Eolien offshore de Dunkerque: Pompili exclut l’idée d’un référendum local

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a exclu lundi l’organisation d’un référendum local, réclamé par des partis et collectifs, sur le projet d’éoliennes offshore à une dizaine de km du littoral dunkerquois (Nord) en limite des eaux belges.

“On ne va pas commencer à demander un référendum à chaque fois qu’on a un projet qui est en cours d’achèvement”, a tranché l’ancienne députée de la Somme, lors d’une conférence presse à Dunkerque.

Le gouvernement, le président de la communauté urbaine de Dunkerque Patrice Vergriete (divers gauche) et les maîtres d’ouvrage y ont confirmé sans surprise la poursuite du projet qui devrait sortir des eaux à l’horizon 2027.

“L’éolien offshore est vital” dans une “logique de décarbonation”, une “énergie très compétitive”, “incontournable pour atteindre l’objectif de 40% d’énergie renouvelable dans notre mixe électrique en 2030”, a-t-elle ajouté, tout en assurant avoir “entendu” les “interrogations” émises à l’automne 2020 auprès de la commission nationale du débat public (CNDP).

Lors du débat, plusieurs collectifs et associations, dont la Ligue de protection des oiseaux et le collectif d’habitants “Vent debout”, se sont opposés au projet, qui suscite également de nombreuses inquiétudes côté belge.

La France Insoumise (LFI), le Modem, le Mouvement des Citoyens (MdC), le Nouveau centre (NC), les Républicains (LR), l’Union des Centristes et des Ecologistes (UCE) du littoral ont réclamé depuis le début de l’année à plusieurs reprises l’organisation d’un référendum sur ce projet, estimant que la “transition énergétique” ne peut se faire “contre” les citoyens.

En juin 2019, le groupement EDF renouvelables, Innogy et Enbridge, a remporté l’appel d’offre pour la construction et l’exploitation du parc éolien offshore en mer du Nord, prévu en zone Natura 2000. RTE est chargé du raccordement au réseau électrique terrestre.

Le parc, d’environ 50 km2 et situé à une dizaine de km des côtes en bordure des eaux territoriales belges, devrait être composé de 46 éoliennes, hautes de 225 à 300 mètres de haut, pour 600 MW de capacité. Sa mise en service est prévue en 2027, pour une durée d’exploitation de 30 ans.

“Le gouvernement est déterminé à conduire tous ces projets (d’éolien offshore) à leur terme et ne tolèrera pas ces actes de violences”, a prévenu la ministre, en référence aux pêcheurs en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Amor) qui ont encerclé le 7 mai pendant une heure un imposant navire auto-élévateur chargé de la construction d’un parc éolien en mer.
jpa/rl/dch

commentaires

COMMENTAIRES

    • La France Insoumise (LFI), le Modem, le Mouvement des Citoyens (MdC), le Nouveau centre (NC), les Républicains (LR), l’Union des Centristes et des Ecologistes (UCE) du littoral ont réclamé depuis le début de l’année à plusieurs reprises l’organisation d’un référendum sur ce projet, estimant que la “transition énergétique” ne peut se faire “contre” les citoyens.

      IL n’y a que le nucléaire qui pouvait se faire contre l’avis des citoyens….. c’est ça ?

      Répondre
      • Mais en quoi un tel projet s’inscrit-il dans une “logique de décarbonation” ? La ministre n’en s’est rien elle-même. Celle-ci ne semble pas connaître le sujet pour avancer ces propos.

        Répondre
  • Je ne me souviens pas que l’on ai fait des referendums locaux à chaque construction de centrale nucléaire, de même pour l’implantation d’usines de traitement du combustible nucléaire comme celui qui est à coté de chez moi, ou encore comme celui d’enfouissement des déchets CIGEO…. Vous avez un autre avis ?

    Répondre
    • Combien de fois faudra -t-il expliquer qu’une erreur passée n’ est pas une excuse à une faute présente ?

      Répondre
  • “L’éolien offshore est vital” dans une “logique de décarbonation” mais puique l’on vous dit que le nucléaire est déjà décarbonné à 90 pour cent , pourquoi allons nous en mer planter des eoliennes ruineuses pour le contribuable français ? a qui appartiennent ces technologies ? a qui profitent les milliards de subventions? il faudrait peut etre chercher le pourquoi du comment en regardant à qui profite les crimes .Macron nous sert à quoi en France , ou sont les hommes de bonnes volontés, d’ou sortent ces gens qui actuellement assassinent notre pays , d’ou viennent ces traitres , ces ministres sans envergure , ces donneurs de leçons , ces gens nigauds qui feraient bien d’étudier au lieu d’interdire aux noms de je ne sais quels lobbistes .
    Ce “gouvernement” ou plutot ce “ramassis de bons à rien” finira par mettre la France à plat , quand je pense que l on ne peut s’arretter boire un café en France .

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective