Electricité: la vigilance reste de mise pour cet hiver

La sécurité d’approvisionnement électrique de la France pour cet hiver continue de faire l’objet d’une “vigilance particulière”, conséquence de la crise sanitaire, a indiqué vendredi le gestionnaire du réseau à haute tension RTE.

“Dans l’ensemble, l’hiver 2020-2021 demeure toujours sous +vigilance particulière+, avec une probabilité élevée de situations tendues sur l’équilibre entre offre et demande d’électricité”, écrit RTE dans un communiqué.

La saison sera notamment marquée par “une probabilité de tension élevée fin novembre – début décembre en cas de froid précoce”.

“A cette échéance, le retour des réacteurs nucléaires de Flamanville sera particulièrement suivi, à la fois pour l’équilibre national et local dans le grand Ouest”, précise l’entreprise.

Les deux réacteurs de la centrale située dans la Manche sont actuellement à l’arrêt, en raison d’une visite décennale pour l’un et de problèmes techniques pour l’autre.

RTE avait déjà alerté au mois de juin sur la situation particulière causée par la pandémie de Covid-19, qui a notamment bousculé le planning de maintenance des réacteurs nucléaires d’EDF mais aussi abaissé la consommation électrique.

L’entreprise a depuis réévalué ses perspectives, “dans un sens légèrement favorable, principalement pour la période allant d’octobre à mi-novembre, où le risque de déséquilibre apparaît dans l’ensemble écarté.”

En effet, le programme de maintenance des réacteurs s’est bien déroulé pendant l’été, conduisant à une légère réévaluation à la hausse de la disponibilité du parc nucléaire, essentiellement en octobre et 2021.

Côté consommation, celle-ci “demeure en retrait d’environ 3 à 4 points par rapport à une année normale”.

RTE indique toutefois qu’en cas de températures significativement inférieures aux températures de saison, le recours à certaines mesures sera “probable”: par exemple interruption de grands consommateurs industriels rémunérés à cet effet ou diminution de la tension sur le réseau n’ayant pas d’impact sur le consommateur.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Avatar

    Je me doutais bien que les seuls deux réacteurs qui alimentaient la France en électricité étaient les deux de Fessenheim,… C’est vraiment pas de chance.

    Répondre
  • Avatar

    Pas de quoi s’affoler , l’ Allemagne viendra au secours de nos éoliennes avec ses centrales au charbon .

    Répondre
  • Avatar

    La rage est telle dans le clan nucleocrate que ses petits soldats feignent d’ignorer que depuis 2018 les ENR sont les plus importantes contributions dans le mixe Allemand et que le charbon est depuis deux ans en deuxième position et chaque année l’écart s’accroît.
    Mais je suis bien tranquille, je connaît la hargne du monde nucleocrate, tant qu’il restera une centrale à charbon en Allemagne vous ne parlerez que de ça. D’ailleurs l’électricité au charbon de la France reprend de l’activité en raison de notre retard d’équipement dans les nouveaux ENR, eolien et solaire.

    Répondre
  • Avatar

    A voir la production électrique en Allemagne, c’est plutôt le gaz qui prend le relais. La fermeture de Fessenheim nous prive de 1800 MW, compensée par le charbon en France (300 à 500 MW) et mes importations (très carbonées) en provenance de chez nos voisins.

    Répondre
    • Avatar

      Si Fessenheim n’avait pas été fermé ses réacteurs seraient également ) l’arrêt comme presque la moitié du parc aujourd’hui car ses deux réacteurs n’auraient pas eu l’autorisation de démarrer, les mises à niveau nécessaires n’ayant pas été faites.

      Répondre
  • Avatar

    Petite erreur de frappe : lire ” les importations”. De plus, regardez du côté de l’éolien en Europe dont la faiblesse, en raison de conditions anticycloniques, prive le réseau d’un soutien dans l’équilibre des réseaux.

    Répondre
    • Avatar

      Quand on aura planté des éoliennes dans l’Atlantique et la Méditerranée on ne parlera plus de faiblesse anticyclonique que tous les deux ans durant 4 ou 5 jours .

      Répondre
    • Avatar

      Et comme Cochelin sait de quoi il parle il va nous trouver les références du marché de l’éolien passé ) plus de 160€ le MWh.
      Hein Cochelin, on attend

      Répondre
  • Avatar

    Cochelin vous bafouillez, incertaine et variable…. vous pouvez ajouter dont on n’est pas certain due demain il y en aura, ou encore que peut-être il n’y en aura pas.
    Je pourrais répliquer à juste raison que le nucléaire est d’autant plus incertain que près de la moitié des réacteurs sont actuellement arrêtés pour diverses raisons dont pratiquement aucune n’est un choix délibéré des hommes de l’art. Les incidents qui déclenchent un arrêt intempestif ne sont voulus pas personne, pas plus que les incidents de routines qui provoque une augmentation des temps de recharge ou de maintenance, et pas plus que le covid-19 à mis la pagaille dans les équipes nombreuses contraintes de travaillées ensemble et en même temps (pour faire de la prose redondante à la Cochelin) alors que cette promiscuité de maintenance n’existe pas pour es éoliennes .
    Quant au prix du MWh éolienne, la moyenne est établie à 51€/MWh par les spécialistes, mais Cochelin sait mieux que les spécialistes, la preuve c’est qu’il le dit et comme il est out à fait honnête il n’a pas pris l’exemple des éoliennes offshores de la mer du Nord dont les contrats sont de l’ordre de 40 à 50€ le MWh (44€ pour le projet Dunkerque) bien sûr, il a pris le max qu’il a trouvé. Ref :
    https://www.mer-ocean.com/le-prix-de-leolien-francais-en-mer-les-futurs-parcs/
    Pour le nucléaire de l’avenir nous nous ne tenons à 110€/MWh

    Répondre
    • Avatar

      Dunkerque se trouve sur la Mer du Nord. Je répondais à votre proposition de parcs éoliens en Atlantique et Méditerranée. Si vous daigniez vous renseigner sur les coûts et les facteurs de charge moyens annuels (et beaucoup plus faible en été) : https://energie.eelv.fr/la-transition-energetique/comment/leolien/ Certes, je reconnais là avoir un peu majoré le tarif de 10 €/MWh mais il est fort possible que, suivant les nouveaux mécanismes de calcul, ils soient effectivement à plus de 160 €.

      Répondre
  • Avatar

    Le scandale éolien et l’incurie des décideurs continuent. Selon RTE le pris du Mw/h éolien en 2019 à été de 91e.la production allemande d. Enr est à 23% et c’est le lignite qui produit, tuant 40 000 personnes en Europe. Les sclérosé anti science préfère tuer le nucléaire qui e’et 6g/kw/h contre 900 pour le charbon. Et préfère des taux de charges de 22% en France et 17% en Allemagne, 14% pour le pv contre 75% pour le nucléaire (nucléairequi est la production qui a tuée le moins d’humains !) qui dure 2x plus longtemps et coûte moins cher (je sais la propagande éolienne prétend le contraire mais suivez Jancovici qui explique fort bien pourquoi ce n’est pas le cas). De plus l’éolien est mortifere pour riverains et biodiversité. Je rappel qu’un Mw d’éolienne posé dessert 840 foyers annuellement pour un objet de près de 2000t qui ne fonctionnera que 12 ans à ce niveau et déclinera ensuite. Ceux qui prétendent que ces données sont fausses et/ou pas objectives ne voient qu’une face de la pièce. J’ai été antinucléaire pendant 35 ans, mais face au réchauffement climatique il est moyen, s’il en existe un encore, de le contenir. Je rappel que 80% de production mondiale de l’électricité est au charbon ! Et qu’e’ 2 ans d’enr la production mondiale n’est que de 4/5% et pensez ou prouvez qu’en 2050 celle-ci atteindra 100% est un mensonge, je prend les paris qu’elle n’atteindra rien du tout car le réchauffement climatique nous aura rattraper. Cette gabegie internationalefde la finance est insupportable face à l’urgence ou cet argent (1350 milliards de dollars en 20 ans pour 4/5%) pourrait être bien plus utile ailleurs.

    Répondre
    • Avatar

      C’est toujours la même rengaine, et vas y que je te tape sur les Allemands qui inondent le monde de CO2 avec leur lignite leur charbon et désorganisent le réseau électrique européens avec leurs éoliennes intermitentes….et patati et patata… mais la réalité est dans les courbes qui donnent la véritable orientation, c’est-à-dire ce qui est important …. le sens de l’évolution, la direction prise !
      Et la seule chose que l’on peut reprocher aux Allemands c’est de ne pas aller assez vite car les courbes montrent que ce qui a baissé le plus vite durant les 10 dernières années c’est….. le charbon, bien plus vite que le nucléaire et ce qui est montée de façon fulgurante ce sont les ENR, la résultant ayant été une baisse spectaculaire des émissions de CO2 durant ces 10 dernières années (l’Allemagne a devancé ses engagements de la COP 21 contrairement à la France qui n’a pas respecté les siens, alors, aboyez, aboyez….à l’échéance on mesurera aussi le tas de détritus irradient).
      L’opinion ne doit pas se faire sur des convictions dogmatiques, mais sur l’étude des courbes donnant le sens de l’évolution, par exemple, là :
      https://allemagne-energies.com/2020/01/12/allemagne-lessentiel-des-resultats-energetiques-2019/

      Répondre
  • Avatar

    L’Allemagne a effectivement progressé dans ce domaine, mais est encore très loin de la France. A consulter le dossier DATALB du site “développement-durable”. L’Allemagne revient de loin mais sa courbe s’aplatit, et la France conserve une bonne avance sur tous ses voisins

    Répondre
    • Avatar

      La France n’a aucune avance, car pour prendre de l’avance il faut évoluer !
      La France est dans un état statique du à un hasard qui n’a rien à voir avec les qualités dont vous vantez sa stratégie guerrière depuis 60 ans, alors que nos voisins progressent.
      Lorsqu’ils auront atteint ce qui devrait être notre objectif à tous, nous en serons toujours à nous autocongratuler devant une montagne de déchets nucléaire, et un horizon limité dans la capacité à continuer cette stratégie nucléaire devenue alors hors de prix

      Répondre
  • Avatar

    La transition en Allemagne aurait coûté plus de 500 milliards d’euros. Plusieurs fois le parc nucléaire historique pour 4 à 5 fois plus de CO2 émis annuellement. Plusieurs Giga tonnes de CO2 (et autres polluants, dont cendres) et des dizaines de milliers de morts évités depuis le début du programme. Ne jouez pas au marchand de peur avec les “déchets” nucléaires !

    Répondre
    • Avatar

      Cochelin, cessez de colporter les fakes news de vos confrères nucleocrates qui, comme vous les amplifient à chaque répétition et en inventent de nouvelles qui seront amplifiées elles aussi à leur tour à chaque colportage. Jamais de preuve… Pourquoi faire puisque “tout le monde le dit”?

      Répondre
  • Avatar

    Vous n’avez que l’expression : “fake news” à la bouche. Informez-vous un peu ! Selon les calculs de l’Institut für Wettbewerbsökonomik à l’Université de Düsseldorf, la transition énergétique a déjà coûté environ 150 milliards d’euros entre 2000 et 2015. « Entre 2000 et 2025, on estime qu’environ 520 milliards d’euros (en termes nominaux, y compris les coûts de développement du réseau) devront être consacrés à la transition énergétique dans le secteur de la production d’électricité. » Sur la base des 150 milliards déjà versés, 370 milliards d’euros supplémentaires devraient donc être dépensés au cours des dix prochaines années.https://www.welt.de/wirtschaft/article158668152/Energiewende-kostet-die-Buerger-520-000-000-000-Euro-erstmal.html

    Répondre
    • Avatar

      Bonjour, pourquoi perdez-vous votre temps à répondre à Rochain qui nie tout en bloc et qui fait une phobie pathologique sur le nucléaire. Chaque fois qu’une centrale pète, il a l’impression que c’est sur ces pompes! Heureusement qu’il n’y en a eu que deux, dont la dernière n’a fait aucun mort! Mais laissez le dire, les faits seront eloquents et pour bientôt! Et même si un centrale venait à péter, je serais encore pour le nucléaire car décarboné, et les enr cartonne au carbone. Une éolienne de 1800t dont 1200 de béton ne distribue que 840 foyers annuellement, parfois plus mais surtout la plupart du temps bien moins, voir 0 pour 22 jours de l’année et qui prend le relais? Les centrales aux charbon ou gaz émettrices de GES… Bref nous le savons, donc ne perdez plus votre temps avec des idéologues!

      Répondre
      • Avatar

        On voit bien que vous ne savez pas de quoi vous parlez mon pauvre Brunet, mais comme tous les nucléocrates qui se croient informés vous ne savez rien de ce sur quoi vous donnez, non pas des avis, mais vous affirmez.
        Que deux ont pétés ? Oh comment être aussi ignorant ?
        USA, Canada, Angleterre, Russie (2 même), Japon !!! Comme je vous soupçonne, avec quelques raisons, de na pas savoir compter je vous dit qu’il y a eu 5 accidents nucléaires majeurs. Mais je vous laisse en trouver la trace, cela vous permettra de faire quelques timides progrès. Je vous aide tout de même pour l’Anglais, car c’est plus difficile à trouver car pour faire oublier la catastrophe, ces finaux d’Anglais ont changer le nom de la ville où se trouvait la centrale…… pas mal l’idée, non ?

        Répondre
        • Avatar

          Mon pauvre Mr rochain, comme toujours c’est sur des points de détails sans importance que vous repondez, car si effectivement il y a eu plusieurs problèmes nucléaire seulement 2 ont été majeurs. Mais comme toujours à force de vous lire vous répondez en ignorant totalement les arguments de l’autre, ne serait-ce qu’un instant, votre peur sans contrôle du nucléaire est pathologiqie. Et je ne suis pas pronuke, je dis comme beaucoup d’autres et simplement que face au RCA, il est une réponse éventuelle et que jamais en l’état actuelles de nos technologies les enr seront une réponse rapide face au RCA et que l’argent délirant qui y est consacré ne répond en rien à l’urgence climatique . Mais dans les faits ni nucléaire,ni enr ne seront la solution au RCA qui s’annonce de plus en plus fort et vos délires sur les enr ne changeront rien à cette réalité !

          Répondre
          • Avatar

            Non… C’est bien 5 I accidents majeurs mais vous l’ignoriez tout simplement et donc ce que vous ignorez ce sont des détails… Bien sur.
            Mais l’histoire du nucléaire est construite sur le mensonge

          • Avatar

            Non, le nucléaire ce n’est pas dangereux, c’est ce que disaient les américains, les canadiens, les anglais, les russes, et les japonais la veille de la catastrophe, mais le lendemain…..??
            Seulement voilà les nucleocrates veillent à ce que le souvenir soit rapidement enterré et les 2/3 si ce n’est les 3/4 des américains, anglais, et canadiens d’aujourd’hui n’étaient pas nés à l’époque de la catastrophe, comme vous, et recommencent à clamer que le nucléaire n’a rien de dangereux.

          • Avatar

            Si le nucléaire est une saloperie, il est quant même la production la moins tueuse d’humains ! C’est une réalité !

          • Avatar

            Non et de loin. Comme le reste une invention du lobby nucleaire
            Sans le nucleaire militaire qui a tué et continue à tuer des centaines de millietsde gens il n’y aurait pas de nucléaire civil lui même tueurs de milliers de gens

          • Avatar

            Faudrait arrêter de fumer la moquette? Ou sont ou vos milliers de morts tant militaires (a part Hiroshima et Nagasaki) que civils, ou, quant, comment?

          • Avatar

            Oui, je vous lit bien, en fait c’est “Où sont les centaines de millions de morts de toutes les guerres, part ceux qui sont mort à la guerre !!”

    • Avatar

      Et si on avait planté des éoliennes dans tout le pays et pas seulement dans deux deux régions parmi les moins ventée du pays et développé le solaire dans le croissant Méditerranéen depuis 15 ans, toutes bonnes choses qui trainent des années devant les tribunaux avec des idiots qui font 4 recours en justice pour chaque projet ENR, on ne serait pas en train de rallumer des chaudières à charbon aujourd’hui pour palier les déficiences de plus en plus fréquentes et de plus en plus longues du nucléaire.

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective