Energies renouvelables: l’Espagne et le Royaume-Uni ont un temps d’avance (rapport)

L’Espagne, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Chine sont les pays ayant fait le plus d’effort en faveur des énergies renouvelables parmi les nations les plus riches, selon un rapport publié lundi par l’organisation non gouvernementale Climate Group.

La publication a classé les membres du G20 en prenant en compte les objectifs annoncés et les progrès réalisés.

Certains pays ont réalisés de modestes avancées, comme l’Australie, l’Inde, les Etats-Unis ou le Japon, alors que d’autres ont un mauvais score malgré une importante consommation issue des énergies renouvelables, comme le Canada ou le Brésil.

La Russie et l’Arabie saoudite occupent les dernières places du classement.

Le rapport, publié à l’occasion de la Semaine du climat de New York qui se tient en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, prend en compte diverses données, comme les objectifs de part des énergies renouvelables dans le mix énergétique, l’ambition zéro carbone mais aussi la part totale de renouvelables en place en 2021 et celle installée durant l’année 2021.

L’Espagne, qui a obtenu le meilleur score, a été saluée pour avoir mis en place « l’une des plus ambitieuses politiques de production d’énergie renouvelable au sein de l’Union européenne », avec une hausse significative de ses capacités de production ces dix dernières années.

Les énergies renouvelables représentent en effet 21% de la consommation finale totale espagnole en 2020, dépassant ses objectifs de plus de 20% et avec une volonté désormais d’atteindre 43% en 2030 et 97% en 2050, quand le pays a prévu d’atteindre la neutralité carbone.

A l’inverse, le Canada ou le Brésil sont considérés comme « retardataires » malgré d’importantes capacités hydroélectriques, le rapport insistant sur la nécessité de diversification des sources d’énergie face aux risques de sécheresses sévères dans les prochaines décennies.

Les Etats doivent se montrer plus volontaires dans leur politique énergétique, avec des objectifs clairs, et mettre en place les solutions de financement à même d’inciter à l’investissement privé, souligne le rapport.

« Avec l’Europe qui se prépare à vivre une crise énergétique majeure, les responsables politiques regrettent de ne pas avoir démarré plus rapidement leur transition. Ils ne doivent pas faire le choix de rester enfermés dans les énergies fossiles », a déclaré à l’AFP Mike Peirce, le directeur exécutif de Climate Group.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Bonjour,
    « Les énergies renouvelables représentent en effet 21% de la consommation finale totale espagnole en 2020 »
    Ce chiffre est une moyenne, il inclut certainement l’hydraulique, et ne parle pas des centrales au gaz nécessaires… (Quand il y a très peu de vent ou pas de soleil)
    De plus il s’agit très probablement de la production d’énergie électrique, à quoi il faut ajouter la consommation d’énergie fossile pour l’industrie, les camions… …
    Pas sûr que l’on puisse croire à la transition énergétique quand on sait qu’elle dépend des énergies fossiles et de la disponibilité en matériaux.

    Répondre
    • @Stoclin,

      Vous avez oublié la Biomasse qui est très consommé aussi en Espagne en chauffage domestique. Les Espagnols sont très bons pour faire des chaudières à pellets de bois qui marchent fort bien par ailleurs et ont envahi le marché français…
      La Biomasse reste la 1ère ENR de France pour le moment et pour un moment encore… En Espagne je n’ai pas les chiffres mais cela ne doit pas être ridicule non plus, donc 21% du totale de l’énergie primaire pour les ENR semble logique (Arriver à 100%, un peu utopique pour 2050 sauf régression majeure du niveau de vie).

      Répondre
  • Toujours le même biais qui laisse accroire que les renouvelables peuvent remplacer les fossiles alors que bien des utilisations ne peuvent pas se passer du fossile dans l’état actuel de nos technologies et process. Ainsi des pans entiers de l’industrie ne pourront pas si facilement s’électrifier comme la chimie , les transports routiers, l’agriculture et les engrais…..Donc tant mieux si des pays investissent dans les renouvelables selon leurs besoins et leur territoire, lequel conditionne principalement les capacités du renouvelable, on ne peut pas faire de l’hydraulique dans chaque pays, l’Espagne dispose de plus de soleil et de vent que d’autres, etc etc . Ne pas parler de la complexité à transiter vers une économie décarbonnée trompe et désinforme largement l’opinion.

    Répondre
  • LA Bonne Note de l’Espagne (Nucléarisé à Hauteur de 7 GW de son parc électrique) et du Royaume-Uni qui partait de très loin (difficile de faire pire il y a 15 ans !) est Logique !
    Ces 2 pays ont donc du Nucléaire dans leur Mix et pour l’un d’eux le RU la construction d’un nouveau parc Nucléaire en cours (malgré des réserves gazières – Mer du Nord – non nulles), sachant que les Britanniques ont longtemps été assez visionnaire sur les nouvelles sources d’énergie (Charbon, puis pétrole, puis Gaz … tout en ayant fait pas mal de Nucléaire !)

    Pourquoi l’Allemagne qui en proportion a fait plus d’ENRi que les 2 « Leaders » n’est pas devant ??? (La Faute à la Lignite, au Charbon et au Gaz !??? qui leur serve de Base !?)

    Il est difficile pour la France de progresser vite sur la décarbonation de son électricité tant sont taux est bas depuis des années… Sauf à l’augmenter avec plus de Back-up Gaz…

    Répondre
  • Je cite ds le texte ce que dit Mike Peirce
    « Avec l’Europe qui se prépare à vivre une crise énergétique majeure, les responsables politiques regrettent de ne pas avoir démarré plus rapidement leur transition.
    La France n’a pas à avoir de regrets car elle est en avance au niveau production électrique puisqu’elle a commencé à décarboner depuis les années 70-80 avec le nucléaire et cela se voit ds ses résultats d’electricity maps vers 17 h : 90g de CO² par KWh alors que l’Espagne est à 225g et l’Allemagne est à 447g.
    Bien que ces 2 derniers pays ont des taux de renouvelable très conséquents ils sont loin derrière ns ds leurs résultats selon cette carte ! .

    Répondre
    • La France n’a pas de leçon de morale à faire au niveau de la décarbonation. Le parc nucléaire n’a pas du tout été construit pour cela. Ce n’est qu’à partir des années 90 puis des années 2000, avec l’accélération du réchauffement climatique que la thématique des GES s’est réellement ancrée.
      Et de toutes manières, il n’y a pas d’U235 pour tout le monde: juste pour 100 ans maximum pour couvrir 10% de la consommation actuelle d’électricité, et avec des prix de la matière première qui vont naturellement finir par s’envoler.

      Répondre
      • @Marc,

        Ce n’est pas tout à fait vrai. Le Tabac et l’Amiante ont mis des décennies à être déclaré dangereux malgré des évidences.
        Les problèmes des GES sont connus depuis des décennies (plus de 50 ans, voir même le XIXème siècle si on prend Fourier et Arrhenius en référence) mais seulement dans certains milieux scientifiques et même politique, mais la diffusion médiatique est plus tardive tant nous vivons dans un monde de Fossiles et que les impacts pour lutter contre sont grands… Thatcher et Reagan ont pousser à la création du GIEC pour des motivations diverses (Thatcher pour aider à fermer le Charbon Anglais, Reagan c’est plus énigmatique pour un ancien sénateur Californien mais des Lobbys américains divers devaient être derrière dont celui du Nucléaire qui était puissant à l’époque et à rajouter que l’Amérique avait passé depuis le début des années 70 son pic pétrolier de pétrole conventionnel et cela a affecté la puissance américaine durant une certaine période… ).
        Cf pour des éclairages intéressants – https://www.youtube.com/watch?v=mMQwdUxF_bQ

        Répondre
  • @ Marc
    « La France n’a pas de leçon de morale à faire au niveau de la décarbonation » mais on est meilleur que ceux citer selon les chiffres indiqués ds mon post d’hier !
    « Le parc nucléaire n’a pas du tout été construit pour cela » mais il a été construit pour être autonome et limiter le fossile ds le mix énergétique ! Donc la transition ns l’avons fait depuis longtemps sans le savoir peut être mais elle existe belle et bien, les Français l’ont bien compris (ils sont pour le nucléaire à 75 % selon le sondage IFOP récent)
    Chaque fois que je vs lis je me dis mais qu’est-ce qu’il traine et ici une fois de plus ! .

    Répondre
    • Les sondages n’ont jamais montré qu’un instantané ponctuel et il suffit d’une lubie du Président pour que les mêmes interogés disent le contreaire de ce qu’ils ont dit la veille…les exemples de cette inconstance sont légions

      Répondre
      • Il n’y que le déni, la mauvaise foi et la connerie qui sont constantes (non intermittentes) chez toi !

        Répondre
        • Cette réalité est bien connue de tous les instituts de sondage. Les partis politiques en jouent depuis longtemps en choisissant les meilleurs moments pour eux de faire procéder à un sondage. mais cela n’enlève rien à votre propre connerie.

          Répondre
          • @Serge,

            Et Comment savoir si on est au « meilleur moment » pour faire un sondage si on ne l’a pas fait, voir même si on n’en a pas fait plusieurs !? C’est un peu « shadockien » votre raisonnement… Oui, il y a des sondages qui en influencent d’autres en politique surtout en campagne électorale (avec le vote dit « utile »)…
            Pour le sondage mentionné par M. Dubus, Quid !???
            On ne fait pas toutes les semaines des sondages sur l’acceptation du Nucléaire avec en ligne de mire un résultat de votes parmi une série de choix !!!

            A part vous-même, qui respectez-vous !? N’êtes vous pas un peu misanthrope ?

          • Faite le sondage sur l’acceptation du nucléaire après un accident comme Fukushima et vous verrez le résultat…. rien de shadock là dedans… il n’y a que vous pour ignorer que l’opinion est volatile et depend du contexte

          • @Serge,

            Les résultats de la catastrophe de Fukushima sur le Nucléaire ont été réel sur les opinions publiques. Toutefois, à ce jour une majorité de Japonais veulent relancer le Nucléaire !!!
            Les pouvoir publics allemands se sont empressés d’accélérer l’arrêt de leur centrales nucléaires après Fukushima, avec des résultats tout de même très moyen sur leurs émission de GES. Il auraient continué comme les Espagnols, ils seraient nettement plus bas et aurait une moindre dépendance au Gaz Russe…

            On n’arrête pas les avions après un crash sauf éventuellement sur une série (Cf Boeing 737 Max), on fait une analyse objective. Pour Rappel TEPCO, entreprise privée, n’étaient pas un des exemples dans le monde du Nucléaire (et ils étaient même connu pour le contraire) et l’équivalent de l’ASN japonais était bridé par les opérateurs privés… Par ailleurs et vu les impacts du Tsunami, le personnel de la centrale n’a eu que peu d’aide (quelques groupes électrogènes de puissance courantes auraient pu permettre d’éviter/atténuer les accidents sur les divers réacteurs), c’est étonnant que l’Armée Nippone n’est pas réagi plus vite, ils auraient pu fournir des Groupes électrogènes et des pompes qui auraient éviter ce merdier par hélicoptère (en France, il est assez certain que l’Armée, bonne connaisseuse du Nucléaire au moins pour le Staff de la Marine, ne resterait pas les bras croisés à attendre les politiques en cas d’incident majeur…, c’est encore une des couches de sureté que nous avons en plus comparativement à bien d’autres pays pour exploiter le Nucléaire et continuer à la faire, le Royaume-Uni aussi du reste !).

          • Ce dernier sondage, suite à la crise énergétique (gaz russe notamment) et la guerre en Ukraine, montre et démontre que les Français ont pris conscience et compris (en partie) ce qui suit :
            Nous sortons des deux précédents quinquennats avec l’idée que «le 100% renouvelable serait techniquement possible» et qu’on pourrait, de fait, arrêter le nucléaire sans aucun impact sur la garantie du service de l’électricité.
            Ceci alors même que le mix nucléaire et hydraulique a garanti depuis plus de 43 ans une électricité à un prix parmi les plus bas d’Europe aux Français.
            Cette idée s’appuie sur une méconnaissance du domaine énergétique et sur le matraquage de croyances issues de l’IDEOLOGIE VERTE ALLEMANDE de la part de l’État français.
            En résumé, l’idéo-logique écolo a remplacé l’éco-logique et la logique scientifique.
            C’est une réalité dont voici quelques détails :
            En effet la transition énergétique, de 1978 à 1999, a remplacé les énergies fossiles par un mix énergétique nucléaire et hydraulique.
            Depuis 43 ans, la France a vécu, sans rationnement, sans black-out, dans ce qu’Emmanuel Macron appelle «l’abondance». Les agents du service du public appellent ça «la satisfaction des besoins de l’économie de la France et des Français avec une qualité et continuité de service favorisant un excédent du commerce extérieur».
            Macron, notre fanfaron notoire qui perd le pédales, a des pertes de mémoire. C’est ainsi.
            En se calquant SUR L’IDELOLOGIE VERTE ALLEMANDE, l’État français a ainsi construit 33 GW de moyens de production solaire et éolien aléatoirement intermittents, moyennant 121 milliards d’euros de subventions publiques.
            Il a fermé en 2020 les 2 réacteurs de Fessenheim en parfait état de marche, sûrs d’après l’Autorité de Sûreté Nucléaire, bas carbone (4 g CO2/kWh), pilotables, économiquement rentables et amortis. Mais ce n’est pas tout.
            Il a également rédigé une loi n°1908 du 30 avril 2019 qui prévoit la fermeture de 12 autres réacteurs dans le même état que Fessenheim mais encore plus sûrs puisqu’ils auront intégré les modifications de sûreté de la 4e visite décennale. Comble de l’ironie, il a construit et démarré une centrale au gaz (418 g CO2/kWh) à Landivisiau en Bretagne, en pleine crise du gaz en mars 2022 et… prévu de rouvrir la centrale au charbon (1050 g CO2/kWh) de Saint Avold en Moselle, fin 2022.
            Les français par ce sondage commencent à comprendre l’étendue du désastre en matière de la gestion de nos énergies et de l’imbécillité de nos gouvernements et en particulier de nos 2 derniers présidents !
            Malheureusement avec Elisabeth B ce n’est pas fini et comme disait mon père (proche de la Belgique) : « c’est comme à Courtrai, le plus beau vient après » !

    • @Michel dubus,

      Vous auriez pu rajouter 2 points qui ont du peser à des échelles diverses mais pas (pour le 1er) beaucoup moins que les autres :
      1 – Le parc de Nucléaire français rend quelquepart « moins cher » le maintien de la Force de dissuasion française (Sous-marin à propulsion nucléaire et Porte-avion nucléaire, plus les têtes/ogives nucléaires). Il y a des optimisations dans certaines parties industrielles. Et cela avait été aussi pensé…
      Mélenchon qui veut quitter le Nucléaire Civil et garder le Nucléaire militaire est assez « clownesque » de ce coté… Soit on dénucléarise tout et on devient « un herbivore du temps des dinosaures » soit on garde un ensemble cohérent… L’idéal serait d’arriver à une Vraie paix universel un jour et de bouffer le plutonium dans les centrales civiles… (On peut rêver du monde parfait, mais c’est mieux de rester dans le monde réel !!!). Les Verts Allemands ne sont pour beaucoup que des pacifistes dont anti-nucléaire, du fait de la menace qui a pesé sur eux pendant des décennies, mais pas des écologistes comme on peut en avoir en France (Cf Marché automobile Allemand !!!). Avec le premier vrai conflit majeur depuis 1945, ils feraient bien de s’interroger sur leurs pensées et leur modèle de pensée…
      2 – Enfin, le réchauffement climatique est connu depuis des Lustres par certains scientifiques, mais n’était pas évalué en conséquences… Un problème sans Impact connu et chiffrable n’est pas vraiment un problème qui peut être largement médiatisé… Aujourd’hui (depuis 30 ans) on modélise de mieux en mieux les conséquences qui arrivent et vont arriver…
      Cf pour des éclairages intéressants sur l’historique – https://www.youtube.com/watch?v=mMQwdUxF_bQ (je vous l’avais conseillé mais je ne ne sais si vous l’avez vu, c’est une de ses meilleures conférences – Avis personnel).

      Répondre
      • @ APO
        pour Fukushima il aurait suffit de rouvrir rapidement la vanne des condenseurs qui s’est fermée suite à la coupure du courant !
        Maintenant cette vanne reste ouverte ds ce cas, ce qui permet ainsi de passer le cap de la surprise et éviter toute surchauffe des réacteurs. Mais l’armada présente des scientifiques de TEPCO n’y a même pas pensé ce qui est un comble !

        Répondre
        • @Michel Dubus,

          Merci pour votre éclaircissement intéressant.
          J’avais vu une vidéo il y a quelques années de l’IRSN sur l’accident de Fukushima et il mettait en lumière certaines des bonnes pratiques des équipes sur place (notamment d’aller chercher les batteries de leur voiture pour remettre de l’électricité dans certains équipements de contrôle-commande), mais aussi de la catastrophique gestion de crise au siège de TEPCO, quasi sans en avertir en temps réel les pouvoirs publics de la dégradation de la situation. Il s’en est fallu de peu pour que Fukushima ne soit qu’un presque accident… De ce que j’ai cru comprendre quelques groupes électrogènes de 100 kVA (facile à porter par hélico) aurait permis de stabiliser rapidement la situation dans une centrale qui n’avait plus de courant du tout…

          Mon allusion aux militaires est qu’une simulation d’incident majeure sur une centrale avec la Force d’Action Rapide du Nucléaire d’EDF qui intervient et le support auxiliaire/additionnel de l’armée pourrait rassurer encore davantage la population… (Exemple quelques hélico militaires qui hélitreuillent et amène des groupes électrogènes en plus et d’autres équipements (EDF a ses hélicos) même si c’est pour faire du triple Back-up voir davantage, ainsi que d’autres services supports tels que de quoi faire de la nourriture et du couchage (même si EDF a déjà tout prévu sous de multiples facettes !), ça ferait de la communication additionnelle et éviterait certains délires complètement surréalistes dans une partie de la population sur les risques d’accident). De plus un ancien commandant de sous-marin nucléaire connait un petit peu le sujet du Nucléaire et il y en a dans les états majors à Paris, les militaires, surtout dans la marine, savent se mettre à leur place…

          Les promoteurs forcenés des ENRi savent faire de l’esbrouffe, le Nucléaire très peu (le Lobby Nucléaire est devenu nul vis à vis de la population générale!)… On vit dans une époque où l’esbrouffe est plus reconnu que le calme et la sérénité des choses bien préparées et anticipées…

          Répondre
          • Il n’y a pas beaucoup de « lobby du nucléaire » auprès du grand public. Celui-ci se fait à mon avis plutôt de manière cachée dans les ministères.
            Le nucléaire, c’est l’Etat, et celui-ci est engagé aussi dans une politique européenne des ENRv.

            Jancovici est très intéressant sur la notion de sobriété, mais il a à mon avis failli dans son lobbying.
            D’abord en mettant au premier plan les émissions de CO2, ce dont 95% des gens se fichent éperdument (ou sont d’accord sauf si ça leur coûte un centime) au lieu du coût de l’énergie qui allait finir par s’envoler.
            Ensuite, il a abordé les ENRv sont un angle fallacieux, ce qui n’a pas fonctionné et la discrédité.
            Pendant longtemps il abordait la question ainsi: « combien faut-il d’éoliennes pour remplacer une centrale nucléaire ?
            Le fc est de 25%, donc il faut 75% d’énergie de back-up, qui ne peut provenir que d’hydrogène avec un rendement de stockage de 25% » en omettant volontairement la complémentarité avec le solaire, le foisonnement national et européen, les STEP, la flexibilité de la demande etc.
            Il a arrêté ces âneries en termes de présentation des choses depuis que je les ai mentionnées. D’ailleurs, ses cadres commençaient déjà à ne plus le suivre dans cette « voie ».

          • @Marc,

            Oui je suis assez d’accord pour dire que Jancovici avait une vision trop simpliste sur les ENRi toutefois il n’avait pas tort de les critiquer en tant que « capacité système » à produire, surtout pour la France. Il aurait du être plus précis sur certains de ses chiffres et ordre de grandeur.
            Les constats factuels avançant, les ENRi demandent des quantités de matières et une place bien supérieure au Nucléaire pour un système global. En France, nous n’avons pas aisément cette place sauf à modifier profondément nos paysages et nous ne sommes pas sûrs d’être approvisionné dans le futur à hauteur de nos besoins en matières premières et matériaux divers…
            D’autre part, la/Les crise(s) avançant d’abord énergétique puis économique et sociale, je ne serais pas étonné de voir prochainement des débordements sérieux dans certains coins sur des projets éoliens à terre, surtout si les financements sont étrangers et sans rapport avec la vie des environs, EDF EN, ENGIE passe encore mais des consortiums de boites venant d’un peu de partout dans des coins paumés de France, cela fait « bizarre » aux Locaux parfois…

          • Oui, le grand risque avec les ENRv, c’est leur consommation de matériaux qui pourraient subir une forte inflation, alors que le nucléaire est très concentré. Cependant, la pénurie d’U235 finira par affecter le nucléaire actuel.
            Et les RNR… avant d’en développer un qui soit stable et qui puisse être construit en série, c’est pas pour demain.
            Les Russes sont sans doute les plus avancés.
            Sur la gène occasionnée par l’éolien, Macron a laissé entendre que les collectivités récolteraient une plus grande part du gâteau. Payer les collectivités pour les nuisances ou les risques encourus est aussi le cas pour le nucléaire, mais le nombre de sites est beaucoup plus limité.

            Notre société n’a jamais été aussi abrutie et déconnectée des problèmes à venir. Le niveau scolaire et de culture générale s’est effondré. Elle est complètement droguée de divertissement, de démagogie et de publicité. Même sur un site tel que Le Figaro, ça me pique les yeux de voir le nombre d’articles à la con pour le petit nombre d’articles intéressants qu’il reste.

          • Concernant les ENRv à l’échelle européenne, je dirais que, ma foi, ce qui est pris n’est plus à prendre.
            Regardez l’Espagne aujourd’hui, une journée dans la moyenne (avec une demande plutôt faible, sans clim ni chauffage).
            Je dirais qu’elle s’en tire plutôt bien.
            https://demanda.ree.es/visiona/peninsula/demandaqh/acumulada/2022-9-26
            On oublie souvent de dire « la chance » qu’a eu la France avec son parc nucléaire. Certes, elle a réalisé un exploit industriel fort honorable, mais si les autres pays s’étaient mis au nucléaire autant qu’elle, il n’y aurait plus d’U235 depuis longtemps, ce pourquoi dès le début du programme nucléaire, les RNR étaient développés. A cette époque, il y avait une vision à LT…

    • Les sondages en Allemagne et en Finlande (et bien d’autres pays) montrent un retour vers un avis majoritaire favorable pour le nucléaire. La peur du nucléaire liée aux réactions émotionnelles suite à l’accident de Fukushima semble s’être estompée. Rochain reste enfermé dans sa bulle anti-nucléaire.

      Répondre
      • Vous accrochez simplement à un sondage ponctuel uniquement parce qu’il semble favorable à vos convictions, vous n’y feriez même pas attention dans le cas contraire comme vous avez toujours nié ceux qui vous étaient défavorables, les plus nombreux.

        Répondre
        • La Belgique a fermé un réacteur il y a 2 jours, suivant l’exemple de l’Allemagne.
          https://www.lavoixdunord.fr/1232042/article/2022-09-23/nucleaire-la-belgique-dans-le-doute-ferme-tout-de-meme-son-premier-reacteur
          Elle devait sortir de ses 6 GW de nucléaire en 2025, mais finalement, elle a décidé de conserver 2 GW pour 10 ans de plus.
          Les Belges vont le sentir passer étant donné le prix du gaz. Le foisonnement éolien est nul et son espace maritime très limité. La Belgique devra donc s’en remettre largement à ses voisins, surtout à partir de 2025.

          Répondre
          • Mais non Marc. Ce n’est qu’une histoire belge, mais tout de même des plus difficile à comprendre….

          • normal, il y a quelques années j’ai travaillé pendant 4 ans en Belgique et j’ai vu se pavaner des dandys politiques socialistes en nœud pap et des femmes du même type que la sardine R, C lepage, ségo, avec des idéaux aussi imbéciles, donner des leçons aux scientifiques. Le wokisme était déjà à l’œuvre contre les sciences des lumières (maths, physique, chimie)…

          • @Marc,

            La Belgique, avec Bruxelles en capitale à double usage, est un peu un état européen « fantoche » et très récent historiquement, moitié francophone, moitié néerlandophone et créé par la diplomatie anglaise pour limiter Français et Néerlandais/Hollandais. Elles est d’ailleurs assez bien connecté avec ces 3 états + avec l’Allemagne (le Luxembourg est encore pire en production et en donneur de Leçons…).
            Il n’y a pas d’obstacles sérieux à de multiples interconnexions et à leur renforcement et ils peuvent même se connecter aux Norvégiens si ce n’est déjà fait… Ils vont donc compter sur la concurrence des connexions et faire « marcher » le foisonnement des ENRi avec leurs voisins quand cela marchera et sinon ils achèteront au choix aux Français, Allemands et Hollandais en proportion variable de l’électricité pilotable… Et puis ils vont surtout faire des Centrales à Gaz (ce qui est dans les plans d’ENGIE d’ailleurs) et augmenter leurs capacités d’importation de GNL (l’excuse pouvant être de livrer l’Allemagne…)…

          • « que nul n’entre ici s’il n’est point géomètre ! »

          • @Marc,

            Oui, mon commentaire enfonce des portes ouvertes.

            Pour revenir à l’article, je trouve dommage que la France ne se rapproche pas plus vite de l’Espagne pour son réseau électrique. Les interconnexions existent mais ne sont pas énormes et pourtant en regardant plus loin vers le Maghreb, de ce côté-là le foisonnement des ENRi est potentiellement énorme et les consommations électriques aussi… (Le Nucléaire aussi pourrait être dans la Balance ! comme c’est le cas avec l’Angleterre !).

            Il est temps d’arrêter de trop regarder du coté de l’Allemagne, car elle ne nous regarde que peu réciproquement…

          • APO: l’Espagne + le Portugal (qui ne font qu’un au niveau électrique) se plaint du retard dans le projet d’interconnexion par le Golfe de Gascogne prévu pour 2027.
            Elle souhaite pouvoir exploiter le foisonnement éolien européen avec le N de l’Europe, la France servant surtout de plateforme de transit.

  • Je répète
    Il n’y a que le déni, la mauvaise foi et le mensonge qui sont constants (non intermittents) chez toi !
    rochain est tjrs sous la tutelle allemande, celle-ci a perdu la guerre en 45 !
    elle perdra sa suprématie industrielle et se ruinera avec sa dépendance aux fossiles qui sont aussi des béquilles nécessaires pour tenir à bout de bras leurs renouvelables particulièrement défaillants en périodes anticycloniques hivernales
    Nous, une fois nos réacteurs réparés et restaurés, ns pourrons en profiter rapidement (pour 20 ans) de cette énergie disponible pour ns refaire la santé si ns ns mettons au boulot.

    Répondre
      • Et dans quelques semaines, pour la 1ère fois du Gaz transitera de France vers l’Allemagne dans des pipes qui étaient conçu pour l’arrivée de Gaz Russe et de Mer du Nord donc d’est en Ouest…

        Ce sera un rendu pour un prêté après un prêté pour un rendu…

        D’après le ministre allemand de l’économie (Vert de son Parti d’origine), ce n’est pas l’électricité qui va manquer à l’Allemagne c’est Hiver (en Volume, il y aura assez de Charbon pour la faire) mais la chaleur (du fait du chauffage au Gaz des particuliers)…

        Répondre
  • Des signes de difficultés à venir pour l’économie Allemande :https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/l-allemagne-se-prepare-a-entrer-en-recession-933242.html  » les signes de récession se multiplient pour l’économie allemande, a noté la banque centrale nationale dans son bulletin mensuel publié ce lundi. L’Allemagne est entrée dans une phase de « baisse nette, généralisée et durable » de son économie, a-t-elle estimé. » Il n’y aura pas que la France dans ce cas.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective