Le gaz russe pas remplaçable en Europe dans l’immédiat, souligne le PDG de TotalEnergies

Il n’existe pas de solution immédiate pour remplacer sur le marché du gaz européen les importations venues de Russie, si celles-ci devaient cesser du fait du contexte russo-ukrainien, a souligné jeudi le géant français de l’énergie TotalEnergies.

« Si le gaz russe ne vient pas en Europe, on a un vrai sujet de prix du gaz en Europe », a dit le président du groupe, Patrick Pouyanné, s’exprimant à Paris devant le forum de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP).

La hausse des prix du gaz entamée l’an dernier et encore constatée aujourd’hui était « conjoncturelle », liée à une forte demande venue de Chine, a-t-il expliqué.

« Là par contre la situation est plus inquiétante, parce que le gaz russe aujourd’hui c’est 40% du marché européen du gaz », a-t-il dit.

« Pour alimenter l’Europe en gaz, soit on a des tuyaux soit on a des terminaux de regazéification où on amène du gaz naturel liquéfié (GNL). Or ils sont tous pleins en ce moment, et on n’a pas assez de terminaux en Europe pour regazéifier le gaz liquéfié afin de remplacer les 40% de gaz russe, » a-t-il précisé.

Selon lui, « il faut 2 à 3 ans pour construire un terminal. La France en a, l’Allemagne n’en a aucun, et donc quand on me dit +comment vous faites si les 40% de gaz russe disparaissent+, alors là je peux vous dire que je ne sais pas faire. Je saurai faire dans 2-3 ans si on construit des terminaux, car on a du gaz mais il faut pouvoir l’amener. On a là un problème d’infrastructure ».

« Ceci étant, je ne pense pas que la volonté russe soit de couper le gaz. Maintenant, si les Européens décident de se priver de gaz russe, il faudra trouver une solution à l’hiver 2022 », dit-il, évoquant un retour au « charbon allemand et polonais ».

Quant à l’impact de la situation sur l’activité de TotalEnergies, il a rappelé le choix de son groupe, soumis aux risques géopolitiques, de se déployer dans quelque 130 pays.

La Russie, « c’est 3 à 5% des revenus de TotalEnergies. On gèrera », comme lorsqu’il a fallu par exemple gérer l’arrêt au Yémen, a-t-il assuré.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Bonjour,
    Ukraine, énergie, climat et niveau de vie … même problème.
    Les scénarios de RTE sont à revoir
    La promotion des EnRi nous posera de gros soucis. Il faut poser complètement le problème avant de poser un acte de foi.

    Répondre
      • Ah, Rochain, on l’inventerait, s’il nous venait à manquer !!!

        « Il n’y a pas plus de rapport entre le gaz russe et les ENR qu’entre le gaz russe et le nucléaire »

        Les Allemands commencent à comprendre que leur objectif de diminution de consommation de charbon et lignite en développant des ensembles « centrales à gaz, pilotables, plus éolien et solaire, intermittents » , peut avoir quelques petits inconvénients d’indépendance politique avec le gaz russe LOL

        Quant aux relations entre le gaz russe et le nucléaire, c’est évident, les réacteurs nucléaires nous rendent indépendant des importations de gaz, qu’il soit russe ou autre.

        Les importations nécessaires d’uranium sont minuscules actuellement, l’uranium se stocke facilement (on en a actuellement quelques années de stock) et avec les centrales surgénératrices de quatrième génération, on peut consommer notre stock actuel d’uranium 238,320.000 tonnes.
        Sachant que UN GRAMME d’uranium fournit autant d’énergie que DEUX TONNES de charbon.

        Répondre
        • 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣🤣 vous parlez encore et toujours d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/273771322_10228473082116976_2042843424049165961_n.jpg?_nc_cat=109&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=oErS0Z0WoqwAX8PHMJK&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT8sl22j5YIYAkV5PTUVuZnCHWzBFjce9h-60eVYxuiDmw&oe=62189C56

          Répondre
  • Pouyanné dit des évidences qui semblaient ignorées jusqu’à hier. L’Allemagne est au cœur du problème. La France ayant trois terminaux méthaniers on peut penser que, quitte à y mettre les prix, on ne manquera pas de gaz cet hiver. Les allemands n’ont aucun terminal et deux projets qui trainent depuis des années. Quant aux méthaniseurs chers à Rochain, outre leur production très marginale, ils sont en train de devenir une catastrophe écologique dans nos campagnes. Je me suis déja exprimé la dessus. cf également le n° de « Marianne » sorti aujourd’hui et une série d’articles de « Reporterre » d’il y a un an. environ.

    Répondre
    • Les méthaniseurs produisent en fonction des investissements qui y sont consentis, quant à la catastrophe dont vous vous gargarisez elle aurait déjà fait exploser l’Allemagne qui produit ainsi déjà près de 5 fois plus que nous avec ce dispositif si c’était vrai ailleurs que dans votre tête

      Répondre
  • Contraints par la géopolitique pouvons-nous imaginer l’Allemagne renouer avec le nucléaire?
    Oui j’avoue, je n’y crois pas beaucoup.
    Mais cela reste du domaine du plausible si les industriels allemands finissent par créer une coalition si chère à nos amis.
    Pour les nucléophiles comme moi ce serait une belle revanche pour l’industrie française.
    Rêvez n’est pas interdit.
    (sauf bien sûr par nos deux nucléophobes qui feraient une crise d’apoplexie)

    Répondre
    • Victor vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain car les ENR nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/274096317_10228493102337469_1793579558537622507_n.jpg?_nc_cat=100&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=6uU5Ss4MD1sAX_v1uxx&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT-3p_AV2-DN7icK-cySvTAXqOB0V6L0K7El4_Wodiw7gg&oe=621CD601

      Répondre
        • Victor et oui ce sont toujours les mêmes faits réels , retours de terrain , bilans officiels .. que tout le monde peut très facilement vérifier face aux mêmes inepties des trolls stériles… doc une fois de plus vous avez polluer un post inutilement …

          Répondre
    • Victor à propos de vos vieux canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR …

      Répondre
        • Victor et oui ce sont toujours les mêmes faits réels , retours de terrain , bilans officiels .. que tout le monde peut très facilement vérifier face aux mêmes inepties des trolls stériles… donc une fois de plus vous avez polluer un post inutilement …

          Répondre
    • Vous avez raison de ne pas y croire beaucoup, et même un petit peu, car dans l’urgence ce n’est pas le nucléaire qui s’impose mais les renouvelables qui se développent en 7 fois moins de temps.
      En plus cela serait une catastrophe pour nous en avançant d’autant le butoir de l’indisponibilité de l’uranium et dans ce domaine le pire qui puisse nous arriver est que les chinois mettent à exécution leur plan de 150 réacteurs nucléaires supplémentaires.

      Répondre
      • Question de hiérarchie, il faut bien choisir ses priorités selon le contexte.
        Pour moi c’est nucléaire (60%) et ENR (40%) pour la France.

        Répondre
        • Victor vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain car les ENR nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/274096317_10228493102337469_1793579558537622507_n.jpg?_nc_cat=100&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=6uU5Ss4MD1sAX_v1uxx&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT-3p_AV2-DN7icK-cySvTAXqOB0V6L0K7El4_Wodiw7gg&oe=621CD601

          Répondre
          • Merci petit Robot de intéresser à mes posts.
            Peux-tu renouveler ton discours de débile?
            Merci.

          • Victor le troll stérile qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres … et oui ce sont toujours les mêmes faits réels , retours de terrain , bilans officiels .. que tout le monde peut très facilement vérifier face aux mêmes inepties des trolls stériles… donc une fois de plus vous avez polluer un post inutilement …

        • Si le critere N°1 est l’urgence il y a le renouvelable, le renouvelable… le renouvelable… 6 fois avant le nucléaire, et pour la septième c’est seulement celui qui coute le moins cher…. donc le renouvelable.
          Les données du problème :
          Nucléaire :
          Cout EPR : 19,1 G€
          https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-le-cout-de-l-epr-de-flamanville-reevalue-a-19-milliards-par-la-cour-des-comptes_34854444.html
          Délai de réalisation 2007 à 2022 : 15 ans
          Puissance de production théorique 1,65 GW Facteur de charge 75% (mais même à 100% sans maintenance ni rechargement d’uranium ni incidents…. Ça ne fera pas le poids. Noter que le facteur de charge du parc existant n’a été en 2020 que de 60,7%)
          Puissance réelle : 1,23 GW
          Production annuelle : 10,8 TWh

          Parc éolien :
          Coût d’une éolienne de 2 MW : 2,6 M€
          (https://www.pole-medee.com/2014/08/combien-coute-une-eolienne/)
          On peut donc construire 7346 éoliennes avec ce que coûte (a déjà couté sans produire) l’EPR de Flamanville.
          Facteur de charge moyen France de l’éolien : 26, 35 %
          https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne_en_France
          Puissance théorique 14,7 GW, puissance réelle 3,9 GW
          Production annuelle : 34 TWh soit 3 fois plus que le nucléaire de l’EPR
          Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

          Ce calcul est confirmé par une autre méthode basée sur la production effective du parc actuel aboutissant aux mêmes conclusions.
          En 2020 la production électrique de la France a été de 500,1 TWh dont 7,9% d’éolien, soit une production de 39,5 TWh avec 8000 éoliennes. Une simple règle de trois nous montre qu’avec 7346 éoliennes dont le coût total correspond à celui de l’EPR, la production aurait été de 36 TWh soit 2 TWh de différence
          Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

          Le coût du MWh solaire ayant rejoint celui de l’éolien depuis 2018 le résultat est le même pour le solaire

          Il faut estimer le coût du stockage si tant est qu’il faille stocker, car le stockage est un fantasme inventé par le nucléaire, qui ne sachant pas quoi faire de son électricité la nuit, la stocke sous forme de chaleur dans les millions de m3 d’eau sanitaire. Il suffit par ailleurs de consulter systématiquement les courbes fournies par RTE pour voir que part vent fort l’éolien (bien qu’encore très mal réparti en France) la production est jusqu’à 5 fois celle du vent moyen au niveau duquel il « faudra » équipé le parc pour qu’il fournisse le besoin dans le mixe qui lui aura été assigné. En conséquence par vent fort il y aura une puissance colossale à stocker avec cette électricité quasi gratuite ce qui rendra probablement intéressant le stockage H2 malgré la piètre conversion E->H2->E de 40% au mieux. Ajoutez que dans les ENR le biogaz est dans un état stocké dès sa production et son potentiel, peu développé en France (1,8 % du mixe électrique) qui l’est 5 fois plus en Allemagne, permettrait d’alimenter exclusivement par ce moyen le pays par temps calme et couvert anticyclonique durant 3 mois au moins chaque année avec la méthanisation des simples déchets agricoles. Actuellement l’Allemagne dont le biogaz représente déjà 8,4% du mixe électrique peut assurer son besoin électrique à 100% par cette source 1 mois par an. N’oubliez pas non plus les ENR pilotables, avec les solutions marémotrices, les hydroliennes, les houliennes, ainsi que l’hydraulique de barrage qui marche déjà fort bien, ou encore la géothermie. Ces ressources peuvent ne pas rendre nécessaire le stockage d’excédents éoliens et suffire à couvrir les périodes de productions faibles des variables lorsque les puissances installées de ces dernières seront suffisantes et suffisamment bien reparties pour avoir un effet foisonnement de compensation ….. autant de solutions qui rendent ridicule l’insistance des nucléophiles sur le caractère intermittent lui aussi ridicule puisqu’il s’agit de variabilité et pas d’intermittence qui est le « tout ou rien » présenté aussi de façon toute aussi ridicule comme aléatoire, avec une météo datant de l’âge de la hache de pierre, peut-être, mais plus aujourd’hui. Il y a beau temps que l’on sait ce que le vent attendu demain va produire, et où (façade maritime Nord, Ouest, Sud ? Et dans l’intérieure même chose). La même météo va aussi nous donner la couverture nuageuse et…. Il est temps de revenir au XXI e siècle au lieu de bétonner sur le XXe qui ne restera dans les esprits que le siècle du pillage de la Terre alors que le XXIe se forgera l’image du siècle du recyclage car les matériaux extraits du sol pour capter l’énergie solaire de façon directe ou indirecte ne sont pas transformés en chaleur et seront indéfiniment recyclés avant de retourner à la Terre quand les outils qui les utilisent seront devenus obsolète et qu’ils n’auront pas d’emploi dans leurs successeurs.
          Mais le cas échéant, s’il fallait stocker en batterie Li-ion. Le cout du KWh de Li-ion est à aujourd’hui de 140 euros et supporte 3000 cycle de charge décharge en utilisation automobile et 5000 en stationnaire ce qui ramène le coût du KWh de stockage à 140/5000 = 0,028 €

          Répondre
        • Quand le critère N°1 est l’urgence, la reponse c’est : Le renouvelable, le renouvelable, le renouvealble ….6 fois, et pour la septième la réponse c’est le moins cher, donc le renouvelable :
          Les données du problème :
          Nucléaire :
          Cout EPR : 19,1 G€
          https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-le-cout-de-l-epr-de-flamanville-reevalue-a-19-milliards-par-la-cour-des-comptes_34854444.html
          Délai de réalisation 2007 à 2022 : 15 ans
          Puissance de production théorique 1,65 GW Facteur de charge 75% (mais même à 100% sans maintenance ni rechargement d’uranium ni incidents…. Ça ne fera pas le poids. Noter que le facteur de charge du parc existant n’a été en 2020 que de 60,7%)
          Puissance réelle : 1,23 GW
          Production annuelle : 10,8 TWh

          Parc éolien :
          Coût d’une éolienne de 2 MW : 2,6 M€
          (https://www.pole-medee.com/2014/08/combien-coute-une-eolienne/)
          On peut donc construire 7346 éoliennes avec ce que coûte (a déjà couté sans produire) l’EPR de Flamanville.
          Facteur de charge moyen France de l’éolien : 26, 35 %
          https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne_en_France
          Puissance théorique 14,7 GW, puissance réelle 3,9 GW
          Production annuelle : 34 TWh soit 3 fois plus que le nucléaire de l’EPR
          Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

          Ce calcul est confirmé par une autre méthode basée sur la production effective du parc actuel aboutissant aux mêmes conclusions.
          En 2020 la production électrique de la France a été de 500,1 TWh dont 7,9% d’éolien, soit une production de 39,5 TWh avec 8000 éoliennes. Une simple règle de trois nous montre qu’avec 7346 éoliennes dont le coût total correspond à celui de l’EPR, la production aurait été de 36 TWh soit 2 TWh de différence
          Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

          Le coût du MWh solaire ayant rejoint celui de l’éolien depuis 2018 le résultat est le même pour le solaire

          Il faut estimer le coût du stockage si tant est qu’il faille stocker, car le stockage est un fantasme inventé par le nucléaire, qui ne sachant pas quoi faire de son électricité la nuit, la stocke sous forme de chaleur dans les millions de m3 d’eau sanitaire. Il suffit par ailleurs de consulter systématiquement les courbes fournies par RTE pour voir que part vent fort l’éolien (bien qu’encore très mal réparti en France) la production est jusqu’à 5 fois celle du vent moyen au niveau duquel il « faudra » équipé le parc pour qu’il fournisse le besoin dans le mixe qui lui aura été assigné. En conséquence par vent fort il y aura une puissance colossale à stocker avec cette électricité quasi gratuite ce qui rendra probablement intéressant le stockage H2 malgré la piètre conversion E->H2->E de 40% au mieux. Ajoutez que dans les ENR le biogaz est dans un état stocké dès sa production et son potentiel, peu développé en France (1,8 % du mixe électrique) qui l’est 5 fois plus en Allemagne, permettrait d’alimenter exclusivement par ce moyen le pays par temps calme et couvert anticyclonique durant 3 mois au moins chaque année avec la méthanisation des simples déchets agricoles. Actuellement l’Allemagne dont le biogaz représente déjà 8,4% du mixe électrique peut assurer son besoin électrique à 100% par cette source 1 mois par an. N’oubliez pas non plus les ENR pilotables, avec les solutions marémotrices, les hydroliennes, les houliennes, ainsi que l’hydraulique de barrage qui marche déjà fort bien, ou encore la géothermie. Ces ressources peuvent ne pas rendre nécessaire le stockage d’excédents éoliens et suffire à couvrir les périodes de productions faibles des variables lorsque les puissances installées de ces dernières seront suffisantes et suffisamment bien reparties pour avoir un effet foisonnement de compensation ….. autant de solutions qui rendent ridicule l’insistance des nucléophiles sur le caractère intermittent lui aussi ridicule puisqu’il s’agit de variabilité et pas d’intermittence qui est le « tout ou rien » présenté aussi de façon toute aussi ridicule comme aléatoire, avec une météo datant de l’âge de la hache de pierre, peut-être, mais plus aujourd’hui. Il y a beau temps que l’on sait ce que le vent attendu demain va produire, et où (façade maritime Nord, Ouest, Sud ? Et dans l’intérieure même chose). La même météo va aussi nous donner la couverture nuageuse et…. Il est temps de revenir au XXI e siècle au lieu de bétonner sur le XXe qui ne restera dans les esprits que le siècle du pillage de la Terre alors que le XXIe se forgera l’image du siècle du recyclage car les matériaux extraits du sol pour capter l’énergie solaire de façon directe ou indirecte ne sont pas transformés en chaleur et seront indéfiniment recyclés avant de retourner à la Terre quand les outils qui les utilisent seront devenus obsolète et qu’ils n’auront pas d’emploi dans leurs successeurs.
          Mais le cas échéant, s’il fallait stocker en batterie Li-ion. Le cout du KWh de Li-ion est à aujourd’hui de 140 euros et supporte 3000 cycle de charge décharge en utilisation automobile et 5000 en stationnaire ce qui ramène le coût du KWh de stockage à 140/5000 = 0,028 €

          Répondre
    • Je ne vois pas les Allemands revenir au nucléaire de si tôt !
      Le nucléaire suppose un état derrière la filière avec un niveau académique, des formations.
      Si la filière s’arrête (hormis la partie démantèlement, déchets), les formations et compétences vont disparaître.

      Répondre
      • @Marc
        Hélas, c’est vrai, et on en voit les résultats de notre perte de compétence dans les malheurs de nos EPR.
        Nécessité de relancer la filière à fond la caisse.
        Un défi indispensable à relever.
        Sauf pour ceux qui préfèrent baisser les bras, quitte à acheter des centrales chinoises dans 20 ans ?

        Répondre
  • Je reprends les passages clés de l’article :
    « Maintenant, si les Européens décident de se priver de gaz russe, il faudra trouver une solution à l’hiver 2022 », dit-il, évoquant un retour au « charbon allemand et polonais ».
    « Selon lui, « il faut 2 à 3 ans pour construire un terminal. La France en a, l’Allemagne n’en a aucun, et donc quand on me dit +comment vous faites si les 40% de gaz russe disparaissent+, alors là je peux vous dire que je ne sais pas faire. Je saurai faire dans 2-3 ans si on construit des terminaux, car on a du gaz mais il faut pouvoir l’amener. On a là un problème d’infrastructure »
    Avec leur armada d’ENR intermittentes, les Allemands vont voir leur taux de CO² croitre en devant garder leurs centrales charbon si ce n’est de les prolonger pour assurer leur back-up. C’est bien fait pour eux et leur calamiteuse Energiewende hors sol. Leur économie va le payer aussi très chère. .
    Merkel, que certain portait aux nues, a fait une énorme bêtise en sacrifiant leur nucléaire par pure idéologie (comme celle de nos abrutis de service).
    En clair comme disait stoclin et la Cour des Comptes.et comme je l’écrivais dans des scénarios perso : « il faut faire un plan Marshall 2050&60 du nucléaire (3 et 4 ème génération) pour assurer les pics de conso hivernale en laissant le rôle aux ENR intermittentes à la production de l’H² par électrolyse pour nos industries lourdes et transports du même type ».

    Répondre
    • Michel DUBUS au contraire c’est bien les ENR qui nous sortent de la … à propos de vos vieux canulars récurrents sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la pollution , des déchets ultimes, des GES , du Co² … grâce aux ENR …

      Répondre
    • Cochelin ce sont toujours les mêmes faits réels , retours de terrain , bilans officiels .. que tout le monde peut très facilement vérifier face aux mêmes inepties des trolls stériles… donc une fois de plus vous avez polluer un post inutilement sans rien apporter au sujet …

      Répondre
  • Toujours les mêmes commentaires et disputes entre pronuc et pro ENR ! Consternant et lassant! Nous avons besoin de gaz à court et moyen terme. On a la chance de n’acheter que 20% de notre gaz à la Russie. Comme il me semble exclu que l’on puisse réduire notre consommation de 20% dans l’immédiat ou même dans les deux ou trois ans qui viennent, à qui va -t-on acheter le gaz manquant ? Vos éoliennes et votre nuc sont hors de propos et vos disputes également : totalement hors sujet

    Répondre
    • Dumas pourtant c’est bien la base avec les ENR .. le bio gaz , l’hydrogène … etc etc les ENR nous sortent aussi du fossile / charbon n pétrole , pollution , GES , Co² … car on parle bien d’Energie ….

      Répondre
    • @Dumas
      J’ai tjrs eu de la tendresse pour les médiateurs qui ne sont ni pour les uns ni pour les autres, c’est pourquoi
      Je reprends les passages clés de l’article :
      « Maintenant, si les Européens décident de se priver de gaz russe, il faudra trouver une solution à l’hiver 2022 », dit-il, évoquant un retour au « charbon allemand et polonais ».
      , « il faut 2 à 3 ans pour construire un terminal. La France en a, l’Allemagne n’en a aucun, et donc quand on me dit +comment vous faites si les 40% de gaz russe disparaissent+, alors là je peux vous dire que je ne sais pas faire. Je saurai faire dans 2-3 ans si on construit des terminaux, car on a du gaz mais il faut pouvoir l’amener. On a là un problème d’infrastructure »
      Par rapport à ces constats bien formulés, pour le cout terme la France (à contrario de l’Allemagne) à une position de secours plus confortable avec ses terminaux.
      Pour le long terme, j’ai proposé ce qui suit et vous le soumets à votre sagacité :
      En clair, comme disait stoclin, la Cour des Comptes.et comme indiqué dans des scénarios perso : il nous faut une puissance pilotable de l’ordre de 150 GW (dont 40 à 50 GW en nouvelles Cgaz + hydraulique existant) pour une production annuelle d’environ 630 TWh et donc « il faut nous faire un plan Marshall 2050&60 du nucléaire (3 et 4 ème génération) pour assurer les pics de conso hivernale.
      D’autre part, il nous faut orienter les ENR intermittentes vers la production d’H² par électrolyse pour nos industries lourdes et transports du même type ». La puissance installée nécessaire à cette production d’H² serait de l’ordre 89 GW pour une production annuelle d’environ 170TWh.

      Répondre
      • « comment vous faites si les 40% de gaz russe disparaissent+, alors là je peux vous dire que je ne sais pas faire. »

        Ca tombe bien car vous n’etes pas chargé de faire. Mais je me pose bétement la question suivante :
        Depuis les deux terminaux que nous avons et que les allemands n’ont pas, comment les carburantsq arrivent dans les satations services ? Le gaz dans les centrales à Gaz…… bref, ce qui arrive dans ces terminaux qu’il faut acheminer ailleurs sur le territoire? Heureusement que moi non plus je ne suis pas chargé de regler ce problème car je repondrait bétement que ce sont des camions qui repartissent ce qui y arrive.
        Et je me dis que si comme vous le dites les Allemands n’ont pas de terminaux pétroliers/gaziers les voisins en ont certainement car je ne vois pas pourquoi la France serait le seul pays d’Europe à en disposer et que les camions ça sait rouler sur toutes les routes même si c’est un peu plus loin pour alimenter ce que ça doit alimenter en Allemagne à qui vous semblez souhaiter les pires malheurs. D’ailleurs ce qui m’amuse beaucoup c’est que le gaz qui y arrive aujourd’hui par le Pipe via Ukraine ne fait ^pas des méandres à travers toute l’Allemagne pour alimenter successivement ces millions (ha bon? Pa stant que ça ?) centrales à gaz du pays et qu’elles sont approvisionner par le moyen qui continuera à l’être.
        je suis désolé que peut-être cette affaire ne soit pas aussi catastrophique pour l’Allemagne que ce que vous vous gargarisez à le souhaiter.

        Répondre
      • Michel DUBUS Une fois de plus ça prouve bien qu’il faut accélérer le développement des ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole ..

        Répondre
  • DUMAS parle bien d’énergie. Oui, les renouvelables nous sortent un peu des énergies fossiles. Mais c’est très lent et très coûteux pour nos économie occidentales. Dans l’urgence, seul le gaz fossile importé par méthaniers est à même de pallier l’absence de gaz Russe. Pour d’Autriche, le gaz russe c’est 100 % de leur consommation de gaz. Pour l’Allemagne, c’est 60 %.

    Répondre
    • L’énergie des renouvelables coutent moins cher que celle du nucléaire !
      Les données du problème :
      Nucléaire :
      Cout EPR : 19,1 G€
      https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-le-cout-de-l-epr-de-flamanville-reevalue-a-19-milliards-par-la-cour-des-comptes_34854444.html
      Délai de réalisation 2007 à 2022 : 15 ans
      Puissance de production théorique 1,65 GW Facteur de charge 75% (mais même à 100% sans maintenance ni rechargement d’uranium ni incidents…. Ça ne fera pas le poids. Noter que le facteur de charge du parc existant n’a été en 2020 que de 60,7%)
      Puissance réelle : 1,23 GW
      Production annuelle : 10,8 TWh

      Parc éolien :
      Coût d’une éolienne de 2 MW : 2,6 M€
      (https://www.pole-medee.com/2014/08/combien-coute-une-eolienne/)
      On peut donc construire 7346 éoliennes avec ce que coûte (a déjà couté sans produire) l’EPR de Flamanville.
      Facteur de charge moyen France de l’éolien : 26, 35 %
      https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne_en_France
      Puissance théorique 14,7 GW, puissance réelle 3,9 GW
      Production annuelle : 34 TWh soit 3 fois plus que le nucléaire de l’EPR
      Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

      Ce calcul est confirmé par une autre méthode basée sur la production effective du parc actuel aboutissant aux mêmes conclusions.
      En 2020 la production électrique de la France a été de 500,1 TWh dont 7,9% d’éolien, soit une production de 39,5 TWh avec 8000 éoliennes. Une simple règle de trois nous montre qu’avec 7346 éoliennes dont le coût total correspond à celui de l’EPR, la production aurait été de 36 TWh soit 2 TWh de différence
      Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

      Le coût du MWh solaire ayant rejoint celui de l’éolien depuis 2018 le résultat est le même pour le solaire

      Il faut estimer le coût du stockage si tant est qu’il faille stocker, car le stockage est un fantasme inventé par le nucléaire, qui ne sachant pas quoi faire de son électricité la nuit, la stocke sous forme de chaleur dans les millions de m3 d’eau sanitaire. Il suffit par ailleurs de consulter systématiquement les courbes fournies par RTE pour voir que part vent fort l’éolien (bien qu’encore très mal réparti en France) la production est jusqu’à 5 fois celle du vent moyen au niveau duquel il « faudra » équipé le parc pour qu’il fournisse le besoin dans le mixe qui lui aura été assigné. En conséquence par vent fort il y aura une puissance colossale à stocker avec cette électricité quasi gratuite ce qui rendra probablement intéressant le stockage H2 malgré la piètre conversion E->H2->E de 40% au mieux. Ajoutez que dans les ENR le biogaz est dans un état stocké dès sa production et son potentiel, peu développé en France (1,8 % du mixe électrique) qui l’est 5 fois plus en Allemagne, permettrait d’alimenter exclusivement par ce moyen le pays par temps calme et couvert anticyclonique durant 3 mois au moins chaque année avec la méthanisation des simples déchets agricoles. Actuellement l’Allemagne dont le biogaz représente déjà 8,4% du mixe électrique peut assurer son besoin électrique à 100% par cette source 1 mois par an. N’oubliez pas non plus les ENR pilotables, avec les solutions marémotrices, les hydroliennes, les houliennes, ainsi que l’hydraulique de barrage qui marche déjà fort bien, ou encore la géothermie. Ces ressources peuvent ne pas rendre nécessaire le stockage d’excédents éoliens et suffire à couvrir les périodes de productions faibles des variables lorsque les puissances installées de ces dernières seront suffisantes et suffisamment bien reparties pour avoir un effet foisonnement de compensation ….. autant de solutions qui rendent ridicule l’insistance des nucléophiles sur le caractère intermittent lui aussi ridicule puisqu’il s’agit de variabilité et pas d’intermittence qui est le « tout ou rien » présenté aussi de façon toute aussi ridicule comme aléatoire, avec une météo datant de l’âge de la hache de pierre, peut-être, mais plus aujourd’hui. Il y a beau temps que l’on sait ce que le vent attendu demain va produire, et où (façade maritime Nord, Ouest, Sud ? Et dans l’intérieure même chose). La même météo va aussi nous donner la couverture nuageuse et…. Il est temps de revenir au XXI e siècle au lieu de bétonner sur le XXe qui ne restera dans les esprits que le siècle du pillage de la Terre alors que le XXIe se forgera l’image du siècle du recyclage car les matériaux extraits du sol pour capter l’énergie solaire de façon directe ou indirecte ne sont pas transformés en chaleur et seront indéfiniment recyclés avant de retourner à la Terre quand les outils qui les utilisent seront devenus obsolète et qu’ils n’auront pas d’emploi dans leurs successeurs.
      Mais le cas échéant, s’il fallait stocker en batterie Li-ion. Le cout du KWh de Li-ion est à aujourd’hui de 140 euros et supporte 3000 cycle de charge décharge en utilisation automobile et 5000 en stationnaire ce qui ramène le coût du KWh de stockage à 140/5000 = 0,028 €

      Répondre
      • @Serge Rochain 25.02.2022
        Sacré Rochain, toujours à tricher pour défendre ses copains les fournisseurs de gaz.
        Bon, il faut dire qu’avec l’invasion de l’Ukraine, démocratie indépendante, par les Russes, bien peu démocrates mais fournisseurs de gaz, sa position anti nucléaire et pro gaz est bien fragilisée.
        Et il compare gaiement les énergies pilotables, hélas uniquement « nucléaire plus hydraulique » pour les variations rapides de consommation, avec les intermittents, obligatoirement associés à des centrales … a gaz.

        Quelques perles :
        –  » car le stockage est un fantasme inventé par le nucléaire »
        A vrai dire, le stockage, mis à part des STEPs bien utiles, les centrales nucléaires s’en foutent, elles n’en ont pas besoin.
        – « N’oubliez pas non plus les ENR pilotables, avec les solutions marémotrices, les hydroliennes, les houliennes, ainsi que l’hydraulique de barrage qui marche déjà fort bien, ou encore la géothermie »
        EnR pilotables ??? La seule est l’hydraulique, n’ayez crainte, on ne va pas s’en passer.
        Parfait, par ses réactions rapides, pour aider le nucléaire, dont les variations très rapides ne sont pas le point fort.
        Autrement,  » les solutions marémotrices, les hydroliennes, les houliennes » sont très jolies, mais strictement non pilotables.
        –  » l’insistance des nucléophiles sur le caractère intermittent lui aussi ridicule puisqu’il s’agit de variabilité et pas d’intermittence qui est le « tout ou rien » »
        Voir l’explication détaillée ici : https://1drv.ms/b/s!Aoz2RZetULwc5V27DKx2bDiS83mw?e=d44N8c
        L’intermittence pour le solaire est évidente, pas terrible la nuit.
        Et pour un physicien, le fait que, pour les vents faibles ou moyens (en gros, inférieurs à 40 km/h) la puissance d’une éolienne varie comme le cube de la vitesse du vent fait que, à l’ordre un, l’approximation par un système en tout ou rien (zéro en dessous de 35 km/h, puissance nominale au dessus) est parfaitement satisfaisante.
        – « présenté aussi de façon toute aussi ridicule comme aléatoire »
        Les prévisions météo s’améliorent, certes, mais ne changent rien au fait d’être aléatoire. Non pilotable, quoi.
        Les prévisions météo qui s’améliorent ne sont utiles que pour prévoir à quel moment nous devrons démarrer les centrales à gaz en back-up. Hélas.
        – « Mais le cas échéant, s’il fallait stocker en batterie Li-ion. Le coût du kWh de Li-ion est à aujourd’hui de 140 euros et supporte 3000 cycle de charge décharge »
        Là, il se paye ouvertement la tète des non physiciens peu à l’aise dans les calculs.
        Son calcul vaut pour une batterie servant de tampon du jour au lendemain, avec charge et décharge journalière.
        Ce qui autorise dans son calcul la division du coût de la batterie par le nombre de cycle.
        Bien entendu, ce genre d’utilisation d’une grosse batterie peut exister, dans des petites îles par exemple, et dans des utilisation permettant de ressortir un petit groupe électrogène alimentant le congélateur de la maison le temps que dure le vent faible.
        Mais, pour alimenter notre réseau électrique de façon à couvrir deux ou trois semaines de vent faible, nous stockons UNE FOIS les batteries, et la gardons chargée en permanence en attente de son utilisation dans une longue série de jours d’hiver sans vent et avec peu de soleil.
        Et le point faible des sources intermittentes est là.
        Car cela multiplie par 5.000 le coût annoncé glorieusement par Rochain.
        Qui, bien entendu, le sait, malgré son déplorable manque de bon sens en physique dû à ses compétences limitées à l’informatique, et encore avec un diplôme d’ « ingénieur » obtenu par les « acquits de l’expérience ». LOL

        Répondre
  • Sauf que les EPR2 devraient coûter moins cher et vous mélangez les choux et les carottes. Vous ne pouvez pas comparer ainsi le coût d’un kWh d’une source fixe et pilotable et un kWh d’une source variable, et non synchronisée avec la demande. Les couts économiques ne sont pas du même ordre.

    Répondre
    • Cochelin encore des délires de trolls stériles qui ne connaissent même pas les bases du sujet ..comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain

      Répondre
      • ISAMBERT
        « Des pays qui n’ont pas de fossile ». Mais desquels, et de quoi parlez-vous au juste : Électricité ou énergie ?

        Répondre
        • Cochelin vous vous intéressez vraiment au sujet ? vosu ne voudriez pas apprendre au moins les bases et vérifiez toutes les avancées et résultats déjà obtenus sur le terrain ?

          Répondre
      • Bof, Rochain, d’une part, comparer le prix apparent des éolien et solaire, intermittents, non pilotables, à celui du nucléaire, pilotable, n’a aucun sens.
        Il faudrait comparer pilotable à pilotable,
        donc
        – centrales nucléaires d’un côté, pilotables
        et
        – packs « centrales à gaz plus éolien et solaire », pilotable.
        Et que ce soit au niveau pollution pour le CO2 et le climat, et coût, il n’y a pas photo.
        Et que vive notre nucléaire.

        Répondre
        • 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          Répondre
        • Bof Hervé Guéret … vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain car les ENR nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/274096317_10228493102337469_1793579558537622507_n.jpg?_nc_cat=100&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=6uU5Ss4MD1sAX_v1uxx&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT-3p_AV2-DN7icK-cySvTAXqOB0V6L0K7El4_Wodiw7gg&oe=621CD601

          Répondre
  • Isambert
    Vous n’avancez toujours pas de données concrètes sur les pays n’utilant pas d’énergie fossile. Parlez-vous d’usages pour la production d’électricité ou d’énergie en général ? Les ENR réduisent un peu l’usage des fosiles. Oui, cela est vrai. Mais pour le reste ….du charabia sans fondement.

    Répondre
    • Cochelin vous vous intéressez vraiment au sujet ? vous ne voudriez pas apprendre au moins les bases et vérifiez toutes les avancées et résultats déjà obtenus sur le terrain ? ouvrez enfin les yeux sur le réel du terrain qui se met déjà en place ..

      Répondre
  • Toujours la diversion et non des réponses concrètes. Toujours les mêmes commentaires ridicules. Lamentable, cet ISAMBERT !

    Répondre
    • Cochelin 🤣vous venez une fois de plus de polluer un sujet important avec des inepties 🤣🤣🤣 de nier stupidement la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ça ne la changera pas …. 🤣lamentable ce Cochelin qui persiste à nier les faits réels , retours de terrain , bilans officiels que tout le monde peut très facilement vérifier qui prouvent bien les inepties des trolls stériles …

      🤣

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective