La France doit se lancer dans l’éolien en mer, et vite (Girardin)

La France doit se lancer sans hésiter dans l’éolien en mer, et vite, car elle est en retard face à cette “révolution pour la transition écologique à l’échelle planétaire”: c’est le message de la ministre de la Mer Annick Girardin dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche.

“Pourquoi la France se tiendrait-elle à l’écart d’une telle révolution ? Conservatisme, frilosité par rapport aux évolutions technologiques ? Préférence pour d’autres énergies ? Crainte de froisser les usagers traditionnels de la mer ? Concurrence avec la pêche ? Peur de dénaturer les paysages maritimes ? Mise en danger des trésors de biodiversité marine ? Coût faramineux ?”, interroge-t-elle.

Ces arguments sont parfois justifiés, parfois discutables, dit-elle.

Pourtant, “avec l’éolien en mer, c’est bien une révolution pour la transition écologique à l’échelle planétaire qui est en cours. La Chine l’a bien compris puisqu’elle deviendra à l’horizon 2025 le premier pays au monde par ses capacités de production d’électricité par l’éolien en mer”, souligne la ministre.

Fin 2019, le Royaume-Uni avait déjà posé 2.225 éoliennes en mer, l’Allemagne 1.469, le Danemark 559, contre une seule pour la France, regrette Mme Girardin, “alors que notre pays possède le plus grand gisement d’énergie éolienne en mer de l’Union européenne”.

Elle estime que “25% de l’électricité française pourrait être produite en mer” en 2050, avec 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires en perspective pour la filière et 5.000 emplois directs et non délocalisables.

Un tel objectif de 25% serait en phase avec la stratégie européenne pour les énergies marines renouvelables présentée le 19 novembre, fait valoir la ministre.

La Commission européenne a ainsi dévoilé une feuille de route proposant de porter la capacité de production éolienne en mer en Europe de 12 gigawatts actuellement à 25 fois plus d’ici 2050.

Pour l’atteindre, il faut “faire des choix (…) et agir dès maintenant”, ajoute Mme Girardin, qui dit refuser “d’envisager des compromis concernant nos choix stratégiques”.

Certes, reconnaît-elle, l’éolien en mer a “des impacts” sur “l’environnement et les ressources pêchées”. “Mais nous restons exigeants, en les évitant autant que possible, en les réduisant lorsqu’ils sont inéluctables, en les compensant en dernier recours”, assure-t-elle.

“Nous savons qu’un projet industriel peut susciter beaucoup d’interrogations au moment de son élaboration et se révéler iconique au fil du temps. Le TGV ou le viaduc de Millau étaient loin de faire l’unanimité. Ils font aujourd’hui notre fierté. Je prends le pari que les parcs éoliens futurs connaîtront la même renommée”.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    “des impacts sur l’environnement et les ressources pêchées ”
    en les évitant autant que possible”
    Tout est dit .

    Répondre
  • Avatar

    La première question que l’on peut se poser c’est : A qui appartient la mer ?
    Est-ce que le fait d’avoir été la seule à en tirer profit jusqu’à aujourd’hui autorise l’industrie de la pêche à s’en considérer comme propriétaire ? Ne peut-elle pas aussi profiter à l’ensemble de la population ?
    La raison elle-même réponds à ces trois questions.

    Répondre
  • Avatar

    Ce n’ est pas parce que d’ autres pays européens conduisent des politiques imbéciles que l’ on est obligés de faire les mêmes erreurs : la vraie question à laquelle la ministre ne répond pas, c’ est “est-ce que l’ éolien est capable de réduire les émissions de CO² et autres GES ?”. Si la réponse à cette question n’ est pas positive, c’ est que les inconvénients de l’ éolien excèdent les avantages, et alors il ne faut pas poursuivre !

    Répondre
    • Avatar

      Ce n’est pas parce que Desplanches considèrent que les autres pays d’Europe sont peuplés d’imbéciles que le compliment ne peut pas lui être retourné.
      Par ailleurs, ces autres pays européens peuplés d’imbéciles ont déjà répondu il y a 10 ans à la question que Desplanches est seulement en train de se poser et qu’il ne s’est pas aperçu que cette réponse avait été OUI. Quant à la non-réponse selon Desplanches de la Ministre à cette question, c’est que Desplanches n’a pas compris que pour la Ministre cette question ne se posait plus depuis également 10 ans et qu’en conséquence ce n’est pas aujourd’hui qu’elle avait à y répondre.
      D’ailleurs il n’y a plus que quelques combattant d’arrière garde, des petits pions de terrain du lobby nucléaire, qui se pose cette question aujourd’hui. Il y a bien des nostalgiques des locomotives à vapeur qui prennent le TGV …..

      Répondre
  • Avatar

    “Quelques combattants d’arrière garde” font que la France est un des pays ayant un des plus faible contenu carbone du KWh électrique du monde, en dehors de quelques pays peu peuplés ayant de très grosses ressources hydrauliques. Rochain n’a jamais pu l’admettre !

    Répondre
    • Avatar

      Toujours la même moulinette de Cochelin qui lui n’a pas compris que lorsque nous n’avions qu’un seule réacteur nucléaire nous brullions énormément de charbon, puis avec une deuxième réacteur encore énormément de charbon puis avec un troisieme réacteur encor beaucoup de charbon, puis avec……. et cela a durée plus de 50 ans (et même encore maintenant), ce qui nous a fait pratiquement asséché nos ressources fossiles charbonneuses.
      Tandis que ceux, comme l’Allemagne, qui n’ont commencé à utiliser des éoliennes depuis seulement 10 ans brulent encore beaucoup de charbons et moins que ce que nous en brulions en ayant investit dans le nucléaire au bout de 10 ans….. alors la plus élémentaire comparaison objective c’est de constater que pour faire aussi mal que nous ils ont encore 40 ans devant eux. mais leur projet c’est de réussir le 100% d’ici 18 ans au pire !!!
      Mais nous nous n’aurions jamais pu assurer 100% de nucléaire par manque de souplesse, entre autres raisons.
      Mais ça ce n’est pas que Cochelin ne veuille pas l’admettre, c’est surtout qu’il ne le comprends pas, son cerveau n’évolue pas avec ce qu’il lit sur ces forums car il est trop occupé à tourner en rond avec ses arguments étriqués. Mon pauvre Cochelin, il n’y a rien à admettre, il faut comprendre.

      Répondre
    • Avatar

      C’est pratique il me suffit de remplacer le nom de Cochelin dans le message ci-dessus par celui de Gautier et c’est tout bon. Ils sont aussi obtus l’un que l’autre….. il n’y en a que des comme ça dans le pro-nucléaire ? Alors allons-y :
      Toujours la même moulinette de GAUTIER qui lui n’a pas compris que lorsque nous n’avions qu’un seule réacteur nucléaire nous brullions énormément de charbon, puis avec une deuxième réacteur encore énormément de charbon puis avec un troisieme réacteur encor beaucoup de charbon, puis avec……. et cela a durée plus de 50 ans (et même encore maintenant), ce qui nous a fait pratiquement asséché nos ressources fossiles charbonneuses.
      Tandis que ceux, comme l’Allemagne, qui n’ont commencé à utiliser des éoliennes depuis seulement 10 ans brulent encore beaucoup de charbons et moins que ce que nous en brulions en ayant investit dans le nucléaire au bout de 10 ans….. alors la plus élémentaire comparaison objective c’est de constater que pour faire aussi mal que nous ils ont encore 40 ans devant eux. mais leur projet c’est de réussir le 100% d’ici 18 ans au pire !!!
      Mais nous nous n’aurions jamais pu assurer 100% de nucléaire par manque de souplesse, entre autres raisons.
      Mais ça ce n’est pas que GAUTIER ne veuille pas l’admettre, c’est surtout qu’il ne le comprends pas, son cerveau n’évolue pas avec ce qu’il lit sur ces forums car il est trop occupé à tourner en rond avec ses arguments étriqués. Mon pauvre GAUTIER, il n’y a rien à admettre, il faut comprendre.
      Vous voyez, ? Ca marche….

      Répondre
      • Avatar

        Serge n’a toujours pas compris que depuis des décennies, la France grace à ses centrales est l’un des pays d’Europe les moins émetteur en CO2 et ceci, même les jours très ventés quand des pays comme le Danemark produit plus d’électricité éolienne que sa consommation en continuant à émettre plus de CO2 que la France.
        Mais il préfère insulter les autres plutôt que de regarder la réalité.

        Répondre
          • Avatar

            Un simple coup d’œil sur les courbes de RTE vous apprendraient que même si Fessenheim n’avait pas été fermé cela ne changerait pas grand chose car la ressource appelée en Gaz se situe entre 7,5 et 8,5 GW tout au long du cycle diurne. Fessenheim serait loin de faire de faire le compte avec ses 2*900 MW, soit au mieux 1,8 GW.
            En revanche si nous avions tenu nos engagement pris à la cop21, en particulier ceux concernant l’accroissement de notre par renouvelable, ne serait-ce que les 6 GW d’éolien offshore pour 2020 et qui sont toujours à ZERO actuellement, et les 6% d’accroissement pour les renouvelables éolien terrestre, solaire, et hydraulique, qui n’a, pour le tout, été accru que de 1,5%, il n’y aurait pas eu de problème, ni pour maintenant, ni pour cette hiver.
            Mais pour comprendre ça il ne faut pas se mettre les œillères de nucléocrates.

  • Avatar

    Mais 6 GW d’éolien offshore ne fourniraient guère plus que 500-1000 MW d’électricité en période anticyclonique. Pas de quoi aller bien loin ! En Allemagne, la semaine dernière, le charbon et le gaz ont craché un max car l’éolien est tombé à un niveau très très bas (et en France presque rien en thermique fossile à côté). Ouvrez les yeux sur la réalité !

    Répondre
    • Avatar

      Cessez de vivre dans ce pays anticyclonique dont vous vous gargarisez, en ce moment ils fourniraient pratiquement les 6 GW de nominal.
      Votre ignorance n’a d’ale que votre immobilisme intellectuel.
      Les 6 GWc sont en offshore du 2,8 GWe, bien supérieur à ce que fournissait votre regrettée centrale de Fessenheim qui serait illégale, cessez de pleurer, la Terre tourne mais vous en vous en rendez pas compte.

      Répondre
      • Avatar

        Que savez vous de la production d’éolien offshore en période anticyclonique ? Vous chiffres ne sont pas cohérents avec la réalité. Vous le savez bien en lisant les données récentes. Quelle mauvaise foi !

        Répondre
        • Avatar

          Toujours dans l’anticyclone Cochelin, cessez de vivre dans le ponctuel c’est ridicule, il n’y a jamais eu d’anticyclones durant un an. Sinon je pourrais tout aussi bêtement que vous faire semblant de croire que toute l’année, donc en permanence, le rendement d’une éolienne est égal )à son rendement maximum.
          Quand je dis “Les 6 GWc sont en offshore du 2,8 GWe,” cela veut dire que nous savons que le facteur de charge connu statistiquement et toujours semblable d’une année sur l’autre sur la zone moyenne marine de France où seront installés nos parc offshores est d’environ 0,45, un peu supérieur dans certaines zones et un peu inférieures dans d’autres.
          Compris Cochelin ?

          Répondre
    • Avatar

      Ah, j’oubliais en ce moment les 1,8 GW de Flamanville fournissent ZERO ! Et ca fait plus d’un an que ça dure, c’est long les périodes anticycloniques en Normandie
      A force de chercher, vous avez fini par trouver

      Répondre
      • Avatar

        Et notre parc éolien de 16,5 GW ne fournit que 2 à 5 GW lorsque que la demande est importante (en dehors des WE)! Le parc nucléaire tourne autour de 45-46 en permanence pour 61 GW installés. Lequel est le plus performant ?

        Répondre
        • Avatar

          Cochelin, apprenez car manifestement vous ne savez pas que nous savons depuis toujours que le facteur de charge moyen d’une éolienne et où qu’elle soit sera toujours inférieur à celui d’un réacteur nucléaire et ce n’est donc pas une mesure de performance, cela s’appelle une mesure du facteur de charge. Ces Facteur de charge normaux pour une éolienne terrestre est de 25% en France et 80% pour un réacteur nucléaire

          Et Un réacteur dont le facteur de charge mesuré est de 70% est moins performant qu’une éolienne dont le facteur de charge mesuré est de 23%.
          Compris Cochelin ?

          Répondre
          • Avatar

            L’ensemble des moyens de production étant interconnecté, il n’y a pas lieu de fais une différence entre performance et facteur de charge !

  • Avatar

    J’espere que Mme Girardin qui vante l’eolien en mer ne va pas priver son archipel de ces eoliennes que l’on peut installer autour du grand colombier , l’île aux marins ou sur Langlade, sur les hauteurs de l’île de St Pierre ou au cap à l’aigle à Miquelon!!!

    De plus pour St Pierre ces eoliennes remplaceront l’usine electrique lancée en 2015 qui fonctionne au fioul domestique…

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective