Equateur: baisse du prix des carburant, selon l’accord conclu avec les indigènes

Le gouvernement d’Équateur a mis en place vendredi la réduction du prix des carburants prévue dans l’accord signé la veille avec le mouvement indigène qui a mis fin à plus de deux semaines de manifestations et de blocages routiers.

Prévue dans l’accord conclu jeudi sous la médiation de l’Église catholique, la baisse de 15 cents de dollars pour les carburants a été appliquée dès vendredi. Le gallon (3,7 litres) de gazole est ainsi passé de 1,90 à 1,75 dollars et l’essence de 2,55 à 2,40 dollars.

La signature de l’accord a mis fin à dix-huit jours de protestations, parfois violentes, menée par la Confédération des nationalités indigènes d’Équateur (Conaie) contre la cherté de la vie et notamment le prix des carburants.

A bord d’autobus et de camions, ornés de drapeaux équatoriens et de la Wiphala, bannière des peuples indigènes, des milliers de protestataires ont commencé à quitter Quito dès jeudi soir pour rentrer dans leurs régions des Andes et de l’Amazonie.

Outre la mobilisation dans la capitale, où se sont rassemblés jusqu’à 10.000 manifestants, des blocages de routes ont touché 19 des 24 provinces du pays, selon des données officielles.

La contestation a fait six morts, dont un militaire, et plus de 600 blessés parmi les civils et les forces de l’ordre. Environ 150 personnes ont été arrêtées.

Dans le cadre de l’accord, le gouvernement a également abrogé un décret sur l’extension de l’exploitation pétrolière en Amazonie, autre revendication des manifestants. Il a également lancé l’application d’autres mesures négociées, comme l’effacement de dettes de paysans auprès de la banque publique.

Ces dix-huit jours de contestation représente la plus longue mobilisation menée par la Conaie, active depuis les années 1990 et qui avait déjà participé au renversement de trois présidents équatoriens entre 1997 et 2005.

En 2019, le bras de fer lancé par la Conaie contre la fin d’une subvention aux carburants avait fait plier le gouvernement de l’ex-président Lenin Moreno (2017-2021) au prix de douze jours de manifestations et de blocages. Les troubles avaient fait 11 morts.

La communauté indigène représente plus d’un million des 17,7 millions d’habitants de l’Équateur.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective