combles-zni-corse-jpg

530 millions d’euros investis pour l’efficacité énergétique dans les ZNI

530 millions d’euros vont être débloqués pour aider les zones non interconnectées au réseau électrique continental à moins utiliser les énergies fossiles, rénover l’existant, puis évoluer plus généralement dans une optique de transition énergétique.

La décision, validée par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), profitera aux territoires d’Outre-mer ainsi qu’à la Corse, où l’on vise à la fois la réduction des consommations et la diminution des émissions de CO2.

Outre-mer et Corse : une transition énergétique compliquée

Depuis plusieurs années, les territoires d’Outre-mer ont déjà engagé des démarches pour solliciter le moins d’énergies fossiles possible. Par exemple, sur certains territoires comme l’île de La Réunion, on a installé de très nombreux chauffe-eau solaires et panneaux photovoltaïques, afin d’aller vers une véritable indépendance énergétique.

En dépit de ces initiatives, sur ces territoires enclavés, on s’alimente encore essentiellement par le biais de centrales thermiques responsables de beaucoup d’émissions de gaz à effet de serre, puisqu’elles fonctionnent avec des combustibles comme le gaz, le fioul ou même le charbon.

Malgré un recours de plus en plus fréquent aux énergies renouvelables, les coûts de production de l’électricité restent très élevés en Outre-mer, largement supérieurs à ceux que l’on obtient en France métropolitaine.

C’est la raison pour laquelle, dans ces zones non interconnectées (ZNI), on favorise également les actions de maîtrise de la consommation d’électricité (MDE).

Sur quels types de chantiers les 530 millions d’euros seront investis ?

Selon les bases de ce plan de financement élaboré sur 5 ans par la CRE, la priorité en termes de transition énergétique sera axée sur les passoires thermiques, qui doivent aussi rapidement que possible disparaître du paysage.

Ainsi, on encouragera au maximum des projets comme celui de l’isolation des murs ou des combles, qui permettent de rendre les bâtiments plus étanches et de réduire significativement les dépenses énergétiques (pour réchauffer ou rafraîchir l’air).

Cette somme servira également à remplacer les installations actuelles par des alternatives moins énergivores. Par exemple, on continuera de déployer le chauffe-eau solaire sur les territoires où il se révèle particulièrement efficace (climats ensoleillés), tandis que l’on incitera parallèlement les familles à privilégier les climatiseurs plus performants, qui génèrent les meilleurs résultats en consommant le moins d’énergie possible.

Diminuer la précarité énergétique et réduire l’empreinte carbone des ZNI

Les objectifs de ce plan d’investissement touchent des enjeux majeurs. Tout d’abord, la CRE souhaite combler le fossé existant entre les familles aisées et celles dont les revenus sont modestes, qui souffrent de précarité énergétique. 35 % des aides leur seront spécialement destinées.

D’une manière générale, dans les 5 prochaines années, ce programme vise la réduction de 10 % des consommations électriques au sein des territoires concernés, mais aussi la baisse de 8 % des émissions de dioxyde de carbone.

Si la somme investie reste conséquente, la CRE compte bien, en rénovant les habitats vieillissants et en développant les énergies renouvelables, réduire de 1,7 milliard d’euros les charges de services publics aujourd’hui nécessaires au maintien de la péréquation tarifaire.

Une prime pour la maîtrise de la consommation d’énergies

Ce programme inclut une « prime MDE », visant à encourager les familles à remplacer leurs équipements énergivores par des alternatives plus performantes. Celle-ci pourra être cumulée avec d’autres dispositifs comme les aides locales proposées par les collectivités, ou encore les différentes solutions de financement déployées par l’ADEME et le CEE.

Dans son communiqué, le président de la CRE Jean-François Carenco affirme que tous les objectifs pourront être remplis par l’intermédiaire d’un accompagnement cohérent des citoyens, dans l’optique de les sensibiliser à l’importance de la rénovation énergétique et aux intérêts réels des énergies renouvelables.

——————-

Article du Site partenaire  QuelleEnergie.fr

Filiale du groupe EFFY, QuelleEnergie.fr est la première plateforme d’intermédiation entre professionnels de la rénovation énergétique et particuliers souhaitant réaliser des travaux d’économies d’énergie (isolation, chauffage performant, pompes à chaleur, photovoltaïque…). En 2017, QuelleEnergie.fr a renseigné gratuitement 2 000 0000 Français par mois sur son site Internet ou par téléphone.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

on en parle !
Partenaires
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective
20 nov 2015
Les principales causes de mortalité dans le monde : mise en perspective