Eolien: Paris veut un développement progressif

Le déploiement de l’éolien en France, source de controverses récurrentes dans l’opinion, se fera à un rythme que la « société est prête à accepter », a assuré la nouvelle ministre de la Transition énergétique dans une interview à l’AFP.

« Il ne faut pas se raconter des histoires en disant la société française est prête à déployer (l’éolien) deux fois, trois fois plus vite », a jugé Agnès Pannier-Runacher dans cet entretien réalisé jeudi à Berlin à l’occasion de son premier déplacement à l’étranger à Berlin pour une réunion des ministres de l’Energie et du Climat du G7.

« Nous devons continuer le déploiement au même rythme qu’aujourd’hui, c’est à dire un rythme qui correspond manifestement à ce que la société française est prête à accepter », a-t-elle ajouté.

L’installation d’éoliennes terrestres suscite de plus en plus d’opposition, freinant la mise en place de ces projets.

Pour cette raison, le président de la République Emmanuel Macron a revu à la baisse en février les ambitions de la France en matière de développement des éoliennes.
L’objectif du gouvernement est désormais de multiplier par deux la capacité actuelle en 30 ans, plutôt qu’en 10 ans comme prévu jusqu’alors.

L’écart avec l’Allemagne dans ce domaine devrait donc croître car Berlin a placé le développement des éoliennes parmi ses priorités. Le gouvernement s’est ainsi fixé objectif de consacrer jusqu’à 2% de son territoire à cette source d’énergie.

« Il n’y a pas un seul sentier de décarbonation », s’est défendue la ministre, soulignant par ailleurs la volonté du gouvernement de « développer l’éolien en mer et le solaire ».

Mme Pannier-Runacher a toutefois défendu la nécessité d’une « simplification administrative » pour accélérer les projets d’éoliennes, qu’ils soient en mer ou sur terre.

« Le retard qu’on a sur le déploiement des énergies renouvelables est lié à des problèmes de procédures et des problèmes de contentieux », a-t-elle justifié.

En 2020, la France a accru ses capacités de production éoliennes de 8%, avec 1,3 gigawatt (GW) et 477 éoliennes supplémentaires, portant la totalité du parc à 18 GW, selon France énergie éolienne (FEE).

L’éolien a ainsi assuré 7,9% de la production électrique nationale (6,3% en 2019), ce qui en fait la 3e source derrière le nucléaire (environ 70%) et l’hydroélectricité.

commentaires

COMMENTAIRES

    • @Serge,

      Un brin prétentieux votre commentaire !!! –>  » l’acceptabilité qui n’est que la mesure de la puissance des lobbys  »
      – Pourquoi le Nord et le Grand-Est, riche en déploiement nucléaire, sont aussi et « riches » en déploiement éolien !???
      – Et pourquoi l’Aude, riche en retraités ne voulant pas être emmerdés et pauvre en capacité industrielle, est si « pauvre » en éolien !???
      – Que certaines cotes européennes, faibles en stations balnéaires pour retraités et riche de développements massifs dans l’Oil&Gaz, développent de l’éolien en mer parait logique… Que des cotes, riches en retraités ne voyant pas que le modèle de leur jeunesse est usé et d’autres part pauvres en infrastructures support pour des travaux marins importants et à l’échelle, soient plus difficiles à équiper est également logique !!!

      Les incantations, c’est comme les besoins, ils peuvent varier avec le temps, de nature et de volume. La réalité de terrain c’est autre chose et le besoin d’en tenir compte aussi est important (si on veut rester en démocratie)…

      Répondre
      • Le gisement éolien offshore dans le golfe du Lion est celui qui a le plus de valeur au niveau du facteur de charge en France, mais aussi du foisonnement entre les 3 façades, et encore plus: cette zone est généralement ventée lors des périodes anticycloniques hivernales (la façade atlantique et de la Manche aussi, mais dans une moindre mesure, et avec un moindre foisonnement avec le parc onshore du N du pays).
        Si la France veut un développement réussi de l’éolien, cela passe nécessairement par un accent particulier dans cette zone-là.
        Onshore, cette zone possède également un gisement solaire à l’année avec un certaine production en hiver (évidemment bien moindre qu’en été, mais tout de même significative) alors que le N de la France est souvent dans le brouillard.

        Répondre
        • Exact, Marc, quant à installer de l’éolien, hélas intermittent, autant le faire intelligemment, là ou la probabilité d’avoir un vent suffisant est la moins mauvaise, et en écartant les sites les une des autres, sur les différentes façades.

          Répondre
          • Le foisonnement existe au niveau national. Davantage que ce que m’aurait dit mon intuition.
            Evidemment, ça ne supprime pas les énergies de compensation pour autant.
            Mais sur un parc installé, et très mal réparti entre le N et le S, de 19 GW, la puissance délivrée se situe le plus souvent entre 2 et 10 GW (au-delà ce quoi la production peut être écrêtée).
            Si le foisonnement n’existait pas, on serait le plus souvent à 0 (ce qui est très rare) ou 19 GW (ce qui n’arrive jamais).

          • @Régis Isambert,

            Si vous n’attendez rien de l’état, vous pouvez immigrer si vous le désirez !!!
            Vous êtes libre, l’état ne vous retiendra pas soyez en sur ! Il y a tout plein de pays 100% ENRi et/ou Bas carbone sur cette planète ou vous serez fort bien accueilli, en Héros même…

          • APO et oui il a de plus en plus de pays avec 100% d’ENR en plus de tous ceux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75% d’ENR dans leur mix et qui accélère leur développement ..c’est un mouvement mondial qui est déjà enclenché et qui s’accélère suite à la crise actuelle … ça aussi c’est du factuel que tout le monde peut très facilement vérifier

        • @Marc,

          Bien d’accord avec vous, mais pourquoi il n’en est rien sur le terrain !? Le sieur Rochain de son Aude actuel, que fait-il là-bas !???

          Les zones sinistrées du fait de la désindustrialisation ont été des bonnes terres d’accueil pour l’éolien (à l’excès parfois…).

          Répondre
          • L’exces n’est justement pas ici mais à l’autre bout de la France, en Hauts de France et Grand Est, alors qu’ici, chez moi dans l’Aude nous sommes le département le plus venté de la france et proportionnellement en sous-équipement.
            https://mapthenews.maps.arcgis.com/apps/instant/media/index.html?appid=11fbf3f54b4a48e49320cd97333c4f1d

            Vous constaterez que ma région est équipée de 2,8 fois moins d’éoliennes que les Haut de France avec un territoire 1,5 fois plus étendue que les Hauts de France.
            L’implantation du renouvelable en France c’est faite n’importe comment, presque que de la façon dont on voudrait que ses résultats soient ridicules et incohérents.

          • @Serge Rochain,

            A qui la faute, quand tous les développements sont issus du privé ?
            La fédération Française de l’éolien (FFE) n’est-elle pas capable de mettre de l’ordre !? et de pousser pour un rééquilibrage (ce n’est plus un petit Lobby n’ayant pas droit au chapitre !!!)

            Si certaines communes des Hauts de France et de l’Est, victimes de désindustrialisation poussent pour des projets éoliens, c’est aussi à leur honneur. –> Que font les communes rurales de l’Aude ??? (peut-être trop remplies de retraités ne voulant pas être importuné !?)
            Si c’est le cas, que peut faire l’état !?

          • Ce n’est pas le privé qui lance les appels d’offre ! Il ne peut qu’y répondre. Ensuite on lui met des bâtons dans les roues avec 3 procès en moyenne par projet ! Et l’état laisse faire sans faire condmaner les plaignants pour abus devant les prétextes qui sont déballés durant les procès qui traînent des années.

          • @Serge Rochain,

            La communauté de communes, là où j’ai grandi a fait comme une grande son plan de transition énergétique !!! Elle a positionné des zones de développement, fait des enquêtes publiques et communiqué sur le sujet. Les zones sont ensuite parties en Appels d’Offre !!! L’état a validé (via la préfecture) les procédures d’Appels d’Offre – (point barre)

            L’état n’a pas les moyens d’aller chercher toutes les zones dans tous les territoires, vos propos, toujours flagellant l’état sont ridicules et hors sol !!!
            1 – Ou les zones rurales se préparent et s’organisent (c’est le mieux et les communes et maintenant les communautés de communes qui ont les moyens de préparer ces zones de développements et d’en informer leur population pour une acceptation large !!!) en lien avec la préfecture !!!
            2 – Ou les promoteurs font du Lobbying à tout va, que les communes valident ici et là (parfois sous la pression de propriétaires fonciers intéressés) et font valider en préfecture (chaque préfet a des objectifs d’installation d’ENR !!!).
            3 – Ou il ne se passe pas grand chose, hormis quelques grands parcs ça et là dont dans des parcs naturels et autres zones sous la tutelle de l’état… L’état ne peut intervenir réellement que dans ces zones-là et encadré les pratiques ailleurs (souvent à proximité des réseaux et dans quelques zones venteuses…).

            Si les communes et communautés de communes sont opposés sur leur sol à l’éolien, il est dur d’aller contre dans des zones rurales à dominante de foncier privé, même avec des ratios d’ENR (Cf les politiques HLM de certaines communes…) !!!

            @Serge, Vu les votes de l’Aude, je comprends qu’il y ait peu d’éolien par chez vous !!! Et que peut faire l’état pour installer sur du foncier privé des parcs éoliens dans des communes hostiles !!!

            Des zones de la Beauce sont aussi couvertes d’éoliennes que l’on voit bien en passant en train, les propriétaires fonciers (agriculteurs) y ont surement trouvé un intérêt financier acceptable, sachant que certaines des communes de la Beauce sont bien vides aujourd’hui, les agriculteurs n’ont du avoir aucun mal à faire « valider » en mairie les projets…

            L’état ne peut pas tout à son niveau !!!

          • APO : « L’état n’a pas les moyens d’aller chercher toutes les zones dans tous les territoires, vos propos, toujours flagellant l’état sont ridicules et hors sol !!! »

            L’état n’a pas un prefet dans chaque département sans doute et sans même compter les sous-prefets pour gérer ce qui s’y passe. Lesquels prefets ordonnent, ou interdisent, ou portent plainte, ou invalide, ou décrètent …. mais ils ne peuvent pas susciter les appels d’offre par les régions ? Il reste tout de même étrange que la France qui pignone avec son nucléaire à l’agonie soit le seul pays d’Europe à ne pas atteindre ses objectifs renouvelables des accords de ….. PARIS justement ! Et sans doute par ce que les professionnels des renouvelables s’y opposent ? Je laisse à nos colistiers le soin de choisir qui tient des propos « hors sol » comme vous dite !

          • APO vous confirmez bien qu’il n’y a rien à attendre de l’etat / EDF / orano .. toutefois sur le site .gouv il y a bien les études pour les implantations d’ENR sur la France … voir aussi l’Obligation légale d’instaurer les TEPOS …

          • @Serge,

            Combien de prérogatives ont les préfets et sous-préfets !? un certain nombre ! Aaahh mais Biensur les ENRi doivent passer au dessus de tous les autres sujets avec une administration pléthorique et fort compétente :::

            Si les conseils généraux et les communes n’y mettent pas de leur sien, préfet et sous-préfet ne peuvent pas grand chose… A part, peut-être remonter les sujets pour couper certaines subventions publiques !??

            L’Aude doit être sacrément vernie de Pro-éolien vu son Taux d’équipement !!!

          • La faute aux donneurs d’ordre, ceux à qui incombe de produire des appels d’ordres, du sommet de l’état (qui n’a eu besoin de personne pour commander les produits inexistants que sont les EPR2, jusqu’aux commune en. Passant par les département et régions qui se gardent bien tous de faire leur boulot, comme l’état toujours pas pressé de tenir ses engagements pris en 2015 lors de la cop 21 et non respect de ces engagements qui nous ont vallu une condamnation de l’Europe. Alors la question n’est pas que fait l’Aude ? Mais que fait la France ?

          • @Serge,

            L’état c’est aussi vous en tant que citoyen !!!

            A priori, les citoyens et les employés des préfectures des Hauts de France et du grand-Est ont fait le Travail !!! (En fait c’est beaucoup les communes et communautés de commune qui ont fait le Travail dans les faits…)
            Pourquoi pas dans les autres régions !!?

            C’est « amusant » de retrouver les régions « industrieuses » et qui ont le plus souffert dans l’histoire récente (guerres, puis crises industrielles) en Haut du Classement !!! Pourquoi donc !???
            Et Pourquoi les régions avec beaucoup de retraités « argentés » sont moins équipés !? (toujours la faute de l’état… Bien sur…)

          • @Serge Rochain,

            Au fait Serge, Connaissez-vous le Plan ENR de la Communauté de communes où vous habitez !? L’avez-vous consulté ?

            Vos ôdes aux ENRi doivent bien y être repris dans votre beau département de l’Aude …

            Par chez moi (dans la communauaté de communes de ma ville de naissance), ils ne se sont pas mouillés, ils suivent la moyenne nationale et ne veulent pas sortir des ENRi, soit éolien et solaire. Quand on leur parle hydraulique, ils ne veulent pas entendre et veulent rester sur les ENRi et aux environs de la moyenne nationale (pas plus, pas moins…) …

          • Si ça vous interesse :

            https://institution.legrandnarbonne.com/developpement-durable-transition-ecologique/1890-un-plan-climat-air-energie-territorial-pcaet.html

            Pour ma part, le bla bla de l’intercommunalité qui n’a jamais rien fait et ne fera jamais rien ne m’interesse pas.
            Mon action propre dépasse de très loin l’intercommunalité, c’est une partie de mes économies dans divers opérations, dont la derniere (moins d’un mois), participer au financement du parc offshore flottant de Port la Nouvelle. Si vous voulez la liste de mes actes c’est assez long, certains sont déjà terminés et mes investissements remboursés, d’autres sont en cours, certains pour quelques années essentiellement des financement participatifs de constructions, et d’autres à plus long terme (actions, jusqu’à ce que je les vende). Ca vous suffit ?

          • @Serge,

            Le « Blabla » de votre intercommunalité montre bien que le développement éolien équilibré en France est compromis !!! A qui la faute donc !? –> à certains citoyens de certaines régions … L’état n’étant que la représentation des citoyens, il n’y peut rien… Et la décentralisation faite depuis 40 ans a donné des prérogatives et des pouvoirs que l’état peut difficilement reprendre sur des zones extrêmement diffuses … C’est là un des problèmes du développement éolien !!! (juste un constat rapide de faits !)

    • @Rochain,
      De votre part, parler de la puissance des lobbys est assez amusant, vous qui plaidez pour l’éolien pour rentabiliser vos investissements !!!
      Il y a aussi une raison plus sérieuse, la prise de conscience que les sources renouvelables intermittentes, éolien et encore plus solaire, nécessitent en parallèle des centrales à gaz, et que le tout produit beaucoup de CO2.

      Répondre
      • ça faisait longtemps que notre pauvre troll stérilu d’Hervé Gueret ne nous avez pas sorti ses inepties de gogos alors que la crise actuelle accélère la sortie du fossile / charbon / petrole / gaz … avec les ENR et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣 car si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre nucléaire qui est de plus en plus intermittent et qui nous oblige à faire démarrer nos centrales thermiques déjà en place pour justement pallier aux défaillances du nucléaire et c’est bien les ENR qui évitent de les faire démarrer trop souvent voire les font fermer 🤣🤣 il est bien urgent de développer toutes les ENR pour se sortir enfin du fissible et du fossile ..l’éolien et le solaire n’étant qu’une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole … ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution et le Co² et en produisant proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation et la ce n’est que pour l’électricité : https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
      • Je n’ai pas un sous dans l’éolien ….. vous n’êtes donc qu’un meteur rendancieux Gueret, qui seme le poison, mais cela reflète bien votre état d’esprit de raté envieux !

        Répondre
    • Tout le mepris des promoteurs résumé par l’un des leurs.
      « Faites taire cette méprisable populace ! »

      Répondre
      • Comme Gueret, la calomnie s’appuyant sur le mensonge. D’où tenez vous que je suis un propomtteur de l’éolien ? Je n’y ait pas un sous ! Je sais d’où cela vient : Cela vous arrange pour distiller votre venin, alors cela devient une vérité !
        J’ai mis mes économie dans le solaire, le biogaz, et le petit hydraulique, rien dans l’éolien. ….. l’occasion ne s’est pas présenté, mais cela pourrait chager avec l’implantation des premieres éoliennes offshore en flottant au large de Port la Nouvelle…. je vais y mettre une part de mes économies d’une vie de travail; pas pour l’argent et le rapport qui n’est pas exceptionel contrairement au risque car nous n’avons encore aucune expérience en ce domaine en France, mais la confiance s’acorde à mes convictions. Dès que le dossier est bouclé, je saute……. dans l’avenir, je vous laisse le passé.

        Répondre
  • « Il n’y a pas un seul sentier de décarbonation », s’est défendue la « ministresse », soulignant par ailleurs la volonté du gouvernement de « développer l’éolien en mer et le solaire ».
    Curieux elle oublie le nucléaire !
    Pour SR : pauvre imbécile la puissance des lobbys est du côté des ENRi. Elle est 1000 fois supérieures, il suffit de voir leur démarchage acharnée ds les campagnes et les mairies et les subventions qu’elles proposent dessus et dessous le tapis.
    SR c’est 1984 de par sa propagande et sa réécriture inversée des faits, c’est minable

    Répondre
    • @Michel
      Exact. Mais vu le retard pris en nucléaire, dû aux âneries de nos gouvernements depuis quelques décennies, on va avoir besoin de centrales à gaz assistées par du solaire et de l’éolien.
      Ce que j’espère, c’est que dans 25 ans, en fin de vie des installations en éolien et solaire, nous aurons remonté notre industrie nucléaire à un excellent niveau, et remplaceront ces vieilles choses par des réacteurs neufs.
      Et, je l’espère, de quatrième génération.

      Répondre
      • ça faisait longtemps que notre pauvre troll stérile d’Hervé Gueret ne nous avez pas sorti ses inepties de gogos alors que la crise actuelle accélère la sortie du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … avec les ENR …. et hop des qu’il y a une connerie à dire c’est notre troll stérile qui débarque et se ridiculise une fois de plus en public 🤣 🤣🤣 le bon vieux troll d’Hervé Guéret qui faute de connaitre les bases du sujet s’enfonce toujours dans le ridicule en ânonnant stupidement tous les vieux canulars périmes pour gogos qu’il a gobe car il n’a aucune personnalité pour vérifier les faits et ouvrir enfin les yeux sur ce qui se passe réellement sur le terrain 🤣🤣 🤣🤣 Vous parlez toujours d’une énergie polluante à tous les stades , très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement… RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/272985954_10228402885082094_3452469697913469809_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-5&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=bZInR9MPwiEAX9mK0VT&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9-v4jgoF07dFxJXC2De3oSpMGzYxRqffvGmA7H3a3paw&oe=6205DBAF

        Répondre
    • Pauvre imbécile ? Il parrait que c’est moi qui insulte ???? Mais curieusement, là, personne ne relève ce que dit ce CON !
      Moi je ne produit toujours qu’un écho en retour.

      Répondre
  • RTE est à la fois beaucoup mieux informé et beaucoup plus compétent que notre petit plaisancier revenu sur le rivage.

    Dans son étude « Futurs énergétiques 2050″ l’avis qui résulte de multiples consultations et simulations météorologiques est le suivant :
     » … la moindre sollicitation attendue des centrales à gaz du fait de la croissance des énergies renouvelables devraient conduire à renforcer cette performance [bilan CO2/kWh].

    Et nous attendons toujours de connaître la capacité de centrales à gaz qui auraient été construites depuis onze ans pour compenser l’éolien et le photovoltaïque pour les jours sans vent et les nuits sans soleil.

    Pour information, entre fin 2010 et fin 2021, la capacité éolienne a augmenté de 13.000 MW et la capacité solaire PV a augmenté de 12.700 MW.

    Mais, sur la même période, au lieu d’augmenter, la capacité fossile à diminué de 9.900 MW.

    Répondre
    • @Marguerite, qui dit que :
       » … la moindre sollicitation attendue des centrales à gaz du fait de la croissance des énergies renouvelables devraient conduire à renforcer cette performance »
      Tout à fait d’accord.
      La logique physique n’est pas basée sur de l’éolien et du solaire soutenus de temps en temps par du gaz,
      Mais une base de centrales à gaz, pilotables, dont on diminue la pollution en CO2 les jours de météo favorable.

      Je suis infiniment heureux que vous l’ayez enfin compris.
      Vous m’avez éclairé ma journée, merci.

      Répondre
      • Hervé gueret avec du bio gaz pour faire fonctionner celles déjà en place pour pallier aux défaillances et à l’intermittence de notre merde polluante de nucléaire car la crise actuelle prouve bien qu’il faut développer d’URGENCE les ENR pour se sortir aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz …

        Répondre
  • 19 GW d’éolien et 14 GWc de PV ont été installés.
    D’abord 14 GWc correspond à une puissance effective maximale de 10 GW qui s’intègre dans le surplus d’énergie consommée en journée. Quant à l’éolien, sur 19 GW de capacité installée, la puissance délivrée pourrait être écrêtée si besoin à partir de 10 GW (10% de la production à vue de nez).
    Lorsque la production des variables est faible, le gaz peut monter jusqu’à 9 GW (le charbon jusqu’à 2, le fioul jusqu’à 2), l’hydraulique de barrage classique + STEP jusqu’à 13 GW environ. Les STEP peuvent stocker des excédents jusqu’à 4 GW de puissance et 184 GWh de capacité. (valeurs maximales observées légèrement inférieures aux capacités officielles). Les régulations se font également par les importations / exportations.
    Mais avec une forte hausse des ENRv, ces moyens de compensation seront largement dépassés.

    Lorsque la production des variables est forte durant le week-end, c’est le nucléaire qui s’efface notamment en milieu de journée. Et l’idéologie du pouvoir en place est que le nucléaire sert grossièrement de base et de back-up aux ENRv…
    Mais le nucléaire n’a pas du tout la structure de coûts d’une centrale à gaz ou d’une centrale hydroélectrique, ni les mêmes contraintes techniques (on peut voir souvent sur nuclear-monitor que des réacteurs sont plantés car ils ne peuvent pas remonter en charge à cause d’un nombre trop important de baisse de charge). On peut s’interroge également sur les conséquences à long terme de ces variations thermiques fréquentes sur les éléments centraux du réacteur.
    Certes, lorsque la falaise nucléaire arrivera, ces questions ne se poseront plus, mais ce n’est pas encore le cas.

    Pour moi, RTE n’est volontairement pas clair sur les mix qu’il envisage au niveau des capacités de stockage nécessaire, des centrales à gaz en back-up, et les ajustements de la production nucléaire, avec quels facteurs de charge.

    Répondre
    • Marc vous croyez vraiment que le nucléaire s’efface devant les ENR ???.. c’est surtout les ENR qui comblent l’intermitence du nucléaire et quand il y aura du surplus avec les ENR après les STEPS on se sort aussi du fossile / charbon / petrole / gaz … car vous oubliez toujours que le probleme principal ce n’est pas l’électricité mais l’énergie ..

      Répondre
    • Enfin, non, même avec une baisse de la production nucléaire, ces questions se poseront quand même.

      En écrêtant si besoin 10% de l’éolien, on arrive à un total de capacité d’énergie variable constaté de 20 GW.
      Les moyens de compensation sont 5 GW variable sur le gaz (de 3 GW à 9 GW), plutôt 12 GW sur l’hydraulique de barrage et 4 GW de pompage (enfin, pas exactement car toutes les STEP n’ont pas la même durée de stockage), disons 3 GW.
      Ce qui fait un total de 20 GW + 4 GW en intégrant le charbon et le fioul.
      Voilà grossièrement comment se sont intégrées ces énergies variables, et les ordres de grandeur de correspondance entre énergies variables et pilotables.

      Quant à la baisse de 10 GW de centrales thermiques, elle prouve seulement que la France ne peut plus faire face, et loin de là, à de fortes pointes de demande en période hivernale comme en 2012, à 102 GW.

      Répondre
      • Marc tournez vous enfin vers l’Avenir au lieu de ressasser un passé qui n’aurait jamais du exister ..le nucléaire de plus en plus intermittent et le fossile c’est du passé.. il faut accélérer le développement des ENR sur el terrain c’est urgent pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , le Co², les GES …

        Répondre
        • @Régis Isambert,

          Vous avez une bien belle religion !!! Vos paroles sont pleines d’envols intellectuels !
          La vue de vos posts éclaire sur la bonne conscience de votre religion !!!

          Que de Dogmes annonçant que des belles choses basées sur uniquement du vent (un peu aléatoire) et de la lumière solaire (restreinte dans sa présence) !!! Ca fait rêver !

          Répondre
          • APO ne rêvez plus ..ouvrez enfin les yeux sur le réel du terrain qui se met déjà en place mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ….

          • @Régis Isambert,

            Retenez l’adage,  » il ne faut pas confondre Vitesse et Précipitation !!!  »
            Les ENRi ont connu des phases de « précipitation » du fait des profits que pouvait en tirer des investisseurs… Cela a causé beaucoup de mal à la filière au final sans apporter de réel plus ! Aujourd’hui beaucoup de Français sont réellement opposés aux ENRi et quelques Français bien introduits et bien avertis ont fait de très bonnes affaires…
            Quand EDF fait du fric, cela est réinjecté dans l’état à plus de 90% (import sur les Sociétés + Part -85% – sur bénéfices de l’état dans la Société)… Quand ENGIE fait du fric et moyennant de l’optimisation fiscale à tout va, combien dans les poches de l’état ??? 20% Max sur les bénéfices, Idem pour tant d’autres développeurs d’ENRi… Cela aussi va faire grincer des dents dans pas longtemps… Et Totalénergies quasi 0 impot sur les bénéfices en France (mais Accès à l’Arenh !!!)…

  • Dans ses trois scénarios avec 100 % d’électricité renouvelable, RTE ne prévoit aucun combustible fossile (carboné) mais seulement du « thermique décarboné » (biogaz, biométhane, biomasse en cogénération).

    La production annuelle serait de 5 à 10 TWh sur un total de 700 TWh.

    Autrement dit, une électricité 100 % renouvelable avec 0 % (zéro) de CO2.

    Les élucubrations permanentes d’un promoteur du nucléaire « spécialiste des RNR » sont donc hors de propos.

    Répondre
    • @Marguerite,

      Si vous le permettez quelques questions :
      1 – Quelle différence faites-vous entre Biogaz et Biométhane ?
      2 – Pourriez-vous être plus précise sur :  » Autrement dit, une électricité 100 % renouvelable avec 0 % (zéro) de CO2.  » ?
      Avec du biogaz, il y a des émissions mais un cycle neutre au final (en théorie) …
      Enfin RTE a pris des hypothèses de stockage et de « scénarios » hydrogène pas anodin !!! Dont 3 GW de STEP additionnels (dont personne ne parle et personne ne sait où et quand elles seront faites !?), jusque 25GW.h de capacités de batteries dédiées (suivant les scénarios, ce n’est pas rien alors déjà que pour les batteries de voiture, l’horizon devient de plus en plus gris pour un déploiement à l’échelle nécessaire aux scénarios de l’Accord de Paris…)

      Répondre
  • Quel que soit le scenario: bioénergies 2 GW , STEP 8 GW , VTG 2 GW, interconnexions: 39 GW,
    15 GW de flexibilité de la demande: (recharge VE, ballon d’eau chaude, appareils électroménagers)

    Scenario 100% ENR RTE: 208 GW de PV, 136 GW d’éolien,
    26 GW de batteries (x « a priori » 4 heures – p267 du rapport complet)
    29 GW de nouveau thermique décarboné (« CCG ou TAC hydrogène ») facteur de charge de l’ordre de 10%
    p269 et suivantes du rapport complet
    p279 du rapport complet: nature du combustible de ce « nouveau thermique décarboné »: en gros 95% d’hydrogène, 5% de biométhane par méthanisation. (la plus grande partie du biométhane serait affectée au chauffage).

    p307: les écrêtements des ENR seraient de seulement 3% (??? une mauvaise farce selon moi)

    autre chiffre « fantaisiste selon moi »: « : le nombre d’heures équivalent à pleine puissance en injection des STEP passera ainsi à près de 1000 heures/an actuellement à près de 1800 heures/an »
    L’équivalent de 5 GW de STEP seraient injectés durant 11% du temps. C’est pas vraiment ce que l’on voit sur les courbes RTE…

    Les scénarios 100% ENR allemands d’il y a quelques années n’avaient rien à voir avec tout cela en termes d’écrêtements et de stockage nécessaires, et cela est logique au vu de la variabilité des énergies variables.

    Dans les scénarios avec nucléaire:
    p324 modulation du nucléaire en fonction de la production des ENRv
    aucune information sur les incidences de la modulation de la production nucléaire sur la rentabilité du secteur et le fonctionnement des réacteurs. Selon « l’économie de combustible » est mentionnée.

    Répondre
    • Marc vous continuez toujours à blablater stérilement sur les ENR prévisibles au lieu de parler des ENR .. et vous focalisez sur l’électricité alors que le problème c’est l’énergie ..sortez vous enfin des vielles théories foireuses pour gogos et parlez d’actions sur le terrain car c’est Urgent …

      Répondre
    • @Marc,
      C’est vrai que les hypothèses que vous mentionnez (j’ai lu trop rapidement les rapports) sont particulièrement ambitieux…

      Rien que les 39 GW d’interconnexion semble plus qu’optimiste !!! Quand on voit le temps (hélas !) pour augmenter les interconnections avec l’Espagne (à travers le golfe de Gascogne)…
      Il serait de plus bien que l’Europe fasse croiser tous les scénarios de 2050 des divers pays pour voir réellement si les hypothèses se vérifient… En cas de période de dépressions qui s’enchainent au Nord, nous n’exporterons rien vers le Benelux ni l’Angleterre vu leurs trajectoires prévues en éolien… Donc nos 136 GW (sans compter l’hydraulique au fil de l’eau qui marchera quoiqu’il arrive) vont générer pléthores de surplus non exploités…
      Et 26GW de thermique alimentées à 95% d’hydrogène, cela fait rêver !!! Mais est-ce réaliste même à 10% de facteur de charge !!! Où stocker cet hydrogène (et qui paiera ces stockages) et comment le faire transiter (à 100% dans les gazoducs actuels, c’est loin d’être sur que cela passe partout et/ou cela nécessitera bien des adaptations! Comment faire pour la Transition méthane vers 100% de H2 tout en exploitant ces conduites !???) !???

      Sur : « les écrêtements des ENR seraient de seulement 3% (??? une mauvaise farce selon moi) », Oui cela parait bien bien bien optimiste !? (Ils (RTE) devaient avoir la pression de beaucoup Lobbys pour ne pas dire que ce serait nettement plus…). Le scénario 100% ENRi était de toutes les façons très très très politique… Rien que plus de 200GW de solaire parait insensé !!!

      Par contre, je ne suis pas d’accord avec votre analyse sur les STEP : « autre chiffre « fantaisiste selon moi »: « : le nombre d’heures équivalent à pleine puissance en injection des STEP passera ainsi à près de 1000 heures/an actuellement à près de 1800 heures/an »
      L’équivalent de 5 GW de STEP seraient injectés durant 11% du temps. C’est pas vraiment ce que l’on voit sur les courbes RTE… » –> En ce moment les STEP ont des fonctionnements qui ne suivent plus leur modèle des 30 dernières années (ie : pompage la Nuit et le WE pour turbinage aux heures de pointe). Le pompage durant la journée est devenu courant et devrait se développer, si un autre cycle de pompage la nuit est possible, les STEP seront donc utilisées près du double d’aujourd’hui… Ce qui est valable et logique de mon point de vue… (Le solaire et les STEP devrait avoir un lien étroit dans le Futur et avec une part de Nucléaire, ce serait un Mix de pompage Jour/Solaire et Nuit/Nucléaire et éolien par moment surtout l’hiver…). En ce moment lorsque l’éolien produit beaucoup, de grosses quantités d’électricité sont exportées…

      Sur votre point : « Dans les scénarios avec nucléaire:
      p324 modulation du nucléaire en fonction de la production des ENRv
      aucune information sur les incidences de la modulation de la production nucléaire sur la rentabilité du secteur et le fonctionnement des réacteurs. Selon « l’économie de combustible » est mentionnée. » –> Cela parait logique tant les prévisions météo à 2-3 jours ont fait des progrès !!! Il sera possible d’arrêter des réacteurs pour 2-3 jours voir plus en cas de succession de systèmes dépressionnaires (et suivant leur date de chargement en combustible). Si les prix de l’électricité restent à des niveaux élevés comme en ce moment, cela ne sera pas un problème réel pour EDF…

      Répondre
      • Ces scénarios 100% ENR sont fait pour occuper certains et faire plaisir à d’autres.
        En réalité, les politiques français visent un scénario entre N1 (8 EPR en 2050) et N2 (14 EPR).

        Si l’on prend N2: (14 EPR, 36% de nucléaire dans le mix).
        total nucléaire: 39 GW, solaire: 90 GW, éolien terrestre: 52 GW, éolienne maritime 36 GW, bioénergies 2 GW, hydraulique au fil de l’eau environ 5 GW en moyenne,

        moyens de flexibilité: interconnexions 39 GW, STEP 8 GW avec 20% de fc de production, hydraulique de barrage hors STEP: environ un équivalent disponible de 8 GW avec 25% de fc (chiffres officiels supérieurs, avec baisse probable avec de moindres précipitations), batteries: 2 GW x 4 heures, centrales à hydrogène: 5 GW x 10% de fc, VTG 2 GW x « quelques heures », flexibilité des usages (recharge VE, eau chaude sanitaire, appareils électroménagers 15 GW.

        On voit bien que tout ça n’est pas réalisable en l’état actuel des choses, qu’un changement radical de modèle de société est nécessaire en terme de sobriété et de réorientation de l’activité économique vers la fabrication de moyens de production d’énergie décarbonés.

        Répondre
        • @Marc,

          Pour l’évolution du modèle de sociétés, c’est une certitude du fait du manque de ressources à venir et des facteurs géopolitiques qui vont être de plus en plus palpables dessus et de tant d’autres facteurs écologiques mais aussi économiques… A l’heure actuelle, une trop faible part de la population est prête à l’entendre…
          Toutefois même RTE anticipe de la sobriété et de l’efficacité, pour maintenir de pseudo-chiffres de croissance sans réel sens (l’impact des politiques et de l’opinion derrière).

          52GW d’éolien terrestre en France c’est déjà ambitieux et 36 GW d’éolien en mer aussi… Pour les 90 GW de solaire, je trouve cela bien trop élevé pour la France, on ferait mieux d’en installer (y contribuer) à minima dans le Maghreb et de nous interconnecter via l’Espagne et l’Italie, sachant que leurs besoins sont décallés par rapport au notre avec de grosses chaleurs l’été sur tout le pays et des intersaisons très clémentes… Un Désertec revu en MedTec serait de bon gout mais avec l’Italie et l’Espagne en Leaders officiels pour ne pas froisser en Algérie…

          Répondre
          • Il faut bien traduire ces chiffres:
            90 GWc de solaire = 65 GW de puissance maximale délivrée (90 GW, ce serait avec des panneaux posés à plat et le soleil au zénith un 21 juin)
            88 GW d’éolien (terrestre + maritime), c’est en gros: 50 GW maxi délivré, moyennant 5 % d’écrêtements qui rendraient la situation ingérable s’ils n’étaient pas réalisés.

          • Donc 65GW effectif de solaire + l’éolien, ça donnera des écrêtement très fort lors des journées venteuses d’été (et il y en a pas mal notamment en Manche avec des effets de vents thermiques l’après-midi d’où l’éolien en mer qui cartonnera de 13h00 à 20h00). Sans compter une consommation française assez ridicule en Juillet en en Aout env. 30 GW. Les STEP et les batteries stockeront pour la soirée (un peu) et le reste partira chez nos voisins, sachant que tout le monde se met au PV, à part les Anglais et les Suisses (faute de place et encore…) ou à la poubelle… Le prix de l’électricité sera voisin de 0 sur les marchés SPOT … Et tous les autres moyens de production à moitié pilotable (hydraulique au fil de l’eau, Nucléaire (ce qu’il en restera) et les petites unités de méthanisation sans stockage ni injection sur le réseau GrDf seront pénalisés des heures durant…). Le Trop de solaire (et le trop d’ENRi) me fait peur en terme de destruction de valeurs , ça coutera énormément d’argent et qui paiera (au final les consommateurs) !!! On n’y est pas encore mais on finira par y arriver réellement…

          • APO une fois de plus vous montrez que vous ne comprenez rien au sujet car avec le surplus des ENR on se sort aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … car le problème ce n’est pas l’électricité mais l’énergie …

          • On parle du scénario N2 avec 14 EPR d’ici 2050, ce qui équivaut à la mise en service de 1 EPR par an entre 2035 et 2050, ce qui est, à mon avis, déjà un grand défi pour l’industrie nucléaire… et donc de ce qui doit être mis en parallèle en système ENR.
            Concernant les effacements, on est d’accord que 3%, c’est une farce écrite par les lobbies des ENRv.
            Je ne connais pas le phénomène dont vous parlez dans la Manche.
            Les Suisses et les Anglais développent aussi le PV.
            Oui, tout cela ça va être difficile à gérer, surtout si le problème n’est pas posé honnêtement et donc que des difficultés à venir ont été sous-estimées…

          • Marc vous continuez de parler dans le vide .. . Rappel du terrain : le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement .. vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement … RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole… grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/285023786_10229163690301749_9144170704230197286_n.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=n-m8jsSldBEAX8faoq5&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT9O6PrrhZ6IdjbNrIm873UG2C6LS0_JC_9wgzakOBEs0g&oe=6298BF42

          • Au-delà de ces scenarios, la falaise nucléaire approche, c’est à dire la perte de 4 GW par an pendant 10 ans.
            On va prolonger le parc existant pendant encore 10 ans, et ensuite ? Pas sûr de pouvoir aller beaucoup plus loin (c’est l’ASN qui le dit).
            Cela peut se traduire par un effondrement et une guerre civile.
            Je ne suis pas sûr que la société en ait vraiment conscience !

          • @Marc,

            A défaut d’effondrement et de guerre civile, c’est certain que le système démocratique actuel (avec tous ses défauts certes mais aussi ses qualités) aura du mal à perdurer en cas de séries de troubles majeures… Et que les « classes moyennes » risquent de s’étioler drastiquement (et même les rangs des classes les plus riches…).
            Cela a été le cas en Argentine à une certaine époque (Argentine qui il y a 100 ans n’avait rien à envier à pas mal de pays européens) … Cela s’est suivi de régimes dures, d’un délabrement des classes moyennes…

            Le débat sur l’électricité n’est que trop concentré et de manière caricatural (et/ou idyllique) sur les ENRi et le Nucléaire et bien trop peu sur les notions de capacités, d’interconnexions et de Stockage.
            L’éolien après une période « facile  » d’installation fait face à des oppositions grandissantes en bien des places (ou même souvent les « écologistes » locaux participent…), si les maires et les élus des communautés de communes ferment les portes sous la pression locale, l’état aura du mal à imposer les projets… Le PV se développera pour encore pas mal de temps assez vite, si les prix bas chinois continuent… Après en cas d’inflation massive du prix de ces panneaux et/ou d’arbitrage de Pékin sur les lieux de distribution sur la planète??? Et Le problème de place pour le PV et de raccordement va se faire sentir dans pas longtemps non plus…
            L’hydraulique est de mon avis, bêtement oublié des débats et les batteries après avoir « flambé » sur le devant de la scène (ie Sortie d’Elon Musk) ne devraient pas être au RDV en volume pour le stockage électrique (et cela personne n’en parle)…
            Les interconnections d’après les chiffres, il faudrait quasi 1GW annuel additionnel en capacité !!! Cette année ce sera vrai, avec getlink, mais l’année prochaine ! ??? Pas sur qu’en 2030, on soit à 25GW de capacités (et il faudrait pourtant). Arriver à 39 GW ce sera colossal !!!
            Les chantiers sont monstrueux de partout et personne n’en parle sérieusement. De mon humble avis, cela se finira avec encore beaucoup de Gaz Fossile en 2050 (scénario à la Total et à minima 3 degré pour les suivants…)

            Oui, nous allons au devant de grands problèmes dans les 20 prochaines années pour l’électricité, suivi peut-être du pire !!!

          • APO vous oubliez toujours que le problème ce n’est pas l’électricité mais l’énergie et que la crise actuelle accélère la mise en place des ENR en appliquant bien sur les principes Negawatt .. que proposez vous de concret pour s’en sortir d’urgence ?

        • @Marc,

          Rien ne dit que dans 5 ans, on n’ait pas des zozos soient orientés 100% Nucléaire, soit 100% ENR et qui nous balancerait tout droit vers un scénario de France devenant l’Argentine (pays où les classes moyennes ont disparu depuis 50 ans… mais qui fut prospère dans le temps, il y a 100 ans c’était un pays rempli de perspectives de même que l’Uruguay !).

          Répondre
      • Sur les 3% d’écrêtements, ils sont, à mon avis, pour ainsi dire, déjà atteints, malgré la part encore modeste des ENRv dans le mix (10%).
        En fait, c’est le nucléaire qui est réduit, souvent, en milieu de journée, le week-end, et en semaine lors des périodes de très forte production éolienne.

        Répondre
        • @Marc,

          Je ne pense pas que les 3% d’écrêtement annuellement soit atteint du fait des interconnexions et de leur capacités actuelles en plus des STEP.

          Il est certain que lorsque la puissance ENRi aura doublé et si les interconnexions ne sont pas renforcées, sur 1 année complète 3% d’écrêtement seront alors possible.

          Le développement de STEP de petites tailles serait à mon avis plus que souhaitable pour lisser davantage les écrêtements…
          50 STEP de 10 MW (comprenant chacune des machines de taille restreintes type 5 x 2MW) permettrait une variation de +/- 500MW (soit 1GW d’amplitude) et du fait des modes de communication, de prédictibilité des consommations et de la production et de tant d’autres paramètres, cela est plus que gérable aujourd’hui sans rentrer dans des travaux titanesques et prenant une dizaine d’années minimum.
          Des STEP de 10MW peuvent être faites en 2 ans et du fait du retour d’expérience de l’intégration des ENRi déployés un peu « partout » sur le réseau national c’est largement faisable… Bien des régions se prêtent à des STEP de petites puissances, tout en ayant à considérer des usages multiples (quitte à n’avoir une disponibilité que 8 à10 mois sur 12…, mais du coup des financements variés)… Cela n’enlève en rien l’intérêt de STEP de grande puissance qui sont nécessaires pour le Futur…

          Répondre
          • Je verrais plutôt des STEP de 50 à 200 MW, qui génèreraient sans doute moins d’oppositions que des STEP de 1 GW, même si les STEP de grande capacité peuvent être développées aussi.
            Mais pourquoi pas des STEP de petite puissance dans certains endroits (il doit tout de même y avoir des économies d’échelle avec des installations plus grandes)
            Le potentiel est conséquent dans les Pyrénées, rien qu’avec les lacs existants, malgré l’absence d’accès à la THT, avec des STEP qui pourraient donc avoir des durées de stockage plus longues, et qui pourraient pomper durant tout le week-end.
            Et ailleurs, tout est possible également étant donné qu’il y a 3 STEP d’environ 1GW x 10 heures dans les Ardennes !

          • @Marc,

            Quand je parle de STEP de 10MW, c’est plus pour une intégration réseaux aisée.
            Le déploiement des ERNi a par endroit « consolidé » les « capacités » de réseaux (ce n’est pas une généralité et cela dépend de l’échelle), notamment en Bretagne. Ce déploiement n’a donc suivant l’échelle de déploiement nécessiter peu de frais de connexion et d’adaptation réseau.
            Une STEP de 200 MW et même de 50MW nécessite un réseau « costaud » en alimentation/production… C’est là où du très gros coute moins cher…
            Effectivement les Pyrénées (que je ne connais pas), si ils ont beaucoup de Lacs pourrait avoir nombre de STEP… Pourquoi pas 1 « moyenne » par vallée ne bousculant pas trop le réseau existant (ou du moins celui en entrée de vallée) !? (De toutes les façons il y aura assez peu d’éolien sur place et du PV en faible quantité).
            De petites STEP, comme des parcs de 2, 3 ou 4 éoliennes et des pars solaires raisonnables, ne nécessitent peu de modification des réseaux environnants, parfois presque rien si ce n’est le poste d’injection ! L’impact sociétal peut être faible pour un (ou 2) Lac de quelques hectares (qui peut trouver par ailleurs des activités suivant la saison) suivant la configuration.
            La somme de capacités de pompage étant gérable (aujourd’hui et pas ans en arrière) très facilement et à distance, idem en turbinage…
            Scénario un peu « bisounours », chaque vallée pyrénéenne stockerait des ENRi en journée et les consommerait en soirée sans recours au « méchant » nucléaire !!!

            Pour imager avec un autre secteur, l’informatique a ses débuts, c’était des grosses machines centralisées (IBM leader mondial au début des années 80), puis les petites unités individuels sont arrivés (Apple + Microsoft avec 2 modèles d’affaires légèrement différents) et aujourd’hui avec les réseaux internet (et leur serveurs gigantesques), un mélange de très gros et de très petits !!!
            IBM et son Staff n’ont pas (ou mal) vu venir au début des années 80, le modèle des petites unités. Et pourtant ils étaient Numéro 1 incontestable en 1980, et 10-15 ans plus tard presque en faillite. Les petites unités n’ont pas mis pour autant sur la touche les gros serveurs informatiques (ou seulement sur une courte période dans les années 90)…

        • Marc les ENR c’est plus de 25.4 % dans notre mix électrique en 2020 et c’est bien l’intermittence de notre merde polluante de nucléaire qu’il faut combler vu notre retard dans le développement des ENR en France enhs acnaht toujours que le probleme c’est l’énergie et pas l’électricite

          Répondre
  • Enfin, sur les STEP, l’évolution vers un facteur de charge de 20% est cohérente, peu importe les chiffres actuels, il est vrai, en forte baisse cette année, du fait de la baisse de la production nucléaire. Il y a peut-être eu 11% de fc de la production des STEP précédemment.

    Dans le scénario 100% ENR: il y aurait 29 GW de back-up + ce que produisent les variables pour passer les périodes anticycloniques hivernales. Par rapport à la demande actuelle, cela paraît bien faible…
    Autant le dire clairement: cela suppose la mise à l’arrêt de toute l’industrie et de certains services, la suppression du chauffage électrique classique, une très bonne isolation, l’attente de pouvoir recharger sa batterie de VE etc.

    Sur les 3% d’écrêtements, je maintiens que c’est une mauvaise farce.

    Répondre
    • Marc c’est évident que c’est bien les principes Negawatt qui nous sortent de la … et avec toutes les ENR ça ne suppose rien du tout …

      Répondre
      • @Régis Isambert,

        Pour un fois vous avez presque pas tort quand vous dites « trollement » bien :  » et avec toutes les ENR ça ne suppose rien du tout … « 

        Répondre
  • Autre facteur « oublié: la croissance de la population d’ici 2050.

    Et surtout, des hypothèses exagérément optimistes sur le coût des matériaux utilisés dans les ENR, étant donné la différence entre la demande et l’offre au niveau mondial. (Merci tout de même à la Chine de nous fournir avec autant de réactivité et d’intensité de travail).

    La mise à l’arrêt de l’industrie interviendrait un nombre limité de jours durant ces périodes anticycloniques hivernales.

    Répondre
    • Marc autre facteur que vous oubliez: dans les ENR il n’y a que des matériaux courants que nous avons depuis tres longtemps en de très grandes quantités tout autour de nous dans la vie de tous les jours et tout se recycle / revalorise facilement , localement et sans cout pour la collectivité ..

      Répondre
    • @Marc,

      Vous avez raison de souligner les remerciements que l’on peut avoir envers la Chine…

      Il y a quelques mois (avant le 24 février 2022), on pouvait, nous Européens de l’Ouest (en fait surtout les Allemands) remarcier la Russie pour cette énergie peu chère et disponible qu’est le Gaz Fossile russe… Maintenant, nous sommes contraints à en subir les conséquences…

      La Chine n’a pas la place qu’elle peut avoir sur le PV, si l’on considère beaucoup d’autres secteurs High-Tech et cruciaux et ou de multiples pays assurent à minima de la concurrence (Taiwan, Corée du Sud, Japon, et d’autres pays d’Asie…)…
      Pour des industries, tel que le textile, la Chine commence à délocaliser…
      Pour le solaire, elle délocalisera certains process d’intégration (c’est sur et en cours vers la Malaisie notamment via des Chinois « Singapouriens »), mais elle gardera la main sur l’enrichissement du Silicium qui est la Clef de ce secteur… La Chine sera hégémonique sur le PV comme les GAFA sur l’internet mondial (sauf en Chine et en Russie dans une moindre mesure…, comme quoi ils ont l’air de prévoir des choses dans ces dictatures !!!).

      Répondre
  • Autre limite: l’acceptation de l’éolien terrestre (actuellement 19 GW mal répartis).
    Dans le scénario 100% ENR: 74 GW (avec en plus 62 GW d’éolien en mer).
    C’est-à-dire multiplier par 4 l’éolien terrestre. Je ne suis pas sûr que cela passe au niveau sociétal…

    Mais enfin, peu importe, ce scénario ne sera pas réalisé puisqu’il y aura une part de nucléaire (20 à 40%?) vu l’état de la filière aujourd’hui.

    Répondre
    • Marc il suffit que l’éolien qui n’est qu’une partie des ENR soit beaucoup mieux répartis sur la France et que ce soit lës citoyens qui fassent les projets …

      Répondre
      • @Régis Isambert,

        Avec vos hypothèses, il n’y aurait guère plus de 25GW d’éolien terrestre en 2050 si ce sont les citoyens qui le font… Et rien en Mer (à part ce qui est lancé en ce moment), tellement c’est capitalistique …

        Répondre
        • APO l’éolien est bien une partie des ENR pour produire enfin propre sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz …. on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          Répondre
          • @Régis Isambert,

            Le démarrage de votre article est un peu erroné (et donne le ton sur la crédibilité et le parti pris sans aucun recul…) !!! –> Il y a près de 100 ans, on produisait plus d’électricité avec de l’hydraulique qu’avec les Fossiles en bien des places en Europe …
            « Pour la première fois, les sources d’énergie renouvelable ont dépassé le charbon, le pétrole et le gaz en matière de production d’électricité au sein de l’UE, selon une analyse récente. »
            https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/
            Que les énergies vertes repassent les Fossiles en quantité produite est une très très très bonne Nouvelle bien évidemment ! Mais elles ont objectivement tellement de contraintes qu’il faut savoir les exprimer et ne pas s’enfermer dans le  » toujours plus de production et ça ira bien à la fin « , mais prendre un peu de recul pour juger du positif et du négatif et des mesures à prendre (vous n’en soulevez aucune à part vos continuels cc/cp (vous ridiculisez les ENRi ! sincèrement !).

            @Régis, Vous ne le savez peut-être pas mais :  » de la merde mélangée à de la paille (avec aussi du pipi et dans de bonnes proportions), cela peut faire un très bon fumier, fort utile en Agriculture !!!  » –> Réfléchissez-y à propos de ce que vous appelez « merde » à longueur de posts !!!
            Par contre  » être sur la paille  » n’est pas toujours synonyme de bonne situation… (Le Dosage et la proportion sont toujours utiles !). En terme d’électricité, l’Europe y court … Et nos enfants devront s’habituer à des délestages (j’en ai fait l’expérience en Afrique et ce n’est pas marrant à la longue, surtout quand le système alimentant l’eau courante n’a pas de back-up sérieux !!!).

          • APO quand on parle de faits vérifiables par tous ça vous dérange ? .. encore une fois vous continuez de blablater stérilement sur l’électricité alors que le problème c’est l’énergie .. toujours rien de concret à proposer pour accélérer ce qui se fait déjà sur le terrain mais pas assez vite vu l’urgence de la situation ? et oui le traitement des déchets c’est bien aussi une partie des ENR …

          • @APO Vos allégations dans votre post à Isembert souffriraient de quelques inexactitudes selon « Une histoire de l’énergie » :
            « Avant la création de l’EDF, les fournisseurs d’électricité étaient très épars et avaient généralement une petite clientèle locale et les moyens de production n’étaient pas très puissants et eux-mêmes très diversifiés, le plus souvent hérités d’anciens moulins au fil de l’eau et de faibles hauteurs de chute, et vers la fin du XIXe siècle reconvertis à l’hydroélectricité ne produisant que des puissances de quelques KW. Ils étaient alors en concurrence avec le moteur diesel inventé en 1897 qui fournissait l’essentiel de la production électrique avec des puissances de l’ordre du MW, mais il n’a pas fallu longtemps avant que l’hydroélectricité ne prenne enfin la relève de la puissance. Les premiers barrages sont de faibles hauteurs de 20 à 30 m de chute et les puissances encore modestes ; en 1909, l’installation hydroélectrique la plus puissante de France était celle de l’Argentière sur la Durance avec 28 MW.
            Ensuite les puissances s’accroissent, en 1926 à Eguzon (53 MW) dans l’Indre, puis Sarrans (167 MW) dans l’Aveyron en 1932, Kembs dans le département du Haut Rhin(160 MW) sur le Rhin en 1932, Barrage du lac du Sautet à cheval sur l’Isère et les Hautes Alpes (74 MW) sur le Drac en 1934, Marèges à cheval sur le Cantal et la Corrèze (140 MW) sur la Dordogne en 1935. Les grands barrages comme Donzère-Mondragon (348 MW) ou Génissiat (420MW) viendront ensuite de 1948 à 1952.
            Il existe plus de 2250 centrales hydroélectriques en France. La plus grande se situe à Grand-Maison, mise en service en 1988 en l’Isère, 42 ans après la création d’EDF, avec une puissance installée de 1 800 MW, c’est-à-dire plus que n’importe quel réacteur nucléaire aujourd’hui.
            Avant la création d’EDF les plus puissants barrages hydroélectriques ne dépassaient pas 300 MW de puissance et les lignes d’acheminement THT n’existaient pas, les puissances à acheminer étant très modestes et souvent sur des distances assez courtes entre les sites de production et les utilisateurs. De puissances encore plus modestes, de nombreux groupes électrogènes et de centrales vapeurs au charbon ou au bois alimentent également les différents réseaux. Même Paris n’est pas une ville unifiée du point de vue de son alimentation électrique faite de sources et de fournisseurs multiples dans la plus grande anarchie avec des niveaux de tensions et de fréquence différentes. L’unification 220v/50périodes de notre réseau domestique sera tardive et devra attendre le milieu des années 60 donc près de 20 ans après la création d’EDF. « 

    • @Marc,

      Pour 74GW d’éolien, les réseaux HT/THT risquent également de commencer à souffrir également… Combien d’investissement à faire pour un production aléatoire dans le temps pour éponger les pics !?
      Si les investissements en réseaux ne sont pas faits, cela impliquerait des écrêtements massifs… (Cf les chinois et leur PV, il y a quelques années ou le PV était écrêté faute de réseau de transport et un moratoire imposé dans certaines régions le temps de la mise à niveau, ce qui est quasi chose faite maintenant…)

      Répondre
      • APO ce serait pire encore avec les grandes puissances centralisées comme le nucléaire … alors que justement en produisant proprement , sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire au plus prêt des lieux de consommation avec les ENR on limite le renforcement à outrance dudit réseau , on équilibre ledit réseau et on limite aussi très fortement les pertes réseau ..

        Répondre
  • L’Allemagne en fait souvent l’expérience, elle qui manque gravement de liaisons THT pour acheminer les productions éoliennes du nord vers le sud du pays.
    RTE, en France, prévoit justement plus de 10 milliards d’euros d’investissements dans ce domaine.

    Répondre
    • Cochelin ce serait pire encore avec les grandes puissances centralisées comme le nucléaire … alors que justement en produisant proprement , sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire au plus prêt des lieux de consommation avec les ENR on limite le renforcement à outrance dudit réseau , on équilibre ledit réseau et on limite aussi très fortement les pertes réseau ..

      Répondre
      • @Régis Isambert,

        Les réseaux HT (puis THT) ont été fait avec l’hydraulique au départ (il y a presque 100 ans), puis avec le charbon et le fioul, puis en dernier lieu le Nucléaire !!! Même les dernières centrales à Gaz sont placées sur des noeuds stratégiques…
        Les centrales n’ont pas été mises au hasard mais proche de noeuds déjà existants et/ou en création en fonction de la croissance de la consommation française pour assurer des Flux électriques…
        Les réseaux HT/THT, ce n’est pas que pour le Nucléaire (ni à l’origine d’ailleurs), à part quelques lignes vers des centrales sur la cote, c’est fait pour assurer des Flux !!! Comment alimenter Paris et toutes les métropoles françaises !??? Pour Paris, ce ne sera pas avec des éoliennes et du PV aux bois de Boulogne et de Vincennes !!! Sauf à y diviser la population par 1000 ! La France s’est urbanisée à grande vitesse vers de grandes métropoles et la consommation électrique des ménages a explosé en 50 ans (même si elle est quasi stabilisée depuis 20 ans), c’est la situation actuelle.

        Répondre
        • APO une nouvelle fois au lieu de vous ridiculiser avec les âneries habituelles ..comprenez déjà ce qui est écrit , vérifiez les faits et ce qui se met déjà en place sur le terrain …

          Répondre
    • @Cochelin,

      Et quelle différence d’investissements pour eux entre 100% ENR et les scénarios N !?

      Répondre
    • @cochelin
      Quand on part de la conclusion…. Il ne reste plus qu’à remonter le scénario à l’envers pour avoir quelque chose d’objectif qui a l’air de tenir debout.
      C’est comme ça depuis toujours quand le juge est aussi partie dans une « compétition » et les naïfs applaudissent….

      Répondre
      • @Serge,

        Avez-vous fait le travail de « Juge de Paix » et regarder ce qui se trouve réellement dans les rapports !?
        Ou êtes-vous parti pris dès le départ en en parlant comme d’une escroquerie intellectuelle et sans l’avoir lu !?

        Répondre
        • Ce n’est pas aux vieux singes que l’on apprend à faire la grimace.
          Mais si vous avez lu mon post vous devriez avoir compris que si l’on ne veut pas passer pour un escroc on monte une théorie qui tient la route dont la conclusion est écrite en premier et le reste suit.
          Si vous avez envi d’être le gogo, comme dit Isembere, rien de plus facile que de se rendre complice….. Il suffit de confirmer que ça se tient, parce que de toutes les façons il ne peut pas en être autrement, c’est fait pour ça. Le choix des variables du futur étant inconnu quant à leur valeur on peut mettre ce qu’il faut pour que la solution à magnifier apparaisse éclatante et indiscutable…. Aux yeux des naïfs complices malgré eux.
          Tant de naïveté est consternant.

          Répondre
          • @Serge,

            vous me faites plaisir !
            Vous parliez bien des ENRi !??? et de la Naiveté avec laquelle elles sont perçues par beaucoup ???

          • APO non on parle bien et toujours des ENR et des gogos qui ne proposent jamais rien en sortant tous les blablas stériles pour gogos …

          • C’est ça faites l’idiot.
            Quand vous voyez l’arbitre du match de foot remonter, ballon au pied, les lignes adverses du camp dont il a choisi de défendre les couleur et marqué un but apres avoir fait sortir le gardien de but pour soi-disant faute 5 minutes avant, vous applaudissez à l’exploit !

            RTE, filiale de EDF pond un rapport comparatif favorable à la solution EDF ….. Oh, c’est pas vrai, ils n’ont tout de même pas fait ça ? !

    • Cochelin ne soyez pas désolé : moi je vérifie les faits et je me sort de la désinformation pour gogos ..ça ne change pas la réalité du terrain .. … et encore 3 milliards de plus pour l’EPR Anglais dont on ne sait même pas s’il va pouvoir fonctionner un jour ..

      Répondre
    • @Cochelin,

      Je ne parlais pas du coup complet, mais du coup réseau supplémentaire entre les 2 scénarios.
      Je pense que le cout des ENRi sera revu à la hausse du fait de l’inflation sur les matières premières diverses et aussi des taux d’intérêt qui vont augmenter. Des spécialistes des ENRi alertent déjà sur ce point…

      RTE ne peut pas prendre tous les paramètres et prend donc des hypothèses…
      Hinkley Point aux RU, finira par être « bon marché » avec l’inflation qui sévit en Angleterre…
      Et pas mal de projets éoliens en mer risquent d’être stoppé du fait de ces augmentations (en vue de réévaluation des couts !!!). Je dirais hélas ! tant le temps presse…

      Répondre
  • Pour qu’il reste 16 GW de nucléaire ancien en activité en décembre 2050 (en supposant que l’EPR de Flamanville soit mis en service d’ici là), il faudrait disposer des onze (10+1) réacteurs les plus récents, qui seront âgés de 51 ans à 61 ans (hors EPR).

    Pour qu’il en reste 24 GW, il faudrait y ajouter sept
    réacteurs plus anciens, qui seront âgés de 62 ans à 64 ans.

    Le mode de fonctionnement des réacteurs en France (« suivi de charge ») provoque une fragilité de la cuve plus rapide qu’ailleurs, ce qui pose le problème de la sécurité.

    Dans ces conditions, l’hypothèse de disposer de 16 GW ancien à fin 2050 est peu crédible et celle de disposer de 24 GW ancien l’est encore moins.

    Répondre
    • @Marguerite,

      Vos faits sont justes. Quelques bémols cependant à votre conclusion :
      – Vous n’êtes pas sans savoir que des extensions jusqu’à 80 ans sont envisagées aux USA !!! (sous réserve évidemment que les visites d’inspection soient positives !)
      – Une machine (quel qu’elle soit) a une capacité de fonctionnement qui est souvent plus relative aux Heures de mise en route, aux modes d’utilisation et parfois aux distances parcourues (train, voiture, camions). Une voiture moderne qui arrive à 350.000 km est en général proche de la fin (à raison de 60.000 km/an ou de 10.000 km/an, la durée de vie est donc différente…). Idem pour un Groupe électrogène conséquent ou une grosse machine de TP qui aura dans les 20.000 heures d’espérance de vie, à raison de 2.000 heures par an ou de 1.000 heures la durée de vie ne sera pas la même…).

      Le (et la ) mode « suivi de charge » ne sont donc pas à généraliser et à utiliser sur de longues périodes… Et pourrait avoir des effets délétères sur le parc avant 2050 !!! (En prenant un parallèle avec l’utilisation d’un moteur thermique, on le comprend aisément, un moteur sollicité en permanence avec des écarts de fonctionnement type conduite pseudo sportive dure en moyenne moins longtemps qu’avec une conduite souple…).
      A l’inverse et si les ENRi et ENRp arrivent à permettre des arrêts de centrales prolongés de Mai à Septembre (avec des prix relativement élevés de l’électricité – et pas de prix négatifs par moment – en Automne, Hiver et début de printemps) alors des équipements pourront être prolongés aisément car ils seront moins sollicité chaque année en moyenne. Le tout bien entendu dépendant de la maintenance faite (qui a un cout !) et d’une bonne construction initiale (à confirmer !)…
      Vous pourriez ajouter que les EPR avec leur grosse capacité réduise le nombre de machines et donc mettent le système à risque en cas de défaillance de série, même mineure (ce qui arrive). Plus le parc est composé de nombreuses machines et normalement plus la disponibilité est importante (c’est un des avantages des ENRi !) et permet de plus de la flexibilité…

      Répondre
      • @APO
        ET vous vous n’ignorez tout de même pas qu’en France on n’a même pas ces restrictions limitant à priori la durée de vie d’un réacteur nucléaire. La seul restriction d’exploitation est le feu vert décenal !
        Les réacteurs américains cumulent les deux restrictions d’utilisation, le feu vert décenal ET la license accordée pour une durée de 40 ans d’exploitation, reconductible par périodes de 20 ans, à dater du racordement au réseau.

        Répondre
  • Si les six EPR2 annoncés (avant toute consultation sur le sujet) sont effectivement construits, cela ferait presque 10 GW de nucléaire nouveau en janvier 2050 (la publicité dit 2046).

    Aller à 13 GW serait hypothétique, d’après RTE lui-même :
    – EDF considère qu’il n’est pas possible de mettre en service plus de six EPR2 entre 2035 et 2045.
    – « … les acteurs de la filière nucléaire ont indiqué … qu’un délai de 4 à 5 ans était nécessaire entre les mises en service des trois premières paires … » et d’autres réacteurs  » Ce délai est jugé difficilement compressible par la filière … ».

    Ainsi, les deux scénarios les plus nucléarisés (N2 et N03) sont très spéculatifs, tandis que l’autre scénario nucléaire (N1) n’est sans doute pas réalisable pour la partie nucléaire.

    Répondre
    • @Marguerite,

      Je pense que la phrase :  » « … les acteurs de la filière nucléaire ont indiqué … qu’un délai de 4 à 5 ans était nécessaire entre les mises en service des trois premières paires … » et d’autres réacteurs » Ce délai est jugé difficilement compressible par la filière … ».  » a été volontairement mise pour faire consensus, sachant qu’une partie de la France était opposée de principe au Nucléaire au début des Travaux RTE (moins à ce jour, cela fluctue vite ! et risque de continuer de la faire).
      Si une paire d’EPR est mise en route entre 2035 et 2040, un premier REX de 5 ans aura lieu pendant la phase de fin de construction des 2 dernières paires (normalement et logiquement !). Toutes les paires ne pourront pas être construites en simultanée ! Si la filière est à nouveau arrêté en France, cela amènera à nouveau un gâchis colossal de compétences (même avec des chantiers en cours à l’international ! Rosatom risque d’être évincé de bien des marchés et laissera un peu de places aux Français) et ce n’est ni souhaitable, ni sérieusement envisageable… Soit on construit en quasi continu et cela ira bien à tout le monde, soit pas à coup et cela amènera bien des déboires…

      D’ici là, il y a des fortes chances que les Chinois aient progressé très largement sur la génération IV et sa mise en route, et il est réellement envisageable qu’on fasse des échanges de technologies (et de matières premières) avec eux pour la suite de la production grâce à l’Atome…

      Répondre
      • APO sortez vous de vos rêves de la préhistoire .. ouvrez enfin les yeux sur le réel du terrain : l’EPR ne fonctionne pas et ils sont bourrés de défauts de conception . les autres n’existent même pas sur le papier . et pourquoi voulez vous que l’on s’enfonce toujours plus dans la pollution et la production de déchets ultimes alors que l’on peut faire beaucoup mieux, beaucoup moins cher , plus vite , sans dangers et sans déchets avec les ENR comme commence à le faire le monde entier mais pas assez vite vu l’urgence de la situation … il faut arrêter de blablater stérilement sur des vieilles théories foireuses pour gogos .. que proposez vosu de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

        Répondre
        • @Régis,

          Aaahh la préhistoire, époque bénie des Dieux où Nucléaire et Fossiles n’étaient pas exploitées !!! Et ou l’homme n’atait pas en mesure de défoncer son environnement à large échelle (huste sur quelques espèces de grands animaux…).
          Même à l’époque de l’empire Romain, il y a des doutes sur le démarrage d’utilisation de Charbon-houille (déjà) et la déforestation pour le charbon de Bois et l’agriculture étaient massives par endroit en lien avec la sidérurgie de l’époque !!! Les ENR dominait complètement les consommations énergétiques !!! Pourquoi n’est on pas resté à de telles époques !???

           » Ne pas connaitre son passé, c’est être condamné à le revivre » aurait dit Churchill un jour !!! – Adage pas complètement faux…

          Répondre
          • APO RE : il faut arrêter de blablater stérilement sur des vieilles théories foireuses pour gogos .. que proposez vous de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

          • Et ceux qui jouant à l’érudit, croient connaitre ce passé :
            « Il semble bien que l’usage du charbon comme combustible soit apparu à peu près partout en même temps sur la planète bien que certaines de ses contrées l’ignorent encore totalement alors que dans d’autres il semble déjà utilisé depuis longtemps. En témoigne le fait qu’il suscite l’étonnement dans certaines régions d’Europe alors qu’il est courant à d’autres endroits. En effet, au retour de son voyage, le marchand vénitien Marco Polo (1254-1324) rapporte dans son « Livre des merveilles » que les chinois chauffaient leurs maisons et cuisaient leurs aliments en brulant d’étranges pierres noires, soulignant par là son ignorance du charbon dans le Nord de l’Italie. Pourtant à la même époque et même un peu avant, en 1251 l’évêque de Cambrai attribue à l’Abbaye de Lobbes la moitié du charbon des environs de Gilly (aujourd’hui un quartier de Charleroi en Belgique). Pour comprendre ce qui aujourd’hui peut paraitre anachronique il faut nous transposer à une époque où les communications étaient difficiles et que si Marco Polo était un grand voyageur au long cours, le commun des mortels ne se hasardait que rarement au-delà des limites de son village et ce qui se passait à une centaine de km restait inconnu. » CF: Une histoire de l’énergie.

          • @Régis,

            Un léger écrêtement de vos propos (surtout le cc/cp permanents) commencerait par faire du bien pour la concentration, le sérieux et l’échange sur ce site.
            Ensuite, si vous ne savez pas lire ce qui est écrit notamment dans les commentaires ci-dessus (STEP, pilotage de consommations et autres), je ne peux rien pour votre « bonne fois »

          • APO encore du hors sujet … si vous ânonnez toujours les mêmes inepties continuellement vous aurez les mêmes faits réels derriere RE : il faut arrêter de blablater stérilement sur des vieilles théories foireuses pour gogos .. que proposez vous de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

          • @Serge,

            Merci pour cette parenthèse historique détaillée, j’apprécie sincèrement ! (et je suis une nouvelle fois pas étonné de votre commentaire méprisant comme à l’habitude !)

            Et Oui, peu d’éléments de certaines périodes nous sont connus…
            Les Romains, grands hydrauliciens, avaient mis des systèmes en place dont les derniers secrets (pas sur d’ailleurs qu’on est tout découvert) ne sont apparus évidents qu’à la fin du XXème siècle avec les progrès en mécanique des fluides… Beaucoup de connaissances ont disparu à la fin de cet empire…
            Pour le Charbon, de savoir Quand les hommes ont commencé à l’utiliser reste un mystère ! Mais c’était assez marginal surtout comparé à nos échelles actuelles…
            Les traces d’utilisation du pétrole ont des milliers d’années… Pour ce qui est de l’exploitation à grande échelle des fossiles, c’est certain que cela date d’il y a 200 ans pour le charbon et d’il y a un peu plus de 100 ans pour le pétrole et un peu moins pour le Gaz… Et bientôt on aura tout consommé le pétrole et le Gaz facile à extraire !!! (il ne faudra pas attendre 100 ans…)
            Ce qui est dommage, c’est que le pétrole a tout de même des utilités assez fantastiques en pétrochimie et lorsqu’il sera hors de prix et/ou rationné, cela affectera toutes les sociétés modernes… Le bruler bêtement à grande échelle est une bêtise sans nom en plus de polluer de manière intensive… (En France nous avons toujours quelques centrales au fioul lourd, quelle hérésie !!!).

          • Inutile de continuer à plastroner vantant les mérites de la Rome ancienne, vous n’êtes pas Romain des premiers âges. Et c’est hors sujet.

          • @Serge,

            Le mépris, c’est le plus fort de vos points forts !!!

          • @Serge,

            Vous me stupéfiez par vos propos amicaux et doublement stupéfiant !!!
            Prenez un jaune à ma santé et ça ira mieux…

          • Moi, je ne me cache pas derriere un pseudo passe-partout pour insulter les autres, et quand on me cherche, on me trouve.

    • Ainsi, les deux scénarios les plus nucléarisés (N2 et N03) sont très spéculatifs, tandis que l’autre scénario nucléaire (N1) n’est sans doute pas réalisable pour la partie nucléaire.
      @ marguerite : en creux pour vs Il n’y a que M0 qui est crédible !
      Nous avons tous compris qu’il faut tuer ce chien de nucléaire, bravo !
      Idéologie (+ doute affirmé haut et fort) quand tu nous tiens !
      Pour marguerite et SR
      c’est 1984 de par leur propagande » antinuc » et leur réécriture inversée des faits,

      Répondre
      • Il y a tous ces aveugles qui semblent ignorer qu’il n’y a plus un seul EPR en fonctionnement dans le monde et qui continuent à nous traiter d’antinuc….. avec tout de même de sérieuses raisons, bien plus pesantes que celles qui leur font rejeter les renouvelables., car avant de voir un problème de backup dont ils ont plein la bouche, il faudrait peut être les produire ces quantités fantastiques qu’il faudrait stocker ! On commencera PEUT ETRE à parler d’un problème de backup dans 10 ans, qu’and on produira suffisamment pour avoir quelque chose à stocker ! L’art et la maniere de mettre la charrue avant les boeufs pour dire que ça ne marche pas, mais dans 10 ans on aura tous les backup necessaires….. et les EPR 1, 2 ou 3 ne fonctionneront toujours pas.

        Répondre
        • @Serge, pour garder votre bonne foi légendaire et éprise de faits factuels !!!

          Juste 2/6 EPR en route, 1 en phase finale de test et 1 déjà mis à l’arrêt après démarrage…

          Répondre
          • Même pas au courant de l’actualité cet ignare qui ne sait pas que les deux chinois sont arrêtés depuis des mois et sans date prévisible de redémarrage….. Éventuel ! Et ça veut expliquer aux autres……?
            Oubliez nous vous n’avez rien à apprendre à personne.

      • Michel Dubus 🤣le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement .. vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement … RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES , leur Co².. baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/285051013_10229158156003395_847481363946327562_n.jpg?_nc_cat=108&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=WY50vXscQ6kAX-fSl21&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9OOIyIPCwWSuBW24t9TQrPgJkB_4wjqwIxLZuE-wOfgw&oe=6299E307

        Répondre
  • N1: nucléaire ancien: 16 GW, nucléaire nouveau 13 GW,
    PV: 118 GW éolien terrestre 58 GW, éolien en mer 45 GW, bioénergies 2 GW, hydraulique au fil de l’eau: moyenne de 5, hydraulique de barrage maximum théorique de 8 GW
    interconnexions: 39 GW, STEP 8 GW, VTG 2 GW, centrales à hydrogène 11 GW avec 10% de fc, batteries 9 GW x 4 heures flexibilité de certains usages: 15 GW.
    Est-ce réalisable pour la partie « système ENR », on peut se le demander également.

    Répondre
    • Marc il n’y a que vous qui se le demande car le monde entier accélère le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

      Répondre
  • Les années sur le papier (licence), c’est une chose. La réalité est différente.

    Aux États-Unis, une douzaine de réacteurs, ayant obtenu une prolongation de leur licence à 60 ans (ou dont la demande était en cours d’examen), ont dû être mis en arrêt définitif pour des raisons techniques ou économiques, avant d’atteindre 40 ans pour certains d’entre eux.

    Au cours de la dernière décennie, ces réacteurs ont été arrêtés avant terme :
    – Crystal River-3 (860 MW) à 36 ans, en 2013,
    – Kewaunee (566 MW) à 39 ans, en 2013,
    – San Onofre-2 (1070 MW) à 31 ans, en 2013,
    – San Onofre-3 (1080 MW) à 30 ans, en 2013,
    – Vermont Yankee (605 MW) à 42 ans), en 2014,
    – Fort Calhoun-1 (482 MW) à 43 ans), en2016,
    – Oyster Creek (619 MW) à 49 ans), en 2018,
    – Pilgrim-1 (667 MW) à 47 ans), en 2019,
    – Three Mile Island-1 (819 MW) à 45 ans), en 2019,
    – Indian Point-2 (998 MW) à 47 ans, en 2020,
    – Duane Arnold (601 MW) à 46 ans, en 2020 (le réacteur était déjà à l’arrêt, la tour de refroidissement ayant endommagée par une tempête).
    – Indian Point-3 (1.030 MW) à 45 ans, en 2021.

    Les réacteurs de San Onofre ont été arrêtés à cause de fuites radioactives des générateurs de vapeur et de réparations défectueuses.

    Pour Fort Calhoun-1, il a été prévu d’attendre 60 ans avant de le démanteler.

    D’autres réacteurs, sur le point d’être arrêtés, ont reçu des subventions pour rester en vie quelques années de plus dans les États suivants : Illinois, New-York, Ohio, New-Jersey, Connecticut, Pennsylvanie.

    Répondre
    • Avec un gisement solaire à l’année (pour la moitié Sud du pays), un gisement éolien, et du gaz de schiste, (+ un développement massif des batteries au lithium), les EU ont choisi la voie des ENRv. La filière nucléaire est réduite au minimum (création d’un design de troisième génération et quelques recherches sur les SMR et RNR, vente du modèle de réacteur au thorium à la Chine et coopération avec elle sur ces recherches).
      Mais enfin, pas un modèle en ce qui concerne la consommation énergétique par personne !

      Répondre
    • @Marguerite,

      Amusant de voir que le Nucléaire est subventionné dans les zones Nord du Pays, (où se trouve également les plus belles universités américaines, la plus faible part de Lobby anti-avortement et des zones pas trop Pro-Trump !!! ). Ces états ont des climats assez rapprochés des pays d’Europe du Nord et d’une partie de la France !!!
      @Marguerite,
      – Quelles nécessités pensez-vous qu’ils ont à donner des subventions au Nucléaire !?

      Pour les états du Sud et/où proche des zones à forte densité de Gaz de Schiste et/ou de mines de charbon, que les centrales nucléaires soient arrêtées relève d’une façon logique de voir le libéralisme économique…
      Comme le dit Marc, ENRv + Gaz de Schiste (voir charbon) ça fait un Mix efficace !!! Et ça rend le Lobby pétro-gazier heureux (voir le Lobby charbonnier suivant les états).
      Le Nucléaire n’est pas l’ami du Gaz, ni du charbon !!! Ce n’est pas le cas des ENRv …
      Ces 2 dernières énergies ont des Lobbys d’une vigueur extraordinaire aux USA !!!

      Répondre
      • APO toujours à ânonner tous les vieux canulars périmés pour gogos sans arriver à voir la réalité du terrain … En France c’est bien le nucléaire qui est subventionnée depuis plus de 60 ans et que l’on va paye encore et toujours plus cher des milliers d’année .. et une fois de plus c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole / gaz … et qui font démarrer moins souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances du nucléaire et à son intermittence de plus en plus récurrente … et toujours rien de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

        Répondre
          • APO 🤣 vous venez une fois de plus de prouver mes dires 🤣 encore et toujours des blablas stériles🤣 la vérité , les faits / retours de terrain , bilans officiels que tout le monde peut très facilement vérifier ça vous dérange ? 🤣 je suis contre les blablas stériles des trolls qui ne savent même pas ce qui se passent sur le terrain et qui postent des commentaires absurdes ou autres incohérences notoires dignes des piliers de bar avinés aux comptoirs de nos bistrots et de leurs théories des complots sur tout et pour tout… … et encore une fois de plus 🤣 toujours rien d’utile et toujours rien de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

  • Coût complet du système : les dés sont pipés pour avantager le nucléaire.

    Par exemple, le coût du capital (WACC) est compté de façon identique pour le nucléaire et pour les renouvelables. Hors, on sait que celui-ci est beaucoup plus élevé pour le nucléaire car le risque financier est bien plus élevé pour les investisseurs potentiels.

    Pour l’Europe, l’Agence internationale de l’énergie se base sur un taux de 8 % pour le nucléaire et de 3 % à 4 % pour les renouvelables, selon le cas.

    Comme les frais financiers comptent pour beaucoup dans le coût réel de construction du nucléaire et dans le coût complet de production, le coût réel des scénarios nucléaires serait beaucoup plus élevé que celui annoncé par RTE.

    D’autant plus que l’expérience des dernières décennies, aux États-Unis et en France, montre que le plus souvent le coût ne diminue pas mais augmente au fil du temps. Les rares exceptions (en France uniquement) sont de faible ampleur (revues scientifiques internationales).

    Et les durées de construction ne diminuent pas pour les « prototypes » EPR successifs européens.

    Répondre
    • @Marguerite,

      – Ne faut-il pas être capable piper les dés pour garder une indépendance énergétique de long terme ???
      – Compter sur 2 énergies (Solaire et PV) principales pour faire un Mix avec de grosses dépendances sur des matériaux mal diversifiés en source d’approvisionnement (l’éolien est bien moins sujet à ces facteurs) et non locales, N’est ce pas un risque !? (L’uranium est assez bien réparti sur la planète, quoiqu’en dise certains anti-nucléaire basique et vous le savez…)
      – Les scénarios avec les hypothèses PV ne sont-ils pas biaisés également sur le cout à Long Terme du PV ???
      – Idem pour l’éolien en mer, dont les couts ne sont plus à la baisse en Mer du Nord (mais plutôt à la Hausse, hélas !) !?

      Le cout du PV en France (inflation + Renchérissement du Financement + importation des panneaux) ne va plus baisser largement dans les années à venir non plus (voir même augmenter significativement, à voir !?)… La trajectoire de long terme ne peut plus être celle des 15 dernières années. Oui, il faut continuer le développement massif du PV mais regarder aussi à l’échelle les risques et les contraintes (Stockage, Réseaux, interconnexion nécessaires en parallèle, …) et Quelle place cela peut-il prendre réellement sans une exposition « exclusive » , qui créera un « talon d’Achille » à notre Mix…
      Par ailleurs, on vient de démarrer l’expérience de la fin de 30 ans de développement à tout va du Gaz Fossile pas cher qui est maintenant devenu cher… Qu’est ce que cela va donner !? Une crise économique majeure dans quelques mois ou années et des impacts sociaux qui apparaitront l’hiver prochain ou le suivant… Le GNL coutera minimum, même en revenant à la « Normale », 4 fois le prix du Gaz russe d’avant la crise…
      L’inflation qui touche l’Europe, touche aussi la Chine, et ce n’est pas prête de s’arrêter !!! Pourquoi les Chinois nous feraient-ils des cadeaux pendant encore des décennies !?? Ils ont les « Maitres » du PV et ils finiront par se servir de cette position ultra-dominante. Ils ont mis 20 ans à monter un secteur industriel à l’échelle, il nous faudra au moins autant de temps pour monter un secteur industriel à l’échelle en Europe et que pour l’Europe !!! (Sauf à rêver complètement comme on le fait un peu trop avec l’hydrogène qui aura un secteur industriel dans quelques années mais à quelle échelle réelle !? )

      Répondre
      • APO encore et toujours une longue diatribe de troll stérile .. si vous appreniez enfin ce que sont les ENR au lieu de délirera stupidement en public avec des questions qui ne se posent même pas … et toujours rien d’utile et toujours rien de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

        Répondre
    • @Marguerite,

      Que pensez-vous des dés pipés concernant la fabrication de composants essentiels aux panneaux PV !?
      Je trouve que les Chinois sont particulièrement intelligents de faire ce qu’ils font, à savoir d’évincer toute concurrence et de créer dans des pays (quasi des proxy) de pseudos-industries concurrentes des leurs…

      Les Chinois auront le pouvoir sur le PV !!! (et l’ont déjà)
      Plus on en aura, plus notre dépendance sera grande ! Et plus notre Mix sera restreint en type de production, plus nous serons à leurs pieds…
      Pour le pétrole et le Gaz, il y a un peu de concurrence de production et des zones géographiques un peu diverses… Sur le PV c’est quasi le néant sur certains composants…

      Répondre
      • APO vous qui aimez ressasser le passé : regardez qui etait pionnier dans les ENR .. et dans bien d’autres domaines ..vosu venez juste de confirmer que la France est toujours en retard sur l’avenir et ce dans tous les domaines donc poyurquoi le reprochez aux ENR ? d’ou vient votre portable ? votre ordinateur ? vos vetements ? vos chaussures , votre electro menager ?.
        ..etc etc

        Répondre
  • En septembre 2008, EDF annonçait que le premier EPR britannique (cinquième « prototype ») entrerait en service à Hinkley Point fin 2017.

    En mars 2013, au sujet de Hinkley Point-C (EPR), il était dit qu’EDF ne répèterait pas les dépassements de délai et de coût :
    « Nuclear power plant developer EdF’s engineers are convinced that there will be no repeat of the delays and cost overruns that have plagued its other European new nuclear projects. »

    Lors du « premier béton » de HP-C en décembre 2018, il était annoncé que le premier réacteur entrerait en service en 2025. En mai 2022, la nouvelle date (provisoire) est reportée à juin 2027.

    En 2014, le coût de construction « overnight », hors coût financier, était de 16 (seize) milliards de livres (£) et 24,5 Md £ en coût total effectif.

    En mai 2016, le coût « overnight » passait à 18 Md £. En septembre 2019, c’était de 21,5 à 22,5 Md £. En janvier 2021, c’était 23 Md £.

    En mai 2022, c’est de 25 à 26 milliards de livres (£), soit de 29,5 à 30,5 Md € pour les deux EPR. A 15 Md € pièce, c’est déjà plus que pour Flamanville (12,7 Md € « overnight »).

    Répondre
    • @Marguerite,

      En cas d’inflation continue dans les années à venir et supérieure en moyenne à 5% annuellement, Quel sera l’impact sur le prix de revient dans 10 ans pour ces centrales !? Dans 20 ans !?
      Pour sur dans le PV, les provisions pour remplacer les panneaux en fin de vie seraient impactées en cas d’inflation majeure…

      Répondre
      • APO et si vosu appreniez les bases du sujet ? à quoi sert de toujours blablater stérilement sur des données dont les consommateurs se foutent royalement ? ce qui est important c’est le prix des énergies pour les consommateur et vérifiez que les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire …

        Répondre
  • Le coût du capital n’a rien à voir selon qu’il s’agisse d’un état ou d’une entreprise privée.

    Concernant le back-up à hydrogène pour les ENRv, je crois que l’on est pas prêts de le voir, étant donné le faible rendement. Je crois que l’on se dirige vers un mode de vie en fonction des ENRv disponibles, avec un back-up au gaz fossile tant que celui-ci n’est pas inabordable, et avec ce qu’il restera de nucléaire et qui sera peut-être mis en service un jour.
    Les ENRv, c’est facile: on commande des PV aux Chinois et on installe… (On fabrique quand même un peu d’éolien).

    Pour ce qui est du nucléaire, tout est à revoir en profondeur depuis le niveau scolaire en maths et physique. La société française d’aujourd’hui n’est plus du tout la même que celle qui a permis l’exploit des années 70/80, et cela est bien plus profond qu’une question de volontarisme industriel. Et regarder comment et pourquoi il se développe en Chine aujourd’hui, avec quels moyens financiers et intellectuels, et quelles collaborations.

    Répondre
    • Marc il est vraiment temps que vous vous sortiez des vielles théories foireuses pour gogos et que vous vérifiez ce qui se développe en réel sur le terrain .. en plus c’est bien toutes les ENR qui nous sortent de la ..

      Répondre
    • Le rendement du E to H to E est plusieurs fois supérieur à celui d’un réacteur nucléaire.
      Si le premier des E devait être perdu quelque soit le rendement de la chaine elle est rentable, sinon le nucléaire n’aurait jamais existé.

      Répondre
      • @Serge,

        Encore une jolie Théorie, ô combien validée par les Académies des Sciences et des Techniques ainsi que par le CEA et tous les acteurs de la filière !!!

        Vous nous amené un Soleil dans cette Nuit obscure et tempétueuse !!! C’est vivifiant et tonitruant tellement c’est terriblement évident et plein de bon sens !!!

        Au fait, à quand votre estimation pour un Club Med sur la Lune avec départ depuis l’Aude !? J’ai lu cela quelquepart que c’était pour bientôt, vous devriez être au courant !?

        Répondre
        • APO vous aussi comme tous les autres trolls : il est vraiment temps que vous vous sortiez des vielles théories foireuses pour gogos et que vous vérifiez ce qui se développe en réel sur le terrain … car c’est Urgent et la crise actuelle accélère la mise en place ..

          Répondre
        • Encore une fois une réponse idiote d’analphabete technique qui ne sait pas ce qu’est le rendement d’un convertisseur d’énergie !

          Répondre
    • @Marc,

      Vous auriez pu ajouter que les taux du Capital vont être extrêmement modifiés dans les mois et années qui viennent par l’inflation et la fin partielle du « Quantitative Easing ». des grandes banques centrales occidentales !!! Qu’est ce que cela va donner sur les financements de projets du Privé ???
      L’inflation qui a démarré n’est pas rien !!! Certains pays exportateurs de matières premières sont extrêmement dépendants d’importation de nourriture et de Fossiles et vont donc pousser vers des réévaluations des couts des matières premières (ce qui est déjà le cas!!! et l’était sur certaines matières premières avant la guerre en Ukraine…). Que dire du coup du Fret maritime multiplié par 4 sur certaines lignes ?
      Le coup du Gaz va affecté énormément les économies européennes. Que va devenir l’Euro ??? et du coup que va décider la Chine ??? Garder sa monnaie fixe par rapport au dollar !? En cas de baisse majeure de l’Euro cela renchérirait bien des biens de consommation dont les ENR…
      De plus , la raréfaction/déplétion de minerais riche en teneur et bon marché emmène bien des matières premières vers des formes de rationnement. Est ce que cela affectera les ERNi ???
      Le coté « on a besoin, on demande à la Chine » finira par être désuet et par forcément par la volonté Européenne… La Chine a des intérêts qui ne sont pas les Nôtres et une population énorme à satisfaire !!!

      Effectivement Sobriété et Efficacité vont être plus que nécessaires… ENRi Oui, mais ne fait-on pas des Plans sur la Comète sur la taille de leur déploiement !? Les Centrales à fioul des années 60-70 ont été ferraillé pour laisser la place au Nucléaire après les chocs pétroliers, idem pour la taille des voitures qui a baissé avec de petits modèles accessibles au plus grand nombre (et même lorsque le prix du baril est redescendu… On s’était brulé avec trop de pétrole dans notre mix énergétique, on en avait tiré les leçons à une certaine époque pour diversifier, le temps a effacé cette nécessité de diversité pour moins s’exposer… )

      Même cher, le Nucléaire reste (avis personnel) une nécessité pour un Mix équilibré… Les périodes d’inflation à venir (dues à la dette et aux prix des matières premières et même si les Allemands sont mécontents) risquent de s’enchainer, pas sur que le Nucléaire soit la pire des manières de passer ces périodes…

      L’éolien, sujet de l’article, devrait assez bien passer ces périodes inflationniste, pour le PV j’ai des doutes…
      L’hydraulique devrait redevenir une cause nationale pour optimiser le parc actuel et le compléter de nouvelles capacités de Stockage…

      Répondre
      • APO encore et toujours des blablas stériles 🤣le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement .. vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement … RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES , leur Co².. baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/285051013_10229158156003395_847481363946327562_n.jpg?_nc_cat=108&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=WY50vXscQ6kAX-fSl21&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT9OOIyIPCwWSuBW24t9TQrPgJkB_4wjqwIxLZuE-wOfgw&oe=6299E307

        Répondre
      • Entre « système ENRv » et nucléaire: la Chine a choisi: elle fait les deux…
        Il faut bien distinguer « le nucléaire » (qui fonctionne en Chine sauf les EPR…) et « la filière française jadis triomphante, aujourd’hui empêtrée dans ses EPR »

        En France, on en est à se demander quels arbitrages il faut faire entre « déplacer 4 vaches » et construire une STEP…
        La Chine sait faire cet arbitrage, et installe actuellement nombre de STEP comme a su le faire la France en son temps.

        On parle de conflit d’usage avec les terres agricoles alors que la moitié de la population est en surpoids, que la plupart des gens ont une alimentation déséquilibrée mauvaise pour la santé, avec une place occupée par l’élevage bovin gigantesque (prés + mais pour nourrir les bêtes en hiver). Un conflit d’usage, qui, comme par hasard, n’existe pas lorsqu’il s’agit de développer des zones commerciales et pavillonnaires autant que possible.

        Répondre
        • @Marc,

          Le problème des STEP en France est de savoir qui prendra le « Leadership » !? A priori pas EDF…

          Autre point, certaines STEP, si elles ont bien conçues seront des réservoirs d’eau douce et de régulation des débits d’eau des fleuves. Vu la sécheresse actuelle (et la fonte des glaciers) ce sera bien d’avoir de l’eau avec des équivalents de glaciers qui rendraient cette eau (pour partie voir totalement) durant l’été. Cela ferait d’autre part plusieurs sources de financement aux STEP… Si EDF venait à avancer de tels arguments, ils seraient traités de « menteurs » et de « truands…
          L’Algérie, qui a des problèmes d’eau chronique, a construit depuis 20 ans de très gros barrages pour stocker l’eau des pluies d’hiver pour l’été et à destination de l’Agriculture, du maintien d’un peu d’étiage de certains cours d’eau et aussi à destination de la consommation humaine après traitement (en plus d’usines de dessalement le long de ses cotes…, avec même un projet où l’eau dessalée est pompée jusqu’à un barrage pour y être stockée…).

          La retenue de Grande Maison est en volume l’équivalent d’un glacier…

          Répondre
  • Oui, le débat sur l’énergie lors des élections présidentielles a été bien pauvre, et le débat sur la question de l’eau inexistant.
    Quel candidat a parlé de STEP ?? Aucun à ma connaissance…
    Des citoyens doivent porter avec force ces questions d’intérêt général.
    Les politiques ne le font pas. Ils versent en permanence dans la démagogie et le clientélisme et vont nous faire tomber sans scrupule du haut de la falaise nucléaire qui approche. Tous auront une excuse de tartufe qu’ils sont: « c’est pas de ma faute, c’est de celle de l’autre ».
    On est même plus dans le domaine de l’énergétique, mais dans celui de la sociologie.
    Jancovici a porté la notion de sobriété nécessaire, mais il a versé dans une orientation anti-ENR excessive et nuisible.
    Des barrages importants pour les réserves en eau et les STEP, c’est ce qu’il faudrait au niveau de l’intérêt général, malgré tous les zadistes et autres Nimby, avec le soutien de médias vérolés.

    Répondre
    • @Marc,
      Pour Jancovici, vous avez bien raison de mentionné que son parti-pris anti-ENR continuel (et qui n’a que peu évolué, hors que tout le monde peut admettre avoir fait des erreurs !) est devenu grotesque par moment… Par contre, « son » association The Shift Project est beaucoup plus mesuré sur le sujet !!!
      Par ailleurs, et cela m’a déçu aussi de sa part, le parti-pris de Jancovici contre les STEP (de manière régulière) en faisant un amalgame sous la forme de règle de 3 entre STEP et ENR pour du stockage à l’année, alors que l’analyse de RTE (beaucoup plus fine) montre le potentiel tout en gardant un ordre de grandeur faible (seulement 3 GW) à mon avis.

      Sur le point des STEP et en lançant réellement le sujet et en expliquant aux populations qui seront impactées mais pas que celles-là, il y réellement des objectifs beaucoup plus ambitieux atteignables, si on s’y met vite… La France serait même gagnante vue sa position assez centrale en Europe.
      Les suisses l’avaient compris en lançant leur STEP de Nant de Drance, critiquée il y a quelques années lors de la construction pour son cout et sa rentabilité hypothétique (avec les prix électriques d’alors !) et qui en ouvrant récemment va tomber « pile poil » au bon moment pour se rentabiliser correctement…

      Sinon, ce sera de la sobriété non voulue pour de large parties de la population, ie de la misère et de la pauvreté (avec beaucoup d’inconfort pour d’autres par moment…)

      Répondre
      • Il est contre les STEP car ce sont un outil d’intégration des ENRv, qu’il déteste.
        Evidemment, les STEP n’ont pas vocation à être des outils de stockage à LT, mais elles peuvent tout à fait faire du stockage quotidien, voire hebdomadaire pour certaines.

        Elles sont un investissement de très long terme, pour 100 ans au moins en ce qui concerne les réservoirs, ce qui constitue un handicap dans le système démocratique et financier actuel court termiste (idem pour le nucléaire), et contrairement aux années 70/80 qui avaient le sens de l’intérêt général à LT. Leur durée d’exploitation est celle de plusieurs cycles d’une installation de PV par exemple (disons 30 ans voire 40).
        Mais je pense que les variations de prix à l’échelle de la journée, et de la semaine, les rendront rentables assez rapidement.

        Et dans le pire des cas, si un jour elles n’étaient plus utiles pour stocker de l’énergie, les bassins le seraient pour les ressources en eau.

        Répondre
        • En effet, les steps sont certainement les ballasts de lissage les plus pertinents pour la régulations de tous les flux. Ca a été une grosse erreur d’avoir cesser de creuser (aussi bien l’idée que la chose elle-même). On croyait seulement qu’avec le nucléaire ça devenait inutile (encore une erreur) et on n’avait pas non plus pris conscience de la menace secheresse.

          Répondre
          • @Serge,

            C’est le Gaz pas cher et en gros volume qui a achevé le modèle des STEP, pas le Nucléaire…
            Les projets de STEP devaient s’enchainer après Grand-Maison mais cela coutait cher en « CAPEX » et les oppositions locales étaient redoutées par endroit… Grand-Maison a été faite pour stocker du Nucléaire (!) et stocke maintenant régulièrement des ENRi… Le Gaz Fossile était en plein développement dans les années 80-90 en Mer du Nord donc on est parti vers le Gaz (et pas l’hydraulique)…
            Faire de l’électricité d’appoint au Gaz coute bien moins cher qu’avec une STEP sur les 30 dernières années, et ça a été le cas (pas cette année…), sur 50 ans une STEP est bien moins chère et sur 100 ans, le prix devient ridicule… @Serge, N’oubliez pas le Poids des Lobbys pétro-gaziers en France (notamment maintenant ENGIE flamme bleue et Totalénergies !!!).

            Ci-joint une conférence du Visiatome sur les STEP – https://www.youtube.com/watch?v=l-QnVHlXIRU&t=6s qui explique aussi le potentiel des STEP pour redémarrer plus aisément et rapidement le réseau en cas de Black-Out massif du réseau Français voir européen et évidemment le pourquoi des grosses STEP…

          • En France on n’a jamais utilisé le gaz de façon importante et surtout pas au point de nous faire modifier notre politique énergétique. On est passé pratiquement du charbon et du pétrole au nucléaire.

          • @Serge Rochain,

            Les ingénieurs et équipes d’EDF Hydro ont laissé 5 GW de projets de STEP sur étagère dans les années 80-90 (cela devait faire le suivi de charge du réseau avec un nucléaire ne bougeant pas sa production…). Pas sur que ces équipes aient été reconduites, vu la quasi absence de projets en France…
            Au Japon, ils font (et ont fait) des STEP pour optimiser leurs fossiles et le Nucléaire (quand il marchait fortement), pour que ceux-ci tournent en base à régime optimum (sans à coup donc sans consommation excessive, surtout pour les Fossiles comme le charbon qui est importé), ils ont de plus des périodes climatiques variées avec suivant les zones des saisons des pluies marquées et cela aide à stocker de l’eau sur l’année…

            En France, il y a à Rédénat (un des projets des années 80) où des personnes militent pour la réalisation de cette STEP depuis des années, mais ils sont petits, pas médiatisés et comme il y a des anciens d’EDF dans le lot, ils sont traités quasi comme des guignols et/ou des parias dans les médias locaux et nationaux !!!

            Allez, vive les Batteries d’ Elon Musk, made by Charbon/Fossiles (50% garanties) en Allemagne ou en d’autres places avec des matières premières naturelles extraites sans cupidité aucune évidemment ,dans des environnements remplis de vertus et d’amour pour les populations locales et leurs descendants… ! Ca marche 10-15 ans (avec quelques lots qui font des feux d’artifice au milieu, c’est Fun et ça ne pollue jamais…) peut-être plus et les suivants verront plus tard en se démerdant !!!

          • Les ingénieurs d’EDF étaient convaincu que le nucléaire était suffisamment souple pour se passer des steps surtout en transférant une partie de la consommation diurne en phase nocturne, ce qui a modifié à bien des endroits le mode de vie des gens de l’industrie. J’ai moi-même vu ça dans l’entreprise dans laquelle je travaillais. Les promesses et tarifs nocturnes proposés par des représentants d’EDF ont convaincu le patron de notre entreprise d’arrêter de produire notre propre courant avec notre turbine sur un bras dérivé de l’Aude pour chauffer nos presses de moulage et vulcanisation du caoutchouc. Il suffisait de la chauffer dès le soir et d’augmenter le nombre de cuves/vapeur, et de commencer l’activité dès 4 heures le matin au lieu de 7 comme précédemment…. Et le tour était joué, l’usine embauchait à 3h30 au lieu de 7 car avec les vapeurs utilisées en différé, il fallait préchauffer ½ heure avant, et une demi-douzaine de salariés en charge de l’hydroélectricité remerciée. C’était à Carcassonne, à la SOMECA, (Société Méridionale du Caoutchouc). Je ne sais pas combien de sites industriels en tous genres ont étés en France ainsi impactés par les ambitions nucléaires aux exigences de laquelle il fallait s’exécuter, mais tout cela est passé inaperçu en dehors de ceux qui l’ont vécu.

            Quant à votre dernier chapitre festif sur les batteries, je ne vous rappellerais que la grande rave partie de techenobyl qui souligne combien le nucléaire ne polue pas.

          • @Serge,

            J’avais oublié l’essentiel Grand-Maison a été faite exclusivement pour le Nucléaire !!! Qu’y avait-il d’autres à stocker à l’époque (du Charbon et du Fioul !?)

            Prenez un coup de Jaune et ça ira mieux !

            Le développement du Nucléaire et n’a pas été si « débile » que cela sur tout !!! Cf les STEP qui commencent à être « recyclé » en utilisation vers les ENRi…
            Ce qui a pollué le système électrique français, c’est le Gaz !!! (facile, flexible, sans fumée lourde et visible mais tellement accoutumant et polluant…)

          • Oui je sais vous avez même des trous de mémoire, je vous ai pourtant fait passer un extrait de l’ouvrage « Une histoire de l’énergie » qui en fait état mais vous avez déjà oublié et il s’agissait simplement d’accroite notre puissance installée hyfraulique :
            « Il existe plus de 2250 centrales hydroélectriques en France. La plus grande se situe à Grand-Maison, mise en service en 1988 en l’Isère, 42 ans après la création d’EDF, avec une puissance installée de 1 800 MW, c’est-à-dire plus que n’importe quel réacteur nucléaire aujourd’hui. »

          • @Serge,

            sur votre propos, je vous cite :  » En France on n’a jamais utilisé le gaz de façon importante et surtout pas au point de nous faire modifier notre politique énergétique. On est passé pratiquement du charbon et du pétrole au nucléaire.  »
            – 1- Pourquoi importe t’on pour 500TW.h de Gaz Fossile (unité facilement comparable au Nucléaire) ???
            – 2 – Et oui le Nucléaire est venu surtout remplacé au début les centrales à fioul pour certaines presque neuves après les chocs pétroliers… Puis le Nucléaire a remplacé des parts de charbon pour la génération électrique (sans avoir « achevé » cette filière (hélas !) ).
            – 3 – Pourquoi donc a t’on construit des centrales à Gaz en bien des places en France (et qu’on continue de le faire – Cf Landivisiau et son 0.48GW tout juste commissionné) !!?
            – 4 – Donnez moi une journée depuis le début de l’année ou le Gaz a été absent du Mix électrique français !? (idem pour 2021 et 2020 et même avant, et Si il y en a c’est vraiment des jours de grands vents… Est-on capable de faire une semaine sans centrale à Gaz ??? ).

          • « – 1- Pourquoi importe t’on pour 500TW.h de Gaz Fossile (unité facilement comparable au Nucléaire) ??? »

            Ce n’est pas pour faire de l’électricité qu’on importe 500 TWh. Et si ce devait être le cas (ce qui n’autait pas été remplacé par le nucléaire) ce ne serait pas 500 TWh mais 1000 !
            Le nucléaire a surtout remplacé les centrales à fioul, on utilisait très peu le gaz à cette époque.
            Je ne vais quand même pas vous recopier toute l’histoire de l’énergie !

          • APO vous venez de prouver l’importance de développer de toute urgence les ENR pour justement faire démarrer moins souvent voire faire fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de notre merde de nucléaire de plus en plus intermittent . et approfondissez le sujet sur la centrale de Landivisiau ..quand a t’elle été décide ? pourquoi ? . mais ne vous inquiétez pas: cette centrale comme les autres pourra fonctionner au bio gaz dés que l’on aura rattraper notre retard en France dans le développement des ENR sur le terrain ..

          • Grandmaison est surnommée « le samu du réseau » car elle peut répondre, temporairement, à une défaillance de n’importe quel réacteur. En ce qui concerne les informations sur les STEP, on trouve toujours facilement la puissance et souvent très difficilement la capacité en GWh, qui est pourtant une donnée de base.
            Grandmaison possède, il me semble, la capacité de pouvoir pomper durant tout le week-end, à 1,3 GW, et à libérer cette énergie durant les pointes en semaine, jusqu’à 1,8 GW.
            Concernant Nant de Drance, on trouve nombre d’article mentionnant la puissance de 900 MW, mais je n’ai trouvé qu’au milieu d’un reportage la valeur de stockage de 20 GWh.

          • La capacité d’un STEP change en permanence car cela dépend du niveau du Lac. Au mieux on ne peut donner que la capacité maximale théorique qui n’est certainement pas représentative de quoi que ce soit. Certains n’ont probablement jamais atteint cette capacité maximale. Aucun criter de cette mesure n’est satisfaisant, moyenne, mode, médiane…? C’est même de nature à fausser les comparaisons entre step car celui-ci pourrait être moyennement rempli 90% du temps et celui là à 100% de sa capacité maximale juste après la fonte des neige, et ensuite il ne ferait que se vider tout le reste de l’année, jusqu’au printemps suivant. La signification de cette mesure ne peut s’apprécier utilement qu’en connaissant d’abord son cycle d’activité naturel et l’impact des pilotages possibles. Les steps sont toujours situés sur des cours d’eau car il faut bien les remplir la premiere fois et on ne peux pas interompre le cours naturel de l’eau, en raison des usages en avale et surtout pour la faune dont c’est le territoire. Les niveaux à garder impérativement pour ces raisons sont certainement les mesures ayant le plus de signification pour évaluer ou comparer des steps entre eux.

          • @Régis Isambert,

            Pour Landivisiau et ses 480MW, je serais mort, enterré et en poussière, qu’elle ne marchera toujours pas en totalité au Biogaz… Sauf à tripler (voir plus) le cheptel porcin et bovin dans des Giga-Usines en Bretagne (certains y pensent et le désirent mais d’autres commencent à être saturé des pollutions issus des élevages porcins) et couvrir de mais toutes les forêts restantes de Bretagne…
            D’ici là, nos brillants ingénieurs agro auront peut-être créé des poules avec des dents, cela évitera de concasser certains aliments pour volailles et faire des économies d’énergie…

            J’aimerais avoir votre version (@Régis) de la génèse de ce projet (poussé tout de même par RTE pour soulager cette partie de réseau en bout de ligne), cela risque d’être bien « croquignolesque » (enfin si vous arrivez à écrire quelquechose) !!!

          • APO vous savez quand meme que l’on est en crise et que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … et qu’ en plus de l’Urgence climatique la crise actuelle prouve bien le retard pris par la France dans le développement des ENR car c’est bien elles qui font démarrer moins souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de notre merde polluantes de nucléaire de plus en plus intermittent …

          • @Serge,

            Encore une fois, vous mélangez dans un « gloubi-glouba » du vrai et du faux !!!
            La puissance (sauf pour des turbines Pelton) dépend du Niveau des 2 retenues d’eau (Haute et Basse), les machines sont immergées en bas (sauf les Pelton qui sont ajustables en puissance pour la plupart et fonction de l’ouverture des arrivées d’eau !!!). Donc effectivement la puissance des STEP peut varier dans le temps mais ce n’est pas dans des proportions importantes et aléatoires, c’est une question de Hauteur !!!

            Le réservoir Haut de la STEP de Revin dans les Ardennes françaises (800MW quand même !) est un Lac artificiel en Haut d’une colline et même plus haut que le sommet historique de la colline !!! et donc pas sur une rivière !!! le réservoir bas est sur un bras mort de la Meuse donc oui, il faut mieux un cours d’eau quelquepart mais ce n’est pas une nécessité absolue !!!

            Revin et Grand-Maison n’ont pas les mêmes « buts » sur le réseau mais cette stratégie peut varier…
            Vous devriez regarder – https://www.youtube.com/watch?v=l-QnVHlXIRU&t=6s , ça vous ferait du bien !!! Des professionnels avec expérience qui parlent de leur domaine d’expertise… Ca vous donnerait un peu de culture plus profonde que votre vernis superficiel que vous voulez appliquer partout et pourtant il ne colle pas beaucoup sur beaucoup de sujets !!!

            @Serge, Avez-vous voyagé en Absurdistan ??? On dirait que Oui et cela a l’air de vous avoir marqué un peu comme périple !

          • Je crains que ce soit vous qui mélangiez tout….. il ne s’agissait pas de savoir la puissance puisque comme le dit Marc elle est toujours indiquée, mais de la capacité : C’est à dire, pour simplifier, le produit de cette puissance par le temps pendant lequel je reservoir est capable de le fournir car en vérité il s’agit d’une courbe pour la puissance tributaire de la hauteur de chute qui va diminuer durant l’opération de vidage de ce réservoir.
            Cessez de vouloir à toute force faire le maitrre d’école hors sujet, en inserant même des modèles particuliers de turbines pour faire savant. Vous n’impressionnez personne ici, et surtout pas moi.

          • @Serge, Cher Professeur PlateLun,

            Oui je vais arrêter de « faire » le maitre d’école avec Vous Grand et Cher Maitre de conférences si bien informé et si Brillant, le Cher Monsieur « J’ai Jamais tort » !!!

            Je vous laisserais « pisser » vos commentaires comme à votre habitude sans en tenir compte…

          • APO 🤣 pourtant si vous lisiez et vérifiez les faits vous seriez beaucoup moins ridicule en public 🤣 🤣

          • Vous faites bien, votre nullité dans les questions de sciences et de technologies ne vous permet pas de dsicuter de certains sujet, et ne pas prétendre y participer vous évitera de prendre des positions pseudo hautaines bien au dessus de ces considérations bassement matérielles dans lesqiuelles vous vous croyez autorisé à critiquer l’homme qui sait de quoi il parle pour éviter d’avoir à reconnaitre que vous n’êtes qu’un bonimenteur ne brillant qu’en matiere d’effet de manche et donc les connaissances du sujet traité sur ce forum vous font tellement defaut que vous passez votre temps à le cacher derriere des mots qui ne sont que desobligeants à l’égard de ceux qui pourraient vous en apprendre beaucoup si vous aviez au moins la modestie de les ecouter pour en faire votre profit et sans feindre prétendre les dominer.

        • @Marc,

          Vous avez les données en partie dans la vidéo pour le stockage et un pdf est en ligne également – https://www.youtube.com/watch?v=l-QnVHlXIRU&t=6s
          Pour Grand-Maison, c’est aussi une STEP mixte dont la grande retenue aval a un bassin versant non nul donc une production globale positive… Et effectivement c’est le SAMU français du réseau (voir européen de l’ouest…) tant sa mobilisation à pleine puissance peut être courte et évidemment avec des machines tournantes pour conforter la fréquence réseau, ce que les batteries ne sont pas capables de faire réellement à ce jour à large échelle…

          Répondre
          • Fake news habituel des nucléophiles cette histoire de fréquence incapables de stabilisation du réseau si elles n’ont pas la stabilitée inertielle des masses mécaniques. L’électronique fournie une stabilité bien superieure à celle des masses mécaniques en mouvemant.

            On a abandonné les plus importantes masses inertielle du système solaire avec la mesure de la stabilité de la rotation de la Terre en 1972 pour cadenser l’UTC (temps universel coordonné) au profit du temps atomique basé sur la période d’une oscillation d’un niveau hyperfin de l’atome de cesium 133.
            L’argument de la stabilité des masses des rotors des alternateurs me fait rire, puisque la masse inertielle de tous les moteurs synchrones du pays, de celui de la perceuse électrique du voisin à celui de la pompe de vidange du lave vaiselle de sa femme, est bien supperieure à celle des quelques dizaines de gros alternateurs des centrales nucléaires (quand ils tournent, ce qui se fait rare) pour stabiliser la fréquence du réseau. Et n’importe quel maitre oscilateur à quartz est bien plus stable que la plus grosse des masses mécanique que l’on peut mettre en mouvement. Et dire que tous les naïfs colportent celle légende sans même comprendre ce qu’elle veut dire. L’EDF a compris ça depuis longtemps et n’hésite plus à transporter les grandes puissances en continu pour améliorer le débit et recréer la sinusoïte à l’arrivée quand elle rejoint l’UHT et ça fait aussi rire les fabricant d’éoliennes qui fabriques les mêmes sinusoÎdes avec des oscillateurs à quartz et une électronique intelligente pour déterminer le sommet de la période et y synchroniser la production qu’elle doit acheminer, ce qu’est bien incapable de faire le balourd d’un alternateur de réacteur qui redémare, et pour qui il faut finasser avec l’injection du courant d’excitation pour qu’il tourne à la bonne vitesse jusqu’à ce qu’il soit synchronisé avec le reste du réseau.
            Il y a de quoi rire quand on voit le niveau de conviction avec llequel de telles stupidités sont affirmées. Et ça n’a pas fini de marcher auprès des gogos qui ne comprennent pas le B-A-BA de l’electrotechniques et ne font que le perroquet de n’importe quelle facke news avec la plus grande des assurances.

          • Serge,

            Vous avez encore du abusé sur le Jaune (hélas !) !!!

            Aujourd’hui, je vous ai découvert une autre activité professionnelle moi qui vous croyait informaticien de haut vol passé par les USA puis dans un grand groupe français et vous avez aussi travaillé dans une PME dans l’Aude ! Que d’expériences !

            C’est beau en tout cas de colporter des informations plus que discutables et discutés, sachant que certains équipements pour mettre en œuvre le maintien de la fréquence sur du THT avec de l’électronique en sont toujours au stade de R&D… (Cf un expert du secteur des réseaux https://www.youtube.com/watch?v=AtJo_TKJttA )

          • Oui il aime bien faire le buzz…. Youtube ça sert à ça. Il oublie seulement de dire dans son discours que le suiveur, une fois qu’il est s’est synchronisé sur la courbe « chef d’orchestre », le suiveur devient lui-même chef d’orchestre, ou plutôt, vient le conforter avec une précision inégalée que n’atteint que difficilement à force d’essais successifs la rotation d’un alternateur qui démare en suiveur.
            D’ailleurs, les plus hautes précisions dans la frequence dont on a besoin aujourd’hui c’est celle que l’on a dans le timer des ordinateurs dont les dérivent sont inférieures à la picoseconde et ce n’est pas cadensé par une masselote qui tourne !….. C’est des millions de fois supérieur à ce dont on a besoin pour le réseau. Ces youtubeurs m’amusent ils propagent un problème inexistant, les liaisons entre l’Angleterre et le continent sont des gros tubes qui transferent en continu, vos « spécialistes » devraient aller faire un stage au bout de ces lignes. En fait ils ne sont spécialistes de rien, il passe l’ensemble du problème en revu et le problème des transformations EC/DC/ et DC/AC est anecdotique (ils ont trouvé un vieux trucs sur internet qui date de l’époque où les nucléophiles fabriquaient la fakes news et ils nous le reservent dans leur youtube) et maintenant ils sont en train de parler de la taxe carbone… entre temps ils sont passés au recyclage des batteries des voitures électriques…etc. ce n’est pas une vidéo scientifique que je suis en train de regarder , c’est une clownerie à la Jancovici.

          • @Serge, le Maestro de l’esprit du cirque (à défaut d’esprit critique),

            Que vous dire !??? Vous êtes pathétique ! et vos âneries mettent du « pâté » pas fin plein la tête de vos suiveurs peu enclins pour certains à l’esprit critique !!!

          • Langage d’ignorant qui cache son inculture ‘notoire derrière des paroles creuses incapable de converser sur le sujet. Vous avez le CEP ? MOI PUI !

  • Le débat en matière énergétique s’est totalement cristallisé sur le thème nucléaire contre ENRv, et a occulté tout le reste.

    Répondre
    • @Marc,
      Je ne sais pas si on peut dire qu’il y a débat (hélas !) tant il y a des « intégristes » de tout poil de chaque bord (Pro-Nucléaire obstino-borné et ERNiste – Cf Régis Isambert pour le cas assez classique d’un ENRiste, ne laissant personne s’exprimer sans « pisser » des commentaires absurdes partout et ne rebondissant jamais sur un sujet même si cela va dans son sens, cela en devient pathologique… Il ne semble ne rien comprendre ou ne veut pas comprendre car ce serait sortir de son dogmatisme…).

      Sans débat posé dans la société, mais juste des clivages de principe, comment avancer correctement (à part vers le précipice…) ???

      Répondre
      • APO encore et toujours des blablas stériles 🤣 je suis contre les blablas stériles des trolls qui ne savent même pas ce qui se passent sur le terrain et qui postent des commentaires absurdes … et toujours rien d’utile et toujours rien de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

        Répondre
  • Il ne faut pas répondre aux trolls, pour ne pas leur donner de prise.
    Lorsqu’ils ne reçoivent aucune réponse, ils finissent généralement par partir.

    Répondre
    • Marc vous prouvez l’inverse … vous aussi toujours rien d’utile et toujours rien de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

      Répondre
    • @Marc,

      C’est vrai que RI est trollement bon dans le genre !!! Un modèle de communication CC/CP !
      Sa façon de Régir les débats est sans équivalent… et d’une finesse merveilleuse, avec tout cela, la démocratie française est sauvée et les ENR aussi !

      Répondre
      • APO 🤣 vous venez une fois de plus de prouver mes dires 🤣 : RE encore et toujours des blablas stériles 🤣 je suis contre les blablas stériles des trolls qui ne savent même pas ce qui se passent sur le terrain et qui postent des commentaires absurdes … et encore une fois de plus 🤣 toujours rien d’utile et toujours rien de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

        Répondre
        • APO 🤣 vous venez une fois de plus de prouver mes dires 🤣 encore et toujours des blablas stériles🤣 🤣 je suis contre les blablas stériles des trolls qui ne savent même pas ce qui se passent sur le terrain et qui postent des commentaires absurdes ou autres incohérences notoires dignes des piliers de bar avinés aux comptoirs de nos bistrots et de leurs théories des complots sur tout et pour tout… … et encore une fois de plus 🤣 toujours rien d’utile et toujours rien de concret pour accélérer le développement des ENR sur le terrain car c’est bien ça qui est urgent pour la planète le climat , notre santé , contre la pollution , le Co² , les GES …

          Répondre
        • @Serge,

          Merci pour votre soutien face à RI !!! C’est vrai, on finit par s’habituer à ses trollements de tambour…

          Répondre
  • l’Europe continue d’acheter les produits énergétiques russes (gaz notamment) dont il est actuellement fort compliqué de se passer.
    Gouverner, c’est prévoir mais ça tombe bien : personne, dans les institutions européennes, n’a été désigné (et encore moins élu) pour gouverner. En conséquence de quoi, absolument rien n’a été prévu, ni avant la guerre, ni maintenant, ni plus tard, pour éviter de se retrouver dans la situation courante.
    Pire, on a même fait tout le contraire.
    Depuis des années, et grâce aux écologistes collectivistes et autres gauchistes de l’énergie infiltrés partout, lobbyisant de tous les côtés et à tous les niveaux de toutes les institutions du pouvoir public, a été bâtie une politique énergétique particulièrement finaude qui a consisté à consciencieusement saboter ce qui marchait très bien (le nucléaire), empêcher une alternative intéressante (le gaz de schiste) et promouvoir activement et à fonds perdus l’éolien et le solaire, intermittents et donc adossés… au gaz et au pétrole qu’on s’est empressés d’aller chercher chez les Russes.
    À présent que l’idiotie de ces mesures apparaît dans toute sa splendeur, les élites qui nous dirigent sans gouverner tentent de corriger le tir : il va falloir s’affranchir de la dépendance russe… en accroissant notre production d’énergie verte !

    Répondre
    • Le nucléaire a été mal défendu. Les exagérations, et autres perles de communication se sont retournées contre lui.
      Comme je citais précédemment: « parce que le fc d’une éolienne est de 25%, il faut 75% d’énergie de compensation à l’ensemble du parc », « au-delà de 6% d’ENRv dans un mix, c’est le blackout », « le premier EPR sera construit en 5 ans », « Tchernobyl n’a fait que 35 morts ».
      Si les lobbyistes du nucléaire n’avaient pas versé dans ces âneries pendant plus de 20 ans, et que l’EPR avait bien fonctionné, le secteur n’en serait pas là, malgré les lobbyistes, de l’autre côté des ENRv.
      Il lui aurait aussi fallu exposer le problème dans sa profondeur, en tenant compte du niveau de l’éducation nationale, de la perte de valeurs de la société et d’autres facteurs sociologiques.
      Quant aux gauchistes, ils ne sont pas tous anti-nucléaires.

      Répondre
      • @Marc,

        Je suis bien d’accord avec beaucoup de vos points. Même si j’ai plus entendu la barre des 30% d’ENRi (et pas des 6%) il y a 20 ans et de la part de gens sérieux, comme difficile à passer et/ou très couteuse du fait de pertes de production devenant exponentielles passé ce cap (ce qui est mathématiquement logique sans Stockage)…

        A rajouter que le Lobby des ENRi est en train de faire la même connerie que le Nucléaire des années 90, qui était parfois plein de suffisance et de supériorité sur les autres et incapables de garder un esprit critique et une humilité pour la suite. Cette suffisance n’était pas celle des hommes qui ont lancé la filière Nucléaire. Cela risque de faire le même effet sur la filière ENRi dans pas longtemps si ils ne changent pas de posture non plus et s’ils ne se remplissent pas de plus d’humilité. Lorsque les ENRi auront atteint des limites diverses (acceptation sociale devenu minoritaire surtout pour les éoliennes, production ingérable lors des excès et absence de production lorsqu’on en a besoin, dépendance à des importations massives de composants Chinois (sans possibilité de voir « ailleurs »), pas de stockage réel et à l’échelle mis en place ni soutenu, mise en avant des fortunes de nombreux promoteurs d’ENRi alors que bien des Français auront des problèmes de paiement pour cette énergie de Base après des séries continues d’augmentation, etc, etc…). Cela risque de finir en « eau de boudin »…

        Répondre
        • APO 🤣 toujours à vous ridiculiser en public avec tous les vieux canulars périmés pour gogos .. 🤣 quand allez vous enfin apprendre au moins les bases du sujet et ouvrir enfin les yeux sur le réel du terrain au lieu d’anones stupidement les vielles théories foireuses de comptoir 🤣 comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution, leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain … vérifiez aussi que les ENR sont moins cheres que notre merde polluante de nucléaire pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets …

          Répondre
    • Michel Dubus vous ne voulez pas apprendre au moins les bases du sujet au lieu de vous ridiculiser en public … on a jamais employé du fossile pour les ENR car c’est les ENR qui évitent justement de faire démarrer trop souvent voire font fermer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances et à l’intermittence de plus en plus récurrentes de notre merde polluante de nucléaire …

      Répondre
  • Concernant les STEP, je vais considérer que la capacité est donc la puissance x le nombre d’heures maximal de stockage entre le fait que le plus petit bassin des deux soit plein ou vide (ou inversement), même si cet indicateur est imparfait.
    Je vais considérer également qu’il n’y a pas de conflits d’usage au niveau de l’eau, et que le plus petit réservoir doit toujours pouvoir être rempli au maximum. Les arbitrages entre agriculture et stockage de l’énergie se traduiront à chaque fois par du stockage d’énergie parce que l’agriculture bovine occupe une place très excessive et très consommatrice d’eau. Concernant la perte d’eau due à l’évaporation, je vais considérer qu’elle est négligeable, en France, et que les lacs peuvent être très largement réapprovisionnés.

    Répondre
    • @Marc,
      Chaque STEP, comme chaque ouvrage hydraulique est unique, mais clairement pour « modéliser » basiquement un système, prendre la puissance issue de la Hauteur moyenne du réservoir le plus critique est judicieux et le multiplier par le nombre d’heures de fonctionnement…
      Certaines STEP sont limitées par le réservoir Haut d’autre par celui en bas (cas plus rare).
      A noter que pour des petites STEP et/ou STEP moyennes, il serait possible de créer non pas 1 seul mais plusieurs bassins en Hauteur et de n’utiliser une partie de ceux-ci qu’une partie de l’année, de même il est possible d’agrandir la capacité dans le temps si des STEP sont faites sur des plateaux au dessus de fond de rivière encaissé…
      Je ne crois pas à l’unique efficacité des gros ouvrages ni au fait que que le « toujours plus gros » est plus économique et rentable…

      Pour ce qui est de l’Agriculture et de l’irrigation, ce sont des besoins variables et saisonniers, donc une logique de fonctionnement mixte peut être envisagée sur certains ouvrages (mais avec du coup des frais réellement partagés, un cas d’utilisation mixte mais pas à dominante agricole est le barrage de Serre-Ponçon qui se remplit au fil du printemps et alimente une partie de la région PACA l’été en plus d’activités sur le Lac… Le barrage de la Truyère a aussi des installations nautiques en été, donc une « activité » hydraulique restreinte quelques mois et tant d’autres ouvrages qui sont « bridés » l’été pour maintenir des soutiens à l’étiage des rivières un peu plus constant…).
      Les ENRi en développement vont impliquer des besoins de stockage de plus en plus important et régulier du fait des puissances installées et en projet… Les modèles de Stockage si ils sont pluriels trouveront à s’intégrer facilement tant les besoins sont importants et variés (stocker du solaire n’est pas stocké de l’éolien…). Que l’on ait des STEP qui marcheront plus l’été et des STEP plus pour l’hiver est une possibilité… De plus, avec le PV, le prix de l’électricité va devenir très faible vers midi et beaucoup plus élevé en soirée…

      Créer du « Capital » et des communs aujourd’hui (même cher) est un héritage pour l’avenir…
      Consommer du Gaz aujourd’hui ne laissera aucun héritage à nos enfants, juste de la misère, des dépendances chroniques et de la pollution par GES…

      Répondre
    • @Marc,

      En prenant la valeur de 0.272 kW.h d’énergie stockée à 100m d’altitude et en considérant des ouvrages avec une moyenne de 200 m de chutes (pouvant être composés pour cette moyenne d’ouvrages divers de 100, 200 ou 400m de chute) pour représenter un modèle théorique.
      Avec 3GW de stockage additionnel sur un pas de temps de 10 heures, il faudrait, pour 10 mètres de Hauteur de stockage utile, une surface de 551 hectares théoriques pour les bassins haut, en doublant la surface (hypothèse conservatrice) avec les bassins bas et l’emprise des ouvrages, il faudrait 1000 hectares (avec une chute moyenne de 200 mètres et 10 mètres exploitables) soit 10 km2 (c’est beaucoup et peu à la fois si cela est réparti en diverses places et suivant les utilités connexes qu’on peut y trouver…).
      En prenant 100 mètre de chute et 5 mètres de colonnes d’eau exploitable (pour garder de la performance en pompage/turbinage) pour 3GW de puissance et 30 GW.h de capacités, il faudrait 22 km2 théoriques pour les bassins hauts et près de 40 km2 avec les bassins bas et autres installations… C’est beaucoup et peu encore une fois suivant les critères que l’on emploie et l’utilité qu’on y trouve… Combien de cours d’eau en fond de vallée en France avec des hauteurs voisines élevées à coté, il y en a beaucoup, et « les petits ruisseaux font les grandes rivières »…

      Répondre
  • « Consommer du Gaz aujourd’hui ne laissera aucun héritage à nos enfants, juste de la misère, des dépendances chroniques et de la pollution par GES… »
    Oui, nos anciens nous ont laissé des moyens majeurs qui n’ont pas été renouvelés.
    La société est devenue tellement bête qu’aujourd’hui, un barrage conséquent (servant à la fois de STEP et de réserve d’eau pour l’étiage, l’agriculture et l’eau potable) est devenu inenvisageable.
    Pour les STEP, d’abord sur le principe de modèles de différentes tailles, principalement pour stocker l’électricité photovoltaïque.

    Concernant l’éolien, le stockage par hydrogène étant très coûteux, ce sont d’abord les écrêtements, interconnexions, et un peu de stockage journalier qui régulent en partie la production, qui peut varier de 1 à 10 selon les jours et les semaines.
    D’où, notamment en Allemagne, une telle dépendance au back-up fossile, que l’on peut observer par exemple ces derniers jours. En France, un offshore bien réparti permettrait de limiter ce problème.

    Le stockage à LT demande de récolter 3 à 4 fois ce qui sera restitué en bout de chaîne + les équipements nécessaires, ce qui n’est pas vraiment envisageable d’un point de vue économique aujourd’hui, sauf peut-être en Espagne.
    A ce jour, je vais dire, à vue de nez, que le système ENR (hors stockage à LT), c’est au mieux 65% d’ER 35% de fossiles en Allemagne, 72% d’ER 28% de fossiles en France, 80% d’ER 20% de fossiles en Espagne.

    Répondre
    • @Marc,

      C’est sur que des « STEP d’été » seraient principalement « utilisées » par le PV, mais du milieu de l’automne au milieu du printemps, elles pourraient (notamment avec des capacités additionnelles de bassin mobilisable) être utilisées pour l’éolien et les autres sources de production restantes en cas de surproduction mais aussi du fait de nos interconnexions…
      De l’information objective manque, de même que du recul, les « vérités » d’hier et d’aujourd’hui ne seront pas forcément celles de demain…
      Personnellement j’ai beaucoup cru aux ENRi, il y a 15 ans et j’en reviens tant cela représente des soucis connexes que peu d’ENRistes veulent voir… Oui à leur développement mais dans certaines limites et en regardant les problèmes qui apparaissent et vont apparaitre de plus en plus, notamment l’écrêtement qui aura un coup, car ceux qui auront des « manque à gagner » se retourneront contre quelqu’un… et les consommateurs finaux paieront tout cela in fine (l’état ne fera que des arbitrages de poches à vider et à remplir) !
      L’écrêtement sans compensation condamnerait les ENRi dans leur développement, ce qui n’est pas une solution tant nous allons manquer d’énergie dans les années à venir !!!

      Répondre
    • @Marc,

      C’est certain, c’est que les ENRi ont des capacités de réellement être des « Game Changer » assez variables suivant les pays !
      Avec beaucoup d’hydraulique et d’interconnexion, c’est assez aisé d’avoir des mix bien chargés en ENRi, et si le climat donne des consommations moins divergentes entre été et hiver cela aide encore plus…

      Mais pour des zones comme le Nord de la France, avec des consommations très prononcées en Hiver (et particulièrement durant les périodes froides avec peu de vent) ce n’est pas gagné… Effectivement c’est bien différent en Espagne et au Portugal…

      Un grand Plan Européen de STEP et d’interconnexions additionnels est plus qu’Urgent !!!

      Vous parliez des Pyrénées (que je ne connais pas), mais serait-il possible de faire des séries de STEP entre l’Espagne et la France avec une ligne THT le long (ou à proximité), cela ferait du Stockage en plus d’une nouvelle capacité d’interconnexion !??? (pour sur il y aurait des opposants, mais pour sur aussi des partisans !).

      Répondre
    • @Marc
      Vous faites des association illégitimes entre des moyens de production d’énergie et en l’occurrence d’électricité, et des moyens de stockage de l’énergie :
      Solaire avec Step d’une part et eolien avec hydrogène
      Les associations à faire entre stockage tous moyens confondus et production d’électricité c’est, et n’est que surproduction, ce que l’on utilise pas au moment même de la production.
      Par ailleurs vous persistez à considérer comme inutile un moyen de stockage comme l’hydrogène au prétexte (pour vous une raison, je n’en doute pas) que lson rendement ne serait que de 30%.
      Je me permets de vous rappeler que c’est un niveau de rendement très voisin de la plupart des moyen de production d’électricité non renouvelables c’est à dire les moyens thermiques, charbon, fioul, gaz, et nucléaire notamment, le moins performant de tous sur le plan du rendement.

      Répondre
      • Je ne dis pas que le stockage par hydrogène est inutile, mais vu le coût, étant donné le rendement de 30%, on ne peut pas en faire beaucoup, et il est pour l’instant difficilement envisageable.
        Oui, il y a un foisonnement de l’éolien offshore, surtout en automne / hiver, à condition de mettre le paquet en Méditerranée.
        En Espagne aussi d’ailleurs entre la Galice, la pointe catalane, et l’Andalousie, des zones d’ailleurs généralement ventées en période anticyclonique hivernale.

        Répondre
        • L’efficacité du foisonnement est proportionnel à lnatomisation, la Mediterranée n’en fait que partie de plus des implantations sont déjà en train de s’y installer alors que rien n’est prévu en Atlantique au Sud de la Vendée jusqu’à la frontière espagnole.
          Pour le rendement du stockage hydrogène permettez moi d’insister 30 % n’a rien de mauvais et se trouve seulement dans la fourchette basse des rendement des productions thermiques, loin de l’inacceptable.

          Répondre
  • Il y a eu, pendant longtemps un projet de ligne THT (relié à Golfech) qui devait passer par le centre des Pyrénées (la vallée du Louron), puis le gouvernement Juppé a arrêté le projet, qui a été transféré côté méditerranée, et en courant continu avec une ligne enterrée.
    Il est possible que le projet de liaison par les Pyrénées centrales (qui était aérien il y a 30 ans), soit remis sur la table en version souterraine, permettant notamment des STEP d’environ 1 GW x 8 heures entre Cap de Long et Oredon et Portillon et Oo.
    Mais aujourd’hui, on en est très loin. La liaison par le Golfe de Gascogne est déjà un très gros dossier.

    Sur les ENRv, LA seule question résiduelle est celle du back-up. Avec quoi le faire ? LA solution du stockage par hydrogène n’est pas réalisable à CT, et je dirais même qu’elle s’éloigne.
    Comment gérer les fluctuations de la production éolienne, dont l’apport est essentiel en automne / hiver.
    Quelles flexibilités de l’industrie peut être acceptée (ie arrêt lors des périodes anticycloniques hivernales), combien de jours par an un arrêt de l’industrie est supportable ?

    Là, on peut raisonnablement avancer dans la réflexion sur les dosages optimaux entre nucléaire et système ENRv, pas avec des arguments mensongers comme « parce que le fc d’une éolienne est de 25%, il faut 75% d’énergies de compensation à l’ensemble du parc français », ou en comparant directement le prix de base du nucléaire avec le prix de base de l’éolien.

    Répondre
    • La fluctuation de l’éolien, sera en France considérablement amorti grâce au foisonnement notamment offshore dont ne peuvent pas bénéficier ‘os voisi’ s.

      Répondre
      • Si je peux me permettre, je dirais que les fluctuations de l’éolien sont à gérer au niveau européen et pas état par état. Une dépression se fiche bien des frontières…

        Une dépression de plus 3000km de diamètre c’est peu courant… De 1000 km c’est quasi le lot commun…
        En période anticyclonique, les bordures sont souvent venteuses, sans compter des effets de vents thermiques par endroit mais connu depuis longtemps…

        Partant de ce constat, il serait bon de renforcer de manière urgente certaines interconnexions (et d’expliquer le Pourquoi, cela aide parfois les gens à avaler la pilule lorsqu’ils sont informés) et de mieux diriger une part notable des investissements dans certaines zones parfois « défavorisées » (Grèce et zone des Balkans notamment, qui ont en plus de bons ensoleillements en été et des mix électriques hyper-carbonés) et de faire monter cette capacité éolienne de manière plus équilibrée en Europe avec de vraies synergies, au lieu de « bourrer » certaines zones françaises et allemandes, faciles à équiper pour divers facteurs et de s’obstiner et/ou de s’arrêter là !!!
        Exemple « bête », les éoliennes du Nord et de l’Est de la France tournent bien quasi en même temps avec les éoliennes allemandes lors de passages dépressionnaires d’où des prix de Marché aberrants, lors de pareils évènements…

        Répondre
        • Je vous serais reconnaissant de respecter vos engagements envers moi et passer votre chemin sans vous croire obliger de penser que, dilettante dans le domaine, vous m’apprenez quelque chose sur des phénomènes que j’étudie depuis plusieurs années.

          Répondre
          • @Serge,

            Je serais heureux que vous arriviez à vous appliquer la même chose !!!

          • Moi quand je prends un engagement je m’y tien et que vous soyez heureux ou pas je m’en fiche pas mal.

          • @ APO
            Impossible de lui apprendre quoi que ce soit il est trop « intelligent » et imbu de sa personne.
            Il est du même tonneau que tous ces « délinquants » en col blanc pourris jusqu’à la moelle comme macron, darmanin et j’en passe et des meilleurs !

    • @Marc,

      Je pense qu’il est temps d’arrêter d’infantiliser les Français et d’annoncer très en amont les projets. Le faire 10,15 ou 20 ans à l’avance permet de se préparer et de ne plus avoir les opposants « ballots » soit-disant venus s’installer dans un coin calme, qui n’étaient pas au courant et qu’on dérange seulement 2 ou 3 ans après leur installation !!!
      Les « Verts » locaux et nationaux doivent se mouiller au lieu de continuer de propager des dogmes !

      Même un Mix avec pas mal de Nucléaire va requérir des interconnexions… Et de plus, la France va avoir un « Devoir » de raccorder Pays du Nord et du Sud de manière plus importante du fait des développements éoliens et solaires…

      Dommage que ces informations ne soient pas plus partagées sur la « place publique » …

      Répondre
      • Si vous voulez, commencez par faire un site internet dans lequel vous expliquez la question.
        Je crains que personne ne porte véritablement cette question, ce besoin massif de STEP et d’interconnexions.
        Si des citoyens ne s’y collent pas, je crains que personne ne le fasse…
        Sinon, voyez peut-être avec « the shift project » (ils se sont détachés de Jancovici sur la question des ENRv).

        Répondre
        • @Marc,

          Honnêtement, je n’ai pas trop le temps pour faire un site dédié (ni la volonté actuellement).
          Par contre j’ai essayé pendant plusieurs années de promouvoir l’idée d’une STEP Marine à multi-usages dans ma région d’origine. Les retours des interlocuteurs divers m’ont beaucoup appris (hélas !) sur soit la passivité des citoyens soit le silotage de pensée de beaucoup (les écolos ne pensent quasi que ENRi, et à l’autre bout de la table les pro-nucléaire ne pensent que Nucléaire…, le reste de la population consomme et veut rien voir venir…). Les couts de l’électricité n’étaient pas favorables à l’époque…
          J’y ai passé du temps, et je n’ai plus trop la volonté pour le moment de reprendre le sujet. Pour voir l’évolution des consciences, je regarde les commentaires sur des sites d’énergie et je ne vois que très peu d’évolution dans les pensées des Nucléaristes et des ENRistes, et même dans la diffusion des informations… Faire le Don Quichotte, j’ai donné un peu (un jour je m’y remettrais peut-être mais pas quasi tout seul).

          Pour contacter le Shift, je suis en train de remettre à jour mon petit dossier et je comptais les contacter prochainement, ainsi que quelques entreprises (je l’avais déjà fait et cela avait suscité un intérêt modéré, les entreprises suivent la tendance le plus souvent). Le PTEF a été au centre des activités du Shift ces derniers mois donc j’attendais un peu (quelques articles de presse spécialisée réactualisés sur les STEP auraient été bienvenues … Hélas quasi Rien !!! et une évolution notable de certains ENRistes et autres Nucléaristes auraient été aussi un bon message de la prise de conscience, ce n’est guère le cas !).

          @Marc, Avez-vous regardé cette présentation/conférence et les échanges qui s’en suivent : https://www.youtube.com/watch?v=AtJo_TKJttA , cette conférence a plus d’intérêt que celle de Jancovici sur la « même » chaine et un rapport de 1 à 200 en terme de vue… Jancovici a éclairé beaucoup de gens sur les problèmes énergie-Climat certes, mais il faut passer aux solutions (et ne pas jeter certaines solutions avec l’eau du Bain…).

          Le problème de l’énergie en France (Avis personnel) a été de développer massivement le Gaz Fossile depuis 30 ans (à cause des Lobby pétrolier !???, de la peur grandissante dans le Nucléaire !???, de son cout faible !??? sans considérer les dépendances). Et depuis 15 ans, pas de remise en cause de cette énergie!!! Avec des moments caricaturaux ou les ENRi étaient développées et subventionnées et les systèmes de pompe à chaleur pénalisés par rapport au Gaz pour le chauffage (c’est à partir de ce moment-là que j’ai complètement décroché d’une vision possible 100% ENRi !!!). Le pilotage est aussi le parent faible de l’histoire et il y a tant à faire…
          Effectivement; il faudrait en parler plus, mais Comment !? Les camps sont « dressés », chacun rempli de parti-pris et de dogmes (parfois absurdes mais assumés par des caricatures et des « YAKAFOCON ») et une partie de la population totalement désintéressée…

          Répondre
          • APO pendant que vous blablatez stérilement sans rien apporter de concret et d’utile …
            la France toujours en retard sur l’Avenir
            Les énergies renouvelables allègent la facture des importations de gaz et de pétrole de la France
            WWW-LESECHOS-FR.CDN.AMPPROJECT.ORG
            Les énergies renouvelables allègent la facture des importations de gaz et de pétrole de la France
            Selon l’Ademe, l’agence de la transition écologique, le déploiement des énergies renouvelables a fait réaliser à l’Hexagone une économie de 22 milliards d’euros sur ses achats de gaz et de pétrole de 2000 à 2019.

          • La Belle Régie Publicontaire de Sieur Régis Isambert a encore exprimé de jolis dogmes tout faits tout parfaits !!!
            La France va aller loin avec cela, reste à savoir si ce sera vers le Haut ou vers le Bas !?

          • J’ai regardé brièvement cette conférence sur le réseau. C’est assez technique.
            Concernant les STEP et interconnexions, vous devriez trouver davantage d’écho dans le camps des pro ENRv que dans celui des pro nucléaires, car ce sont des outils indispensables aux ENRv, alors qu’un système à base de nucléaire en a beaucoup moins besoin, avec les véhicules électriques qui peuvent être rechargés durant la nuit, et les électrolyseurs tourner durant la nuit également, ce qui réduirait le besoin en STEP et interconnexions.
            Bien que n’étant pas hostile aux ENRv, le Shift Project reste tout de même très orienté vers le nucléaire.
            Les voies pédagogiques classiques ne fonctionnant pas, je crois qu’il faut essayer de choquer les gens, sur les problèmes qui vont arriver, et l’incurie des politiques. Je ne dis pas que cela va marcher, mais je ne vois pas d’autres possibilités, au niveau de la forme. Enfin, il faut rentrer dans les paramètres sociologiques pour comprendre l’évolution de la société depuis 40 ans.

          • Marc dans vos élucubrations vous oubliez toujours les bases : les STEPS ont été faite pour le nucléaire ..et les HP / HC aussi … ce sera le meme raisonnement avec les ENR … pourquoi ne pas recharger les VE dans la journée puisque qu’en cas de besoin il y aura la V2G … etc etc

          • @Marc,

            Oui la conférence est un peu technique mais éclairante sur les possibilités du réseau français pour intégrer divers types d’énergies.
            Honnêtement les pro-ENRv sont souvent omnubilés par seulement plus d’ENRv et pas par le système électrique en général. Entre les réalistes cupides et les idéologistes utopiques, les partisans des ERNv un peu posés sont rares, j’en avais fait l’expérience et je continue de voir ce Clivage (soit intéressé, soit dogmatique !).
            Ce sont plus des pro-Nucléaires avec qui j’ai le plus échangé ! Toutefois, ils voient tout en Gros !!! et le coté « Small is beautiful » n’est pas leur tasse de thé (mais en leur faisant remarquer que les bons vins français ne sortent pas d’usines et d’économies d’échelles du toujours plus gros, certains se posent et regardent …).

            Les débats sur les énergies en France sont mal posés, et cela risque de continuer encore longtemps…

            P.S.: Je pense que la Fin du Service militaire a aussi fait plus de mal que l’on croit à la société française, pas pour le coté militaire, mais pour le brassage des populations de tout bord dans un environnement qui était ce qu’il était…

          • APO il n’y a que les gogos qui parlent ENRv car c’est bien toutes les ENR qui nous sortent de la et en plus ledit gogos qui ne sont bons qu’à blablater stérilement sur les veilles théeries de comptoir sans jamais rien proposer de concret sur le terrain oublient toujours que l’urgence c’est l’énergie et pas l’électricité …

          • @La Régie publicontaire ENRiste,
            Vos « blablas » sont d’une stérilité sans éclairage et vos théories sont d’une impuissance chronique !!! A part, braquer les débats et marquer un peu plus les lignes, vous ne faites que faire fuir des gens qui pourraient être plutôt intéressés par beaucoup d’aspects des ENRi. Bravo Champion !!! Faut continuer, les pro-Nucléaire adorent votre ridicule, qui pour le coup tue la cause que vous entendez défendre… (Show must go on, Allez-y vous grandissez ce à quoi vous vous opposez avec puissance et le résultat ne sera pas stérile… Encore BRAVO !!! Champion …)
            Une petite question : « Etes-vous souvent invité à diner par des demi-connaissances !? « 

  • Quelques problèmes cependant avec le développement de l’éolien « Le système d’appel d’offres est aujourd’hui à bout de souffle. Il oblige à pratiquer des prix inférieurs à 60 ou 70 euros le MWh, alors que les cours de l’électricité explosent aujourd’hui jusqu’à 500 euros du MWh. Il y a un vrai décalage, qui ne permet pas aux turbiniers européens de sécuriser leur offre industrielle sur le territoire », s’inquiète Michel Gioria, directeur de France Energie Eolienne. https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/eolien-les-couts-de-construction-explosent-le-modele-europeen-ne-tient-plus-face-a-la-concurrence-chinoise-919930.html

    Répondre
    • @Cochelin,

      Comme l’éolien est une nécessité pour l’Europe (et encore plus avec la guerre en Ukraine), il faut effectivement réévalué les couts de manière urgente et garder ces industries en Europe… Qu’elle soit plus « étalée » entre les pays serait un plus par ailleurs…

      Si on devient dépendant de la Chine pour l’éolien sur un % important et qu’on ne fait pas de progrès sur le PV, nos Jeunes vont se faire « bouffer » par les Chinois !!!

      A noter que la SER devrait monter au créneau pour redonner des enveloppes de prix réalistes…
      On verra dès lors l’inflation et cela remettra les pendules à l’heure pour les Naïfs qui croyaient à une « décroissance » perpétuelle des couts de l’éolien… Qu’entre 2020 et 2023 l’éolien prennent + 25% ne serait pas étonnant !!!
      Les couts de l’éolien varieront, et en l’état, ils vont souffrir de l’inflation et des taux de financement pour le moment, avant l’arrivée de la Colline (puis la Falaise) de la surcapacité installée (surtout sans Stockage et interconnexion additionnels !) !!!

      Il ne va pas falloir « vitesse et précipitation » dans les années à venir et mieux agencer les ENRi (la SER devrait être la première à le faire au lieu de précipiter en permanence certains sujets…).

      Répondre
    • Oui, ils se plaignent parce que pour être retenu il faut être le moins disant. Normal c’est comme pour tous les appels d’offres.
      Et justement l’écart avec les prix élevés ces marchés ont précisément pour but de faire chuter ces cours très élevés dus au recours aux fossiles. Et ce sera comme ça pour tout ce que l’on sort du sol pour le transformer en chaleur.

      Répondre
      • @Serge,

        Et à l’Est rien de Nouveau … https://www.energynews.pro/neoen-inaugure-son-plus-large-parc-eolien-en-france/
        Pour Rappel, les Vosges furent une région industrielle française notamment dans le Textile jusque dans les années 70-80… Aujourd’hui !!?

        Quel Appel d’Offre pour ce lieu ???
        Les AO sont des enveloppes nationales qui devraient être régionalisées dorénavant et arrêter le délire dans le Nord-Est proche de l’éolien allemand, il n’y a aucune synergie de long terme d’avoir ce centralisme de l’éolien…
        Mais comme dans le Sud (Occitanie entre autres) c’est beaucoup plus dur de mettre de l’éolien pour de multiples raisons (sauf dans les zones naturelles propriété de l’état) QUID ??? La SER continue littéralement « d’en bourrer » le Nord Est de la France (à moitié vide et bien désindustrialisé !)…
        D’autres zones françaises, comme la Creuse, étant des quasi déserts, il n’y a pas de réseau électrique important, facile d’accès et pas trop loin pour transporter l’énergie produite de parcs importants, donc le développement de l’éolien est très limité dans ces départements très peu denses sauf à la stocker pour partie sur place et à lisser les « exports » vers d’autres lieux de consommation et/ou faire des Travaux de nouvelles lignes électriques sur des dizaines voir centaines de km (RTE n’a pas des budgets illimités !!!)…

        Le développement facile de l’éolien en France est derrière nous… (je ne m’en réjouis pas, je constate des faits et des situations actuelles…).

        Répondre
        • APO qui oublient toujours les bases du sujet : c’est bien en produisant enfin proprement sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire avec les ENR au plus prêt des lieux de consommation que l’on evite le renforcement à outrance du réseau et qu’on limite très fortement les pertes réseau …

          Répondre
          • @Régis Isambert,

            Etes-vous sur que les ENRi, c’est toujours moins cher ??? A priori pour 2023, Enercoop aura sa dose d’ARENH !!! Pourquoi ???
            https://twitter.com/frdossant/status/1534078195305160705
            Les derniers à résister à l’Appel du Nucléaire ont craqué en conseil d’Administration (reste à valider en Assemblée générale) !!! Comme Quoi le pognon (et surtout le cout système)… et l’intermittence des ENRi ont fait craqué les plus sérieux jusque là…
            Les ENRi, c’est bien mais c’est pas suffisent sauf à changer drastiquement de mode de vie…
            Plus personne sur la place du Marché de l’électricité n’offre donc du 100% ENRi (sauf après achat de certificats d’origine dans un système parfois douteux quand à l’intégrité réelle de la chose…)
            Pourvu que la « Bise » (le vent) souffle fort dans nos campagnes l’hiver prochain…

          • APO oui les ENR sont moins cheres que notre merde polluante de nucléaire et si vosu conssiez les bases du sujet vous le sauriez bien … et oui ENERCOOP va peut être s’inscrire à l’arenh provisoirement à cause des provisions à prévoir pour assurer sa couverture quitte à revendre cette provision quand elle ne sert pas …. le temps de pouvoir tout assurer la production avec ses producteurs directement et en plus la coopérative a accéléré l’investissement dans de nouveaux projets d’ENR en France et els campagnes d’économie d’énergie voire l’autoconsommation PV pour tout le monde ..vous allez enfin vérifier que la crise actuelle accélère le développement des ENR partout dans le monde ?

        • La répartition de l’éolien en France a été soigneusement reparti pour tenter de démontrer que ça ne pouvait pas être une solution avec des écarts de production de 1 à 10 comme s’y font prendre les plus objectifs comme Marc.
          Pour comptmrendte les supercheries il suffit souvent de pousser l’anomalie à l’extrême : ne mettez qu’une seule éolienne à un seul endroit et vous aurez les écarts maximum !
          C’est exactement ce que l’on fait en accentuant le biais en mettant la moitié de l’outil de production sur un mouchoir de 16% du territoire. Il y a longtemps que l’on ne peut plus me la faire avec ces stupidités coûteuses dont l’objectif n’est que de discréditer les renouvelables…. Continuez à mordre à ces leurres vous irez loin dans la bêtise.

          Répondre
          • @Serge,

            Et Que fait la SER ??? A part rassembler des entreprises qui font de bons profits ??? Elle ne peut pas être responsable !!!

            La théorie du complot sur le déploiement éolien limité à des zones, voilà une belle nouvelle farce !!! De plus en plus fort sur le jaune @Serge !?

          • Sur les écarts de production de 1 à 10, je parlais de l’Allemagne, qui n’a pas le foisonnement que pourrait avoir la France;

          • Alors on est d’accord. Et si malgré ce handicape l’Allemagne réussi à mener sa transition jusqu’au bout (100% renouvelable), ce sera la preuve que nous ne pouvons pas échouer !Mais il est étrange de constater que c’est le moins favorisé qui a eu le courage de se lancer dans ce vers quoi le monde entier devra un jour se convertir faut de ressources terrestres à transformer en chaleur.

          • @Serge,

            En parlant du « moins favorisé » à propos de l’Allemagne, faites vous preuve de cynisme !?
            L’éolien allemand aussi souffre de concentrations. Les campagnes d’Allemagne de l’Est (ex RDA) déjà mise sous la coupe soviétique précédente et donc vidées de leurs petits propriétaires ont été des zones faciles pour l’éolien !!!

            Pourquoi les Allemands n’ont pas étalé leur éolien sur l’Europe ??? De la Grèce à l’Est de la Pologne et fait des lignes THT ??? Ils auraient pu ainsi démontré que l’éolien aurait pu à une échelle européenne être une solution valable pour une part du Mix !!!
            Qu’ont-ils fait ! Ils ont bourré le Nord et le Nord-Est de leur Pays de champs d’éoliennes, cela leur fait faire des économies de Gaz (et ils « perdent » beaucoup d’électricité produite faute de lignes THT vers le Sud du Pays!) … Ils ont pu se le payer sur le dos des consommateurs allemands qui ont 1 kW.h très cher (et qui du coup pour beaucoup se chauffent au Gaz !) et surtout du fait de leur balance de commerce extérieur très positives du fait de leur vente de grosses Bagnoles polluantes sur tout le cycle de Vie !!! Quel Modèle !!! Encore une fois, les Allemands vont sauver l’Europe !!!

            Les Danois avec leurs connexions avec leurs cousins Norvégien et Suédois (tous 2 très riches en installation hydraulique) et aussi avec l’Allemagne ont beaucoup mois de problème d’équilibrage de leur réseau et un modèle qui a beaucoup plus de sens !!! Après que les politiciens Danois fassent les « malins » et les « Marie-Antoinette » à la face des autres pays Européens démontrent leur faible niveau de compréhension de la chance qu’ils ont et donc de leur Suffisance éhontée !!! Après certes ils défendent leur constructeur VESTAS qui s’est fait du pognon dans l’Europe entière et le monde entier…

            Tous les pays ne sont pas propices pour l’éolien (Cf Suisse et Autriche) et sans raisonnement à large échelle, l’éolien sera une impasse…
            Que fait l’Europe ??? Rien à cause de la libre concurrence, qui est dans ce cas une connerie monumentale…
            Que fait la SER ??? Optimiser la rentabilité de ses membres à court terme … (Vision de long terme = proche de 0, à part des volumes souhaités – donc du Fric à se faire – pour valoriser les actions des entreprises membres !!! )

          • Bon d’accord, vous avez raison, l’Allemagne est au contraire très favorisée avec ses 15 façades maritimes jusqu’à celle de la mer de Timore pour l’éolien, et leur litorale méditéranéen pour le solaire, excusez moi de cette erreur

          • APO et tous ses canulars pour gogos .. regardez ce que les Allemands ont sur le toit de leur maison alors qu’ils ont uen moisn boen météo que nous .. . regardez le nombre de maisons passives voire positives et oui les Allemands ont toujours paye le vrai prix de leur electricite alors qu’en France on a tout financer avec nos impots .. ..

    • Vous vous inquietez ? Vous avez mis vos économies dans ce projet et vous tremblez déjà avant que ça commence ?
      J’ai une nouvelle pour vous, vous allez enfin pouvoir dire que je ne defends que mes interets avec l’éolien, offshoer qui plus est, et même celui a risque, le novateur, le flottant. J’ai mis une autre partie de mes billes en soldant un compte de rapport qui restait à la BNP sur le projet du parc de Port la Nouvelle dans l’Aude, pres de chez moi. Vous savez ce genre de projet où on ne sait pas où on va car on n’en n’a encore jamais fait ! Vous savez, ce genre de projet où je peux tout perdre mais dont les gens comme vous diront sans doute dans deux ans que je me gave sur le dos du contribuable.
      Bon WE Cochelin, dormez tranquille sans inquiétude vous ne risquez rien à Dunkerque, la technique est archi connue et maitrisée en posé.
      PS : Vous avez mis beaucoup ?

      Répondre
    • cochelin on s’en fout puisque le consommateur ne paye que la production injectée dans le réseau par contre parlez nous du nucléaire que l’on a déjà paye tres tres cher et que l’on va encore paye toujours plus cher des milliers d’année meme quand on s’en sera sorti ..

      Répondre
  • Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est l’influence de l’armée pour empêcher le déploiement des éoliennes, en particulier en Aquitaine.

    L’armée prétend que les éoliennes gênent les radars militaires. Cela ne se produirait qu’en France, car rien de semblable dans les autres pays.

    Soit ce n’est que pur mensonge, le ministère des armées étant infesté de pro-nucléaires, soit cela révèle la médiocre qualité des radars militaires français.

    Car au Danemark, en Allemagne et ailleurs, les radars militaires (et ceux civils des aéroports) savent distinguer la signature radar d’une éolienne, différente de celle d’un avion. Leurs radars savent aussi distinguer un avion qui essaierait de se cacher derrière un parc éolien.

    Répondre
    • Prenez garde Marguerite, APO va vous traiter de conspirationnisme.
      Après la chute du mur de Berlin les bases aerienne sont fermées les unes après les autres et la zone Nord se desertifie et se regroupent, seules deux bases toutes deux dans le Sud prennent de l’importance en regroupant les force aériennes d’une fraction de celles qui ferment, Mont de Marsan et Aix. Ce qui peut expliquer peut être en partie que les appels à projets éoliens se soient surtout produit dans le Nord et non pas pour ne pas déranger les retraités du Sud dont les gouvernements n’ont que faire et surtout pas les ménager.

      Répondre
      • @Serge,

        Ce que dit Marguerite n’est pas dénué de sens !!!
        J’ai été étonné des arguments des militaires assez récemment après avoir vu un parc éolien à moins de 10 km de la BAN de Landivisiau sur une crête (BAN = Base Aéronavale) en service depuis 20 ans (de mémoire pour l’éolien, la BAN est très ancienne). Tous les rafales marins passent là et y font beaucoup d’exercices avec leur pilote et l’ile Longue est 30 km plus loin avec les SNLE ! Comme quoi l’éolien est parfois pas très éloigné de zones sensibles … Toutefois, plusieurs Radars dominent cette zone sur les « hauteurs » des Mont d’Arrée !?

        A proximité de Brest, plusieurs parcs ont été installés dans des zones qui semblent être entre les radars et les émetteurs vers les sous-mains SNLE et des secteurs marins océaniques. Certains parcs ont été « re-vampés » récemment et pas enlevés !?

        Je pense que l’éolien dérange plus les hélicoptères que les avions tout en sachant que certains « artistes » de la Grande Muette sont connus pour être de sacrés acteurs !!!

        @Serge, vous qui connaissez les USA, que font les Américains !?

        Répondre
        • Ils n’ont à ma connaissance pas d’interdictions pour causes de radars, mais en vérité jamais ce sujet n’est venu dans nos discussions professionnelles ou privées. Mais c’était durant les années 70 et jusqu’àux 90 et ce n’était pas tellement un problème d’importance et d’actualité à l’époque. En tous cas je n’en n’ai jamais entendu parler.

          Répondre
      • @Serge,
        Et quelle « partie » de la population a voté le plus pour le président élu actuel et pour la candidate présente au second tour !?
        Réponse a : Les Jeunes
        Réponse b : Les Retraités
        Réponse o : Les habitants de l’Aude

        Réponse c’est « bo » … Donc en plus le Sud n’est pas franchement une terre de l’éolien « politiquement parlant…

        Répondre
        • @APO, Comme d’habitude, un résultat tel que l’imagine vos fantasmes, au mépris des réalités pourtant facilement accessibles, mais c’est votre nature de croire que vous détenez la vérité. Et cela à un niveau tel que vous croyez inutile de faire la moindre vérification, vous un un ignare vaniteux de la pire espèce :
          « À rebours des grands chiffres nationaux et de la Région Occitanie, mais de façon similaire à ceux des territoires ruraux à travers le pays, l’Aude a placé Marine Le Pen devant Emmanuel Macron ce dimanche 24 avril, à l’issue du second tour de l’élection présidentielle. »
          https://www.ladepeche.fr/2022/04/18/resultats-presidentielle-aude-election-2022-2e-tour-estimations-scrutin-scores-10243593.php

          Répondre
          • @Serge,
            Vous êtes tombé dans le panneau !!!
            Et oui, l’Aude a bien voté pour une candidate anti-éolien en majorité au second tour !!! Et le Sud, en général, a des populations de retraités aisées assez nombreuses (si ce n’est en résidence principale, cela l’est en résidence secondaire), qui ont du temps (pour faire des associations, c’est idéal !) et aussi de l’argent. Que les oppositions à l’éolien y soit farouche, cela correspond à une certaine logique… Donc que l’éolien soit peu développé, devient une quasi-évidence… Et ce n’est pas les maires des communes qui vont aller à l’encontre de la majorité de leur population… Dans des communes rurales assez misérables du Nord et de l’Est de la France (ou il y a beaucoup de retraités à petits niveaux de vie, qui ne peuvent pas bouger), la venue de parcs éoliens peut être une « bénédiction » pour augmenter les budgets municipaux et donc/aussi créer un peu d’activité…

    • @Marguerite,

      Que certaines bases militaires soient « créatrices » de troubles envers le déploiement éolien est une évidence. Est-ce par tradition ? La Grande Muette est parfois pleine de traditions diverses…

      La BAN de Landivisiau est entourée à des distances d’à peine 10 km de plusieurs parcs éoliens. Cette base accueille (ou accueillait) la plupart des rafales marines quand le Charles De Gaulle est à terre.
      Même autour de Brest et malgré l’Ile Longue, il y a des parcs éoliens (presque plein Nord de l’Ile Longue d’ailleurs à environ 10 km il y a plusieurs petits parcs !).

      Je pencherais pour vos 2 hypothèses réunies : demi-mensonge et piètres qualités et/ou positionnement des radars… Avec peut-être les nombreux régiments parachutistes et leurs exercices qui influent aussi pour la région Sud-Ouest… Ainsi que les bases dédiés aux hélicoptères de combat…

      A noter qu’aucun projet d’éoliennes offshore ne se situe au large de Brest, ni au Nord et ni au Sud d’ailleurs (pour le moment)…

      P.S. : Les armées danoise et allemande ne sont pas des modèles !!!
      La question est que fait l’armée US !?

      Répondre
      • Je pense que la reconnaissance de forme se rie des confusions considérées comme possibles entre un hélicoptère d’attaque et une éolienne, entre un parc éolien et une escadrille d’hélicopteres….
        La reconnaissance des limites d’une protubérance solaire et de la variation de densité du plasma qui la compose est autrement plus ardue et on le fait depuis plus de 20 ans :
        http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?bibcode=2007ASPC..368..351M&db_key=AST&page_ind=0&data_type=GIF&type=SCREEN_VIEW&classic=YES

        Répondre
        • @Serge,
          Ce n’est pas nécessairement pour la reconnaissance de forme que l’éolien est un obstacle mais pour faire des manœuvres « tout temps » si la densité d’éoliennes est importante (avec des hélicos). Ce que je disais n’était que des hypothèses car les « vétos » militaires sont parfois étranges dans certaines zones, je l’accorde volontiers à Marguerite…

          Pour le soleil, je laisse cela aux spécialistes… @Serge, que pensez-vous de l’impact d’éruptions solaires massives sur nos systèmes Telecom et électriques !? (phénomène déjà apparu dans l’histoire, mais avant nos sociétés modernes actuelles)

          Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective