Eolien : “le repowering, un levier important pour atteindre les objectifs de la PPE”

Dans le domaine de l’éolien, le terme de repowering est bien connu… Concrètement, ce terme anglais désigne le fait de tirer parti des innovations et de remplacer d’anciennes éoliennes par des modèles plus performants.

Zoom sur ces remplacements qui, selon Christophe Soulier, Responsable Repowering chez RES, conduiront à doubler la production des parcs concernés.

En quoi le repowering est il rentable ?

En France, les projets de repowering sont éligibles à un contrat d’achat (Complément de Rémunération) de 20 ans, dans la même compétition (Appels d’offres CRE) que les projets « neufs ».

Les parcs éoliens au-delà de 15 ans ont encore de la valeur mais ils souffrent à la fois d’une durée de vie restante limitée, et d’un prix de vente de l’électricité incertain, suite à la fin de leur contrat avec EDF OA.

Au plus tôt, les autorisations de repowering seront obtenues, et au plus tôt l’avenir du parc sera sécurisé : à la fois sa durée de vie, mais également son prix de vente d’électricité avec une visibilité sur 20 ans.

Cette sécurité dans la vente d’électricité, couplée à une augmentation significative de la production (X2 en moyenne) en installant des turbines plus grandes, permet d’augmenter la valeur des parcs éoliens.

Le principal intérêt du repowering est -il de « booster » la production d’électricité verte ?

Le repowering, c’est participer activement à l’atteinte des objectifs de transition énergétique. Ces parcs éoliens en fin de contrat d’achat (15 ans) peuvent souvent fonctionner 5 à 10 ans supplémentaires, mais ceci conduira inévitablement à une baisse des capacités EnR si ils ne sont pas renouvelés.

Les parcs qui sont renouvelés augmentent leur production et in fine, cela permettra de véritablement « booster » la production d’électricité verte.

En renouvelant un parc éolien, il est possible de doubler sa production (+123% en moyenne et +300% sur les meilleurs projets de RES).

A l’échelle de la France, RES estime qu’en moyenne, le repowering conduira à doubler la production des parcs concernés. Le repowering peut être un levier important pour atteindre les objectifs de la PPE, qui sont très ambitieux concernant l’éolien terrestre, pour lequel la délivrance de nouvelle autorisation est de plus en plus difficile.

Quel est le marché du repowering en France ?

Les premiers parcs éoliens vieillissent. Ils ont été construits dans les années 2000 à 2006 avec des éoliennes de petite dimension, peu efficaces comparées aux technologies actuelles.

A l’issue de leurs 20 premières années de fonctionnement, le contrat d’achat d’électricité signé avec EDF OA (Obligation d’Achat) prend fin. Sur le marché français, 6GW seront concernés en 2025 ; 10GW en 2030.

Ces projets représentent un réservoir potentiel de nouvelles capacités.

Comment pallier les difficultés administratives qui bloquent ces repowering ?

De nombreux parcs éoliens se situent dans des zones qui sont désormais non-compatibles avec le développement éolien en raison de règlementations mises en place après leur construction.

Les contraintes aéronautiques et radar (civiles, militaires, et météorologiques) contraignent particulièrement la capacité du repowering à augmenter la production des parcs.

Cet enjeu est majeur et complexe. Par conséquent, pour permettre d’utiliser le potentiel du repowering, il est indispensable que les autorités en charge de ces zonages (Armée, Météo France, Aviation civile) acceptent d’ouvrir des dialogues constructifs avec les porteurs des projets, et leurs organisations professionnelles (SER et FEE), dans un objectif de faire cohabiter ces activités existantes.

La clé n’est-elle pas de faire appel à la participation citoyenne ?

La participation citoyenne est un outil formidable d’appropriation des projets EnR par les territoires et les riverains. Ces montages prennent de plus en plus d’ampleur pour les projets éoliens.

Les projets de repowering présentent généralement une meilleure acceptabilité locale que les nouveaux projets, car les parties prenantes locales connaissent déjà très bien l’énergie éolienne, et en particulier son intégration sur leur territoire.

Ils voient souvent les avantages du repowering : rénover le parc éolien, produire plus, sans ajouter de nouveaux mâts et ainsi pérenniser cette activité, ainsi que les revenus fiscaux qu’elle apporte au territoire.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Le parc eolien le plus ancien de France, connecté au réseau en 1991 est représentatif de cette mise à niveau permettant d’illustrer le progrès technologique tout en démontrant que la durée de vie des éoliennes peut être d’au moins 30 ans.

    Répondre
  • Avatar

    1°) Des rotors plus grands et peut être des supports plus hauts sur les mêmes fondations??? de deux choses l’une: ou bien ces fondations avaient été mal calculées et sont très surdimensionnées, ou bien elles seront sous dimensionnées après ce repowering avec un risque de “déracinement” en cas de tempête.
    2°) Les lignes de transport d’électricité, même question: on ne double pas les intensités ou les tensions sans changer les câbles, les transformateurs et peut être même les supports. Au final, il faudra tout changer.

    Imaginez vous doubler (ou tripler) la puissance du moteur de votre voiture sans changer l’embrayage, la boîte de vitesse, les transmissions, les pneus, le refroidissement, les freins, l’échappement…

    Répondre
  • Avatar

    Pour faire accepter leurs machines à des populations inquiètes pour leur paysage familier les promoteurs éoliens avaient déclaré que les éoliennes devaient disparaitre des sites au bout de vingt ans .
    On voit aujourd’hui le crédit qu’il fallait accorder à leurs promesses .

    Répondre
    • Avatar

      @sirius
      C’est votre dernière invention cette promesse faite il y aurait 30 ans pour certains ? Vous aviez quel âge il y a trente ans pour en avoir été témoin ? Vous ne savez vraiment plus quoi inventer

      Répondre
      • Avatar

        Informez vous . Bien sûr pas auprès du lobby .
        En 1855 je n’étais pas à Waterloo ,pourtant on sait tous (?) ce qui s’y est passé .

        Répondre
        • Avatar

          Oui montrez moi les écrits des historiens qui rapportent que les installateurs d’eoliennes disaient qu’elles seraient démontées 20 an plus tard,!

          Répondre
          • Avatar

            Alors ça vient ces écrits des historiens ? Finalement je vous retourne votre suggestion…. informez vous, pas auprès des lobbys qui lancent 20 ans après que les constructeurs d’éoliennes avaient dit qu’il démonterai leurs installation 20 ans plus tard…. Moi j’étais là à Port La Nouvelle, au pied le l’éolienne qui était la première à se connecter au réseau en 1991. Et des 3 discoureurs officiels de la cérémonie, aucun n’a parler de démontage à une date quelconque, ce n’était pas d’actualité, votre histoire c’est le bidon habituel des bruits lancés par le lobby nucléaire qui est affolé de voir qu’il faut maintenant faire face à un véritable concurrent qui cumule les atouts et éclaire sur les limitations et les défauts du nucléaire. En luttant au profit de ce lobby vous vous tirez une balle dans le pied, vous êtes suicidaire.

        • Avatar

          Je suis d’accord avec vous Sirius. Waterloo, morne plaine..Avec ces hideuses machines tous nos paysages sont de plus en plus mornes. Je déteste ce mode d’énergie et suis une anti-éolienne depuis longtemps.

          Répondre
          • Avatar

            Mais 300 000 pylônes de 90 m de haut faits de poutrelles enchevetrées nécessaires uniquement pour les supperpuissances sorties des centrales nucléaires sur des lignes à 400 000 volts ne vous dérangent pas. Pas plus d’ailleurs que les autres constructions humaines dont votre propre maison qui dénature t la beauté de la nature.?

    • Avatar

      En revanche moi j’étais là en 1991 lorsque la première éolienne du plus ancien parc français a été connecté au réseau en ….1991, à 25 KM de chez moi, Sur le rocher qui surplombe Port la Nouvelle (Aude).
      Dans les discours qui se sont enchainés des officiels il n’était pas question de promesses de démontage au bout de 20 ans. En revanche, une échéance a été donnée par le Président des Ciments Lafarge venu tout spécialement de Paris pour cet évènement. Car le terrain a qui appartient le terrain sur lequel ces éoliennes étaient dressées appartient au ciments Lafarge et il a annoncé qu’elles étaient là pour au moins trente ans, c’est-à-dire la durée du bail signé avec le PDG de la société exploitante qui a construit les éoliennes. Mais la Direction des ciments Lafarge a changée entre temps et le bail n’a pas été renouvelé, les objectifs de Lafarge ont certainement changé. Le parc a été entièrement démonté et recyclé par Engie-Green qui avait racheté ce parc il y un peu plus de 10 ans et qui a trouvé un nouveau terrain un peu plus loin sur lequel ils sont actuellement en train de construire un nouveau parc dont la puissance sera 50% supérieure avec pourtant une éolienne de moins, d’après le responsable avec qui je me suis entretenu lors des opérations de démontage au début de cette année. les anciennes avaient donc déjà près de trente ans et elles pouvaient durer certainement encore au moins autant d’après ses dire mais ce qui les condamnait c’était leur performance car des progrès considérables de nature à majorer leurs performance de 50%, rien que dans les profils des pales avec un spectre de vitesse de vent doublé, durant ces trente années et son regret était qu’il est très difficile d’obtenir des durées de concession d’exploitation à la hauteur de ce que peuvent durer les éoliennes construites aujourd’hui.
      Décidément vous parlez de ce que vous ne connaissez pas en colportant n’importe quoi sans même vous rendre compte du ridicule de ce que vous dites.
      Comme si des gens qui ne voulaient pas de ces éoliennes il y a 20 ans s’était montrés finalement satisfait après qu’on leur aurait dit qu’elles seraient démontés dans 20 ans.et avaient finalement accepté ces moulins comme si on leur avait dit, vous savez que ce n’est que pour quelques jours….. quelle misère des gens aussi peu rationnels que vous.

      Répondre
  • Avatar

    Bien sur la législation à évoluée. Il y a 20 et 30 ans on été dans le questionnement et dans l’apprentissage de ce nouveau moyen de produire de l’électricité

    Répondre
    • Avatar

      Je suis au moins autant que vous au courant des débats dans la population au sujet des projets éoliens alimentés par le lobby nucléaire et non par le développement exagéré comme vous l’écrivez si tendancieusement..
      La seule exagération que je vois à ce développement c’est l’anachronisme de la répartition des l’éolien terrestre dont 60 % des turbines se trouvent localisées dans deux régions contigües qui plus est (bravo pour la recherche du foisonnement), dont une, le grand Est est une des moins ventée de France, alors que la mienne qui est la plus ventée du pays, et de loin, est sous équipée. Mais cette anomalie ne résulte que de ce que les demandes de permis ici et d’autres régions de France sont trois fois plus attaqués devant les tribunaux que dans le Nord-Pas-de-Calais et le Grand-Est occasionnant des retard allant jusqu’à 8 ans lorsque les derniers recours ont étés épuisés. Il faut comprendre les entrepreneurs qui plutôt que lutter contre ceux qui se livrent à un véritable sabotage de l’avenir détournant l’état de droit, se tournent vers les régions où ils sont mieux accueillis par des populations plus rationnelles.
      Les mêmes agitateurs qui s’opposent systématiquement à ces projets ne se sont pas rendu compte que pour la majorités des raisons invoquées on devrait raser leur maison car les constructions humaines dénaturent toutes les paysages naturels. Et pire encore les installations industrielles souvent d’une laideur sans comparaison possible avec l’élégance d’une éolienne et je songe aussi aux pylônes supportant les lignes THT que je vois beaucoup plus lorsque je me déplace que les éoliennes dont ne partent aucune lignes aériennes.
      Non Cochelin je n’ignore pas mais je déplore de voir tant de mes contemporains abusés par les intérêts d’un lobby et qui se laisse mener comme un troupeau de moutons que l’on effraie devant les moulins de Don Quichotte alors qu’en Hollande la procession des touristes vient admirer les alignements de moulins de Kinderdijk van Alblasserdam

      Répondre
      • Avatar

        A propos de pylônes de lignes THT, dommage pour vous qui n’aimez pas en voir, car par leur nombre croissant les éoliennes, ont besoin de ces lignes THT, donc : + de moulins = + de jolis pylônes à admirer.
        C’est possible que certains aillent voir les alignement d’aérogénrateurs de Kinderdijk, ce qui ne veut pas dire qu’ils souhaitent les voir de chez eux.

        Répondre
        • Avatar

          Non dommage pour vous car ils ne sont nécessaires que pour la THT sortie des puissances qui se chiffrent en GW et les éoliennes pourraient se contenter de MT enterra le d’ailleurs vous ne trouvez aucune ligne aérienne partant d’un parc eolien ou ppv. Ils ne nécessitent aucune ligne aérienne supplémentaire mais elle s seront contrainte de ce connecté malheureusement au réseau existant.
          La MT EST ENTERRÉ pas un seul pylône en Hollande qui ne fait que de la Mt!
          Vous croyez tout savoir !

          Répondre
  • Avatar

    Autant il peut être judicieux de rénover un parc en fin de contrat (20 ans), autant il est déraisonnable de vouloir doubler ou tripler la capacité de production, pour les raisons suivantes :
    – cela oblige à refaire de nouvelles fondations avec des mâts plus hauts et des pales plus grandes, et à démolir des fondations lourdes en béton armé qui pourraient encore servir, c’est très critiquable d’un point de vue environnemental et économie circulaire, sans parler du CO2 émis pour ces opérations , directement ou via l’acier et le béton de nouveau nécessaire…
    – c’est un mensonge par rapport à la promesse faite aux riverains à l’origine, de toutes façons cette opération nécessite une nouvelle enquête publique, car l’impact visuel et environnemental sera significativement augmenté
    – cela oblige aussi à refaire un raccordement électrique, avec probablement de nouveaux câbles (1 cable a une capacité de 12 MW d’évacuation vers le disjoncteur du poste source), voire un nouveau poste source si la capacité est saturée.

    Si l’on veut du développement durable, il faut viser dans une opération de repowering la réutilisation des mâts et massifs de fondation existants, sans impact environnemental supplémentaire, et rénover les parties actives (pales et alternateurs), avec une puissance le cas échéant optimisée, dans la limite de la puissance de raccordement.

    En terme contractuel, il n’est pas normal que, dans le cadre de la PPE, des opérations de repowering concourent dans la même compétition que les nouveaux parcs, car ils ont bien évidemment un avantage concurrentiel (comment la CRE peut-elle laisser faire cela ?)
    Je propose de dédier toutes les opérations de repowering (ainsi que de nouveaux parcs) à des appels d’offre de fabrication d’hydrogène par électrolyse, avec pour critère de choix principal le prix de l’hydrogène, l’intégralité de la production du champ étant ainsi absorbée (2.100 heures / an) pour décarboner les transports et l’industrie, et, le parc étant raccordé au réseau, la production d’hydrogène pourra se faire en l’absence de vent avec l’électricité du réseau, hors heures de pointe pour éviter les moyens fossiles et importations.

    Cette proposition, si elle est retenue, permettra clairement de montrer que le développement de l’éolien sert à la transition énergétique, et pas à démanteler le nucléaire, et résoudra aussi le problème potentiel du stockage et le déséquilibre du marché de l’électricité causé par la priorité d’injection des ENR intermittentes.
    François Henimann
    Directeur raccordement d’ERDF (maintenant ENEDIS) de 2007 à 2011, époque de montée en charge de l’éolien et du solaire

    Répondre
    • Avatar

      A quoi sert cette production prioritaire,du courant nous en avons trop …..et pas assez en cas de pointe.
      La France est la bonne élève au niveau Européen au niveau émissions ( voire électricity map.com)
      Pourquoi payer 30Cents le kWh comme à Cestas alors q’Edf le vend 10 aux particuliers.
      L’éolien c’est pareil jamais là les jours d’anticyclone….juste là pour faire du fric…..jusqu’où la CSPE va monter pour engraisser les amis de M Rochain.
      Même les Mafias Calabraises investissent là dedans,l’électricité n’est pas une marchandise mais un bien public

      Répondre
      • Avatar

        @Blockhaus… je n’ai aucun ami dans la mafia et je ne connais personne non plus qui s’engraisse parmi mes amis avec des ENR quels qu’ils soient.
        En revanche, si ces éolienne ne sont jamais là quand on en a besoin, c’est très certainement parce que l’on n’en n’a pas planté assez puisque aujourd’hui encore et bien que cela aille un peu mieux que durant les 40 derniers jours où le secteur nucléaire n’arrivait même pas à fournir la moitié de la puissance installée l’éolien fait ce qu’il peut avec le peu d’investissement qui y a été fait contrairement aux fantasmes de Cochelin.
        Donc encore aujourd’hui donc, et bien que cela aille mieux les ENR ont fournit en moyenne dans la journée durant le pic d’une durée de 7 heures l’équivalent de la production de 16 réacteurs nucléaires, minimisant les importation d’ENR allemand….. puisqu’en Allemagne malgré votre aveuglement les ENR sont le plus gros contributeur à leur production d’énergie électrique depuis deux ans.
        Quant à Cochelin qui se plait à comptabiliser le paiement de l’énergie électrique fourni par les ENR dans la colonne des dons passés aux pertes et profits sous le nom de subvention, je me permet de lui rappeler que le nucléaire est en France subventionné à hauteur de 50 milliards par an soit environ 2745 milliards depuis que le nucléaire est venus complété les productions antérieures par ce nouveau procédé à partir de la seconde moitié des années 60.

        Répondre
        • Avatar

          Et où avez-vous vu le nucléaire subventionné à hauteur de 50 milliards par an ? Argument gratuit, comme d’habitude. EDF a emprunté et remboursé pour édifier ce parc. Et ce courant est en plus bradé en partie (pour 100 TWh par an) grâce au mécanisme le l’ARENH.

          Répondre
          • Avatar

            Mais mon cher Cochelin, c’est tout simplement 70% du chiffre d’affaire annuel de l’EDF qui correspond au paiement de l’électricité produite par le nucléaire selon votre propre définition de ce qu’est une subvention !!!

    • Avatar

      Mais bien sur Cochelin, c’est normal puisque le parc ENR augmente il produira plus d’électricité et il faudra la payer…. tant que vous n’aurez pas compris que ce que vous prenez pour des subvention c’est de l’achat d’électricité vous n’avancerez pas.
      Mais ce que vous ne voyez pas et qui est le nœud du problème qui aide à renflouer EDF qui est dans une situation catastrophique c’est que ces milliards dont vous parlez c’est une partie (certainement la plus grosse) de la CSPE c’est donc nous qui la DONNONS à EDF (que vous plaignez de vos grosses larmes de crocodile) pour qu’il achète cette électricité aux producteurs indépendants (que vous considérez comme des voleurs et des profiteurs dans votre erreur de cible). Et que va faire EDF de cette électricité qu’il n’a même pas vu passer puisqu’elle est directement injectée dans le réseau RTE ? Eh bien EDF va vous la facturer en contrepartie de votre consommation, autrement dit il va vous vendre de l’électricité qu’il a acheté avec votre argent. Elle est pas belle la vie ? Et tous les naïfs qui se font gruger dans cette histoire passent leur temps à hurler contre ceux qui les sauve, au moins en partie, d’une grosse ardoise de la dette EDF qu’il faudra quand même payer un jour car plus ils mettent des bâtons dans les roues de ces producteurs, moins la dette EDF peux s’amenuiser par ce royal cadeau qui lui permet d’encaisser des règlements sur de l’électricité produite par d’autres.
      Mais pour comprendre cela il faut sortir la tête d’autruche du sable

      Répondre
  • Avatar

    Combien de fois faudra-t-il redire que la peste des pylônes n’est pas une excuse au choléra des éoliennes .
    Pour l’argumentation paysagère et esthétique cf . les sites qui en traitent .
    Les associations de protection des paysages agissent contre toutes les atteintes aux sites , ceci depuis des lustres . Par exemple Sites & monuments crée en 1901 .

    Répondre
    • Avatar

      Et combien de fois faudra t’il répéter que vous vous payez notre tête avec cette fakes news ? Vous avez organisez 2 manif en 60 ans pour les pylônes sans doute ou plutôt même pas une seule… Alors qu’il y a 25 manfs par semaine contre les éoliennes en France et venez dire que ce n’est pas vrai.!
      Le lobby nucléaire n’organise des manifs et ne crée des associations de défense de son monopole énergétique QUE contre l’éolien et le solaire, bref Que contre ses concurrents. Et le reste c’est du bidon. Qui croyez vous convaincre ?

      Répondre
  • Avatar

    Comme il est vilain ce Rochain, dédaigneux envers ceux qui pensent autrement que lui. Ma maison est dans un bel écrin de verdure, en harmonie avec le paysage elle est construite là depuis des siècles, elle fait partie du patrimoine ancien de la France et de son histoire. Ce site a failli être en co visibilité de plusieurs aérogénérateurs. Notre village et certains autres avec notre association ont eu gain de cause. Vous feriez de même. Vous êtes sans aucun doute un citadin et un sacré porte-parole pour le business éolien.
    Je suis certaine que les moulins d’acier ont besoin de transporter leur électricité vers le réseau distribuant par des lignes haut voltage et moyen voltage. Enterrer ces cables est beaucoup plus cher et complex.
    Le lobby éolien prétend que les pylônes sont plus gênants que les éoliennes. Mais les pylônes sont plus petits, ne bougent pas et ne font pas de bruit. Les éoliennes ont besoin de lignes à haute tension, mais les lobbyistes comme vous ne l’admettent pas.

    Répondre
  • Michel

    C’est fou comme le “lobby nucléaire” à bon dos alors qu’il est bien connu que le “lobby des énergies éoliennes” n’existe pas, ni au Syndicat des énergies renouvelables (SER), ni à France énergie éolienne (FEE)…ni au parti écologiste.
    Si les éoliennes sont compétitives et “matures” alors il faut cesser de les subventionner avec l’argent des contribuables et des consommateurs (CSPE) en achetant obligatoirement leurs productions à des prix très supérieurs à ceux du marché pour engraisser des profiteurs qui se revendent les parcs éoliens !

    Répondre
    • Avatar

      Le lobby nucléaire non plus n’existe pas à commencer par le CEA, l’EDF, la SFEN, l’AIEA…..
      Les subventions dans les ENR cela n’exuste pas : Subvention= de l’argent contre RIEN ! Il s’agit d’engagement d’achat durant une période de durée déterminée de production à un tarif négocié qui permet à une filière d’atteindre la maturité donc, seulement un soutien comme nous soutenons le nucléaire de l’EDF …..depuis sa création à raison de 50 milliards d’euros par an aujourd’hui.
      Ceci dit je suis d’accord et je réclame pour certaines catégories d’ENR qu’il ne leur soit plus proposé de contrat de soutien. D’ailleurs, beaucoup aujourd’hui ne le demandent même plus.
      Je suis pour la suppression de cet aide pour l’éolien terrestre mais son maintient pour l’offshore posé durant encore probablement deux à trois ans, jusqu’à ce que les premiers posés en court de construction aient démontré leur viabilité économique inférieur à 60€ le MWh (à discuter).
      Pour l’éolien flottant il faut pour l’instant continuer jusqu’à une date encore indéterminée puisque nous sommes encore loin des construction elles-mêmes.
      Pour le solaire il faut continuer à aider les particuliers qui s’orientent vers l’autoconsommation mais dors et déjà supprimer les aides pour les projets industriels dont je suis bien placé (petit actionnaire dans une grande ferme solaire du Tarn mais je reçois les résultats d’exploitation de l’ensemble de l’installation et pas seulement de la petite part qui me concerne ) pour savoir qu’ils sont déjà très rentables.

      Répondre
  • Avatar

    M. R. a certainement des connaissance en matière de production d’électricité mais quand il parle de sites il en va tout autrement . Affaire de culture paysagère .Nul n’est parfait !

    La peste des pylônes n’est pas une excuse au choléra des éoliennes .

    Répondre
    • Avatar

      ET d’autres qui se prennent pour des étoiles se considèrent aussi comme les maitres à penser de ce qui est esthétique ou ne l’est pas.
      Mais l’un n’exclut pas l’autre.

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective