gaz-verts-jpg

Les gaz verts, un fort potentiel à développer en Ile-de-France

Le gaz renouvelable est une énergie verte, produite localement et créatrice de valeur et d’emplois pour les territoires. En Ile-de-France, c’est déjà une réalité, la production de gaz vert issu de la méthanisation est en pleine croissance dans les territoires. Cependant la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) publiée le 25 janvier dernier pourrait, en l’état, donner un coup d’arrêt au développement de cette filière.

Aujourd’hui, en Ile-de-France douze sites injectent déjà du biométhane dans les réseaux gaziers représentant une capacité d’injection totale de près de 200 GWh, dont quatre ont été mis en service en 2018.

En outre, plus de 120 projets d’injection sont suivis activement par GRDF en Ile-de-France, représentant un potentiel de 3,1 TWh de capacité d’injection par an soit l’équivalent de la consommation d’environ 520 000 logements neufs chauffés au gaz ou près de 14 000 bus roulant au bioGNV (biogaz carburant).

Les collectivités locales franciliennes font déjà le pari du gaz renouvelable. Cette énergie décentralisée est un moyen de dynamiser l’économie circulaire et de répondre aux enjeux locaux des politiques énergétiques.

En Ile-de-France, les objectifs fixés dans la stratégie Energie-Climat Régionale de juillet 2018 témoignent de la volonté politique de développer la filière méthanisation pour favoriser l’autonomie énergétique de la Région.

La région Ile-de-France s’est fixée une cible régionale ambitieuse de 7 TWh par an de gaz renouvelable injecté dans les réseaux gaziers à l’horizon 2030.

Cette réalité locale n’est pas prise en compte dans le projet de PPE publié en janvier qui, en l’état, prive les collectivités locales de leviers concrets pour faire atterrir la transition énergétique dans les territoires.

Une énergie d’avenir

Nous ne sommes pas les seuls à nous mobiliser pour faire du gaz et sa version renouvelable, le biométhane, une énergie d’avenir.

Le biométhane en se substituant au gaz fossile, est une vraie solution pour décarboner efficacement le mix énergétique français. Dès lors, avec l’ensemble de la filière nous réaffirmons l’ambition en matière de gaz vert à l’horizon 2030.

Nous avons cosigné dans la presse avec la Région Ile-de-France et 40 acteurs mobilisés pour le développement de la filière biogaz une tribune intitulée « Make our PPE great again », suite à l’incompréhension provoquée par les perspectives de développement du biométhane esquissées dans le projet de PPE.

Celui-ci, en l’état, impose aux producteurs des exigences d’optimisation de couts non concertées, ni jamais imposées à aucune autre filière, tout en limitant les perspectives de volumes qui tirent en général la productivité.

Par ailleurs, il parait indispensable d’identifier, en concertation avec la filière, les bons pas de temps d’une trajectoire raisonnable d’optimisation des couts et pour sécuriser l’objectif de 10% inscrit dans la loi à l’horizon 2030.

La filière biométhane, jeune et dynamique, se structure et fédère autour d’elle des acteurs engagés tels que les associations agricoles, les industriels, les gestionnaires d’infrastructures gazières, les ONG… pour l’accompagner dans un développement durable.

Un plan de soutien nécessaire

Alors que la politique énergétique de notre pays se dessine pour les 10 années à venir, un plein soutien à la filière biométhane est nécessaire au regard de tous les bénéfices qu’elle est de nature à apporter aux territoires et au monde agricole : création d’emplois locaux de l’ordre de 8 000 emplois directs et indirects en Ile-de-France en 2030, pérennes et non localisables et plus généralement un moyen de redynamiser leur économie locale.

La filière gazière considère que l’objectif de 10% de biométhane injecté en 2030 doit être à minima rétabli dans la PPE.

Chez GRDF, nous allons plus loin et sommes convaincus qu’il est techniquement possible d’atteindre 30% de gaz renouvelable dans la consommation de gaz en 2030.

Les gaz verts (méthanisation, pyro-gazeification et power-to-gas) représentent l’un des premiers potentiels de production d’énergie renouvelable en Ile-de-France avec un gisement estimé à plus de 18 TWh par an selon une étude menée avec l’ADEME en 2018 soit l’équivalent de la consommation d’environ 3 millions logements neufs chauffés au gaz.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Ne pas oublier la part d’environ 40% du C02 émis dans la méthanisation et que l’on peut recouvrer à haut rendement via l’électrométhanogénèse, abaissant ainsi de facto le prix de revient du biométhane tout en augmentant sa production (Voir Electrochaea en Allemagne et Danemark et SoCalGas sur ce sujet en Californie)

    Complémentaire aussi dans la production de chaleur en plus du solaire thermique et réseaux de chaleur, la société canadienne Eavor Technologies a signé un accord avec Shell International Exploration and Production, dans le cadre du développement et de la commercialisation de sa nouvelle solution d’énergie géothermique Eavor-Loop, de conduction thermique en boucle fermée. A 2,4 km de profondeur la chaleur à environ 100°C en France remonte naturellement sans perte d’énergie de circulation tout au long de l’année. La production de chaud (ou froid) se fait sans fracturation, ni d’émissions de GES, ni risque de tremblement de terre, ni utilisation d’eau, ni production de saumure ou de solides, ni contamination d’aquifère.

    Eavor-Loop produit de l’électricité à l’échelle industrielle ou produit assez de chaleur pour l’équivalent de 16 000 foyers avec une seule installation.

    Un projet a démarré dans l’Alberta au Canada et un autre aux Pays-Bas. Shell a dressé la liste des dix principaux obstacles à l’énergie géothermique puis a sélectionné Eavor Technologies comme étant, selon le groupe anglo-néerlandais, la plus pertinente :

    https://eavor.com/technology/

    .

    Répondre
  • Avatar

    @ Chateigner,

    Bonjour, le rendement global de l’électrométhanogénèse est actuellement en pratique de plus de 80% et on devrait pouvoir faire mieux encore.

    Le taux de conversion du C02 en biométhane est quant à lui de 98,6%.

    Les applications pratiques sont en cours et le nombre de publications scientifiques sur le sujet a nettement augmenté ces dernières années vus les possibilités et perspectives de même que le marché mondial.

    SoCalGas (Californie) et Electrochaea (Allemagne/Danemark), entre autres, ont prévu sous peu la vente de réacteurs standardisés et optimisés pour le secteur notamment agricole dans le monde, donc pour toute unité de biogaz, et par ailleurs traitement des eaux etc.

    https://www.gasworld.com/socalgas-co-funds-power-to-gas-research-/2015196.article

    Parmi les nombreux avantages (dont le coût d’autant plus compétitif avec le quasi doublement de la production de biométhane et en conséquence la quasi division par 2 des coûts de production), la faculté de travailler avec des intrants de faibles qualités, à différentes gammes de températures très réduites mais avec dans tous les cas la production d’un biométhane de qualité.

    Il y a malheureusement très peu d’équipes en France sur ce sujet pour lequel nous avons un certain retard malgré notre potentiel.

    Bien cordialement

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective