Le financement participatif, accélérateur de la transition énergétique

Tribune de Nicolas de Feraudy, Directeur Général de Lendopolis (Interview de N. de Feraudy à retrouver sur notre site partenaire Energies de la mer)

La nécessité d’accélérer la transition énergétique fait aujourd’hui consensus sur l’ensemble du territoire national. L’emballement du réchauffement climatique et ses conséquences sur le milieu naturel et la biodiversité ne sont plus à démontrer.

Si à l’échelle nationale, le développement des énergies renouvelables (désormais à parité économique avec les modes de production énergétique conventionnels), est bien accueilli par la population, l’acceptabilité concernant le déploiement de nouvelles capacités d’énergies renouvelables peut parfois être plus délicate à obtenir localement, à proximité des installations.

Le financement participatif peut être un levier intéressant pour accompagner les projets renouvelables, et la transition d’une production monopolistique et centralisée vers une production d’énergie désormais libéralisée, décentralisée et verte.

Au XXe siècle, des moyens de production centralisés et déclarés d’intérêt général

De l’essor des barrages hydroélectriques au développement de l’industrie nucléaire, la France a hérité d’un patrimoine énergétique centralisé, conçu pour appuyer le développement de l’industrie civile et militaire, et assurer une souveraineté électrique.

Présentant un impact environnemental fort (vallées condamnées, gestion des déchets et risques sanitaires), ces centrales ont par ailleurs été exploitées sous forme de concessions et/ou développées par des entreprises d’Etat.

Déclarées “d’intérêt général”, leur mise en oeuvre est intervenue alors que les questions environnementales étaient encore peu présentes dans le débat public.

Les communes avoisinant les centrales ont par ailleurs bénéficié de retombées économiques importantes, sous forme de création d’emplois, doublées de retombées fiscales et d’investissements publics importants, facilitant d’autant leur implantation et leur acceptation.

Libéralisation du marché et énergies renouvelables, une double rupture du modèle énergétique

Les centrales éoliennes et solaires composent un système de production décentralisée sur tout le territoire : 1800 parcs éoliens assurent ainsi environ 6% de la production d’électricité.

Leur implantation dans le paysage peut faire localement l’objet de scepticisme ou d’opposition, d’autant que ces modes de production d’énergies renouvelables ne bénéficient pas de déclaration d’intérêt général.

L’essor des énergies renouvelables intervient en parallèle de la libéralisation du marché de l’électricité. Développées par des sociétés indépendantes et souvent méconnues, les centrales éoliennes et solaires ne bénéficient pas de l’aura de bienveillance de l’énergéticien national.

Des projets utiles… mais ailleurs !

Un certain nombre de projets d’énergies renouvelables doivent faire face à une opposition et à une hostilité manifeste de la part des riverains ou d’associations d’opposants. Ces derniers ne s’opposent pas forcément à la transition énergétique ni au développement des énergies renouvelables, mais dénoncent des PUMAS, des “Projets Utiles Mais Ailleurs”.

Un phénomène cristallisé par les nouvelles exigences de démocratie, d’information et de transparence, dynamisées par les réseaux sociaux.

Sous l’égide de l’Etat, les grands projets tels que les parcs éoliens en mer font l’objet d’une longue procédure de Débat Public, et les territoires bénéficient de retombées économiques spécifiques.

Pour les projets de plus petite taille, les développeurs doivent organiser seuls la concertation et faire preuve de pédagogie pour mettre en valeur la pertinence écologique et économique des projets.

La transition énergétique, participative par nécessité

Pour assurer une meilleure intégration de ces projets sur les territoires, l’association des riverains à la conception des projets est impérative, de la phase d’étude jusqu’aux retombées économiques.

L’objectif étant de développer des projets véritablement participatifs, faisant l’objet d’une appropriation par les territoires, moins sujets aux recours juridiques et avec des durées de développement réduites.

Il s’agit en premier lieu d’informer le public, avec pédagogie, sur la pertinence des nouveaux moyens de production renouvelables dans un contexte de réchauffement climatique.

Un projet développé le plus tôt possible en concertation avec les riverains, élus et associations aura ainsi de meilleures chances d’aboutir, en particulier lorsqu’ils sont associés au dimensionnement des installations.

L’autre aspect participatif est évidemment celui du partage des bénéfices économiques. Plusieurs options s’offrent aux développeurs, de l’implantation sur des parcelles communales à l’ouverture du capital aux collectivités ou aux riverains.

En amont ou en complément d’une ouverture de capital, le recours à une opération de financement participatif est une alternative facile à mettre en oeuvre, qui permet au plus grand nombre de bénéficier d’un placement avantageux avec un risque modéré.

——–

(Interview de N. de Feraudy à retrouver sur notre site partenaire Energies de la mer)

commentaires

COMMENTAIRES

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective