La guerre en Ukraine révèle les effets « délétères » de la taxonomie européenne

La guerre en Ukraine révèle les effets « délétères » du projet européen de labellisation verte, a estimé jeudi l’ONG Reclaim Finance, en prenant pour exemples le gaz et le nucléaire, deux énergies susceptibles d’être étiquetées comme « vertes » par l’Union européenne.

« La taxonomie de l’UE encourage la construction de centrales à gaz qui maintiendraient ou augmenteraient la dépendance gazière de l’Union » vis-à-vis de « régimes autoritaires comme la Russie », a estimé dans un communiqué Reclaim Finance.

Alors que l’Union européenne est très dépendante du gaz russe, le conflit en Ukraine a toutefois eu pour première conséquence la suspension sine die du projet de gazoduc controversé Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne.

En outre, poursuit l’ONG, la guerre actuelle « se déroule dans un Etat (l’Ukraine, NDLR) qui possède des centrales nucléaires, soulevant de nombreuses inquiétudes en matière de sécurité qui devraient amener l’UE à reconsidérer son analyse du nucléaire dans la taxonomie ».

Fin décembre, la Commission européenne a dévoilé son projet de labellisation verte ou « taxonomie », qui permettrait selon certains critères de classer comme « durable » les investissements dans les centrales nucléaires et à gaz, en plus de ceux dans les énergies renouvelables.

Selon Paul Schreiber, chargé de campagne chez Reclaim Finance, cette taxonomie ouvre « la porte aux énergies fossiles ». L’ONG est ainsi signataire, jeudi, d’une lettre ouverte de 92 organisations appelant les institutions financières à « s’engager à exclure le gaz fossile et l’énergie nucléaire de tous leurs produits et obligations vendues comme étant durables, vertes ou responsables ».

La Commission européenne doit publier dans un délai non précisé son texte final sur la taxonomie, qui sera considéré comme définitivement adopté quatre mois plus tard, sauf rejet par une majorité simple au Parlement européen ou par une majorité qualifiée de 20 États.

Malgré l’opposition de plusieurs pays dont l’Espagne, le Danemark mais aussi l’Autriche, le Luxembourg et l’Allemagne, il est peu probable qu’une telle majorité puisse être atteinte. Une douzaine d’États, au premier rang desquels la France, soutient l’inclusion du nucléaire.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Qu’a-t-on à faire d’un communiqué de Reclaim Finance? Bavardage pour ne rien dire. L’Allemagne veut du gaz pour réduire le charbon car après 11 ans d’Energiewende son électricité est majoritairement carbonée, et c’est la plus chère d’Europe. Ce choix, contrarié par les évènements, leur fait lancer en urgence la construction d’un terminal méthanier qui ne sera opérationnel que dans trois ans au mieux. Le charbon ne va donc guère baisser à court terme.

    Répondre
  • A défaut d’une guerre nucléaire suicidaire la suppression du gaz et du nucléaire de la taxonomie verte serait à coup sûr la révolte sociale dont personne ne peut prédire les conséquences désastreuses. Il va déjà falloir faire face aux augmentations des prix des carburants et de l’inflation générale , comment les populations aux faibles revenus vont pouvoir accepter autant de privations? En effet il semble inéluctable que le charbon redevienne indispensable en dépit du réchauffement climatique. L’heure est venue de choisir entre les différents risques selon les priorités des peuples.

    Répondre
  • « « s’engager à exclure le gaz fossile et l’énergie nucléaire de tous leurs produits et obligations vendues comme étant durables, vertes ou responsables » »

    Il ne va pas rester grand chose, sachant que les intermittents, éolien et solaire PV, nécessitent en parallèle des centrales pilotables pour les jours de météo défavorable (donc la grande majorité des jours !!!).
    Et qu’on voit mal des moyens de très grande puissance pilotable autres que des centrales à gaz.
    On retrouve les principe élémentaires :

    Un réseau électrique doit être pilotable. Je pousse le bouton, et ça fonctionne.
    Et nous pouvons classer les sources d’énergies pilotables en deux groupes :
    1) Pilotables par nature, centrales à gaz ou à charbon, nucléaire, un peu de bio, hydraulique, …
    2) Pilotables par mariage, éoliennes lorsque le vent souffle mariées à des centrales à gaz en cas de manque de vent, idem pour le solaire, et ce mariage est indissociable.
    Pas d’éolienne ou de solaire sans CO2.

    Répondre
    • Hervé Gueret quand allez vous enfin ouvrir les yeux sur le réel du terrain au lieu de vous ridiculiser toujours plus avec vos vielles théories foireuses pour gogos . vérifiez une fois pour toute que sur le terrain c’est bien les ENR qui évitent de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire de plus en plus intermittent .que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole .. et à part le bio gaz qui est bien une ENR c’est encore vos délires de trolls stériles qui inventent des centrales au gaz qui n’existent que dans votre imagination d’irradie dont votre gourou vous a abreuvé avec ses canulars que vous avez gobe sans rien verifier car vous n’avez aucune personnalité 😂sortez vous enfin des vieux canulars périmes pour gogos : l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

      Répondre
  • Ces hurluberlus sont ils prêts à retourner à l’âge de pierre ?
    Pour faire fonctionner les centrales nucléaires, il ne faut pas des millions de tonnes de combustible pour les faire fonctionner. Quant au gaz, dans l’immédiat; c’est un moindre mal. La priorité est de priver le moins possible d’énergie les populations. Concernant le réchauffement climatique, personne n’est en mesure de démontrer la validité de prédictions catastrophistes qui sont brandies par tous les Nostradamus +qui sévissent à ce propos. Aucun d’entre eux n’a jamais fourni la moindre explication liée aux activités humaines – et pour cause ! – à des phénomènes tels que le petit âge glaciaire qui a sévi à la fin du règne de Louis XIV et qui a cessé sans que les émissions de CO2 par des usines y soient pour quoi que ce soit !

    Répondre
    • Gonflé le MONSIEUR , il dit:
      « personne n’est en mesure de démontrer la validité de prédictions catastrophistes qui sont brandies par tous les Nostradamus .. »
      Bah si des milliers de scientifiques de par le monde ont apporté les preuves de ce qu vous niez , leurs travaux sont compilés dans les rapports du GIEC et malgré ça vous prétendez que VOUS avec vos « croyances » que le réchauffement climatique est sans relation avec l’activité humaine! Quelle arrogance!
      Alors moi je vous dis que Dieu existe, personne n’a démontré le contraire…

      Répondre
  • Reclaim finance: des bureaux à Paris, à Londres, en Californie . C’est cool d’être une ONG. On donne des leçons de bravitude et on n’a pas besoin d’être des scientifiques. Juste des communicants. Et de la recherche de fonds.

    Répondre
  • « ‘S’il y a des choses qui dépendent de nous, il y en a aussi qui n’en dépendent pas.’ 1
    Par sa manière d’être en urgence, l’homme s’efforce qu’elles en dépendent.
    Voilà une bonne raison de chercher à voir clair sur l’urgence ;puisqu’il faut dénouer l’écheveau qui, souvent,
    s’enchaîne en un éclair ; un peu d’allongement aussi. »
    Epictète, Entretiens, livre I, dans Les Stoïciens … né en 50 ap. J.-C.

    Vouloir régler nos dérèglements de ces 100 dernières années en qq années, dans « l’urgence » révèle notre manque de sagesse.

    Il n’est jamais trop tard pour faire bien mais toujours trop tard pour rectifier des erreurs dont les conséquences concernent des dizaines de générations a venir … au moins je l’espère ..

    Michel Vanquaethem

    Répondre
  • Qui a regardé JM Joncovici sur BFM ce matin à 8h 30 ?
    La pauvre Apolline de malherbe aux ordres, voulait lui faire dire que comme toutes les forces politiques pour punir les russes ne veulent plus de leur fossile (dont le gaz), il n’y avait qu’à obtempérer au niveau de l’Europe et le tour serait joué.
    Elle a terminé son interview bredouille et quelque peu dépitée !
    Pour faire court, Jonco a tenté de lui faire comprendre que l’Europe a un besoin vital de ce gaz notamment pour faire fonctionner son économie sans récession.
    Il a annoncé ensuite que pour s’en passer, il faudra au moins une décennie malgré toute la gesticulation des politiques.
    Et il a conclu : « de tout ceci je vous en fiche mon billet » !.

    Répondre
  • « La guerre en Ukraine révèle les effets « délétères » du projet européen »

    C’est pas d’aujourd’hui que l’Europe provoque des effets délétère pour notre économie . Entre 1960 et 1970 ont construisait le Concorde , le France, le TGV, l’aérotrain, le début d’ Airbus , Ariane espace, les missiles , les chantiers navals, le pétrole, les raffineries , le ciment , les constructions HLM ,les centrales nucléaires ,les barrages, les avions avec Dassault , les véhicules avec Renault, Citroën, Peugeot, Simca, les tracteurs avec Renault, les camions avec Berlier, les manufactures de tissus, l’habillement , la mode, la chaussure , la défense avec la bombe ,la recherche avec les laboratoires comme Pasteur, l’agriculture faisait vivre des milliers de familles , la sidérurgie idem, etc …
    Aujourd’hui grâce aux accords signés par toutes nos « élites politiques » nous ne sommes même plus capables de produire des masques quand les besoins s’en font sentir, et nous achetons des vaccins qui amputent d’autant les moyens de la sécurité sociale qui pourraient servir notre économie avec autant de possibilité d’emplois perdus ?.Voilà le bilan de cinquante ans de pouvoir avec la gauche et la droite ! Et on certains voudraient continuer ?

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective