Energies renouvelables: « On est très très en retard », fustige le régulateur

Le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a fustigé mardi le retard dans le développement des énergies renouvelables en France et le poids pris par « tous ceux qui râlent » contre l’éolien ou le solaire.

« Sur les énergies renouvelables, je pense qu’on ne dit pas assez (…) qu’on est très en retard; on est très très en retard », a déclaré Jean-François Carenco lors du colloque annuel de l’Union française de l’électricité (UFE).

« Si on avait suivi la feuille de route des énergies renouvelables telle qu’elle était prévue il y a deux ans, on n’aurait pas de crise. Je pense qu’on n’aurait pas de crise si on avait 3 gigawatts de plus », a-t-il jugé, en allusion à la crise actuelle de l’énergie, dont les prix ont flambé.

« Prenons conscience que c’est notre faute à nous », a-t-il exhorté. « A force d’écouter tous ceux qui râlent en oubliant que l’énergie électrique, pour qu’on l’ait, c’est des milliers de morts dans les mines de charbon, c’est des dizaines, des centaines de villages engloutis ».

« Et maintenant (…) parce que quelqu’un dit +c’est pas beau+ on dit +ah la la+? Ça me tord les tripes. Parce que ça met en danger tous nos emplois, toute la France, toute l’Europe », a jugé l’ancien préfet.

Le développement des énergies renouvelables a en effet pris du retard en France, alors que le pays s’est fixé des objectifs ambitieux.

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), feuille de route officielle de la France, prévoit de doubler la capacité installée des énergies renouvelables électriques en 2028 par rapport à 2017.

Mais les projets font souvent face à des oppositions de riverains, de défenseurs du patrimoine ou de la biodiversité, ou encore de pêcheurs lorsqu’il s’agit de parcs en mer.

Les renouvelables ont aussi concentré les critiques d’une partie de la droite et de l’extrême-droite dans la pré-campagne pour la présidentielle de 2022.

Xavier Bertrand, candidat malheureux à l’investiture LR, s’est plusieurs fois attaqué au développement des éoliennes dans sa région, les Hauts-de-France. Marine Le Pen (RN) envisage pour sa part de les « démonter ».

commentaires

COMMENTAIRES

  • Refrain culpabilisteur éculé. En retard sur qui ? Sur l’Allemagne qui pollue tellement plus que nous ?
    NON, la France n’a pas à rougir de ses résultats en terme d’emission de CO2.

    Répondre
    • Non, Onillon a parfaitement raison.
      Que, pour l’Allemagne, le solaire et l’éolien soit un progrès important, pourquoi pas.
      Qu’ils considèrent que leur idéal soit basé sur des centrales à gaz assistées par des éoliennes st des panneaux PV, pourquoi pas.
      Mais que certains considèrent comme un progrès vital pour notre pays de passer de notre nucléaire sans CO2 à une copie de l’Allemagne avec des quantités de CO2 gigantesques, c’est difficile à avaler.

      Répondre
      • On ne passera pas du nucléaire à une copie de l’Allemagne, mais d’un nucléaire sans avenir à une industrie du renouvelable qui prend son énergie dans le Soleil et ses dérivés sans rien prendre à la Terre pour le transformer en énergie comme l’on fait avant toutes les vieilles technologies d’autrefois du charbon au nucléaire en passant par les hydrocarbures.
        Le temps où l’on puisait nos besoins dans la Terre sans lui rendre est révolu, nous entrons dans l’air du recyclage et de l’emprunt à la Terre.

        Répondre
          • Et en plus, par des pirouettes, il nie obstinément que la somme d’énergies intermittentes est intermittente,
            Et qu’il n’existe pas de solution miraculeuse pour conserver de l’électricité sur le réseau pendant les nuits sans vent que des centrales à flamme, … et à CO2.

          • Un système plus vert qui ne transforme pas les matériaux dont il est constitué en chaleur et ne modifie en rien leur intégrité ce qui permet deux choses intéressantes, le recyclage dans de nouveaux dispositifs, et in fine un retour à la terre de chaque atome tel qu’il était avant d’en avoir été extrait la première fois.

          • Cochelin arrêtez vos litanies catastrophistes des qu’il est question de renouvelables
            Le carburant des réacteurs nucléaires c’est ZERO% de renouvelable et 100% de déchets nouveaux !
            Quant à dire que la totalité de n’importe quoi n’est pas renouvelable ce n’est pas un scoop, mais ça ne disparait pas pour autant en chaleur un bout de métal qui retourne à la Terre ne fait que rejoindre son lieu d’origine où il était amalgamé avec d’autres minéraux dont il a fallu l’extraire, en se diluant avec les pluies et les divers états météorologiques, il rejoindra d’autres minéraux avec lesquels ses atomes se lieront en nouvelles molécules selon un cycle naturel d’homogénéisation de l’ordre vers le désordre avec augmentation de l’entropie.
            Quant à ce qui a été recyclé, il finira un jour ou l’autre à rejoindre la Terre comme la partie qui n’a pas été recyclée.
            Dire que le recyclage nécessite de grandes quantités d’énergie ne veut pas dire grand chose …. que veut dire BEAUCOUP ? C’est très variable, et dépend de ce dont il s’agit, de ce que c’était avant d’être recyclé, et de ce que c’est devenu après recyclage en dehors de ce principe il n’y a rien de commun à toutes les sortes de recyclage. En revanche il y a une mesure d’efficacité qui est le rapport entre l’énergie qu’il a fallu apporter pour extraire le métal du sol et éventuellement de la gangue de minerai dans lequel il est dissous pour en faire un lingot et l’énergie qu’il a fallu apporter pour le recycler et retrouver le même lingot. Quel était le but de votre message Cochelin ? Discréditer le principe du recyclage au profit de la carbonisation de la matière et sa dissipation en chaleur ?

          • Mon seul but est de mettre en évidence votre manichéisme habituel : le nucléaire, c’est le diable, les renouvelables, c’est le « nirvana ». Vous êtes actionnaire dans les ENR et ce n’est pas une raison pour mettre de côté toute critiques de ces technologies. Vos critiques vont toujours exclusivement vers le nucléaire qui a quelques côtés positifs. https://bilan-electrique-2020.rte-france.com/production-emissions-de-co2/

          • Nul manichéisme, ma conclusion ne résulte que de la pesée du pour et du contre dans chacune des deux alternatives, le nucléaire d’un côté et les renouvelables de l’autre. Tous deux ont des problèmes à résoudre pour nous fournir l’électricité durablement et de façon continue.
            Après analyses de ces différents problèmes j’ai simplement conclu que l’on résoudra plus facilement et plus vite ceux posés par les renouvelables que ceux posés par le nucléaire.
            Dans la droite ligne de cette logique que chacun peut comprendre à l’exception des gens comme vous. J’ai choisi d’investir dans le renouvelable.
            Vous êtes typiquement du genre à confondre les effets avec les causes. Mon analyse de situation est antérieure à mes investissements dans le renouvelable comme le fait tout investisseur, et non l’inverse.

          • M’enfin, Rochain, comment pouvez-vous dire que, pour limiter les dégâts des émissions de CO2 sur l’évolution du climat, qui est LE danger majeur, et de loin, pour l’évolution de notre monde, vous préférez maximiser les sources d’énergie non pilotables, éolien et solaire, devant être mariées à des générateurs à flamme, émettant du CO2, et ne pas utiliser les centrales nucléaires n’émettant pas de CO2 en fonctionnement.

            Quant aux difficultés d’exploitation imaginaires que vous tentez de monter en épingle à propos du nucléaire, il suffit de dire que EDF sait gérer assez bien leurs jolis joujoux, depuis 40 ans, sans problèmes visibles de l’extérieur.

          • Merci Cochelin pour ce document de RTE que je ne connaissais pas.
            Un point me chagrine toujours dans ce genre de document de RTE, et je ne sais s’ils le font exprès ou pas.
            Dans les « renouvelables », ils ne distinguent jamais les pilotables (essentiellement hydraulique) et les non pilotables (pour l’essentiel éolien et solaire).
            Prenons l’exemple de l’Allemagne avec 50% de renouvelable.
            Quelle est leur part d’hydraulique, quelles sont les parts de l’éolien et du solaire.
            Sachant que le taux de charge de l’éolien varie, selon les cas, entre 25 et 40%, et pour le solaire à moins de 11%, les renouvelables pilotables doivent représenter une sérieuse partie. 20% ???

            Je suis aussi rétif aux présentations prenant pour acquit, pas besoin de regarder, circulez, il n’y a rien à voir, que les renouvelables, c’est bien, alors que le nucléaire, non renouvelable, c’est mal.
            Mais qu’importe si les éoliennes et panneaux eux mêmes sont loin d’être recyclables, et si, pour le nucléaire, avec les centrales de quatrième génération, nous avons sur terre pour 40.000 ans de combustible !

            Et d’ici là, la fusion nucléaire devrait bien fonctionner, si les hommes existent encore.

            Quant à Rochain, il sort tant d’âneries avec un ton docte de compétences que, soit il veut simplement briller, soit il est personnellement impliqué d’une façon ou d’une autre, mais en ce cas je pencherais pour le monde des marchands de gaz.

            Et lorsqu’on lui pose une précision technique ou scientifique sur ses écrits, on ne reçoit aucune réponse.
            Exemple :
            Mon cher Rochain, vous dites que :
            » lorsque les neutrophages sont dehors il ne changent pas d’état, lorsqu’ils sont dedans ils se saturent et plus ils sont enfoncés plus ils se saturent. »
            Toujours pas compris.
            « Ils ne changent pas d’état »
            Donc ils peuvent changer d’état.
            De quel état à quel état ?
            « plus ils se saturent » Il existe donc une saturation des neurophages, ce qui laisse à penser qu’un phénomène physique de saturation intervient, qui gêne leur action de capture de neutron.
            De quel type d’action physique s’agit-il ?
            Merci..

          • Je reste étonné qu’un expert comme vous ne soit pas capable de trouver que la part de l’hydroélectricité de l’Allemagne se limite à 3,8% (2019)

          • je n’avais pas vu que vous ignoriez également les parts solaires et éoliennes.
            C’est respectivement 9% et 24,6% toujours 2019…. Source Fraunaufer Institut.
            Je vous croyais mieux informé que ça pour vous permettre de critiquer si souvent et si injustement l’Allemagne dans ses choix énergétiques. En effet, à côté nous sommes des petits enfants très en retard.
            Pour nous, à titre de comparaison c’est 10,4 % pour l’hydro, 2,2 pour le solaire, et 5,9 pour éol.

          • Si vous réfléchissiez avant de critiquer, vous auriez remarqué que je critiquais l’absence des informations essentielles dans ce papier.

            D’autre part, je ne critique pas l’Allemagne sur ses choix, ils sont partis d’une position désastreuse, l’ont aggravé en voulant fermer leur nucléaire, sans CO2, et visent à un mariage renouvelables intermittents plus centrales à gaz, plus hydrauliques et un peu d’écolo.
            Et c’est pourquoi ils se battent pour faire avaliser le gaz comme énergie verte dans la taxinomie Européenne, ce qui est scandaleux, immoral au regard de l’avenir de l’humanité.

            Pauvres d’eux !!!

          • Pour les autres question concernant la physique nucléaire, vous n’êtes manifestement pas de niveau pour comprendre
            Laissez tomber votre esprit est rouillé depuis trop longtemps, la répulsion coulombienne n’est plus, ou n’a plutôt jamais été, dans les notions que vous devriez maitriser pour comprendre de quoi il s’agit.

          • Au fond, avec Rochain, c’est très simple :
            – Lorsqu’il critique la personne et non les arguments émis, relisez soigneusement les arguments critiqués, ils sont intéressants.
            – Lorsqu’il se lance dans la technique ou la science, passez votre chemin, il se noie dans les détails hors sujet.
            – Et lorsqu’on demande des explications sur ses écrits, il ne répond pas, évidemment :

            Mon cher Rochain, vous dites que :
            » lorsque les neutrophages sont dehors il ne changent pas d’état, lorsqu’ils sont dedans ils se saturent et plus ils sont enfoncés plus ils se saturent. »
            Toujours pas compris.
            « Ils ne changent pas d’état »
            Donc ils peuvent changer d’état.
            De quel état à quel état ?
            « plus ils se saturent » Il existe donc une saturation des neurophages, ce qui laisse à penser qu’un phénomène physique de saturation intervient, qui gêne leur action de capture de neutron.
            De quel type d’action physique s’agit-il ?
            Merci..

            LOL

  • Pour qui il se prend celui-là! Il y a de très bonnes raisons de rejeter les éoliennes industrielles et pas seulement d’ordre esthétique « c’est pas beau » ; bousiller un paysage, c’est irrémédiable, irréparable et c’est aussi grave que de mettre en danger une espèce menacée ! Ignorant, borné et arrogant ! Il n’a aucune légitimité populaire, il n’est pas élu. Avec des individus comme lui, on est mal parti!

    Répondre
    • Et avec des gens comme vous, on serait plus mal parti encore….. heureusement que votre avis ne compte pas.
      Pour ma part je ne me prends que pour ce que je suis, et vous ?
      La question étant en retard par rapport à quoi ou à qui la réponse est :
      Par rapport à nos propres engagements, ceux que nous avons pris en 2015 lors de la COP21 à Paris.et nous sommes de ceux qui n’avons pas tenus nos engagements pour l’échéance de 2020 et qui ne tiendrons pas ceux pris pour 2030 parti comme nous le sommes. Maintenant vous pouvez dire ce que vous voulez cela ne changera rien à la face du monde

      Répondre
      • Mon cher Rochain, vous dites que :
        « Par rapport à nos propres engagements, ceux que nous avons pris en 2015 lors de la COP21 à Paris.et nous sommes de ceux qui n’avons pas tenus nos engagements pour l’échéance de 2020 et qui ne tiendrons pas ceux pris pour 2030 parti comme nous le sommes »

        – En nous concentrant sur le taux de CO2 émis pour la création d’électricité à destination du réseau, vous montrez juste que, pour nos engagements vis à vis de l’Europe, on s’est fait enfumer.
        Et le fait que notre ministre de l’écologie soit une activiste de vieille date anti nucléaire peut avoir joué un fort rôle.
        Des engagements qui visent à remplacer des centrales nucléaires, n’émettant pas de CO2, par des mariages « centrales à gaz plus éolien ou solaire », émettant du CO2, sous l’excellent prétexte que le CO2 est mauvais pour le climat (ça, c’est vrai), sont une connerie sans nom, contraire aux intérêts économiques de la France et aux intérêts mondiaux de la lutte contre l’évolution du climat.

        Plus sot, tu meurs.

        (remarquez comme je suis poli LOL)

        Répondre
  • CRE, RTE, ADEME tous ces entités ont été noyautées sous le quinquennat de hollande (et de ségo). Cela a commencé en 2012 et progressivement les staffs ont été changés de fond en comble et les nominations ont été actées sous le sceau de « l’idéologie verte ».
    C’est comme cela qu’à la CRE Jean-François Carenco en a été nommé président le 16 fév 2017 par hollande (après avoir été préfet !).
    C’est un Enarque. Mais à part çà, où sont ses compétences scientifiques dans le domaine des énergies ?
    Comme c’est un bon soldat, il fait la promo des ENR intermittentes au nom de la PPE, quoi de plus normal !

    Répondre
    • Tous les organismes ou personnes qui ne sont pas en communion de pensé avec les complotistes sont évidemment corrompus, c’est tellement évident !
      Le complotistes ne pouvant pas se tromper c’est encore plus évident.

      Répondre
  • Commentaire précis et Même type de réponse générique déjà donnée (sur disque rayé, on dirait isambert)
    C’est relou !

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective