GRTgaz pourra se “rapprocher” de ses homologues européens (Engie)

GRTgaz, qui gère le réseau de transport de gaz français, devrait pouvoir “se rapprocher” de ses homologues européens à la faveur de la loi Pacte, a déclaré jeudi Isabelle Kocher, la directrice générale d’Engie, son principal actionnaire.

GRTgaz est aujourd’hui détenu à 75% par Engie et à 25% par un consortium public composé de CNP assurances, CDC Infrastructure et la Caisse des Dépôts. Le projet de loi Pacte sur la croissance des entreprises prévoit que l’opérateur du transport de gaz pourra ouvrir son capital au privé.

Ce projet de loi “assouplit les critères de détention”, alors qu’aujourd’hui Engie ou les acteurs publics doivent détenir la totalité de GRTgaz, a rappelé la directrice générale d’Engie Isabelle Kocher, lors d’une rencontre avec des journalistes en marge de la présentation de la stratégie du groupe à Londres.

“C’est fait pour qu’on puisse potentiellement se rapprocher d’autres transporteurs de gaz européens”, a-t-elle expliqué.

“Probablement on va faire en sorte de renforcer nos liens avec d’autres transporteurs européens” et “trouver des moyens, par des liens croisés par exemple, de renforcer ces coopérations”, a ajouté Mme Kocher.

Soulignant qu’il s’agissait d’un “objectif industriel” dans le cadre d’une intégration européenne des réseaux, elle a jugé qu’il était trop tôt pour dire quand et comment cela pourrait se faire.

En France, GRTgaz achemine le gaz des fournisseurs vers les postes de distribution publique et les industriels directement raccordés au réseau de transport.

Le projet de loi entend aussi supprimer le seuil minimal de détention d’Engie par l’État fixé par la loi. L’Etat en possède aujourd’hui 23,64%.

“Ils ont toujours dit que le sens de l’histoire c’était probablement de baisser leur participation” et “on voit ça de manière très relax parce qu’on est une compagnie gérée de manière privée”, a souligné Isabelle Kocher.

Le projet de loi doit revenir le 13 mars devant l’Assemblée nationale alors que députés et sénateurs ne sont pas parvenus pour l’instant à se mettre d’accord sur une version commune.
jmi/efeb

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective