Les Français sont-ils prêts à changer pour sauver la planète ?

Une étude Opinionway pour PrimesEnergie.fr a été réalisée sur ce que les Français sont prêts à faire pour sauver la planète. Elle révèle notamment qu’1/4 des Français sont climatosceptiques dont 36% chez les plus jeunes (18-24 ans). 

Interview de Nicolas Moulin, fondateur de Primes énergie.fr

Quels sont les enseignements principaux qu’il faut retenir du sondage ?

Tout d’abord, 2 chiffres à la fois surprenants et inquiétants ressortent de cette étude. Malgré des effets déjà tout à fait perceptibles, 23% des répondants sont climatosceptiques et 48% pensent qu’il est trop tard pour inverser la courbe du réchauffement climatique !

Pire encore, la jeune génération est particulièrement touchée par le phénomène avec 36% des 18-24 ans qui se déclarent climatosceptiques…

Malgré tout, on remarque que la grande majorité des Français se déclare prête à faire des efforts au quotidien. Mais là-aussi, les résultats sont assez surprenants.

Dès qu’on parle de préserver l’environnement, les gens pensent à la consommation d’eau, à manger des produits locaux et de saison… mais plus rares sont ceux qui pensent à agir sur leur logement alors que le bâtiment est responsable de 45% de la consommation d’énergie d’un pays !

Bien que des aides aient été mises en place et renforcées depuis le début de l’année 2019, il reste encore un travail important à faire sur l’information des ménages sur ces sujets. Même s’il serait faux de dire que les particuliers ne connaissent pas ces dispositifs.

Chez PrimesEnergie.fr, nous traitons 600 dossiers par jour : cela montre bien que les Français prennent de plus en plus conscience de l’importance de ces aides.

Enfin, l’étude indique que 62% des Français interrogés estiment que seule la contrainte législative serait efficace pour véritablement changer les comportements…

Un chiffre qui peut sembler surprenant. Pourtant, mieux que la contrainte, c’est la poursuite de politiques incitatives qui permettra de relever ce défi climatique sans précédent.

La transition écologique est-elle une notion trop abstraite pour les Français ?

Je ne dirais pas qu’il s’agit d’une notion trop abstraite, je pense même que les Français sont bien conscients de l’enjeu qui est devant nous. 9 Français sur 10 considèrent fondamental de réduire sa consommation d’énergie, et 68% ont déclaré que le sujet de la transition énergétique avait toute sa place dans le Grand Débat.

Le véritable enjeu au fond, c’est le financement de cette transition énergétique, dans un contexte tendu où la question du pouvoir d’achat est centrale… ¾ des Français estiment que ce n’est pas à eux de supporter le coût de cette transition énergétique, et 63% déclarent qu’il y a d’autres sujets plus prioritaires tels que l’emploi, la sécurité, la santé, le pouvoir d’achat…

Des thématiques qui sont pourtant intimement liées à ces enjeux environnementaux : fin du monde et fin du mois relèvent du même combat.

La Secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire Brune Poirson l’a d’ailleurs souligné : la transition écologique n’est pas et ne sera pas financée avec l’argent du contribuable.

Dans le contexte actuel, c’est à nous, professionnels du secteur, de poursuivre nos actions pour contribuer de la façon la plus forte possible à relever ce défi climatique sans précédent.

Y compris en donnant toutes les clés aux particuliers pour qu’ils aient pleinement connaissance des aides qui sont à leur disposition, notamment en matière de rénovation énergétique.

Raison pour laquelle nous venons de signer la charte « Engagé pour FAIRE » (Faciliter, Accompagner, Informer pour la Rénovation Énergétique), pour s’engager à communiquer sur les objectifs du Plan de rénovation énergétique des bâtiments et à mettre en place des actions et offres commerciales pour parvenir à les atteindre…

Le nucléaire est souvent pointé du doigt… Or cette énergie permet d’avoir l’un des mix électriques les plus décarbonés au monde. Pensez-vous qu’il y a une désinformation ou une méconnaissance sur le sujet ?

Sur le nucléaire, deux opinions paradoxales s’imposent dans le débat, la première en effet entend démontrer chiffres à l’appui que le nucléaire serait l’énergie la plus décarbonée et au passage que si la France est un bon élève au niveau européen en termes d’émission de CO2, c’est bien grâce au nucléaire.

L’autre opinion met en avant la gestion complexe des déchets et surtout le coût exponentiel pour maintenir puis plus tard démonter les centrales nucléaires vieillissantes.

Les détracteurs pointent également du doigt les retards et l’explosion des coûts de construction de l’EPR de Flamanville qui devait initialement sortir de terre en 2012.

Et je ne parle même pas des peurs qui sont de retour depuis l’accident de Fukushima, désormais les rapports de l’ASN sont scrutés de près…

Dans une certaine mesure ces 2 opinions sont justes, notre position chez Vos Travaux Eco, c’est qu’il faut dépasser ce débat, notre conviction c’est que quelles que soient nos sources d’énergie, le meilleur moyen d’amoindrir le problème que ça représente est de moins consommer et que c’est tout à fait possible.

C’est un cliché mais ça reste plus vrai que jamais, l’énergie la moins chère pour l’environnement et pour le portefeuille des gens, c’est celle que nous ne consommons pas.

Notre combat est donc bien de réduire cette consommation par les travaux d’économie d’énergie et en utilisant la puissance et la praticité des outils numériques pour accompagner les particuliers dans cette démarche.

C’est tout l’objet de la campagne gouvernementale « FAIRE » lancée par François de Rugy et à laquelle notre entreprise est associée car rappelons que la consommation d’énergie dans le logement représente près de 45% de l’énergie consommée en France.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Le slogan ci-dessus “la meilleure énergie est celle qu’on ne consomme pas” est totalement absurde pour ne pas dire stupide. Il est issu d’une ONG antinucléaire, Négawatt qui n’en est pas à une idiotie près. Car il ne s’applique évidemment pas à ceux qui sont en “précarité énergétique”, ou à ceux qui se privent de chauffage l’hiver au détriment de leur santé.
    Le vrai slogan serait “la meilleure énergie est celle que l’on de GASPILLE pas”, associé à “la meilleure énergie est celle qui ne pollue pas”. Car énergie et développement économique sont très intimement liés : si on respecte les principes d’efficacité énergétique et de décarbonation de l’énergie produite, le développement de sources énergétiques respectueuses de l’environnement (au premier rang desquelles le nucléaire) permettra de résoudre les problèmes de chômage et de pouvoir d’achat, ainsi que de qualité de vie à laquelle aspirent tous nos concitoyens.
    Il faut opposer la confiance en la technologie et au progrès de la science à l’obscurantisme ou au militantisme politique faussement écologique.

    Répondre
    • Avatar

      Notre association “Les Compagnons d’EOLE ” “CLUB H2 & Graphène et Transition énergétique s’engagent pratiquement dans une véritable transition énergétique! Mais nous nous méfions des curés de l’environnement! Ainsi, si nous reconnaissons le fait du réchauffement climatique sans dogmatisme, nous trouvons qu’il est prétentieux de vouloir sauver la planète et qui n’a que faire d’un siècle industriel d’inconscience! Ceci étant dit, non, nous ne sommes pas d’accord pour la voie facile de la taxation tant des carburants pour voitures, ni autres taxes, sauf les accises sur le carburant aviation (kérosène) et le fuel +/- lourd maritime! Oui, cependant à une contribution d’impact négatif sur les comportements d’achats de produits importés intercontinentaux, ce qui favoriserait les producteurs locaux ou du moins européens stricts. Mais sans aucun doute, les lobbys traders-spéculateurs veillent au (grain) plutôt aux gains! Oui à une solidarité environnementale, non à un collectivisme sclérosant, fut- il vert ou prétendu vertueux ou vert-tueur d’initiatives

      Répondre
  • Avatar

    Les français sont pour la transition écologique sur le fond mais ne veulent pas en faire les frais au travers de taxes qualifiées d”injustes. C’est comme pour tout, la transition passera par l’éducation.

    Répondre
  • Avatar

    Aucun problème écologique ne peut être résolu tant que la classe politique n’aura pas définitivement tranché sur le choix des technologies qu’on doit utiliser. Comme vu sur le précédent commentaire, j’expliquais que finalement les ENR n’avaient apporté aucune solution, même pire les Energies renouvelables ont amplifié les problèmes écologiques. En effet, à présent on se doit de gérer la pollution liées aux énergies fossiles, en plus de la pollution liée aux Energies renouvelables. Bref, le gouvernement n’a pas substitué les énergies fossiles par les énergies renouvelables, mais a eu l’hypocrisie de cumuler les deux ensembles d’énergies pour en profiter à doper notre croissance faible à crédit au lieu de gérer la décroissance ! Tout ça enrobé à ce que l’on appelle le Mix énergétique ou Bouquet énergétique, je cumule tout, je ne renonce à rien…. bien entendu au profit du secteur marchand qui se dérobe au moment de gérer les crises de dettes et les crises de pollution…

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective