gaz-jpg

France : vers un gaz 100% renouvelable en 2050

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe) est depuis de nombreuses années impliquée dans les réflexions et les actions relatives à la stratégie énergétique française. Depuis 2013, elle publie des études prospectives (des “scénarios climat-énergie”) qui dessinent les trajectoires possibles du futur paysage énergétique. Dans la continuité de ces travaux, l’Ademe a décidé de consacrer sa nouvelle étude à la seconde énergie la plus consommée en France : le gaz. Les auteurs de ce rapport explorent les conditions de la faisabilité technico-économique d’un système gazier basé à 100 % sur du gaz renouvelable d’ici l’horizon 2050. Et grâce à la production de biogaz par méthanisation, à la gazéification de biomasse sèche et au power-to-gas, la France pourrait être autonome en gaz d’ici 2050. Explications.

Une étude prospective sur la production de gaz “made in France”

L’Ademe, en partenariat avec GRDF et le gestionnaire de réseau GRTgaz, a récemment publié une étude portant sur la production et la consommation d’un gaz 100% renouvelable sur le territoire français. L’agence y détaille les conditions (mobilisation des ressources naturelles, coût du développement des infrastructures, répartition des technologies de production…) qui permettrait à la France de fonctionner à 100% de gaz naturel d’ici un peu plus de 30 ans.

“On a un potentiel de gaz renouvelable très important, sans commune mesure avec ce qu’on exploite aujourd’hui”, a estimé Fabrice Boissier, directeur général délégué de l’Ademe, en présentant les résultats de cette étude lors des dernières assises européennes de la transition énergétique à Genève.

À partir de différentes hypothèses d’évolution des filières de production gazière, et en prenant en compte les dynamiques d’amélioration de l’efficacité énergétique et une meilleure maitrise de notre consommation énergétique, les chercheurs de l’Ademe ont présenté 4 scénarios dont 3 correspondent à un mix gaz 100% renouvelable d’ici 2050.

100% de gaz renouvelable, c’est possible

L’Ademe s’est dans un premier temps consacrée à l’évaluation des gisements théoriques de ressources primaires mobilisables et au rendement de conversion. En l’état actuel des choses, la France serait donc capable de produire grâce à ses ressources propres jusqu’à 460 TWH de gaz renouvelable. Un volume qui s’avère très proche de la consommation actuelle de gaz naturel des citoyens tricolores.

Dans leur scénario de référence, les auteurs de l’étude estiment que la France pourra produire l’intégralité du gaz dont elle a besoin grâce au développement de toutes les filières des bioénergies. En première ligne, une technologie déjà mature : la méthanisation. La valorisation énergétique des déchets agricoles, alimentaires et des boues d’épuration permettrait en effet à la France de couvrir 30% de sa production gazière (140 TWh annuels).

D’autres technologies, qui n’ont pas encore atteint la maturité, complèteront la puissance de production française. En premier lieu, la pyrogazéification : la production de méthane à partir de matières organiques (bois ou déchets conditionnés) permettrait de générer jusqu’à 180 TWh de gaz par an (soit 40% de la production).

Enfin, la technologie du power-to-gaz (production de méthane par électrolyse de l’eau) représente un potentiel annuel de 140 TWh (soit 30% de la production).

“Les ressources issues de la biomasse représentent près de 390 TWh, dont 230 TWh provenant du bois et de ses dérivés, 130 TWh issus de l’agriculture, 15 TWh des biodéchets et des industries agroalimentaires et 14 TWh des algues”, précise la synthèse de l’Ademe.

Dans quelles conditions ?

Les auteurs de l’étude ont pour la première fois poussé leur travaux jusqu’à établir des fourchettes de coûts, en se basant sur le potentiel réel des différentes technologies et sur l’évaluation des ressources département par département (et en prenant soin de ne pas concurrencer les usagers alimentaires ou de matières premières).

Le prix de production, de stockage et de distribution d’un MWh de gaz renouvelable “made in France” oscille entre 116 et 153 euros en fonction du scénario. Un chiffre largement supérieur à ce que coûte actuellement le gaz naturel (entre 20 et 25 euros le MWh).

L’Ademe estime cependant que l’émergence d’autres technologies de production et la hausse de la taxe carbone pourraient tirer le prix du gaz naturel à 86 euros le MWh d’ici 2050.

“Une grande part du potentiel mobilisable est autour de 80€/MWh, ce qui le rend très concurrentiel avec le gaz fossile. Les prix augmentent lorsqu’on veut atteindre 100% de gaz renouvelable, les derniers pour cent sont les plus chers à aller chercher”, explique Fabrice Boissier. Mais “dans un monde ou le carbone aura un prix très élevé, ça peut être des technologies qui deviennent compétitives”.

De manière un peu plus concrète, le scénario de référence nécessiterait de nombreuses modifications et améliorations sur le plan national : maillage du territoire pour un système gazier décentralisé, renforcement des systèmes de collectes des ressources (bois, déchets…), développement des cultures intermédiaires (augmenter les ressources agricoles utilisables)…

Sans oublier l’installation de 10.000 unités de production gazière au cours des 30 prochaines années.

Mais les bénéfices se mesureraient plus d’un point de vue environnemental qu’économique. Un scénario de gaz 100% renouvelable entrainerait en effet une réduction annuelle de nos émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 63 millions de tonnes, permettrait du supprimer les importations de gaz naturel (10 milliards d’euros en 2016) et serait fortement créateur d’emplois non-délocalisables.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective