energies renouvelables politique suicidaire europe - Le Monde de l'Energie

Energies renouvelables – La politique suicidaire de l’Europe

Tribune signée Alain Desgranges, ingénieur en Génie atomique et membre de l’ONG PNC-France

Alors que les 27 Etats membres de l’Europe doivent s’entendre sur les dispositions à prendre pour faire face à l’urgence climatique, la Commission Européenne veut imposer aux forceps une nouvelle directive pour assurer un développement massif de centaines de milliers d’éoliennes, tout en réduisant les possibilités de recours contre les projets d’implantations de ces machines. Un projet de texte qui constitue un déni de démocratie, voire un abus de pouvoir

Il fait chaud. Il aura même fait très chaud dans ce mois de juin où tous les records de température auront été pulvérisés !… Les catastrophes climatiques se succèdent sur une Terre qui continue de brûler, alors que les regards sont tournés vers l’Ukraine. Pourtant, à Bruxelles comme à Berlin, les dirigeants en charge de l’énergie ont des sueurs froides à la perspective d’un hiver marqué par une pénurie de gaz, Monsieur Poutine ayant décidé de fermer les vannes de ses oléoducs qui alimentent l’Europe via l’Allemagne. Plus la peine de chercher le meilleur moyen de boycotter les approvisionnements en gaz ou pétrole russe, le chef du Kremlin aura répondu aux attentes des occidentaux. Un pied de nez pas vraiment drôle !…

C’est le moment choisi par les technocrates de Bruxelles pour inventer la directive RePowerEU, sensée sauver les pays européens d’une pénurie de gaz aggravée de coupures d’électricité, par un recours massif aux énergies renouvelables, principalement l’éolien, fût-il terrestre.

Pour ce faire, la Commission Européenne veut tordre le bras aux opposants de ce développement à marche forcée, en imposant aux Etats membres un ensemble de dispositifs accélérant les procédures, sous prétexte de simplification, et réduisant à néant toute possibilité de recours. Alors que la contestation sur des projets éoliens d’implantation monte dans tous les pays, il serait même question, dans ce nouveau texte, de réduire encore les distances entre ces machines et les habitations !…

Pourtant, tout le monde devrait aujourd’hui avoir compris qu’en raison de leur intermittence de production, les éoliennes doivent être couplées à des centrales au gaz ou, pire encore, à des centrales à charbon – comme en Allemagne qui a construit dans l’urgence un parc de centrales d’une puissance équivalente à celle de ses éoliennes. A cet égard, il est incompréhensible que l’énergie nucléaire soit résolument ignorée de cette directive alors qu’elle répondrait bien mieux que les énergies renouvelables à l’objectif recherché, en présentant des avantages incontestables pour le climat et la garantie de fourniture.

Un abus de pouvoir ?

Le traité européen EURATOM sanctifie la liberté des Etats membres à faire le choix du nucléaire si telle est leur décision. Aussi, que l’Allemagne s’engage exclusivement sur les énergies renouvelables est son affaire mais il est inacceptable qu’elle veuille, via la Commission Européenne, imposer aux autres Etats (dont la France) des objectifs sur les énergies renouvelables, en balayant d’un revers de mains notre choix du nucléaire, et, surtout, en cherchant à interdire les financements européens vers le nucléaire, au risque de pénaliser son développement.

Pourtant, alors que la France vient de mettre un terme à sa présidence de l’Union, cette démarche n’aura pas donné lieu à une quelconque réaction de nos représentants. Macron avait pourtant déclaré son intention de relancer le nucléaire en complément des énergies renouvelables.

Il n’est donc que temps de passer des paroles aux actes, et de faire preuve de résistance devant l’œuvre de destruction de la filière nucléaire française, engagée par la Commission Européenne avec l’appui à peine dissimulé de l’Allemagne.

commentaires

COMMENTAIRES

  • le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement … vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain. https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/290454272_10229391864925972_7167741552545780452_n.jpg?_nc_cat=104&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=65THiUicmVEAX-ZKqXI&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT8SHoIaYxY4N-VbE4JkrVA599eKEjuFZb3ZO-a78VpxaA&oe=62C2E2D8

    Répondre
    • @Régis Isambert,

      C’est très suicidaire (ou complètement utopiquement irresponsable) de penser que les Industries des Energies fossiles sont « mortes » économiquement !!!

      Répondre
      • APO il suffit juste d’ouvrir les yeux sur le déclic que vient de provoquer cette ieme crise …alors que ça fait tres longtemps que c’est déjà urgent pour la planete , le climat , notre sante , contre la pollution ,les GES , le Co² …

        Répondre
  • L’abu de pouvoir et le déni de démocratie c’est d’imposer le nucléaire sans débat et sans possibilité de recours pour raison d’état.

    Répondre
    • @Serge rochain,

      N’avez-vous pas participé à 2 sessions électorales cette année 2022 !?
      – A la présidentielle, tous les partis ont assez clairement exprimé leur « Programme » énergétique ! Plusieurs de ces programmes n’étaient pas franchement cohérents mais c’est une autre histoire…
      – Aux Législatives, « rebelote », les partis ont clairement annoncé ce vers quoi ils comptaient « pousser » comme « Programme énergétique » …

      Il est toujours possible de faire mieux, mais 2 scrutins nationaux ont tout de même montré des tendances fortes…

      Le 100% ENR est à moins de 1/3 de vote dans la population (mais plus du 1/4 !) !!! Le 100% Nucléaire est grossièrement au même niveau… Donc Quid !???
      Par ailleurs la majeure partie de la population qui s’est donc exprimé est entre les 2 options, donc un Mix Nucléaire et ENR…

      Répondre
      • APO dans vos délires vous pensez vraiment que les gens ont voté sur ce point la du programme des candidats ..à part les vrais verts …et les gogos qui croient encore que l’on va s’enfoncer toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec une energie tres chere et pouvoir payer un EPR inutile en plus … voir aussi le nombre de votant … l’essentiel c’est que la crise actuelle a bien fait comprendre l’importance des ENR et accélère leur développement sur le terrain ..

        Répondre
        • @régis,

          si vous préférez du « jus » de charbon Allemand au Nucléaire, c’est votre droit… Moi ce n’est pas mon opinion…

          Je pense que les ENRistes feraient bien de se pencher sur les possibilités de développement hydraulique en France de manière à mieux insérer et optimiser les ENRi… Et d’arrêter des dogmatismes de postures inefficaces…

          Répondre
      • Vous confondez débats et élections !
        Pour choisir ce qui engage les français jusqu’au XXIIe siècle un référendum aurait du être le fondement de la décision.
        Ce n’était pas à un petit cerveau étriqué comme celui de Macron de décider pour mes petits enfants.

        Répondre
    • Je ne suis pas sûr que dans la période actuelle et encore plus cet hiver un référendum sur la production d’électricité soit défavorable au nucléaire: vive un référendum…..

      Répondre
      • victor vous croyez qu’il y aura encore un peu de nucléaire en fonctionnement cet hiver ? 🤣🤣🤣 car à cause de notre merde polluante de nucléaire et le retard pris par la France dans le développement des ENR on est oblige ..comme on l’a fait l’hiver dernier de redémarrer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de notre merde de nucléaire…

        Répondre
      • Avec un referendum suite à un débat national, avant de voter les français auront appris que la fiabilité du nucléaire est en cause avec 1 réacteur sur deux en panne, et qu’il faut entre 12 et 15 ans pour construire un réacteur moderne et qu’il coute 6 fois plus cher que le prix sur lequel on leur demande de prendre position.
        Je ne suis pas sur qu’ils prenne partie pour le nucléaire !

        Répondre
        • M. Rochain, vous avez le droit d’être antinucléaire et vous ne vous gênez pas pour le faire savoir dans les forums.
          Mais vous n’avez pas le droit de déformer la réalité pour soutenir vos thèses.
          Si en effet EDF a découvert quelques points de corrosion sur quelques réacteurs qui ont aussitôt été arrêtés pour réparation, ce n’est pas la moitié des réacteurs qui est touchée, mais au maximum 12 d’entre eux. Après investigation tous ne sont d’ailleurs pas concernés, et ils redémarreront avant l’hiver, pour que nous ne manquions pas d’électricité.
          Les autres réacteurs sont normalement en arrêt annuel pour maintenance même si celle-ci est plus longue qu’à l’ordinaire, pour pouvoir les rénover et les faire durer.
          Nos voisins qui ont choisi le gaz russe plutôt que le nucléaire s’en mordent les doigts, et la perspective de ne plus compter que sur le vent l’hiver prochain les conduit à rallumer des centrales au charbon : d’après vous qui est le plus vertueux ?
          Et SVP arrêtez de nous gaver de mensonges ou d’approximations, vous êtes tout le contraire d’un expert.

          Répondre
          • Studer : « Mais vous n’avez pas le droit de déformer la réalité pour soutenir vos thèses.
            Si en effet EDF a découvert quelques points de corrosion sur quelques réacteurs qui ont aussitôt été arrêtés pour réparation, ce n’est pas la moitié des réacteurs qui est touchée, mais au maximum 12 d’entre eux. Après investigation tous ne sont d’ailleurs pas concernés, et ils redémarreront avant l’hiver, pour que nous ne manquions pas d’électricité.
            Les autres réacteurs sont normalement en arrêt annuel pour maintenance même si celle-ci est plus longue qu’à l’ordinaire, pour pouvoir les rénover et les faire durer. »
            QUI déforme la réalité ? Sur les 27 arrétés 12 sont touché par un défaut qui par ailleurs démondre le peu de fiabolité du nucléaire français (les américains qui utilisent les mêmes ne connaisent pas ce défaut), les 15 autres sont à l’arret pour quelles raisons ? Vous voulez nous faire croire qu’EDF fait en meme temps la maintenance su 15 réacteurs depuis des mois alors qu’ils en ont 12 en panne « reconnue » ? Vous vous moquez de qui ?
            La tête dans le caca vous dites encore que ça sent bon !! C’est le propre des dogmatiques qui accusent de l’être ceux qui referent aux faits.
            Minable et consternant

        • Mais oui, cher M. Rochain, il est normal de faire de la maintenance sur 15 réacteurs en été, quand la consommation est minimale. Surtout quand il s’agit de remplacer des gros composants afin de permettre aux réacteurs de fonctionner encore des décennies, ainsi que l’a décidé notre président, après une longue réflexion, il faut le reconnaître !
          C’est incroyable de vous voir à longueur de forum faire de la dialectique sur un sujet sur lequel vous n’avez aucune expérience ni même aucune connaissance sérieuse !
          Et c’est consternant de constater le manque de civilité de vos propos, surtout quand vous êtes à bout d’argument, ce qui arrive vite !
          Pas grave au fond, les autres internautes vous ont repéré et zappent vos propos…

          Répondre
          • Sauf qu’elle a commencé l’été dernier votre maintenance et à déjà durée tout l’hiver et va même se continuer sur les deux années à venir au dire D’EDF. C’est curieux, pendant 60 ans ces maintenances n’immobilisaient que 2 ou 3 réacteur sur l’ensemble du parc composé de 58 réacteurs et maintenant se serait le tiers du parc… sans compter les 12cautres dont on ne peut même pas s’occuper tellement on est focaliser sur la maintenance de routine…
            Quand le parc sera totalement à l’arrêt plutôt que d’avouer son incurie… Ils seront tous…… en maintenance !
            Pour votre info, j’ai dirigé durant 12 ans une société de maintenance.

      • @Victor,

        C’est certain qu’un référendum à la fin de mars 2023 risquerait de donner un avis plutôt très favorable au Nucléaire…
        Attendons l’Hiver prochain qui sera rude pour l’Europe entre la récession à venir et des rationnements d’énergie (en espérant pas trop de Black-Out dans diverses régions françaises !).

        Répondre
    • L’article ne fait que relater l’actualité et prouve que l’abus de pouvoir, ce serait la suppression prochaine de la plupart des procédures de recours en justice contre les projets d’éoliennes. Curieusement, les recours contre le nucléaire ne font l’objet d’aucune Directive européenne (ni française d’ailleurs !) pour en réduire les échelons.
      Si on se tourne vers l’Allemagne qui a inspiré ce projet, les Verts au pouvoir envisagent de couvrir tout leur territoire d’éoliennes (2 % du foncier serait occupé) y compris en diminuant les distances minimales réglementaires aux habitations. En France celles-ci sont de 500 m : que diriez vous si une machine bruyante de la taille de la tour Montparnasse était construite tout près de chez vous, sans aucune possibilité de vous y opposer devant un juge ??? Et ce sont des prétendus « écolos » qui incitent à ce véritable déni de démocratie ! Déjà dans notre pays les 3 niveaux traditionnels de recours devant les tribunaux (1ère instance, appel, cassation) ont été ramenés à un seul, qu’il ne faut pas rater ! Ce projet pourrait accélérer encore les choses, avec la volonté de réduire la durée des recours de 10 ans aujourd’hui à seulement 1 an maximum.
      Mais ce n’est qu’un projet Bruxellois poussé par nos voisins allemands qui, abandonnant le nucléaire, n’ont pas d’autre choix que de construire des éoliennes (tout en conservant leur charbon en secours, on ne sait jamais…). En France, nous avons du nucléaire et nous voulons le développer, donc nous ne sommes pas dans les mêmes conditions : espérons que nos représentants s’opposeront au projet de Directive au Parlement et au Conseil de l’Europe.
      Quoiqu’avec des représentants comme Canfin, on peut s’attendre à tout…

      Répondre
      • STUDER c’est bien toutes les ENR qui se développent sur le terrain en Allemagne comme dans le monde entier ..il n’y a qu’en France que l’on blablate stérilement en s’enfonçant toujours plus dans la pollution et la production de déchets ultimes … … le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement … vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain. https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/291413321_10229405572508653_7890392353535409948_n.jpg?_nc_cat=101&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=ysjavtUQevgAX9EPGg-&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT–CtWrjnA_LDP7Xs9F-vdWQrlwwTffiuCRTJEpAh-Stw&oe=62C3770C

        Répondre
      • Studer : « que diriez vous si une machine bruyante de la taille de la tour Montparnasse était construite tout près de chez vous, sans aucune possibilité de vous y opposer devant un juge ???  »
        J’ai eu pire, un pylone supportant une ligne THT passant au dessus de ma maison en banlieue sud parisienne, avec une ligne qui gresillait par temps humide !
        Oui en France nous avons malheureusement le nucléaire avec 27 réacteurs sur 56 en panne ! et pendant ce temps nous importons notamment d’Alleamgne à tour de bras, aujourd’hui comme hier et demuis des mois, nous brulons du gaz rare et cher ….mais surtout nous nous sommes abstenus de mettre des éoliennes partout où le vent souffle en permanence en rassemblant 61% des éoliennes du pays sur un mouchoir de 16% de la surface du territoire ce qui permet de dire que l’éolien ne produit rien et donc ne sert à rien, quand le vent est faible dans cette petite zone non représentative de la France.
        Notre nucléaire nous rend ridicule car l’Allemagne bous a évité le black out tout cet hiver et vous n’arretez pas de la critiquer vous n’êtes que des iresponsables comme Macron, et croyez que des EPR qui ne fonctionneront pas mieux que ceux d’aujourd’huii nous sauveront …… dans 15 ans ? Mais pour ces 15 ans ce sont le peu de renouvealble que nous mettons en place et surtout nos voisins qui vont nous sauver ! Vous niez sytématiquement tous les faits pourtant incontestables que l’on peut constater sur les sites officiels d’EDF et RTE comme nuclear monitor, eco2mix, et ceux de la comission européenne mieux placés que vous pour comparer entre les differents pays de l’Europe ! Vous vous conduisez en dogmatiques ignorant la réalité.

        Répondre
        • Le fameux pylône que cite toujours M. R. ne fait que démontrer son insensibilité au paysage .Comment peut-on supporter le voisinage avec un tel monstre métallique ?

          Répondre
          • sirius 😂🤣😂 vous n’avez jamais rien dit pendants des années sur les pylones HT et THT toxiques qui polluent toute la France depuis des années et une éolienne qui est beaucoup plus majestueuse vous contrarie ? 😂🤣😂

  • « Pourtant, tout le monde devrait aujourd’hui avoir compris qu’en raison de leur intermittence de production, les éoliennes doivent être couplées à des centrales au gaz ou, pire encore, à des centrales à charbon – comme en Allemagne qui a construit dans l’urgence un parc de centrales d’une puissance équivalente à celle de ses éoliennes. A cet égard, il est incompréhensible que l’énergie nucléaire soit résolument ignorée de cette directive alors qu’elle répondrait bien mieux que les énergies renouvelables à l’objectif recherché, en présentant des avantages incontestables pour le climat et la garantie de fourniture. »
    Enfin un peu de sagesse.
    C’est exactement ce que je dis depuis bien longtemps.
    Pour alimenter un réseau électrique de façon fiable, vous devez avoir des sources pilotables, nucléaire, hydraulique, centrale à flamme (et donc à CO2), un peu de biotrucs, …
    Si vous rajoutez des sources intermittentes, éolien ou, pire, solaire, elles ne sont d’aucune utilité en parallèle au nucléaire, peuvent avoir un petit intérêt pour l’hydraulique (STEPs, ou simplement économiser un peu d’eau pour un meilleur usage), et, surtout, elles peuvent ralentir les centrales à flamme, et limiter ainsi leurs émissions de CO2.
    Et c’est tout.
    En clair, en France, tant que nous aurons un socle nucléaire plus hydraulique sérieux, les énergies intermittentes, éolien et solaire, sont d’un intérêt très faible.
    Hélas, on a pris du retard dans le renouvellement de nos centrales nucléaires, et nous allons le payer cher.

    Répondre
    • @Hervé Guéret,

      En plus de l’hydraulique, une meilleure pilotabilité des consommations peut être avantageuse pour « consommer » l’intermittence des ENRI mais aussi par rapport à la production relativement « plate » du Nucléaire…

      Les ENRi ont certainement un Optimum pas encore atteint en France, mais pas à des niveaux hyper élevés (comme dans certains scénarios), c’est certain…

      Répondre
      • @APO
        Bien sûr qu’il faudra faire feu de tout bois pour sauver la situation, à commencer par la sobriété (majeure) et un meilleur pilotage des consommations.
        Sans trop y croire tout de même devant le risque clair de plusieurs semaines d’affilées avec éolien et solaire à 10% de leur puissance nominale.
        Or, pilotabilité veut surtout dire report d’une part de la consommation.
        Et personne, ni industriel ni privé (frigo, chauffage, recharge de voiture par exemple) ne peut subit une diminution forte de puissance sur une longue durée.
        Et c’est pourquoi nous devrons conserver des systèmes pilotables pour garantir un service minimum.

        Répondre
        • Herve Gueret toujours irradie qui ne connait toujours pas les bases du sujet et continue de se ridiculiser en public avec toutes ses niaiseries de gogos … sortez vous des théories foireuses et ouvrez enfin les yeux sur la réalité du terrain … c’est bien les principes Negawatt qui nous sortent de la ..alors que la crise actuelle confirme bien l’urgence de développer les ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz …. on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

          Répondre
        • @Hervé,

          Vous avez raison sur le report limité de consommation dans nos modes de consommation et de production actuelle, mais en ce moment et pour les années à venir (pas 2 ou 3 ans comme annoncé « politiquement » mais pour les 2 décennies qui viennent à minima) nous avons/aurons des « creux » reguliers et majeurs d’énergie à compenser !
          Est ce que certaines activités ne peuvent pas être annualisées !? Le BTP a su faire cela avec le passage aux 35 heures (40 heures l’été et 28 l’hiver dans certaines branches…, ce qui n’a d’ailleurs pas plu à certains et fait l’objet de grèves car il est plus difficile de faire des heures Sup en été de ce fait…). Les progrès météo permettent d’avoir des indications relativement fiables à 10 jours maintenant (avec certes des erreurs !) et donc d’anticiper certaines phases de fortes productions ENRi (passage de dépression) et certains phases de très faibles productions… Peut-être faudra t’il revoir les 35 heures de certaines filières en 35 heures-ENRi (+/- 5 ou 8 heures suivant les semaines !???).
          En changeant certaines approches, il est envisageable de trouver moultes solutions… (de toutes les façons, on n’aura bientôt plus réellement le choix). Dans le temps, les moulins à vent ne pouvaient moudre le grain que lorsqu’il y avait du vent… Certes nous vivons dans une époque de Flux tendus et ce modèle là risque aussi d’être partiellement remis en cause dans certaines filières…

          Répondre
    • 😂😂🤣😂🤣 ça faisant très longtemps que notre troll stérile d’Hervé Gueret n’etait pas venu polluer les posts avec ses fantasmes d’irradié chronique sur les centrales qui n’existent toujours pas sur le terrain 😂😂🤣😂🤣 toujours dans le déni et les blablas stériles 😂🤣 car de nier stupidement le réel du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ça ne le changera pas 😂🤣et oui à cause de notre merde polluante de nucléaire et le retard pris par la France dans le développement des ENR on est oblige ..comme on l’a fait l’hiver dernier de redémarrer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de notre merde de nucléaire… et pour prouver une fois de plus vos délires de troll stériles qui ne sait meme pas ce qui se passe en réel sur le terrain voila les résultats obtenus malgré le retard de la France dans le développement des ENR : https://www-lesechos-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.lesechos.fr/amp/1410654?

      Répondre
    • Hervé Guéret 😂🤣 il faut vraiment que vous vous sortiez des vieux canulars périmés pour gogos car on a déjà répondu et prouvé toutes vos inepties stupides ..ouvrez les yeux sur le réel du terrain au lieu de continuer de subir .. rien n’est parfait mais il faut se sortir de la merde dans laquelle on s’enfonce toujours plus …vérifiez les faits / retours de terrain déjà postés … . à propos des vieux canulars périmés pour gogos sur l’Allemagne qui a même accéléré le développement des ENR suite aux dernières catastrophes climatiques et aux élections et aux derniers événements … alors que c’est bien la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution, que c’est bien EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux et que c’est bien de notre santé qu’il s’agit… QU’ILS CONTINUENT DE DEPANNER LA FRANCE COMME ILS LE FONT DEPUIS DES ANNEES eux agissent et se sortent de la … https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/290545118_10229405391184120_702868050300062238_n.jpg?_nc_cat=111&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=UXcFjk0Y8TsAX9TBsTZ&tn=0pLsDBAULMzWxLtO&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=00_AT_4qNHvSzQ4wUQ6IqpRe-FEG1fZRr7M62-oql-ZAxQYxw&oe=62C34659

      Répondre
  • Hervé Guéret une nouvelle fois la realité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier face à toutes nos inepties pour gogos alors que la crise actuelle prouve bien l’urgence de développer les ENR et accélère leur développement sur le terrain … . le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement … vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain. https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/291275658_10229405300701858_1629926568298245366_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=vQxHZnLdZZIAX-C1uEC&tn=0pLsDBAULMzWxLtO&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT-SM77Cu2n6jX4QFMO44fxUjnP046M1sMgulN1AU1aEjA&oe=62C1E2C7

    Répondre
  • Alerte l’imbécile IS (expert en imbécilité) est de retour.
    Lui répondre c’est en faire preuve !
    A un tel niveau sa bêtise en devient inattaquable

    Répondre
    • Michel DUBUS 😂🤣😂 le troll stérile qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres . la vérité et les faits / retours de terrain que tout le monde peut très facilement vérifier ça vous dérange tant que ça ? nier la réalité ne la changera pas et confirmera bien votre stupidité 😂 🤣😂

      Répondre
  • L’ancien directeur de deux réacteurs nucléaires du Blayais, près de Bordeaux, fait du copié-collé avec les arguments habituels de l’ingénieur du gaz, le plaisancier toulonnais.

    On sait bien que derrière les opposants aux éoliennes se cache toute une armada d’associations opaques dont les arguments proviennent des partisans du nucléaire. Comme disent certains à juste raison, l’éolien (avec le solaire) est bien trop dangereux pour l’industrie nucléaire.

    La confrérie nucléaire prétend que le nucléaire est ce qu’il y a de mieux pour préserver le climat, à supposer que le CO2, dernier argument du nucléaire, joue un rôle important dans les modifications de la circulation atmosphérique globale et du climat.

    Dans les faits, on constate que le nucléaire produit toujours moins d’électricité dans le monde en 2019, en 2020 et en 2021 qu’en 2006, son record historique (même s’il réussi à s’en rapprocher).

    Répondre
    • Le nucléaire a surtout changé complètement de lieu de développement: jadis en Europe, au Japon, et aux EU, aujourd’hui principalement en Chine.
      Seule la Russie a maintenu une certaine continuité de développement modéré.
      En Europe, c’est le RU qui est aujourd’hui le plus « volontariste » dans ce secteur.

      Répondre
      • Avec un système de financement qui permettra de faire payer les dépassements aux constructeur lui même, c’est à dire à la France. Les anglais très pragmatiques ont tiré la leçon des EPR de France et de Finlande… Les chinois n’ayant pas terminés et les retards encore inavouhés à la signature d’Inkey Point. Ce sont donc nous qui paierons les errements D’EDF comme pour Olkiluoto.

        Répondre
        • @Serge,

          Pour Olkiluoto, les errements, c’est AREVA-Siemens … Et certes EDF qui passe l’éponge à la fin…

          Répondre
          • Non Siemens s’erst apperçu très vite que le cheval boitait et n’avait aucune chance de tenir ses promesses, alors, bien inspiré, il est sorti de la course. l’entêtement ne paie jamais quand la donne est truquée.

          • @Serge,

            Siemens est sorti de la course après avoir fait de l’EPR une usine à Gaz bien compliquée à réaliser…

            Siemens s’est recentré sur les éoliennes, et les Fossiles (centrales à Gaz notamment)… Bravo à Eux, Quels Visionnaires !!!

          • Ha parce qu’il y a EPR et EPR ? Les EPR ALLEMAND, LES EPR chinois et les EPR anglais ? On n’est pas prêt de parler D’EPR de séries alors….? Je retiens que celui de Finlande est une usine à gaz tandis que celui de Flamanville est d’une simplicité biblique. Merci de ce brillant éclairage.

    • @Marguerite
      « Comme disent certains à juste raison, l’éolien (avec le solaire) est bien trop dangereux pour l’industrie nucléaire. »
      Mais comment Diable voudriez-vous qu’une source d’électricité intermittente puisse mettre en danger une source pilotable !!!
      Elles ne jouent pas dans la même cour.

      Répondre
      • Herve Gueret toujours irradie qui ne connait toujours pas les bases du sujet et continue de se ridiculiser en public avec toutes ses niaiseries de gogos … sortez vous des théories foireuses et ouvrez enfin les yeux sur la réalité du terrain … c’est bien les principes Negawatt qui nous sortent de la ..alors que la crise actuelle confirme bien l’urgence de développer les ENR pour produire enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour moins cher que notre merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune, la flore et l’être humain… et si certaines ENR sont prévisibles d’autres sont beaucoup plus pilotables que notre merde polluante de nucléaire de plus en plus intermittente qui fait redémarrer nos centrales thermiques déjà en place pour pallier aux carences du nucléaire .. ENR qui battent des records de production partout ou elles commencent à être installées en faisant baisser la pollution, les GES et le Co² et en produisant enfin proprement, sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que le nucléaire / arenh polluant à tous les stades … ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz …. on avance mais toujours pas assez vite vu l’urgence de la situation: https://www.euractiv.fr/section/energie/news/renewables-overtake-fossil-fuels-in-eu-power-generation/

        Répondre
    • @Marguerite,

      sur votre propos :  » On sait bien que derrière les opposants aux éoliennes se cache toute une armada d’associations opaques dont les arguments proviennent des partisans du nucléaire. Comme disent certains à juste raison, l’éolien (avec le solaire) est bien trop dangereux pour l’industrie nucléaire.  » Vous avez presque complètement raison, vous avez juste oublié de rajouter le complément du Gaz Naturel (ou Gaz fossile)… Et Que derrière un certain nombre de partisans des ENR se cachent des Lobbyistes du Gaz et des intérêts gaziers !!!

      Répondre
      • APO qui continue d’anoner tous les vieux canulars périmés pour gogos alors que la crise actuelle prouve que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … Que faites-vous en permanence !? d’utile ?

        Répondre
      • Pour l’instant et depuis déjà plus d’un an, les gaziers se félicitent de la très lucrative participation du nucléaire à son expension.
        Malheureusement le nuclearisme rend aveugle ce qui les conforte dans leurs âneries

        Répondre
  • Le problème n’est pas « le nucléaire », mais « l’EPR ».
    Plus le temps passe, avec un EPR qui n’en finit plus de ne pas démarrer, et plus la solution PV + éolien + interconnexions + centrale thermique vient, de toutes manières, en remplacement. Et quand bien même cet EPR démarrerait, il n’est pas sûr qu’il fonctionne correctement, vu les résultats en Chine. Quant à l’EPR2, on n’a aucune certitude non plus.

    Répondre
    • Marc et non c’est bien notre très mauvais choix il y a 60 ans qui nous a enfonce toujours plus dans la pollution et la production de déchets ultimes alors que la France etait pionniere dans les ENR ..et que l’on eet encore et toujours en retard avec son temps … la crise actuelle confirme bien tous nos mauvais choix ….

      Répondre
    • Le gouvernement Macronien anti-renouvelable a pourtant fait ce qu’il pouvait pour enrayer la progression des renouvelables en ne procédant à aucun appel d’offre pour l’éolien en mer, natamment, ce qui nous a vallu d’être condamné pour inertie dans la lutte contre le réchauffement climatique, afin de faire le lit du nucléaire qui n’arrivant pas pour confirmer sa décision inavouée de relancer le nucléaire l’a contraint à passer commande (sans aucun débat) de 6 réacteurs sur la foi de la faillite de ces EPR. Nous avons un dictateur nucleophile à la tête de notre république bannière qui a engagé ‘notre pays jusqu’ au xxii e siècle !
      Nos enfants et petits enfants le paieront cher.

      Répondre
  • Depuis EBR-1, le premier réacteur nucléaire ayant produit de l’électricité en décembre 1951, un réacteur à neutrons rapides, et depuis Obninsk, premier réacteur à produire de l’électricité commerciale, connecté au réseau en juin 1954, l’industrie nucléaire devrait avoir acquis suffisamment d’expérience pour être économiquement viable et ne pas être subventionnée depuis toujours, de façon directe ou indirecte.

    Malgré les annonces faramineuses d’il y a près de cinquante ans (3.600 à 5.300 GW de capacité nucléaire mondiale en l’an 2000), malgré les durées, coûts de construction et coûts complets de production rédhibitoires, l’industrie nucléaire continue de pérorer et de réclamer des aides.

    Répondre
    • PERORER est le terme le plus approprié. Car réclamer des aides, cela se fait en catimini dans les couloirs des ministeres, très discrètement.

      Répondre
    • @Marguerite,

      Et pourquoi donc la majorité des projets ENRi est encore subventionnée (et/ou produite à prix garanti, ce qui est aussi une forme de Subventions) !?

      Les techniques du PV datent de presque la même époque que celles du Nucléaire !!!
      Et les éoliennes sont anciennes !? Si on considère le million d’éoliennes mécanique du Mid-West américain (et encore plus agé si on considère les moulins à vent), la technologie a plus de 100 ans !!! Certes avec des générateurs électriques cela est plus récent.

      Répondre
      • APO qui n’a toujours pas appris les bases du sujet et toujours pas vérifie que les ENR sont moins chères que notre merde polluante de nucléaire qui est bien subventionné avec nos impôts depuis plus de 60 ans …

        Répondre
      • Pour aller au fond des choses on peut dire que le vent a été inventé il y a environ 4 milliards d’années tandis que l’atome est beaucoup plus ancien avec près de 14 milliards d’années. Alors que les comparaisons idiotes sont beaucoup plus récente et date de l’apparition des hommes comme cet APO, qui semblent se multiplier plus vite que les autres.

        Répondre
        • @Serge,

          Coté multiplication , j’ai des leçons à rependre avec vous tant votre « fertilité » est extraordinaire !!! Vous devez avoir une agitation atomique extraordinaire, j’en suis pantois !!!

          Répondre
  • En vingt ans, de 2001 à 2021, la capacité nucléaire mondiale n’a progressé que de 10,4 %, de 352,7 à 389,5 GW. La production d’électricité nucléaire n’a progressé que de 5,5 %, de 2.650 à 2.800 TWh.

    En seulement cinq ans, la production mondiale d’électricité éolienne a presque doublé et celle d’électricité solaire a plus que triplé. En 2021, pour la première fois, éolien + solaire ont dépassé le nucléaire en production mondiale d’électricité.

    Alors que le nucléaire représentait 17,4 % de la production d’électricité mondiale en 1996, il n’en représente plus que 9,8 % en 2021.

    Plutôt que de gaspiller des ressources dans le nucléaire, mieux vaut investir dans tous les renouvelables et les différents stockages, ce qui est moins coûteux et plus rapide à mettre en œuvre

    Répondre
    • @Marguerite,

      Et quels sont les moyens de Stockage à l’échelle pour des scénarios 100% ENR !?
      – STEP, un peu, mais pas beaucoup plus de 10 GW et des durées de projet de 10 à 15 ans minimum. Dans tous les scénarios, il en faut (sauf avec beaucoup de Fossiles …)
      – Autre technologie mature, éprouvée et à l’échelle avec les infrastructures !???
      L’Hydrogène mettra 30 ans minimum pour être en partie à l’échelle du problème – ou Pas !? (sans aucune certitude de résultats en couts et en capacités techniques complètes pour le Système …)

      Répondre
      • Du stockage il en faut d’autant moins que l’on multiplie les renouvelables, notamment le solaire et que l’on utilise le jour ce que l’on a transféré en phase nocturne pour arranger le nucléaire avec ses inconveniants incontournables….. Et on finira par s’apercevoir que le stockage n’est pas plus utile que le nucléaire.

        Répondre
        • @Serge,

          Votre Logique m’impressionne !!!

          Combien de GW de solaire vous verriez installé en France !?

          Répondre
          • APO la question ne se pose meme pas .. le maximum et au plus vite en sachant que le solaire n’est qu’une partie des ENR et que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole / gaz … et que c’est URGENT

          • Rien que la couverture du bâti de France en PPV (E-O-S) produirait le double de ce que produirait la totalité du parc nucl »aire en état de marche, si ce miracle se produisait. Ajoutez y le solaire au sol sans même toucher un m2 de sol pouvant être utilisé à une autre fonction et vous aurez plus de 4 fois ce que produirait le miracle nucléaire…. on pourra alors commencer à s’inquiéter de savoir stocker !
            Je vous conseil la lecture de ‘ »Le regard des hommes sur la Soleil » parut aux éditions ISTE. vous y trouverez les démonstration de ces résultats calculés par des autorités différentes.du monde de l’économie énergétique.

  • A propos de gaspillage ma chère te tendre
    Selon Olivier Vidal, géologue et Directeur de Recherche au CNRS, les consommations exprimées en kg par Mégawatt-heure des 3 matières premières essentielles à la construction des éoliennes et des centrales nucléaires, en tenant compte de la durée de vie des unes et des autres, sont les suivantes 2 :

    – 45,3 fois plus de cuivre pour l’éolien que pour le nucléaire
    – 19,8 fois plus d’acier pour l’éolien que pour le nucléaire
    – 10,6 fois plus de béton, toujours pour l’éolien comparé au nucléaire

    Notons en plus que béton, acier et cuivre émettent de grandes quantités de CO2 pour leur fabrication, et pour leur mise en œuvre. Tout ceci pour des machines aléatoires, arrêtées la plupart du temps.
    Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’une énergie aussi anémique, qui nécessite de construire et de raccorder entre elles des centaines de milliers de machines, fera monter le prix des matières premières à un niveau intenable pour l’ensemble des industries.
    Le prix du cuivre surtout est très inquiétant, et les matériaux de construction ne sont pas en reste.

    Répondre
    • Michel Dubus à force de gober toutes les vielles théories foireuses pour gogos vous en oublirz les bases . ces matériaux que nous avons depusi tres longtemps partout autour de nous en de plus grandes quantités se recyclent .. sauf ceux du nucléaire … donc ce n’est que de l’immobilisation temporaire … de plus vérifiez aussi que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz .. comme le prouve la crise actuelle qui accélère le développement des ENR ..et qui va améliorer le retour Co² de tous les matériaux / matériels et ce dans tous les domaines ..

      Répondre
    • Je constate que le message que j’ai fait à Dubus en réponse à ses hérésis soit disant cautionnées par Olovier Vidal qui en serait l’auteur a été censuré.
      J’y démontrait que rien que pour créer CIGEO l’ANDRA (qui donnait ses chiffres en béton) avait utilisé 4 fois plus de béton que ce qu’il en a fallu pour ancrer les 8000 éoliennes du pays.
      Le site de l’andra et celuis du syndicat des producteurs de béton, tous deux donnés en référence pour démontrer les érrements de Dubus devaient géner le monde de l’énergie qui a passé le message à la trappe.
      Finalement ce site sur lequel iil est impossibe de prouver ce que l’on avance et qui permet aux clowns d’écrire n’importe quoi ne présente donc aucun intéret !

      Répondre
      • Encore une fois, Rochain fait dans la désinformation. Vous ne pouvez pas comparer le béton de Cigéo à celui de 8000 É, cela n’a aucun sens. Cigéo représente le centre de stockage de l’ensemble des réacteurs sur une centaine d’années, il faut donc amortir Cigéo sur 40000 TWh (400 TWh x 100 ans) alors qu’une É va produire 0,1 TWh dans sa vie entière. 8000 É c’est 800 TWh, 2% de Cigéo. Il faudrait, pour être honnête, comparer le béton de Cigéo avec celui de 400000 É, et les chiffres de Vidal redeviennent parfaitement plausibles.

        Répondre
        • Denis Margot encore une fois de plus fait de la désinformation en comparant quelque chose d’immuable et polluant pour des milliers d’année alors que le béton des éoliennes se recyclent facilement , localement et sans cout pour la collectivité

          Répondre
        • Quand cela ne vous arrange pas ça n’a évidement auxxun sens
          Mais quand un perroquet rapporte la fake que l’éolien utilise plus de béton que le nucléaire….. ça a du sens par ce que CIGEO ce n’est pas pour le nucléaire que ç’est fait…. c’est pour faire joli dans le paysage souterrain

          Répondre
          • Vous ne pouvez pas comparer le béton d’un équipement fait pour 40000 TWh avec le béton nécessaire pout lester 800 TWh. Le N possède des défauts, mais en terme de densité d’énergie, Il surpasse les ENRi et nécessite moins de matériaux. Vos tentatives pour transformer systématiquement les atouts du N en défauts démontrent votre parti pris et sont contre productives. C’est d’ailleurs étonnant cette propension qu’ont les anti N de vouloir noircir tous les aspects du N, même ceux qui, objectivement, sont positifs. Contentez-vous de dézinguer les points négatifs, le N n’en est pas exempt, vous avez le choix.

          • Denis Margot à force de gober toutes les vielles théories foireuses pour gogos vous en oubliez les bases . ces matériaux que nous avons depuis très longtemps partout autour de nous en de plus grandes quantités se recyclent .. sauf ceux du nucléaire … donc ce n’est que de l’immobilisation temporaire … de plus vérifiez aussi que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz .. comme le prouve la crise actuelle qui accélère le développement des ENR ..et qui va améliorer le retour Co² de tous les matériaux / matériels et ce dans tous les domaines ..

          • À Régis Isambert, toujours à côté du sujet, ou quel que soit le système d’Idiotie Artificielle qui se cache derrière : je ne répondrai pas à votre prose insipide truffée de fautes, d’insultes, de vulgarités, de contre-vérités, d’incantations et de répétitions. Mais continuez d’intervenir, vous ridiculisez votre cause en la défendant avec votre charabia.

          • A Denis Margot 😂🤣ce sont des faits / retours de terrain / bilans officiels .. que tout le monde peut très facilement vérifier . la vérité vous dérange ? 🤣😂vous pouvez troller stérilement et vous ridiculiser en public ça ne changera pas la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier 😂🤣

          • Mais il faudrait rapporter vos chiffres au TWh produit. Sinon votre commentaire n’a aucun sens. Savez-vous au moins faire le calcul ?

          • @Cochelin,
            Qiuand un Dubus balance :
            – 45,3 fois plus de cuivre pour l’éolien que pour le nucléaire
            – 19,8 fois plus d’acier pour l’éolien que pour le nucléaire
            – 10,6 fois plus de béton, toujours pour l’éolien comparé au nucléaire

            EST-CE que DUBUS L’A RAPPORTE AU KWh PRODUIT ?
            Je ne fais que reponsdre dans le même registre que rien que pour passer les poussieres radioactive sous le tapis, le nucléaire consomme 4 fois plus de béton que pour ancrer les 8000 éoliennes du pays.

  • Excellente démonstration d’Alain DESGRANGES, qui est totalement fondée, il sait parfaitement de quoi il parle !
    Pour le reste, je me refuse à participer au moindre débat avec les anti-nucléaires de service, qui ne savent qu’insulter et lancer des imprécations à ceux qui ne pensent pas comme eux. Je conseille d’ailleurs à tous ceux qui tentent de leur répondre de faire de même, leur élucubrations habituelles ne méritant que le mépris !

    Répondre
    • Michel DESPLANCHES je vais quand meme ne pas suivre vos consignes et repondre au clown que vous etes ..de nier stupidement la réalite du terrain comme le font les autres trolls comme vous ne la changera pas 😂🤣

      Répondre
    • Les élucubrations ne viennent que du camps des nucléophiles qui dès qu’il essaient de placer une nouvelle fake se font renvoyé dans leur 22 m comme je viens de le faire à ce Dubus qui balance des chiffre si faux qu’il est facile de les mettre à bas en s’appuyant simplement sur les sites officiels du nucléaire lui-même comme l’ANDRA à propos de CIGEO et du béton qui est bien plus consommé par le nucléaire que par l’éolien de l’aveu même de l’ANDRA !
      Quant aux insultes elles partent également toujours de votre camp, et notamment de ce Dubus !

      Répondre
  • Les débats toujours plus âpres entre les partisans du tout EnRi, le plus souvent farouchement anti nucléaire, et les défenseurs du nucléaire dont je suis et qui ne s’opposent pas aux EnRi mais tiennent compte de la réalité physique du réseau électrique européen qui impose un juste équilibre entre pilotables (nucléaire, charbon ou gaz ) et non pilotables (solaire, éolien), vont bientôt se confronter à la dure réalité des faits qu’illustre la tribune des 3 grands dirigeants de Total, Engie et EDF: réduire nos consommations, autrement dit, devenir sobre.
    Il me semble bien que l’on pourrait rapprocher ce débat au débat entre les pacifistes (fin de l’Histoire, démilitarisons) et les réalistes (restons armés par précaution , l’Histoire n’est pas finie). La folie poutinnienne permet de conclure le débat à ce jour.
    Alors entièrement d’accord avec le billet de Alain Desgranges : L’Europe est bien suicidaire et la France va payer cher ce débat de trop!

    Répondre
      • Ce que nous montre la situation actuelle c’est qu’il faut massivement sortir du charbon et du gaz russe et ne plus déployer sans contre partie nucléaire les EnRi: c’est suicidaire!
        Quand on aura trouvé du stockage massif , journalier et intra saisonnier, alors on pourra envisager de ne plus faire de nucléaire..Mais c’est pas pour demain!
        Donc je ne souscris pas à vos délires et je ne suis pas un gogo mais il est certain que vous êtes un illuminé sur ces forums.

        Répondre
        • Victor une fois de plus vosu prouvez bien tous mes dires car vous ne connaissez même pas les bases du sujet et vous niez tout ce qui est bien public alors que tout le mode peut tout tres facilement vérifier …RE : car ce sont bien toutes les ENR qui nous sortent de la et la crise actuelle prouve le bien fondé des ENR et l’urgence de les développer sur le terrain … voila les résultats obtenus malgré le retard de la France dans le développement des ENR : https://www-lesechos-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.lesechos.fr/amp/1410654?

          Répondre
    • Oui, aucune source d’énergie ne sera moins chère que ne l’ont été les combustibles fossiles lors de ces dernières décennies. Dès lors, la première question est celle de la sobriété, c’est-à-dire d’une nouvelle organisation de vie plus sobre en énergie.

      Ensuite, dans le débat entre nucléaire et système à base d’ENRv, il faut bien voir que le contexte, en ce qui concerne le nucléaire en France, n’est plus du tout le même que dans les années 70: affaiblissement du tissu industriel, effondrement du niveau scolaire, et de nombreux « polytechniciens » qui filent dans la finance, plus lucrative que tout, plutôt que dans des postes de direction du secteur nucléaire comme jadis.

      Répondre
      • Et au niveau de l’industrie, « on » fabrique des « navions » qui seront bientôt peu utiles tellement le coût de l’énergie sera élevé et des panneaux publicitaires plutôt que des réacteurs nucléaires et des systèmes à base d’ENRv.
        Il n’y a plus d’Etat-stratège. Le marché décide de tout depuis plusieurs décennies, mais le marché est aveugle, n’a pas de vision. Ce ne sont pas les agences immobilières, le secteur de la pub, du crédit à la consommation, ou encore le toilettage pour chiens qui vont nous sortir de la moise, bien au contraire.

        Répondre
        • Marc, vous avez raté une marche semble-t-il…. plus d’état stratège ?
          Mais si, notre stratège en chef ne vient-il pas à la veille des élections présidentielles de passer commande, au nom de la France après un long débat avec lui-même qui a duré 5 ans, de 6 EPR et posé une option sur huit autres sur la seule foi de l’échec internationnal de cet EPR ?
          C’est pas de la stratégie ça ?

          Répondre
          • Oui, je le dis plus haut, l’EPR est, à ce jour, un problème.
            La société d’aujourd’hui n’est plus du tout la même que celle des années 70/80, qui a permis le succès du programme nucléaire français, autour du « plan Messmer ».
            Quand je dis « construire des réacteurs nucléaires », je voulais dire, des réacteurs qui fonctionnent…
            Les ENRv ne sont pas au bout du bouclage du mix non plus.

          • Pour le nucléaire le problème des réacteur que l’on ne saurait plus faire aujourd’hui est une légende ou un pretexte .
            Je pense que l’il fallait refaire des réacteurs de 900 MW comme ceux des années 70 on saurait le faire tout aussi bien et dans les mêmes délais de construction, probablement même plus rapidement. Le problème c’est que l’experience internationale à montrer qu’on ne pouvait et surtout pas refaire ce genre de réacteur dangereux et les paliers se sont enchainé en complexifiant considérablement l’architecture des machine avec des ajouts de surveillance et de controle là où précédement c’était que moyenne et en temps normal ça devait fonctionner sans qu’on s’en inquiete plus que ça. Il n’est qu’à voir les délais de constructtion qui se sont allongés de plus en plus jusqu’au palier le plus élevé avant l’EPR qui augmentaient les puissances parallèlement aux dispositifs de sécurités qui ont mis sensiblement le même temps de construction que les EPR, c’est pourquoi je ne crois pas que l’on puisse mieux faire sans revenir à des bombes potentielles à la merci d’une simple négligence de rondier. les nouveaux incorporent les dispositifs de controle qui surveillent d’autres dispositifs de controle au point que je crois ces derniers paliers et l’EPR aujourdhui plus surs que certaines usines de pré et post traitement des combustibles nucléaires eux aussi à la merci d’une panne d’un dispositif de refroidissent dans un entrepot de stockage tout bête et c’est arrivé en Russie bien avant Tchernobyl dans la région de la Tunguska (ou qqchose comme ça). Ces delais de construction sont simplement incompressibles, et l’incidence sur les coûts est considérable, il faut financer 4 à 5 milliards deuros pendant 8 à 12 ans avant qu’il ne produisent en retour sur en plus 40 années. Et au fur et à mesure de la construction le capital investi grossi de plus en plus. C’est la pierre d’achoppement économique face au renouvelable dont les coûts de construction s’il ne baissent plus avec la pente que l’on a connu au début ne le doit qu’en raison de l’augmentation du prix des matieres premieres que l’on connait aujourd’hui, mais ils baissent quand même, mais moins.

    • Oui la France est bien suicidaire et paiera cher le choix sans débat de Macron de replonger dans le nucléaire EPR sur la seule foi de son échec aveuglant !
      Nos enfants le paieront ainsi que nos petits enfants !

      Répondre
      • Le prix de base des ENRv est remonté.
        En 2020, il a atteint un point le plus bas à 25 euros le MWh en Espagne en moyenne, pour le PV et l’éolien terrestre. A ce prix-là, le mix était potentiellement bouclé (largement), dans ce pays.
        Les ENRv restent néanmoins incontournables tant qu’une solution nucléaire fiable et de long terme n’est pas trouvée.
        Nul ne connait le prix des ENRv dans 5, 10 ou 20 ans. Idem pour le nucléaire.
        Ce que l’on sait, c’est qu’aujourd’hui, l’industrie chinoise est toute puissante (dans les ENRv, comme dans le nucléaire).

        Répondre
    • @Victor,

      Bien d’accord avec vous !

      A rajouter que « l’égoisme » de certains états européens riches (lors de ces dernières années) est consternant !!!
      Ou est l’époque ou l’Europe fit « grimper » l’Espagne et le Portugal a des niveaux de vie décents en un temps record !?
      De surcapacités d’ENRi concentrés en Europe du Nord et de l’Ouest, sans considérer l’Europe du Sud-Est (voir l’Afrique du Nord) est risqué et au final peu efficient… (Le PV est bien plus productif autour de la Méditerranée qu’à Hambourg !!!)

      Enfin, avec votre parallèle militaire, que dire de la déclaration publique du Chef d’état major de l’Armée Allemande après le début de la guerre en Ukraine où il décrivait son Armée comme incapable de faire face à ce genre de guerre…

      En France, nous devrions nous comparer un peu plus aux Suédois (1er consommateur de Nucléaire par habitant dans l’UE, mais aussi très bon en ENR diverses et variés et avec des programmes industriels décarbonés très ambitieux) qu’aux Allemands, cela nous ferait du bien ! Au lieu de se comparer en permanence aux médiocres d’à coté en permanence…

      Répondre
        • @Serge,

          En ce moment c’est quasi arithmétique, ils ont au moins 5 fois de PV installés qu’en France … Il serait intéressant de voir la différence de prix entre PV Allemand moyen et PV Français moyen !!!

          A noter que nous en avons encore de la marge en France pour installer du PV avec que des écrêtements divers ne soient nécessaires… De là à en installer 200 GW et être en plein délire de surcapacités, il y a beaucoup de marge !!!

          @Serge, Pourquoi les Espagnols avaient aussi mis le « Ola » sur le PV il y a une dizaine d’années !? Et qu’ils ont plus poussé sur l’éolien ?

          Répondre
          • Pour les Espagnols comme pour tout le monde, il y a 10 ans la de carbonation de l’industrie n’agit ait pas encore la planète écologie comme aujourd’hui, la conscience est longue à venir. Pour tous il ne s’agissait que de muter son electrification selon les besoins immédiats sans une vision très claire sur l’avenir. Le plus important étant d’obtenir le maximum d’électricité par euro investi, et certainement que c’était à l’avantage de l’éolien.
            Aujourd’hui ce qu’il va falloir faire pour decarboner nos activités est plus clair…. L’électricité doit s’omimposer la ou toute autre forme d’énergie est utilisée, ce qui donne une autre dimension à la manière de la produire en la multipliant par à peu près trois !
            Et le simple sens commun montre que ce n’est pas une industrie de production en déclin comme le nucléaire qui a des chances même minimes, d’être la solution quand d’autres industries de production électrique sont en expention !

  • Cet individu semble avoir la mémoire courte et avoir oublié ce qui lui a déjà été dit.

    Pas de familiarités déplacées.
    N’ayant moi-même jamais gardé les cochons, nous n’avons pas gardé les cochons ensemble.

    Pourtant, c’était bien compris le 1er décembre 2021 :
     » … Si j’y ai eu droit aussi moi et çà m’a fait grand bien …  »
    C’était après des propos malvenus du 1er juin 2021.

    Répondre
  • Les quantités de béton et d’acier sont elles bien évaluées lorsque la construction des réacteurs EPR d’Hinkley Point nécessite trois millions de tonnes de béton et 230.000 tonnes d’acier en fer à béton.

    « During construction of Hinkley Point C 3M.t of concrete will be used, and 230,000t of steel reinforcement. »

    On ne sait pas si la construction des tunnels pour l’eau de refroidissement est comptée là-dedans : deux tunnels de 3,5 km et un tunnel de 1,8 km.

    Répondre
  • @marguerite
    Entre ns, vos diatribes et vos chiffres m’indiffèrent.
    J’ai beaucoup plus confiance en les ratios d’ Olivier Vidal qui est écouté par macron et son gouvernement au point que ce dernier désire arrêter » le bateau fou » des ENR intermittentes.
    Tous les élus récents de l’assemblée nationale ne laisseront passer aucune des lois liberticides qui veulent par exemple empêcher les recours des riverains contre les implantations éoliennes. Quant au groupe présidentiel, il comprend un certain nombre de députés de province peu soucieux de voir se dresser chez eux les parcs à hélices générateurs de mécontentements, et l’on voit mal M. Macron s’appuyer sur les braillards de LFI pour faire passer de telles lois.
    Les vrais écologistes que nous sommes, soucieux de nos enfants, reprennent espoir.

    Répondre
    • Michel Dubus j’espère que la loi sur l’écocide passe au plus vite que tous les égoïstes irresponsables comme vous et els autres trolls stériles soient condamnées au plus vite … et vous osez parler des prochaines générations alors que vous voulez leur laisser toujours plus de déchets ultimes en polluant toujours plus ….

      Répondre
    • Un frein sera probablement mis à l’éolien terrestre.
      Par contre, il me semble que Micron n’a pas l’intention de freiner le développement du PV et de l’éolien offshore.
      Vu les cafouillages de l’EPR, il est impossible de tout miser dessus !
      Enfin, le nucléaire est un secteur de pointe. C’est pas avec des nuls en maths et physique au moins au niveau du bac, et ensuite des « polytechniciens » qui filent vers la finance, et une industrie français experte… en avions bientôt peu utiles, que le secteur du nucléaire va retrouver le faste d’antant.

      Répondre
    • @Michel Dubus : Réflexion toute de bon sens. Le jour où les écologistes se débarrasseront des écolos, l’écologie aura fait un grand pas en avant.

      Répondre
  • Chez Edda-energie, en fonction de notre humeur du jour, nous sourions ou nous pétons les plombs de rage. Pourquoi ? Parce que nous ne faisons pas que philosopher sur ces colonnes, mais nous travaillons à promouvoir un procédé de production de toute forme d’energie basée sur la production d’un gaz combustible certes à bas pouvoir calorifique, basé sur la conversion de déchets secs et solides disponibles partout dans le monde et issus de la biomasse ou des déchets urbains, soit des combustibles disponibles en masse je l’ai déja dit sauf dans les déserts et les océans) mais capable de se substituer à du gaz naturel sans problème. S’il est à bas pouvoir calorifique, il suffit d’adapter le bruleur et le débit de gaz pour obtenir le même résultat. En outre naïvement, nous avons jusqu’à présent cru que notre procédé avait tellement de qualités qu’il allait s’imposer dans l’industrie, le gros tertiaire et les réseaux de chauffage de petite et moyenne taille, ainsi que dans des installations de 300 kWe à 3 MWe décentralisées, plantées à proximité des gisements de combustibles et fonctionnant bien sûr en cogénération. Mais que nenni, ce moyen de production a été comme la méthanisation, fléché par GRDF pour remplir son réseau de gaz naturel . pas stupide, bien sûr, mais ne faire que ça c’est ralentir fortement l’avènement de ce type de technologie, complexe, et assez mal adapté aux tailles industrielles difficile à maitriser. Nous sommes prêts à réaliser ce type d’installation et c’est bien normal puisque le proto que nous avons développé a produit ses premiers m3 de syngas en …1984. Pas de bol, fin de la crise pétrolière en 1985 et on arrête tout, ou tout du moins on met tout en veilleuse pour plus tard. Ce plus tard, il est déja commencé depuis au minimum une bonne dizaine d’année et que sommes nous devenus ? En 2016, nous avons vendu, plein d’espoir, un pilote de 2 MWth à un serriste breton produisant des tomates. Résultat des courses, chantier tres compliqué, manquement permanent de notre client à ses obligations contractuelles, et nous prenons conscience que notre client de fait n’a nullement l’intention de faire fonctionner l’installation mais par contre il est très intéressé à empocher les CEE afférents à ce type d’installation et ce pour un montant double du montant (sans aucun contrôle ni rappel à l’ordre des autorités qui décaissent cet argent public (double du montant de notre contrat) et au premier incident sur un pilote, contestation sur la responsabilité de l’incident qui se termine tristement par une assignation non seulement injustifiée devant le TGI de Lorient, bien embarrassé par un tel dossier. Voilà comment le pyro-gazéïficateur sans doute le plus intelligent au monde, croupit sous un hangard du Finistère et pourrit sur place depuis 4 tres tres longues années sans possibilité de faire autre chose qu’attendre une décision d’un tribunal mal adapté à ce type de dossier.
    Heureusement, le tribunal de commerce de Paris vient de prendre une décision qui contredit l’immobilité du TGI de Lorient en nous accordant une période de 18 mois pour redresser nos comptes ou trouver un ou des repreneurs qui nous permet d’espérer faire vivre notre process, c’est tout ce que nous pouvons espérer, mais c’est tres important. Dans le même temps, l’Europe continue à faire un peu n’importe quoi et la France n’est pas en reste. Posez-vous une simple question : est-ce que l’injection de gaz naturel de synthèse dans le réseau de GRDF est la bonne solution et en combien de temps les effets bénéfiques vont-ils se matérialiser ? Dans un monde normal, nous aurions participé à l’appel d’offres en cours sur ce sujet, mais nous sommes privés de toute activité sauf celle qui consiste à trouver des repreneurs à la fois courageux et intelligents. C’est la seule action à notre portée et nous nous y employons complètement.
    Ah, pour revenir au message tres sérieux de Alain Desgranges: non le charbon et le gaz naturel ne sont pas les seules solutions, et il faut comprendre qu’une installation mixte comprenant un moyen de production intermittent + une béquille pilotable (ce qu’autorise notre procédé) devient une installation pilotable à 99% avec ou sans stockage et si nécessité de stockage, réduit au minimum.

    Répondre
    • Sur ce plan, je vous suis totalement Choppin, comme la vôtre, de nombreuses solutions sont totalement ignorées prétextant qu’elles sont inutiles puisque nous avons le nucléaire, cette solution qui répond à tous les problèmes d’énergie…. Mais qui fonctionne de moins en moins et pour de plus en plus cher.
      L’outil que vous préconisez est un outil de proximité, pilotable et renouvelable, le complément indispensable aux variables de proximites, sachant de plus que les intrents de votre solution sot eux mêmes répartis et disponibles à profusion.
      Ce n’est pas un outils en phase avec les productions hyper centralisés du nucléaire mais avec les renouvelables.

      Répondre
  • Le problème du nucléaire n’est pas seulement celui de l’EPR.

    Aux États-Unis, la construction des deux réacteurs AP1000 de V.C. Summer a été abandonnée en juillet 2017 : trop de retards et dérive des coût trop élevée.

    Celle des deux AP1000 de Vogtle continue, malgré la forte augmentation des délais et des coûts. Mais il faut dire que les clients de la Southern Company paient depuis près de dix ans un supplément sur leur facture pour financer une partie de ces réacteurs. Comme l’ont été ceux de South Carolina Electric & Gas pour Summer.

    En Chine, il a fallu 8,5 ans pour construire le 1er EPR et 9,2 ans pour le second. Pour les quatre AP1000, il a fallu de 8,2 ans à 9,2 ans. S’il a fallu 5 à 6 ans pour construire les autres réacteurs en Chine, les conditions de sûreté nucléaire et de travail ne sont pas les mêmes que dans les pays occidentaux.

    En Russie, la construction dure de 8 à 10 ans, excepté pour deux petits réacteurs de 32 MW chacun dont la construction a duré 12,5 ans.

    En Inde, la construction dure une dizaine d’années, que le réacteur soit « maison » ou russe.

    En dehors des financements étatiques, le nucléaire a beaucoup de mal à trouver des financements, car le risque financier est trop grand : surcoûts importants, délais à rallonge, ce qui fait qu’il faut attendre très longtemps pour récupérer ses billes. D’autant plus que le coût du capital est élevé pour un produit aussi risqué.

    Répondre
    • Sans compter que la durée de construction a un impact catastrophique sur les frais financiers dont le retour s’échelonnera sur une durée de 40 ans, avec au départ 10 à 12 ans de neutralisation avant la première échéance de réglement.
      Economiquement rédhibitoire !

      Répondre
      • @Serge Rochain,

        Et un système électrique 100% ENR, cela prend combien d’années lorsqu’un pays n’a pas d’hydraulique sérieux ni d’interconnexion ???

        Pourquoi aucune ile n’est 100% ENR (hormis le cas particulier de l’Islande) ?

        Répondre
        • Apo qui continue ses délires en prouvant une fois de plus qu’il ne connait même pas les bases du sujet … vous allez enfin apprendre ce que sont les ENR ? vous parliez de steps ..savez vous que l’on en a déja fait avec la mer …etc etc voir l’ile de Hierro …

          Répondre
          • @Régis,

            El Hiero a fait un pas vers plus d’ENR, mais est et reste fossile à plus de 50% pour son électricité… (Hélas !)

            Si vous avez d’autres exemples, je prends. Je ne demande que de changer d’avis si la démonstration est faite et pertinente !

          • APO vous ne voulez toujours pas vérifier les faits au lieu de vous ridiculiser constamment avec vos vieux canulars périmés 😂🤣😂

        • Parce que des qu’on enlevé les cas particuliers qui y arrivent on pense avoir démontré qu’il faut être un cas particulier pour y arriver. Ainsi chaque nouveau pays qui y arrivera se transformera en cas particulier. A terme tous les pays du monde seront des cas particuliers.
          Quant aux îles il faut avoir une quantité minimum de possibilité dans diverses sources renouvelables pour avoir un mix suffisant pour s’affranchir de ses anciennes habitudes et l’inertie naturel n’y est pas un accélérateur quand on a déjà le confort avec les fossiles.

          Répondre
    • Donc 9 ans pour construire un réacteur de 3ème génération en Chine selon un modèle occidental européen ou américain et 5,5 ans pour un modèle chinois. Sans les cafouillages de l’EPR, les Chinois auraient sans doute pu le construire en 6-7 ans.

      Les conditions de travail sont différentes. Mais je ne sais pas quelle preuve vous avez des « conditions de sûreté nucléaire », différentes en Chine. En tous cas, elle avance dans la recherche sur les RNR qui permettraient plus de sûreté.
      Le coût financier est artificiel. Il faut que ce soit effectivement l’Etat qui le prenne en charge, et qui assure les frais de décontamination en cas d’accident (qui se chiffrent en centaines de milliards d’euros).

      Mais la (fausse) question des frais financiers ne se pose pas que pour le nucléaire.
      C’est pareil pour les STEP, ce qui est également un frein à leur développement dans certains pays.
      Et il existe le même type de risque financiers de catastrophe avec les barrages qu’avec les réacteurs nucléaires. Il est peut-être même encore plus élevé. Pour autant, ce sont des équipements essentiels à la vie.

      Répondre
      • Marc je me demande vraiment comment certains peuvent délirer autant sans avoir un minimum conscience de la réalité du terrain …pourquoi voulez vous qu’un « bon gestionnaire » paye très très cher quand on peut faire mieux, plus vite , proprement , sans dangers et sans déchets pour moins cher avec les ENR ? … le comble c’est de comparer une catastrophe nucléaire à une de barrage ? une qui a un impact sur des milliers d’année dans une zone très très large … et une ou il suffit de reconstruire pour repartir ? pour les STEPS c’est pareil et en plus si vous avez bien compris le principe ça sécurise par rapport au barrage plus haut ..pourquoi EDF a arrêté de développer les STEPS alors qu’elle s’engouffre encore dans les EPR? et les STEPS au niveau de la mer : un seul réservoir haut et l’eau à volonté … etc etc

        Répondre
      • Pourquoi les chinois auraient pu faire en 6 ou7 ans ce qu’ils ont construit en 9 ans ? Les cafouillages qu’ils n’ont pas eu ça à mené de 9 à 12 !! Qu’est ce qui vous fait croire que les Chinois ont cafouillé pour aller de 6/7 à 9, ils ont du aussi refaire des soudures ?
        Quant au coût financier il ‘n’ a rien d’artificiel, du moins tant que la valeur de l’argent ne sera pas nul et qu’il fera vivre les sociétés de crédit et les banques. Il prend même une valeur totalement discriminante quand un investisseur doit choisir entre deux projets qui rapporteront la même chose par euro investi mais que l’un produira dans deux ans et l’autre dans 15 !
        C’est pour cette raison que je pense qu’il faut se tourner vers les renouvelables dont les investissements sont payés par le privé alors que le nucléaire ne sera payé QUE par l’état qui va cumuler le réinvestissement du nucléaire ancien à faire durer au moins 10 ans si ce n’est 15 et don’t on est encore loin de pouvoir se passer, et l’investissement dans le nucléaire nouveau EPR. Macron a choisi de faire supporter cette énorme charge sur les français au lieu de la plus légère du grand carénage seul! C’est une énorme erreur qui elle n’a rien d’artificiel non plus.

        Répondre
    • @Marguerite,

      A quelle durée estimez-vous le déploiement de capacités de Stockage à l’échelle pour un scénario 100% ENR !?
      – 10 ans
      – 20 ans
      – 30 ans !? Ou plus encore
      Moi je dirais qu’en 30 ans on n’aura pas fait la moitié du chemin pour la capacité nécessaire aux Stockage de ENRi !

      Un projet de STEP conséquent, c’est environ 15 ans !!! (A ce sujet, il serait temps que les projets soient mis sur la table en France !)

      Répondre
  • Les taux d’intérêt à 10 ans sont de l’ordre de 2% en Europe et de 3% en Chine et aux EU.
    Mais l’inflation est supérieure à cela.
    Les taux d’intérêt corrigés de l’inflation, à 10 ans, pour un état, sont négatifs.
    Sur le cafouillage de l’EPR en Chine, il me semble que ce n’est pas le fait des Chinois, mais que cela provient d’éléments propres à EDF. Et sur les problèmes actuels, la cuve n’a pas été conçue ni fabriquée en Chine, il me semble.

    Les risques pour le secteur nucléaire en France sont, à mon avis:
    de ne plus avoir les compétences et donc de ne pas réussir à faire fonctionner ces EPR2 commandés
    le prix de l’uranium, qui tôt ou tard, finira par s’envoler (ça dépendra du nombre de réacteurs construits en Chine…)
    l’accident (ce risque vaut aussi pour les barrages)

    Répondre
    • Par cafouillage je parle de celui de la construction pas de ce que l’on voit en ce moment avec ces problèmes de corrosion.
      Et il n’y a pas eu en Chine les cafouillages des soudures ratées que nous avons connu. En 9 ans c’était sans cafouillage.
      Quant à la perte de compétence, c’est un pretexte car les 4 derniers réacteurs construits il y a 20 ans se sont fait dans la foulée des prédecesseurs donc avec des compétences encore intactes, cela ne les a pas empêché de nécessiter de 12 à 14 ans pour la construction. En revanche c’etait déjà des grandes puissances à 1450 GW, plus proches de l’EPR sur ce plan que des 900 MW des années 70. Ce qui allonge les délais par rapport à cette époque antérieur c’est d’accroitre la puissance et d’ajouter des systèmes de contrôie à tous les niveaux où il y a quelque chose à surveiller et qui n’existait pas sur les réacteurs de la génération des 900 MW.
      Quant à ces EPR2 autant on a rapidement vu des articles dans la presse technique de vulgarisation décrivant les réacteurs précédents et jusqu’à l’EPR, autant c’est le mutisme total sur les EPR-2 dont on peut se demander si EDF sait exactement ce qu’ils doivent construire. A part les blablas, ils parait qu’ils seront construits plus rapidement et couteront moins cher mais que rien ne sera sacrifié de la sécurité des précisions aussi vagues que diversifiées….. On ne sait pas ce qu’a commandé Macron, qui ne le sait certainement pas lui-même si ce n’est pas encore très bien défini chez EDF elle-même. Mais cette commande trouve sa justification dans l’échec total de l’EPR…. qui devient EPR1.
      Je suis d’accord en revanche sur ce qui risque d’arriver au prix de l’uranium en fonction des ambitions chinoises et aussi des sauts d’humeur de Poutine qui pourrait se souvenir brusquement que le Kazhakstan faisait partie, comme l’Ukraine de la grande Russie qu’il rêve de reconstruire, et comme c’est devenu notre principal fournisseur apres l’Afrique qui commence à s’épuiser (on vient de s’apercevoir que la Terre n’était pas inépuisable, la fermeture de la derniere mine en France s’étant passée en toute discrétion il y a 20 ans n’avait pas alerter sur ce détail).

      Répondre
  • J’aoubliais un détail de votre décompte quant à l’incidence des frais financiers que vous jugez négatif en raison de l’inflation. Je pense qu’à la cour des comptes on sait tout de même compter, et c’est bien l’oubli d’intégration des frais financiers qui a fait passer la facture de l’EPR de 12 G€ avancés par EDF à 19 G€ corrigés par la cour ?

    Répondre
  • La Chine trace sa route, avec une industrie puissante, que ce soit dans les systèmes à base d’ENRv ou dans le nucléaire.
    Je crois que la coopération avec la France au niveau nucléaire est terminée, après ces problèmes sur l’EPR !
    Ils ont acheté le modèle de RNR au thorium aux Américains, ainsi que l’AP1000, les BN600 et BN800 aux Russes, et maintenant, se débrouillent par eux-mêmes.
    S’ils n’ont pas acheté Superphénix, c’est qu’ils ont jugé que ce n’était pas la peine !

    Répondre
  • Pour la sécurité nucléaire chinoise, l’ASN (française) a déjà eu l’occasion de s’en inquiéter.

    Des problèmes de soudures ou de couvercle de cuve ont-t-ils étés mis sous le tapis ?

    Et pour l’EPR chinois en panne depuis août 2021, il a fallu qu’EDF (cocontractant) insiste pour qu’il soit arrêté.

    Les cuves des EPR chinois ont été forgées par Areva, avec les problèmes de défaut et de falsification de documents qui ont été révélés il y a quelques années.

    En France, le couvercle de la cuve de l’EPR de Flamanville devra être changé avant fin 2024 (ASN).

    Répondre
  • Si l’électricité en France a pu être relativement moins chère qu’ailleurs pendant une période qui s’éloigne, c’est pour deux raisons :

    – un manque d’investissements aussi bien dans les moyens de production que dans les réseaux (mais les retards d’investissements se paient maintenant),

    – surtout des frais financiers beaucoup plus faibles car EDF était une société nationale publique (pas privée), directement liée à l’État, et que celui-ci offrait une garantie totale aux banques.

    Dans le cas d’une société de droit privé, les banques et autres investisseurs y regardent à deux fois avant de placer leur mise. Si le risque est trop élevé, comme dans le cas du nucléaire, elles demande un taux d’intérêt plus élevé afin de se prémunir un peu.

    C’est pour cela qu’entre deux projets privés, les frais financiers sont plus importants pour le nucléaire que pour les renouvelables. C’est pour cela que les compagnies américaines, à Summer et à Vogtle, ont ponctionné leurs clients pour financer une partie des réacteurs. C’est aussi ce que veut faire le gouvernement britannique, faire courir le risque financier aux consommateurs.

    Répondre
    • @Marguerite,

      Vous éludez le problème en mettant en avant un manque d’entretien des réseaux français pour cacher l’impact financier de l’intégration de plus de 33 GW d’ENRi depuis 20 ans !

      C’est un joli Habillage encore une fois !!!

      Répondre
      • APO quand allez vous enfin apprendre les bases du sujet et savoir au moins lire et comprendre le Français ..c’est bien l’entretien qui n’est pas fait depuis des dizaines d’année qui est la conséquence de la vétusté de notre réseau alors que l’on est tres en retard sur le développement des ENR sur le terrain … et comment voulez vous intégrer le cout des ENR alors que justement c’est bien en produisant enfin proprement sans dangers et sans déchets au plus pret des lieux de consommation avec les ENR que l’on equilibre ledit réseau, qu’on limite tres fortement les pertes réseau et que l’on évite justement le renforcement à outrance dudit réseau comme l’exige les grandes puissances comme le nucléaire …vous qui aimez les grands théorie foireuses pour gogos dites nous combien de réacteurs nucléaire il faut pour compenser nos pertes réseau ? ..

        Répondre
  • Comme c’est leur unique raison de vivre (en étant ligotés à leur clavier du matin au soir), si le nucléaire n’existait pas les antnucs l’inventeraient pour pouvoir continuer à déblatérer sur ce sujet…
    Ils pensent ainsi avoir de l’influence !

    Répondre
    • Michel DUBUS qui n’a tellement pas de choses intéressantes à dire qu’il en est réduit à déblatérer stérilement sur les autres sans avoir aucun regret sur la situation de pollution de la France ni aucun remord de ce qu’il va laisser à toutes les générations futures pour des milliers d’année … Il pense ainsi avoir de l’importance ! ….

      Répondre
    • On se demande ce que vous fichez là ?
      Ah oui, inventer des comparaisons fallacieuses entre renouvelable et nucléaire au profit de ces derniers en pensant que ça va convaincre les naifs qui viennent pour s’informer, où donc avais-je la tête ? !

      Répondre
      • Et vous @Serge,

        Que faites-vous en permanence !?
        Ne tentez vous pas de fertiliser la cause du 100% ENR avec des arguments manquant souvent de maturité et de réalisme ?
        Vous êtes par ailleurs autrement plus présent que M. Dubus sur ce site et sur d’autres ! Une fertilité « atomique » que l’on doit saluer du respect qu’elle mérite…

        Répondre
        • Je dois déjà intervenir pour démasquer les fakes de Dubus comme son histoire de ressources plus exigeantes pour les renouvelables que pour le nucleaire ou renvoyé dans ses 22 m on ne l’entend plus, ce qui me laisse un peu de repos pour développer mes arguments en faveur du renouvelable.

          Répondre
  • Un tarif d’achat n’est pas une subvention. Ce qu’on peut appeler « subvention », c’est la différence entre le prix du marché et le tarif d’achat ou le tarif de référence du complément de rémunération. Ce dernier fonctionne dans les deux sens et conduit à de très fortes « subventions négatives » depuis un an.

    Les prix moyens mensuels du marché ont variés de 74 € à 295 €/MWh sur la période de juin 2021 à juin 2022, avec une petite différence pour l’éolien et pour le photovoltaïque selon leurs heures spécifiques de production.

    Les parcs éoliens et solaires, dont le tarif de référence moyen est de 60 à 65 €/MWh (éolien) et 55 €/MWh (solaire) reversent la différence entre le prix du marché et le prix de référence à un compte spécifique de l’ État. Ce qui réduit d’autant le coût du soutien aux énergies renouvelables.

    Répondre
    • @Marguerite,

      Vous avez raison, un tarif d’achat garanti n’est pas une subvention directe tant que les prix de Marché sont situés au-dessus de ce tarif. Dans le cas contraire, en cas de prix faible, il y a « subvention » et/ou financement par des Tiers (CSPE).
      Le terme « subvention négative » est tout plein de condescendance, et vient d’un secteur tout plein de condescendance vis à vis du reste de la population… Sans les Prix d’Achat garantis, les petits promoteurs d’ENR n’auraient pas développés grand chose (ni même les gros d’ailleurs) !!! Pour rappel la définition du mot « Subvention » – https://fr.wikipedia.org/wiki/Subvention
      Le terme le plus exact pour les sommes perçues et reversées à l’état serait un redevance !!!
      En espérant que les sommes perçues seront allouées aux besoins en financement du réseau français et demandant de plus en plus de financement à mesure du développement des ENRi et aussi des interconnexions dont nous aurons besoin dans le futur…

      @Marguerite,
      Connaissez-vous un pays 100% ENR mais avec peu d’hydraulique !?
      Si, Non, Pourquoi le secteur des ENRi mondial (qui a eu autant de financement que le secteur pétrolier en 2021) ne fait pas des zones pilotes autonomes et pouvant servir de modèles d’étude !?

      Répondre
  • Dans le cas le plus extrême, celui d’une très petite installation solaire sur le toit d’une maison (3 kWc), installée en juin 2021 avec un tarif d’achat de 178 €/MWh, la « subvention » est nulle depuis octobre 2021. Elle ne peut pas être négative dans ce cas de figure.

    Une installation sur grande toiture de 36 à 100 kWc, avec un tarif d’achat de 95 €/MWh, n’a rien coûté en aide publique depuis septembre 2021 et très peu auparavant.

    Du côté du nucléaire EPR britannique, le tarif d’achat actualisé était en 2021 de 115 £/MWh, équivalent à 135 €/MWh. Lorsque le premier réacteur entrera en service en 2026 (supposé), ce sera encore plus.

    Le coût de construction de ces réacteurs n’a cessé d’augmenter au fil des ans. En 2014, leur coût était indiqué à seize milliards de livres (£), hors coûts financiers (les deux).

    En mai 2022, c’est devenu de 25 à 26 Md £ : de 29,5 à 30,5 Md € pour les deux EPR. Bien que l’on soit loin du « prototype » d’Olkiluoto, commencé en août 2005, c’est déjà plus cher que le dernier coût annoncé pour Flamanville, commencé en décembre 2007 : 15 Md € pièce contre 12,7 Md € (construction seule, hors frais financiers et hors « premier cœur »).

    Cela n’augure pas d’une baisse des coûts pour d’éventuels EPR2.

    Répondre
    • @Marguerite,

      A combien estimez-vous le cout complet du MW.h d’un « système électrique » 100% ENR à l’année pour un pays comme la France !? 200 Euros/MW.h !?

      Pour les Anglais, ne vous inquiétez pas pour eux, ils savent en règle générale ce qu’ils font (leur histoire le prouve à de multiples reprises). Ils ont toujours eu de grands savants, de grands économistes, de belles universités et ont été depuis fort longtemps été très bons en prospectives… Si ils veulent plus de Nucléaire et beaucoup d’ENR diverses, c’est avec diverses vues et diverses motivations. Mais eux, ils savent à beaucoup de niveau ce que veut dire le « pic pétrolier » qui arrive (ou est en train de se produire à l’échelle mondiale) ainsi que le pic gazier… Les niveaux d’inflation des 20-30 prochaines années risquent d’être assez énormes, notamment sur certaines matières premières (dans ce cas le Nucléaire ne sera pas forcément l’énergie la plus impactée, à voir pour les ENRi en cout système complet les impacts !?).

      Le cout des 230.000 m3 de Béton armé de Hinkley Point doit se situer en fourniture autour des 100 à 150 Euros du m3, soit entre 23 et 36 millions d’Euros, la mise en œuvre doit couter le double ou le triple (en ne parlant que du béton) et les aciers le même niveau de prix que le béton… Soit 100 à 200 millions d’Euros de Béton armé en fourniture et mise en oeuvre (hors management), ce n’est pas le plus gros poste pour une centrale…
      Ce qui coute, c’est le management, la coordination, les Essais et surtout les autres corps d’état nécessaires (dont les organes nécessaires à la partie Nucléaire…). Sur la partie système nucléaire, plus il y aura de réacteurs, plus ce sera bon marché…
      Mais pour aller un peu dans votre sens, je pense que l’échelle de l’EPR est trop grosse et cela finit par couter fort cher…

      Répondre
      • Le pilier de bistrot a du mal à lire. Faut-il incriminer une présence trop prolongée dans cet environnement ?

        3.000.000 tonnes de béton et 230.000 tonnes d’acier, ce n’est pas 230.000 m3 de béton armé.

        A moins de remplacer le sable et le gravier (masse volumique de 1,5 à 1,7 tonne/m3) par de l’uranium (19,1 tonnes/m3) pour les deux tiers du volume.

        Relire : « Les quantités de béton et d’acier sont elles bien évaluées lorsque la construction des réacteurs EPR d’Hinkley Point nécessite trois millions de tonnes de béton et 230.000 tonnes d’acier en fer à béton. »

        Et en passant d’un EPR à Flamanville à 12,7 M€ à deux EPR à Hinkley Point pour à 30 M€ (à 15 M€ pièce), ce n’est pas meilleur marché dans le cas du nucléaire.

        Répondre
    • @Marguerite,

      La main d’oeuvre dans la construction en Angleterre est considéré comme 50% plus cher qu’en France à productivité équivalente…
      Des chantiers sur les Iles Anglo-Normandes ont parfois été faits avec de la main d’oeuvre française en grand déplacement… Bouygues UK et Vinci ont longtemps eu beaucoup d’expatriés français également (et un expatrié en famille cela coute très cher pourtant…) pour des chantiers divers, faute de Staff à des prix abordables et/ou disponibles en Angleterre.

      Donc que le cout des EPR soit plus cher de 25% en Angleterre n’est pas très étonnant, si il faut des expatriés sur beaucoup de postes et de compétences (avec un cout de la vie élevé au RU…).

      Répondre
  • La réalité d’un site nucléaire ne se limite pas au socle d’un réacteur ou au bâtiment réacteur.

    On voit ici ce qu’il en est pour l’ensemble du site à Hinkley Point :
    https://www.newcivilengineer.com/archive/first-concrete-pour-marks-hinkley-milestone-31-03-2017/

    Comme déjà dit : « Although concrete for the first reactor will not be poured until 2019, the tunnels are the first permanent structures to be built onsite. During construction of Hinkley Point C 3M.t of concrete will be used, and 230,000t of steel reinforcement. »

    Et l’excavation de trois millions de m3 doit émettre une quantité certaine de CO2 pour ceux que cela intéresse.

    « At Hinkley so far 3Mm3 of soil has been excavated already, making half of the 6Mm3 total to be excavated during construction. »

    Répondre
  • Qui, depuis plus de dix ans, n’a jamais entendu parler de Samsø, cette île danoise entièrement autonome en électricité sans disposer d’hydraulique ?

    En 1997, Samsø, île de 115 km2 et 4.000 habitants, a gagné un concours national pour devenir un modèle de communauté d’énergie renouvelable.

    L’électricité est produite à partir d’éoliennes sur terre et en mer, de panneaux photovoltaïques, de cogénération biomasse et en utilisant des batteries, aussi bien pour les services réseau (fréquence, tension, réserve primaire) que pour le stockage de l’électricité.

    L’objectif actuel, en cours de réalisation est d’avoir une énergie entièrement renouvelable d’ici 2030, non seulement pour l’électricité mais aussi pour la chaleur et pour les transports :
    – extension du réseau de chaleur renouvelable,
    – véhicules électriques partout sur l’île,
    – liaison maritime (ferry) au biogaz et électrique.

    https://unfccc.int/climate-action/un-global-climate-action-awards/climate-leaders/samso

    La Samsø Energy Academy accueille les visiteurs depuis 2007et l’île dispose du plus grand labyrinthe du monde, au milieu de arbres.

    A visiter pour de bonnes vacances loin des plages surpeuplées.

    Répondre
    • @Marguerite,

      C’est bien et c’est beau cet exemple de 4.000 habitants ruraux vivants avec une électricité sans fossile (c’est par ailleurs amusant de vous voir « flatter » des ruraux !).

      Mais, Vous n’avez pas quelquechose qui se rapproche d’une échelle continentale avec des populations diverses et un peu à minima d’industries (et pas quasi exclusivement de ruraux) et avec des villes !? Une ile avec 50.000-100.000 habitants ou plus !? Il n’y a pas quelque part une vrai « zone test » (comme des usines pilotes pour des procédés industriels nouveaux souvent en échelle 1/20 ou 1/10 avant la vraie mise à l’échelle réelle !). Pourquoi n’est ce pas fait quelque part !?

      Répondre
      • Forcement des qu’il; existe un cas qui démontre la possibilité ça ne vous va pas….. il faudra que ce soit la Chine sinon ça ne prouve rien ! Il n’y a que les anes qui ne savenrt pas que si le pays est petit ses moyens son limités à la taille de sa petitesse !

        Répondre
    • C’est la fuite systémaitique des nucléophiles ; Ce n’est pas transposable à ….un pays plus grand ou plus peuplé ou plus ceci ou plus cela …. la réponse est sans cul ni tête, il n’existe pas deux pays strictement identiques. Donc, même si tout les pays de la planète finissent en 100% renouvealble, Cochelin racontera que le modèle d’aucun d’entre eux n’est transposable à la France qui est unique….comme Cochelin.

      Répondre
  • La réponse facile et dogmatique est que les renouvelables pourraient couvrir tous les besoins, particuliers, professionnels industriels et agricoles, et collectivités publiques, sans aucun problème alors qu’aucun pays ne s’en approche véritablement. Tout vos propos ne sont que présupposés sans consistance. L’ile de Samo n’est, en aucun cas, un modèle, tout juste une expérience coûteuse (intéressante quand même) très limitée dans ses applications et ses élargissements à tous les domaines cités plus haut.

    Répondre
    • @Cochelin,
      Des qu’on vous donne un exemple de réussite voius l’écartez sous le pretexte fallacieux qu’il n’est pas comparable à la France.
      Mais vous pourrez raconter cette sornette même quand tous les pays de la planète seront passés au 100% renouvelable et qu’il ne restera que la France avec sont nucléaire poussif et toujours sous le même prétexte : aucun pays n’est comparable à la France,
      Car, effectivement, il n’y a pas deux pays pareils, mais chacun de ceux qui à leur tour seront passé au 100% renouvelable était pourtant aussi différent de ses prédecesseurs que l’est la France aujourd’hui.
      Cette argument fictif vous enfonce de plus en plus au fur et à mesure que le monde avance.vers le renouvelable et abandonne les procédés qui transforme les matieres premieres issues de la Terre en chaleur.

      Répondre
      • Encore un fois, vous répondez à côté du sujet. Votre dogmatisme vous aveugle. Le monde utilise de plus en plus d’énergies fossiles tous usages confondus. Vous ne voyez que la production d’électricité pour une petite ile et vous en faites une généralité !

        Répondre
        • Cochelin dans votre aveuglement vous ne regardez qu’un exemple parmi tant d’autres en refusant d’ouvrir les yeux sur la réalité du terrain qui se met déjà en place partout dans le monde alors que la crise actuelle prouve bien la nécessité et le retard et accélère le développement des ENR sur le terrain …

          Répondre
        • Le dogmatisme ce sont vos circonvolutions tentant de faire croire que je suis à côté du sujet.
          Que l’électricité ne soit que 20% de l’énergie consommée n’est pas un scoop mais ce que vous ignorez manifestement c’est qu’elle doit devenir proche de 100 % pour que les émissions de co2 soient nulles. Donc l’importance de sa croissance est fondamentale !
          Et comment peut elle devenir 5 fois supérieur à ce qu’elle est avec une distribution 3/5 à 4/5 de jour et seulement 2/5 à 1/5 la nuit?
          Pas avec le nucléaire qui est inczpa le de moduler sa puissance plus de 15 jours sans tomber en panne, assurément !
          Les renouvelez les peuvent faire bien mieux, notamment le solaire qui respecte l’équation d’exigence par nature.
          Vous êtes constamment à côté du problème.

          Répondre
        • Bien sur qu’en absolu les énergies fossiles augmentent mais les ENR également et beaucoup plus vite.
          Mais en relatif, la part des renouvelable grandit, celle du charbon se réduit et celle du nucléaire fond comme neige au Soleil

          Répondre
      • Mais non, les ENR ne sont pas en mesure de compenser l’augmentation de la consommation d’énergie au niveau mondial : https://www.batiactu.com/edito/depit-croissance-record-enr-2021-serait-un-rendez-vous-64341.php
        « L’augmentation plus que marquée des capacités de production d’énergies renouvelables durant l’année dernière n’aura pas compensé la hausse de la consommation d’énergies fossiles, selon un rapport. Aggravée par le conflit russo-ukrainien, la crise énergétique qui frappe le monde entier contribue à générer des profits « exceptionnels » pour les producteurs de combustibles fossiles. » Le nucléaire fait ce qu’il peut en dépit de sa désaffection et du manque d’investissements, mais il apporte une certaine contribution au niveau du secteur électrique. Il est dommage que la cogénération soit peu utilisée dans ce secteur, cogénération supportée essentiellement par les énergies fossiles dans beaucoup de pays.

        Répondre
        • Cochelin vous confirmez bien le retard pris par le monde entier dans le développement des ENR sur le terrain .. la crise actuelle accélérant même la mise en place des ENR …

          Répondre
          • Après 60 ans de nucléaire on est en permanence à la limite du black out et ce sont nos voisins notamment allemands qui nous approvisionné AUJOURD’HUI N’A RIEN D’exceptionnel, et qui ne transite vers le 100% renouvelable que depuis 10 ans.
            Et vous vous nous inventez des taux de CO2 ILLUSOIRS juste histoire de baver sur celui qui nous sauve ! Donnez moi notre CO2 seulement 10 ans après notre demarrage en nucleaire !
            J’hésite entre minable et misérable.

          • Denis Margot😂🤣avec toujours les vieux chiffres tronques et obsolètes sur le Co² qui ne prennent pas en compte la vrai pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans …. et en oubliant toujours que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / petrole / gaz … ce qui est bien confirmer par la crise actuelle … 😂la réalité du terrain : c’est bien à cause de notre merde de nucléaire polluant à tous les stades et le retard pris par la France dans le développement des ENR qu’on est oblige .. comme on l’a fait l’hiver dernier … de redémarrer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de nos vielles chaudieres polluantes nucléaires de plus en plus intermittentes … vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … ce qui améliore le retour Co² de tous les matériaux / matériels … et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/292873751_10229472502861870_4702299778771183666_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=unV7nW5roOQAX9UT3l6&tn=0pLsDBAULMzWxLtO&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT8VEHEXfFo6DdSrffub4Xmw0qHiVbI03-EbH3jsCCiA2w&oe=62D3DC2A

          • Denis Margot😂🤣 RE avec toujours les vieux chiffres tronques et obsolètes sur le Co² qui ne prennent pas en compte la vrai pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans …. et en oubliant toujours que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … ce qui est bien confirmer par la crise actuelle … 😂la réalité du terrain : c’est bien à cause de notre merde de nucléaire polluant à tous les stades et le retard pris par la France dans le développement des ENR qu’on est oblige .. comme on l’a fait l’hiver dernier … de redémarrer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de nos vielles chaudieres polluantes nucléaires de plus en plus intermittentes … vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … ce qui améliore le retour Co² de tous les matériaux / matériels … et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/292873751_10229472502861870_4702299778771183666_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=unV7nW5roOQAX9UT3l6&tn=0pLsDBAULMzWxLtO&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT8VEHEXfFo6DdSrffub4Xmw0qHiVbI03-EbH3jsCCiA2w&oe=62D3DC2A

          • Votre hésitation m’indiffère et résume votre attitude lorsque vos arguments sonnent creux. Les taux de CO2 ne sont en rien illusoires, ils proviennent d’electricitymap, vous pouvez toujours essayer de les contester si le cœur vous en dit. Quant au blackout, patience, l’hiver promet de na pas être triste.

  • Un bonne information vaut mieux qu’un mauvais bavardage. Comparer 2021 à 2020 n’a guère d’intérêt, pour les raisons que chacun connaît.

    Entre 2019 (année « normale ») et 2021, la production mondiale d’électricité a augmenté de 5,3 %, celle des fossiles de 3,1 % et celle du nucléaire a légèrement baissé.

    Par contre, la part de tous les renouvelables a augmenté de 12,8 %, dont 31 % pour l’éolien et 47 % pour le solaire.

    En valeur nominale, alors que la production mondiale d’électricité a augmenté de 1.430 TWh entre 2019 et 2021, elle a augmenté de 525 TWh pour les fossiles et de 900 TWh pour les renouvelables, dont 440 TWh pour l’éolien et 330 TWh pour le solaire. En comparaison, la production nucléaire n’a augmenté que de 4 TWh et reste toujours un peu inférieure à son niveau de 2006.

    Répondre
  • Il est un fait que le nucléaire souffre d’un discrédit assez répandu dans certains pays et d’une absence d’investissements et subventions massifs. Ce n’est pas le cas des ENR. Ceci explique cela.

    Répondre
    • Comme en France le développement des renouvelable est bloqué depuis 2015 pour faire le lit de L’EPR qui est absent au rendez vous et qui, de plus a fait la preuve de son échec partout dans le monde… Ce qui explique notre situation catastrophique à la remorque des pays ayant parié sue le renouvelable.

      Répondre
  • Oui, chaque pays déclare ce qu’il veut à electricity Map. Ce n’est pas une mesure officielle réalisée par une institution indépendante, comme le GIEC qui est multinational et ne peut parler que d’une seule voix pour tous les pays.

    Répondre
    • @Rochain : Vous remettez en question tout le système de transparence et de prélèvement de l’info via ENTSOE, IRENA, AIEA, etc., félicitations, vous devez être bien informé. Les coefficients, eux, viennent du GIEC (ICCT), autre source éminemment contestable…
      Donnez-donc vos chiffres, on a soif de sortir de notre ignorance, confirmez-nous que le N émet 2500 g/kWh à cause des innombrables brouettes à moteur utilisées pour extraire le minerai.

      Répondre
      • Je ne remets ici en question que l »origine de la source de soi disant CO2 émis par le KWh français à la discrétion d’EDF elle-même.
        Mais il est vrai qu’en que l’Uranium importé étant considéré comme un minerai et non un combustible il n’est pas comptabilisé da,s la balance énergétique du pays. et de ce fait les émissions de CO2 iées à l’extraction de ce minerai et son traitement avant envoi en France n’ont pas, en vertu de cette différence de nature, à être non plus comptabilisés dans les émissions de CO2 de la France. Vérifiez donc les émissions de CO2 du Kazhakstan sur votre electricity Map préféré…l’absence de données est édifiente de la part de notre prelier fournisseur.
        Vous vous amuserez aussi à lire ce ci :
        https://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/20130403laponche-uranium-dans-bilan-energetique-francais.pdf

        Répondre
        • L’ACV inclut l’extraction du minerai, c’est clairement mentionné en p.6 et dans tout le document (https://www.edf.fr/sites/groupe/files/2022-06/edfgroup_acv-4_synthese-etude_20220630.pdf ) : du berceau à la tombe, du minerai aux déchets. Electricitymap n’a pas vocation à fournir le CO2 des mines, qu’elles soient d’uranium ou de gruyère. Electricitymap fournit les émissions GES des systèmes électriques. Aujourd’hui :
          France : 94 g
          Allemagne : 332g

          La France est handicapée par un nucléaire poussif, mais fait quand même 350% mieux que l’Allemagne avec ses 125 GW en ÉPPV et ses 4 GW nucléaire (qui tourne cela dit à 97%, trop forts, les Allemands). Vous allez naturellement en conclure que c’est l’Allemagne qui a raison et la France qui a tort…

          Répondre
          • Denis Margot😂🤣 RE une nouvelle fois : avec toujours les vieux chiffres tronques et obsolètes sur le Co² qui ne prennent pas en compte la vrai pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans …. et en oubliant toujours que c’est bien les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … ce qui est bien confirmer par la crise actuelle … 😂la réalité du terrain : c’est bien à cause de notre merde de nucléaire polluant à tous les stades et le retard pris par la France dans le développement des ENR qu’on est oblige .. comme on l’a fait l’hiver dernier … de redémarrer les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de nos vielles chaudieres polluantes nucléaires de plus en plus intermittentes … vous pouvez expliquer aux lecteurs pourquoi c’est la France qui vient de nouveau de se faire condamner pour son inaction contre la pollution ? pourquoi c’est EDF qui est de plus en plus souvent condamner par les tribunaux car c’est bien de notre santé qu’il s’agit et si rien n’est parfait c’est bien toutes les ENR qui nous sortent aussi du fossile / charbon / pétrole / gaz … ce qui améliore le retour Co² de tous les matériaux / matériels … et c’est bien ce qui est URGENT pour la planète , le climat , notre santé , contre la pollution , les GES , le Co² … voila la pollution que l’on subit sournoisement partout en France depuis plus de 60 ans, il manque le SF6 … et c’est bien de notre santé qu’il s’agit… https://scontent-mrs2-2.xx.fbcdn.net/v/t39.30808-6/292873751_10229472502861870_4702299778771183666_n.jpg?_nc_cat=102&ccb=1-7&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=unV7nW5roOQAX9UT3l6&tn=0pLsDBAULMzWxLtO&_nc_ht=scontent-mrs2-2.xx&oh=00_AT8VEHEXfFo6DdSrffub4Xmw0qHiVbI03-EbH3jsCCiA2w&oe=62D3DC2A

          • « de l’extraction des matières premières jusqu’à la gestion des déchets. »
            Oui…. de l »extraction de l’uranium (la matiere premiere) qui se fait ici chez Orano à narbonne et qui s’extrait du minerai qui a été importé, et dont l’extraction et la réduction en poudre faite au Kazhakstan n’est pas plus comptabilisée dans la balance énergétique de la France que dans l’ACV depuis la matiere premiere uranium puisque ce n’est pas un combustible mais un minerai. Cela ne devien tune matier premiere et un combustible qu’apres le traitement chez ORANO !

  • Pour qui s’intéresse au moyen le plus rapide, le moins coûteux et le plus efficace pour réduire les émissions de CO2 liées à la production d’électricité, voyons ce qu’il en est depuis une dizaine d’années.

    Rappelons d’abord que la production d’électricité (seule) ne représente que 20,4 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

    Entre 2010 et 2021, la production mondiale d’électricité a augmenté de 6.880 TWh – celle des fossiles de 3.110 TWh – celle du nucléaire de 32 TWh – celle des renouvelables de 3.740 TWh.

    Le nucléaire n’a pratiquement pas évolué et l’augmentation de production des renouvelables a été supérieure à celle des fossiles, de 20 %.

    Avec une augmentation de 2.510 TWh, l’augmentation des seules productions éolienne et solaire a été plus importante que celle du charbon (1.610 TWh) ou que celle du gaz naturel (1.630 TWh), la production à partir de pétrole ayant diminué par ailleurs (-230 TWh).

    Répondre
    • « voyons ce qu’il en est depuis une dizaine d’années. » : globalement, pour l’énergie primaire ,la part des énergies fossiles « dans le monde » s’établit à ~80%, avec une baisse de seulement ~3% au cours des cinq dernières années.Apriori Il parait donc quasi impossible de la réduire drastiquement pour atteindre « la neutralité carbone » en 2050.Toutefois, plutôt que de bruler « bêtement « du méthane , on peut l’utiliser pour la fabrication d’hydrogène dit vert.L’hydrogène est un vecteur d’énergie souvent préférable à l’électricité, en particulier pour le chauffage, et les déplacements ( avec moteurs thermiques).

      Répondre
        • Évidemment, le rendement n’est qu’un élément de la question de la comparaison globale du « bilan carbone »entre le moteur thermique ( au passage, avec une bonne lubrification il peut monter à ~50 % : voir « transition et énergies » , il y a qq semaines) et le moteur électrique.
          Évidemment,encore, dans mon message il fallait lire bleu au lieu de vert.

          Répondre
  • Lorsque l’on voit toute l’énergie gaspillée en chaleur inutile (dissipée dans l’eau et l’atmosphère) des réacteurs nucléaires, des centrales thermiques fossiles et des moteurs thermiques, il faut avoir l’intelligence de comprendre que l’important n’est pas l’énergie primaire, ni même l’énergie finale, mais le travail ou la chaleur utile disponibles.

    Avec l’électricité, le rendement en travail (moteurs) est de l’ordre de 90 % et celui en chaleur est de 100 %.

    Ce qui compte, avec l’électrification des usages, est donc principalement la part des renouvelables dans la production d’électricité.

    Ce qu’il faut voir surtout, c’est que si la progression de la production d’électricité renouvelable a été de 20 % supérieure à celle des fossiles entre 2010 et 2021, elle a été supérieure de 61 % entre 2016 et 2021 et que cette différence ne fait qu’augmenter au fil des ans.

    Entre 2016 et 2021, l’augmentation d’électricité éolienne et solaire (+1.605 TWh) a été supérieure à celle de tous les fossiles (+1.285 TWh).

    Ne parlons pas du nucléaire qui, en 2021, était encore inférieur à son niveau de 2006, quinze ans plus tôt.

    Répondre
    • « il faut avoir l’intelligence de comprendre « que l’électricité, comme l’hydrogène ( sauf le natif : « blanc »), dérive des énergies primaires : ce sont des vecteurs d’énergie.

      Répondre
  • Transformer du méthane (gaz naturel) en hydrogène pour le chauffage des bâtiments est particulièrement stupide, tout comme vouloir utiliser de l’hydrogène produit par électrolyse pour le même usage ou pour les transports.

    Le rendement énergétique de la production d’hydrogène par vaporeformage du méthane est de 72 %, à quoi il faut ajouter les pertes d’énergie dans la compression et le transport routier, puisqu’il n’existe pas de réseau d’hydrogène alimentant les bâtiments (résidentiel – tertiaire).

    Pour la même consommation finale d’énergie, les émissions de CO2 sont deux fois plus importantes dans cette opération qu’en brûlant directement le méthane pour le chauffage ou la cuisine.

    Du fait des pertes déjà citées, brûler de l’hydrogène dans un moteur thermique pour le transport est aussi moins efficace (en énergie et en coût) que d’utiliser les carburants actuels.

    Répondre
    • « Noir c’est noir ; il n’y a plus d’espoir » .Par contre avec le vert ( il ne faut pas être Daltonien) le bleu et le blanc c’est différent.Le bleu permet la transition réaliste vers le vert.

      Répondre
  • De même, il est stupide de vouloir utiliser l’hydrogène produit par électrolyse pour les transports (ou le chauffage).

    Le rendement de la « chaîne hydrogène », électrolyse, compression, pile à combustible est de l’ordre de 24 % pour au final alimenter un moteur électrique.

    Pour le même usage, le rendement du chargeur, de la batterie et de l’onduleur est de 80 %, pour alimenter le même moteur électrique.

    Un véhicule à hydrogène (avec moteur électrique) consomme trois fois plus d’électricité du réseau qu’un véhicule électrique à batterie.

    La différence est plus importante en brûlant l’hydrogène dans un moteur thermique, puisque le rendement énergétique de celui-ci est plus faible que celui du couple « pile à combustion + moteur électrique ».

    Répondre
    • Je pense que l’hydrogène n’a qu’une source raisonnable possible, les excédents notamment eoliens et très peu d’usages raisonnables. Le stockage des excédents à réutiliser ultérieurement à travers une pile à combustible d’engin de transport lourd et/ou son utilisation directe dans l’industrie.

      Répondre
    • « Noir c’est noir ; il n’y a plus d’espoir » .Par contre avec le vert ( il ne faut pas être Daltonien) le bleu et le blanc c’est différent.Le bleu permet la transition réaliste vers le vert.

      Répondre
    • A ceci près que les voitures électriques nécessitent pour leur batterie de durée de vie limitée) toutes sortes de composants précieux , ce qui n’est pas le cas pour les thermiques ( pratiquement que du fer).

      Répondre
      • Rien de précieux et rien de rare dans une batterie, contrairement aux fumantes a mazout qui nécessitent du platine dans les pots d’échappement

        Répondre
  • Toujours les meme conneries avec les trois antinucléaires et proenri. Ne serait-il pas temps de ne plus répondre à ces trois crétins ,surtout deux en fait? Histoire de rendre le débat lisible sans accaparement nauséabond qui rend impossible la lecture de ces commentaires !

    Répondre
  • Rochain et isambert aux attaques débiles n’ont vraiment rien foutre de leurs temps que de traîner sur ce site à longeur de temps, bien que Rochain soit aussi sur d’autres sites a debiter ses sornettes des 100٪ d’enr qui n’existeront jamais. Comptez (rapidement …), le nombre de réponses sur ce simple articles qu’ils ont rédigé ,cela ce compte en dizaine d’heure??? Et c’est majoritairement le cas pour chaque articles sur l’energie publier ici. Cela m’interroge sur leurs motivations et leurs capacités cognitives a vivre parmis des humains en chair et en os? Car manifestement la grande majorité rejette leurs arguments, et cesse tout débat très rapidement, vu leurs acharnement souvent teinter d’insultes ( d’ou ma perte de temps a ecrire sur ces deux neandertaliens). Quant au cas pathologique de isambart, roi du copier/coller, je crains qu’il soit perdu pour sa capacité à raisonné .

    Répondre
    • Brunet le troll stérile qui essaie vainement de rejeter ses propres inepties sur les autres 😂🤣 tu peut te ridiculiser constamment en public car tu ne comprends mêmes pas les bases du sujet ça ne changera pas la réalité du terrain que tout le monde peut très facilement vérifier 😂

      Répondre
    • SUR UN SITE traitant d’énergie, Brunet n’a rien d’autre à faire que de pondre plusieurs dizaines de lignes rien que pour déblatérer sur ceux qui donnent des arguments en faveur de la solution qu’ils estiment la meilleure !
      Je ne sais pas qui peut croire que traiter Osrmbert et Rochain d’idiots est un argument en faveur du nucléaire, 😊😃😅😂🤣

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective