De quoi parle-t-on ?

Très utilement, le rapport débute par une définition du vocabulaire utilisé. Les termes d’effets et d’impacts sont souvent utilisés indifféremment pour nommer les conséquences d’un projet sur l’environnement. Les textes français régissant les études d’impact définissent eux ces termes de la façon suivante (MEEDM, 2010) :

– EFFET : l’effet décrit la conséquence objective de l’interaction du projet avec son environnement, qui modifie ainsi certains paramètres environnementaux (physique, géologique et biologique). L’appréciation des effets est indépendante de l’ENJEU du compartiment étudié ; effets direct, indirect, temporaire et permanent.

– ENJEU : L’enjeu représente pour une portion du territoire, compte tenu de son état actuel ou prévisible, une valeur au regard de préoccupations patrimoniales, esthétiques, culturelles, de cadre de vie ou économiques. Les enjeux sont appréciés par rapport à des critères tels que la qualité, la rareté, l’originalité, la diversité, la richesse, etc. L’appréciation des enjeux est indépendante du projet.

– IMPACT : l’impact correspond à la transposition de l’EFFET du projet sur les ENJEUX des différents compartiments de l’environnement (écosystème, paysage et patrimoine, usages) identifiés lors de l’état initial ; négligeable, faible, moyen et fort.

Ainsi, la matrice de qualification des impacts qui en découle est la suivante, l’ENJEU ayant une pondération plus importante que l’EFFET.
Ce 1er rapport public de suivi environnemental expose les travaux menés, les observations et les résultats obtenus sur le site en mer SEM-REV, opéré conjointement par Centrale Nantes et le CNRS CNRS à travers le Laboratoire de recherche en Hydrodynamique, Énergétique et Environnement Atmosphérique (LHEEA – UMR 6598) sur l’éolienne flottante Floatgen.

Ce démonstrateur de 2 MW, dont le flotteur a été développé par la société BW IDEOL, est installé en mer depuis et produit de l’électricité depuis 2018.

Les chapitres décrivent les suivis environnementaux par thématique :

– Acoustique sous-marine, champs électriques et magnétiques,température, qualité des eaux, habitats et communautés benthiques, biocolonisation, ressources halieutiques et invertébrés pélagiques.
Par exemple, pour les champs électriques et magnétiques, il décrit notamment le protocole du suivi par le bureau d’étude MAPPEM GEOPHYSICS qui a réalisé en août 2017 un état initial du champ électromagnétique en différents points du site d’essais SEM-REV, c’est à dire avant le raccordement du câble ombilical et la mise en tension du câble de raccordement transportant l’électricité du site d’essais au poste de livraison à terre (MAPPEM GEOPHYSICS, 2019).

– Le dispositif de mesure (PASSEM) mis en œuvre pour ce suivi est basé sur un système tracté dans la colonne d’eau permettant une mesure conjointe du champ électrique et du champ magnétique ambiant, à très haute résolution.

Lors de cette campagne de mesure, 14 passages ont été effectués au-dessus de 4 zones cibles le long du câble, avec notamment une zone de mesure en bordure de la zone SEM-REV, à proximité du hub de connexion, une zone de mesure à l’aplomb des matelas bétons qui protègent le câble sur une zone non ensouillée, et deux autres zones plus proches de la côte.

Les résultats

Les données de l’état de référence acquises montrent une amplitude du champ électrique de l’ordre de -40 à 20 μV/m et de 45,1 à 45,7 μT pour le champ magnétique. L’origine de ces variations est due principalement à des sources naturelles (houle et courant, variations naturelles du champ magnétique) et des sources anthropiques comme les mouvements de l’instrument dans l’eau ainsi que le signal de 50 Hz du courant secteur (influence du réseau électrique terrestre).

D’autres mesures du champ électromagnétique environnant ont été réalisées sur le trajet du câble de raccordement électrique.

La signature de la présence du câble, hors tension sur cette période, est notamment détectable dans les mesures de champs électriques et magnétiques (FIGURE 22).

Concernant le champ magnétique, on observe une variation du champ de quelques dizaines de nano-Tesla, probablement due à l’aimantation de l’armure métallique du câble. Quant au champ électrique, on observe une augmentation du signal a priori liée au raccordement de l’armure du câble à la terre. Le câble propage ainsi en configuration hors tension du bruit issu de la partie terrestre du réseau électrique.

À ce jour, aucun effet ou impact fort n’a été relevé sur l’environnement marin parmi l’ensemble des domaines étudiés. De plus, aucun incident environnemental ni aucune pollution n’a été engendré, que ce soit dans les phases de travaux, d’exploitation ou de maintenance du démonstrateur.

Le rapport est rendu public et est mis à disposition de tous : RAPPORT ICI

 

La suite de l’article, c’estICI

commentaires

COMMENTAIRES

  • Floatgen n’a été qu’un moyen de retarder l’implantation de l’éolien en mer en France sous prétexte d’étudier les conséquences avant de commencer à envisager de peut être un jour respecter nos engagements de la cop21 de 2015 à Paris durant laquelle, entre autres engagements nous devions avoir opérationnel 6GW d’offshore à l’échéance 2020 …. et nous avons toujours zéro GW d’éolien OFFSHORE !
    Avions nous besoin de ce test alors que l’éolien offshore existe déjà depuis 10 ans chez nos voisins avec des milliers d’éoliennes ? De qui se moque t-on ?

    Répondre
    • Oui, ils sont extrêmement utiles chez nos voisins comme l’Allemagne, chez lesquels ils permettent d’arrêter quelques centrales à charbon ou à gaz.
      Chez nous, ils ne servent qu’à ralentir quelques centrales nucléaires, ce qui ne présente aucun intérêt.

      Répondre
  • Bonjour à tous.
    Comme tout moyen de production non pilotable: seulement 2 positions possibles: marche (quand il y a du vent à la puissance du vent) / arrêt (non pratiqué par ce que le prix d’achat est garanti).
    Dans la mesure ou ces moyens (éoliennes, panneaux photovoltaïques) peuvent ne rien produire du tout (1% de la puissance installée), ils doivent être « doublés » par des moyens pilotables de stockage/production plus ou moins rapides (STEP et barrages de lacs pour les variations sur 1 heure, centrales gaz pour les variations à la journée ou plus.
    Ces moyens étant installés et opérationnels rapidement, leurs coûts sont presque identiques qu’ils soient arrêtés ou fonctionnants (sauf les carburants). Ces éoliennes et PPV sont donc un moyen d’économiser du carburant (gaz, fioul, charbon, U235) ou des m3 d’eau dans les centrales hydrauliques de lacs.
    Quand se pose la question d’arrêter une centrale nucléaire en fin de vie, se pose alors la question: faut-il en construire une autre ou la remplacer par une centrale gaz de la même puissance plus des moyens éoliens et photovoltaïques qui génèreront beaucoup plus de CO2 quand il n’y aura pas de vent et de soleil?
    Quant au stockage, l’ordre de grandeur le rend impossible:
    – Si sur une heure on voit les step + les barrages de lacs produire en « + » ou « -« ; sur une journée il n’y a déjà plus de « -« .
    – Pour les batteries, il est illusoire d’imaginer faire plus que de la régulation « temps réel ».
    – Pour l’hydrogène, le rendement de la filière (25% en H2 comprimé) et ses coûts de fonctionnement amènent a disposer d’électricité en sortie de PAC à 10 fois le prix d’achat aux éoliennes, ce qui est « invendable ».
    Le seul moyen de choisir les meilleurs moyens de production, serait que toutes les injections sur le réseau soient faites au prix du marché avec une taxe CO2 comprise.

    Répondre
    • Arguments totalement éculés, totalement faux et démentis depuis longtemps.
      Inutile d’insister avec ces bêtes de somme totalement incultes dépêchés par le lobby nucleaire.

      Répondre
      • M’enfin, on vous sait compétent, donc vous savez que Guérin a raison.
        Et dans ces cas, clairs, bien expliqués, faute d’arguments, vous injuriez.
        Pas beau LOL

        Répondre
  • On se doutait bien qu’un système flottant avait un impact bien moindre qu’un système avec fondation béton sous marin. Je pense aussi qu’une seule éolienne de 2 MW a un impact beaucoup plus faible qu’une ferme de 30 ou plus avec des puissances bien plus fortes. Néanmoins cette étude, quand on la lit, semble sérieuse et bien faite, elle a le mérite de mettre au point des méthodes qui pourront resservir. Quand on voit les projets en cours, non flottants, avec des prix du MWh entre 130 et 150 euros, soit trois fois plus cher que ce qui existe ailleurs, on se demande comment fonctionnent notre administration et nos politiques! Une remarque pour Dominique Guérin: à long terme, le stockage d’énergie via l’hydrogène pourrait avoir quelque pertinence. Les électrolyseurs à oxyde solide mis au point par le CNRS ont déjà un rendement de 84% et ils visent 90% (cf. Genvia), le stockage souterrain de grande capacité est possible comme on le fait avec du gaz naturel. Les PAC actuelles de grande capacité n’ont pas un rendement satisfaisant, il me semble que le cycle combiné turbine à combustion – turbine à vapeur, comme les centrales gaz, est mieux adapté aux fortes puissances, le rendement est d’au moins 60%. En bout de chaine on aura perdu au moins 50% de l’électricité produite mais aura-t-on le choix? Vu le délai prévisible de construction de nouvelles centrales nucléaire on aura besoin d’ENRi en plus et construire des centrales à gaz serait idiot! Le pic de gaz aura bien lieu un jour et ça produit du CO2.

    Répondre
    • Un rendement de 60% c’est au moins le double du rendement d’une centrale nucléaire. Par ailleurs la combustion du biogaz ne génère aucun CO2 supplémentaire car celui libéré à été emprunté à l’atmosphère durant la croissance de la plante et ne fait que lui rendre, ce qui permettra à la génération suivante de plante de l’absorber à son tour… Etc dan’s un cercle vertueux.
      Le Co2 du biogaz c’est celui du transport du combustible comme pour les autres dispositifs producteurs d’enrrgie qui n’utilisent pas ceux fournis sur place comme le Soleil ou le vent par exemple. Pour les outils de productions eux même ils sont tous sur le même schéma d’approvisionnement.

      Répondre
      • Vous qui êtes compétent, j’admire votre art de jouer avec des chiffres sans signification.
        Rendement d’une centrale nucléaire ??? LOL
        C’est quoi ça ?
        Si c’est le rendement entre l’énergie électrique sortie de la boîte à l’énergie nucléaire produite dans le réacteur, c’est absolument sans intérêt. C’est juste lié à la température de l’eau, et ça ne joue que sur la quantité d’uranium consommé, c’est à dire 2% des coûts de la centrale.
        Vous trichez, donc.
        Et si vous voulez consommer 100 fois moins de « carburant uranium », passons aux réacteurs surgénérateurs. Le coût du carburant devient nul, on dispose d’uranium 238 pour une Dizaine de siècles sur notre sol.
        Et vous le savez.

        Répondre
  • Dans les 80/90, on a bien réussi à produire plus de 50 réacteurs nucléaires en 10 ans ! c’est pour JP.
    Quand on veut on peut avec des dirigeants qui dirigent (qui savent ce qu’ils veulent). Les Chinois vont le faire.
    Les arguments de D Guérin sont valables sauf pour les tocards sans envergures.

    Répondre
    • Pour que ce soit faisable, ils suffit que l’on planifie une cinquantaine de centrales, et que le pays s’engage vis à vis des industriels qu’on ne les laissera pas tomber une fois les investissements engagés.

      Répondre
  • Ce que n’a pas compris notre astronome, trop souvent la tête dans les étoiles, c’est que Floatgen est un prototype d’éolienne flottante.

    Aucun parc flottant n’existait, lorsque la construction de Floatgen a commencé en 2016. Le premier parc flottant, celui de Equinor en Ecosse n’a été mis en service que fin 2017.

    Plusieurs technologies d’éoliennes flottantes existent et il est bon de faire des prototypes pour évaluer une technologie avant de l’utiliser à grande échelle.

    Un prototype avait été expérimentés auparavant par Equinor en Norvège. Un autre au Portugal, par une société différente et une technologie différente.

    Répondre
    • Non je ne suis pas tombé de la dernière pluie, je savais bien que c’était une opération test mais les autres que vous citez avaient déjà fait des tests avec des techniques qui s’étaient montrées fiables.
      Même si cette technologie n’était pas testée, attendre quelle soit aussi efficace que les autres empêchait d’en installer selon une de ces technologies devancières sachant qu’on s’était engagé pour 6GW d’offshore pour 2020 ? Et a-t-on besoin absolument d’innover en prenant du retard sur l’avancement du monde, histoire de ne pas faire comme les autres ? En attendant on va devoir passer encore deux hivers sans offshore dont on sait que l’éolien qu’il soit on ou off shore est plus abondant en hiver qu’en été et que c’est précisément en hiver que l’on a le plus besoin d’énergie.

      Répondre
      • Mais l’autre question est encore plus fondamentale, pourquoi, alors qu’on a un savoir faire de longue date concernant les centrales nucléaires, sans CO2, contrairement aux éoliennes intermittentes, n’a-t-on pas planifié en temps utile les 50 centrales nucléaires neuves dont nous auront besoin ?
        A cause des pros gaz comme vous ? Pour sauver le climat, je suppose ?

        Répondre
    • Par ailleurs, on n’a pas plus avancé dans l’offshore posé que dans le flottant durant cette période de 5 années où on a accumulé le retard offshore toutes techniques confondues.

      Répondre
      • Heureusement, pour la défense du climat, qu’on a ralenti la construction d’éoliennes et de leurs centrales à gaz sœurs.
        Mais les efforts que nous faisons sur les énergies intermittentes ont le défaut majeur de détourner les investissements dans les 50 centrales nucléaires dont nous auront besoin, surgénératrices de préférence.

        Répondre
  • On entend et lit souvent le ridicule propos selon lequel il faudrait construire une centrale à gaz de même capacité pour suppléer chaque installation éolienne ou photovoltaïque.

    En France et ailleurs, a-t-on construit des centrales à gaz pour cela depuis dix ans ? Non.

    Comme il est bien dit, éolien et photovoltaïque permettent d’éviter une consommation de combustible et de conserver l’eau pour son usage à un autre moment, non seulement dans les centrales hydrauliques de lacs mais aussi dans celles d’éclusée et, de façon plus limitée, dans celles au fil de l’eau.

    En France, la fin de vie des centrales nucléaires va arriver plus vite que beaucoup peuvent le croire, dans moins de vingt ans.

    Avec l’expérience de l’EPR et de ses quatre prédécesseurs en France, il ne faut pas se faire d’illusion sur le remplacement du nucléaire ancien par du nucléaire nouveau, aussi bien en durée de construction qu’en coût.

    Répondre
    • Ce que vous dites est exact, en France, on a peu construit de centrales à gaz pour suppléer l’éolien et le photovoltaïque. (une en construction en Bretagne)
      Ceci teint à notre situation particulière, dans laquelle le nucléaire est suffisant et le gouvernement a donné l’ordre à EDF de prendre l’électricité intermittente en priorité.
      Et le seul résultat tangible, lorsque le vent souffle et le temps brille, est que EDF ralentit certaines centrales nucléaires, ce qui ne présente aucun intérêt. Pour l’instant, les éoliennes coûtent une fortune au contribuable et fait du manque à gagner à EDF, sans aucun bénéfice.
      Mais si nous réduisons le nucléaire à 50%, comme l’impose une loi stupide, elles seront saturées en permanence, car de coût marginal quasi nul, et on devra aligner des centrales à gaz comme back-up.

      Répondre
  • LES INUTILES ÉNERGIES RENOUVELABLES
    Les ruineuses énergies renouvelables (éoliennes et panneaux photovoltaïques à renouveler tous les 20 ans) ne seront pas suffisantes pour produire l’électricité nécessaire à la décarbonation de l’économie. Elles ont en outre besoin de gaz (et aussi de charbon en Allemagne) pour compenser les absences de production les nuits sans vents.
    C’est pourquoi il faudra impérativement développer le nucléaire pour remplacer les centrales à charbon et à gaz, ainsi que les éoliennes et le solaire, afin de décarboner l’économie en profondeur dans l’optique de la réindustrialisation de la France.
    Il s’agit de renforcer (ou de faire renaître ?) une industrie décarbonée fondée sur l’électricité décarbonée grâce au nucléaire.

    Répondre
    • Pour l’instant c’est surtout le nucléaire qui a besoin des fossiles qui sont à fond chez nous avec puissance gaz actuel le = puissance installée. Mais comme on n’a pas installé les 6 GW offshore que nous nous sommes engagés à la cop21 de 2015 à avoir opérationnelles pour 2020 …..évidement, ça fait un peu juste !

      Répondre
      • Merveilleux Rochain, vous n’existeriez pas, on vous réinventerait.
        De toute façon, 6 GW offshore ne serviraient à rien, car on n’a pas construit les 6 GW de centrales à gaz pour les jours sans vent.
        Pour la production des centrales, mis à part quelques retards d’entretien pour cause de virus, on souffre surtout de l’arrêt de la centrales de Fessenheim.
        C’est vrai, c’étaient les faux écologistes, pas des défenseurs des intérêts du gaz comme vous, mais c’était pour la France une énorme ânerie.

        Répondre
    • au fait comme tous les gogos vous confondez bêtement la durée du contrat d’achat de la production avec la durée de vie des installations … à propos des canulars récurrents des gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes et du Co² grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/260107698_10227865308203008_1976766069513653502_n.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=8N9O5l_oKDMAX96veox&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=1f892504100691b3ec8377414263c722&oe=61A178C1

      Répondre
  • Michel DUBUS 🤣 justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … extrait du bilan 2019 de RTE qui chiffre les économies de Co² réalisées grâce aux ENR en France et en Europe au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain .. je vous laisse poster ceux de 2020 pour prouver l’évolution favorable à tout le monde https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/260361824_10227863715403189_8181478919719091636_n.jpg?_nc_cat=100&_nc_rgb565=1&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=hjnIbSCCnogAX_ZTxH1&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=6bbf80505f06bc5e9c6a83627901d39b&oe=61A0E4F4

    Répondre
    • Je suis toujours extrêmement étonné de voir éoliennes et les panneaux photo voltaïques considérés comme des énergies sur lesquelles nous puissions construire des plans fiables pour alimenter notre réseau électrique, compte tenu de leur intermittence.
      Aujourd’hui, lorsque ces installations ne sortent pas de puissance, nos centrales nucléaires fournissent la puissance nécessaire, ce qui veut dire que lorsque vent et soleil viennent, EDF pourrait à coût marginal quasi nul fournir la puissance, sans CO2.
      Elles sont donc strictement inutiles.
      Demain, si on laisse tomber le nucléaire jusqu’à 50% (hélas !), ces centrales travailleront en fond et ne seront plus disponibles comme back-up d’éoliennes en mal de vent.
      Et on construira des centrales à gaz d’égale puissance pour leur sauver les meubles.
      Et comme les taux de charge de l’éolien se situe entre 25 et 40%, et 15% pour le solaire, nous aurons le complément (entre 75 et 60%, 85% pour le solaire) produit par les turbines à gaz.
      En clair, le système sera un ensemble de centrales à gaz, aidé de temps en temps par des éoliennes et des panneaux solaires leur servant de justificatif et de cache sexe.

      Répondre
  • Salades, tjrs les mêmes salades, on voit que vs devez venir sauver le soldat Rochain qui est ds les cordes !
    Vos références telles que RTE, CRE et ADEME sont noyautées depuis plus de 10 ans avec les sbires des socialos de hollande, ségo, etc … Ils sont tjrs d’actifs sauf que l’envolée des prix du fossile (et du gaz en particulier) met à mal les renouvelables intermittents qui ont besoin de ce back-up polluant pour sauver votre paradigme !

    Répondre
    • et si vous appreniez au moins les bases du sujet au lieu d’ânonner stupidement tous les vieux canulars périmés pour gogos car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire et vous pouvez vous ridiculiser en public en niant les fais réels du terrain ça ne les changera pas : ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….les vrais infos du terrain : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
      • Vous avez tout faux.
        Pour les fortes énergies dont nous avons besoin, il n’existe comme non producteurs de CO2 que le nucléaire et l’hydraulique.
        Les autres, non pilotables, peuvent être utiles, mais pas pour alimenter le réseau électrique.
        Si vous voulez, on peut développer.

        Répondre
      • M’enfin, monsieur Isambert, vous plaisantez LOL
        Vous parles des éoliennes « produisant enfin proprement », c’est assez amusant.
        Regardez les objectifs de l’Allemagne, sans nucléaire, produire avec des centrales à gaz soulagées lorsque le temps s’y prête par de l’éolien et du solaire !!!
        Alors que le danger, épouvantable, qui menace l’humanité est l’évolution du climat et que nous savons parfaitement gérer les déchets nucléaires.
        Je préférerais rester à 70% de nucléaire. Beaucoup plus sûr.

        Répondre
    • C’est le nucléaire qui est dans les cordes incapable de suffire il a besoin des fossiles comme on le voie tous les jours sur eco2mix il a bien plus besoin du gaz, du charbon et des importations teutones il est out, dans les cordes comme vous dites. Ne niez pas ce qui saute aux yeux de tous, vous vous ridiculiser de plus en plus en misant sur le tocard de l’énergie.

      Répondre
      • Vous montrez juste qu’on a trop tardé pour relancer un plan de construction de 50 centrales, et que l’arrêt de la centrale de Fessenheim a été une énorme et lâche connerie, qui n’est rentable que pour les pros gaz comme vous.

        Répondre
  • Le ridicule ne tue pas et vous en savez quelque chose !
    Tjrs les mêmes salades sur le prix des ENRi pas chères alors que quand on prend en compte tous les éléments il n’y a pas photos. Je reviendrai sur ce thème plus tard qui mérite mieux qu’une réponse en 3 mn sur un strapontin.
    Si les ENRi font baisser le taux de CO² de l’ Allemagne c’est qu’ils sont partis de tellement haut avec leur armada de centrales charbon lignite qu’ils ont dues installer d’urgence en back-up (pour compenser l’intermittence des ENRi) et permettre ainsi l’arrêt de ce nucléaire tant haï par leurs écolos totalitaires..
    Les Allemands reconnaissent que merkel a mis la charrues avant les bœufs en arrêtant le nucléaire décarbonée sans avoir réfléchi aux conséquences de ce remplacement par des centrales au charbon-lignite hyper polluantes. Ils doivent maintenant arrêter ces saloperies de centrales par des centrales thermiques gaz…
    Néanmoins ils conserveront encore 40% du CO² initial dans leur résultat qui aurait été encore meilleur en conservant leur nucléaire d’origine. CQFD.
    Bonne nuit

    Répondre
    • Michel DUBUS oui heureusement que le ridicule ne tue pas .. lol 😂🤣. sortez vous des vieux canulars périmés pour gogos et vérifiez le réel du terrain … à propos des canulars récurrents des gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes et du Co² grâce aux ENR voila les résultats obtenus en 2020 … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/260407903_10227875996910219_4706530618981527684_n.jpg?_nc_cat=103&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=SZsz9dAusR0AX9iAgMc&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=f4e8df3660f88caf354b9c1296a5c238&oe=61A32364

      Répondre
      • Monsieur Isambert, la réalité pour l’Allemagne est simple, ils partent d’une situation CO2 épouvantablement mauvaise, et visent à n’avoir que des centrales à gaz assistées par de l’éolien et du solaire lorsque les conditions sont satisfaisantes.
        Pas de quoi être glorieux.
        Nous avons la meilleure situation possible, avec nos 70% d’électricité éolienne, et je serais fier et un peu rassuré si on pouvait continuer ainsi.
        Mais il aurait fallu ne pas avoir une anti nucléaire historique comme ministre de l’écologie.

        Répondre
  • Pauvre pantin du U235, avec ses dénégations répétées en permanence.

    En quelques années, l’Allemagne a réduit sa production d’électricité nucléaire de 77 TWh tout en réduisant celle des fossiles de 130 TWh. C’était entre 2010 et 2019, années « ordinaires ». De leur côté les renouvelables ont augmenté de 146 TWh.

    Entre ces dates, la production d’électricité au gaz n’a guère varié (+2,3 TWh) mais celle à partir de charbon et lignite a diminué de 91,4 TWh et celle de pétrole de 4,5 TWh.

    Répondre
    • Ma chère Marguerite, je préférais vos autres posts, plus romantiques.
      Le cas de l’Allemagne est passionnant, mais de peu d’aide pour savoir quoi faire en France, avec notre remarquablement faible génération de CO2 pour alimenter notre réseau électrique, avec en particulier 71% de nucléaire.
      Ceci me plaît assez, et je préférerais continuer au même taux avec le même système qui a fait ses preuve.
      Au contraire, remplacer des centrales nucléaires par des packs « éolien plus solaire », dont on sait qu’ils doivent être associés par des centrales à gaz de même puissance, me ferait craindre pour le climat.
      Cordialement

      Répondre
      • 🤣 justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/260687517_10227881035276175_4424212600360706357_n.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=gcbS61xw5D0AX8nOXm4&tn=f8hu06NhN0poGG4d&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=d334cc8a1472330dea2b247d9974634c&oe=61A497BB

        Répondre
        • Pour les déchets ultimes, on sait parfaitement en retirer le plutonium et les inclure de façon intime dans du verre, de qui les rend de faible volume et faciles à manœuvrer. (en plus, plus de plutonium réduit de façon énorme leur durée de vie.
          On sait les enterrer dans des couches fiables, mais j’espère que l’interdiction mondiale de les couler dans des fosses maritimes profondes sera levée un jour, car ne s’appuyant sur aucune cause relevant de la physique.

          Répondre
          • pour les déchets ultimes encore et toujours les vieux canulars pour gogos : et non on ne sait pas le faire sur le long terme …voir tous les incidents de plus en plus nombreux sur les sites de stockage alors qu’ils sont récents … il y a meme uen sous estimation du nombres de ces déchets alors que els piscines de la Hague déborde et que les trains `pour la Russie sont pleins
            https://homonuclearus.fr/dechets-un-peu-plus-mets-quand-meme/?

        • Oh, que si, j’ai compris, et depuis longtemps, je ne suis pas ingénieur pour rien.
          Les renouvelables non pilotables, éolien et solaire en particulier, nécessitent des sources pilotables d’une puissance presque identique à la puissance nominale de ces renouvelables, pour garantir l’alimentation sécure du réseau, quel que soit la météo.
          On a d’ailleurs là le vice profond de notre système d’éolienne (et de solaire, en pire)
          Les exploitants d’éoliennes demande à ce qu’on leur garantisse le prix de leur énergie, lorsqu’elle est présente, mais laisse à EDF le soin, et les coûts, de fournir un remplacement lorsqu’elles ne sont pas présente.
          EDF doit donc engager des frais pour garantir la puissance crête lorsque le vent ne souffle pas, mais lorsqu’il souffle, on lui interdit de produire et rentrer ainsi dans ses frais.
          On organisa ainsi, sous prétexte d’écologie, la faillite d’EDF, bien entendu au frais du contribuable, donc nous.

          Répondre
          • Hervé Guéret vous vous dites ingénieur et vous nous sortez tous les vieux canulars périmes pour gogos : vous ne savez même pas ce que sont les ENR ? , vous ne savez pas vérifier ce qui se passe réellement sur le terrain ? car justement c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et font démarrer moins souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire … de plus les consommateurs ne payent que la production injectée dans le réseau ..c’est ENEDIS et RTE qui gère ledit réseau et c’est bien ce réseau commun à tous les fournisseurs d’électricité qu’il faut verdir au plus vite … et contrairement au nucléaire ce n’est pas l’état / nos impôts qui financent les ENR .. vérifiez les infos …

    • Ma chère Marguerite, je vous ai connu plus délicate dans vos propos LOL
      Pour ma part, je préférerais de l’uranium 238, dont nous avons 250.000 tonnes en France actuellement, et qui peut être consommé par des centrales de quatrième génération, comme feu notre prototype Super-Phénix, hélas arrêté pour des petits arrangements électoraux.
      Allemagne a pour objectif un système à base de centrales à gaz, relevées lorsque le temps s’y prête (disons le tiers du temps sur l’année) par de l’éolien et du solaire.
      Peu glorieux comme objectif.
      Je préférerais continuer avec notre excellent bilan carbone avec nos 70% d’électricité nucléaire.

      Répondre
  • Hervé, très bonne analyse qui sera jugée comme de « vieux canulars périmés pour gogos » !
    Aussi, je me permets de vs dire sans flagornerie que votre compétence est inversement proportionnelle à celle des écolos de petites envergures qu’on peut croiser ci-dessus.

    Répondre
    • 🤣 mais vous pouvez vous ridiculiser stupidement en public en niant les faits / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ça ne les changera pas 😂il y a des gens qui ont un minimum de personnalité pour vérifier les infos et il y a les gogos qui continuent de subir la désinformation en refusant d’ouvrir enfin les yeux sur la réalité du terrain ..

      Répondre
      • « cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain » LOL
        Même à Tchernobyl, flore et faune se portent comme un charme dans la zone interdite.
        Pour Fukushima, le mal aux humains a surtout été fait par le tsunami, 21.000 noyés, 2.000 morts par accidents divers, suicides, … zéro mort et zéro cancer dus à l’accident nucléaire lui même.
        Et les centrales nucléaires modernes sont infiniment plus sûres que ces anciennes.
        Maintenant, les temps changent, et le danger premier, gigantesque, est l’évolution du climat.
        Les centrales nucléaires plus l’hydraulique, pilotables, sont les seules sources de grande puissance produisant sans CO2.
        Éoliennes et solaires, intermittentes, nécessitent des centrales à gaz associées, et c’est d’ailleurs pour ça qu’elles sont tant soutenues par les sociétés gazières, comme Rochain ici.
        Cordialement.

        Répondre
        • les vieux canulars périmés pour gogos que vosu ânonnez stupidement sont récurrents .. une fois de plus vous vous ridiculisez en public en oubliant toujours les bases du sujet : si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire .. et surtout c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … le négationnisme continue de tuer .. pourquoi vous n’avez pas encore déménagé à Tchernobyl ou à Fukushima avec tous les trolls de votre espèces pour aller jusqu’au bout de votre aveuglement ? au lieu de vous ridiculiser toujours plus dans tous les posts 🤣 vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 50 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/260902477_10227876034111149_1722475041575720049_n.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=TjvAgSwKrCsAX8xQynn&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=f3b3b86535a62661c0f06eaba08e04e0&oe=61A59CA7

          Répondre
          • @Regis Isambert
            Vous deviez faire comme moi et zapper sans y répondre les messages de cet idiot inculte de Gueret qui semble convaincu que j’ai parti lié avec le gaz ….alors que je ne l’ai même pas chez moi.
            Bien cordialement, et rappelez vous que quels que soient les arguments et les preuves on ne convainc pas un religieux dogmatique surtout quant en plus il se croit éclairé.

          • Serge Rochain j’adore voir les trolls se ridiculiser en public en niant les faits / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier 🙂

          • @Regis ISAMBERT 26.11.2021
            « certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire » Prévisibles ou pas, à l’exception de l’hydraulique, aucune ENR de puissance comparable à un ensemble de centrales nucléaires n’est pilotable.
            Et alors, de deux choses l’une, soit vous avez assez de nucléaire pour couvrir les besoins, alors les ENR ne changent rien, soit vous n’en avez pas assez, et vous devez installer des centrales à gaz. pour garder votre réseau électrique alimenté.
            « merde polluante de nucléaire » Bien entendu, il faut surveiller sérieusement les centrales nucléaires, mais on sait gérer les déchets. Par contre, les ensembles « renouvelables non pilotables plus centrales à gaz » étant néfastes au climat, et l’évolution du climat étant le danger majeur, le choix est vite fait.

          • Hervé Guéret vous aussi vous n’arrivez vraiment pas à vous sortir de tous les vieux canulars périmés pour gogos 🙂 je remet une fois de plus la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier .. justement la France est championne de la pollution et des déchets ultimes : vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … extrait du bilan 2019 de RTE qui chiffre les économies de Co² réalisées grâce aux ENR en France et en Europe au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain .. je vous laisse poster ceux de 2020 pour prouver l’évolution favorable à tout le monde https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/260953167_10227891923628377_5230006647965913392_n.jpg?_nc_cat=111&_nc_rgb565=1&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=9jVPENW_55wAX9Vclfr&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=da79d1b6b44e89c545784e082d3727ec&oe=61A6D52B

        • il faut développer de toute urgence toutes les ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation …. https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          Répondre
  • J’écrivais il y a 2 jours sur le thème des réseaux intelligents :
    Rappel, selon RTE comment gérer le réseau électrique avec une très forte part d’énergie renouvelable à l’équilibre fragile ?
    https://www.youtube.com/channel/UCN2HzjbUr_P4mhO6LzGxuKQ
    Pour RTE il n’y a pas de pb tant que les ENRi ne dépassent pas un certain niveau (qui n’est pas précisé)
    Quand on se dirige vers les 100% renouvelables intermittentes 2 solutions sont envisageables, j’aime le terme « envisageable » qui peut rassurer les uns et inquiéter les autres…
    Ces solutions sont de type électronique de puissance (grid forming) ou rotors de centrales thermiques (ayant un rôle de compensateurs synchrones) alimentés en courant par des ENR intermittentes et des batteries pour créer la fréquence et en assurer la stabilité,
    Cette solution (je cite) de Great forming est en cours de développement et de tests à échelle réduite ds le projet européen Haidar et avec RTE ds le projet Osmose à venir !.
    Alors que comme il écrit ci dessus ds l’article :
    « De nombreux experts affirment que pour CHAQUE DOLLAR investi dans les énergies renouvelables, UN AUTRE DOLLAR devra également être investi dans le réseau pour gérer la production, la distribution des actifs et l’intermittence »
    On voit bien que si nous nous laissons embobiner par tous ces panurges, d’une part, nous serons ds un engrenage de faramineuses dépenses consécutives aux ENRi sans sécurité du résultat au niveau de la fréquence.
    D’autre part, on voit bien qu’en France, notre cotisation au CO² de la planète étant excellente (8 fois moindre que celle de l’Allemagne), les ENR intermittentes n’apporteront rein de ce côté là.
    Conclusion, en France il ns faut du pilotable tels que le nucléaire avec l’hydraulique, le gaz venant en appoint et il ne faut surtout pas vouloir déconstruire (mot à la mode) notre réseau qui tourne depuis plus de 40 ans sans PB de blackout avec ces chimères d’ENRI couteuses et destructrices à tout point de vue.
    Bonne nuit

    Répondre
      • @Regis ISAMBERT 26.11.2021
        Dans votre article, pour l’Allemagne, il est dit que : « Dans la production d’électricité, les énergies intermittentes contribuaient en 2017 pour 22 %, dont 16 % d’éolien et 6 % de solaire. »
        Et ces énergies intermittentes sont compensées par leurs centrales à gaz ou à charbon.
        Parfaitement cohérent avec ce que je dis.
        Les centrales nucléaires ne générant pas de CO2, les énergies intermittentes ayant besoin de centrales à gaz pour survivre, le danger du nucléaire, déchets compris, étant très faible, et les risques climatiques énorme, je préférerais conserver le nucléaire à 70% comme actuellement, et utiliser les intermittentes pour d’autres usages, mais certainement pas pour alimenter le réseau électrique.

        Répondre
        • Hervé Guéret vous inventez et colportez toujours tous les vieux canulars pour gogos sans avoir aucune personnalité pour vérifier les faits réels sur le terrain ? je vous remet une fois de plus les faits réels du terrain : c’est bien les principes Negawatt qui nous sortent de la .. de plus le probleme ce n’est pas l’électricité mais l’énergie et c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … et c’est bien ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES … vérifiez les faits réels et constatez le mouvement mondial qui est déjà enclenché … un aperçu du réel dans le monde https://tecsol.blogs.com/mon_weblog/2021/08/en-2020-les-%C3%A9nergies-renouvelables-ont-produit-plus-d%C3%A9nergie-que-le-nucl%C3%A9aire-.html

          Répondre
    • la stabilité du réseau de ceux qui intègrent une majorité de renouvelable n’est nulle part en cause….. il faudra bientôt changer de disque car celui là date d’une époque où personne ne dépassait les 20% de renouvelables, qui était donc la limite à ne pas franchir sinon tout allait s’écrouler. Puis quand le renouvelable à atteint les 30% Houlala c’était limitelimite on commençait à prendre des risque inconsidérés…. puis ce fut 40, puis 50% maintenant il y en a qui en sont à 70% et tout marche parfaitement comme quand ils était à 95% au charbon !
      Alors maintenant il y a des Cochelinesques qui comprennent que l’argument de la proportion n’est plus très crédible, donc on change le critère de la catastrophe annoncée, ça devient la taille du pays. Ben oui c’est bien connu des spécialistes de l’électrotechnique, les lois de l’électricité intiment liées à la taille du pays….
      Non mais, c’est incroyable ce que les religions font avaler comme couleuvres aux ignorants qui se croient instruits !

      Répondre
      • @Serge Rochain 26.11.2021
        « maintenant il y en a qui en sont à 70% et tout marche parfaitement » Oui, il existe des cas particuliers de climat qui peuvent atteindre ces chiffres, comme aux Canaries, dans les Alizés, en hydro-électrique, mais en France, si nous regardons les deux énergies capables de puissance, l’éolien et le solaire, le taux de charge de l’éolien en mer doit être vers 40%, et le solaire vers 15%.
        Comme les deux sources ne sont pas corrélées, le taux global ne peut certainement pas dépasser 45% en mer, 30% en terre. Impossible d’atteindre votre miraculeux 70%.
        Vos centrales à gaz doivent faire le complément pour rendre votre système pilotable, donc entre55 et 70%.
        Un désastre pour l’évolution du climat, danger majeur.

        Répondre
        • Hervé Guéret vous oubliez toujours les bases élémentaires du sujet : le solaire et l’éolien ne sont qu’une partie des ENR et sortez vous des vielles théories foireuses de gogos car le terrain contredit vos chiffres farfelues et c’est bien la production qui est importante .. c’est bien toutes les ENR qui nous sortent de la en appliquant les principes negawatt et surtout c’est bien ce qui commence à se faire partout dans le monde mais pas assez vite vu l’urgence de la situation … de plus le probleme ce n’est pas l’électricité mais l’énergie et c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … et c’est bien ce qui est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES … vérifiez les faits réels et constatez le mouvement mondial qui est déjà enclenché … un aperçu du réel dans le monde https://tecsol.blogs.com/mon_weblog/2021/08/en-2020-les-%C3%A9nergies-renouvelables-ont-produit-plus-d%C3%A9nergie-que-le-nucl%C3%A9aire-.html

          Répondre
          • @Regis ISAMBERT 27.11.2021
            Mais je suis parfaitement d’accord avec vous, le développement des renouvelables, même intermittentes, dans le monde est en croissance rapide, et c’est une excellente chose.
            Je remarque qu’elles sont, forcément, associées à des centrales carbonées en place, charbon ou gaz.
            Et dans ce cas, cela permet de ralentir ces centrales et de générer moins de CO2.
            De plus, certaines applications, génération d’hydrogène pour l’industrie par exemple, peuvent supporter l’intermittence. Parfait.
            Ce que je dis est donc limité à l’utilisation des énergies renouvelables intermittentes pour alimenter notre réseau électrique, c’est tout, et c’est déjà pas mal.
            Et je constate que si vous remplacez des centrales nucléaires ne produisant pas de CO2 par des centrales à gaz plus de l’intermittent, vous dégradez le climat, et que le climat est le défi majeur pour les humains.

  • Michel DUBUS vous pourrez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 50 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit:

    Répondre
    • @Regis ISAMBERT 26.11.2021
      Mais nous sommes d’accord, nous nous faisons condamner pour la simple raison que nous n’en faisons pas assez.
      Mais le pire n’est pas là. En plus, ce que l’on fait à grands frais est, vu de l’ingénieur que je suis, crétin, et aggrave la situation, et je ne parle que de l’alimentation de notre réseau électrique.
      Vouloir remplacer un plan permettant de conserver 70% de notre électricité par des centrales nucléaires sans CO2 par des ensembles « centrales à gaz plus éoliennes et solaires » provoque l’effet inverse de celui désiré, en augmentant nos émissions de CO2.
      Désastreux.

      Répondre
  • Pour les savants (de Marseille) tels que rochain et isambert, le réseau électrique de puissance, c’est comme celui d’internet avec la fibre, il est illimité ! Sauf que pour la CRE et RTE (qui sont pourtant noyautés jusqu’à la gauche) les lois de la physique sont têtues voir la vidéo éloquente selon le lien indiqué ds mon post précédent.
    D’autre part ci après
    un extrait de la mission de Ivan FAUCHEUX du CRE (nommé par macron en sept 2019) qui montre que tout n’est pas aussi simple que ce que disent les savants marseillais (avec leur sardine qui a bouché leur port) :
    « L’accélération du développement des EnR prévue dans la PPE (notamment l’éolien et le photovoltaïque) fera apparaître des besoins supplémentaires de flexibilité sur les réseaux. Le stockage est le complément naturel des énergies renouvelables et doit pouvoir se développer en France sans rencontrer de frein réglementaire ou tarifaire injustifié ». La spécificité du réseau électrique en métropole a ralenti le développement du stockage par batterie. La feuille de route entend mettre en place un cadre juridique, technique et économique permettant un développement du stockage pérenne et cohérent avec le système énergétique français et les ambitions de la PPE ».
    Au sujet du stockage nécessaire (batteries), voici ce que disait Vaclav Smil à propos du back-up batteries à grande échelle : « imaginer ce qu’il faudrait comme batteries, leur poids, leur taille, les matières premières nécessaires (avec leurs pollutions engendrées), c’est physiquement impossible. »
    Enfin, cerise sur le gâteau il faut bien comprendre que le modèle économique des ENRi dépend exclusivement de l’argent du contribuable qui assure en France aujourd’hui la moitié du chiffre d’affaires de ces parcs.

    Répondre
    • pour les trolls stériles comme Michel DUBUS qui ne fait qu’ânonner stupidement tous les vieux canulars périmés pour gogos qu’il a gobe sans rien vérifier : apprenez au moins ce que sont les ENR .. on stocke déjà le nucléaire pourquoi on en pourrait pas faire pareil avec les ENR ? ce que l’on commence à faire pour se sortir aussi du fossile / charbon / pétrole .. servira aussi de stockage ; voir la V2G , le fait de produire enfin propre sans dangers et sans déchets au plus prêt des mieux de consommation permet de réduire très fortement les pertes réseau … le fait que dans les ENR il n’y a rien de dangereux ni de polluant , que des matériaux courants que nous avons depuis très longtemps dans al vie de tous els jours qui se recycle / revalorise facilement , localement et sans cout pour la collectivité .. comparez avec le nucléaire .. et cerise sur le gâteau 😂vérifiez que c’est bien le nucléaire qui est subventionné depuis le début par nos impôts et pas les ENR qui ne sont pas financé avec nos impôts et sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire et que l’on va payé toujours plus cher des milliers d’année …

      Répondre
      • Vous dites que « on stocke déjà le nucléaire » Que voulez-vous dire ?
        Si c’est pour stocker le minerai d’uranium, oui, on en a pour quelques années, ce qui est impossible pour le gaz et nous mettrait donc en danger.
        Mais pour l’électricité fournie par le nucléaire, elle n’est toujours pas stockable, et ce n’est pas demain la veille.

        Répondre
    • Je sais bien, et je ne discute que du choix pour l’alimentation du réseau électrique français entre 70% de nucléaire sans CO2, ou l’équivalent « centrales à gaz plus intermittents » générant du CO2.
      Et plus nous allons vers 70% nucléaire, l’hydraulique qu’on peut, et toutes les petites énergies renouvelables pilotables, plus je suis rassuré pour mes petits enfants.
      Nous sommes, et c’est une grande chance, dans la meilleurs situation possible en Europe, et je voudrais bien y rester.

      Répondre
      • Hervé Guéret c’est vraiment de nous enfoncer toujours plus dans la merde et la pollution et els déchets ultimes que vous voulez laisser égoïstement à vos enfants, petits enfants et toutes les générations futures qui est votre idéal dans la vie ? on a cette merde polluante qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’etre humain qui nous enfonce depuis plus de 60 ans et vous voulez encore en rajouter toujours plus ???? alors que l’on peut faire beaucoup mieux , plus vite, moins cher , proprement , sans dangers et sans déchets avec les ENR …

        Répondre
        • @Regis ISAMBERT 27.11.2021
          Mon cher, il y a deux sortes de « merdes et pollutions », les déchets nucléaires et le CO2.

          Pour les déchets, on sait extraire le plutonium, ce qui réduit énormément leur dangerosité à long terme, et vitrifier le reste pour l’enterrer en lieu sûr. En clair, on sait gérer.
          Croyez que, personnellement, je trouverais plus satisfaisant et moins coûteux de les balancer en mer par 10.000 mètres de fond, mais on peut en discuter.

          Pour le CO2, une fois dans l’air, il y est pour toujours, ou au moins pour quelques dizaines de siècles.
          Et il nous propose une évolution terrifiante du climat.

          Vous choisissez lequel des risques ??? LOL

          Répondre
          • Hervé Guéret dans votre obscurantisme vous n’avez toujours pas compris qu’on élimine les 2 avec les ENR et pour la pollution je vous remet ce que l’on subit partout en France depuis plus de 60 ans et c’est bien pour ça qu’EDF est condamné de plus en plus souvent et c’est bien de notre santé qu’il s’agit https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/260902477_10227876034111149_1722475041575720049_n.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=TjvAgSwKrCsAX8xQynn&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=f3b3b86535a62661c0f06eaba08e04e0&oe=61A59CA7

          • @Regis ISAMBERT 27.11.2021
            Mon cher Isambert, je ne voudrais pas insister sur le côté discourtois de votre propos, certainement due à votre manque crucial d’arguments.
            Comme toute activité industrielle, une centrale nucléaire pollue.
            Nous avons ici un peu de fuites nucléaires, et du côté centrales carbonées, des tonnes de CO2, et dans le cas du charbon, des quantités énormes de poussières dangereuses.
            Pour les rejets minimes nucléaires, comme depuis toujours les corps vivants ont dû subir les radiations naturelles, il s’est construit des systèmes de réparation efficace.
            Les radiations de faible niveau, même longues, ne présentent aucun danger.
            C’est bien pourquoi, ayant vécu longtemps dans des maisons bretonnes en granit, radioactives, je n’ai jamais eu aucune crainte pour ma santé.
            Et les rejets nucléaires sont toujours largement au-dessous du niveau naturel.
            Les poussières à court terme, et le CO2 à long terme pour le climat, sont infiniment plus dangereuses pour l’homme que vos radiations.
            Juste un choix, et je préfère le risque très faible au risque très fort. LOL

          • Hervé Guéret et vous continuez de vous ridiculiser toujours plus à chaque post dans votre aveuglement égoïste alors que tout le monde peut très facilement vérifier que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … et ça aussi : vous ne savez même pas comment les ENR nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… ? 🤣 vérifiez ce qui est déjà en train de se faire sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation …. https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

  • A Hervé Guéret, isambert est comme le sparadrap du capitaine Haddock il n’y a pas moyen de s’en débarrasser !
    Il aura tjrs le dernier mot, c’est comme çà !
    Voici ce que j’avais posté en juillet à son sujet quand je l’avais vu arriver :
    Michel DUBUS 13.07.2021
    Nous avons hérité d’un super nanard en la personne d’isambert qui a en plus une agrégation ès grossièreté. Il veut en imposer et fustige tous ceux qui ont une opinion différente de la sienne et ce quelque soit l’interlocuteur ses compétences et son expérience. Sarcastelle ne s’y est pas trompé car il a compris lui aussi que cela dérape..

    Répondre
    • Michel DUBUS la vérité et les faits que tout le monde peut très facilement vérifier ça vous dérange toujours 🤣

      Répondre
      • « la vérité et les faits que tout le monde peut très facilement vérifier »
        Mon cher Isambert, de quels faits parlez-vous ?
        Un seul me ferait très plaisir LOL

        Mais, en France, et pour alimenter le réseau électrique, comme nous avons une production de CO2 très faible, je vois mal comment « les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole » LOL

        Répondre
        • Hervé Guéret simplement parce que vous ne connaissez même pas les bases du sujet : comme tous les trolls stériles vous faites l’amalgame avec l’électricité et l’énergie … en plus c’est bien la France qui a redémarré ses centrales à charbon car elle est très en retard dans le développement des ENR sur le terrain et devant les carences du nucléaire … relisez les les faits déjà postés et vérifiez les .. tout est bien public … car en plus vous ne savez même pas comment les ENR nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… ? 🤣 et dites aux lecteurs pourquoi c’est EDF / orano qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole… et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/260902477_10227876034111149_1722475041575720049_n.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=TjvAgSwKrCsAX8xQynn&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=f3b3b86535a62661c0f06eaba08e04e0&oe=61A59CA7

          Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective