Crise énergétique : le nucléaire « n’est pas une option » pour l’Allemagne

Le gouvernement allemand a de nouveau rejeté mercredi l’option de poursuivre l’exploitation des dernières centrales nucléaires en activité dans le pays, malgré les appels récents à revoir sa position pour s’émanciper plus rapidement du gaz russe.

« Prolonger la durée de vie des centrales nucléaires n’est actuellement pas une option, principalement pour des raisons de sécurité », a déclaré un porte-parole du ministère allemand de l’Environnement lors d’un point de presse régulier.

L’ancienne chancelière Angela Merkel a engagé l’Allemagne dans la sortie du nucléaire après la catastrophe de Fukushima en 2011 et les trois dernier réacteurs du pays vont être arrêtés à la fin de l’année.

Mais la question de la sécurité énergétique de la première économie européenne se pose avec une acuité accrue depuis que la Russie tente de déstabiliser le marché du gaz et réduit progressivement ses flux vers l’Europe.

Ces derniers jours, plusieurs figures du monde industriel et politique ont appelé le gouvernement d’Olaf Scholz à prolonger la durée de vie des réacteurs.

Au sein de la coalition « tricolore » au pouvoir, le ministre des Finances, le libéral Christian Lindner, a demandé « un débat ouvert et sans idéologie » sur la question. Ses partenaires sociaux-démocrates (SPD) et écologistes y ont opposé une fin de non recevoir.

Le chef du parti conservateur CSU et président de la région de Bavière Markus Söder a, lui, estimé mercredi qu’une prolongation du nucléaire était « certainement » possible, ce qu’affirme également le lobby allemand de l’industrie nucléaire.

Mais ces discussions arrivent « trop tard », selon le patron du premier groupe d’énergie allemand RWE, Markus Krebber, cité dans le quotidien « Die Welt ».

Outre la difficulté de trouver rapidement des combustibles qui doivent « s’adapter exactement à chaque type de réacteur », le patron a lui aussi relevé la question des contrôles de sécurité des installations qu’exigerait un changement de calendrier.

Pour compenser la baisse des flux de gaz russe, le gouvernement allemand s’est déjà résolu à annoncer ce week-end un recours accru aux centrales à charbon.

En raison du délai nécessaire pour se procurer du combustible, « l’énergie nucléaire ne nous aidera pas maintenant et pas dans les deux prochaines années », période la plus délicate de la transition énergétique dans laquelle s’est engagée l’Allemagne pour s’affranchir du gaz russe, avait déclaré lundi le chancelier allemand Olaf Scholz dans une interview au quotidien bavarois « Münchner Merkur ».

commentaires

COMMENTAIRES

  • « malgré les appels récents à revoir sa position pour s’émanciper plus rapidement du gaz russe. »

    Les appelles de qui ? Des nucléophiles français qui voudraient gérer le reste de l’humanité, certainement !

    Répondre
      • Vous voulez dire des patrons allemands qui se moquent bien que le climat se dérègle du moment que leur business peut continuer à fonctionner.

        Répondre
  • Ou des sages qui ont compris que le nucléaire ne produit pas de CO2, contrairement à l’éolien, et pire encore au solaire, qui, intermittents, doivent s’appuyer sur des centrales classiques, gaz mais aussi charbon comme en Allemagne.

    Répondre
  • entre leurs centrales thermiques , leurs mercedes et bmw a 6 , 8 10 cylindres , les allemands veulent nous parler de sobriéte , veulent nous donner des leçons , le nucléaire on savait faire sarko hollande et macron ont tout détruit pour des lobbistes allemands qui nous enfument , pauvre France

    Répondre
    • Les allemands ne prétendent pas gérer la France en exigeant la fermeture des centrales nucléaires françaises, mais les petits français franchouillards s’arrogent le droit d’exiger que les allemands maintiennent les leurs en activité….
      A part ça, ce sont les allemands qui auraient dictés aux présidents successifs de notre pays ce qu’ils devaient faire… Assez consternant qu’il puisse exister de tels désaxés.

      Répondre
  • Remplacer le nucléaire par le charbon, c’est l’idéologie verte qui triomphe. Les politichiens allemands se moquent bien que le climat se dérègle comme dit SR !

    Répondre
    • Non, il se’agit de remplacer l’énergie grise par de l’énergie verte en urilisant les moyens déjà disponibles du charbon de façon transitoire en attendant de construire les outils de l’énergie verte supplémentaire nécessaire..
      Je ne vois pas l’objet de votre surpprise ils font comme cela depuis 2011 !
      Au fure et à mesure que le renouvelable prend position ils baissen t d’abord le nucléaire, puis le charbon, en marche d’escalier.
      Pour paler le défaut du Gaz russe, ils vont construire de nouvelles éoliennes et de nouveau parc PPV et vont baisser le nucléaire puis continuant l’implantation de nouveaux outils de renouvelable, ils vont baisser le charbon.
      Ca marche comme ça depuis plus de 10 ans, ils vont continuer selon la même stratégie, arrétez de prétendre être qualifié pour dister aux spécialistes allemands ce qu’ils ont à faire. Ils n’attendent pas après des petits rigomod franchouillards pour decider de leur façon de faire. Rt nous, prions pour qu’un rondier un peu fainéant escamote sa ronde alors qu’une catastrophe se préparre dans un endoit qu’il aurait du surveiller mais qu’il a négligé :
      https://www.connaissancedesenergies.org/afp/lasn-epingle-nouveau-la-centrale-nucleaire-de-gravelines-220623?sstc=u12444nl131586

      Répondre
      • Hélas, Rochain, ça ne dure qu’un temps.
        Tant que les Allemands ont suffisamment de sources pilotables, hydraulique, charbon, gaz, …
        les sources intermittentes, éolien et solaire, permettent, lorsque les conditions météo sont satisfaisantes, d’utiliser leur électricité en diminuant le CO2 émis.
        Mais il est physiquement impensable de parvenir à du 100% renouvelable basé sur le l’intermittent.
        Seul le nucléaire, avec l’hydraulique, peuvent permettre de tomber les émissions de production d’électricité à zéro.
        Logique de base de physique, incontournable, quoi qu’en puissent dire Marguerite et Rochain.

        Répondre
  • Cette réponse n’est pas du SR !
    Les allemands se débrouillent comme ils veulent avec leur idéologie et cela fini par m’indifférer pour être poli !
    Et j’ai compris sans avoir ouvert ce lien que l’apocalypse est pour bientôt !

    Répondre
    • Sur cet « incident » très mineur par lui même effectivement vous donnez une fois de plus l’occasion de constater que vous ne comprenez pas les lessages Cochelin. Je vais une fois de plus insister :
      Il se passe une anomalie précurseur d’un incident à peine intriguant ou catastrophique…. on ne sait pas, simplement par ce que on devait aller voir mais qu’on n’y va pas. Ce qui grave et même tres grave c’est que des gens qui ont la charge d’assurer la sécurité d’un mécanisme potentielement capable de détruire une zone du pays de la taille d’une grosse ville ne font pas le boulot pour lequel ils sont payés !
      Si l’incident mineur dont il est question avait été une cause majeur de catastrophe la conduite de cette agent de surveillance aurit été la même ! Vous comprenez Cochelin ou vous continuez à manger du foin ?

      Répondre
      • Il est écrit ; « En 2021, l’autorité de contrôle a recensé 11 événements significatifs, classés au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires, dont un en matière de radioprotection  » et « Le niveau d’exigence que demande l’ANS est élevé : ce n’est pas parce que les résultats sont sous la moyenne que la centrale n’est pas sûre ». « Toutefois, dans ces différents domaines, une inspection renforcée menée en 2022 a montré que « des voyants passaient au vert », grâce à de meilleures connections entre la direction et le terrain ».Voilà la situation, Rochain, et ne criez pas tout de suite à la catastrophe !

        Répondre
    • @ Cochelin
      On parle de charbon et arrêt du nucléaire en Allemagne et SR fait diversion en disant : regardez regardez là !
      Il emploie tjrs cette même colossale finesse, d’ailleurs, contrairement à vs, je ne me suis pas laissé embarqué et n’ai pas été regardé ce lien !

      Répondre
      • Il est possible qu’il y ait quelque prolongation, en insistant bien : https://www.zeit.de/politik/deutschland/2022-06/atomkraft-tuev-isar-2-kraftwerk-betrieb-keine-bedenken
        « Isar 2 devait sortir du réseau fin 2022, mais compte tenu de la situation énergétique, une prolongation du terme est en cours de discussion. Tüv n’a aucun problème technique. » et  » Le ministre des Finances Christian Lindner (FDP), quant à lui, était ouvert à un débat sur les prolongations de mandat. Dans le programme de la ZDF, Maybrit Illner a déclaré: « Je serais également prêt à une discussion en Allemagne pour continuer à utiliser nos centrales nucléaires restantes pendant un certain temps. »

        Répondre
      • @Serge,

        Pour le charbon Ukrainien, ceux-ci n’ont plus accès à leurs principales mines toutes soit trop proches du front, soit sous occupation Russe, donc les Allemands ne peuvent plus compter dessus…

        Les Ukrainiens sont aussi en train de voir partir en fumée une part importante de leur tissus industriel en plus de villes entières dans le désastre actuel. Exporter de l’électricité leur ramènera un petit peu d’argent dans la situation atroce dans laquelle ils se trouvent…

        Répondre
    • @Daniel,

      Vu que la Russie est en train de méthodiquement démolir des parties entières de l’Ukraine (Habitation mais aussi Industries) en plus de massacres divers et variés, c’est certain que les Ukrainiens risquent d’avoir des capacités d’Export électrique conséquentes…
      Pour ce qui est des Exports de Charbon Ukrainien, et vu la position des principales mines, c’est certain que les Allemands n’auront plus accès à ces ressources…

      Répondre
commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective