EDF se dote d’un directeur chargé des projets de nouveaux EPR en France

EDF a indiqué mardi renforcer son organisation avec la nomination d’un directeur de « Programme nouveau nucléaire France », chargé de piloter la construction de nouveaux EPR.

Nicolas Machtou, passé par le cabinet de François Hollande à l’Élysée et plus récemment par Enedis, occupe cette fonction depuis le 1er juin, indique le groupe dans un communiqué.

« Il pilotera la maitrise d’ouvrage du programme de construction de nouveaux réacteurs EPR2 en France. Il aura ainsi en charge le contrôle de l’exécution industrielle et technique du programme », détaille EDF.

« Il devra également faciliter et accélérer l’avancement des travaux visant à réunir les conditions réglementaires et financières de la mise en oeuvre des orientations prises par l’État, dont il sera l’interlocuteur privilégié », souligne l’entreprise.

Le président Emmanuel Macron veut en effet que soient construits six nouveaux réacteurs EPR en France et huit de plus sont à l’étude. Actuellement, le seul réacteur en construction est celui de Flamanville (Manche), qui accuse plus de dix ans de retard et d’importants dépassements de coûts.

EDF a proposé de construire les nouveaux EPR par paires sur trois sites: d’abord à Penly (Seine-Maritime), près de Dieppe, puis à Gravelines (Nord) et enfin à Bugey (Ain) ou bien Tricastin (Drôme).

commentaires

COMMENTAIRES

    • Encore une énoncée d’une Règle générale qui est de plus en plus marquée d’exceptions à cette même règle (Royaume-Uni, Pays Bas, plusieurs pays d’Europe de l’Est, Finlande, Corée, Japon, Ukraine qui souhaite encore en développer, Belgique qui essaye de ne pas arrêter, et la Chine qui surprendra tout le monde par son parc dans 15 ans…), mais certes Allemands et Américains vont plus vers la sortie du Nucléaire avec les Allemands qui s’y précipitent… (Suédois et Suisses risquent de temporiser et suivant l’hiver prochain de revoir leurs copies…)…

      Quel est donc la conclusion de votre règle générale @Régis Isambert ??? Sans exception ou remplie d’exceptions notables !!!

      Répondre
      • APO les faits réels: le nucléaire et le fossile sont déjà condamné économiquement … vous parlez d’une énergie polluante très très chère , dangereuse avec des déchets ultimes qui ne représente que 4% de l’énergie dans le monde et qui baisse inexorablement RAPPEL des faits : le monde entier se sort du fissible et du fossile / charbon / pétrole / gaz … sauf le bio gaz qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain.

        Répondre
  • On peut remarquer que Macron est viscéralement pro-nucléaire selon sa décision de relancer le nucléaire qu’il espérait sans doute pouvoir justifier par le démarrage de Flamanville dont l’absence remarquée a transformée son espoir en fiasco. S’il n’avait pas compté sur cette brillante démonstration justifiant ses choix viscéraux rien ne l’aurait empêché de faire ces annonces et lancements des projets bien plus tôt dans son premier mandat.
    Vu autrement on peut dire que sa décision s’appuie sur l’échec de Flamanville et la preuve de la faiblesse et la fragilité du parc historique, un véritable bouquet de preuves qui militent incontestablement en défaveur du nucléaire et rendent ce choix incongru, sauf à l’admettre dogmatique comme supposé plus haut.

    Répondre
    • @Serge,

      Et comment expliquez-vous la fermeture de Fessenheim !? Que Macron aurait pu repousser si il avait été tant que cela pro-nucléaire !!! Qu’il le soit devenu, du fait qu’il est des responsabilités n’est pas en soit une surprise…

      La conditionnalité de la fermeture de Fessenheim avait été un temps reliée à l’ouverture de Flamanville !

      Répondre
      • APO a t’on vraiment besoin de parler dans le vide constamment ? 😂🤣 pourquoi avoir fermer une centrale dangereuse, polluante , construite en dessous du niveau d’eau et dont la mise aux normes auraient coute des milliards pour polluer et produire toujours plus de déchets alors que l’on peut faire beaucoup mieux pour beaucoup moins cher avec les ENR , proprement , sans dangers et sans déchets .. …

        Répondre
      • Il n’y a que les nucleophiles de mauvaises foi et les ignorants qui ne veulent pas comprendre que Fessenheim aurait du être fermée durant plus d’un an pour effectuer les mises niveau nécessaire pour passer la 4em visite décennale s’il avait fallu la prolonger. Elee a déjà fonctionner illégalement durant près de 2 ans sous la promesse de la mise en fonctionnement toujours imminente de L’EPR.
        CESSEZ VOS ANERIES SI VOUS VOULEZ ÊTRE PRIS AU SÉRIEUX

        Répondre
        • Retour à l’envoyeur
          CESSEZ VOS ANERIES SI VOUS VOULEZ ÊTRE PRIS AU SÉRIEUX

          Répondre
          • Michel DUBUS

            Retour à l’envoyeur

            alors CESSEZ VOS INEPTIES SI VOUS VOULEZ ÊTRE PRIS AU SÉRIEUX…

  • Un non ingénieur, non technicien comme maître d’ouvrage avec responsabilité technique de chantiers où les risques de connerie sont très techniques…….C’est bien un énarque qui l’a choisi!

    Répondre
    • @ JP Moulard
      Quand je vois qu’il est passé part le cabinet de (hollande antinuc de chez antinuc) çà me laisse pantois !
      Encore un recasé qui sera le relai « des orientations prises par l’État, dont il sera l’interlocuteur privilégié »,

      Répondre
  • Une bonne décision sur son principe, souhaitons lui d’avoir les vrais pouvoirs pour s’opposer aux anti nucléaires infiltrés dans les organismes d’état (ex: ADEM) ou dans les ministères et qui sapent par des réglementations toujours plus contraignantes, voire impossible à respecter, ce qui détruit de l’intérieur la filière nucléaire. Trop de sûreté (complexité) ne nuirait-elle pas à la sureté? L’EPR de Flamanville doit son échec en grande partie aux politiques qui pendant des décennies ont dénigré le nucléaire ce qui a entrainé des pertes considérables de compétences, je donnerais comme exemple la disparition des ingénieries de construction EDF suite à la fin des commandes de nouveaux réacteurs, EDF n’avait plus le savoir faire s’ensemblier pour piloter la construction de l’EPR Flamanville. Les chinois, eux ont maintenu leur effort continument et construisent sans difficultés majeur des réacteurs dont les deux EPR de Taishan. La France peut (doit) retrouver son rang international avec sa filière nucléaire et en parallèle développer une filière renouvelable sur le cycle complet à l’identique de la filière nucléaire. C’est bien le mix des deux qui pourra rendre la France la plus résiliante possible à la transition énergétique.

    Répondre
    • qui est une ENR … grâce aux ENR pour enfin produire propre sans dangers et sans déchets pour beaucoup moins cher que cette merde polluante de nucléaire qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain …. ENR qui nous sortent aussi du fossile/ charbon / pétrole / gaz … comment font les pays qui n’ont pas de nucléaire et de fossile et tous ceux de plus en plus nombreux qui ont déjà dépassé les 50 voire 75 % d’ENR dans leur mix et qui voient leur pollution , leur GES et leur Co² baisser au fur et à mesure du développement des ENR sur le terrain … alors que la France s’enfonce toujours plus dans la pollution et les déchets ultimes avec notre merde polluante à tous les stades, avec des déchets ultimes, très très chère , qui fait des ravages sur la faune , la flore et l’être humain.

      Répondre
  • Non les ENR ne nous sortent pas du fossile entièrement car elles sont elles-mêmes construites par le fossile….mais rien ne sert de dialoguer avec un troll ! Incurable ….

    Répondre
  • En matière de nucléaire, il y a loin, très loin, de la coupe aux lèvres.

    Ainsi, la capacité nucléaire mondiale n’a augmenté que de 10,4 % entre fin 2001 et fin 2021 – de 5,8 % depuis fin 2011.

    Avec 2.760 TWh en 2021, la production d’électricité nucléaire n’est supérieure que de 8,5 % à celle de 2001 (2.540 TWh). Sa contribution est passée de 16,8 % de la production mondiale d’électricité en 2001 à 11,9 % en 2011 et 10,0 % en 2021.

    En 2010, la production de l’ensemble des renouvelables était 1,52 fois celle du nucléaire – en 2020, c’était 2,76 fois.

    En 2020, éolien et solaire à eux seuls ont produit l’équivalent de 91 % de l’électricité nucléaire mondiale. En 2021, leur production semble avoir dépassé celle du nucléaire.

    Répondre
    • @Marguerite,

      Merci pour ce résumé éclairant sur la période en cours. Il était temps qu’e les ERNi dépassent le Nucléaire en cumul de production mondial (Oui le nucléaire est et était moribond depuis quelques années). A priori les ENRi ont aussi dépassé en volume d’investissement mondial, ceux sur le pétrole (en 2021) !? Pourvu que ça dure …

      Auriez-vous les chiffres de progrès du Charbon et du Gaz dans les Mix énergétiques mondiaux sur les mêmes périodes !?
      Le Charbon est le Champion incontestable en TW.h, il me semble !? (hélas !)
      On est donc encore loin du -5% annuel nécessaire à minima, sachant que le pétrole ne diminue pas non plus…
      Il sera intéressant de faire le point sur 2022 et la place du charbon dans l’électricité en Europe, cela risque d’être édifiant (hélas !) malgré de gros progrès des ENRi…

      Répondre
  • En 2010, l’agence mondiale du nucléaire estimait que la capacité nucléaire serait de 590 à 1.420 GW dans le monde en 2050. En 2021, cette estimation avait rétréci comme peau de chagrin : de 395 à 790 GW.

    En 2010, cette agence estimait qu’il y aurait de 450 à 550 GW de nucléaire mondial en 2020. La réalité n’a été que 392 GW à fin 2020. Bien moins que les « prévisions » de 2010 et bien loin de la « renaissance du nucléaire » annoncée depuis le début des années 2000.

    Mais c’était tout de même moins délirant que les annonces de 1975, estimant entre 3.600 GW et 5.300 GW la capacité nucléaire de l’année 2000. La réalité constatée s’est limitée à 351 GW.

    Répondre
    • Voilà qui souligne bien le niveau de crédibilité que l’on peut accorder aux dires et pronostics de L’AIEA, fantaisie que l’on retrouve dans les estimations sur la disponibilité de l’uranium aujourd’hui encore.

      Répondre
    • @Marguerite,

      N’aurait-il pas été préférable que Charbon et Gaz suivent la trajectoire du Nucléaire et que le Nucléaire prenne la trajectoire des Fossiles !? Les ENRI évitent bien des émissions mais par intermittence seulement…

      Suite à Fukushima en 2011, il est certain que le Nucléaire n’a pas « accéléré » et même fortement décéléré… LE Gaz et le Charbon ont pris la place de celui-ci au Japon notamment… Et les consommations allemandes de fossiles sont toujours à des niveaux élevés (on peut certes y inclure le quota nécessaire à la France pour les années 2022-2023). Quelles sont vos solutions pour réellement rejoindre une tendance baissière fiable !? @Marguerite

      Durant les années 60, des scénarios tout aussi irréalistes avaient été pondu pour le pétrole et une croissance perpétuelle sans limite de sa production ! Ce qui a mis un certain nombre de pays dans de grandes difficultés en 1973 !!! La France en faisait partie et a fait des choix… L’AIE et l’AIEA dans leurs exercices de prospectives sont régulièrement très loin de la réalité (sur les volumes et les niveaux de prix…)

      L’année 2022 sera très en dehors des objectifs d’émissions de CO2 de l’Union européenne (sauf si une crise majeure arrive très vite et ralentie l’économie fortement…). Croyez-vous aux objectifs de 2030 de l’UE !? Et à ceux de 2050 !?

      Nota: Si on n’avait pas suivi la mode Allemande des grosses bagnoles, on aurait pu avoir un ratio d’énergie globale pas trop loin de nos objectifs initiaux des 3 x 20… Si on arrête avec les voitures trop lourdes, la France pourrait être en bonne place en 2030 par rapport à l’Allemagne…

      Répondre
  • Concernant le nucléaire à l’échelle européenne, je remarque que le parc espagnol fonctionne généralement très bien.
    Avec 6 GW sur 7, il fournit 21% de ce que fournit actuellement le parc français (29 GW). Pas négligeable.
    Je parierais qu’il sera prolongé plus longtemps que ce qui est prévu, jusqu’au maximum raisonnable.
    Bien que l’Espagne ait décidé de sortir, à terme, du nucléaire, il y a encore débat sur d’éventuels nouveaux réacteurs.
    Le débat semble toutefois beaucoup moins vif qu’en Suisse car les conditions d’exploitation des ENRv en Espagne sont bonnes, alors que la Suisse n’a pas de solution pour l’hiver en dehors du nucléaire, si ce n’est dépendre totalement de l’Allemagne.

    Répondre
      • @Régs Isambert,

        Quelques questions :
        1 – Combien de jours de neige par an en Suisse !? Certes ça doit diminuer en moyenne avec le réchauffement climatique…
        2 – Quel rendement a le PV normal sous une couche de Neige !?
        3 – Comment faire si le parc PV est sous la Neige à large échelle !?

        Répondre
        • APO et ses âneries perpétuelles … pour la neige .. on incline le module un peu plus ..l’albédo est très bon pour le rendement PV et s’il neige c’est très bon pour leur hydraulique .. et oui apprenez ce que sont les ENR car c’est bien toutes les ENR qui nous sortent enfin de la ..dois je aussi vosu rappeler pourquoi le photovoltaïque c’est développé ??.. voir les refuges en montagne , les bases arctique et antarctique … etc etc

          Répondre
      • @Régis,

        Super votre Lien – https://www.rts.ch/info/regions/valais/10947944-le-premier-parc-solaire-flottant-en-milieu-alpin-mis-en-service-en-valais.html – Ce sera donc l’équivalent de la consommation de 220 ménages !!! C’est Bien et c’est « Bo » !

        Quelques questions :
        1 – Combien d’habitants en Suisse ???
        2 – Croyez-vous que les suisses seront capables de couvrir le Lac de Genève dans sa quasi-totalité pour avoir des installations à l’échelle de leur population !?

        Répondre
          • @Régis,

            Je sais que c’est un exemple, qui démontre bien les possibilités. Je trouve cela très bien (réellement), mais mis à l’échelle d’un pays industrialisé … Cela ne fait pas le compte loin de là…
            Donc oui pour de petits développements, mais il faut savoir garder la mesure de ce qui est réellement produit et à quel moment…
            Et RE-Oui on a besoin de beaucoup d’ENRi en France pour limiter la consommation de Gaz, mais faire croire qu’on se passera aisément du nucléaire et des Fossiles, c’est une vaste Blague !!! A part à s’effondrer économiquement… (on peut vouloir le niveau moyen de la Moldavie pour les Français, c’est un Choix ! il faut l’assumer ). Sans Fossiles (ou à des Niveaux très faibles, le niveau de vie des Français sera largement impacté, sans Nucléaire par dessus, Adieu le restant de bien des activités industrielles et par la suite un niveau de vie moyen de type Argentin voir bien pire…, c’est un Choix !).

          • @Régis Isambert,

            Oui la réalité du terrain mentionné dans votre « canard » en prenant la colonne juste à cote de votre article – Le Charbon fait de gros progrès en bien des places !!! https://www.linfodurable.fr/politique/charbon-de-nouveaux-projets-toujours-dactualite-dans-34-pays-31944 – C’est cela la réalité mondiale, le Charbon continue de progresser … Et nos industries délocalisées nous ramène des produits bien charbonnés dans nos petits paniers et nos petits souliers !!!

            De plus la France a consommé indirectement énormément de charbon en provenance d’Allemagne durant tout l’hiver, et l’hiver prochain ce sera pareil … Mais comme l’ombre du Charbon s’arrête à la frontière (et que par magie l’électricité Allemande devient « verte » lorsqu’elle rentre en France, Vive la Magie !!! )

          • APO vous confirmez bien une fois de plus l’ urgence de développer les ENR sur le terrain comme le fait les Allemands et vérifiez que les Français ont redémarré les centrales thermiques déjà en place pour pallier aux défaillances de notre merde polluante de nucléaire

    • Il n’y a plus de debat en Espagne à propos de nouveaux réacteurs depuis qu’ils ont inscrit dans la loi de ne plus construire de nouveaux réacteurs.
      Si un jour un débat réapparait à ce propos il ne portera pas sur les réacteurs mais sur une éventuelle modification de la loi

      Répondre
      • @Serge,

        Vu les prix du Gaz actuels, pas impossible que le débat ne se réouvre pas très vite en Espagne (d’ici 1 an, à voir les conditions de l’hiver prochain) !!!
        Les Hollandais (peuple parmi les plus pragmatiques en Europe) ont voté pour une équipe gouvernementale qui a un re-développement du Nucléaire dans son programme… Et que dire des Belges ces dernières semaines…

        Répondre
        • Oui, et que dire des belges, qui ont conclu un échange de blagues avec les Espagne pour changer les loi de sorte qu’elles fasse plaisir à cet APO à Canards sauvage. Sans compter qu’un hollandais plus pragmatique que tous les autres réunis qui a réver d »un réacteur nucléaire….. on arrete pas plus la bêtise que le progres !

          Répondre
        • APO bien sur il n’y a que le nucléaire dans un programme d’un gouvernement … même le notre en a parlé alors que c’est financièrement impossible … mais tous les gogos ont sauté dessus

          Répondre
  • Les pays du N de l’Europe, et de l’Europe centrale, où l’exploitation des ENRv est moins favorable que dans la péninsule ibérique pourront décider d’avoir une part de nucléaire dans leur mix.
    De là à ce que cela se réalise, il y a un monde, notamment pour trouver le personnel qualifié pour faire cela.
    Le seul pays qui s’y attèle vraiment, pour l’instant, est le RU, avec ces 2 EPR en construction, sur lesquels pèsent déjà de gros doutes au niveau de la cuve. Les SMR seront peut-être une voie, s’ils sont produits en série.

    Répondre
    • Ce sont pourtant des pays du Nord de l’Europe qui y arrivent en. Premier car certains sont favorisés pour une raison ou une autre, comme la Norvège avec l’hydro ou l’écosse avec ses trois façades maritimes pour l’éolien…. De toutes les façons tous les pays du monde finiront avec 100% renouvelable car la Terre n’est une corne d’abondance sans limites pour personne.

      Répondre
  • Etonnant que les projets de STEP ne soient pas plus avancés en Ecosse et en Norvège.
    Malgré la situation particulièrement favorable de ces zones pour l’exploitation des ENRv, elles auront nécessairement besoin de stockage, d’abord pour la régulation journalière de la production d’électricité, et ces outils ne vont pas être fabriqués en un jour.
    Est-ce la malédiction de la démocratie, qui veut que les élus se concentrent sur le court terme ?

    Répondre
    • Pour l’écosse ils sont pratiquement toujours en surproduction et le « step » est virtuel, c’est simplement les consommateurs au Sud du mur d’Adrien chroniquement déficitaire.
      Pour la Norvège, à ma connaissance ils sont en train de les créer les STEP, mais des vrais… Avec des conserves d’eau, rien de virtuel chez eux.
      Celui qui en aurait le plus besoin mais qui semble ne pas trop s’en soucier (probablement à cause ou grâce aux ressources du voisin norvegien) c’est le Danemark.

      Répondre
    • Marc vous n’arrivez pas à vous sortir de vieux blablas stériles alors que la Norvège a de l’hydraulique .. .qu’elle alimente le Danemark et mem le royaume Unis

      Répondre
  • Encore la mythologie nucléaire mise en avant par des inadaptés du monde réel.

    Si quelques politicards néerlandais rêvent de nucléaire, sous le prétexte très abusif de « lutte contre le réchauffement climatique », un supposé réacteur nucléaire ne serait pas mis en service dans ce pays avant quinze ans. Et la majorité politique a largement le temps de changer d’ici là.

    Par contre, les Pays-Bas (Netherlands), petit pays de 41.500 km2 et 16,9 millions d’habitants, ont mis en service 1.180 MW d’éolien et 3.300 MW de solaire photovoltaïque en 2021.

    Pour un pays dont la superficie est treize fois inférieure à celle de la France, c’est 11 % de plus que la France en éolien et 18 % de plus que la France en photovoltaïque. Pays pourtant bien moins ensoleillé que la France.

    Même la Pologne, pays très charbonnier et bien plus au nord en latitude
    a fait 32 % de mieux que la France en photovoltaïque en 2021.

    Pour mémoire, le réchauffement climatique date de la sortie du petit âge glaciaire, il y a plus de deux cents ans.

    A l’époque, la cavalerie française pouvait encore capturer la flotte hollandaise prise dans les glaces.

    Répondre
    • Pour tout le début de votre post nous sommes d’accord. Mais pour le réchauffement climatique, le plus important c’est la pente de la variation de température, et jamais dans l’histoire passée elle n’a été aussi raide ! C’est ça la différence entre une variation naturelle et une action artificielle.

      Répondre
    • @Marguerite,

      Vous devriez méditer que toutes les mythologies sont des « Histoires » critiques (parfois satyriques) des comportements humains et de leur travers…
      Que certaines explications de Nucléaristes acharnées dérapent dans le ridicule, c’est une certitude.
      Que toutes les explications de Pro-Nucléaires divers soient dénuées de Sens, est une Non-évidence…

      La Suffisance des ENRistes est tout de même marqué (en ce moment) par un fait (divers ou pas !?) qui est le problème de Enercoop pour sa rentrée dans sa 18ème année d’existence (plus aucun distributuer d’électricité ne pourrait se passer de l’ARENH en 2023 si l’AG le confirme le 18 Juin, à 300 Euros le MW.h en vente pour 2023 il y a peu, ils feront bien une explication de Jésuites pour justifier ce Choix d’Adulte !!!) – https://twitter.com/MacLesggy/status/1534087315802443776
      Ont-ils(Enercoop) été assez prévoyants !? Trop ambitieux en nombre de sociétaires !? Que des concurrents les aient plantés !? N’ont-ils pas vu la difficulté de la Tache !?–> Ou tout simplement Un peu un manque de tout et un excès de tout … (trop de suffisance peut-être…)

      Le 100% ENR est faisable dans bien des pays, mais bien difficilement en France avec nos niveaux de consommation actuels et à des prix abordables… Il faut choisir !

      Répondre
      • APO toujours à délirer et çà se ridiculiser constamment dans tous les posts car il ne pense même pas que pour pouvoir produire il faudrait déjà les installer les ENR en France et qu’il ne comprends même pas le sujet sur lequel il blablate stérilement .. pauvre troll stérile qui ne sait même pas ce que sont les ENR et continue ses stupidités récurrentes ..approfondissez aussi le système de fonctionnement qui oblige ENERCOOP a acheté sur le marche des provisions d’ENR .. quitte à les revendre ensuite … RE et oui ENERCOOP va peut être s’inscrire à l’arenh provisoirement à cause des provisions à prévoir pour assurer sa couverture quitte à revendre cette provision quand elle ne sert pas …. le temps de pouvoir tout assurer la production avec ses producteurs directement et en plus la coopérative a accéléré l’investissement dans de nouveaux projets d’ENR en France et els campagnes d’économie d’énergie voire l’autoconsommation PV pour tout le monde ..vous allez enfin vérifier que la crise actuelle accélère le développement des ENR partout dans le monde ?

        Répondre
  • Pour ceux qui ne savent pas et pour les ignorants, la Norvège est la « batterie bleue » de l’Europe.

    La Norvège dispose de séries de barrages hydrauliques étagés, avec des réservoirs intermédiaires de grande capacité. Certains de ces barrages fonctionnent en STEP.

    D’autre part, plusieurs pays ont des liaisons électriques avec la Norvège. Ces pays envoient leurs excédents électriques en Norvège qui, ainsi conserve l’eau dans ses barrages pour un usage ultérieur, aussi bien en interne qu’en exportation d’électricité.

    Une solution aisée pour la France serait d’établir une liaison (HV-DC) avec la Norvège pour bénéficier aussi de cette « batterie hydraulique ». La Norvège pourrait établir une pondération entre les différents pays en fonction de leur population ou de leur consommation d’électricité.

    Solution semble-t-il plus utile et plus efficace que de construire de nouvelles STEP en Norvège.

    Répondre
    • @Marguerite,

      Je vous croyais moins naïve ! Comment pouvez-vous dire que :  » La Norvège pourrait établir une pondération entre les différents pays en fonction de leur population ou de leur consommation d’électricité.  »
      Ils ne sont jamais rentrés en Europe (mais ont des accords privilégiés comme les Suisses…) et ne le veulent pas !!! Et en plus, ils pourraient faire l’aumône aux petits Européens en étant tout gentil avec tout le monde !!!

      Honnêtement, ils n’en ont pas grand chose à foutre des petits Français !!! Ils vendront au plus offrant et si une ligne est faite France-Norvège, cela leur garantira plus de concurrence pour mieux vendre leur électricité « très Hautement pilotable » aux heures favorables et acheter encore plus bon marché les excédents en provenance de divers pays. Ils sont déjà raccordés aux Iles Britanniques, aux Pays-Bas, à l’Allemagne, au Danemark et à la Suède… Mais ils peuvent être autosuffisant à la demande… Après le Gaz et le Pétrole, ils auront une rente électrique…

      Honnêtement et pour parler Climat et optimisation de ressources, plus que de rentes nouvelles à des rentiers de la place, il faudrait mieux des interconnexions au Sud de l’Europe en priorité et avec l’Afrique du Nord, ou pour le coup le solaire est plus que justifié et n’entre pas trop en concurrence d’utilisation avec nos consommations (ils climatisent beaucoup l’été donc consomment beaucoup d’électricité faite au Gaz aujourd’hui en majorité durant les périodes chaudes, et peu en inter-saison et en Hiver, au moins pour l’Algérie qui se chauffe en bonne partie au Gaz en saison fraiche…). In fine, les exportations de surplus européens leur ferait faire des économies de Gaz et à certaines périodes ils pourraient exporter de l’électricité Solaire vers l’Europe (un mini-Desertec, ou un Medi-Tec !). Le PV en Europe du Nord à Haute Dose, c’est un « plaisir de bourgeois » sans grande efficacité réelle et presque juste bon pour les consciences (tant l’énergie est consommé en Hiver) !!!
      L’impact d’un panneau PV en Tunisie, en Algérie et/ou au Maroc versus placé au Nord des Alpes, je pencherais pour l’Afrique du Nord… (Mais les Européens globalement n’en ont rien à foutre du Maghreb donc ce sera du PV à l’excès en Europe du Nord et du Gaz à Gogo brulé l’été en Algérie…)

      A noter que les norvégiens ont eu des « difficultés » il y a quelques années avec des précipitations plus faibles et ils ont eu moins produits d’hydraulique… En fait, cela avait surtout affecté le marché de certificat en énergie renouvelable en Europe (très à la mode aux Pays-Bas entre autres)… Les Norvégiens se font « plaisir » à revendre et/ou échanger leur certificat de production, tout est bon dans l’Hydraulique !!!
      Des STEP bien conçues ne leur ferait qu’augmenter leur capacité annuelle de turbinage et le pompage leur ferait absorber plus d’intermittence européenne (et aiderait à éponger les vagues de surproductions ENRi en Europe du Nord…), pour l’instant ils manquent peut-être d’interconnexion pour rentabiliser ce genre d’affaires ( à voir dans le futur…).

      Répondre
    • @Marguerite,

      La Batterie Bleue actuelle majoritaire et historique de l’Europe, c’est l’ensemble des Ouvrages Hydraulique dans les Alpes (Françaises, Suisses, italiennes, Allemandes, Autrichiennes principalement !)
      La Norvège va devenir une 2ème batterie géante, certes, mais pas forcément à tarif compétitif pour les « continentaux » Européens. Ce ne sera jamais un bien commun réparti sur plusieurs pays avec même des politiques d’échange (comme l’ont fait France et Suisse avec de petites modifications de frontières pour réaliser des ouvrages significatifs il n’y a pas longtemps…).
      La Batterie Bleue Norvégienne (batterie de Secours, plus que de fonctionnement) sera une Rente pour les Norvégiens dont les Européens ne pourront pas se passer et paieront donc le prix (de la rente…)… Ce sera donc très bien et probablement très profitable pour les Norvégiens, et « pratique » pour les Européens (mais couteux tout de même – CF le Prix de GetLink pour avoir une idée des prix des interconnexions…, car la demande de Stockage et la demande d’approvisionnement seront quasi toujours coté continent, la Norvège pouvant quasi en permanence la jouer fine bouche du fait de son hydraulique… et aussi du fait qu’ils se mettent à l’éolien Offshore qui ne pourra que leur être profitable également…).

      Répondre
  • Propos surréalistes de Marguerite.
    Faire une liaison France-Norvège, alors qu’il y a pléthore de possibilités de STEP en France, contrairement à ce qui est dit.
    Il y a très peu de STEP en Norvège: à peine 1,4 GW sur une puissance de 33 GW, et rien par rapport à leur potentiel. cf Wikipedia.
    Les capacités d’échanges sont déjà largement développées, et il ne reste plus beaucoup de possibilités d’augmentation des échanges sans la création de moyens supplémentaires en STEP: exemple:
    https://energy-charts.info/charts/power/chart.htm?l=fr&c=NO&stacking=stacked_absolute_area&week=15
    Concernant les Pays Bas, ils ne font que rattraper le retard qu’ils avaient il y a quelques années en matière d’ENRv.
    Sortir les chiffres d’une année n’a pas de sens.

    SR: l’Ecosse n’est qu’une partie du RU, et la moins densément peuplée. Il y a eu presque toujours du vent aux Orcades durant cet hiver, mais, en été, le fc de l’éolien est plus faible, et c’est le solaire qui peut dominer, avec l’aide des STEP, également nécessaire pour couvrir les pointes du matin et du soir à partir de l’éolien.

    APO: il y a un projet de STEP en Ecosse, qui s’ajouterait à celle déjà en place au Pays de Galles, mais ça reste très peu par rapport aux ENRv britanniques.

    Répondre
    • Merci Marc, je connais l’écosse, j’y ai de la famille. Le vent c’est presque tout le temps, à l’extreme Nord, quand ce n’est pas coté Atlantique, c’est coté mer du Nord, et le plus souvent les deux, en hiver c’est toujours turbulent quand ce n’est pas violant; et en été ce n’est « jamais » calme…. quand ça arrive tout le monde ne parle que de ça avec étonnement, et les plus vieux essaient de se remémorer quand c’est arrivé pour la derniere fois.

      Répondre
    • @Marc,

      Je pense que les Britanniques (en fait surtout les Anglais) réfléchissent (à haut Niveau) de manière très différente de ce que l’on peut penser. Ils savent très bien ce qu’est le Pic Pétrolier (ils l’ont passé) et le Pic Gazier (pour l’Angleterre, hors Ecosse, c’est passé aussi), les Anglais sont devenus structurellement importateur d’Oil&Gaz !
      Ils savent pertinemment que l’Europe va manquer d’énergie, et le conflit Ukrainien est une « aubaine » de ce point de vue (cynique certes). Donc tout ce qui sera produit pas trop cher sera bon à prendre et trouvera « preneur » !!!
      Ils ont développé plusieurs interconnexions avec le continent (France 4 GW, Belgique + Pays-Bas pas loin de 3 GW de mémoire, Norvège 1.4 GW en cours et d’autres projets non aboutis mais qui pourraient être accéléré rapidement…) donc ils savent que le continent qui consomme du Gaz Fossile à Gogo pour tout et partout (génération électrique, Industrie, usage domestique) prendra tôt ou tard tout ce qui est disponible pour limiter sa consommation de Gaz (on y est avec 5-10 ans d’avance du fait des Russes et leur guerre actuelle atroce !!!). De plus en développant l’éolien, ils vont très fortement limiter leur consommation domestique de Gaz (qui est très importante sur les liens que vous avez donné, en plus des usages domestiques…), ils pourront au choix le garder et/ou l’exporter à très bon prix vers le continent…
      Ils vont électrifier de plus en plus leurs usages domestiques et certainement faire du pilotage intelligent de consommation. Avec toujours leur centrales à Gaz en Back-Up + les interconnexions au cas où; ils devraient être plus que tranquille la majorité du temps…
      Rappelons que les Anglais n’ont pas froid aux yeux sur certains sujets, et je ne pense pas que d’avoir des délestages de zones résidentiels leur fassent réellement peur pour quelques heures, toujours pris de Haut niveau (malgré évidemment à chaque fois un enrobage d’excuses officielles…).
      Je pense par ailleurs qu’ils vont accélérer dans le Nucléaire et surtout ne pas s’arrêter avant longtemps, cela leur fera une base (qui est un peu faite aujourd’hui par leur vieux nucléaire…). Ils ont préparé la population à la nécessité du Nucléaire, après avoir laisser-faire Greenpeace & Co durant les années 80-90 (car le Nucléaire concurrençait le Gaz et la fin de vie du charbon qu’il fallait accompagner…). La population anglaise est plus avertie que le Nucléaire est très faiblement carbonée que la population française qui croit pour presque la moitié que cela y contribue fortement !!!

      Ils seront en position de force pour commercer (et ils savent le faire) et si par moment ils doivent arrêter et/ou limiter quelques parcs éoliens, ce sera marginal et à faible impact sur des éoliennes à plus de 40-45% de facteur de Charge (voir plus de 50% par endroit)…

      Les Anglais sont dans une belle position avec bien des atouts en main pour faire du business rentable (surtout avec le Gaz Russe et sa situation pour le moins tendu)… Et si l’hydrogène venait à se développer rapidement, ils seront de la partie, là encore ils ont au Bilan leurs industries de l’Oil&Gaz et de l’eau douce…

      P.S.: Sans compter les économies d’échelle colossales pour l’éolien offshore du fait de leur industrie de l’Oil&Gaz !!! (qui est en déplétion donc en besoin de reconditionnement de ressources humaines, matériels, entreprises diverses et bases logistique…).
      En comparant Aberdeen et Port La Nouvelle, vous comparez pour faire de l’Offshore éolien sur structure flottante une équipe expérimentée avec excavatrice à moteur avec camions à une équipe peu expérimentée équipée de pelles, de pioches et de brouettes pour faire un gros trou (Image à ce jour, dans 20 ans à voir…)…

      Répondre
      • Oui, d’ailleurs, même les premiers parcs éoliens offshore à 150 euros le MWh sont aujourd’hui rentables !
        Je suis tout de même étonné qu’ils n’investissement pas davantage dans les STEP.

        Le nucléaire, ils vont essayer, mais je ne sais pas ce que cela va donner.
        Je pense que le nucléaire ne peut réussir que dans un état fort, tel que l’est la Chine ou tel que l’était la France dans les années 70, avec toute une filière intégrée, un bon niveau en maths et physique qui se construit dès l’école primaire, et des filières dans l’enseignement supérieur.

        Même Bill Gates, avec tous ses milliards, a depuis longtemps son projet de SMR à NR, dont la construction n’a semble t-il toujours pas commencé…

        Répondre
        • Les défauts des SMR sont à découvrir… Pour ceux qui les voient comme une solution, notamment la multiplication des déchets par un facteur trois à puissance égale par rapport à une cuve de réacteur classique.

          Répondre
        • @Marc,

          Au sujet des STEP, c’est difficile d’investir dans tout en même temps. Le développement de l’éolien Offshore, même si le cout de production est aujourd’hui très rentable, va nécessiter des infrastructures réseaux aux couts non négligeables et ceux-ci ne sont pas portés en général par les producteurs.
          Le mode de fonctionnement des STEP nécessitent des cycles réguliers et profitables si possible. L’éolien offshore ne sera pas forcément propice en permanence à des cycles réguliers suivant les régimes de vent, le solaire l’est beaucoup plus (6 mois par an et en été principalement).
          Le RU a un projet de STEP en cours (en France 0 !), et pas mal de réseaux d’interconnexion avec divers pays (2 ou 3 projets sont là avec la France, seront-ils lancés prochainement !?)…
          De plus, avec le développement de la voiture électrique et le remplacement de l’usage domestique du Gaz, ils ont des sources de consommation importantes pour leur éolien. Je pense qu’ils devraient aussi pas mal miser sur le pilotage des consommations électriques ce qui est une source de « stockage » dynamique mais réelle et efficace (le fameux chauffe-eau électrique). Leur Back-up au Gaz leur permettra de toutes les façons de passer et l’éolien de leur faire faire de grosses économies de Gaz et donc de GES dans leur Mix (c’est là une des différences de nos Mix).

          Pour le Nucléaire, le RU voudrait démarrer un autre projet derrière Hinkley Point… Faire une centrale crée beaucoup d’emplois locaux. Le RU est un pays avec des installations intégrées pour l’Atome, site d’enrichissement et de traitement, donc ils ne partent pas de 0. Ils ont de bonnes universités et de bons ingénieurs… Et ils auront un effet falaise sur leur vieilles centrales dans pas longtemps…

          Et Surtout, les « British » ont plus de Culture sur l’importance de l’énergie en moyenne que nous…
          Le Charbon leur a permis d’être la première puissance industrielle et coloniale (Pic d’extraction en 1913 tout de même ! avec beaucoup d’export avant cela et même après sur les cotes françaises y compris dans de petits ports ou notamment des « centrales à Gaz » gazéifiait le charbon en Gaz de ville pour de usages divers…).
          Ils ont une industrie gazière & pétrolière très forte mais impactée (notamment BP) par le pic pétrolier conventionnel et le pic d’extraction en Mer du Nord depuis quelques années, donc les Anglais (à un certain niveau) sont beaucoup plus sensibilisés que nous aux problèmes qui arrivent… C’est le Gaz de la Mer du Nord qui leur a fait tourner le dos au Nucléaire durant un bon moment, années 80-90… Ils savent donc que le Gaz est encore là mais loin d’être éternel…

          Les Anglais sont aussi peut-être plus et mieux informés en moyenne que les Français sur le Réchauffement Climatique. Ils ont eu au cours des dernières décennies de sacrées inondations en été (des évènements jamais arrivés précédemment) et ils voient ce qu’il se passe des choses « bizarres » en Australie et en Afrique du Sud entre autres (pays qui sont plus proche d’eux que de nous par culture…).

          Si ils ne voient pas d’autres solutions, ils iront sur le Nucléaire encore plus fort qu’aujourd’hui pour assurer une base à leur Mix (mais aussi pour un synchronisme plus adapté et une réserve inertielle pour la fréquence de leur réseau). Ils ne sont pas connectés au synchronisme du réseau européen (ce qui assure une grande souplesse aux divers réseaux nationaux du continent) et donc ils ont de ce fait des connaissances sur les contraintes d’un réseau à 1/2 isolé ce sera intéressant de voir leurs évolutions…

          Répondre
          • Sur le nucléaire britannique actuel: la production tourne entre 4 et 6 GW.
            2 GW devraient s’arrêter à la fin du mois.
            La falaise sera 10 fois moins grande que la falaise française !

            Je cite souvent la péninsule ibérique + le RU + la Suède parmi les meilleurs élèves de la transition énergétique au niveau européen. (Les teutons et les belges se sont précipités pour sortir du nucléaire alors qu’ils n’ont pas ou peu de foisonnement de l’éolien et un gisement solaire qui varie de 1 à 10 selon les mois)
            Le Danemark est un cas particulier à surveiller car il a toujours été en avance sur l’éolien, et il est parti pour être pionnier sur l’hydrogène.

          • @Marc,

            Vous avez partiellement raison sur l’effet Falaise. La falaise française est très haute, mais la fermeture d’une Centrale (ex : Fessenheim), n’est pour l’instant pas grandement perceptible sur le ratio de production nucléaire, donc une faible pente (pour le moment !)… Cela va énormément s’accélérer dans les les années 30 et 40 (et là réside le « Défi » !!!).
            Pour les anglais, perdre 2 GW de Base sur 4 à 6 GW précédent, cela fait beaucoup (en pourcentage sur la filière !), mais relativement peu sur le Total du Mix, petite falaise mais très verticale… Ils viennent toutefois de fermer depuis quelques années de grandes capacités de thermique au charbon, et ils ont ouvert du thermique à Gaz pour compenser et avoir de la capacité…
            Je pense (et c’est d’ailleurs les annonces de leurs politiques) que leur Base à venir sera nucléaire (20 à 25%), le Gaz ajustera avec les ENR (éolien en tête). L’éolien prendra une part réellement importante, mais avec le Back-Up restera présent (que celui-ci tourne avec un Fc de 25%, de 50% ou 75% est une autre histoire… et ce sera plus proche de l’intervalle 25-50% que de 75%… donc un progrès énorme sur leurs émissions !)

          • @Marc,

            Je suis d’accord avec vous sur le coté relativement exemplaire des Suèdois (en premier lieu), du RU et des Ibères (notamment le Portugal qui a fait en 15 ans des progrès colossaux, grâce à l’hydraulique en parallèle des ENRi).
            Le Danemark est dans une position relativement « facile » pour son éolien, et avec des ses très grosses interconnexions (relativement à sa consommation intérieure) avec la Suède (premier pays en échanges), la Norvège et l’Allemagne, c’est facile d’y mettre des ENRi en pagaille… La Suède et la Norvège ayant toutes 2, de grosses capacités hydrauliques cela aide énormément…
            Le Danemark avait un Mix électrique particulièrement « sale » il y a 25 ans, faire beaucoup mieux et du fait de la place ou ils sont, était donc facile, peu de pays ont cette situation géographique (Danemark versus Irlande !?).

          • La Suède et la Norvège ont des capacités hydrauliques de barrage mais très peu de STEP, ce qui montre qu’elles ont encore du potentiel hydraulique à développer.

            La Norvège possède également un facteur de charge excellent pour l’éolien offshore, avec un bon foisonnement du N au S.
            La Suède est à peu près dans la même position, avec un bon foisonnement de l’éolien du N au S et un facteur de charge plus modéré.
            Le foisonnement éolien est important entre l’Allemagne + Pas Bas + Belgique et la Norvège + la Suède ! avec un potentiel énorme en Norvège et en Suède, encore peu développé.

  • Il faut voir le RU dans son ensemble.
    Voici sans doute la plus mauvaise semaine de cette année, mais il y en a eu quelques autres:
    https://www.electricinsights.co.uk/#/dashboard?period=7-days&start=2022-03-23&&_k=nkncep
    Avec une puissance éolienne délivrée de l’ordre de 1,5 GW durant plusieurs jours et un minimum de 0,4 GW, même en Ecosse, ça ne produisait pas beaucoup.
    Evidemment, pas de quoi remettre en cause la pertinence de l’éolien dans cette zone, mais un back-up reste nécessaire.

    Répondre
  • Propos très Réaliste pour la Norvège.

    Une liaison électrique de 700 MW et de 580 km (dont 500 km en mer) va relier la Bretagne (France) à l’Irlande.

    Une liaison de 720 km relie la Grande-Bretagne à la Norvège et une autre de même longueur la relie (G-B) au Danemark.

    Une liaison entre la France et la Norvège ne pose pas de problème, ni technique, ni financier, d’autant plus que la profondeur des fonds marins est relativement faible.

    En Norvège, plusieurs barrages sont échelonnés dans un même bassin hydraulique, comme avec le complexe Ulla-Førre (du côté de Stavanger), auquel est rattaché le réservoir de Blåsjø avec ses 7,8 TWh de capacité (7.800 GWh).

    La transformation de certains barrages de Norvège en STEP
    est beaucoup plus facile et d’un moindre coût que de construire des STEP à partir de rien.

    Lorsque la Norvège importe de l’électricité, elle évite de consommer celle de ses barrages de lacs et/ou de STEP. Ce qui permet ensuite d’en disposer et d’en exporter une partie.

    Répondre
    • La France est déjà largement reliée à la Norvège.
      Lorsqu’elle manque d’électricité, en période hivernale, très souvent elle importe d’Allemagne, qui elle-même importe de Norvège directement et via le Danemark. C’est également le cas via le RU.

      Concernant les STEP en Norvège, pas besoin, pour l’instant, de construire de nouveaux barrages. Des STEP à partir des barrages existants peuvent être créées. Cela rajouterait de la puissance et de la capacité potentielle d’échange.

      Le projet RU-Maroc, sorte de « petit Desertech » est intéressant. On attendra tout de même de voir le résultat.
      Le passage du Gouf de Capbreton est jugé impossible pour effectuer la prochaine liaison France-Espagne, d’où ce détours par la terre.

      Répondre
      • @Marc,

        Dans l’article de Marguerite, vous avez le point intéressant et  »  » évident  »  » suivant :  » L’installation de production d’électricité verte sera reliée au réseau britannique via des câbles sous-marins HVDC qui suivront la route des eaux peu profondes du Maroc au Royaume-Uni, en passant par l’Espagne, le Portugal et la France.  » (extrait de l’article)

        A noter que les Espagnols se feront évidemment un devoir de laisser ce câble dans leurs eaux peu profondes de l’Atlantique, idem pour les Protugais (de mettre des conditionnalités à leur flotte de pêche en parallèle de leur cote tout le long de ce cable, n’est pas un problème… Les Français pareils, et nos pêcheurs qui sont tellement bien « reçus » dans les eaux territoriales Britanniques (!!!) ne seront surtout pas opposés à ce projet ( LOL !!!!! ).

        Oui, attendons 2027 !
        (La mythologie des ENRistes est parfois truffée d’exploits à venir qui changeront notre beau monde du jour au lendemain !!! Ce XLinks a tout du mythe (non réalisable pour une somme de raisons), mais le principe du Mythe, ie la connexion Maghreb-Europe du Nord est juste et à développer au plus vite (y compris pour optimiser l’utilisation de PV à bon escient !) !!! )

        Répondre
    • @Marguerite,

      Vos propos sont très réalistes sur presque tout, sauf sur l’essentiel de nos jours, l’Aspect Financier !!!

      Qui paiera pour un cable France-Norvège ??? Cable qui coutera bien plus cher qu’un cable France-Angleterre (déjà pas donné !)
      – Coté Norvégien, si l’évidence était en heures d’utilisation annuelle, il le ferait sur fonds propre …
      – Coté Français, si la Balance des Exports/Imports s’équilibrent, Pourquoi pas !? Mais il y a fort à parier que l’on vendrait (hors Frais de transfert par connexion qui ne devrait pas être inférieur à 50 Euros/MW.h ) une électricité à vil prix (à combien les Norvégiens achèteront hors Transport en-dessous de 30 Euros du MW.h !!! Et qu’on l’achèterait très cher pour nos pointes… Un rapport de 1 à 10 sur le prix serait à prévoir et à minima de 1 à 5 (sans être pessimiste) sur 1 année. En Volume, ce serait probablement l’inverse, nous enverrions 10 Unités d’électricité pour en recevoir 1 !!! Donc Oui l’équilibre financier serait là, mais avec un transfert de rentes colossales !!!

      Honnêtement la France a bien mieux à faire que de se connecter directement vers la Norvège !!! De plus, @Marguerite, vous soulignez que les Anglais qui veulent se connecter au Maroc (Rêve, fantasme ou projet « on Time » en 2027 ???) sans « passer » par l’Europe continentale sont sensés de la faire et vous avez raison sur le principe. Vous remarquerez aisément qu’il est plus facile à la France de se connecter au Maghreb que pour les Anglais !!! Et dans les faits, nous devrions le faire urgemment en passant par l’Italie et/ou l’Espagne…

      Répondre
  • Quatre câbles électriques de 3.800 km chacun, pour une capacité de 3,5 GW, vont relier le Maroc (au sud d’Agadir) à l’Angleterre (dans le Devon) et au Pays de Galles pour transporter l’électricité produite par 7 GW de photovoltaïque et 3,5 GW d’éolien.

    En associant éolien, solaire et stockage batterie, cela permettra de fournir une puissance de 3,6 GW plus de vingt heures par jour.

    Au total, une production annuelle équivalente à celle des deux réacteurs EPR de Hinkley Point, pour un tarif deux fois plus faible, avec une mise en service partielle avant celle du premier EPR.

    Les câbles seront posés jusqu’à 700 mètres de profondeur en passant par les eaux territoriales de la France, du Portugal et de l’Espagne. Un trajet plus court nécessiterait de descendre jusqu’à 3.000 m et plus.

    https://www.pv-magazine.fr/2022/04/28/le-projet-xlinks-morocco-uk-va-poser-les-plus-longs-cables-sous-marins-hvdc-du-monde/

    Un autre projet concerne une liaison encore plus longue (5.000 km) entre l’Australie et Singapour, pour faire transiter de l’électricité photovoltaïque.

    Répondre
    • @Marguerite,

      C’est un beau Concept !!! Mais cela risque d’être un Beau rêve et de finir par prendre la poussière sur des étagères pour de multiples raisons…
      Que les Marocains acceptent le financement dans le Sud de leur Pays de plein de développement solaire et éolien c’est une chose (à leur avantage d’ailleurs). Cette Zone dont la situation politique est par ailleurs fortement contestée par le voisin immédiat, à savoir l’Algérie, et que cela se finisse par une guerre dans les mois/années à venir ne serait pas étonnant par ailleurs !!! Que les Anglais s’y risquent grand bien leur fassent… J’ai quand même un gros doute sur le financement global du Projet, sans compter le Tracé des cables !!!

      Si cela permet au câblier britannique de faire une belle levée de fonds pour son usine tant mieux !!! Ce qui manque à ce jour, ce sont les bateaux-cabliers de par le monde !!! Ils ont tous des plans de charge de plusieurs années !!!
      Les interconnexions à faire sont innombrables, mais Angleterre-Maroc en Direct, je crois que vous rêvez éveillé !!! A noter que pour augmenter les capacités France-Espagne, on a déjà du mal (300 km seulement)… Et pourtant il y a Urgence.

      Répondre
  • @ marguerite
    Tous ces laïus « techniques » sur les câbles me fatigue
    quel est le rapport avec le thème : Nicolas Machtou nommé directeur chargé des projets de nouveaux EPR en France !
    Ce qui est sûr c’est que dernier est passé par le cabinet de (hollande l’antinuc de chez antinuc come vs !)
    Encore un recasé qui sera le relai (je cite) « des orientations prises par l’État, dont il sera l’interlocuteur privilégié  »
    En somme ce sera le « surgé non technique » de macron »,

    Répondre
  • Le projet Xlinks pour envoyer de l’électricité éolienne et photovoltaïque du Maroc en Angleterre est plein d’intérêt.

    « Au total, une production annuelle équivalente à celle des deux réacteurs EPR de Hinkley Point, pour un tarif deux fois plus faible, avec une mise en service partielle avant celle du premier EPR. »

    Le nouveau promu d’EDF pourrait s’informer et voir qu’il a misé sur le mauvais cheval, celui qui marche à l’uranium.

    Répondre
    • @Marguerite,

      C’est « Bo » d’essayer de faire croire à un « Cheval de Troie ENRiste  » !!!

      Répondre
      • L’Uranium, même si ce n’est pas la panacée, a au moins le mérite de marcher tous les jours à l’échelle d’un parc et à toute heure de la journée !
        Les Chevaux, ça ne marche pas en 24/7 et cela nécessite bien des à cotés qui ont fait que l’on s’en est gentiment passé, à part pour faire des parades et ou des activités de Loisirs. Combien de chevaux de travail en France !? (Un peu plus en Angleterre certes, avec leur Police montée…).

        P.S. : Le projet/concept DESERTEC m’avait profondément fait rêver il y a 15 ans !!! Ou en est-il aujourd’hui ??? Que de Planning projet donné et jamais réalisé !!! De plus il était un peu mieux ficelé et cohérent dans son ensemble que votre mythe britannique (qui risque de servir à justifier ce que vous ne souhaitez pas, à savoir plus de Nucléaire du fait de l’impossibilité de le faire aux yeux des Britanniques … Méditez le @Marguerite )

        Répondre
        • Le nucléaire ça ne marche même pas la moitié du temps… Vous ne connaissez toujours pas les sources fiables que sont EDF et RTE ? CONSULTEZ LEURS SITES eco2mix et nuclear monitor et vous direz moins de sottises.

          Répondre
          • @Serge,

            Dans vos rêves et vos fantasmes, c’est une certitude que le nucléaire ne marche pas !!!
            Après, quand on regarde le bilan du parc en ce moment, certes cela pourrait/devrait faire mieux, mais cela produit « platement » chaque semaine (sans à coup !) !!!

          • @APO le clown fanfaron
            C’est bien ce que je dis, ça produit platement sans acoups à longueur de temps 26 GW de puissance constante pour un parc installé de 61,4 GW donc bien moins que la moitié que j’accordais dans ma grande générosité puisque cela ne fait que 42% et de surcroit bien que nous soyons un jour chomé avec l’activité économique au plus bas nous importons en ce moment des puissance nettes depuis l’Allemagne et l’Angleterre entre 3 et 5 GW à longueur de dimanche, sans compter l’apport de l’abondance solaire à hauteur de 9GW et 5 pour l’hydraulique…..!!!!
            On s’interroge sur le besoin d’importer et de vider les barrages en cette période de secheresse avec 28 réacteurs nucléaires en carafe soit exactement la moitié en nombre et 58% en puissance !!
            Continuez à fanfaronner vous êtes de plus en plus ridicules devant les faits !

          • APO et dans le réel c’est 30 réacteurs à l’arrêt en attendant le résultat des visites pour prouver les défauts récurrents de notre merde polluante

          • @Serge,
            Voulez-vous faire un inventaire à la Prévert de ce qui marche bien cette semaine : Allons-y
            – Eolien : 7.5 GW au Max (moins de 40% la puissance !) presque en même temps que le pic journalier du solaire (donc 3.5 GW d’Exports au même moment…) !!! et une semaine qui parait en moyenne sous les 20% avec cette journée de Samedi 11 Juin sous les 10% toute la journée pour le moment (et petite basse sous 700 MW/ 20.000MW installés – ie 3.5% de Fc)!!!
            – Solaire : presque 10GW à 14h00 ce jour 1 GW à 20h00 !!! Ca tourne avec le soleil du Juin…
            – Gaz : Belle semaine avec des pointes à plus de 5 GW (YAKA enlevé plus de Nucléaire… et ça marchera encore mieux !!!) et presque jamais sous 1 GW !!!
            – Hydraulique : Réponse aux pointes et fil de l’eau entre 4 GW mini et 8 GW pour couvrir des pointes…
            – STEP : Pompage dans la Nuit et aussi vers 12 – 14h00 –> La ça commence à vouloir dire quelquechose de bien !!!
            etc…

            Avec un intervalle de 25 à 29 GW de moyenne le Nucléaire semble autour de 70% en moyenne… (Et des Imports/Exports qui semblent être équilibré hors que nous devrions exporter à tout-va…)

            P.S.: Hollandais et Belges ont par 2 fois été en prix négatifs (Prix Spot) cette semaine et l’Allemagne a frôlé le négatif pareil… Encore une belle Logique de Marché équilibré… (toujours vers 13h ou 14h, à voir si le solaire y est pour quelquechose !!!)

          • APO: les prix négatifs sont une aberration de « technique financière ».
            Certains pays comme l’Espagne y ont mis un terme en déconnectant les parcs éoliens et solaires lorsque nécessaire.

            Le nucléaire est volontairement réduit durant le week-end sans que l’on sache exactement pourquoi.
            Il y a l’argument de l’économie de combustible, mais je crois surtout à un principe selon lequel on lui demande de s’effacer devant les ENRv françaises, et même celles de nos voisins. Réduire la production nucléaire durant le week-end permet également de maintenir des prix SPOT élevés en France.
            Les STEP fonctionnent peu. On préfère brûler davantage de gaz dans les jours suivants que de faire du nucléaire + pompage durant le week-end.

          • Marc il faudrait enfin ouvrir les yeux sur la réalité du terrain . comment voulez vous que le nucléaire s’efface devant les ENR on est en retard en France sur son développement sur le terrain malgré l’urgence de la situation . c’est surtout les défauts chroniques de notre merde polluante de nucléaire qui est la seule raison ..

          • @Marc,

            La réalité « stricto » financière n’est pas celle des émissions de CO2…
            Et Si il faut faire un peu de Gaz pour maintenir des prix « SPOT » hauts, ce sera la réalité d’EDF qui est une S.A. au jour le jour, mais prend des « coups de fusil » de temps à autre avec son actionnaire de référence pour aider les concurrents… Aller lui demander de faire encore mieux sur le CO2 en finissant de se ruiner est donc aberrant…
            Vive le Marché purement faussé et libre (de Devoirs pour certains)…

        • APO ha bion ? le nucléaire fonctionne tous les jours ? ou ça … pendant que la France bat des records de pollution et de production de déchets ultimes malgré ses 30 réacteurs arrêtés … en attendant les inspections des autres réacteurs … sur le terrain la crise actuelle accélère le développement des ENR partout dans le monde ..

          Répondre
          • @Régis,

            Demandez à ENERCOOP, ils vous expliqueront ce qu’est la couverture de « merde » du Nucléaire, qui risque de leur être nécessaire…

            C’est Con, qu’ENGIE ne leur vende pas une couverture via la CNR, là il y a une vraie continuité de production ENR ! Mais Engie ne doit pas être « partageuse », ni bienveillante !!! (mieux vaut l’Arenh donc…)

          • APO toujours à délirer et çà se ridiculiser constamment dans tous les posts car il ne pense même pas que pour pouvoir produire il faudrait déjà les installer les ENR en France et qu’il ne comprends même pas le sujet sur lequel il blablate stérilement .. pauvre troll stérile qui ne sait même pas ce que sont les ENR et continue ses stupidités récurrentes ..approfondissez aussi le système de fonctionnement qui oblige ENERCOOP a acheté sur le marche des provisions d’ENR .. quitte à les revendre ensuite … RE et oui ENERCOOP va peut être s’inscrire à l’arenh provisoirement à cause des provisions à prévoir pour assurer sa couverture quitte à revendre cette provision quand elle ne sert pas …. le temps de pouvoir tout assurer la production avec ses producteurs directement et en plus la coopérative a accéléré l’investissement dans de nouveaux projets d’ENR en France et els campagnes d’économie d’énergie voire l’autoconsommation PV pour tout le monde ..vous allez enfin vérifier que la crise actuelle accélère le développement des ENR partout dans le monde ? les producteurs pour ENERCOOP : https://www.enercoop.fr/la-production-de-notre-electricite/nos-producteurs

          • @Régis,

            Pour les abonnés Enercoop, le nucléaire fonctionnera juste quand ils en ont besoin (du Tarif bas surtout…).

          • APO je vous remet la réalité …. approfondissez aussi le système de fonctionnement qui oblige ENERCOOP a acheté sur le marche des provisions d’ENR .. quitte à les revendre ensuite … RE et oui ENERCOOP va peut être s’inscrire à l’arenh provisoirement à cause des provisions à prévoir pour assurer sa couverture quitte à revendre cette provision quand elle ne sert pas …. le temps de pouvoir tout assurer la production avec ses producteurs directement et en plus la coopérative a accéléré l’investissement dans de nouveaux projets d’ENR en France et els campagnes d’économie d’énergie voire l’autoconsommation PV pour tout le monde ..vous allez enfin vérifier que la crise actuelle accélère le développement des ENR partout dans le monde ? les producteurs pour ENERCOOP : https://www.enercoop.fr/la-production-de-notre-electricite/nos-producteurs

          • @Régis,

            Vous êtes donc d’accord que Enercoop va probablement prendre une couverture de vieille Merde !!! Comme cela tous les fournisseurs français auront de la merde aux fesses !!! Ca ne changera pas de tous les humains qui en aussi régulièrement…

            L’énergie propre n’existe pas, par contre manquer d’énergie sur de longues périodes dans notre monde, ce sera la misère et/ou beaucoup de perturbations…
            On peut vouloir jouer avec la réalité, mettre le profit de certains déploiements de production avant tout autre considération et/ou privilégier le Gaz, ça c’est autre chose !!! (Pour le PV, regardez quand même la politique extérieure chinoise en ce moment, avec Taiwan/Formose et réfléchissez à l’impact de n’installer que du Made in China pour garantir notre électricité… on peut vivre sans laptop ou un vieil ordi, avec moins de chaussettes, moins de « Made in china » pour beaucoup de choses, mais difficilement sans électricité pendant très longtemps…)

          • APO je ne suis pas d’accord sur le principe mais comme ça va accélérer le développement des ENR en France .. je vais supporter provisoirement .. puisque j’ai bon espoir que cette part sera revendu ensuite si non utilisée … comme ça vous pourrez enfin trouver un avantage au nucléaire … en pensant quand même qu’il baisse inexorablement même en France au fur et à mesure de la mise en service des ENR sur le terrain qui viennent compenser son intermittence de plus en plus récurrente

commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective