Île-de-France : ça roule pour le bus à hydrogène

Les bus à hydrogène sont des véhicules au sein desquels l’énergie est stockée sous forme d’hydrogène sous pression, qui est utilisée en temps réel pour produire l’électricité nécessaire au fonctionnement du moteur (grâce à un équipement appelé pile à combustible).

Cette technologie innovante est considérée comme totalement respectueuse de l’environnement : un bus à hydrogène ne rejette aucun gaz à effet de serre ni de particules fines lors de ses trajets (uniquement de la vapeur d’eau).

La mobilité hydrogène est à ce titre considérée comme une technologie capable de verdir le transport, un des secteurs les plus énergivores et les plus polluants de nos économies. C’est en tout cas ce qu’estime l’autorité organisatrice des transports de la région Île-de-France, qui vient de mettre en service le premier bus à hydrogène de France.

Un nouveau type de bus en France

La France est enfin entrée dans l’ère de la mobilité hydrogène. Le premier bus français à pile à combustible est en effet entré en exploitation commerciale le 12 septembre 2019, entre les communes de Versailles et de Jouy-en-Josas, dans la région parisienne.

Une grande première qui permettra au millier de passagers quotidiens de la ligne 264 de parcourir ses 12,5 kilomètres de manière totalement respectueuse de l’environnement : sans aucune émission de gaz à effet de serre.

Île-de-France Mobilités, a fait l’acquisition de deux bus à hydrogène au constructeur belge VanHool. Le deuxième devrait être mis en service dans les prochaines semaines. Ils seront tous deux exploités par la société Services Automobiles de la Vallée de Chevreuse (SAVAC) et pourront se recharger en hydrogène grâce à la station installée par le groupe industriel Air Liquide à Loges-en-Jonas.

Les bus VanHool sont équipés d’une pile à combustible (capable de générer de l’électricité propre à partir de l’hydrogène) et d’un réservoir de 39 kilos qui se recharge en une vingtaine de minutes. Ces équipements permettent d’afficher une autonomie de 300 kilomètres, un chiffre largement suffisant pour la circulation des bus en milieu urbain.

“L’avantage du bus hydrogène c’est qu’il n’y a pas de batterie. Les batteries, ce sont des recharges très longues[jusqu’à 5 heures, ndlr] et ça pollue. Donc on veut utiliser de plus en plus ce carburant vert, l’hydrogène, qui peut être produit de façon complètement écologique, par hydrolyse de l’eau. Pour nous c’est la technologie du futur”, estime Laurent Probst, le directeur d’Île-de-France Mobilités.

L’hydrogène, le carburant du futur ?

Contrairement à leur cousin équipé d’un moteur thermique fonctionnant au pétrole, les véhicules hydrogène n’émettent aucun gaz à effet de serre lorsqu’ils roulent. Ils sont à ce titre considérés, au même titre que les voitures électriques, comme une solution pertinente pour décarboner le secteur des transports et ainsi freiner le réchauffement climatique.

Ces deux bus à hydrogène pourraient donc être les premiers d’une longue série en circulation dans la région parisienne. La région Île-de-France a en effet indiqué que ces deux premiers véhicules ont été déployés dans le cadre d’une expérimentation en condition réelle d’utilisation d’une durée de sept ans.

“L’objectif d’Île-de-France Mobilités est de tester les performances de ce type de véhicule au niveau de la consommation, de l’autonomie, de l’ensemble des coûts d’exploitation et des coûts de maintenance, ainsi que de leurs tenues techniques”, explique M. Probst.

Des résultats satisfaisants pourraient lancer l’exploitation commerciale des bus à hydrogène à plus grande échelle. Île-de-France Mobilités vise par exemple une flotte de 5.000 bus 100% propres dans les zones les plus fréquentées de son réseau en 2025 ; puis dans toute la Région en 2029 (5.000 bus supplémentaires). L’hydrogène est à ce titre considéré comme une solution permettant d’atteindre ces objectifs ambitieux.

L’hydrogène se généralise un peu partout en France

Un déploiement plus globalisé, à l’échelle nationale, peut également être envisagé dans le cadre de la transition énergétique française. Plusieurs collectivités envisagent de verdir leur transport en commun, et certaines ont d’ores-et-déjà misé sur la mobilité hydrogène.

Une flotte de six bus à hydrogène doit entrer en exploitation commerciale dans les Yvelines courant octobre. Il s’agira cette fois d’une ligne complète : six véhicules hydrogène assureront l’ensemble des trajets de la ligne Bruay-La-Buissière / Auchel, dans le Pas-de-Calais.

D’ici l’horizon 2020, ce sera au tour de la ville d’Auxerre de sauter le pas. Le chef-lieu du département de l’Yonne devrait en effet d’ici-là s’être équipé d’une flotte composée de 5 bus hydrogène.

C’est à Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, que devrait être mis en service les prochains bus à hydrogène de France. En plus d’une nouvelle station de recharge hydrogène, la Communauté d’Agglomération de Pau-Pyrénées devrait en effet inaugurer cet automne sa nouvelle ligne de bus 100% hydrogène.

En France comme en Europe, la mobilité hydrogène peine à décoller. Ce qui n’est pas le cas partout dans le monde. L’Islande est un pays au sein duquel opèrent des bus à hydrogène depuis plus de 15 ans. Mais c’est surtout en Asie que la technologie hydrogène s’est véritablement démocratisée.

En Chine, ce ne sont pas moins de 700 bus hydrogène qui circulent quotidiennement…

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    actuellement 98% de l’hydrogène produit en France par Air Liquide provient du vaporéformage du Gaz , énergie fossile carbonée donc avec émission de CO2 . Je pense que cette précision devrait figurer dans l’article . Pour l’hydrogène par électrolyse de l’eau , il faut que l’électricité utilisée soit décarbonée de plus le bilan énergétique n’est pas favorable : pour l’ensemble ” électrolyseur – compresseur à 700 bars – pile à combustible ” pour 10kWh consommés , 2,5kWh restitués ( à titre de comparaison en ensemble ” chargeur batteries – batteries embarquées” 8,5kWh restitués. Pour réussir la transition énergétique la sobriété et l’ efficacité sont indispensable . Actuellement 70% de l’énergie consommée en France est d’origine carbonée : le kWh va devenir rare donc cher

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective