L’éolien a progressé en 2019 et créé de l’emploi

La capacité du parc éolien français a progressé et continué de créer de l’emploi en 2019 et début 2020, malgré un retard lié à la crise sanitaire, selon l’Observatoire de l’éolien publié mardi par France énergie éolienne (FEE).

Le parc éolien a augmenté de 11% par rapport à 2018, à 16,6 gigawatts, avec l’installation de 8.000 éoliennes en 2019, selon cette étude de la FEE, qui regroupe 90% des acteurs du secteur en France.

La part de l’éolien a atteint 6,3% de la production électrique française (+21% par rapport à 2018), qui reste dominée à plus de 70% par le nucléaire.

“La filière démontre que la transition énergétique est porteuse d’emploi, avec une progression de 11% des emplois en 2019”, selon la FEE. “20.200 personnes travaillent désormais dans ce secteur”.

La hausse des investissements et de l’emploi en 2019 et début 2020 est en grande partie liée à l’entrée en construction du premier parc éolien en mer au large des côtes françaises, à Saint-Nazaire, d’une capacité de 480 mégawatts.

Le parc éolien en mer de Fécamp, d’une puissance de 497 mégawatts, va également débuter sa construction, pour une mise en service prévue d’ici 2023.

La FEE estime que la crise sanitaire pourrait retarder entre 300 et 700 mégawatts de capacité éolienne sur les prochaines années, mais met l’accent sur la continuité de production, avec un taux de couverture moyen pour l’éolien de 8,8% au premier semestre.

La tendance à la concentration des fabricants de turbines s’est par ailleurs maintenue, les quatre leaders (Enercon, Vestas, Senvion et Nordex) représentant plus de 83% de la puissance installée.

Chez les exploitants, les géants français Engie et EDF continuent de dominer le marché avec des capacités de 2.584 et 1.675 mégawatts fin juin.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, citée dans le rapport, assure que le gouvernement travaille à “simplifier les procédures relatives à l’éolien en mer, sans réduire la place accordée au dialogue avec les parties prenantes, et accompagner le développement des premiers parcs.”

La feuille de route du gouvernement en matière énergétique prévoit de doubler d’ici à 2028 la capacité éolienne terrestre et de lancer chaque année un appel d’offres pour l’éolien en mer d’environ 1 gigawatt, rappelle la FEE.

“La filière est prête à atteindre ces objectifs, a déclaré le président de FEE Nicolas Wolff lors d’une conférence de presse, mais pour cela il faut absolument lever certaines contraintes.”

“Aujourd’hui l’urgence est à la cohérence”, a-t-il ajouté, appelant le gouvernement à “libérer de l’espace”, 47% du territoire français étant aujourd’hui interdit à l’éolien.

La France est le 4ème pays éolien en Europe par sa puissance raccordée derrière le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Allemagne.
mlb/pn/ak/rhl

commentaires

COMMENTAIRES

    • Avatar

      cette année çà nous coûtera juste 6 milliards, ‘une paille” pris dans la poche des malheureux clients archi captifs de l’électricité, tout cela pour peanuts d’electricité non pilotable,soumise aux caprices du vent, la destruction des environnements et paysages, le massacre des oiseaux, le désespoir de ceux qui habitent à proximité, tout cela parce qu’un lobby de profiteurs, qui vit aux crochets de l’Etat, a réussi à faire croire que c’était la solution d’avenir alors que c’est exactement l’inverse les ENR sont l’escroquerie du siècle:même le Giec soutient qu’il faut continuer dans le nucléaire car c’est décarboné ! mais c’est too late et l’histoire ne repasse jamais les plats

      Alors bon appétit messieurs les profiteurs suceurs de subventions, déguisés en vert “qui-vont-sauver-la-planète” vous êtes des fossoyeurs totalement myopes pour ne pas dire aveugles; à bientôt pour un bon petit black out, peut-être déjà l’hiver prochain s’il fait très froid comme en Californie cet été, si fière de ses éoliennes et champs hideux de panneaux solaires plus de 40° et niet les climatiseurs; courant coupé tous les jours plusieurs heures sinon, effondrement !

      Répondre
  • Avatar

    Non seulement ça crée des emplois Monsieur Onillon mais ça produit de l’électricité pas cher qui ne laisse pas de déchets nucléaires après son passage, et en fin de carrière c’est facile à démanteler et recycler et le tout à un tarif très économique.

    Répondre
  • Avatar

    37, 5 fois moins que pour le nucléaire ….. pour l’instant.
    D’un côté 300 000 pylônes de 90 m de haut nécessaires pour supporter 105 000 Km de ligne THT à 400 000 volts acheminant les super puissances issues des réacteurs nucléaires dont les puissances issues des parc éoliens et photovoltaïques inférieurs de trois ordres de grandeur (MW au lieu de GW) se contentent de lignes MT et BT enterrées à des tarifs économiques et toujours plus proches des clients car atomisés et non super concentrés.
    Malheureusement pour des raisons de compatibilités résultant d’un mauvais choix il y a 60 ans les ENR doivent se plier à l’élévation de leur tension qui leur a permis d’être enterrés systématiquement jusqu’au pied des poste de jonction des THT.
    Sans doute n’avez vous pas remarqué qu’il n’y a aucune ligne aérienne au départ des parcs éoliens et PPV ?

    Répondre
  • Avatar

    Les zones éoliennes (1811 en 2020 ) sont visibles à des dizaines de KM à la ronde .jour et nuit à cause de leur éclairage blanc ou rouge ,d’un excellent effet dans les paysages .Elles atteignent près de 200 m. de haut alors que les pylônes ne dépassent pas 50 m. Elles tournent (parfois) et elles sont systématiquement placées sur les plus hauts sites .
    Et elles s’ajoutent aux pylônes! Or la peste des pylônes n’excuse pas le choléra éolien .
    Mais toute secte a ses autels .L’éolâtrie comme les autres ,avec la différence qu’elle les impose à tous .

    Répondre
    • Avatar

      50m Faux, il ne s’agit la que du réseau à 225000 V celui à 400000V requière au minimum 90m de haut et selon le relief du terrain il en existe certain plus haut encore. Mais personne n’avait jamais protester à cause des ces alignements de poutrelles enchevêtrées …. c’est étrange, la sauvegarde du paysage n’est apparu massivement depuis que les premières éoliennes sont apparues, en fait depuis que le nucléaire s’est senti menacé par un nouveau concurrent
      Quant à la secte nucléaire elle entasse ses déchets….. des collectionneurs.
      Vous m’amusez beaucoup Sirius, vous êtes à 8,6 années de lumière du quotidien qui a justement besoin de lumière, ce n’est donc pas vous qui êtes en mesure de l’apporter.

      Répondre
      • Avatar

        La sauvegarde des paysages ne date pas d’hier comme vous semblez le croire . Il a déjà été dit sur ce site que la Première association loi 1901 est la “Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France “, devenue “Sites & Monuments .”Reconnue d’utilité publique , elle a été fondée en … 1901 . Bien avant l’irruption des éoliennes .

        Répondre
        • Avatar

          C’est EXACTEMENT ce que je dis, la défense MASSIVE des paysages est contemporaine de l’apparition des éoliennes.
          Vous avez déjà sorti il y a plusieurs mois votre association on ne peut plus confidentielle.

          Répondre
          • Avatar

            A attaque massive ,réponse massive . car on a ,en effet , jamais vu une telle violence faite aux paysages .Ce qui explique les réactions des habitants .
            Quant à l’audience de S&M laissons les gens de culture en juger .

          • Avatar

            Ah bon ? 300 000 pylônes de 90m de haut c’est beaucoup moins violant que 8000 éoliennes ?
            Nous n’avons pas les mêmes valeurs, à moins que ce ne soit la même honnêteté intellectuelle.

  • Avatar

    C’est marrant cet obscurantisme de Rochain qui semble être le seul ici a nier les faits et à ce défendre sur des points de détails. Les pylônes ne sont pas mobiles et n’émettent pas des milliers de flash 24×24, et je ne suis pas sur que les 90m soit la majorité de ces pylônes.De plus, personne n’a lutté contre les pylônes comme les 1800 associations antiéoliennes qui partout existent dans le pays .Et les gens ne sont pas plus cons à la campagne qu’en ville et ils commencent parfaitement à savoir ce qu’il en coute d’avoir un parc éolien à 500m de chez soit. Moi c’est 27 de 184m de haut qui seront à 700m de habitations, bande de tarés! Comment peut-on trouver cela joli, écologique, économique, sans influence sur le nature et les humains à tous les niveaux, anti économique (les maisons ne se vendent plus); Vivre à coté d’un parc c’est ne voir que elles, les pylônes non, et j’ai connu les deux.
    Cela m’énerve de ne pas voir tout les cotés délétères de l’éolien avec tous les faits qui s’accumulent et les milliers de personnes qui décrivent toutes les m^mes inconvénients et peut importe les pays et qui surtout ne répond en rien à l’urgence climatique, voir qu’il l’accélère parce que ces moyens nécessitent 20x plus de matière que le nucléaire, que l’un est a 22% de taux de charges et dure 21 ans et l’autre 75% et dure 40 ans, voir plus!
    Je dis que face au changement climatique, cet argent devrait être consacré à d’autres dépenses bien plus urgentes que d’augmentés lamentablement de 1% notre production annuelle qui est déjà décarboné alors que chaque année qui passe voit passer catastrophes sur catastrophes climatiques et que tout laisse à penser que c’est exponentiel et que probablement un crise pétrolière sera à nos portes pour très bientôt. 80% de notre énergie mondial est fossile et inversé cela par des enr en 10/20/30/40 est impossible nos seulement physiquement et économiquement, et surtout le réchauffement climatique nous rattrapera bien avant. Et puis l’électricité c’est 6% dans notre mixte énergétique, alors s’attaquer à la production électrique est un non sens absolu! Nous allons payer tout cela fort cher, et les coupables seront châtier mais personnellement cela me fera une belle jambe car le mal sera fait.

    Répondre
    • Avatar

      @ M. B. En effet on perd son temps et son énergie à vouloir faire entendre une autre logique aux éophiles et autres éolâtres qui ne voient rien de plus beau qu’une machine gigantesque au coeur d’un site proustien ou en vue de la Montagne Sainte-Victoire .Encore faudrait-il qu’ils connaissent Proust et Cézanne .

      Répondre
  • Avatar

    Cet obscurantiste de Rochain vous renvoie sur RTE qui précise que 90m de haut est la hauteur des pylônes de la THT 400 000 V et que selon le relief du terrain il y en a de plus hauts…. mais ces obscures détails échappent à ceux qui restent dans le superficiel Brunet.
    Ben non, en effet, personne ou presque n’a lutté contre ces poutrelles enchevêtrées du plus bel effet sur nos paysages car ils ne faisaient pas d’ombre au nucléaire puisque c’est précisément pour acheminer ses hyperpuissances centralisées vers les millions de clients qu’ils ont été plantés. Le lobby nucléaire n’allaient tout de même pas organiser des campagnes de dénigrement contre lui…. vous comprenez ça Brunet ?
    Tandis que les éoliennes sont des concurrentes sérieuses qui, malgré tous les efforts des petits soldats du lobby nucléaire au service de qui vous faite allégeance, finiront par remplacez la plupart des réacteurs jusqu’à leur disparition complète.
    Vous vous attardez sur des performances de taux de charge éolienne outrageusement minorées alors que vous semblez ignorer que le facteur de charge de notre nucléaire à bout de souffle affiche en ce moment un taux de charge inférieur à 50% c’est à dire même un peu moins de ce qu’affiche les éoliennes allemandes en mer du Nord et en Baltique.
    Quand à la durée de vie des éoliennes dont vous limitez la durée de vie (Merci Dieu Brunet de les laisser vivre si longtemps) à 21 ans (assez cocasse, beaucoup disent 20) sachez jeune inculte que le plus ancien parc éolien de France qui date de l’époque où ne savait pas très bien faire des éoliennes efficaces a été raccordé au réseau à Port la Nouvelle en 1991, et démonté au début de cette année, totalement recyclé pour être remplacé par des turbines plus modernes. Enfin la plus ancienne éolienne fête ses 40 ans et tournent toujours, elle est au Danemark…. cherchez un peu au lieu de colporter des masses de fakes news. Je sais c’est fatiguant mais c’est le prix pour ne pas écrire d’âneries.
    Face au changement climatique la solution c’est les ENR car n’importe quel parc éolien ou ferme solaire est opérationnel en 2 ans auxquels il faut malheureusement ajouter 5 à 6 ans de procédures judiciaires faites par les tarés (je vous emprunte le mot) qui butent contre leur camp, alors qu’il faut 15 ans pour construire un EPR qui produira une électricité entre 3 et 10 fois plus chère.
    Donc la conduite à tenir est évidente pour des gens saints d’esprit. Et si les coupables ….. de retards pris dans les ENR doivent être châtiés, je n’aimerais pas être à votre place mon pauvre Brunet.

    Répondre
    • Avatar

      €Rochain
      La plupart des pays possèdent des pylônes, et bien plus haut que ceux que nous avons en France. https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyl%C3%B4ne_%C3%A9lectrique et pas uniquement à cause du nucléaire. La Norvège n’a pas de centrales nucléaires et possède beaucoup de pylônes pour le transport de l’électricité. Allez-y voir !
      Pour ce qui concerne les Pays-Bas (où la production est fortement décentralisée) des liaisons par lignes THT 380 KV existent pour les échanges avec la Belgique.
      Concernant le facteur de charge de l’éolien, le prototype en Atlantique FLOATGEN affichait 35 % de facteur de charge. Nous sommes loin des presque 50 % que vous avancez (sans preuves) pour les éoliennes en mer du Nord et en Baltique.
      Et encore beaucoup de contre-vérités dans votre commentaire.

      Répondre
      • Avatar

        Je n’ai jamais dit que c’est en France que les pylônes sont les plus hauts. Par ailleurs, la plus part des pays européens notamment, qui n’ont pas de nucléaire sont obligés d’élever la tension au niveau normalisé THT du pays avec lequel ils échanges ce qui les conduits pour les tronçons de jonction à devoir utiliser des lignes portés par des pylônes de grande hauteur pour assurer l’isolation galvanique avec le sol. Vous rapportez exactement ce cas des Pays-bas qui n’utilisent que des générateurs de relativement faibles puissances qui a permis d’avoir un réseau 100% souterrain mais se trouve contraint d’échanger en THT avec la Belgique.
        Quant au facteur de l’éolien Offshore vous choisissez évidement un exemple faible qui n’est représentatif que de lui-même (en bas du rectangle marron du graphe suivant). Et vous dites que j’affirme sans preuve qu’il est de 50% en moyenne. Sans preuve ? J’ai toujours les preuves de ce que j’avance, contrairement à vous.
        L’éolien offshore en Europe à un facteur de charge de 50% en moyenne, c’est là :
        https://www.connaissancedesenergies.org/leolien-offshore-geant-electrique-de-demain-selon-laie-191028?utm_source=newsletter&utm_medium=fil-info-energies&utm_campaign=/newsletter/le-fil-info-energies-28-oct-2019
        Alors mes contrevérités deviennent des vérités alors que les vôtres s’enferment de plus en plus dans cette contrevérité. Vous voulez seulement avoir raison.
        Je démontre avec le cas hollandais que si l’on s’en tient à de faibles productions réparties sur et autour du territoire on peut se passer des lignes THT aériennes et de leurs pylônes, et que l’éolien offshore moyen européen est bien de 50% comme je l’affirmais. C’était les deux sujets de mon message et du votre. Le mien est donc prouvé, le vôtre est donc mensonger. FIN

        Répondre
  • Avatar

    Le facteur de charge éolien proche de 50 % est exceptionnel et très localisé. Dans l’ensemble, en Europe, il est beaucoup plus faible. Autour de 30 %. https://energie.eelv.fr/la-transition-energetique/comment/leolien/. Le site “connaissance des Énergies” ne dit pas que le facteur moyen tourne autour de 50 %.
    Les Pays-Bas sont un cas particulier. Beaucoup de centrales thermique charbon ou gaz avec cogénération. Pas besoin dans ce cas de lignes THT. Mais fort contenu carbone du KWh.
    Je rappelle qu’il y a eu des pylônes HT et THT bien avant l’apparition des réacteurs nucléaires et non l’inverse.

    Répondre
    • Avatar

      Pourquoi détournez vous toujours le propos Cochelin ?
      Pourquoi parlez vous du facteur de charge minimum 35% du graphique que du maximum qui est 60% et justifie le 50% moyen ?
      Pourquoi parlez vous des centrales à charbon et gaz de faible puissance en insistant sur le CO2 qu’ils émettent puisque le sujet n’est que de démonter que si les outils de production sont de faible puissance quel qu’ils soient on peut se contenter de la MT au lieu de la THT et donc enterrer les lignes ?
      Pourquoi dites vous qu’il y avait des lignes THT avant le nucléaire puisque le sujet c’est de dire qu’avec le nucléaire on ne peut pas faire autrement alors qu’avec les ENR on peut s’en passer, avec pour preuve que vous ne verrez jamais de lignes aériennes partant de parcs éoliens et de fermes solaire ?
      Pourquoi feindre de ne pas comprendre les messages en les détournant ?
      Les affirmations sont pourtant claires :
      1- Le facteur de l’éolien Offshore moyen est de l(ordre de 50% (soit voisin de celui du nucléaire en pratique depuis plusieurs mois puisqu’il ne fournit même pas la moitié de la puissance installée et ce n’est pas un choix de EDF ou RTE, ce sont les vraies circonstances de la vie).
      2- Les Pays-Bas prouvent qu’il est possible d’avoir un réseau de distribution 100% souterrain en produisant de façon répartie et depuis de nombreuses sources de faibles puissances.
      3- Les lignes aériennes de THT sont obligatoires pour le nucléaire en raison de la puissance concentrée sortant des centrales, alors que les puissances modérées et réparties des ENR n’y sont pas soumises par elles mêmes et ce n’est que par une nécessaire adaptation aux contraintes du réseau existant que l’on élève les tensions des parcs ENR.
      Voilà ce que j’affirme, et rien d’autre !!!

      Répondre
  • Avatar

    L’éolienne expérimentale FLOATGEN n’a pu que démontrer que le facteur de charge en Atlantique n’était que de 35 % en moyenne sur une année et les parcs éolien offshore sont prévus pour ce facteur de charge.
    Les Pays-Bas sont un cas particulier, n’ont pas de production hydraulique ni de STEP. Rien à voir avec le mix Français ni l’interconnexion intérieure ni extérieure qu’a la France et ses voisins. Comprenez-vous ?

    Répondre
    • Avatar

      Je comprends que vous ne comprenez toujours rien.
      1) Une mesure sur un lieu précis en Atlantique ne pourra jamais démontrer que c’est toujours pareil et dans toute l’Atlantique dont la longueur de façade en France ne fait rien moins que mille Km
      2) l’offshore en France c’est trois façades maritimes et pas une, vous devriez prendre aussi des cours de géographie
      3) La Particularité des Pays Bas c’est de produire l’électricité avec des outils dont la puissance est voisine de celle que l’on a avec les ENR et donc de prouver que nous pourrions avec une production basée uniquement sur des ENR enterrer totalement notre réseau de distribution. Chacune de nos anciennes régions correspondent sensiblement et en moyenne à la taille des Pays-Bas. Il n’y a donc aucune impossibilité à traiter chaque région indépendamment et les interconnecter entre elles comme les Pays-bas sont interconnectés avec les pays voisins.
      Quand vous comprendrez qu’il existe autre chose que votre horizon borné sur le nucléaire vous avancerez

      Répondre
  • Avatar

    Pour l’éolien offshore, les choses sont claires les tarifs de rachat en Atlantique vont de 135 à 155 €/MWh. En Méditerranée, nous trouverions probablement, à l’avenir, les mêmes tarifs.
    Pour ce qui est du modèle Néerlandais appliqué à la France, vos propositions sont très problématiques dans la mesure où, en France, il y a de très gros déséquilibres entre production et consommation dans chaque région.. https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-regionales Aux Pays-Bas, le manque de production “renouvelable” est compensée par une production thermique, souvent d’origine fossile et génératrice d’émissions de grosses quantités de CO, ou des importation (à prix fort) en provenance de Norvège. En ce moment, plus de 550 g/KWh : https://www.electricitymap.org/zone/NL

    Répondre
  • Avatar

    Pour l’éolien offshore, les choses sont claires les tarifs de rachat en Atlantique vont de 135 à 155 €/MWh. En Méditerranée, nous trouverions probablement, à l’avenir, les mêmes tarifs.
    Pour ce qui est du modèle Néerlandais appliqué à la France, vos propositions sont très problématiques dans la mesure où, en France, il y a de très gros déséquilibres entre production et consommation dans chaque région.. https://www.rte-france.com/eco2mix/les-donnees-regionales Aux Pays-Bas, le manque de production “renouvelable” est compensée par une production thermique, souvent d’origine fossile et génératrice d’émissions de grosses quantités de CO, ou des importation (à prix fort) en provenance de Norvège. En ce moment, à 10h 28, plus de 550 g/KWh

    Répondre
    • Avatar

      Tien, là vous ne parlez pas de tête de série pour l’offshore flottant en Atlantique ? pourtant c’est une chose qu’on a jamais faite ce qui ne vous empêche pas de faire une projection sur l’éternité à venir du prix de l’éolien flottant en Atlantique alors qu’avec déjà 6 EPR vous considérez que le notre est une tête de série. (regardez combien de temps il a déjà fallu pour construire les derniers réacteurs n4, il y a 20 ans, jusqu’à 12 ans, et vous croyez au miracle pour des réacteurs plus complexes comme les EPR ?
      Mais pour l’offshore, le prix moyen retenu par les pouvoir publiques reste 51€ le MWh….. n’est déplaise à Cochelin :
      https://www.mer-ocean.com/le-prix-de-leolien-francais-en-mer-les-futurs-parcs/

      Quant au réseau des pays-Bas il faut trouver quelque chose à dire pour avoir l’air de contester n’est-ce pas Cochelin, comme de grosses disparités d’utilisation par exemple alors qu’en Hollande tout le monde sait que l’on ne consomme pas plus d’électricité à Amsterdam que dans les zones de campagne où l’on cultive la tulipe, donc le modèle du réseau MT souterrain ne peut pas fonctionner en France….. On peut aussi sous-entendre que ça oblige à utiliser des centrales à Gaz par exemple, car produire 350 MW avec une centrale à gaz ou un parc éolien ce n’est pas pareil, les électrons n’ont pas la même odeur ni la même couleur, donc le réseau souterrain (seul intérêt du sujet) ne peut pas fonctionner en France…
      Vous n’en n’avez pas marre d’inventer des histoires à dormir debout auxquelles j’espère vous ne croyez pas vous même?

      Répondre
  • Avatar

    Cessez votre baratin. L’ éolien offshore est une technologie mature. Cela n’empêche pas des prix de rachat allant de 135 à 155 €/Mwh comme je le disais plus haut. voir : https://ec.europa.eu/competition/state_aid/cases1/201933/269222_2088484_174_2.pdf
    Les EPR Chinois ont été construits dans des délais beaucoup plus brefs (et des coûts beaucoup plus faibles) et nous avons, en Europe, perdu nombre de compétences dans ce domaine.
    En Hollande votre raisonnement est encore faux. La consommation d’énergie est focalisée sur le thermique gaz (plutôt que l’électricité) car ce pays est un gros producteur. La comparaison entre ces deux pays n’est pas valable.

    Répondre
    • Avatar

      %o, pauvre Cochelin,
      Vous en êtes à ne pas savoir faire la différence entre deux technologies différentes de l’Offshore, celle qui est ancrée dans le sol avec de solides haubans qui la maintienne en position fixe comme les éoliennes terrestres et que l’on utilise dans le cas d’eaux peux profondes comme en mer du Nord et qui est mature, et celle utilisée avec des éoliennes flottantes utilisées en eaux profondes avec un degré de liberté donné par l’ancrage et qui se comportent comme un bateau et que l’on est contraint d’utiliser au large des côtes du continent en Atlantique et dont il n’existe encore aucune éolienne à l’heure actuelle si ce n’est une maquette d’évaluation en produisant aucune électricité destinée à valider le simple principe de l’éolienne flottante….. ce que vous appelez mature car il faut bien expliquer les tarif hautement évalués pour ces premiers parcs autrement que par leur aspect pionnier…. car cela fait tellement de mal à votre égo qui ne sait rien et explique tout !

      Répondre
    • Avatar

      Pour le reste les EPR chinois n’ont fait que doubler les délais de construction et le budget dépassé de seulement 60%.
      Quant aux hollandais tout le monde sait qu’ils s’éclaire à la bougie, utilisent des réfrigérateurs de camping à gaz comme les lave linge et rechargent les batteries de leurs voiture avec ce même gaz….Vous n’avez décidément pas peut d’être ridicule

      Répondre
  • Avatar

    Voila que Rochain soutient la production éolienne offshore (variable et générant des coûts supplémentaires induits) à 155 €/MWh alors qu’il fustige un KWh à 110 € provenant d’EPR !
    Quant aux Pays-Bas, l’architecture du réseau et l’échelle des puissances transportées n’ont rien à voir avec la plupart des autres pays. Ce qui justifie le fait de ne pas avoir de lignes THT à 225 ou 380 KV, seulement des lignes à 110 KV, et enfouies car ce pays est assez petit et très interconnecté avec ses voisins.https://www.tennet.eu/our-grid/

    Répondre
    • Avatar

      Le tête de série…. Si l’on peut dire c’est Olkiluoto suivi des 2 chinois… Et certainement pas Flamenville et les suivants seront pires

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective