L’urgence de repenser l’efficacité énergétique : un projet national fédérateur  

Par David Bismuth, Directeur général Eco Environnement

Plus que tout autre sujet, l’efficience énergétique est un projet fédérateur pour toute la nation.

La maîtrise de l’énergie n’est en effet plus un sujet secondaire, mais bel et bien un projet sociétal majeur qui va tous nous concerner à long terme. Dans ce contexte, la rénovation énergétique connait chaque année un intérêt toujours plus grand de la part des ménages, des bailleurs sociaux, des collectivités et même du gouvernement.

Cela se traduit notamment par le lancement de grands plans nationaux et de nombreuses incitations pour permettre à tous de repenser l’efficacité énergétique des logements. Les récentes évolutions de la législation en sont une parfaite illustration.

Dès lors, quel que soit les revenus du foyer, il est possible de bénéficier d’aides pour réaliser certains travaux d’amélioration d’efficacité énergétique (isolation des murs, des toits, des combles, des planchers, …).

Le rôle central des Certificats d’Économie d’Énergie

Pierre angulaire du dispositif de financement des projets de rénovation énergétiques, les Certificats d’Économie d’énergie (CEE) sont stratégiques. Mais à quoi correspondent-ils réellement ?

Rappelons qu’un CEE est avant tout une mesure politique pour encourager les économies d’énergie. Cela consiste à contraindre certains acteurs à réaliser des économies d’énergie et à encourager les autres acteurs par l’obtention d’un certificat. Les acteurs contraints doivent alors réaliser directement des mesures d’économie d’énergie ou acheter des certificats aux non obligés.

Il s’agit donc d’un dispositif de grande ampleur qui représente des millions d’euros et permet de lancer des politiques d’efficience énergétique à l’échelle nationale. C’est précisément ce système de certificats d’Économie d’Énergie qui continue d’évoluer et de s’ouvrir à de nouveaux champs d’applications pour le bénéfice de tous.

Une filière de plus en plus professionnelle

Après des débuts plus ou moins probants, notamment au regard de certains projets réalisés à la hâte sans professionnalisme par des « pseudo experts » privilégiant les gains financiers à la qualité des projets délivrés, la filière efficacité énergétique s’est aujourd’hui largement assainie.

Les contrôles menés par la DGCCRF et autres institutions et la montée en gamme des professionnels ont en effet permis de poser un cadre clair et de donner une véritable valorisation aux travaux réalisés. Ainsi, on ne peut que se réjouir du nombre de professionnels qui peuvent aujourd’hui mener à bien les chantiers qui leur sont confiés en intervenant dans les règles de l’art. On constate également que lors de chaque évolution du dispositif des CEE, de nouvelles règles et contrôles sont réalisés.

Là encore, cela contribue grandement à élever le niveau de service délivré lors de la réalisation des chantiers.

Au regard de ces éléments, le nombre de dérives qui étaient constatées est en baisse constante et l’impact positif des projets réalisés en forte croissance. Le CEE retrouve ainsi tout son sens et la rénovation énergétique peut enfin entrer dans une logique industrielle à grande échelle.

Largement soutenu par les pouvoirs publics, ce sujet devrait permettre à la France de se hisser parmi les acteurs les plus vertueux et en pointe sur le secteur à l’échelle européenne.

Nous ne pouvons donc que nous réjouir d’une telle évolution qui sera au final une formidable avancée en matière de lutte contre la précarité énergétique qui est encore un facteur d’exclusion important pour de nombreux ménages.

commentaires

COMMENTAIRES

  • Bien monsieur David Bismuth, c’est vrai qu’il faut considérablement réduire ce gouffre énergétique des logements… mais l’étape suivante ou même concomittante serait d’équiper ces nouveaux logements super isolés avec des pompes à chaleur!
    Il y a aussi l’urgence de tout mettre en place pour instaurer enfin une véritable politique généralisée de MdE, Maîtrise de l’Energie au niveau de tout ce qui peut fonctionner avec de l’électricité (sans oublier une réduction drastique des éclairages publics…même avec des LED, réduction des publicités lumineuses…).
    Enfin, personne n’en parle et personne ne l’a même imaginé, c’est la mise en place de la démarche de MddE, Maîtrise de la demande d’Energie QUI CONCERNE LA PUISSANCE SOUSCRITE AU COMPTEUR. Et pourtant EDF et les autres fournisseurs d’énergie sont directement concernés car cette ”optimisation” permettrait de lisser la courbe de charge du réseau.
    Pas le temps de faire une leçon, mais je peux répondre à d’éventuelles questions.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective