Énergie: le régulateur s’interroge sur les motivations de certains fournisseurs

Le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a souhaité mardi pouvoir être chargé d’autoriser ou non les entreprises à fournir de l’électricité ou du gaz en France, s’interrogeant au passage sur les motivations de certains nouveaux fournisseurs.

“Il me semble que le dispositif de délivrance des autorisations de fourniture pourrait être plus efficace si c’était la CRE qui disposait de la compétence pour délivrer les autorisations aux nouveaux fournisseurs et assurer le suivi”, a déclaré Jean-François Carenco devant la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale.

“Ce n’est pas une inimitié que j’ai envers la DGEC, mais j’ai l’impression qu’ils reçoivent une demande et qu’ils la tamponnent”, a poursuivi l’ancien préfet.
La Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC), l’une des grandes directions du Ministère de la transition écologique et solidaire, est actuellement chargée du processus d’autorisation.

“Or, dans ces périodes de tensions internationales, on assiste à l’arrivée sur le marché de fournisseurs dont on se demande pourquoi ils viennent et s’ils ne peuvent pas tout simplement déréguler le système. Je vous invite tous à lire le bouquin qui s’appelle +Blackout+”, a poursuivi M. Carenco devant les députés, sans plus préciser sa pensée.

Ce roman de l’Autrichien Marc Elsberg décrit l’enquête d’un ex-hacker et d’un policier sur les causes d’un effondrement du réseau électrique européen.
Dans cette histoire, “de nombreux pays s’enfoncent dans l’obscurité et plusieurs centrales nucléaires mettent en danger la vie de millions d’êtres humains”, explique l’éditeur dans une présentation.

“Ça me paraît intéressant que celui qui délivre les autorisations ait aussi des pouvoirs étendus pour recueillir toute information auprès des fournisseurs et ouvrir le cas échéant des enquêtes”, a conclu le président du régulateur.

Depuis l’ouverture à la concurrence en 2007 des marchés de l’énergie, le nombre de fournisseurs ne cesse de croître en France. Il existe ainsi plus d’une quarantaine de fournisseurs d’électricité sur le territoire.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Encore un pronucleaire qui est dérangé par l’arrivée de la concurrence.
    Le niveau incroyableme’t bas de fournisseurs d’électricité ne justifie aucune censure…. Nous sommes très en retard sur nos voisins et donc très demandeurs

    Répondre
  • Avatar

    Rochain, si vous mettez de côté un instant le nucléaire de côte, pensez-vous sincèrement qu’il soit opportun de faire entrer de nouveaux “négociants” en électricité ? Démontrez-moi en quoi une telle décision pourrait, à terme conforter EDF, surtout si le disposif ARENH doit continuer à être en vigueur. Je pense au contraire que Mr Carenco est bien dans son rôle de s’interroger sur les motivations des nouveaux demandeurs attirés par le parfum séduisant que dégage cette absurdité de dispositif Arenh qui n’est qu’une façon de faire croire à la concurrence. L’Arenh si on regarde un peu vers le haut, c’est un dispositif qui s’oppose au développement industriel de la France, une France qui a fait ce choix en toute souveraineté tant qu’elle le peut encore. Ceci étant, je pense que si de nouveaux arrivants se présentaient avec une offre destinée à l’industrie sans s’appuyer en quoi que ce soit sur des équipements payés par la France dans son ensemble, alors ils seraient les bienvenus. Mais ce risque est bien faible. Il serait grand temps de revenir aux fondamentaux d’une économie libérale, telle que définie au temps des philosophes des lumières.

    Répondre
  • Avatar

    Choppin, je relis pour être certain de ne pas me tromper :
    “Le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a souhaité mardi pouvoir être chargé d’autoriser ou non les entreprises à fournir de l’électricité ou du gaz en France”.
    La CRE ne parle pas ici de revendeurs d’électricité mais de fournisseurs en l’occurrence les entreprises qui ont obtenu l’autorisation de couvrir une ancienne carrière minière avec plusieurs milliers de m2 de PPV comme celle dans laquelle j’ai mis une partie de mes économie. Pourquoi la CRE a t-elle l’air de penser que ces autorisations ont été accordées avec trop de “sympathie” ? Cela malgré tous les avantage que cela présentait ça n’a pourtant pas été une sinécure d’obtenir tous les tampons, mais peut-être que, voyant la position plutôt portée sur le frein par la CRE , je me dis que nous ne l’aurions pas eu cette autorisation ? En allant trop vite à fournir l’électricité de remplacement on ne retarde pas l’arrêt des réacteurs nucléaires. Ne mettez pas la tête dans le sable Choppin, vous voyez comme moi tous ces messages téléguidés qui annoncent comme une certitude les blacks out que l’on va avoir avec la fermeture de Fessenheim. L’intox ça y va, d’ailleurs la voisine que je considère à la limite de l’analphabétisme s’est précipitée pour annoncée la mauvaise nouvelle à la femme le 30 juin….. depuis ce jour là figurez vous que les agents de l’EDF doivent faire des miracles tous les jours pour assurer la fourniture électrique, c’est même une de se amie dont le mari travaille à l’EDF qui le lui a dit !
    Pour l’ARENH j’ai plutôt tendance à être d’accord avec vous j’ai même des proposition à faire sur ce que cela aurait dû être et pourrait être moyennant un aménagement du dispositif : Contraindre les entreprise intéressées à profiter du coup de pouce pour se lancer dans la production d’électricité à fournir en France autant (le double, le triple….à débattre dans le temps éventuellement) que ce qu’il demandent en part nucléaire. Cela assainirait le marché et aiderait vraiment les investisseurs producteurs qui ont souvent du mal à pouvoir accepter certains marchés de revente faute de pouvoir fournir la totalité demandée par le client dans la couverture horaire exigée, notamment en hiver. Cap Découverte dans laquelle je suis un fort activiste tout en n’étant qu’un modeste détenteur de parts s’est trouvé confronté à ce problème.
    Supprimer l’ARENH NON la transformer pour éjecter les profiteurs nuisibles OUI.
    TOTAL par exemple serait viré sur le champs car à ma connaissance s’il produit du renouvelable c’est uniquement à l’étranger, alors qu’il aille demander des électrons nucléaires là-bas.

    Répondre
    • Avatar

      Rochain, oui, c’est exact, j’avais lu un peu vite et je ne manque jamais une occasion de fustiger l’Arenh et ceci explique celà. Je pense que si on fait un micro-trottoir, 80 % des personnes interrogées vont ouvrir des grands yeux pleins de vide. Et ça c’est dramatique. Patrik Lelay a bien travaillé, le salopard. C’est une idéologie stupide qui se cache sous cette appellation et j’essaie de le rappeler en permanence. Mais là je suis hors sujet.
      Je réfléchis à cette nouvelle donne et je reviens. Avec mes excuses.

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective