batterie-airbus-jpg

La France et l’Allemagne officialisent la création d’un Airbus de la batterie

La batterie est l’équipement central d’une voiture électrique. Véritable réservoir d’énergie, elle permet d’emmagasiner l’électricité nécessaire à l’alimentation du moteur (qui assure la propulsion du véhicule) et au fonctionnement des équipements embarqués (tels que les phares, le chauffage…).

Il s’agit d’un équipement qui représente de 30% à 40% de la valeur d’un véhicule électrique.

À l’heure où l’électromobilité se démocratise, les États qui se sont positionnés sur le marché de la fabrication de batteries pour véhicules électriques sont peu nombreux.

Ce secteur stratégique, source de croissance économique et de création d’emploi, est aujourd’hui largement dominé par la Chine. Mais le Vieux Continent n’a pas dit son dernier mot.

Voilà en effet près d’un an et demi que la France et l’Allemagne plaident pour la création d’un consortium européen spécialisé dans la conception et la production de batteries pour voitures électriques.

Un chantier longtemps qualifié de “prioritaire” par l’Europe mais qui ne semblait pas parvenir à se concrétiser.

C’est désormais chose faite : Paris et Berlin ont en effet annoncé le lancement officiel de la filière européenne de batteries.

Un marché en pleine expansion sur lequel l’Europe brille par son absence

Au cours des prochaines décennies, la croissance du parc mondial de voitures électriques va nécessairement entraîner la multiplication des usines de fabrication de batteries.

Pourtant, à l’heure actuelle, l’Europe ne s’est pas encore positionnée sur ce marché économiquement stratégique. L’Asie fait en revanche figure de leader incontesté en la matière, et a pris en quelques années une avance indéniable.

Selon un rapport de la Commission Européenne, les batteries électriques fabriquées aujourd’hui dans le monde sont majoritairement d’origine asiatique : 85% proviennent en effet de groupes industriels japonais (Nissan, Panasonic), coréen (Samsung, LG) et, surtout, chinois (CATL, BYD).

L’Europe, qui ne couvre que 3% des volumes de production à l’échelle mondiale, est ainsi largement à la traine.

Les pays du Vieux Continent peuvent-ils espérer faire basculer cette tendance et remettre en cause l’hégémonie asiatique ?

La réponse que les institutions européennes semblent vouloir apporter à cette question est positive. Notamment si l’on se fie aux dernières annonces de la France et de l’Allemagne : les deux pays ont en effet officialisé la création d’un géant industriel du secteur des batteries pour voitures électriques.

Un projet d’intérêt européen commun

Le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Peter Altmaier, ont annoncé ce jeudi 2 mai le lancement d’un projet destiné à créer un géant industriel européen de la batterie. L’objectif de ce plan est simple : faciliter la mobilisation de fonds publics et privés afin de favoriser l’émergence sur le sol européen d’une filière de production de batteries de 4ème génération pour voitures électriques

“Nous investirons entre 5 et 6 milliards d’euros dans ce projet”, a expliqué Bruno Le Maire. “1,2 milliard d’euros au maximum proviendront de subventions publiques. Le reste, à savoir 4 milliards environ, sera de l’argent privé”, a-t-il détaillé en se félicitant d’une nouvelle “étape majeure” dans la longue histoire de l’industrie européenne.

Le lancement de cet Airbus de la batterie, en référence au géant européen de l’aéronautique, vise à garantir l’indépendance technologique et la souveraineté économique des pays du Vieux Continent. C’est la raison pour laquelle la Commission Européenne a donné son aval au projet et l’a reconnu comme étant “d’intérêt européen commun”. En d’autres termes, les États impliqués pourront verser des subventions sans contrevenir à la réglementation sur les aides d’État et la concurrence.

Vers une filière forte et complète

Selon les informations fournies par les deux ministres lors de la conférence de presse, ce projet va fonctionner selon une logique de consortiums. Il s’agit de favoriser l’émergence de diverses initiatives européennes, complémentaires les unes avec les autres.

Ces consortiums contribueront à constituer une filière au sein de laquelle se trouveront l’ensemble des compétences et savoir-faire nécessaires.

Bruno Le Maire a à ce titre expliqué que la filière européenne intègrera à terme “l’extraction des minerais, la réalisation des cellules, la réalisation des batteries, leur intégration aux voitures et le recyclage des batteries”.

La première initiative sera la création de divers lieux de production en France et en Allemagne.

Une première usine pilote, qui permettra la création de 200 emplois, devrait ouvrir ses portes en France d’ici l’horizon 2020. Deux autres usines seront ensuite érigées en France et en Allemagne d’ici 2023. Chacune d’elle permettra de créer “au minimum” 1.500 postes.

Pour l’heure, ces unités de production permettront de fabriquer des batteries “liquides améliorées”. Mais d’ici l’horizon 2025, elles se concentreront sur la fabrication de batteries de 4ème génération : des batteries dites “solides” dont la densité énergétique est plus élevée et le fonctionnement plus stable.

De par son essence, ce projet a pour vocation de s’ouvrir à d’autres États-membres de l’Union Européenne.

L’Italie, la Belgique, la Pologne, la Finlande ou encore l’Autriche ont d’ailleurs déjà manifesté leur intention de rejoindre cet Airbus de la batterie lors d’un appel à manifestation d’intérêt lancé par la commission européenne.

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective