Il faut traiter ensemble les crises du climat et de la biodiversité, selon les experts de l’ONU

Les crises climatiques et de la biodiversité doivent être pensées et traitées ensemble, en veillant à éviter de nuire à l’une en cherchant à protéger l’autre, soulignent des experts de l’ONU à quelques mois de deux importantes réunions internationales sur ces sujets.

“Les impacts du changement climatique et la perte de biodiversité sont deux des principaux risques et défis posés aux sociétés humaines” et sont “liés de façon mécanique et par des retours d’expérience”, écrivent dans un rapport publié jeudi des représentants des groupes d’experts de l’ONU sur la biodiversité (IPBES) et le climat (Giec).

Il s’agit du premier rapport commun produit par des experts (50 au total) des deux instances, alors que des Conférences internationales sur la biodiversité et le climat sont prévues respectivement en octobre et en novembre.

Leurs travaux, issus d’un séminaire en ligne tenu en décembre 2020, n’ont toutefois pas bénéficié du processus habituel d’évaluation et d’approbation et ne sont donc pas formellement endossés par le Giec et l’IPBES.

“Le changement climatique exacerbe les risques pour la biodiversité et les habitats naturels ou aménagés. Dans le même temps, les écosystèmes et leur biodiversité jouent un rôle clé dans les flux de gaz à effet de serre et dans les actions d’adaptation,” insistent les experts onusiens.

La préservation et la restauration des écosystèmes est donc “de la plus haute importance”. Mais si ces “solutions basées sur la nature” peuvent jouer un rôle important dans l’atténuation ou l’adaptation au changement climatique, le rapport met en garde contre une réflexion en silos, où une mesure peut finalement produire un effet induit néfaste.

Ainsi, la compensation carbone en plantant des arbres, très prisée des secteurs pollueurs, peut favoriser le remplacement de forêts d’espèces diverses par une monoculture plus fragile. “Les forêts de plantation peuvent être un vrai désastre et sont extrêmement vulnérables à la sécheresse ou aux parasites,” a ainsi souligné lors d’un point presse Camille Parmesan, de l’université britannique de Plymouth, une des experts du rapport.

“Un tiers seulement des mesures de compensation de destruction de biodiversité démontrent qu’elles respectent le principe de zéro-perte nette,” insiste le rapport.

Le développement de certaines énergies renouvelables peut de son côté entraîner l’exploitation de certains minerais rares avec des dommages environnementaux.

Seule la prise en compte des questions climatiques et de biodiversité comme “faisant partie d’une même problématique complexe, incluant également les aspirations des populations” permettra de s’y attaquer de manière efficace, souligne le rapport.

“Un avenir durable pour l’humanité et la nature est possible mais nécessite des changements systémiques (…) rapides et d’envergure”, relève cependant Hans-Otto Portner du Giec, co-président du comité scientifique du rapport.

commentaires

COMMENTAIRES

  • La question a été abordée et rigoureusement soutenue en 2019 par Guillaume Sainteny avec son livre (-court et lisible)
    “Le climat qui cache la forêt “

    Répondre
  • Pour l’ONU je cite :”Le développement de certaines énergies renouvelables PEUT de son côté entraîner l’exploitation de certains minerais rares avec des dommages environnementaux.”
    Quelle mansuétude et bienveillance dans ces termes employés lorsque qu’on constate les ravages qu’on infligent et qu’on va infliger de manière exponentielle à d’innombrables régions de notre planète . Les pollutions de l’air, des sols et des nappes phréatiques font déjà mourir à petit feu les populations de ces zones..
    Témoins ces régions particulièrement touchées :
    • Pour le graphite, la province d’Heilongjiang au nord de la Chine
    • Pour le cuivre (dont la demande va exploser), à Chuquicamata au nord du Chili*.
    • Pour le lithium, la région du sud Lipez à l’extrême sud de la Bolivie.
    • Pour le raffinage des terres rares, la zone industrielle de Baotou de la Mongolie.

    Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective