General Electric repasse dans le vert en 2020 et améliore sa trésorerie

Le conglomérat américain General Electric (GE) est revenu dans le vert en 2020, parvenant à dégager au quatrième trimestre des flux de trésorerie solides malgré un chiffre d’affaires en baisse, une tendance qu’il espère poursuivre en 2021.

A Wall Street, l’action de GE s’envolait de plus de 7% vers 11H00 GMT dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse.

Le bénéfice net du groupe s’est élevé à 5,23 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année, alors qu’il avait perdu 5,4 milliards de dollars en 2019.

Sur le seul quatrième trimestre, le conglomérat a dégagé 2,4 milliards de dollars de bénéfice net.

Son chiffre d’affaires a pourtant baissé de 16% en 2020, à 79,6 milliards de dollars, et de 16% d’octobre à décembre, à 21,9 milliards de dollars.

Les revenus tirés de la division aviation, lestée par la chute du transport aérien et des commandes d’avions depuis le début de la pandémie, ont baissé de 35% au quatrième trimestre.

le chiffre d’affaires de la division énergie consacrée aux turbines à gaz et à vapeur est parvenu à se stabiliser sur la même période tandis que celui de la division dédiée aux énergies renouvelables a reculé de 6%.

Les revenus tirés de la division santé ont, eux, baissé de 11%.

Mais le groupe, qui a multiplié depuis deux ans les plans sociaux à travers le monde, a aussi diminué ses coûts.

“Au fur et à mesure de l’année, nous avons considérablement amélioré la rentabilité et la performance de trésorerie de GE malgré un environnement macro-économique encore difficile”, a souligné le PDG du conglomérat, Larry Culp.

“Le quatrième trimestre a permis de terminer une année difficile avec des flux de trésorerie disponibles solides, reflétant les résultats d’opérations améliorées ainsi que des commandes solides dans les secteurs de l’énergie et des énergies renouvelables”, a-t-il ajouté.

GE, qui s’attendait à comptabiliser 2,5 milliards de dollars de flux de trésorerie disponible tirés des opérations industrielles au 4e trimestre, en a finalement dégagé 4,4 milliards.

Et le groupe espère continuer sur cette voie en 2021: il s’attend à dégager 2,5 à 4,5 milliards de dollars de flux de trésorerie disponible si le secteur de l’aviation parvient à se redresser et s’il parvient à améliorer sa performance opérationnelle dans ses divisions consacrées à l’énergie.

Les flux de trésorerie disponible sont un indicateur de rentabilité important représentant le montant de liquidités disponibles à l’entreprise une fois retirés les investissements.
jum/oaa

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective