Énergies renouvelables: tout reste à faire dans le transport et le chauffage

Le développement des énergies renouvelables dans la production d’électricité ne doit pas occulter le manque de progrès dans les secteurs essentiels du chauffage ou des transports, met en garde le réseau d’experts REN21 mardi.

La demande énergétique dans le monde a continué à augmenter ces dernières années et la part des renouvelables dans la demande totale d’énergie finale a très faiblement progressé (de 9,6% en 2013 à 11% en 2018), indique REN21 dans un rapport.

Les renouvelables se sont certes fait une place dans le secteur de l’électricité (avec une part de 26%) mais restent encore marginales dans la production de chaleur et de froid (10%) et, plus encore, dans les transports (3%).

“L’électricité renouvelable a fait des progrès fantastiques”, mais ces derniers “ne représentent qu’une petite partie de l’équation”, souligne ainsi Rana Adib, directrice exécutive de REN21, citée dans un communiqué.

“Nous devons également cesser de chauffer nos maisons et de conduire nos voitures avec des combustibles fossiles”, affirme-t-elle.

“Ne pas changer l’ensemble du système énergétique, c’est se voiler la face”, selon elle.

Pour les experts de REN21, la pandémie du Covid-19 n’a pas occasionné le changement de cap nécessaire.

Ils relèvent que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit certes une chute de 8% des émissions mondiales de CO2 du secteur énergétique cette année. Ils soulignent toutefois qu’elle est temporaire et pas suffisante: il faudrait selon eux maintenir une baisse annuelle des émissions d’au moins 7,6% au cours des dix prochaines années pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

“Même si les confinements perduraient une décennie, la réduction des émissions de CO2 ne serait pas suffisante”, juge Rana Adib.

Elle appelle désormais à des plans de relance véritablement “verts”, axés par exemple sur les investissements dans les énergies renouvelables ou l’efficacité énergétique des bâtiments.

“Beaucoup de ces plans de relance comprennent précisément des propositions qui nous enfermeront toujours plus dans un système polluant basé sur les énergies fossiles”, regrette-elle.

“D’autres, bien que revendiquant un caractère écologique, construisent le toit mais en oublient les fondations”, ajoute Rana Adib. Elle cite ainsi les véhicules électriques ou l’hydrogène: “ces technologies ne sont vertes que si elles sont alimentées par les énergies renouvelables”.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Il est sympathique de voir parfois des avis objectifs.
    Pour les transport, si l’on s’intéressait un peu plus au GNV, GNC, GNL (le méthane).
    Même d’origine fossile dans un premier temps en attendant la montée en puissance du biogaz, ce serait déjà un gros progrès: – – utilisation de moteurs existants, fabriqués dans des usines existantes.
    – développement de véhicules peu différents (les réservoirs et de faibles modifications moteur) des actuels compatibles biogaz pour la suite
    – carburant augmentant la durée de vie des huiles et des moteurs
    – carburant émettant beaucoup moins de CO et de NOX que l’essence ou le gazole et pas du tout de particules.
    et tout cela applicable très rapidement et facilement car le réseau de distribution se trouve sous tous les trottoirs des villes et dans beaucoup de sous-sols de maisons ou d’immeubles.

    Répondre
  • Avatar

    Pour les transports, du moins les transports terrestre et notamment pour les véhicules légers, les jeux sont fait ce sera l’électricité. Pour les poids lourds, l’hydrogène est une alternative crédible, et assurément la solution pour le transport aérien.
    Cette hydrogène pourra être produit par la surabondance issue des parcs éolien par fort vent produisant jusqu’à 5 fois ce qu’ils produisent pas vent moyen sur lequel sera calibrée leur part dans le mixe électrique. L’excédent des vents forts étant sans affectation, et gratuit, il importe peu que les rendement électricité->H2 soient faibles puisque de toutes les façons, cette énergie excédentaire serait perdue.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective