Gaz: l’AIE anticipe un recul de la demande en Europe cette année

Après un fort rebond de la demande en gaz en 2021, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) anticipe une croissance plus faible cette année à cause des cours à des niveaux historiquement élevés, et même un recul en Europe.

« La consommation mondiale de gaz naturel a rebondi de 4,6% en 2021, plus du double du déclin constaté en 2020 », note l’AIE dans un rapport publié lundi.

Ce fort rebond a été porté par la reprise économique, après une année marquée par des mesures restrictives pour lutter contre la pandémie de Covid-19, ainsi que par la météo, avec le froid hivernal.

L’offre n’avait d’ailleurs pas pu suivre le rythme de la reprise et des difficultés techniques chez certains producteurs ont mené à des tensions sur le marché, où les cours se sont envolés.

Pour l’avenir, « l’évolution de la demande à court terme dépendra de la météo pendant ce qui reste de la saison de chauffage dans l’hémisphère nord », note l’agence basée à Paris.

« En supposant des températures normales, la croissance du marché du gaz naturel devrait être ralentie par les cours plus élevés du gaz et une croissance économique plus faible, tandis que les tensions sur l’offre pourraient diminuer avec le retour graduel de capacités qui étaient à l’arrêt », poursuivent les auteurs.

L’AIE prédit ainsi pour 2022 une demande mondiale de gaz de 4.148 milliards de mètres cubes (mmc), en modeste progression de 0,9% sur 2021. La production mondiale est pour sa part attendue à 4.191 mmc (+1,6%).

Du côté de l’Europe, l’agence attend un déclin marqué de 4% de la demande gazière cette année, du fait d’une plus faible utilisation pour la production d’électricité.

Pour cette dernière, les renouvelables progressent en effet fortement, tandis que le charbon – très polluant – est rendu plus compétitif par les prix élevés du gaz.

La demande européenne totale de gaz est ainsi attendue à 527 mmc cette année après 552 mmc en 2021.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Logique, le prix d’une source d’énergie ne peut pas monter jusqu’au ciel, le PIB mondial est proportionnel à la quantité d’énergie consommée, si on ne peu plus se payer le gaz c’est la récession ou le recours à d’autres énergies. Ici le charbon pour la production d’électricité, mais ça ne résout pas le problème du chauffage et des utilisations industrielles comme le ciment.

    Répondre
    • Jean Pierre Moulard c’est donc l’application des principes negawatt qui sont de plus en plus Urgent … et c’est bien l’énergie le principal probleme pas l’électricité …

      Répondre
  • Mais le charbon est rendu moins compétitif à cause de l’augmentation de la taxe carbone.

    Restent les énergies renouvelables, rapides à développer lorsqu’il n’y a pas des opposants professionnels comme en France, très nettement moins chères que le nucléaire du futur, devenant déjà moins chères que le vieux nucléaire français.

    Répondre
    • Ma très chère Marguerite, comme à votre habitude, vous confondez pilotable (le nucléaire) et non pilotable (éolien et, encore pire, solaire), comparaison qui n’a aucun sens.
      Si vous rajoutez à des éoliennes, par exemple, les centrales pilotables nécessaires à rendre le tout pilotable pour alimenter un réseau électrique, la comparaison est totalement inverse, et le nucléaire moins cher, comme l’a montré RTE.
      Et ce même pour ces réacteurs neufs.

      Répondre
      • 🤣🤣🤣🤣 à le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile .. le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective