De l’hydrogène vert sera produit dès 2021 en Vendée

L’entreprise nantaise Lhyfe a annoncé jeudi avoir levé 8 millions d’euros de fonds pour installer en Vendée un premier site industriel de production d’hydrogène vert, qui sera opérationnel au premier semestre 2021.

“La construction du premier site industriel de Lhyfe débutera en Vendée à proximité du parc éolien Bouin” ce semestre, pour une production à terme de plusieurs centaines de kilos d’hydrogène issue d’énergies renouvelables, indique Lhyfe dans un communiqué.

Lhyfe a annoncé “une levée de fonds de 8 millions d’euros” auprès de cinq acteurs publics et privés, notamment de la société d’économie mixte Vendée Energie.

“Cette levée de fonds va permettre à Lhyfe, qui entre désormais dans une phase d’industrialisation, de poursuivre ses investissements et de multiplier ses sites”, indique la société.

Pour produire son “hydrogène vert”, l’entreprise affirme qu’elle se connectera “directement aux énergies renouvelables”, éolien, photovoltaïque, hydraulique, biomasse solide.

A la différence de l’hydrogène d’origine fossile (produite avec du gaz naturel comme c’est majoritairement le cas), “l’hydrogène produit à partir de ressources renouvelables (…) permet de fournir de l’électricité pauvre en CO2”, selon le syndicat d’énergie de Vendée (SyDev).

L’hydrogène est obtenue par électrolyse de l’eau, alimentée par une ressource électrique renouvelable (éolien, photovoltaïque) ou thermolyse (par chauffage de biomasse). Les véhicules roulant à l’hydrogène ne rejettent que de l’eau.

“En sortie d’usine, l’hydrogène vert produit par Lhyfe présente tous les avantages du pétrole et du gaz sans leurs inconvénients”, souligne la société.

“Alors que 95% de l’hydrogène produit aujourd’hui (dit “hydrogène gris”) génère jusqu’à 10 kg de CO2 par kilo d’hydrogène, l’hydrogène produit par Lhyfe est totalement propre”, affirme la PME.

Avec une “solution clé en main”, Lhyfe créée en 2017 veut s’adresser “aux collectivités industries et au monde du transport qui souhaitent s’approvisionner en hydrogène vert et réduire ainsi instantanément et drastiquement l’impact de leur mobilité”.

Elle entend répondre aux besoins des bus, bennes à ordures, flottes de véhicules lourds ou légers.

Lhyfe souligne avoir “conçu un process industriel” qui permet de proposer une solution “modulaire” s’adaptant “à toute type d’énergie renouvelable”, et “évolutive” pour “accompagner l’évolution des besoins des territoires”.

Le site de Bouin, co-financé à hauteur de 3 millions d’euros par la communauté de communes de Challans-Gois, la région des Pays-de-la-Loire et la Bpi France, sera complété par une première station à hydrogène à La Roche-sur-Yon.

Cette dernière alimentera une première ligne de bus et des véhicules de la collectivité (bennes à ordures ménagères).
lg/gvy/rhl

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Peu importe où sont ces éoliennes en théorie mais cependant dans la pratique si on veut pouvoir qualifier de vert l’hydrogène produit, alors il faut que l’usine soit directement connectée à ces éoliennes et ilotée du réseau. Sinon, ce sera de l’hydrogène qui passera par toutes les couleurs. Ah ben, il faut pouvoir le mériter ce qualificatif de vert qui fait recette. Allez un petit effort financier pour un bon gros stockage d’électricité et c’est bon. Ah évidemment, ça plombe un peu le bilan !

    Répondre
  • Avatar

    C’était bien l’objet de ma question, et ce n’est donc pas “peu importe”. Pour convaincre vraiment, il ne suffit pas de dire que cela viendra d’éoliennes ou de PPV, encore faut-il mettre la totalité du cheminement entre la source et l’hydrogène produite sur la table, et non laisser la source dans l’ombre.

    Répondre
  • Avatar

    Le problème n’est pas technique: dans les collèges il y a 60 ans, tous les élèves ont fabriqué de l’hydrogène de cette manière…
    Le problème c’est qu’il faut 5,1 kW.h (18,4 MJ) d’énergie pour produire 1 m3 de H2 en conditions normales (89 g) .
    à 120 MJ/kg, il y a 10,7 MJ (3 kW.h) d’énergie (PCI) dans ces 89 g.
    Cet hydrogène sera ensuite utilisé dans une pile à combustible avec un rendement de +/- 60%, soit au final 6,4 MJ (1,78 kW.h) d’électricité utilisable dans le moteur électrique du bus.
    Je n’ai pas compté l’énergie nécessaire pour comprimer ou liquéfier cet hydrogène pour le transporter jusqu’au véhicule utilisateur puis dans ce dernier.
    Avec de l’électricité achetée aux alentours de 100 € le MW.h (0,10 € le kW.h) aux éoliennes ou panneaux photo voltaïques, il faut donc accepter un prix de l’électricité à l’entrée du moteur électrique de: 0,1 €/kW.h* 5,1 kW;h/1,78 kW.h = 0,29 € /kW.h
    ce qui est déjà deux fois plus cher que chez EDF au détail.
    Je n’ai compté: ni l’amortissement des installations de production et de distribution, ni les salaires, ni le transport, ni les marges, ni les taxes…
    Y a t il quelque part quelqu’un qui a fait l’étude économique de cette filière?
    Pour information, dans les (très peu nombreuses) pompes de distribution d’hydrogène, il est vendu 15 € le kg (120 MJ ou 33 kW.h) soit 0,45 € le kW.h à la pompe, soit 0,76 €/kW.h à la sortie de la pile à combustible (5 fois le prix EDF) et c’est de l’hydrogène issue du craquage du méthane avec émission de CO2…
    Faire vert oui, mais si personne ne peut payer, où est l’intérêt?

    Répondre
  • Avatar

    Bon, la démonstration est claire, ce n’est pas la bonne voie. Et pour nous la bonne voie passe par la production sur le lieu même de distribution comme le propose HAFFNER. D’ailleurs si nous devions nous lancer dans la course, mais nous n’en avons pas les moyens financiers, nous ferions sans doute quelque chose d’assez similaire à ce que fait HAFFNER en passant par la pyro-gazéïfication de la biomasse qui est notre métier. De cette façon, sauf à ce que le prix de la biomasse s’envole, on peut arriver à 5 Euros du kg de H2.

    Répondre
    • Avatar

      Non, ce n’est pas la solution mais pour une autre raison, bien qu’il s’y trouve des lieux commun. Aujourd’hui la production éolienne est tellement faible, et ce sera le cas tant que l’off-shore et le solaire ne seront pas massifs, que c’est un gaspillage que de transformer l’énergie qui en sort en hydrogène, plutôt que l’utiliser directement en injection dans le réseau en rétroturbinant les steps lorsque les niveaux sont bas et en coupant carrément les centrales à gaz s’il n’y a pas de remonter des steps qui soient opportunes. En revanche, lorsque l’éolien, donc surtout Off-shore produira massivement, il deviendra raisonnable de transformer cette surabondance de puissance en hydrogène comme énergie de stockage, malgré sont faible rendement car son coût sera si bas qu’il importera peu de ne pas optimiser cette ressource surabondante. Aujourd’hui il vous importe peu que votre PC ne fasse rien 99% du temps. Pourtant, j’ai connu une époque où une minute d’ordinateur de perdue était un véritable scandale économique, on chiffrait alors le coûts des temps d’immobilisation durant les pannes à des montant qui vous paraitraient incroyable aujourd’hui. Je vous l’ai déjà dit, bientôt l’énergie ne vaudra plus rien, et beaucoup trop de gens écrivent l’avenir avec des valeurs d’aujourd’hui. N’oubliez pas de téléphoner cette excellente nouvelle à votre cousin de Los Angeles et n’hésitez pas à bégayer, ça n’a pas d’importance, ça ne coute plus rien.

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective