“L’hydrogène est l’avenir de la France, l’avenir du monde”

Le député de Dordogne Michel Delpon, qui vient de publier “Hydrogène renouvelable, l’énergie verte du monde d’après” (Nombre7 Éditions) , le martèle haut et fort : la révolution énergétique passera nécessairement par l’hydrogène. Interview.

Page 21 du livre, vous écrivez : « Il est question de passer de l’économie hydrogène à la société hydrogène ? » C’est à dire ? Comment passe-t-on d’une économie à une société de l’hydrogène ?

L’énergie est un sujet économique, basé sur des prix. L’enjeu est sociétal. Nous devons aller vers une transition écologique basée sur de l’énergie renouvelable. Dans un premier temps, l’énergie sera peut-être plus chère, mais à terme sera au même prix.

Quand le prix de l’hydrogène sera au même niveau que le carburant fossile, à savoir 2 euros le kilo, nous serons alors entrés dans la société de l’hydrogène.

Tout le monde sera à parité et cela fonctionnera sur chaque niveau. D’abord sur la fabrication de l’hydrogène, avec les électrolyseurs, les réservoirs et les piles à combustible : cela représente 150 000 emplois d’ici 2030 dans 23 domaines d’activités et une centaine de métiers au total.

Car en amont, cela va tirer vers le haut le secteur du renouvelable : le photovoltaïque, l’éolien, la méthanisation, la géothermie et l’hydroélectricité.

Du côté des usages, au delà de la mobilité qui touchera les voitures, le transport maritime et l’aérien, le marché est gigantesque dans l’industrie où l’on va vendre de l’acier ou du béton propre. Cela sera une vraie révolution. Sans oublier dans les logements avec par exemple le développement des chaudières à hydrogène. L’objectif, in fine, est de passer d’un hydrogène gris à un hydrogène vert.

Comment passer concrètement alors d’un hydrogène gris à un hydrogène vert ?

Quand l’Europe va légiférer sur la taxe carbone pour verdir le tissu industriel. Le béton, le ciment, l’acier ou encore le plastique, conçus avec de l’hydrogène gris, vont être faits avec de l’hydrogène vert.

Aujourd’hui, l’hydrogène gris est bon marché provient de carburants et de gaz fossiles carbonés. Ca ne peut plus durer, il faut se mettre en ordre de marche. Et les renouvelables sont la clé pour développer la filière…

Développer une filière hydrogène est-elle du coup compatible avec un mix énergétique dominé par le nucléaire ?

Le nucléaire doit être un trait d’union. Nous pourrons nous servir de cette source d’énergie le temps de devenir compétitifs avec les renouvelables. On peut très bien faire de l’hydrogène avec le nucléaire. L’idée est de le stocker pour l’hiver comme avec les barrages hydroélectriques.

La grande vertu de l’hydrogène réside dans le stockage…

En effet. C’est le seul vecteur énergétique qui se stocke réellement, la batterie étant limitée et posant des problèmes écologiques. En Europe, il y a 40 000 kilomètres de gazoducs dont la moitié pourrait être utilisée pour le transport de l’hydrogène.

Je pense également à un gazoduc qui relie le Maroc au continent. Je rappelle que nous pouvons prendre exemple sur le réseau sous marin qui relie déjà l’Australie au Japon.

En quoi l’hydrogène est-il un secteur prometteur pour les investisseurs ?

Les banquiers, qui ne sont pas des enfants de chœur, ne veulent pas perdre d’argent et abandonnent, petit à petit, les pétroliers et leurs investissements dans les énergies fossiles.

Et ce n’est pas par hasard si le géant français Total, comme d’ailleurs la plupart des grands pétroliers, tourne casaque depuis six mois en investissant 4 milliards d’euros dans l’hydrogène. La révolution énergétique mondiale est par conséquent d’ores et déjà engagée.

La voiture hydrogène a-t-elle un avenir dans la compétition qui s’annonce avec les véhicules électriques… ?

Oui, elle a un avenir. Mais pour l’heure, nos constructeurs français sont en retard de dix ans. Il faut qu’ils se mettent à la page comme Toyota, Hyundai ou les Américains.

Pour massifier l’usage des voitures à hydrogène, il faut nécessairement développer un maillage cohérent de stations sur notre territoire, en commençant par le réseau autoroutier.

L’Etat mise-t-il suffisamment sur l’hydrogène pour assoir cette révolution que vous appelez de vos vœux ?

Oui, le budget est là. J’ai vendu le concept à Emmanuel Macron le 11 février 2020 à l’Elysée, juste avant la Covid.

Après ma tribune dans le JDD en juillet dernier, appuyée par 150 députés, appelant à une gouvernance de l’hydrogène, a été créé le conseil national de l’hydrogène. Depuis, le président de la République et Bruno Le Maire ont décidé de mettre 10 milliards d’euros sur le tapis.

On est passé de 100 millions d’euros du temps du ministre Nicolas Hulot à 100 fois plus ! Par conséquent l’hydrogène est l’avenir de la France, c’est l’avenir de l’Europe et c’est l’avenir du monde ! Nous sommes en route pour accéder à cette très convoitée et essentielle neutralité carbone !

commentaires

COMMENTAIRES

  • Le dihydrogène n’est qu’un vecteur énergétique . Parler d’un vecteur énergétique sans parler de l’énergie qui est utilisée pour sa confection n’a pas de sens . Ademe , SNBC , RTE estime que pour respecter la neutralité carbone la France dispose à l’horizon 2050 de 950TWh par an ,ce qui représente une diminution de 40% de notre consommation actuelle ; pour le dihydrogène RTE impute 32TWh/an ce qui représente la production de 660000 tonnes de H2 par électrolyse , la question à se poser est de savoir comment répartir ces 660kt en sachant que la consommation actuelle est de 990kt ?
    Ce qui est stupéfiant c’est de voir que nos politiques ne tiennent absolument pas compte des études des ces organismes gouvernementaux , et ce à tous les niveaux : ministres , députés , région, département , agglo ….

    Répondre
    • En effet, ce “rapport” est une tartufferie, mais qui trouve son sens politique dans la promotion de l’énergie électrique d’origine nucléaire, indispensable à la production massive de H2. Bien cordialement.

      Répondre
  • Il n’y a pas d’hydrogène vert, il n’y en aura jamais! Cette filière hydrogène que beaucoup d’ingnorants scientifiques veulent promouvoir est un gouffre énergétique et restera encore plus médiocre que le rendememet de toutes les centrales thermiques (nucléaire compris!).
    Le stockage de l’hydrogène consomme aussi beaucoup d’énergie, il n’est pas simple, il est dangereux…
    La seule opportunité de l’hydrogène serait de le produire dans la filière de la méthanisation…la nature et ses bactéries ont toujours bien fait ”les choses” depuis la nuit des temps!… il n’y a que l’homme pour faire des ”âneries rapidement”!
    En conclusion, notre transition énergétique va en prendre un nouveau coup… c’est de plus en plus ”foutu d’avance” avec ces guignols qui en fait ne recherchent que les profits financiers, aides, subventions, défisc..etc. et surtout qui n’ont jamais étudié la physique fondamentale!

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective