General Electric exprime son intérêt pour l’activité éolienne d’Areva

Réaffirmant sa volonté de construire une filière française durable dans l’éolien offshore, le président de la division énergies renouvelables du groupe américain, Jérôme Pécresse, a déclaré ce mardi suivre avec intérêt toute évolution du capital de la société Adwen. Cette co-entreprise entre Areva et Gamesa dans l’éolien en mer souffre actuellement du rapprochement plus que probable entre le fabricant espagnol d’éoliennes et le groupe Siemens.

La co-entreprise associant Gamesa et Areva, baptisée Adwen, avait été créée en mars 2015 afin de faciliter le regroupement de leurs actifs dans l’éolien offshore. Un projet ambitieux resté au point mort en raison des nouvelles ambitions de fusion de Gamesa avec le groupe d’origine allemande Siemens. Ce dernier aurait même proposé de racheter la part d’Areva dans cette co-entreprise, chose à laquelle l’Etat français, actionnaire à 86% du groupe Areva, pourrait s’opposer.

Les changements d’actionnaires devront déboucher sur le choix du “partenaire le plus pertinent en terme industriel et en terme d’emplois“, avait indiqué fin mars le ministre de l’Economie Emmanuel Macron. Areva a remporté des contrats pour fournir trois parcs éoliens en mer au large et des côtes françaises et s’était engagé à installer deux usines au Havre.

De son côté, General Electric poursuit son développement en Europe un an après avoir racheté la branche énergie d’Alstom, et son éolienne de 6 mégawatts baptisée “Haliade”. Le groupe américain qui s’est exprimé cette semaine favorablement à un rachat potentiel d’Adwen, pourrait bénéficier de cette première collaboration pour remporter les faveurs de la France.

On a toujours été (…) partisans d’une filière française durable dans l’éolien offshore. Il est évident qu’une consolidation des acteurs français s’inscrit dans cette perspective et que dans ce cadre on ne peut que regarder avec intérêt l’évolution du capital d’Adwen“, a déclaré Jérôme Pécresse, président du pôle énergies renouvelables du groupe américain. “Nous avons vocation à être un des trois principaux acteurs (de l’éolien offshore)“, a-t-il ajouté.

Le groupe GE, dont le siège mondial pour sa division Energies renouvelables est basé à Paris, affiche de fortes ambitions dans l’éolien en mer, et peut se prévaloir d’ores et déjà d’un carnet de commandes de plus de 2.000 mégawatts.

Crédits photo : Adwen / P.Béglez

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective